Sign in to follow this  
bruno beckert

Prix Crafoord pourE.Parker

Recommended Posts

Dans Le Monde, journal de référence et du soir réunis, daté du mercredi 5 février :

 

 

Crafoord001.jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Prix Crooford : le montant remis (...) doit permettre au lauréat de poursuivre ses recherches (source : Wikipedia)

 

Âge des lauréats sur les 10 dernières années :

2020 : 92 & 79 ans

2019 : 72 ans

2018 : 86 & 61 ans

2017 : 66, 57, et 61 ans

2016 : 81, 66, et 69 ans

2015 : 86 et 82 ans

2014 : 70 ans

2013 : 63 et 68 ans

2012 : 59, 46, 57, et 36 ans

2011 : 57 ans

 

J'espère que ces fringants chercheurs auront su mettre à profit leur prix pour financer d'étourdissantes découvertes scientifiques. :)

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

L'avais mis dans le fil dédié ^_^.......

 

 

Le 01/02/2020 à 16:02, Motta a dit :

Un article de Pierre Barthélémy, dans Le Monde. Extraits :

 

Le prix Crafoord pour le spécialiste du Soleil Eugene Parker

L’Américain, qui avait prédit l’existence des vents solaires, est le seul scientifique vivant qui ait donné son nom à une mission spatiale, destinée à étudier notre étoile.

 

(...)

 

Né en 1927, Eugene Parker est un géant de la physique solaire, au point que la NASA a décidé de donner son nom à sa mission spatiale Parker Solar Probe, partie en août 2018 vers le Soleil, hommage qu’elle n’avait jusqu’alors jamais rendu à un chercheur vivant. C’est en 1958 que l’Américain, chercheur à l’université de Chicago, entre dans l’histoire de l’astronomie en adressant à l’Astrophysical Journal une étude où il expose sa théorie du vent solaire, un flux constant de particules électriquement chargées qui s’échappe de notre étoile et emplit tout le Système solaire. L’histoire raconte que les deux experts chargés de relire l’article l’éreintent et le rejettent mais que l’éditeur de la revue, l’Indo-Américain Subrahmanyan Chandrasekhar (futur Nobel de physique en 1983), passe outre et le publie. Dès l’année suivante, les sondes soviétiques Luna mesurent la force du vent solaire et confirment la prédiction de Parker.

 

Directeur de recherches du CNRS à l’Ecole polytechnique, Tahar Amari rappelle que l’apport d’Eugene Parker ne s’arrête pas là : « Il a aussi contribué à construire la théorie de la mécanique qui régit le magnétisme du Soleil. A l’époque, la physique solaire était essentiellement théorique, car il y avait très peu d’observations, contrairement à aujourd’hui, où plusieurs missions spatiales étudient le Soleil » ou vont l’étudier, comme la mission européenne Solar Orbiter, qui devrait s’envoler le 10 février. Eugene Parker est aussi l’auteur d’un des modèles tentant d’expliquer comment l’atmosphère solaire est chauffée à plus d’un million de degrés, alors que la surface de notre étoile n’a qu’une température de 5 500°C. « Il propose que ce chauffage soit dû à une myriade de nano-éruptions solaires qui convertissent l’énergie magnétique en chaleur », précise Tahar Amari.

 

(...)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this