jean dijon

Nouveau Télescope "APO Killer" episode III réalisation de la lame

Recommended Posts

Jean, le calcul se fait sur une lame à faces //... :ph34r:

N'ayant pas eu plus d'info que cela... Mais je crois me souvenir que l'écart avec une lame plane est < à 500 microns

 

Je dois pouvoir te donner les écarts entre face interne et face externe...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)
Il y a 7 heures, Pascal C03 a dit :

Même chose Olivier, si tu as la référence..

 

j'utilise celui ci principalement Patex HB397F-19 gamme Hi-Bond On en trouve parfois en magasin de brico.

résistance à la traction pour un bout de ruban de 25mm (19x25mm = 4,75cm²) 24N en 1min et 40N en 24h -> donc moins fort que de la colle forte, mais suffisamment fort si on a un peu de surface.

 

https://fr.rs-online.com/web/p/rubans-plastiques-double-face/0468370/

 

il y a aussi la gamme VHB (very hi bond) chez 3M qu'on utilise en pro, moins facile à trouver en magasin. Mais beaucoup plus étoffée. Existe aussi en plaques, très pratique pour les grandes surface. (une plaie à découper à la main par contre, faut éviter le ciseau, ça colle. cuter roulant idéalement, prévu pour être prédécoupé à la machine.

 

par exemple un double face mouse :

 

https://fr.rs-online.com/web/p/rubans-mousse/1797602/

 

la datasheet (lien sur la page) montre les différentes versions. On est dans les mêmes ordres de grandeur que la patex

https://docs.rs-online.com/cc36/0900766b8171ea0c.pdf

 

En fait c'est un compromis : si le support du secondaire est large, autant que le miroir ou presque, il faut plutôt un truc un peu souple et épais pour absorber la dilatation différentielle et les contraintes en résultant, quitte à coller moins fort, on a plus de surface. Donc mousses double face pour miroir de salle de bain, colle silicone, etc.

 

Si peu de surface de collage, alors il faut réduire l'épaisseur et augmenter la résistance à la traction donc on va plutôt utiliser des colle, epoxy

ou alors il y a aussi des nouvelles colles acrylique bi composant :

 

la Colle acrylique bi composant 3M DP8010 colle sur pas mal de plastiques, plus qu'une epoxy (c'est cher mais extrêmement efficace et une des très rare à pouvoir coller (un peu) sur le PP.

 

https://fr.rs-online.com/web/p/colles-acryliques/1612384/

 

la datasheet est intéressante car la résistance est donnée pour de nombreux matériaux

 

https://docs.rs-online.com/cc1c/0900766b815fe34f.pdf

 

Chez Sikaflex ils ont aussi des colles pour le PP mais moins efficace.

 

On trouve quelques références de Sikaflex un peu particulières en magasin d’accastillage de bateau. C'est une marque très utilisée dans ce domaine, c'est pour ça que je demandais la ref...avec un peu de bol ils l'ont en stock (à Paris il y a un magasin d’accastillage à Boulogne/Pont de Sèvre par ex, ils ont principalement des Sikaflex)

 

 

 

 

Edited by olivdeso
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci, voilà une réponse qui restera une référence pour le collage !

 

Sinon, pour Jean, l'écart entre les 2 faces est de l'ordre de 4 nm mais en fait pas de différentiation entre face interne avec le collage et la face externe... Encore une fois, les faces sont considérées commes planes. voir document complété

 

 

lame sous charge secondaire.docx

Share this post


Link to post
Share on other sites

merci pascal

je me suis mal exprimé la lame est à faces// mais après la charge cela devient un ménisque donc ton calcul est OK

4 nm ce n'est rien donc aucun pb de déformation optique

Pour la colle je vais digérer les infos

Merci

 

jean

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Jean,

Bravo pour ce télescope, magnifique !!

 

Quelques éléments sur le collage verre métal que j'ai pratiqué :

 

Il faut choisir une colle avec un TG le plus proche de la température d'utilisation. LE DP190, c'était 20° je crois me souvenir. Le tg est la température au delà de laquelle la colle "ramollit". Pour le silicone, c'est -65° je crois (le silicone est toujours dans sa zone "molle") et pour les colles haute température, ça doit tourner aux environs de 200°.

 

Pour le collage verre métal ("précis", prismes en SF 6 sur plaque acier) j'ai expérimenté avec succès à titre professionnel la colle 3M DP190 qui est l'équivalent en cartouche 2 composants de la 2216 B/A (citée plus haut).

La difficulté pour le collage epoxy est de maîtriser l'adhésion du film de colle car les résistances à la traction ou cisaillement sont données pour une rupture du film de colle, pas une rupture de l'adhésion si mes souvenirs sont bons.

 

La meilleure solution qu'on avait trouvé était de doucir la pièce juste avant le collage pour avoir une surface non oxydée (bon c'était du SF6 qui s'oxyde vite) . Et là on a eu des ruptures cohésives de l'assemblage et non pas adhésives. Si tu ne peux pas doucir au centre de la lame, colles au moins le plus tôt possible après la fin du polissage pour éviter pollution et oxydation du verre. Un coup de douci sur ta pièce en alu ne posera pas de pbs...

 

Pour maitriser l'épaisseur du film de colle (trop peu ou trop est nuisible) on mettait des µballons de verre de diamètre 100µ dans la colle (5%/ 10%  du poids du mélange). De cette façon on a une épaisseur de colle constante et maitrisée (et la pièce restait parrallèle à son support). Une épaisseur de colle un peu plus grande améliorait les choses en termes de tenue du collage en thermique. les micro ballons se trouvaient chez prolabo.

 

Attention aussi à la surface de collage (bon là c'est pas le pb je pense). Si tu maitrises bien l'adhésion, les dilatations différentielles entre la colle, le verre et la pièce en alu peuvent te cliver le verre ( Bon mes essais, c'était du SF6 et à -40 / +70°)... La solution avait été de minimiser la surface de collage pour limiter la traction de la colle.

 

Voilà, bon continuation et au plaisir de se revoir !

 

Pierre

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, jean dijon a dit :

Si je suis au zenit les 300g vont induire un menisque qui n'impacte en rien la qualité de l'onde transmise, en angle le CDG de l'assemblage est a environ 8cm de la lame ce qui fait un couple de 0.25Nm je pense que la lame vas faire un S dans la directon du couple mais je ne vois pas pourquoi cela serait pire au point de vu optique (ce n'est pas un miroir). Je vais voir si CPI-Z peut faire un calcul. La rigidité D des plaques est en cube de l'epaisseur avec 15mm d'epaisseur je suis au moins 10 fois plus rigide qu'une lame de SC dont l'epaisseur est plutot 5 ou 6mm

C'est vrai que pour un SC de 300, le secondaire est plus gros et plus lourd mais beaucoup plus près de la lame. A la louche, il doit exercer un couple 5 à 10x plus faible, mais la lame est aussi 10x moins rigide. Donc ça me parait cohérent et les calculs de PascalC03 ont achevé de me convaincre. Je me suis inquiété pour rien.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, pierre_charpentier a dit :

Pour maitriser l'épaisseur du film de colle (trop peu ou trop est nuisible) on mettait des µballons de verre de diamètre 100µ dans la colle (5%/ 10%  du poids du mélange)

Salut Pierre merci pour ton intervention très intéressante. J'ai cherché  les µ ballon sur internet sans succès (sauf en sac de 50kg pour du microbillage) je me disait que je peux contrôler l’épaisseur de la colle en usinant la pièce en métal en créant une cavité de 100µm de profondeur  jusqu’à 1 ou 2 mm du bord de cette façon  je contrôle l’épaisseur de la colle et j’évite que la colle bave sur la lame. Qu'en penses tu?

 

jean

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Et pourquoi pas percer la lame ? Dans tous les cas si ça tombe, la lame elle cassera sans doute, vu le bras de levier et la masselotte au bout. Ou alors mettre une araignée ? ou une sécurisation contre le décollement avec des fils en nylon ? C'est dommage mais la position de la lame est une contrainte intrinsèque de la combinaison optique et en visuel il faut sortir en Newton. 

 

Un autre solution : coller au plus court le secondaire sur la lame puis récupérer l'image plus loin avec deux achromat F/5 ou 6 de 150mm de focale montés bosse contre bosse. Mais alors on aura du chromatisme… Faudrait simuler. Avantage : obstruction très faible !

Edited by Rydel_Charles

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, jean dijon a dit :

µ ballon sur internet sans succès

Tu peux trouver ça en magasin pour la résine et les fibres. C'est utilisé comme charge dans les résines. Près de chez moi, il y a SF composite mais je crois que tu es proche d'une grande ville, donc il doit avoir un vendeur de matériaux composites?

https://www.sf-composites.com/

Tu peux éventuellement leur poser la question par tel pour ton collage aussi.

Christophe

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Hello Jean,

 

La cavité de 100µm, c'était une idée séduisante.

Je l'avais utilisée avant de mettre les micro ballons. 

Sur le SF6, le pb était à froid, la colle en se rétractant tirait tellement que ça clivait juste au droit de la bordure de la poche. On a abandonné et mis les microballons. Je dois pouvoir t'en trouver un peu pour un si petit collage. Je vais regarder. Sinon, oui, on avait acheté un sac de 50kg.... Le microballons étant bien répartis dans le film de colle, il n'y a pas de concentration de contrainte .

 

Ceci dit, mes pbs de clivage étaient certainement liés au fait que c'était du SF6 (N-SF6 même) verre à haut indice (1, 85 si mes souvenirs sont bons) et assez exotique. Sur su BK7 ou du borofloat c'est probablement moins génant (et puis, j'ai qualifié le bazar à -40°, c'est méchant).

 

SInon y'a bien des billes de verre chez SF composites (bonne piste Chris !) mais elles sont  grosses, calibre 425- 850.  Donc film de colle de 850 µm, c'est un peu gros....

 

J'ai trouvé ça :

 

https://www.cookson-clal.com/materiel-bijouterie/Microbille-de-verre-53-à-106-microns-fin-prcode-9990-0036&add=n

 

Je te tiens au courant en MP si je trouve des µbilles.

 

Pierre

 

 

Edited by pierre_charpentier
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 1 heure, Rydel_Charles a dit :

Dans tous les cas si ça tombe, la lame elle cassera sans doute, vu le bras de levier et la masselotte au bout

 

Aucun risque de mon point de vue : la lame est épaisse et le bord est de bonne qualité. On peut augmenter considérablement la résistance au choc en polissant un rayon de raccordement entre chaque face et la tranche.

C'est ce que j'ai appris dans la filiale "Verres aero" de St Gobain. La résistance d'un pare brise d'avion au test "tir de poulet" est essentiellement donné par la qualité des rayons de raccordement sur chacun des verres qui constitue le feuilleté.

Donc, en cas de doute Jean, tu polis tranche et rayon. :ph34r:

Et puis je ne vois pas comment un objet situé sous la lame pourrait percuter celle-ci en tombant ? J'ai du rater une étape.

 

Enfin, aujourd'hui, faire confiance à une colle fait parti du quotidien dans l'industrie. Tout est dans la préparation. Doucissage du verre et de l'alu comme dit plus haut et collage à température d'emploi en milieu sec.

 

 

Pour l'épaisseur, pourquoi pas des cales de 0.2 que tu enlèves après ?

 

 

Bon courage Jean !

Edited by Pascal C03
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Rydel_Charles a dit :

Et pourquoi pas percer la lame ? Dans tous les cas si ça tombe, la lame elle cassera sans doute, vu le bras de levier et la masselotte au bout. Ou alors mettre une araignée ? ou une sécurisation contre le décollement avec des fils en nylon ? C'est dommage mais la position de la lame est une contrainte intrinsèque de la combinaison optique et en visuel il faut sortir en Newton. 

 

Bonjour Charles

je n'ai pas trop envie de percer la lame terminée, le verre n'a pas eut de recuit et je ne suis pas sur qu'elle ne bouge pas, en plus une fois percée je n'aurais plus aucun moyen de la reprendre par dépression si nécessaire. 

En plus il faut protéger très soigneusement les faces pour éviter la moindre rayure avec le carbo. Le collage me parait plus simple il faut juste faire cela avec l’état de l'art.

La charge est quand même faible, avec les colles actuelles cela devrais tenir même dans le temps tout est dans la préparation comme le dit pascal. 

Je ne veux pas mettre d'araignée (cela serait quand même dommage)  mon obstruction est de 0.16  je ne veux pas rajouter un système de transport optique. Si l'assemblage se décolle en position parking hors observation avec les diaphragmes que je met dans le tube cela ne devrais pas tomber sur le primaire .

Combien de secondaires collés se sont réellement décollés je n'ai pas idée.

 

jean

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

Je n'avais pas capté la distance secondaire/lame. dediou, c'est important !

pour le support secondaire et le blocage en rotation - qui ne me semble pas un gadget, notamment sur cet instrument  par le fait qu’une fois tout ça en place derrière la lame, si ça tourne lors des réglages (car rien n’empêche cette rotation), ça va être pénible....

Donc oui un point-trait-plan, ou une butée réglable en rotation, ou etc.

Pour la colle, il ya des avis d'experts ici. Pour le Sikaflex, je n’ai pas la référence, juste celui qu'on trouve dans les magasins pour l'automobile, les bateaux, les camping-car.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, serge vieillard a dit :

(car rien n’empêche cette rotation)

 

En effet, mais on peut poser la question inverse, qu'est-ce qui pourrait le faire tourner ?...

 

Il y a 2 heures, serge vieillard a dit :

Je n'avais pas capté la distance secondaire/lame. dediou, c'est important !

 

C'est pas important vu que l'ensemble est léger :-)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, serge vieillard a dit :

Donc oui un point-trait-plan, ou une butée réglable en rotation, ou etc.

Bonjour Serge je vais améliorer les choses, mon idée c'est aussi de régler le secondaire grâce à

la rotation quant l'assiette est bonne.

 

Il y a 3 heures, zeubeu a dit :

C'est pas important vu que l'ensemble est léger :-)

Bonjour Zeubeu , si c'est important car la coma est complètement corrigée pour une distance  primaire lame donnée, ce n'est hyper critique mais la distance n'est pas quelconque

 

jean

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, jean dijon a dit :

Bonjour Zeubeu , si c'est important car la coma est complètement corrigée pour une distance  primaire lame donnée, ce n'est hyper critique mais la distance n'est pas quelconque

 

Je parlais de la distance lame secondaire et du faible porte à faux :-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/07/2020 à 17:04, zeubeu a dit :

 

En effet, mais on peut poser la question inverse, qu'est-ce qui pourrait le faire tourner ?...

ben plein  de choses : vibrations, et surtout réglages car rien n’empêche la plaque recevant les 3 vis de réglages de riper à sa guise. Chose qui d'ailleurs se voit souvent sur le terrain avec ces dispositifs : quand on veut régler, souvent ça part en vrille....

Pi franchement, c'est pas "mécanique"., une des bases (trop souvent négligée) étant l'isostatisme, et ce projet hors norme le mérite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, serge vieillard a dit :

ben plein  de choses : vibrations

 

Vibrations de quoi ? C'est un hélico qu'il fabrique ? xD

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben si tu transportes, si par hasard, tu as un geste malencontreux, si il ya une invasion de sauterelles ou de barbares, on ne sait de quoi ers fait demain.

En tout cas, sans ce détail, ce n'est pas top, quoi qu'on en dise, mister CochonxD

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎05‎/‎07‎/‎2020 à 12:32, zeubeu a dit :

Je parlais de la distance lame secondaire et du faible porte à faux :-)

Ok je n'avais pas compris

 

il y a 41 minutes, serge vieillard a dit :

Pi franchement, c'est pas "mécanique"., une des bases (trop souvent négligée) étant l'isostatisme

Oui ce n'est pas trop "mécanique" comme tu dis mais pour que cela tourne il faut un couple quand meme. Le bout des vis est usiné correctement mais je vais rajouter une plaque intermediaire. Un autre aspect est que j'aurai peut etre besoin de tourner la lame dans son barillet pour optimiser la qualité optique donc je n'ai pas voulu celler dans le dur la position du secondaire dans un premier temps.

Le telescope n'a pas de coma et il est ouvert à F/D=6, donc en principe peux de soucis de collimation par rapport à un  newton à F/D=4 

 

jean

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 02/07/2020 at 2:53 PM, olivdeso said:

la Colle acrylique bi composant 3M DP8010 colle sur pas mal de plastiques, plus qu'une epoxy (c'est cher mais extrêmement efficace et une des très rare à pouvoir coller (un peu) sur le PP.

 

J'utilise cette colle 3M, et en pratique je la trouve moins résistante qu'une epoxy pro.

Par contre elle est très transparente.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par contre acrylique et epoxy interdite pour les miroirs !

En pro on utilise aussi la Tecsil AC 452.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, chonum a dit :

Par contre acrylique et epoxy interdite pour les miroirs !

Bonjour chonum,

je pense que tu fais allusion aux contraintes induites par ce type de collage dans le cas des miroirs.

 

Jean

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/07/2020 à 11:58, chonum a dit :

Tecsil AC 452.

 

à propos de silicone, il y a un truc qui fonctionne très bien en collage : la famille quick gasket de Loctite. (j'utilise du 5910 en auto, produit génial)

c'est du silicone très peu fluide qui permet une remise en route très rapide voir immédiate quand on fait un joint avec en auto. Mais, moins connu, il est aussi utilisé en collage. Fonctionne très bien quand on a une épaisseur assez importante. Donc pourquoi pas pour un secondaire. je vais essayer...

Sinon loctite 595 silicone transparent, colle très bien sur verre et métal. on en trouve souvent en centre auto.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By PATRICEM33
      Bonsoir à tous,
       
      Suite à mon sujet Quel tube planétaire principal après un Mak 127 ? , mon nouveau tube, un µ210 dédié pour le planétaire est arrivé aujourd'hui directement de chez OU. Un peu Noël avant Noël .
      Ça fleure bon la qualité Taka mais je le savais, étant ancien possesseur d'une FSQ-85ED.
      Il va être appairé avec une ASI224MC, un ADC ZWO, une barlow Taka 2X et l'adaptateur photo magique de @jldauvergne  pour pouvoir réduire le tirage du montage si besoin.
      Une question pratique : Comment stockez-vous votre Mewlon ? Soit je le laisse dans son carton à plat soit autrement en dehors du carton ?
      Place à quelques photos du tube avant j'espère très rapidement un baptême de mon nouveau setup sur la lune et les reines actuelles (Juju, Saturne et Mars).
       
      Patrice
       

       

       

    • By BobSaintClar
      Amis binaires, bonjour !
       
      Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années.
      Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit.
       
      Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur.
      Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"...
      C'est vrai ! Mais...
      ... Il y a un "mais"
       
      Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique.
      Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc).
       
      Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon !
       
      Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours :

       
      En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation.
      En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie.
      En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge.
      En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge)
       
      Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur !
       
      Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge :
       

       
      Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert !
       
      Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe :
       

       
      Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde...
       
      Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu !
       
      Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)...
       

       
      ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre !
       
      Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) :
       

       
      On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge...
       
      Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge.
      Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ??
      Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" !
      Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris !
       
      Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose :
       

       
      C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" !
       
      Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir :
       
      - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite.
      - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR.
       
      Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique.
       
      N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur.
       
      Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé...
       
      En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur.
      A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final :
       
      - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire
      - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu
      - L'eau très sombre, presque noire
      - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés
       
      Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé.
       
      L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal".
       
      Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ?
      Ce sera le sujet de mon prochain post...
       
      A suivre
    • By jean dijon
      Bonjour,
       
      j'ai un doublet de 60mm dont le baume ? (c'est peut etre de la colle UV) a complétement crystalisé, je l'ai mis à tremper depuis 3 semaines dans de l'essence de térebentine qui m'a permis de décoler sans problemes des lentilles de 30mm de diametre mais là rien ne se passe.  Avez vous une idée peut etre qu'en passant au four cela serait une solution est ce que quelqu'un a déjà pratiqué un tel décolement ?
      Merci pour votre aide
       
      Jean
    • By oliver55
      Pour ceux qui veulent se lancer tout seul dans la construction d'une grande lunette astronomique pour leur observatoire.
      Voici déjà les optiques :
      https://fr.aliexpress.com/item/4001201292918.html?spm=a2g0o.detail.1000060.3.2f68729fcKJSUP&gps-id=pcDetailBottomMoreThisSeller&scm=1007.13339.169870.0&scm_id=1007.13339.169870.0&scm-url=1007.13339.169870.0&pvid=9233b673-f76b-4c95-9a00-e131db8e7984&_t=gps-id:pcDetailBottomMoreThisSeller,scm-url:1007.13339.169870.0,pvid:9233b673-f76b-4c95-9a00-e131db8e7984,tpp_buckets:668%230%23131923%236_668%23808%234094%23522_668%23888%233325%235_668%232846%238109%23290_668%232717%237564%23655_668%231000022185%231000066058%230_668%233468%2315615%23680
       
      Sinon les autres objectifs sont ici :
      https://fr.aliexpress.com/store/group/Astronomique-Télescope-Lentille/5088105_518092387.html?spm=a2g0w.12010612.8148362.8.e53d4938l96Ahs&origin=n&SortType=price_desc&g=y
       
      Mais que cela vaut-il optiquement?
    • By Ellazanne
      Bonjour à vous, *s'incline*
       
      A la recherche actuellement d'un chercheur/viseur qui pourrait convenir à ma lunettes 72 ed, je vous demande humblement votre aide.
       
      L'ensemble du setup qui doit l'accueillir ne pèse pas lourd et la monture est légère. Je recherche donc un chercheur lui-même poids plume qui se fixerais au plus proche du corps de la Lunoche pour que l'ensemble ne soit pas déséquilibré.  Au passage je ne sais si d'un viseur point rouge ou d'un cherche à classique serait le plus pertinent.
       
      Pour la posture, si ça peut vous aider, je suis généralement genoux à terre, cul sur les talons,  la nuque a angle droit le regard tourné vers les dieux des cieux, en signe de soumission.
       
      Si l'un de vous est a même de m'aider je suis tout ouïe.
       
       
       
       
       
       
  • Upcoming Events