Anthony59

Débuter en astrodessin

Recommended Posts

Bonjour,

 

Bon après un début de semaine très mouvementé coté boulot, je trouve enfin un peu de temps pour venir vous lire.

Alors, pour les nouvelles il me reste:

- un tout petit point technique à résoudre: bricoler un éclairage assez faible. Ça sera l'atelier de ce weekend (avec une lumière blanche et une rouge, toutes 2 réglables si tout va bien)

- Un plus gros problème qui ne dépend malheureusement pas de moi: la météo pourri (A mon avis, il y en a qui ont du commandé des semis entières de matos >:()

 

Tout le reste c'est bon, j'ai tout ce qu'il faut dans mes tiroirs pour débuter. 

Pour les 2 tomes de cet ouvrage, vu comment vous le plébiscitez (et je pense que c'est justifié), je vais les commander dès que possible.

 

En tout cas, je vous remercie tous pour vos réponses et vos encouragements, et je ne manquerai pas de venir partager mes premiers gribouillages. :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 5 minutes, etoilesdesecrins a dit :

si perso en passant à 300 mm je m'attendais à en voir plus. Comme les dessins sont principalement faits au 400 ou plus, j'en déduis que le gain de 300 à 400 doit être conséquent,

 J'ai moi même un Dobson 200. Un jour, au club j'ai eu l'occasion de comparer avec le 300 d'un collègue. Les 2 télescopes étaient installés cote à cote, donc même ciel, même conditions,...etc et on a testé avec les mêmes oculaires. J'ai bien vu un légère amélioration dans la netteté de l'image mais j'avoue que je n'ai pas pris une claque contrairement à ce que je m'attendais. Pour le 400 je n'ai jamais testé. Par contre les dessins au 400 qui sont publiés sont réalisés par des astro-dessinateurs/artistes qui ont souvent quelques années d'expériences et qui ont une sens de l'observation très affûté (D'ailleurs peut-être, voire surement, grâce à l'astrodessin) qui fait qu'ils en voient forcément plus que nous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le gain entre un 300 mm et un 400 mm, c'est 0,6 magnitude.

 

C'est le gain entre un bon ciel de campagne et un ciel de montagne.

 

C'est le gain entre un ciel clair normal et un ciel clair particulièrement transparent.

 

C'est le gain entre un observateur qui a une vue normal et un autre qui a une vue particulièrement sensible. (J'ai vu des gens qui voyaient 1 magnitude de plus que moi (et le commun des mortels).)

 

C'est le gain entre une observation rapide et une observation attentive durant de longues minutes.

 

En gros.

 

Bref, il n'y a peut-être pas que le diamètre... ;)

 

------

Anthony59 : le gain de diamètre, je trouve qu'il est plus facilement visible lorsqu'on descend que lorsqu'on monte. Passer de 300 mm à 200 mm se voit immédiatement.

Edited by Bruno-
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien je dois dire que ce post donne envie de se frotter à la discipline.

Je suis plutôt porté astrophoto car la photo en soit est déja l'une de mes passions mais quand je vois ce que certains d'entre vous produisent je suis impressionné.

J'ai tenté une fois l'expérience mais le résultat était assez moyen. Les deux ouvrages de référence cités commencent à se dessiner dans un coin de ma tête comme prochain achat :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

je dois avouer que les premiers mois au 300 me faisaient plutôt penser aux descriptions habituelles d'un 200, et notamment par rapport à ce que me sortait déjà la Taka 100 !

Mais comme le dit Bruno, si l'on cumule tous les éléments les plus favorables, on arrive à du spectaculaire tel que publié dans Astrodessins !

Puis y avait eu cette discussion comme quoi finalement le gain n'arrivait pas forcément sur tous les objets comme une grosse claque, mais qu'il fallait prendre la patience de voir arriver délicatement chaque glimpse en plus qui font la différence par rapport à un diamètre moindre (dans lequel aussi on serait tenté de passer moins de temps)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello 

 

200, 300, 400 ou une simple paire de jumelles, l'avantage du dessin astro c'est qu'avec tout type d'instruments le plaisir est là ! 

Je vais même ajouter une chose, j'ai même trouver que notre instrument s'emeliore au fil du temps😊, alors je sais bien que c'est notre regard qui s'eguise, mais note plus le nombre de fois où j'ai pu être surpris avec des petit diamètre 😁

 

Fred 😊

 

Edited by fredo38
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai commencé avec un 115mm, Jean-Raphaël avec une lunette de 60mm, il n'y a pas de diamètre minimum pour débuter : juste se faire plaisir et se dire que la maîtrise technique s'affine, quel que soit l'instrument. C'est d'ailleurs une bonne introduction que de ne pas avoir une profusion de détail à retranscrire.

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/02/2020 à 21:55, Lensed Star a dit :

Et un 150 ça suffit pour commencer ?

Évidemment 😊, comme dit yapo même avec un petit instrument le but est de ce faire plaisir ! 

J'en connais qui dessinent et observe avec une 70mm... Et il y a beaucoup à faire !! 

 

Fred 😊

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique conversation très intéressante. C'est très bien d'aborder le diamètre pour le visuel.

Mon expérience toute personnelle sur le diamètre concernant le planétaire, c'est que la hausse

du diamètre me semble nettement plus significative en astrophoto que pour le visuel car avec une

simple lunette 80ED, il est possible à seulement 120x de faire des observations très intéressantes

sur Jupiter. On voit très bien les bandes, les irisations de couleur,...).

Du coup, pour conduire mes observations planétaires, je me suis dit qu'un dobson de 200mm en

binoculaire à 240x ferait largement l'affaire pour en voir déjà pas mal.

 

Après, je me plante peut-être complètement.

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais oui l'astrodessin est une saine activité... qui n'est pas concurrente à l'astrophoto...juste différente.

Elle nous permet d'aller plus loin dans la recherche de détails.. donc de progresser par rapport à la simple contemplation.

Nos premiers dessins sont évidement pas terribles, mais s'améliorent avec le temps..Il faut pratiquer.

L'équipement nécessaire à sa mise en œuvre est limité en matériel et en dépense...Rien que du bon..

En plus il est plaisant d'avoir une trace de nos vieilles observations vieilles de plusieurs années voir de décennies..

 

dernière chose : Il faut vraiment lire ce Magnifique bouquin qu'est "Astrodessin" en deux tomes . C'est très motivant et on peut y revenir sur les sujets qu'on affectionne. C'est le seul livre (je crois) qui traite en profondeur du sujet.. Chacun y trouve ce qu'il veux.

HP

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, A-FIOCRET a dit :

simple lunette 80ED, il est possible à seulement 120x de faire des observations très intéressantes

sur Jupiter. On voit très bien les bandes, les irisations de couleur,...).

Du coup, pour conduire mes observations planétaires, je me suis dit qu'un dobson de 200mm en

À 80mm on peut également observer le balai des principaux satellites de la géante ! Énormément de doubles sont accessibles et enfin ce que je préfère c'est la maniabilité pour l'observation des variables... 

On oubli également un outil tout simple mais pourtant fabuleux, les jumelles, une paire de 15x70 coûtent 90 euros environs et d'innombrables observations sont accessibles !! 😊

Je pense en fait que c'est l'outil qui nous choisi, 400 mm ou 70mm finalement il n'y a rien d'écrit et plusieurs projets peuvent être entrepris, par exemple pourquoi ne pas devenir un spécialiste du 150mm !! 

Je suis persuadé que les copains apprécieraient des jolis Croa et dessins au 150mm 😏😏

 

Fred😊

Edited by fredo38
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, hercule poirot a dit :

 

dernière chose : Il faut vraiment lire ce Magnifique bouquin qu'est "Astrodessin" en deux tomes . C'est très motivant et on peut y revenir sur les sujets qu'on affectionne. C'est le seul livre (je crois) qui traite en profondeur du sujet.. Chacun y trouve ce qu'il veux.

HP

Ça effectivement c'est le conseil à donner, ces deux volumes sont un gisement d' idées et d'information... 

Hercule poirot tu a raison d'insister 😊😊

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/02/2020 à 21:55, Lensed Star a dit :

Et un 150 ça suffit pour commencer ?

 

Bien sûr !!

J'ai commencé à la L60 aussi et à la 80ED !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/02/2020 à 11:15, Anthony59 a dit :

C'est beaucoup plus rapide à mettre en oeuvre qu'une station équatoriale et tout le matériel photo. Je pourrais donc pratiquer même en vacances avec ma petite 72ED sur un trépied vidéo.

- Ca oblige et apprend à mieux observer (il faut chercher les détails pour les coucher sur le papier

- Un dessin à une touche plus personnelle qu'une photo.

- Dessiner ce qu'on voit à l'oculaire est beaucoup plus représentatif de la réalité que les photos (en particulier pour les débutants qui s'attendent à voir les mêmes images dans un télescope que celles prises par Hubble),...

 

Bonjour,

 

Oui je suis d'accord sur tous, mais à nuancer la monture équatorial est très avantageuse car tu as le réglage sur trois axes, et les réglages fins pour la précision et le confort du suivi.

Concernant l'astro-dessin, je trouve malheureusement que pas assez de gens s'y intéresse, on le voit bien dans la galerie du forum d'ici est d'ailleurs.

Je ne sais pas si les gens ont encore de la patience et la persévérance.  Désormais c'est tout et de suite.

Et puis un dessin sur un papier épais réalisé avec des crayons de qualité , cela durera beaucoup plus longtemps que de simple photos qu'on aura trafiqué..finalement.

Pour ça l'argentique était plus sincère, plus vrai dans l'image, mais ici il s'agit de dessin.

 

Après il y a différentes catégories d'astrodessinateurs, moi je suis plus branché luno-planétaires sur papier noir.

 

https://vseverin77.wixsite.com/le-loup-lunaire

 

 

bitmap.webp

 

030b36_657b7b2659de40f7bd2dd985ad23cd56~

 

 

030b36_7d52fd8699a9406794a39997215802bb~

 

030b36_4345225dd664493ca8cf5011449f01a9~

 

 

Bon dessin étoilé, lunaire & planétaires

 

Edited by Loup Lunaire
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Oui je suis d'accord sur tous, mais à nuancer la monture équatorial est très avantageuse car tu as le réglage sur trois axes, et les réglages fins pour la précision et le confort du suivi.

Concernant l'astro-dessin, je trouve malheureusement que pas assez de gens s'y intéresse, on le voit bien dans la galerie du forum d'ici est d'ailleurs.

Je ne sais pas si les gens ont encore de la patience et la persévérance.  Désormais c'est tout et de suite.

Et puis un dessin sur un papier épais réalisé avec des crayons de qualité , cela durera beaucoup plus longtemps que de simple photos qu'on aura trafiqué..finalement.

Pour ça l'argentique était plus sincère, plus vrai dans l'image, mais ici il s'agit de dessin.

 

Après il y a différentes catégories d'astrodessinateurs, moi je suis plus branché luno-planétaires sur papier noir.

 

Quel plaisir de te voir intervenir ici. J'ignorais que tu avais un site internet. Je n'ai pas été assez curieux sans doute.

Je vais le rajouter dans les liens que je conseille sur mon cybercarnet dedié à l'astronomie que je reprend tout doucement.

Après 23 ans d'imagerie dans pratiquement tous les domaines imaginables en photographie, je pense avoir du recul objectif.

Ce qui est complètement fou, c'est que tu parles de patience et de persévérance avec le désormais tout et de suite, comme

si l'imagerie c'était le plus facile alors que moi, de ce que j'en garde de mon expérience, c'est que l'imagerie astronomique a

effectivement bien meilleure presse que le dessin mais en aucun cas, imager une planète ou une galaxie est plus rapide, plus simple.

Maîtriser une acquisition CCD, le suivi de la monture équatoriale, la collimation, la turbulence, la mise au point, sans parler en

final des phases de prétraitement et traitement, est une véritable chaîne où l'astronome amateur se doit d'être excellent technicien

car sinon, l'image CCD finale risquerait bien d'en montrer beaucoup moins de ce qu'un observateur aguerri est capable de sortir

de son télescope en quelques dizaines de minutes aux crayons, sans la moindre technicité s'il travaille bêtement avec un Dobson.

Dans les deux cas, la patience et la persévérance sont de concert pour espérer obtenir quelque-chose à la fin.

 

Peu de gens s’intéressent à l'astro-dessin et ils ont tord car comme mentionné déjà au cours de ce fil, il y a des couleurs, des

nuances, des détails que l'on peut détecter qu'en visuel sur les planètes et dont la CCD interprète différemment en image.

J'adore pratiquer l'imagerie et la photo sous toutes ses formes mais étrangement, concernant mon retour à l'astronomie, je

me suis spécialement acheté un Dobson chinois à moins de 400 euros alors que je possède un C8 et une monture allemande,

avec tout le matos pour tirer le portrait d'une planète mais pourquoi finalement, j'ai décidé de me remettre à l'astro uniquement

par la fenêtre du visuel et de l'astrodessin ? Tout simplement par retour de ma propre expérience sur ce que nous pourrions

justement nuancer sur la notion de patience et persévérance. Installer un Dobson en dix minutes et pouvoir commencer à

observer dès que possible quand il y a équilibre thermique entre l'instrument et l'air ambiant extérieur ou devoir se farcir deux

heures de montage, d'optimisation, de réglages de toute l'instrumentation avant de pouvoir enfin espérer voir apparaître

la planète à photographier sur l'écran de l'ordinateur, tu choisis quoi comme solution la plus compatible avec la patience

et la persévérance ? Personnellement, c'est plutôt très clair ^_^;)

 

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est curieux on est plusieurs à retourner sur des mises en œuvres plus simples plus authentiques ! 

À noter que j'ai parler de mise en œuvre et pas de discipline, même si le dessin n'est pas forcément dure, il demande de l'attention et du temps 😊

 

Fred 😊

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Loup Lunaire a dit :

Concernant l'astro-dessin, je trouve malheureusement que pas assez de gens s'y intéresse, on le voit bien dans la galerie du forum d'ici est d'ailleurs.

Je ne sais pas si les gens ont encore de la patience et la persévérance. 

Oui malheureusement mais c'est un peu dans l'air du temps. Les gens, surtout les plus jeunes, n'ont plus de temps, de patience: il faut tout et tout de suite et en restant au chaud sur le canapé. C'est d'ailleurs ce que les concepteurs de projets du genre "Stellina" ont bien compris je pense, Le problème est que ces primo-accédants regarderont les objets célestes sans savoir ce qu'ils observent. Je ne suis pas sûr que cela soit bénéfique à l'astronomie en général mais cela explique, à mon avis, le fait de la baisse de popularité de l'astrodessin, et c'est bien dommage.

L'exemple le plus flagrant: beaucoup de débutants sont déçus par ce qu'ils voient dans un téléscope: c'est parce qu'ils s'attendent à voir des images comme les photos longues poses, avec plein de détails et de couleurs. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourtant c’est vraiment une bonne manière d’apprendre le ciel !

Pour moi c’est une discipline complémentaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai plébiscité plus haut la plus grande immersion dans l'objet que propose le dessin (à mon sens). Pourtant, je ne vois guère comment rendre autrement que par la description écrite toutes les subtiles nuances de vision décalée nécessaires à la perception de telle ou telle zone. Ou alors par un GIF, ou bien en faisant 2 ou 3 dessins : un montrant la vision directe, l'autre la vision indirecte moyenne l'autre enfin les plus infimes halos juste perçus en vision indirecte extrême.

Bref, comme dit Serge dans son post sur les NP australes, on a envie de représenter le moindre détail perçu en VI, et du coup sur le dessin il va apparaître tout de suite comme les autres détails plus flagrants, ce qui ne reflète pas la réalité de la vision oculaire.

Idem pour la photo, tout est perçu au même niveau.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Je continue mon exploration des fines galaxies vues par la tranche avec NGC 5529, une galaxie du Bouvier. Elle est très faiblarde, mais elle mérite qu'on s'y attarde car elle est vraiment très jolie. Le trio d'étoiles serrées à son extrémité ajoute une petite curiosité dans le champ.
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200519/ngc-5529
       
      Objet : NGC 5529
      Type : Gx
      Constellation : Bouvier
       
      AD : 14h 15' 34"
      Déc. : +36° 13' 35"
       
      - Date, heure, durée : 19/05/2020, 22:39 TU, 56'
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m
       
      - Vent moyen à gênant, 17 °C
      - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S2/77×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77× (champ de 38'), H = 75°. Très faible Gx effilée vue VI3, orientée PA 300 aux dimensions estimées à 4,5' × 0,5'.
          
          Un noyau stellaire vu VI5dd est entouré d'une zone oblongue de luminosité L2 qui s'étend en de très fines extensions. L'ensemble est auréolé d'une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1.
          
      Remarque :
          L'étoile de mV 10,9 située à 4,9', PA 111, de NGC 5529 est entourée de deux étoiles plus faibles très proches, l'une de mV 12,9 à 35", PA 317, et l'autre de mV 13,5 à 28", PA 138. Ce trio d'étoiles alignées, orienté NO, forme une jolie étoile multiple optique dans le prolongement de l'axe galactique.
       

    • By xavierc
      Strock 254/1200
      Vers Crécy la Chapelle (Seine et Marne)

      Je poursuis la publication systématique de mes anciens dessins jamais postés sur les forums, qui correspondent aux nuits de 2016 et avant où je ne publiais que les CROAs de mes vacances et voyages, et encore pas toujours.

      NGC488
      Observation numéro 7254


      NGC524-5
      Observation numéro 7255


      NGC532
      Observation numéro 7256


      NGC660
      Observation numéro 7257


      NGC7023
      Observation numéro 7258


      NGC7419
      Observation numéro 7259


      IC1470
      Observation numéro 7260

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Le beau temps a perduré, cette semaine, alors je poursuis mes observations Cette fois, une jolie galaxie dans l'ombre de M 106, bien que toutes deux doivent certainement être observables ensemble aux oculaires grands champs.
       
      NGC 4217 présente de nombreuses caractéristiques des galaxies vues par la tranche présentant une bande d'absorption ; ce que confirment les photos. Je suppose qu'il faut être doté d'un télescope d'au moins 300 mm de diamètre pour commencer à la percevoir. Cela n'a en tout cas pas été mon cas à 200 mm.
       
      Il faut trouver le juste grossissement ; suffisant pour écarter quelques étoiles gênantes, mais pas trop au risque de voir disparaître les extensions de la galaxie.
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200518/ngc-4217
       
      Objet : NGC 4217
      Type : Gx
      Constellation : Chiens de chasse
       
      AD : 12h 15' 51"
      Déc. : +47° 05' 22"
       
      - Date, heure, durée : 18/05/2020, 21:48 TU, 1:03
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m
       
      - Vent moyen, 13,5 °C
      - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Gx effilée vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3' × 0,3'.
          
          Une zone centrale oblongue de luminosité L2 légèrement excentrée vers le NO est entourée d'une couronne très effilée de luminosité L1 aux limites plutôt nettes.
          
      Remarques :
          Une étoile de mV 11,8 est située à 1', PA 5, de NGC 4217 ; toute proche du bulbe central.
          L'étoile de mV 14,8 située à 1,8', PA 232, est sur le prolongement de l'axe galactique.
          L'étoile de mV 7,4 située à 6,2', PA 285, apparaît jaune-dorée.
       

    • By xavierc
      Strock 254/1200
      Vers Crécy la Chapelle (Seine et Marne)
      Je poursuis la publication systématique de mes anciens dessins jamais postés sur les forums, qui correspondent aux nuits de 2016 et avant où je ne publiais que les CROAs de mes vacances et voyages, et encore pas toujours.

      NGC457
      Observation numéro 7266


      NGC436
      Observation numéro 7267


      NGC433
      Observation numéro 7268


      NGC1032
      Observation numéro 7269

    • By Bruno-
      Bonjour à tous !
       
      Je viens poster les premiers dessins depuis mon récent déménagement. En effet j'ai commencé une nouvelle vie, avec une nouvelle situation et un nouveau site d'observation. Depuis cet hiver, j'habite un petit village mal éclairé au fin fond de nulle part, dans une région de la Lorraine qui n'est pas sur la carte (en tout cas je ne la connaissais pas avant de venir). Lorsque je sors de la cuisine, j'accède à un espace d'herbe donnant sur le sud : le Site d'Observation. Normalement je ne bougerai plus de là : j'ai trouvé mon chez-moi définitif.
       
      En attendant de réutiliser le Dobson 495 mm, qui dort dans le garage de mon père (il est prévu que je le récupère bientôt, le confinement m'a empêché de le faire pour le moment), je redécouvre le ciel au Dobson 300 mm (toujours l'Orion Optics 300/1200). Durant ces dix dernières années, j'habitais provisoirement au nord de la Moselle. Ça m'a permis de rencontrer d'autres astrams, comme Skywatcher, Rastaman et les membres du club Polaris, et je me suis « contenté » de jouer les montreurs d'étoiles (plutôt de planètes) lors des sorties régulières du club, mais sans ambition d'explorer le ciel comme je l'avais fait à la décennie précédente. C'est que le ciel au nord de la Moselle n'est pas optimal. Je me souviens de l'automne 2018 où j'avais retrouvé ma motivation, mais je commençais à me demander si c'était ma vue qui baissait où l'aluminure du télescope qui ne marchait plus... Bon, faute de faibles galaxies, j'ai découvert les étoiles carbonées, c'est vrai que c'est joli, mais un bon ciel bien noir me manquait.
       
      J'ai donc déménagé cet hiver, et il m'a fallu deux mois pour me persuader que j'avais bel et bien trouvé le bon endroit pour reprendre l'exploration du ciel. C'est vendredi dernier que j'ai été convaincu, lorsque j'ai vu M13 et M5 comme jamais depuis dix ans, M57 comme une photo, et − surtout − lorsque je me suis rendu compte que chaque fois que je pointais une galaxie NGC de magnitude 10 ou 11 je pouvais m'attendre à une bonne surprise. En fait, j'ai retrouvé mes sensations des années 2003-2010 quand j'habitais à Boueland (la campagne, mais boueuse...). Hé non, ma vue n'a pas baissé et l'aluminure marche toujours. Le ciel de mon village me convient parfaitement, m'évitant la corvée du trajet et, surtout, du montage puis du démontage de matériel. Quand j'aurais récupéré le 495 mm, ce sera le paradis...
       
      Commençons par une observation de mars dernier : la comète Atlas C/2019 Y4. C'est la première lumière du télescope dans son nouveau site (ou presque : j'ai d'abord pointé une étoile brillante pour vérifier la mise au point). Je tenais à ce que cette première lumière ne soit pas n'importe qui, et j'espérais qu'Atlas devienne une belle comète (bon, tant pis...) Voici le dessin (il faudra que je ré-apprenne à dessiner car les contrastes sont mal rendus, et aussi à scanner...)

       
      En réalité la coma s'étendait plus loin en vision décalée mais j'ai représenté l'extension trop faiblement sur le papier et le scan l'a trop atténué pour que je la récupère en jouant sur les niveaux. La granulosité est celle du papier.
       
      Ce soir là, j'ai pointé aussi quelques vedettes, notamment M81-82 pas loin, puis M65-66 avec NGC 3628 ainsi que NGC 3500-et-quelques un peu plus loin, et aussi NGC 2903. Mais... ça me laissait encore un doute. Est-ce que je n'aurais pas dû voir plus de détails ? Peut-être dix ans de ciel péri-urbain ont fait perdre ma sensibilité aux faibles nuances ?...
       
      Il y a eu plusieurs soirées au ciel dégagé durant ce printemps, mais en semaine. Comme je travaille (pas de télétravail possible pour moi) et que j'ai besoin de mes huit heures de sommeil, j'ai préféré laisser tomber. Jusqu'au samedi 25 avril. Cette fois le ciel est bien noir, et je suis prêt !
       
      Parmi les observations, il y a eu NGC 4565 qui m'a impressionné (hé, on dirait bien que le ciel est très bon), puis je suis passé à ma liste des « objets loupés ». À l'automne 2018, lorsque la motivation m'est revenue, j'avais dressé la liste de tous les objets plus brillants que la magnitude 11,5 (donc présents sur le Pocket Sky Atlas) que je n'avais encore jamais observés. J'en avais cherché (et trouvé) plusieurs à cette époque, mais avais été désagréablement surpris de les voir de justesse. C'est en poursuivant cette liste que j'ai compris : le site d'observation est celui qu'il me fallait.
       
      Le coup de cœur, c'est le couple NGC 4298-4302, en plein amas VIrgo. Il faut bien comprendre que le ciel de printemps est tellement riche en galaxies qu'il y en a des dizaines qui méritent le coup d'œil (le ciel d'automne a raison d'être jaloux). Ce couple de galaxies m'a donné envie de redessiner (j'avais dessiné la comète, mais en me forçant, pour marquer le coup − la première lumière de ma v2.0). Deux galaxies de magnitude 11 et quelques, mais avec une personnalité : une petite, brillante, un peu allongée, et juste à côté, une toute fine, faible, encore plus étendue en vision décalée. Mais au moment de pointer l'objet (après être passé rapidement par M99), j'avais bien vu que le ciel était en train de se couvrir. Et les nuages m'ont interrompu alors que je m'apprêtais à commencer le dessin. Scrogneugneu !
       
      Vendredi dernier (15 mai), le but était de poursuivre l'observation. Voici le dessin. Là encore il n'est pas bien réussi, il représente mal les nuances de luminosité :

       
      Le vendredi étant le dernier jour de la semaine, je ne suis pas en super forme et je ne me suis pas couché trop tard. Alors pour finir, j'ai décidé d'aller voir les grands amas globulaires : M5 et M13. J'ai commencé par M5 et j'ai compris. Je ne me souvenais plus que M5, à travers un télescope de 300 mm, était à ce point impressionnant. Quel spectacle ! Ses étoiles sont toutes fines, elles sont innombrables, certaines brillantes et d'autres à peine visibles, sans organisation particulière. Et ce qui m'a frappé, c'est que tout ce monde là est parfaitement immobile. Je sais, c'est normal. Mais j'ai trouvé bizarre cette image d'étoiles répandues n'importe comment dans le ciel, comme si on les avait jetées, mais parfaitement immobiles. Puis M13. Je ne saurais pas dire lequel est le mieux. Chacun est mieux que l'autre. Ils sont à la fois semblables et différents. Même dimension, même richesse en étoile, mais M13 est un peu plus compact au centre, et ses étoiles principales sont un peu plus brillantes. Dix ans que je n'avais pas vu un truc pareil − et je ne m'en souvenais plus.
       
      Le lendemain, c'est le week-end, et il fait encore beau. J'ai donc poursuivi ma liste des « objets loupés ». J'ai pointé plusieurs galaxies dans la Vierge (cette constellation me semble impossible à « boucler » : quand il n'y en a plus, il y en a encore...) et j'ai eu plusieurs belles surprises. Pourtant c'est tout du NGC... En fait, j'ai retrouvé mes sensations d'autrefois : le plaisir de découvrir des objets inconnus avec la certitude qu'il y en aura bien un qui mérite le coup d'œil.
       
      NGC 4612 montre une petite zone centrale qui n'est pas tout à fait alignée dans la même direction que la galaxie, et son noyau est ponctuel. Ce qui est amusant, c'est qu'elle se trouve à l'extrémité d'une chaîne d'étoiles brillantes qui tranchent avec le fond étoilé si pauvre de la Vierge. Hop, un dessin :

       
      NGC 4866 est un fuseau fin, symétrique, typique. Il s'étend nettement plus loin en vision décalée. Sur ce dessin la galaxie semble toute petite parce que j'ai ajusté l'échelle afin d'avoir quelques étoiles dans le champ (il y a vraiment très peu d'étoiles par ici, encore moins que de voitures sur la route un jour de confinement). À mon avis c'était une erreur car on a l'impression que c'est une petite galaxie alors qu'elle est plutôt grande par rapport à ses semblables.

       
      Ce qui m'a décidé à la dessiner, c'est surtout l'étoile située tout contre. J'ai vérifié sur une photo : sa présence est normale, c'est donc une étoile d'avant-plan et non une supernova...
       
      Ma séance s'est terminée par l'observation de quelques vedettes du ciel d'été, avec un retour sur les amas globulaires, et surtout M57 : ce qui m'a frappé, c'est la netteté de son contour, et la texture « huileuse » de la nébuleuse. Elle n'est pas floue comme du gaz, on dirait plutôt du liquide (façon de parler...) À part qu'elle est grise, c'est vraiment comme sur les photos. J'ai n'ai pas vu l'étoile centrale, il est vrai que je suis resté à un grossissement moyen (celui des galaxies).
       
      C'est donc le week-end dernier que j'ai retrouvé mes sensations d'il y a dix ans, et le plaisir de chercher tel ou tel NGC encore inconnu. Avec le 300 mm et un ciel à la hauteur, il y a toujours la possibilité d'une bonne surprise.
       
      Hier soir (mercredi) a été l'occasion d'une belle confirmation, puisque sur ma liste il y avait NGC 4753. Quel objet étrange ! En première impression il m'a paru granuleux. Allons bon... En regardant mieux j'ai surtout vu un objet avec une forme irrégulière qui semble changer selon l'endroit où l'on porte son attention. Le noyau est allongé et arqué et semble décentré. Il y a comme des bouts de bras eux aussi arqués, difficiles à situer (à cause du changement de forme dont je parlais plus haut). L'allongement général de la galaxie n'est pas celui de la partie centrale. C'est clairement un objet qu'il faudra ré-inspecter au 495 mm. Je précise que je ne savais pas quelle serait sa forme et ne veux pas le savoir avant l'observation. Aujourd'hui, j'ai regardé une photo, et je comprends à moitié pourquoi j'ai vu ce truc si bizarre. Mais si j'avais vu la photo avant, j'aurais perdu le plaisir de découvrir par moi même les particularités de cette galaxie.
       
      Le dessin est plus évocateur qu'exact, d'autant que le scan m'a encore bouffé les extensions faibles que j'ai coloriées de façon tout aussi faible :

       
      Peu après le dessin, ma lampe rouge a cessé d'éclairer, aussi j'ai poursuivi en revenant sur les amas globulaires vedettes, dont M3 et M92 que je n'avais pas encore revus (je sais toujours les pointer  ). J'adore les amas globulaires ! (Quand je serai président-dictateur, l'éclairage public ne sera autorisé que de jour.)
       
      Voilà, c'est reparti, et ce n'est que le début, j'espère !
  • Images