Michel Deconinck

Transit de Mercure et calcul de l'épaisseur de la chromosphère

Recommended Posts

5db80ba00c4ec_bandeaualerte.jpg.e0a3d03359c33f7bdce976dbdea05cca.jpg

 

Bonjour à tous

 

Le 11 novembre 2019 aura lieu le passage de Mercure devant le Soleil.   Bon, ok, ça tous les éphémérides en parlent, mais ce qui sera plus original c'est l’exercice que nous vous proposons de réaliser.

 

En Europe, nous sommes en mesure de voir les premiers contacts et depuis l’Amérique Ouest, le "Far West", juste les derniers.

C'est du Québec que les observateurs seront les mieux placés en ayant la possibilité d'observer l'ensemble du passage.

 

Un de mes amis: Jean Bourgeois, nous demande d'essayer de déterminer la profondeur de la chromosphère solaire, chromosphère signifie la sphère de couleur. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais nous ne connaissons pas encore avec précision la taille de cette chromosphère.

Le prochain passage de Mercure devrait permettre aux observateurs de chronométrer le début et / ou la fin de cet événement dans deux longueurs d'onde différentes: en lumière blanche qui correspond à la photosphère, au rayon plus petit, et en Halpha, correspondant à la chromosphère qui entoure la photosphère. La différence entre ces deux temps donnerait une estimation de l'épaisseur de cette chromosphère aux latitudes solaires concernées. Nous ne prenons pas en compte les  "spikes" qui surplombent la chromosphère, mais uniquement la couche chromosphérique, ce qui correspond en fait à la différence du rayon du soleil dans ces deux longueurs d'onde.

 

Ce type d'observation est rarement organisé. La littérature ne mentionne que trois observations, l’une de Russ Sampson en 1994 (Sky & Telescope, novembre 1994), l’autre de Jean Bourgeois lui-même en 1996 (IOTA / ES, symposium de 1997) et la dernière du mois d’avril 2003 via IOTA et l’association des observateurs solaires, également par Jean Bourgeois. Malheureusement, presque tous les efforts pour chronométrer les événements en H-alpha ont échoués, en raison de nuages, d'images de faible précision ou de problèmes techniques.
Aujourd'hui nous avons à disposition un bon logiciel pour réduire les futures observations, ceci a été fait par un autre de nos bons amis: Jean Meeus.

 

Donc, si vous voulez faire partie de ce nouveau défi, n'hésitez pas à me contacter directement via ce mail.

 

En pièce jointe vous trouverez le document élaboré par Jean Bourgeois en 2003, il y a plus d'explications à propos de ce phénomène ainsi que la manière d'organiser l'observation. 

 

 

NB : Toujours pour plus d’information à propos de ce type d’observation, n’hésitez pas à retourner lire l’excellent article toujours de Jean Bourgeois, dans le déjà très ancien n° 8 de votre AstroSurf Magazine.

J'espère que vous serez nombreux à relever ce nouveau défi et en attendant le 11 novembre, je vous souhaite un beau ciel !

Transit de Mercure.pdf

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

A réfléchir aussi à la possibilité de déterminer l'UA à partir des observations (observateur unique ou multiple).

Ça demande un peu de réflexion et de préparation, mais ça peut être sympa aussi ;).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/10/2019 à 10:55, Michel Deconinck a dit :

Aujourd'hui nous avons à disposition un bon logiciel pour réduire les futures observations

Lequel ?

Jean Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à tous,

La mesure de la hauteur de la chromosphère est effectivement une manip très intéressante.

En dehors des transits, elle peut se faire également sur la base des images du disque solaire prises en Ha ou en Ca K.

La forme de la chromosphère change au cours du cycle solaire. Elle est plus allongée lors des minima solaires. C'est un phénomène étudié par les pro.

Les manip au long cours sont donc encouragées. Il faut une bonne résolution (lunette de 90 mm ) et surtout une grande rigueur dans les mesures.

On peut aussi faire cela à partir des images de Hinode/SDO.

On en parle dans le bouquin Astro Solaire.

Comme cela a été dit, c'est un domaine où les amateurs peuvent apporter une contribution.

 

Sinon, c'est mort ici pour la météo...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

A Fécamp, en Normandie, échec de la manip', une éclaircie n'ayant pointé son nez que 10 mn après les premiers contacts. Reste la vision du transit de Mercure à la Lunt 80 mm qui a été, par la suite bien sympa, mais par petites tranches de 1 à 3 mn entre les passages nuageux... Mais la mesure de la

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de supprimer quelques interventions sympatiques, mais sans rapport avec le sujet du message.

Pour les messages de type "Alerte", merci de vous en tenir strictement au sujet proposé ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By banjo
      bonjour,
      juste 2 "tirs" dans les nuages , dommage car cette tache est extrêmement active .
      Paul
       


    • By PPAQU
      Bonjour à jour
       
      Le Soleil est toujours bien calme mais cela fait tellement plaisir de le voir ... J'avais repéré un pore ce matin sur le site du SDO. J'ai tenté ma chance ce matin. Mais celui avait disparu au moment des captures. Je vous joints quand même l'image que j'ai capturée en fin de matinée (12h09 HL).
      La transparence était excellente avec un vent de nord est très sensible et bien piquant.
      Matériel : 66ed/400 + ASI178M au foyer + filtre Astrosolar (D3.8) et filtre EO à 430 nm. Stack sous AS3.
      L'image finale est présentée avec sa taille d'acquisition.
      Pascal

    • By POUPEAU
      Bonne année 2020 à tous !
       
      Voici mon premier spectrohéliogramme de l'année 2020 pris aujourd'hui en région parisienne avec mon spectrohéliographe.
       
      La raie utilisée est la raie Halpha.
       
      A noter une trainée de filaments près du pôle Nord,  quelques protus et deux régions faiblement actives.
       

       
      Jean-Jacques
       
       
    • By petitprost
      Article paru hier soir
       
      L’étoile géante Bételgeuse pâlit, elle pourrait exploser sous nos yeux
      L’étoile géante Bételgeuse, l’une des plus brillantes de notre ciel, a un coup de mou. Sa luminosité a chuté depuis quelques semaines. L’événement met les astronomes en effervescence : il pourrait annoncer son explosion en supernova, phénomène rarissime dans notre galaxie. Si c’est le cas, le spectacle sera extraordinaire.
       
      Située dans la constellation d’Orion, Bételgeuse est une « super géante rouge » presque mille fois plus grosse que le Soleil. Elle brille intensément dans le ciel d’hiver, où elle est visible à l’œil nu grâce à sa couleur orange. L’étoile figurait parmi les 10 les plus brillantes de la galaxie, mais depuis la mi-novembre, « sa luminosité a chuté de manière drastique, de l’ordre de 70 % », explique Pierre Kervalla, de l’Observatoire de Paris-PSL.
      Alertés par des observateurs amateurs, des astronomes ont déclenché en décembre une vaste campagne d’observation, mobilisant les plus grands télescopes de la planète, dont le Very large télescope au Chili. « C’est l’ébullition ! Nous avons monté un groupe de recherche à travers le monde pour utiliser tous les instruments capables d’imager la surface de Bételgeuse », témoigne Eric Lagadec, du laboratoire Lagrange de l’observatoire de la Côte d'Azur.
       

       
      Et des centaines d’astronomes amateurs sont mis à contribution, et « passent leurs nuits dans leurs jardins ou leurs sites d’observation favoris » afin d’apporter des mesures complémentaires, raconte ce chercheur CNRS. Plusieurs hypothèses sont avancées : il pourrait s’agir d’une éjection de gaz formant de la poussière et cachant le rayonnement ou… de la mort de Bételgeuse.
      Ce dernier scénario se solderait par une explosion en supernova. S’il semble peu probable dans un avenir proche, il fait rêver les astronomes : l’astre en fin de vie n’ayant plus de « carburant » (issu de la fusion nucléaire), son cœur s’effondrerait sur lui-même et formerait une étoile à neutrons, un objet très compact qui crée une onde de choc disloquant complètement l’étoile, le tout en quelques heures seulement.
      « Un spectacle inoubliable pour l’humanité »
      Depuis la Terre, on observerait alors à l’oeil nu un point aussi brillant que la Lune dans la voûte céleste diurne et nocturne. À cela s’ajouterait un joli spectacle, « celui d’un écho de lumière se propageant autour, comme des ronds dans l’eau », précise Pierre Kervalla. Au bout de plusieurs semaines, ce point disparaîtrait et formerait une nébuleuse, visible dans le ciel pendant des milliers d’années, à l’instar de celle du Crabe, résidu de la supernova survenue en 1054 (qui fut rapportée par des astronomes chinois).
      Bételgeuse se trouve dans la constellation d’Orion.
      « Ce serait un spectacle inoubliable pour l’humanité entière. J’espère pouvoir voir une supernova de mon vivant », confie Eric Lagadec. Car ce phénomène n’arrive qu’une fois par siècle dans la Voie lactée, et la dernière formation de supernova observée remonte à 1604.
      L’explosion de Bételgeuse est attendue puisque l’astre, âgé de « seulement » 10 millions d’années, est bel et bien en fin de vie. Mais il est difficile de prédire précisément quand elle mourra, car il n’existe aucune signe annonciateur : « c’est un peu comme un séisme ; la veille de l’explosion, l’étoile sera pareille », souligne Pierre Kervalla. Cela pourrait donc arriver dans les semaines qui viennent comme… dans 100 000 ans. « Nous n’avons aucun moyen de le savoir », reconnaît Andrea Chivassia.
      Quoi qu’il en soit, cela serait sans danger pour notre planète, dont Bételgeuse est distante de 600 années-lumière. « Si on la voit exploser d’ici, cela signifiera que l’explosion a eu lieu physiquement il y a 600 ans », rappelle Pierre Kervalla.
      Sur le plan scientifique, l’évènement permettrait aux astronomes de suivre directement, et pour la première fois de l’histoire, les différentes phases de l’explosion, une précieuse jauge pour mesurer l’expansion de l’Univers. « On comprendrait aussi ce qui va arriver à la future génération d’étoiles », selon Andrea Chivassia.
    • By banjo
      bonjour,
      pas grand chose sur le limbe et pas mieux sur disque.
      ciel pour une fois bien dégagé , vent nul (rarissime sur mon spot)  , mais turbulence forte impossible de faire une MAP correcte 
      Paul
      édit : la trois conserve plus de détails mais "fade" manque de contraste?
       
       

       
       
      ASTROSURFACE avec Psf traitement après AS!
       

       
       
      traitement Astrosurface .SER 
       

       
       
       
       
       
       
  • Images