yapo

Eitiaro d’èsta

Recommended Posts

Ben comme prévu point de miracle dans le Lyonnais, les nuages sont arrivés vers 16 h et c'est la même masse grise que sur ta photo Cédric, probablement collée pour des jours encore maintenant.

Dommage il me reste plus grand-chose comme fins de listes selon les constellations, avant de changer de paradigme (observations non systématiques à prévoir)

 

Bon allez j'arrête de polluer le super post de Yann avec la météo, j'ai suffisamment geint à ce sujet dans le bistrot d'en face !

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Le Queyras cet été a subit aussi les aléas de la météo (comme actuellement)  et les hostilités n’ont repris qu’au matin du 11 août après le coucher de la Lune, croissante à cette période, pour une demi-nuit donc.

 

Un petit trio d’objets a eu l’honneur de l’introduction de la matinée dans Céphée : un amas ouvert, une nébuleuse diffuse et une nébuleuse planétaire, tous les trois dans le même champ à 271x. Bien sûr, les deux nébuleuses sont trop faibles pour être visibles avec l’axe de vision posé au même endroit, mais je les ai tout de même fait figurer sur le même dessin. NGC 7423 est l’amas à moitié résolu sur fond flou à droite, Iras22534+5653 est l’objet extrêmement faible et un peu allongé au dessus du centre et la nébuleuse planétaire Minkowski 1-80 (PK 10-2.1) est sur la gauche à côté d’une étoile assez brillante. La NP est quasi-stellaire, mais légèrement floue et allongée avec le filtre OIII qui fait -de facto- disparaître la nébuleuse Iras et l’amas ouvert…

 

n7423-pk107-021-iras22534+5653_daaoT445x

T445x364

 

n7423-pk107-021-iras22534+5653o_daaoT445

T445x364, OIII

 

n7423-pk107-021-iras22534+5653r_daaoT445

T445x364, daao recontrasté

 

n7423-pk107-021-iras22534+5653c_daaoT445

T445x364, croquis de terrain

 

pk107-021daaoT445x74spD_0.583_YPrbdo.jpg

 

champ centré sur la nébuleuse planétaire, T445x74, spectroscope d'Amici

 

fiche iras22534+5653

fiche NGC 7423

fiche PK 107-2.1

 

Ensuite, je suis allé chercher des irrégularités dans la spirale NGC 7460 des Poissons et effectivement une nodosité à 20"N du pseudo-centre, difficile à localiser précisément, vue VI5.4 à 271x participe à l'allongement de l’objet, comme un double-noyau, mais c’est subtil.

 

n7460_daaoT445x270-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

n7460r_daaoT445x270-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271, daao recontrasté

 

n7460c_daaoT445x270-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271, croquis de terrain

 

fiche d'observation

 

Et pour terminer, j’ai cherché à nouveau une spirale, NGC 7624 dans Pégase, mais la fin du crépuscule astronomique a sonné le glas de cette quête et je ne suis pas parvenu à extirper le moindre soupçon de torsade du magma nébuleux.

 

n7624_daaoT445x271-0.283_YPrbdo.jpg

T445x271

 

n7624r_daaoT445x271-0.283_YPrbdo.jpg

T445x271, daao recontrasté

 

 

 

n7624c_daaoT445x271-0.283_YPrbdo.jpg

T445x271, croquis de terrain

 

fiche d'observation

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Me concernant coup de coeur pour le premier champ comportant les 3 objets, avec c'est vrai la version appuyée qui permet de mieux voir les 2 petites et faibles nébuleuses. Au passage un bel hommage aux amas ouverts, type d'objets pas assez encensés à mon goût avec de tels diamètres. Même si c'est le type d'objet déjà bien intéressant et accessible aux lunettes, un 300 par faible turbu montre souvent des images hallucinantes de tels groupes stellaires, avec un piqué "apo-like" en prime si on ne monte pas trop en Gr.

J'ai eu la chance de profiter d'un créneau de 2 h récemment entre 2 nuages, et entre les nuages lactiques du Cygne. La profusion de têtes d'épingles à ce diamètre est presque décourageante s'il s'agit de rechercher de petits amas mineurs dans ces champs-là !

Bref, on pense souvent aux NP et autres galaxies si on a un peu de diamètre, mais je constate que les amas ouverts ne sont pas en reste quand il s'agit de donner du spectacle !

Edited by etoilesdesecrins
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, etoilesdesecrins a dit :

Bref, on pense souvent aux NP et autres galaxies si on a un peu de diamètre, mais je constate que les amas ouverts ne sont pas en reste quand il s'agit de donner du spectacle !

C'est vrai que les amas sont au moins aussi variés que les nébuleuses, mais pour le dessinateur, c'est un vrai labeur, les amas ouverts... Sans doute pour cette raison qu'on en voit moins souvent passer (sauf chez Xavier et Fabrice).

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

et oui, pour ma part, je n'ai jamais vibré à dessiner un amas, à fortiori ouvert. Car mettre des points avec la meilleure précision possible sur le papier, c’est une sacrée besogne dont je ne voit pas trop l’intérêt. sauf pour quantifier la "profondeur" de l'amas, les mag maxi pointées, ou si ya de la couleur, comme la boite à bijoux australe.

Pi une fois publié, qu'en dire ????? oui, ya plein d'étoiles, mais sont-elles si bien placées que ça ? avec un bon étagement des magnitudes ??? bof. J'ai dessiné UNE fois un amas globulaire avec comme approche de pointer individuellement chacune des étoiles visibles. Un sacré turbin... Ben au résultat, généralement on préfère un fouillis de points plus ou moins évocateurs rapidement jetés. Et pourtant entre les deux approches, ya un monde (à mon avis).

D'où l’importance de ne pas s’arrêter qu'au résultat sur écran (c’est bô, on dirait l'observation à l'oculaire !!!) mais de bien décrire la méthode, l'approche recherchée.

C'est un vaste débat !!!

Edited by serge vieillard

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement, le daao est (AMHA) le moyen d'obtenir un résultat valable sur les amas ouverts. On peut corriger les placements hasardeux ou évocateurs et moduler la palette des éclats (manque plus que le scintillement en gif animé et c'est dans la poche ;) ), ceci afin d'obtenir un effet "eyepiece-like" je pense. Pour les astérismes et associés (comprendre les amas n'ayant pas trop de densité par rapport au fond stellaire), là par contre, ça ne doit pas rendre terrible, à l'instar des images où ils se noient jusqu'à être non-reconnaissables. J'ai pas mal de dessins d'amas ouverts en stock, du temps où je dessinais l'Uranometria au SC de 200mm, faudrait que j'en daaoïse quelques uns pour voir ce que ça donne...

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec Serge pour le dessin, avec le cas particulier que les amas faciles assez pauvres, ou les astérismes sont des mets de choix pour le débutant pour apprendre à placer les étoiles, respecter les alignements, les angles ...même si au final ça ne rend pas trop (quoique, les Pléiades par ex, dès 80 mm ....!)

Après c'est quand même le type d'objet qui rend pas mal même dans un petit diamètre, d'où intérêt démocratique.

Enfin, en s'intéressant plus à l'aspect émotion visuelle que dessin, je suis passé récemment dans ces champs richissimes du Cygne au 300 et purée ça envoie fort quand même !! Même si déjà une bonne lunette lumineuse à faible grossissement donne du spectacle là-dessus (champs très riches et très piqués), pourvu que l'amas ne soit pas trop faible, l'apport non négligeable du diamètre là-dessus est à signaler (et je ne sais pourquoi, peu témoigné je trouve)

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, etoilesdesecrins a dit :

pourvu que l'amas ne soit pas trop faible, l'apport non négligeable du diamètre là-dessus est à signaler (et je ne sais pourquoi, peu témoigné je trouve)

Ça me semble tellement évident. Mais des posts infinis tentent de prouver le contraire.....

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann, j'ai un effet intéressant à l'écran sur ton premier dessin, plus exactement sur ton amas ouvert 7423. A mesure que je déroule la page, l'amas m'apparaît plus ou moins brillant suivant qu'il se trouve en haut ou en bas de l'écran de mon portable, c'est un effet agréable qui me rappelle un peu la sensation visuelle lorsque qu'un amas faible se trouve au centre ou sur le bord de l'oculaire, ou que l'on cherche la bonne position en VI. Je me rappelle une ancienne discussion (portant sur les styles de dessin) où le réalisme te tenait à coeur ; je crois que c'est réussi. Les "pointillistes" auront peut-être un avis différent !

Salut Serge, si tu dessinais assis, si tu avais un suivi, si tu ne comptais pas tes heures de labeur, tu pourrais envisager le décorticage d'un amas plus ou moins serré. Les étoiles, même si pas variable ou double sont des objets respectables qui sont là pour faire chanter les nébuleuses. Même si je ne dessine plus trop d'amas ouverts, j'ai toujours l'impression d'en faire des bien fournis lorsqu'il s'agit de fonds de champ autour de l'objet. Au delà de son petit confort personnel ou de sa propre motivation, on n'est hélas très vite arrêté par l'état de stabilité du ciel. A ce jeu, au dessus de 300mm d'ouverture, rares sont les dessins bien résolus d'amas de toute sorte.     Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cher ami,

bien sûr je pensais à toi en écrivant cet état d'âme sur les amas, tu es bien l'un des rares à en faire de bien couillus "tout à la paluche", immense respect !

nota, je suis TOUJOURS assis derrière mon T400, sinon j'aurai bien du mal à tenir la nuit entière un crayon à la main.

Edited by serge vieillard
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nuit du 13 au 14 août

 

Là, on quitte le ciel profond pur et dur, mais que voulez-vous : quand la pleine Lune s’impose à l’extrémiste, soit il capitule en retrouvant son oreiller et un rythme circadien classique, soit il persévère en allant chercher ce qui passe à travers le voile lumineux sélène… Alors, voyons voir, quelle nébuleuse planétaire est assez brillante pour ne pas déjà avoir été observée et assez stellaire pour résister à 98% d’éclairement lunaire ?

 

Et ben, allons y pour DdDm1 (Dolidze+Dzimselejsvili, dites le 3x très rapidement sans erreur et vous obtenez immédiatement votre grade d'extrémiste hors-catégorie ;)) appelée aussi PK 61+41.1 dans Hercule, à 75° environ de notre satellite-phare. De magnitude 13.9, elle n’est pas spécialement brillante mais son diamètre de 4’’ ne laisse que peu d’espoir à obtenir des détails donc il ne reste que la gageure du repérage réussi. Je n’ai pas essayé le spectroscope d’Amici étant donné sa faiblesse relative mais je n’en ai pas eu besoin car elle répond bien aux filtres colorés et interférentiels, stellaire à tout grossissement.

 

pk061+411_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219

 

pk061+411oIII_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.

T445x219, OIII

 

fiche

 

Ensuite, je me suis intéressé à deux étoiles symbiotiques (dont le spectre peut parfois être confondu avec celui d’une nébuleuse planétaire [mais pas toujours]. Bien m’en a pris car les deux exemplaires visités ont montré de belles couleurs, particulièrement grâce à l’éclairage blanc diffus du fond de ciel qui donne une base de comparaison. A une distance comparable à celle de notre cible précédente par rapport à la Lune, CH Cyg estimée de m=9 (en fait 7, mais la pleine Lune complique les estimations…) montre une couleur rouge assez franche dans ces conditions, et particulièrement comparée à l’étoile adjacente d’éclat similaire bien plus « blanche ».

 

ch-cyg_daaoT445x182-0.458_YPrbdo.jpg

T445x182

 

A 400x avec le spectroscope blazé (Rainbow Optics), on voit au moins 2 larges zones d’absorption à moins qu'il ne s'agisse de baisse locale du foisonnement de raies d’émission.

 

ch-cyg_daaospT445x400-0.192_YPrbdo.jpg

T445x400, spectroscope Rainbows Optics blazé

 

fiche d'observation

 

Un peu plus basse en déclinaison mais toujours dans le Cygne, BF Cyg est une autre symbiotique orangée à faible grossissement et plutôt saumon à fort G. Là encore, le contraste de couleur est très marqué avec l’étoile blanche de m=5 très proche au Sud-Est.

 

bf-cyg_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

En détaillant le spectre, là aussi, une zone d’absorption (ou bien deux zones d’émission) apparaissent subtilement.

 

bf-cyg_daaospT445x400-0.192_YPrbdo.jpg

T445x400, spectroscope Rainbows Optics blazé

 

fiche d'observation

 

Puis, j’ai conclu sur l’étoile de Campbell (PK 64+5.1) dont le spectre de type WR et l’enveloppe nébuleuse émissive donnent une image spectrale complexe et esthétique. On y voit du côté bleu du spectre la raie hydrogène (H-beta), puis le carbone (CIII à 465nm) et enfin encore l’hydrogène (H-gamma à 434nm).

 

pk064+051_daaospT445x74-0.583_YPrbdo.jpg

T445x74, spectroscope d'amici

 

pk064+051_daaospT445x400-0.192_YPrbdo.jp

T445x400, spectroscope Rainbow Optics blazé

 

Le filtre Hß met bien en évidence (malgré la Lune) la petite enveloppe nébuleuse pas évidente autour de la brillante centrale, mais la couleur rosée ne m’est pas apparue de manière évidente.

 

pk064+051_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

T445x364 sans filtre

 

pk064+051hb_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jp

T445x364, Hß

 

fiche d'observation

 

La Lune est désormais bien levée et totalement éblouissante alors, un peu fatigué, je décide de plier la session et de rejoindre Morphée.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

OUi elles rendent bien !

De mon côté les objets encore non vus de mes listes étant trop faibles pour de la pleine lune, dans ces circonstance je sors la petite FC-100 pour une séance de doubles. Quel régal en général !

 

Et comme beau temps coïncide avec pleine lune (c'est pas une légende, c'esst observé par chez moi avec stats à l'appui) je peux oser espérer quand même quelques sorties de ce genre

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/11/2019 à 23:55, serge vieillard a dit :

formidable tes spectres !!!! Ca donne envie......

C'est sûr que le domaine des possibles est moins étendu qu'avec un oculaire, mais entre les étoiles carbonées, WR ou symbiotiques, et les chtites nébuleuses planétaires, il y a quelques jolies découvertes à faire. En plus, ça permet de raccrocher l'astrophysique au terrain et d'en apprendre davantage.

 

Le 23/11/2019 à 03:14, Sky runner a dit :

Yann, j'ai un effet intéressant à l'écran sur ton premier dessin, plus exactement sur ton amas ouvert 7423. A mesure que je déroule la page, l'amas m'apparaît plus ou moins brillant suivant qu'il se trouve en haut ou en bas de l'écran de mon portable, c'est un effet agréable qui me rappelle un peu la sensation visuelle lorsque qu'un amas faible se trouve au centre ou sur le bord de l'oculaire, ou que l'on cherche la bonne position en VI.

D'où l'avantage d'un écran superpoli ! :D J'avais un peu le même effet sur mon écran mais je viens d'en changer pour un autre qui montre bien moins cet effet. Question d'angle de vision et de type d'écran certainement, mais je ne suis pas spécialiste (si l'un d'entre vous en sait plus, je suis intéressé). Le rendu des daaos va sans doute découler de cela, sans doute comme les imageurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux jours après la pleine Lune cette fois ci, la transparence est excellente lors de cette nuit du 17 au 18 août mais le ciel bien éclairé. Alors je termine ces congés par différents tests et essais sur des objets faciles, brillants ou stellaires.

 

J’ai commencé comme la nuit précédente par une nébuleuse planétaire quasi-stellaire (ø=5’’), Nassau 1 alias PK 18+20.1 dans Ophiucus. Elle est idéalement placée, distante de 93° de notre éblouissante voisine, pour tester l’effet assombrissant du filtre polarisant sur le fond de ciel. C’est vrai que, même si il n’est pas transcendant, le filtre révèle quelques étoiles supplémentaires dans le champ par effet de contraste en éteignant nettement le fond de ciel. Elle est légèrement diffuse au delà de 182x de grossissement, donc pas si stellaire que cela!

 

pk018+201_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271x

 

pk018+201pola_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271, filtre polarisant

 

pk018+201oIII_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271, filtre OIII

 

 

fiche d'observation

 

Ensuite, tant qu’on en est à admirer les couleurs grâce au voile grisâtre du fond de ciel, passons par NGC 6210, la Tortue dans Hercule, à 105° de la Lune. A faible grossissement, sa couleur bleuâtre est évidente, surtout comparée à deux étoiles de m=7, l'une jaune-orangée à 9' Sud-Est et l'autre jaunâtre à 17' Sud-Sud-Ouest.

 

n6210_daaoT445x83-1.000_YPrbdo.jpg

T445x83

 

J’ai également essayé le filtre Baader Solar Continuum qui met bien en évidence l’étoile centrale.

 

n6210_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219

 

n6210bsc_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219, filtre BSC

 

fiche d'observation

 

La nébuleuse de l’Emeraude, NGC 6572 à 82° de la Lune dans Ophiucus, n’a pas besoin de ces conditions spéciales pour que sa couleur soit évidente, mais son étoile centrale est parfois difficile à extirper de son cocon nébuleux très dense. Le filtre BSC y aide cette fois encore.

 

n6572_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219

 

n6572bsc_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219, filtre BSC

 

fiche d'observation

 

Encore une brillante nébuleuse planétaire du NGC avec son numéro 6790 dans l’Aigle, mais celle-ci apparaît bleuâtre, particulièrement par rapport à une étoile orangée de 9ème magnitude à 10’ Nord-Ouest. Le filtre BSC n’a pas rempli son office de révélateur de centrale sur cette nébuleuse bien petite (moins de 7’’ de diamètre) malgré qu’une étoile de m=13.2 reste visible à proximité : il faudra essayer par nuit sans lune.

 

n6790_daaoT445x83-1.000_YPrbdo.jpg

T445x83

 

 

fiche d'observation

 

J’enchaîne avec NGC 6891 dans le Dauphin, apparaît clairement nébuleuse avec un centre plus brillant. Le filtre BSC par son effet ségrégatif confirme que cette surbrillance centrale est bien l’étoile progénitrice.

 

n6891_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219

 

n6891bsc_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219, filtre BSC

 

fiche d'observation

 

Et pour finir, je pointe la saturnienne NGC 7009 dans le Verseau. A seulement 38° du phare lunaire, le filtre polarisant n’est quasiment pas fonctionnel et l’étoile centrale reste intimement mêlée à l’intense nébuleuse. Le filtre BSC parvient à la mettre en évidence même si elle reste très faible avec celui-ci.

 

n7009_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219

 

n7009bsc_daaoT445x219-0.300_YPrbdo.jpg

T445x219, filtre BSC

 

fiche d'observation

 

Voilà, terminées ces observations d’été. Vivement l’hiver avec ses nuits bien plus longues…

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est génial et culotté ces observations du CP avec Lune gênante !

 

On reconnaît bien NGC 7009. Quant à 6210 de mémoire c'est compliqué d'en tirer beaucoup de détails, même sans Lune...

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps c'est des conditions idéales pour chouchouter le peu d'objets du CP alors accessibles , si on ne veut pas se lancer dans les multitudes d'étoiles doubles qui conviennent aussi à ces circonstance de ciel éclairé. Et à ce jeu-là un gros diamètre s'imposera toujours par rapport à une petite lulu, avec laquelle on a vite fait le tour de 6210 par ex ou 6891 !

 

Bon par chez moi y a un miracle, de gros pans de ciel se dégagent sous l'effet du vent et les étoiles sont même annoncées pour demain soir ! On va se tenir prêt malgré le froid !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now