ABDEL

Sirop sur pyrex

Recommended Posts

Bonsoir

J'ai quelques sirop bien visibles au polariseur sur un pyrex,on dirait des fils "incrusté " dans la masse en regardant sous un bon éclairage.

Comment se forment-ils,à  quoi est-ce dû ?

Est ce négligeable sur le comportement thermique du verre?Le reste du verre s'éteint  uniformément sauf ces quelques fils.

Merci de m'éclairer

Une photo:20200112-210938.jpg

Edited by ABDEL

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Le miroir de 100 pouces du Mont Wilson (pas un pyrex)

12356691_786700474786107_8522905713003211860_o-768x508.jpg

Un borofloat épais recuit correctement pour un miroir provenant d'un Zeiss Coudé, en lumière polarisée.

pyrex.jpg.05799b10b1520a2eaf743c6fe6e3b451.jpg

Un miroir pour flat optique : bof bof...

post-228422-0-79149000-1549429833_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'aprés ce que j'ai déjà un peu lu sur le sujet du "sirop" chez les verriers, ce dernier se forme quand un bloc de verre brut trop visqueux est refroidit trop rapidement aprés sa coulée dans un moule.

 

Pierre Strock a écrit un peu sur le sujet mais je ne suis pas sûr que l'on parle de la même chose :

http://strock.pi.r2.3.14159.free.fr/Ast/Art/Tension.html

 

Je pense que cela n'a pas d'effet thermique sur le verre.

Par contre, ton bloc de pyrex est inutilisable pour fabriquer une lentille à mon avis juste bon pour un miroir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

@oliver55 merci pour l'info.

Oui,y'a quelques bulles,c'est pour un miroir

Il est moulé,avec des bords en forme de cône  et surface ondulé. Je pensais que seul le duran 50 était moulé;le pyrex n'est pas coulé en plaque par hasard?

Edited by ABDEL

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est flotté sur de l'étain, il prend la forme d'un ruban qui est normalement très plat puis débité en plaques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc le pyrex selon toi n'a jamais été moulé?

Pourtant, il a une couleur plutôt jaune,typique d'un pyrex

Edited by ABDEL

Share this post


Link to post
Share on other sites

le borofloat 33 moderne est flotté.

J'en ai des deux types à la maison, la structure du BF 33 est différente du Corning 7740

Comme tu l'as montré, le pyrex original donne plus l'impression d'un sirop gélifié que le BF33.

La teinte diffère un peu, le bruit à l'abrasion est différent.

J'ai eu mon disque de 13cm via anciennement ASTAM, il avait un état de surface qui faisait penser à du moulé. (gauffré fin). Vieux souvenir qu'était ASTAM mais le matériau est bon. similaire à celui d'un petit secondaire cassé d'un instrument TAL qui me servait à faire des retouches.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aujourd'hui le suprax semble remplacer le pyrex chez nos artisans.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Abdel,

Le 13/01/2020 à 22:25, ABDEL a dit :

J'ai quelques sirop bien visibles au polariseur sur un pyrex,on dirait des fils "incrusté " dans la masse en regardant sous un bon éclairage.

Comment se forment-ils,à  quoi est-ce dû ?

ce sont des variations locales d'indice  liés au fait que le verre en coulée continu  n'est pas  suffisamment mélangé (guinandé) du nom de l'inventeur  Mr Guinand  vers 1800 qui était français  et a donné grâce  à cela l'avantage  aux verreries françaises. Pour un miroir tu t'en fiche complètement

 

jean

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les deux verres dont je parlais. Le pyrex a été recuit sur une grille. Posé sur la tranche, percuté au centre il sonne mat et amorti comme un caillou. Le BF33 sonne clair et long.

IMG_20200118_134032s.jpg.05ba5259dbc6e8dc76b8ce3ee871daa7.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

ce sont des variations locales d'indice  liés au fait que le verre en coulée continu  n'est pas  suffisamment mélangé (guinandé) du nom de l'inventeur  Mr Guinand  vers 1800 qui était français  et a donné grâce  à cela l'avantage  aux verreries françaises. Pour un miroir tu t'en fiche complètement

Merci pour l'explication 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@lyl j'ai un 130 bf33,y'a pas de trempe grossière;à moins qu'il a été recuit.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, jean dijon a dit :

le verre en coulée continue  n'est pas  suffisamment mélangé (guinandé) du nom de l'inventeur  Mr Guinand  vers 1800 qui était français  et a donné grâce  à cela l'avantage  aux verreries françaises.

 

Pierre Louis Guinand était suisse et non français.Ses descendants viendront apporter en France le savoir-faire développé par leur aïlleul.

L'entreprise de son descendant Charles Feil sera même à l'époque le principal concurrent de Carl Zeiss.

 

http://articles.adsabs.harvard.edu//full/1955LAstr..69..173P/0000179.000.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

En France, on utilise encore la formule qui est la plus approchante du Pyrex Corning 7740 dans l'ancienne usine Corning France de Châteauroux, remise à neuf.

 

La composition est effectivement peu stable en milieu industriel, c'est un composé triple, l'aluminium et son oxyde étant un élément "forceur de trou" dans ce verre dans lequel le borate est le stabilisateur de la maille de la structure pour son comportement en température. La pureté du mélange est un problème pour l'homogénéité.

 

La couleur a légèrement changée car c'est avec du sulfate d'aluminium qu'on obtient un meilleur mélange. L'alun, composant chimique devenu commun permet de réguler plus efficacement la part du potassium et du sodium. Il aboutit également à la formation de sulfate de fer qui donne une couleur légère cyan (bleu-vert), très utile visuellement pour estimer l'homogénéité. De la chimie de haut vol pour produire ce matériau très technique que l'on a couramment dans nos cuisines... et c'est produit en France.

 

Vous verrez dans la vidéo deux points clefs pour la commercialisation d'ustensiles de cuisine. On le coule par gravité (le serpentin de sirop) pour faire des parts de mélange, ceci pour éviter d'y adjoindre du résidu qui monte en surface.

Il y a quand même besoin d'un contrôle qualité pour les bulles et l'inhomogénéité.

 

-----------------------------------

Le borofloat 33 est un verre légèrement différent, le déséquilibre de la formule lui permet une meilleure prise de la trempe. C'est la maitrise de la composition qui en fait un élément essentiel de la "cuisine" de Schott sur ce produit.

Schott maîtrise plus loin dans la différenciation du résultat pour y inclure de la valeur ajouté.

Le prix standard s'en voit réduit mais il faut faire attention a comment a été traité thermiquement l'élément réalisé avec ce verre.

Un recuit est nécessaire pour les épaisseurs de plus de 15mm pour les substrats astro.

Edited by lyl
orthographe
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, oliver55 a dit :

Pierre Louis Guinand était suisse et non français.Ses descendants viendront apporter en France le savoir-faire développé par leur aïlleul.

L'entreprise de son descendant Charles Feil sera même à l'époque le principal concurrent de Carl Zeiss.

 

oui tu as raison, Pierre louis était suisse mais c'est son fils Henry guinand qui est venu en france  à l'age de 15 ans et

il fut horloger à Clermont-sur-Oise. Il importera la méthode de son père en France  et sera à l'origine de PARRA-MANTOIS.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now