Motta

Martian Moons eXploration

Recommended Posts

 

https://www.ias.u-psud.fr/fr/content/mmx-mars-moon-explorer

 

 

En faisant un copier/coller du lien ci dessous dans votre moteur de recherche, vous pouvez accéder à un document relatif à la phase B de développement du rover Franco-Allemand qui devra se poser sur Phobos. Le modèle de vol pourrait être très légèrement modifié par rapport à ce qui est présenté ici.

 

file:///C:/Users/admin/Downloads/IAC-19A34B8x50168.pdf

 

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

In memoriam, la mission russe Phobos-Grunt (2011)...


On peut espérer meilleur sort à cette nouvelle mission de la JAXA, après les éclatants succès de Hayabusa 1 et 2
Et rêver aux fabuleuses vues que nous transmettra peut-être le petit rover sur la surface de Phobos ; Car rappelons-le, le petit satellite gravite à seulement 6000 km de la surface de la planète rouge : cette dernière va apparaitre énorme dans son ciel !!!


illustration :

 

 

Rover_Phobos_V5_-artistview_xl.jpg

Edited by jackbauer
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/01/2020 à 01:51, Motta a dit :

Martian Moons eXploration

 

"Moons" avec "s"  ---->  quid de Deimos dans cette mission ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9

 

Deimos sera bien survolé et étudié pendant la mission, mais pas de prélèvement à sa surface.

 

Un tout récent communiqué de la JAXA :

 

http://mmx-news.isas.jaxa.jp/?p=1016&lang=en


MISSION MMX PASSE À LA PHASE DE DÉVELOPPEMENT!


20 février 2020 collaborations , JAXA , science


Cette semaine (19 février 2020), la mission MMX est devenue un projet JAXA : une étape officielle dans le développement de la mission autorisée par le gouvernement japonais. La mission était auparavant dans la phase d' avant-projet , où l'accent était mis sur la recherche et l'analyse, telles que la simulation d'atterrissages pour améliorer la conception des engins spatiaux. L'accent sera désormais mis sur le développement du matériel et des logiciels de mission.

Le chef de projet Yasuhiro Kawakatsu a fait une présentation au ministère japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) décrivant l'évaluation effectuée pour la transition de la mission. Les diapositives en japonais sont disponibles ici et le contenu est résumé ci-dessous.

Afin de passer d'un avant-projet JAXA à un projet , l'équipe de mission MMX a dû prendre en compte des facteurs tels que l'importance des objectifs scientifiques, les critères de réussite, le système de mise en œuvre, le plan financier, planifier et identifier les risques et contre-mesures.

Le vaisseau spatial Martian Moon eXploration (MMX) a une date de lancement prévue en JFY 2024 (exercice financier japonais) et visitera les deux lunes de Mars, Phobos et Deimos. Phobos a été sélectionné pour les opérations de surface, le vaisseau spatial atterrissant pendant plusieurs heures pour collecter un échantillon d'au moins 10 g à l'aide d'un carottier qui peut recueillir du matériel à un minimum de 2 cm sous la surface de la lune. Le vaisseau spatial quittera alors le système martien et ramènera l'échantillon sur Terre, achevant le premier aller-retour vers le système martien.

 


 

1.JPG

2.png

  • Like 3
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://spacegate.cnes.fr/fr/quezako-le-cnes-prepare-un-rover-pour-phobos


LE CNES PRÉPARE UN ROVER POUR PHOBOS 

 

extrait :

 

"...Pour éviter de faire une sortie de route dans l'espace, le rover roulera très lentement à 1 mm/s soit 3,6 m/h. Il sera en complète autonomie sur Phobos. Il utilisera la sonde spatiale japonaise comme relai avec la Terre : celle-ci ne communiquera jamais simultanément avec la Terre et avec le rover, agissant donc uniquement comme boîte aux lettres dans un sens et dans l’autre. « Il naviguera grâce à 2 caméras stéréos permettant d'évaluer les distances. Il sera aussi doté de 2 petites caméras qui resteront pointées vers le sol pour observer l'interaction entre les roues et le régolithe. Ces observations nous permettront de caractériser le matériau à la surface de Phobos et ainsi de mieux prédire la réaction de la sonde MMX lors de son atterrisage pour la collecte des échantillons » explique Simon Tardivel, responsable « Sciences » et analyste de mission sur le rover MMX. Durant les 100 jours de sa mission, les scientifiques espèrent que le rover parcourra entre 30 et 100 m..."

 


 

EZHp6mXX0AEwyN9.jpg

Edited by jackbauer
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si l'origine de Phobos et Deimos reste pour l'instant discutée (astéroïdes capturés ou formation in situ, ou bien issus d'un impact géant à la surface de Mars), un récent article paru dans la revue Nature suggère que ces deux lunes martiennes auraient en fait pour origine un corps commun, probablement formé dans la même zone que la planète, progéniteur qui se serait par la suite désintégré en plusieurs morceaux il y a 1 à 2,7 milliards d'années à la suite d'une collision avec un autre corps. Les orbites des deux lunes, initialement très excentriques après cet événement, se seraient progressivement circularisées alors que Phobos se rapprochait de Mars tandis que Deimos, s'étant lui aussi rapproché dans un premier temps, s'en éloigne désormais en raison d'une accélération par effets de marée. Phobos continue toujours sa lente descente vers Mars (1,8 cm par an) avec au final un impact inéluctable ou plus probablement une destruction liées aux forces de marées à l'approche de la limite de Roche dans environ 39 millions d'années, avec peut-être la formation d'un anneau temporaire composé d'une multitude de fragments autour de la planète ainsi que des impacts d'autres fragments à la surface.

 

Les auteurs de cette étude sont parvenus à cette conclusion par des simulations numériques et en utilisant les mesures sismiques réalisées par la sonde InSight à la surface de Mars.

 

Amirhossein Bagheri, Amir Khan, Michael Efroimsky, Mikhail Kruglyakov and Domenico Giardini: “Dynamical evidence for Phobos and Deimos as remnants of a disrupted common progenitor”, Nature Astronomy, published online 22 February 2021, https://www.nature.com/articles/s41550-021-01306-2

https://ethz.ch/en/news-and-events/eth-news/news/2021/02/martian-moons-have-a-common-ancestor.html

 

Phobos.jpg

Edited by Bill46
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

ha le voici ce post que je n'avais pas vu? 

je présente donc ici toutes mes excuses ;) 

Mais faudra dire aussi aux fusées qui font exprés des posts en double , genre montures Takahashi, que c'est très mal ;):) 

donc, Go, Go vers Mars ;) 

padon ;) 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

La mission MMX utilisera les services de Twinkle, un petit satellite scientifique britannique (construit par SSTL et opéré par la société privée Blue Skies Space Ltd) sur lequel sera monté un télescope de 50 cm équipé d'instruments spectroscopiques dans les domaines visible et infra-rouge destinés à l'étude de l'atmosphère d'exoplanètes. Ce satellite devrait être lancé en 2024 en orbite terrestre, à 600-700 km d'altitude, pour une mission de 3 à 4 ans. Twinkle sera mis à contribution pour observer Phobos et Deimos avant l'arrivée de MMX et les données recueillies serviront à mieux planifier les opérations et à calibrer les instruments pour une meilleure précision des résultats.

 

https://mmx-news.isas.jaxa.jp/?p=1352&lang=en

 

Twinkle.jpg

 

Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are!
Up above the world so high,
Like a diamond in the sky.

(Jane Taylor)

 

http://www.twinkle-spacemission.co.uk/

 

Une vidéo sympathique d'une simulation du rover de la mission MMX. De la taille d'un four à micro-ondes et d'un poids de 25 kg, cet atterrisseur mobile, qui fait suite au lander Mascot déployé sur l'astéroïde Ryugu en 2018, est élaboré par les agences spatiales japonaise, allemande et française.

 

 

Edited by Bill46
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le cadre du LPSC 2021 et concernant les études sur le rover (ou astromobile en bon français) franco-allemand de la mission MMX devant arpenter la surface de Phobos, deux étudiants de l'ISAE-Supaéro de Toulouse, Laura Passoni et Gérald Imhof, ainsi que la doctorante américaine Cecily Sunday travaillant également dans le même établissement français, présentent leurs tous derniers travaux supervisés par Naomi Murdoch. Ils se sont tous les trois attachés à évaluer le problème de la mobilité d'un tel engin sur la régolithe de la lune martienne dont la gravité à la surface (0,0057 m/s2) est environ 1 700 fois plus faible que sur Terre. Le rover, d'une masse de 25 kg et servant d'éclaireur au module d'exploration/atterrisseur de MMX, sera le premier engin de ce type équipé de roues (4) à se déplacer à la surface d'un petit corps. Equipé de panneaux solaires, le rover aura une durée de vie nominale de 100 jours à la surface de Phobos.

 

Citation

La surface de Phobos recouverte d’une régolithe à grain fin et doté d’un environnement en milli-gravité rendra l’atterrissage et l’exploitation du rover MMX très difficiles [voir vidéo précédente]. Le rover sera équipé de deux WheelCams dirigées vers ses roues pour étudier les interactions roue-régolithe dans des conditions de faible gravité et en caractériser les propriétés mécaniques. Le rover sera une démonstration technologique de la locomotion sur une surface planétaire en faible gravité et recouverte de régolithe.

 

L'équipe a donc conçu un banc d'essai simulant l'interaction d'une roue de 21,4 mm de diamètre (fabriquée avec une imprimante 3D) avec la régolithe afin de pouvoir mieux interpréter les images que fourniront deux "WheelCam" montées au-dessus des roues avant et arrière du rover, et donc de définir des techniques de calcul de paramètres de performance (enfoncement des roues, glissades...).

 

https://www.isae-supaero.fr/fr/actualites/un-banc-d-essai-pour-rouler-sur-phobos/
https://www.isae-supaero.fr/fr/actualites/une-bourse-de-these-pour-l-exploration-spatiale/
https://www.hou.usra.edu/meetings/lpsc2021/pdf/1982.pdf

 

MMX-rover-ISAE.jpg

 

Outre les caméras, le rover sera équipé d'un radiomètre et d'un spectromètre Raman. Lancement de MMX prévu fin 2024 pour une mise en orbite martienne à l'été 2025 et une collecte d'échantillons sur Phobos 2 ou 3 ans plus tard et retour de la capsule vers la Terre mi-2029.

 

Edited by Bill46
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si c'est toi qui le demandes, je veux bien. :) Tu le fais simplement et j'apprécie cette façon de faire.

Il semblait me souvenir d'un topic ouvert sur cette mission mais malgré une recherche avec l'outil dédié puis dans les pages du forum; je ne l'avais pas retrouvé.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

@Superfulgur :  "l'astronome russe Iossif Shklovsky, en 1959, a émis l'hypothèse que Phobos soit... creux, et d'origine artificielle"

 

FASCINANT !..

Faudrait demander à l'éminent et distingué astrophysicien Avi Loeb, directeur de l'unité d'astronomie de Harvard pour en être certain, lui il sait de quoi il parle ! 

Comme pour le vaisseau extraterrestre "Oumuamua" déguisé (maladroitement) en astéroïde de passage en 2017. En fait selon Avi Loeb  (un cousin de Michel ?) il est muni d'une voile solaire : comme Phobos c'est un vaisseau venu d'une autre civilisation :| !

 

  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Louis Pauwels, auteur du "Matin des magiciens" et ancien rédacteur en chef du Figaro magazine, était convaincu qu'il s'agissait de satellites envoyés par les martiens autour de leur planète...

A sa décharge, voilà l'image qu'on avait de la planète en 1956 au mont Palomar...

 

7343_Mars-telescope-palomar-observatory-200-inch-full2.thumb.jpg.d72d33be2a6a68c6a16066e1467aae31.jpg

Edited by Kaptain
  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Idefix : voilà un nom bien trouvé !

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 3
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,


L'idée d'un mobile sur Phobos avec pour nom Idéfix, fallait oser ! 


https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-idefix-rover-plus-dingue-jamais-concu-va-explorer-lune-mars-105978/


Idefix_salle_blanche_2.JPG


Le rover en salle blanche au centre spatial de toulouse du cnes. Ici, les roues sont repliées et attachées, elles se libèreront une fois le rover posé au sol de phobos. Les trois couches dorées au-dessus de la carlingue sont les panneaux solaires en position repliée. Pour les protéger du choc quand le rover rebondira à la surface, des « mousses d'aluminium » ont été ajoutées — ce sont ces espèces d'éponges grises. © Daniel Chrétien, futura


Idefix_salle_blanche.jpg


Idéfix est prêt à partir en salle anéchoïque pour un dernier test avant d'être acheminé au Japon. © Daniel Chrétien, Futura

 

Animation du Lander sur Phobos :      


 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/05/2023 à 18:11, Kaptain a dit :

A sa décharge, voilà l'image qu'on avait de la planète en 1956 au mont Palomar...

Voilà ce que faisait un trèèès grand Monsieur que j'ai eu l'immense honneur de côtoyer durant des années, en 1956 au Pic du Midi.

Et lui ne croyait pas aux estraterrestres xD

 

64fdd329171b5_MARS31juil56.7sept56.11oct56ADollfus.jpg.a58ff186179949db6b2801a4e09027d6.jpg

 

La planète Mars, septembre/octobre 1956 par Audouin Dollfus.

 

Bonne soirée,

AG

Edited by ALAING
  • Like 4
  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a pas que l'Europe qui a des problèmes avec ses lanceurs, le Japon aussi, ce qui risque fort de reporter le mission de 2024 à 2026....

 

traduction automatique :

 

https://www.japantimes.co.jp/news/2023/12/04/japan/japan-mars-moon-probe/


Le Japon envisage de reporter le lancement de la sonde lunaire martienne de 2024 à 2026


Le Japon envisage de reporter un projet qui vise à récupérer les premiers échantillons de la surface de la Lune martienne au monde de 2024 à 2026 en raison de problèmes avec sa nouvelle fusée phare H3, qui devrait faciliter le lancement de la sonde, ont déclaré des sources dimanche.
Le retard impacterait inévitablement les plans de la sonde du projet d’exploration des lunes martiennes, ou MMX, pour qu’elle arrive dans le système martien lors de l’Exposition universelle de 2025 à Osaka et diffuse en direct des images détaillées sur le lieu de l’exposition, un point culminant de l’événement.

 

Ce développement fait suite à l’échec du lancement inaugural en mars de la fusée japonaise H3 de nouvelle génération, en cours de développement par l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale et Mitsubishi Heavy Industries, qui a également entraîné la perte d’un satellite clé qu’elle transportait comme charge utile.

La deuxième fusée H3, équipée de mesures pour éviter qu’une telle récidive, ne se reproduise, devrait être lancée d’ici mars 2024, mais sa charge utile a été modifiée par précaution.
Les plans pour transporter la sonde MMX et les satellites sur la troisième fusée H3 ou plus tard dépendront de la réussite du lancement de la deuxième fusée.

La sonde ne peut être lancée sur une orbite autour de Mars que vers septembre 2024 en raison des variations de la distance de la planète rouge à la Terre. La prochaine fenêtre appropriée se situera autour de 2026, mais la reprogrammation pourrait s’avérer difficile en raison d’autres lancements de satellites qui sont plus prioritaires.

La sonde devrait être lancée en septembre 2024 et arriver dans le système martien vers août 2025. Il atterrira ensuite sur l’une des deux lunes de Mars, Phobos, pour collecter un échantillon de surface et revenir sur Terre vers 2029.

 

On pense que Phobos a accumulé des roches provenant de Mars, et l’échantillon devrait aider à faire la lumière sur le processus d’évolution du système martien.

Alors que les États-Unis, l’Europe et la Chine ont également l’intention de récupérer des échantillons du système martien, les difficultés rencontrées par tous signifient que le Japon a encore de fortes chances d’être le premier au monde à réaliser l’exploit, quel que soit le délai de deux ans.

 

Le gouvernement japonais avait également envisagé d’utiliser une fusée fiable de la société américaine SpaceX au lieu de la H3 pour lancer sa sonde MMX, mais même cette option n’aurait pas respecté l’échéance de 2024.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,


Le report à 2026 semble acté :

 


La mission Martian Moons eXploration (MMX) de la JAXA visant à collecter des échantillons de Phobos a été reportée pour la fenêtre de lancement 2026. Son lancement était prévu en septembre 2024, mais des problèmes avec la nouvelle fusée H3, qui a échoué lors de son premier vol plus tôt cette année, induit ce retard.
 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now