Sky runner

Petit jeu ciel profond, cherchez l'intrus...

Recommended Posts

Buenas los aficionados, sur ces quelques fiches automnales, lequel de ces objets vous paraît-il un intrus et pourquoi ?

5e13e7e91e37d_PNdelautomne2019.jpg.3830618f9d6acdb599df411ebca25b11.jpg

Je vous présenterai ensuite l'un d'entre eux, en détails, l'objet qui m'a paru la plus belle surprise visuelle à l'oculaire et qui mérite un détour avec un T300. Bon hiver 2020... Fabrice M.

 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)

Je ne saurais dire quel est l'intrus, là comme ça... mais j'attends la suite avec impatience et curiosité. Bonne année ! ;)

Edited by Cédric Perrouriefh

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

A regarder tes fiches, la première est dans la flèche les 4 autres dans cassiopée - la première est devenue plutôt difficile à observer ces jours-ci, elle n'est pas aux mêmes longitudes galactiques que les autres...

Sinon j'ai dans mes dessins scannés la dernière, IC289, qui me parait être probablement la plus facile (je n'ai pas vu les autres, mais vu leur noms et caractéristiques sur tes fiches...:S).

Après ça, je ne connais pas leur caractéristiques physiques (toutes des planétaires?)...

 

Nicolas

Edited by biver

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, biver a dit :

A regarder tes fiches, la première est dans la flèches les 4 autres dans cassiopée

Je plussoie. A moins que la découverte d'IC 289 à près d'un siècle de distance des 4 autres ne soit un facteur prépondérant à tes yeux ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à tous et excellente année (pour ne pas rester que dans les formules stéréotypées, année qui pourrait démarrer mieux vu ce qu'il se passe dans le monde mais c'est un autre sujet ...)

 

Fabrice, pas la moindre once d'idée ...Que des objets que je ne connais pas !

Ce n'est pas une raison mais la météo de cet automne ne m'a guère permis d'affûter mes connaissances en CP !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo Nicolas et Yann, la clé de tri était la constellation tout simplement. Je sais que Yann aurait bien aimé le détail pour chacune, notamment l'intrus (la Necklace dans Sge) mais je préfère vous présenter une nébuleuse qui m'a bien plu à l'oculaire et qui me parait accessible pour *desecrins par ex. C'était un soir après avoir dessiné la assez brillante IC289, je laisse dériver le 600 vers les 3 autres NP des environs juste pour voir leur rendu oculaire (elles figurent sur la même page dans l'atlas Interstellarum). HDW2 m'a surpris en bien avec une bonne réponse visuelle même sans filtre OIII. Puis HFG1, énorme NP à faible SB passe devant mon oeil directeur. Au 600 à faible G, tout ceci semble intéressant et ça sent le dessin pour les prochaines nuits. Je finis sur la capricieuse Abell 6 qui par sa faiblesse et son manque de contraste, ne me donne pas envie de prendre les crayons. Pour cette dernière, je me suis forcé un peu à la dessiner. Je me suis mis aussi un petit challenge supplémentaire, celui de dessiner HFG1 et HDW2 sans aucune idée de leur forme et de leur taille apparente donc sans consulter au préalable d'images sur le Web. Cette démarche, quand on peut le faire, est fantastique. Elle apporte beaucoup plus, l'oeil et le cerveau ne savent pas à quoi ils vont s'attendre. L'excitation est sublimée et la surprise peut-être au rendez-vous. Mais les objets sont faibles, il ne faudra pas se louper.

En conclusion, le quarté NP dans l'ordre dans la région d'IC289 est : IC289 / HDW 2 / HFG 1 puis Abell 6.

Suivra donc la griffe d'ours, qualificatif qui m'a semblé intéressant de retenir.                                                         Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

5e1798ef5934c_hdw2.jpg.c8de12caca3ee0e70971a5c322444751.jpg

Au T600 x 88 & 119x & 149x, remarquez que cet objet inédit est référencé également en tant que Sharpless, les astrophotographes auront de belles couleurs. La localisation est aisée sans filtre sous ciel SQMz 21,59, avec une heureuse réponse visuelle autour d'un petit collier d'étoiles. Vous distinguerez alors une sorte de néb. R autour de cet arc d'étoiles et ce sera la partie la plus brillante (que je pense accessible au T300 d'*desecrins). Le reste de la NP semble soufflé vers le NE en se diluant de plus en plus. A ce stade, cela me rappelle les grandes bulles de type Abell comme Abell 35 par exemple. Le filtre est réactif, l'UHC un peu moins. Plus difficile est de tenter de cerner les différents contours, l'emploi d'un 88x + filtre serré OIII 5nm aide un peu mieux. ; la bulle apparaît alors immense, circulaire et répond bien par moments en VI. De plus, HDW 2 apparaît désormais en 3 couches dégradées [OIII] principalement du côté E et NE. C'est à peine visible sur mon dessin que j'ai laissé volontairement brut tant les gradients d'intensité sont faibles. Au final, c'est plutôt une forme ovoïde qui se dessine. Le candidat possible pour l'étoile centrale est visible ci-dessus mais cet objet exige d'être étudié pour le confirmer. Une bonne partie du centre est assez sombre mais les fameuses stries zébrant la NP, celles qui donnent son nom au coup de griffes, restent invisibles, même après ré-observation ultérieure en ciblant cette zone. Finalement, si l'observation en aveugle a été bien poussée une première fois, on en voit pas plus une seconde fois après avoir consulter une image dans le rayonnement qui va bien. Je vous laisse le plaisir de la comparaison.    Fabrice M.

 

 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Sky runner a dit :

(que je pense accessible au T300 d'*desecrins)

Ah, alors faut que je tente au 450 dis donc ? Elle est dans ma liste avec 3 étoiles de ranking (i.e. intérêt moyen) : alors je vais sans doute augmenter sa priorité !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah je connaissais la patte d'Ours NGC 2537 (Arp 6) galaxie intéressante du Lynx mais pas cette Griffe d'Ours !

D'après les coordonnées que tu indiques elle est référencée comme HaWe 2 dans l'IDSA, juste sous Tr 3 ?

Helas la météo de cet automne ne m'a permis de progresser qu'à pas de loup dans les listes d'objets historiques non encore vus au T 300, donc toutes les charmantes nouveautés hors sentiers battus que vous présentez ne sont malheureusement pas encore en point de mire ...

Par contre sur certaines constellations je peux quand même bien entamer des listes secondaires (dernière antichambre avant l'extrémisme + dessins d'objets plus classiques) et j'ai eu en décembre lors d'une des rares seules nuits étoilées de l'automne de très belles surprises au 300 sur des objets peu relatés, à savoir les nébuleuses diffuses Van Den Bergh. VDB 128 et 133 par ex dans Cygnus m'ont montré de francs halos sans équivoques, autour d'étoiles, en comparaison d'autres étoiles de même éclat proches et elles sans diffusion autour. Mais déjà la petite bombe FC-100 était prometteuse sur ce genre d'objets. Pour rester bien sagement dans les conventions, je dirai aussi avoir bénéficié sur NGC 604 de M33 d'une rapide vision au 300 qui était sans ambiguité bien au-dessus de ce que propose la petite lunette, et ce malgré l'arrivée des nuages.

 

Ha le débat d'observer avant ou après avoir vu des photos, pour les objets peu connus ! Les deux ont des avantages et inconvénients à mon avis, et sont même complémentaires : observer de façon vierge pour se défaire de tout à-priori, mais s'aider ensuite de photos devrait permettre d'aller confirmer le petit glimpse incertain ...

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, etoilesdesecrins a dit :

Ha le débat d'observer avant ou après avoir vu des photos, pour les objets peu connus ! Les deux ont des avantages et inconvénients à mon avis, et sont même complémentaires : observer de façon vierge pour se défaire de tout à-priori, mais s'aider ensuite de photos devrait permettre d'aller confirmer le petit glimpse incertain ...

Le fait d'observer avec ou sans référence préalable est toujours un choix compliqué, personnel et psychologique. Avec l'esprit vierge, si on est conservateur et pessimiste, seuls les détails sûrs et bien visibles seront notés, et si on est libéré et optimiste, on interprètera davantage des détails fugaces avec succès souvent mais au risque de ressentir des liaisons imaginaires. Avec une référence sérieuse, si on est conservateur et pessimiste, les détails seront au bon endroit et on ne se laissera pas entrainer par des détails trop fugaces (j'aime à croire me situer dans cette catégorie) mais si on pêche par excès d'optimisme et d'enthousiasme, on risque d'arriver à un résultat photographique difficilement crédible pour l'observateur lambda. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces trouvailles d'extrêmistes.

Je ne connaissais pas HDW 2, mais comme Yann, il faudrait que je l'observe avec mon T 560 … quand il fera enfin beau pour avoir Cassiopée haut dans le ciel, en fin de nuit l'été prochain !!

Idem pour la nébuleuse du collier avec son  identité de NP : PN G054.2-03.4, pour l'été prochain maintenant.

Pour HGF 1, très faible dans un T 400 et Abell 6 non vue dans un T 400. Encore des cibles à refaire dans mon T 560.

Du coup pour IC 289, c'est carrément brillant et facile à détailler (anneau ovale) dans des gros Dobson… C'est aussi pour cela que IC 289 est "l'intrus".  

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, Alexandre Renou a dit :

Du coup pour IC 289, c'est carrément brillant et facile à détailler (anneau ovale) dans des gros Dobson… C'est aussi pour cela que IC 289 est "l'intrus".

Ah oui, c'est une autre solution, c'est pourquoi j'avais demandé d'argumenter la réponse. Sinon IC 289 n'est pas tout de même une NP brillante comme par ex les belles condensées du Cygne. Il faut l'apprivoiser à l'oculaire, même d'un 600, et par nuit peu stable, vous pouvez dire adieu à tous les petits détails entrevus comme la centrale qui s'évanouit.

Yann, j'aime assez ta synthèse. Pour ma part, je navigue aussi entre tous ces modes, sans trop d'optimisme toutefois. Mais il me semble que partir d'une feuille noire (ou blanche pour tous les autres) sans idée préconçue reste quand même le mode le plus gratifiant pour l'observateur qui devient alors un compétiteur. J'ai une pensée pour Rainer qui avait ce même état d'esprit. Il m'avait confié un jour que c'était aussi son mode préféré pour dessiner les NP, qu'il poussait avec beaucoup de liberté et d'optimisme, pour reprendre tes termes.      Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann, pour la blague, le terme de conservateur ici me rappelle un peu un autre contexte (politique), à chacun alors de juger la connotation qu'il y met ! Bien entendu je comprends la distanciation d'avec le sens politique, d'autant qu'il est souvent question entre nous d"extrémisme ! :DxD

Perso, j'espère me mettre dans les prochains mois voire années (selon la météo) plus au dessin, et j'ose me complaire dans un mix des 2 approches :

- d'abord (sauf objet célèbre déjà connu) approche du sujet avec un oeil de puceau, pour s'affranchir de toute idée préconçue et du syndome de "qu'est ce quil faut voir" qui peut nous toucher même inconsciemment, et pour faire connaissance peu à peu avec l'objet, tourner autour et rentrer dedans.

- ensuite et seulement ensuite, le lendemain par ex, au chaud, consulter des sources à titre de vérification, mais aussi d'amélioration. Ou plus efficacement, utiliser la photo après ce premier exercice vierge à 'oculaire assez approfondi, mais tout de suite après, pour confirmer sur le champ ce qui nous paraissait probable, voire nous aider à détecter d'autres détails extrêmes.

 

Le but de la première étape (dessin sans photo sous les yeux) pour moi est peut-être avant tout une représentation la plus factuelle possible, mais comme vous le dites, cela ne vaut guère que pour les détails évidents et sûrs.

Dès lors qu'on s'intéresse aux détails incertains, aux rares glimpses, on a du mal à localiser sûrement, à donner une forme, etc ...et donc à le retranscrire sur dessin.

C'est là que la seconde étape peut venir en aide et je me demande même si le fait de procéder ainsi sur une assez logue période ne va pas ensuite faciliter (par itérations) la première partie, en donnant des sortes d'automatismes de détection de zones faibles, par cumul des expériences acquises ?

 

Par  contre, user tout de suite de la photo me semble de nature à se priver d'un certain plaisir de la découverte et du challenge !

 

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout à fait d'accord avec toi (et c'est d'ailleurs comme ça que je pratique) : disposer d'un document de référence ne doit pas nécessairement forcer à sa consultation préalable. Il est d'ailleurs toujours intéressant de "découvrir" l'objet d'un oeil neuf (vierge comme tu dis), pour apprécier ce qui est sensible immédiatement de manière évidente. Cela est utile plus particulièrement pour hiérarchiser ce qui était décelable "sans le savoir" (comme aime souvent à le mentionner Bertrand) de ce qui est perçu "en connaissant".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now