MMeunier

Mort de l'astrophotographie???

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Il y a 3 heures, penn kalet a dit :

« La quantité impressionnante de satellites Starlink a traversé notre ciel ce soir (au CTIO) », a écrit Clarae Martínez-Vázquez, la co-astronome de Mr. Johnson, sur Twitter. « Notre visibilité avec la DECam a extrêmement été affectée par 19 d’entre eux ! Le train de satellites Starlink a duré plus de 5 minutes ! Plutôt déprimant… Ce n’est pas cool du tout ! »

 

Ni cool ni hélas près de s'arrêter...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, skywatcher a dit :

En tout cas , moi je viens de signer la pétition contre ces envahisseurs !

 

C'est fait :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les traitements pour virer les satellites, c'est du style cataplasme sur une jambe de bois. Un seul traitement existe vraiment, virer l'image. Quand il y en a une sur 100, ça va, mais là cela devient plus tenable.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

je les ai vu passer hier soir au Zenith de ma position !!! une horreur !!! :(  un ballet de satellites pendant prêt de 10 mn à la queue leu leu  !!!! 

j'avais entendu parlé de mag 6.5 , mais en fait c'est plutôt mag 3 à 4 !!! c'est vraiment lumineux :(

en plus Amazon se lance dans la course avec 12 000 satellites prévus , si rien n'est fait c'est la mort de l'astrophotographie grand champ dans les années à venir :(

 

si vous voulez voir à quoi çà va ressembler regardez le reportage de France 2 passé hier soir à partir de 29'36"  https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/1128749-journal-20h00.html?fbclid=IwAR2WQSqGxh6tJf9d3EZeexasLqtmUTgagLU8fMxM4PBeh-51Zir5NEsphno

Edited by jp-brahic

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/12/2019 à 16:04, MMeunier a dit :

Les traitements pour virer les satellites, c'est du style cataplasme sur une jambe de bois. Un seul traitement existe vraiment, virer l'image. Quand il y en a une sur 100, ça va, mais là cela devient plus tenable.

Oui. 

C'est comme le scandale des rayons cosmiques et celui de la prolifération des pixels chauds.
Vous savez s'il existe une pétition ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, jp-brahic a dit :

çà va ressembler regardez le reportage de France 2 passé hier soir à partir de 29'36"

bon ben, c'est cuit, pétition signée mais ?  

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, AlSvartr a dit :

signé, mais quel impact contre des mecs qui ont plus de poids que les états? 

 

Autant d'impact que le Star Eater chez Sony pour l'A7S :D 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah, si on est optimiste, il ne mènera pas son projet au bout. 

Edited by Christophe H

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah, restera les transits . . . devant le Soleil, la Lune, Juju, Saturne etc.

Bonne fin d'année,

AG

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une véritable catastrophe ! Amis amateurs de photos longue pose, ça a l'air d'être vraiment cuit pour vous... et pour nous qui aimont vos images !

Je me permet de recopier l'article intégral du Figaro, la fin est littéralement  terrifiante...

 

Citation

Constellations de satellites: l’Europe prend du retard

 

ENQUÊTE - Les sociétés américaines SpaceX et Blue Origin se sont déjà lancées dans la course à l’orbite basse et défient l’Europe dans ce domaine stratégique.

 

Par Véronique Guillermard

Publié hier à 20:55, mis à jour hier à 21:58

 

Distancée par les États-Unis dans le domaine des fusées réutilisables dominé par SpaceX, la société spatiale d’Elon Musk, et Blue Origin, créée par le patron d’Amazon, Jeff Bezos, l’Europe est-elle déjà en retard en matière de grandes constellations? Quelque 200 projets de flottes de centaines, voire de milliers de petits satellites placés en orbite basse - entre 550 et 1200 km de la Terre - ont été recensés dans le monde par le cabinet Euroconsult.

Aucun en Europe.

Ces méga-constellations promettent d’apporter l’internet haut débit à bas coût partout sur la planète, en particulier aux 3,8 milliards de Terriens qui ne sont pas connectés faute de raccordement par des moyens terrestres. Elles doivent aussi stimuler un marché de services de connectivité, d’observation et de mobilité pour les voitures autonomes, avions, bateaux, mais aussi pour les universités et les armées. Selon SpaceWorks Enterprises, ce marché devrait peser 22 milliards de dollars en 2025, dont 5,3 milliards pour les seuls services de lancement.

La conférence des ministres européens chargés des affaires spatiales des 22 États membres de l’Agence spatiale européenne (ESA), fin novembre 2019, apparaît comme une occasion manquée. Sur les 14,4 milliards d’euros de budget votés pour financer des projets spatiaux, seul 1,57 milliard est prévu pour les satellites. «Les constellations n’ont pas été totalement oubliées. Le budget satellites prévoit le lancement d’études afin d’identifier les besoins et de dimensionner une future constellation européenne, opérée de façon mondiale. Mais nous n’en sommes pas encore au stade de lancer un programme», nuance Magali Vaissière, directrice des télécoms à l’ESA. Cette dernière regrette que «l’Europe ne se soit pas emparée de ce sujet plus tôt et de façon plus énergique». Le sujet des constellations fait partie des dossiers que devra étudier Thierry Breton, le nouveau commissaire européen, en charge de l’espace.

 

Un projet de grande constellation

 

Pour l’UE, c’est un investissement abordable. En moyenne, une constellation coûte quelque 5 milliards d’euros. Une somme raisonnable comparée aux plus de 13 milliards injectés dans le seul programme de GPS européen Galileo. «Le financement d’une constellation, potentiellement stratégique pour les militaires et d’utilité publique pour réduire la fracture numérique, pourrait être réalisé via un partenariat public-privé», estime Stéphane Israël, président d’Arianespace.

L’Europe aurait beaucoup à y gagner. Un projet de grande constellation stimulerait l’innovation et offrirait de nouveaux débouchés aux constructeurs de satellites - Airbus Defence & Space (DS), Thales Alenia Space (TAS), OHB - ainsi qu’à Ariane 6 qui a été conçue pour mettre en orbite des dizaines de satellites en une seule fois. Ces gros volumes justifieraient le recours à des fusées réutilisables, technologie jugée non rentable par la filière Ariane, en raison des faibles cadences de lancement en Europe. Elle serait complémentaire de la nouvelle offre de satellites flexibles développée en Europe. Un tel projet contribuerait à soutenir l’écosystème de start-up pour créer de nouveaux services spatiaux. Enfin, il y aurait une offre locale pour les citoyens européens privés d’internet. «Aujourd’hui, 20% des foyers de l’UE ne sont pas connectés. En 2030, ce sera encore 5%», relève Rodolphe Belmer, directeur général de l’opérateur de satellites de télécoms Eutelsat.

En attendant une décision politique, les industriels européens avancent

Après avoir raté le virage des puces électroniques et d’internet, l’Europe a laissé le champ libre aux Américains (Intel, Qualcomm…), aux Sud-Coréens (Samsung) ou encore aux Chinois (Innotron, JHICC et YMTC) ainsi qu’aux Gafam (Google, Facebook, Amazon, Apple, Microsoft), qui ont conquis les foyers et les entreprises du Vieux Continent. Jeff Bezos ambitionne d’offrir aux clients d’Amazon Services sur le cloud - dont Airbus - des services de connectivité, de stockage et d’analyse de données, à partir de 2020, avec sa constellation Kuipe (plus de 3200 petits satellites). De son côté, SpaceX a signé un accord avec le Pentagone, qui utilisera une partie des 42.000 futurs mini-satellites (120 ont déjà été lancés) de sa constellation Starlink. À terme, Elon Musk en attend 25 milliards de dollars de revenus annuels.

La question pour l’Europe est de savoir si elle veut être souveraine en matière de constellation, une infrastructure qui devient critique. Il n’y a pas d’obstacle technologique: son industrie est armée pour faire partie des gagnants de cette course en orbite basse. «La plupart des 200 projets annoncés n’aboutiront pas, entraînant de facto la mort de nombreux projets de lanceurs et de sites», estime Rachel Villain, associée chez Euroconsult.

En attendant une décision politique, les industriels européens avancent. Airbus a pris une participation (5%) au capital de l’américain OneWeb (900 satellites à terme). Sa filiale Airbus DS a été choisie comme partenaire industriel: elle fournit les satellites, qui sont assemblés dans une nouvelle usine en Floride. De son côté, Arianespace a gagné un contrat pour 21 lancements (sur Soyouz et Ariane 6) pour déployer les 672 premiers satellites de OneWeb. «Les six premiers ont été lancés cette année et fonctionnent parfaitement en orbite. Le reste de la constellation sera déployé entre 2020 et 2021», précise François Gaullier, directeur des satellites télécoms chez Airbus DS. Trente satellites OneWeb seront à bord du premier tir d’Ariane 6 en 2020. Quant à TAS, il est candidat pour fournir les satellites de Telesat, une future constellation canadienne. Associé à Maxar, Airbus DS est également en lice.

Les principaux projets de constellations

● Starlink (États-Unis)

La méga-constellation d’Elon Musk, le patron de SpaceX, comptera à terme 42.000 satellites.

● Kuiper (États-Unis)

La constellation de Jeff Bezos, le patron d’Amazon et de Blue Origin, comptera à terme 3236 satellites.

● OneWeb (États-Unis)

La constellation de Greg Wyler, dont Airbus est actionnaire, comptera à terme 900 satellites.

● LinkSure (Chine)

La constellation de l’opérateur téléphonique chinois comptera à terme 272 satellites.

● Telesat (Canada)

La constellation de l’opérateur de télécommunications canadien comptera à terme entre 192 à 512 satellites.

 

  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si en plus on rajoute la pollution lumineuse galopante avec les LED de la mort et ces co....ds en Bretagne qui illuminent le ciel nocturne pour faire pousser des tomates avec la bénédiction des autorités....

Ouais, il restera en métropole le planétaire et le Soleil... Ca fait réver :$

 

Marc

  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/12/2019 à 09:51, vindematrix a dit :

peut on prédire comme l iss avec heaven ou calsky, ces passages,

salut ;)

vaudrait mieux prédire quand ils ne passent pas, non ?  ;) 

on calerait ça avec Meteoblue, toujours bidon, et on passe au tricot?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, j arrête le reconstruction de mon observatoire!!!^_^:( moi qui n ai pas fait de tréve hivernale  

Reste la lune, heureusement!!!!! sinon, on en fera un abri anti satellites !!!! 

bruno 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 25/12/2019 à 06:56, jp-brahic a dit :

si vous voulez voir à quoi çà va ressembler regardez le reportage de France 2 passé hier soir à partir de 29'36"  https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/1128749-journal-20h00.html?fbclid=IwAR2WQSqGxh6tJf9d3EZeexasLqtmUTgagLU8fMxM4PBeh-51Zir5NEsphno

 

Le pire, ça n'est pas tellement ce qui est annoncé.

C'est l'enthousiasme niais des journalistes, le côté "oh de nouveaux joujoux".... Là tu te dis que le nombre de gens capables d'avoir un peu de discernement est vraiment très, très limité.......

 

Edited by Motta
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now