xavierc

Nuit de la Saint-Sylvestre 2019/2020 sous les étoiles en Seine et Marne

Recommended Posts

Dobson Strock 254/1200
 Seine et Marne site des ballots de foin.
 
 10 dessins : 9053 à 9062.
 Je réalise enfin un projet avorté plusieurs fois à cause des nuages, celui de passer le changement d'année sous les étoiles, de préférence sans Lune.
 
 Il y a bien quelques voiles quand j'arrive à 20h40 mais ils partent vite pendant l'installation.
 Le terrain est un peu boueux.
 La Lune en croissant à 30% est déjà basse à cette heure et son éclat ne va pas longtemps contrarier les observations.
 
 Comme hier je commence par une nébuleuse diffuse et un amas ouvert, mais dans le Cocher cette fois, laissant la Licorne gambader seule.
 
 Observation 9053 : NGC1931.
 La nébuleuse est visible dès 75x. A 109x, je sépare le triangle d'étoiles dedans. A 150x, ce trio stellaire est facile.
 La nébuleuse se montre faible à très faible, très diffuse.
 Elle réagit faiblement en Oxygène 3 et faiblement à très faiblement en HBêta, ce qui dénote sa nature de nébuleuse par réflexion.
 NGC1931obs9053.jpg
 
 Observation 9054 : Dolidze 15.
 Do15 est repéré discret à 75x, puis mieux vu à 109x, de forme triangulaire évidente. Il est pauvre et faible.
 Do15obs9054.jpg
 
 Je poursuis sur des galaxies de la Baleine.
 
 Observation 9055 : NGC584 et 586.
 Ce duo de galaxies est déjà bas et la Lune n'est pas très loin. A 109x, NGC584 se révèle condensée, faible, avec un noyau facile et ponctuel, tandis qu'il faut monter à 150x pour NGC586 qui est à la limite de visibilité (VI5), juste soupçonnée.
 NGC584_6obs9055.jpg
 
 La Lune jaunit vers l'horizon à 22h15.
 
 Observation 9056 : NGC596.
 Elle est trop basse, très faible et petite à 109x. Il est temps de changer de zone du ciel!
 NGC596obs9056.jpg
 
 J'entends les bruits de feux d'artifice à l'ouest pourtant ce n'est pas encore le Nouvel An.
 La Lune très atténuée se couche à 22h26.
 
 Je visite des galaxies de l'Eridan, constellation que j'avais délaissée depuis l'hiver dernier je crois.
 
 Observation 9057 : NGC1700.
 Grossie à 109x et 150x, elle est faible, petite, condensée.
 NGC1700obs9057.jpg
 
 Il fait froid.
 
 Observation 9058 : NGC1653.
 Elle est très faible et peu contrastée à 109x.
 NGC1653obs9058.jpg
 
 Observation 9059 : NGC1637.
 Vue dès 75x, elle reste très faible et très diffuse à 109x.
 NGC1637obs9059.jpg
 
 Le sol est collant à 23h50.
 
 Je pars pour une pause bouffe et chauffage dans la voiture, c'est alors que la bascule d'année se produit, et les feux d'artifice lointains sont lancés au sud et à l'horizon ouest, audibles malgré l'éloignement.
 
 J'observe une nébuleuse diffuse d'Orion au son des feux d'artifice.
 
 Observation 9060 : NGC1788.
 Le premier objet de l'année 2020 est une nébuleuse faible aperçue à 75x puis grossie à 109x, et qui ne réagit absolument pas aux filtres interférentiels.
 NGC1788obs9060.jpg
 
 En revenant avec un peu trop d'entrain d'une marche de réchauffage, je manque de bien mal commencer l'année : je bouscule l'arrière du télescope, qui bascule en réaction vers l'avant mais je rattrape de justessse le tube avant qu'il touche le sol!
 
 Ouf! Après recollimation, je poursuis sur d'autres nuées Orionesques.
 
 Observation 9061 : NGC1980.
 Cette nébuleuse est plus subtile mais bien plus étendue à 75x : on pourrait prendre ça pour des halos de diffusion autour des étoiles brillantes concernées, mais par comparaison avec les étoiles de même éclat aux alentours, il n'y a plus de doute, c'est bien une vraie nébuleuse que je vois, les halos sont plus étendus qu'ailleurs.
 NGC1980obs9061.jpg
 
 Musique d'une fête à l'ouest, peut-être au village d'à côté.
 
 Observation 9062 : IC424.
 Je termine sur un autre type de difficulté nébulaire, cette nébuleuse est vue VI4 à 5 donc à la limite, à 75x et 109x, et les filtres O3 et HBêta ne me sont d'aucune utilité.
 IC424obs9062.jpg
 
 Comme avant-hier du givre se dépose sur la bâche.
 A 1h40 j'ai froid aux pieds, en avant pour un petit footing, suivi d'une demi-heure de sieste dans la voiture.
 Je remballe à 2h15 pour dormir dans la voiture jusqu'à 7h30.
 Au réveil, le brouillard s'est installé, la fenêtre de beau temps est durablement partie.
 
 Malgré le sol mou, la voiture n'est pas embourbée.
 Hormis ma frayeur lors du bousculage de Strock, c'est un bon début d'année!

Edited by xavierc
titre
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bravo !!

Quel travail.

Des étoiles filantes à minuit ?

Bonne journée

Philippe

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hé bé Xavier, un réveillon en tête à tête avec les étoiles et . . . une petite frayeur :)

J'espère que tu avais apporté des victuailles . . . améliorées pour célébrer le nouvel an ;)

De bien sympathiques dessins en tous cas :)

Bonne journée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, PhVDB a dit :

Des étoiles filantes à minuit ?

Que des simulacres artificiels terrestres, heureusement limités aux horizons.

Pas comme une précédente édition des Euroastros, où des fêtards ayant loué une salle pas loin, après nous avoir cassé les oreilles avec leur musique forte, avaient tiré un feu d'artifice pendant 10 minutes, nous ruinant la vision nocturne!

 

il y a 38 minutes, ALAING a dit :

J'espère que tu avais apporté des victuailles . . . améliorées pour célébrer le nouvel an

J'avais mangé ces mets juste avant au dîner, et bien sûr pas d'alcool avant de conduire.

Et le foie gras ou le saumon congelés, c'est moins appréciable!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Xavier,

 

allez hop, dix dessins de plus au compteur !

Avec une préférence pour tes nébuleuses NGC 1980 et 1788.

 

Fred.

Share this post


Link to post
Share on other sites

9000 observations consignée!!!....

 

t'arrive-t-il de dormir?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme Fred, visuellement plus flatté par NGC 1980, et 1788.

Mais je ne mésestime pas tes autres objets, notamment connaissant la difficulité sous nos latitudes pour que les galaxies de Cetus se dévoilent correctement ! Même au 300 c'est bien faiblard et noyé dans les brumes de l'horizon !

Perso celles de l'Eridan (1600, 1637 etc ...) sont quand même plus accessibles !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rhhaa, abandonner les libations du nouvel an pour les frissons (propres et figurés) de l'observation : voilà clairement le symptôme de l'extrémisme ! :x

Cela m'est déjà arrivé à 4 occasions (sans compter les nuits de 24 décembre à chercher le père Noël entre PK 198-6.1 et la boucle de Barnard...) et c'est toujours un ravissement de constater que (le ciel permettant) l'on pratique une activité capable de nous éloigner "intégralement" de considérations habituelles, d'avoir un prétexte -valable à nos yeux- pour échapper à des obligations anthropologiques (et même nous désocialiser partiellement dirait l'esprit chagrin), bref de s'échapper tout simplement. 9_9

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est ça, s'extraire des rites imposés

cela étant, ne boudons pas les agapes, quelle qu'en soit la date choisie.

9000........ oui, de l'abnégation........ ça force le respect !

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Strock 254/1200
      Vers Crécy la Chapelle (Seine et Marne)

      Je poursuis la publication systématique de mes anciens dessins jamais postés sur les forums, qui correspondent aux nuits de 2016 et avant où je ne publiais que les CROAs de mes vacances et voyages, et encore pas toujours.

      NGC488
      Observation numéro 7254


      NGC524-5
      Observation numéro 7255


      NGC532
      Observation numéro 7256


      NGC660
      Observation numéro 7257


      NGC7023
      Observation numéro 7258


      NGC7419
      Observation numéro 7259


      IC1470
      Observation numéro 7260

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Le beau temps a perduré, cette semaine, alors je poursuis mes observations Cette fois, une jolie galaxie dans l'ombre de M 106, bien que toutes deux doivent certainement être observables ensemble aux oculaires grands champs.
       
      NGC 4217 présente de nombreuses caractéristiques des galaxies vues par la tranche présentant une bande d'absorption ; ce que confirment les photos. Je suppose qu'il faut être doté d'un télescope d'au moins 300 mm de diamètre pour commencer à la percevoir. Cela n'a en tout cas pas été mon cas à 200 mm.
       
      Il faut trouver le juste grossissement ; suffisant pour écarter quelques étoiles gênantes, mais pas trop au risque de voir disparaître les extensions de la galaxie.
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200518/ngc-4217
       
      Objet : NGC 4217
      Type : Gx
      Constellation : Chiens de chasse
       
      AD : 12h 15' 51"
      Déc. : +47° 05' 22"
       
      - Date, heure, durée : 18/05/2020, 21:48 TU, 1:03
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m
       
      - Vent moyen, 13,5 °C
      - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Gx effilée vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3' × 0,3'.
          
          Une zone centrale oblongue de luminosité L2 légèrement excentrée vers le NO est entourée d'une couronne très effilée de luminosité L1 aux limites plutôt nettes.
          
      Remarques :
          Une étoile de mV 11,8 est située à 1', PA 5, de NGC 4217 ; toute proche du bulbe central.
          L'étoile de mV 14,8 située à 1,8', PA 232, est sur le prolongement de l'axe galactique.
          L'étoile de mV 7,4 située à 6,2', PA 285, apparaît jaune-dorée.
       

    • By xavierc
      Strock 254/1200
      Vers Crécy la Chapelle (Seine et Marne)
      Je poursuis la publication systématique de mes anciens dessins jamais postés sur les forums, qui correspondent aux nuits de 2016 et avant où je ne publiais que les CROAs de mes vacances et voyages, et encore pas toujours.

      NGC457
      Observation numéro 7266


      NGC436
      Observation numéro 7267


      NGC433
      Observation numéro 7268


      NGC1032
      Observation numéro 7269

    • By Bruno-
      Bonjour à tous !
       
      Je viens poster les premiers dessins depuis mon récent déménagement. En effet j'ai commencé une nouvelle vie, avec une nouvelle situation et un nouveau site d'observation. Depuis cet hiver, j'habite un petit village mal éclairé au fin fond de nulle part, dans une région de la Lorraine qui n'est pas sur la carte (en tout cas je ne la connaissais pas avant de venir). Lorsque je sors de la cuisine, j'accède à un espace d'herbe donnant sur le sud : le Site d'Observation. Normalement je ne bougerai plus de là : j'ai trouvé mon chez-moi définitif.
       
      En attendant de réutiliser le Dobson 495 mm, qui dort dans le garage de mon père (il est prévu que je le récupère bientôt, le confinement m'a empêché de le faire pour le moment), je redécouvre le ciel au Dobson 300 mm (toujours l'Orion Optics 300/1200). Durant ces dix dernières années, j'habitais provisoirement au nord de la Moselle. Ça m'a permis de rencontrer d'autres astrams, comme Skywatcher, Rastaman et les membres du club Polaris, et je me suis « contenté » de jouer les montreurs d'étoiles (plutôt de planètes) lors des sorties régulières du club, mais sans ambition d'explorer le ciel comme je l'avais fait à la décennie précédente. C'est que le ciel au nord de la Moselle n'est pas optimal. Je me souviens de l'automne 2018 où j'avais retrouvé ma motivation, mais je commençais à me demander si c'était ma vue qui baissait où l'aluminure du télescope qui ne marchait plus... Bon, faute de faibles galaxies, j'ai découvert les étoiles carbonées, c'est vrai que c'est joli, mais un bon ciel bien noir me manquait.
       
      J'ai donc déménagé cet hiver, et il m'a fallu deux mois pour me persuader que j'avais bel et bien trouvé le bon endroit pour reprendre l'exploration du ciel. C'est vendredi dernier que j'ai été convaincu, lorsque j'ai vu M13 et M5 comme jamais depuis dix ans, M57 comme une photo, et − surtout − lorsque je me suis rendu compte que chaque fois que je pointais une galaxie NGC de magnitude 10 ou 11 je pouvais m'attendre à une bonne surprise. En fait, j'ai retrouvé mes sensations des années 2003-2010 quand j'habitais à Boueland (la campagne, mais boueuse...). Hé non, ma vue n'a pas baissé et l'aluminure marche toujours. Le ciel de mon village me convient parfaitement, m'évitant la corvée du trajet et, surtout, du montage puis du démontage de matériel. Quand j'aurais récupéré le 495 mm, ce sera le paradis...
       
      Commençons par une observation de mars dernier : la comète Atlas C/2019 Y4. C'est la première lumière du télescope dans son nouveau site (ou presque : j'ai d'abord pointé une étoile brillante pour vérifier la mise au point). Je tenais à ce que cette première lumière ne soit pas n'importe qui, et j'espérais qu'Atlas devienne une belle comète (bon, tant pis...) Voici le dessin (il faudra que je ré-apprenne à dessiner car les contrastes sont mal rendus, et aussi à scanner...)

       
      En réalité la coma s'étendait plus loin en vision décalée mais j'ai représenté l'extension trop faiblement sur le papier et le scan l'a trop atténué pour que je la récupère en jouant sur les niveaux. La granulosité est celle du papier.
       
      Ce soir là, j'ai pointé aussi quelques vedettes, notamment M81-82 pas loin, puis M65-66 avec NGC 3628 ainsi que NGC 3500-et-quelques un peu plus loin, et aussi NGC 2903. Mais... ça me laissait encore un doute. Est-ce que je n'aurais pas dû voir plus de détails ? Peut-être dix ans de ciel péri-urbain ont fait perdre ma sensibilité aux faibles nuances ?...
       
      Il y a eu plusieurs soirées au ciel dégagé durant ce printemps, mais en semaine. Comme je travaille (pas de télétravail possible pour moi) et que j'ai besoin de mes huit heures de sommeil, j'ai préféré laisser tomber. Jusqu'au samedi 25 avril. Cette fois le ciel est bien noir, et je suis prêt !
       
      Parmi les observations, il y a eu NGC 4565 qui m'a impressionné (hé, on dirait bien que le ciel est très bon), puis je suis passé à ma liste des « objets loupés ». À l'automne 2018, lorsque la motivation m'est revenue, j'avais dressé la liste de tous les objets plus brillants que la magnitude 11,5 (donc présents sur le Pocket Sky Atlas) que je n'avais encore jamais observés. J'en avais cherché (et trouvé) plusieurs à cette époque, mais avais été désagréablement surpris de les voir de justesse. C'est en poursuivant cette liste que j'ai compris : le site d'observation est celui qu'il me fallait.
       
      Le coup de cœur, c'est le couple NGC 4298-4302, en plein amas VIrgo. Il faut bien comprendre que le ciel de printemps est tellement riche en galaxies qu'il y en a des dizaines qui méritent le coup d'œil (le ciel d'automne a raison d'être jaloux). Ce couple de galaxies m'a donné envie de redessiner (j'avais dessiné la comète, mais en me forçant, pour marquer le coup − la première lumière de ma v2.0). Deux galaxies de magnitude 11 et quelques, mais avec une personnalité : une petite, brillante, un peu allongée, et juste à côté, une toute fine, faible, encore plus étendue en vision décalée. Mais au moment de pointer l'objet (après être passé rapidement par M99), j'avais bien vu que le ciel était en train de se couvrir. Et les nuages m'ont interrompu alors que je m'apprêtais à commencer le dessin. Scrogneugneu !
       
      Vendredi dernier (15 mai), le but était de poursuivre l'observation. Voici le dessin. Là encore il n'est pas bien réussi, il représente mal les nuances de luminosité :

       
      Le vendredi étant le dernier jour de la semaine, je ne suis pas en super forme et je ne me suis pas couché trop tard. Alors pour finir, j'ai décidé d'aller voir les grands amas globulaires : M5 et M13. J'ai commencé par M5 et j'ai compris. Je ne me souvenais plus que M5, à travers un télescope de 300 mm, était à ce point impressionnant. Quel spectacle ! Ses étoiles sont toutes fines, elles sont innombrables, certaines brillantes et d'autres à peine visibles, sans organisation particulière. Et ce qui m'a frappé, c'est que tout ce monde là est parfaitement immobile. Je sais, c'est normal. Mais j'ai trouvé bizarre cette image d'étoiles répandues n'importe comment dans le ciel, comme si on les avait jetées, mais parfaitement immobiles. Puis M13. Je ne saurais pas dire lequel est le mieux. Chacun est mieux que l'autre. Ils sont à la fois semblables et différents. Même dimension, même richesse en étoile, mais M13 est un peu plus compact au centre, et ses étoiles principales sont un peu plus brillantes. Dix ans que je n'avais pas vu un truc pareil − et je ne m'en souvenais plus.
       
      Le lendemain, c'est le week-end, et il fait encore beau. J'ai donc poursuivi ma liste des « objets loupés ». J'ai pointé plusieurs galaxies dans la Vierge (cette constellation me semble impossible à « boucler » : quand il n'y en a plus, il y en a encore...) et j'ai eu plusieurs belles surprises. Pourtant c'est tout du NGC... En fait, j'ai retrouvé mes sensations d'autrefois : le plaisir de découvrir des objets inconnus avec la certitude qu'il y en aura bien un qui mérite le coup d'œil.
       
      NGC 4612 montre une petite zone centrale qui n'est pas tout à fait alignée dans la même direction que la galaxie, et son noyau est ponctuel. Ce qui est amusant, c'est qu'elle se trouve à l'extrémité d'une chaîne d'étoiles brillantes qui tranchent avec le fond étoilé si pauvre de la Vierge. Hop, un dessin :

       
      NGC 4866 est un fuseau fin, symétrique, typique. Il s'étend nettement plus loin en vision décalée. Sur ce dessin la galaxie semble toute petite parce que j'ai ajusté l'échelle afin d'avoir quelques étoiles dans le champ (il y a vraiment très peu d'étoiles par ici, encore moins que de voitures sur la route un jour de confinement). À mon avis c'était une erreur car on a l'impression que c'est une petite galaxie alors qu'elle est plutôt grande par rapport à ses semblables.

       
      Ce qui m'a décidé à la dessiner, c'est surtout l'étoile située tout contre. J'ai vérifié sur une photo : sa présence est normale, c'est donc une étoile d'avant-plan et non une supernova...
       
      Ma séance s'est terminée par l'observation de quelques vedettes du ciel d'été, avec un retour sur les amas globulaires, et surtout M57 : ce qui m'a frappé, c'est la netteté de son contour, et la texture « huileuse » de la nébuleuse. Elle n'est pas floue comme du gaz, on dirait plutôt du liquide (façon de parler...) À part qu'elle est grise, c'est vraiment comme sur les photos. J'ai n'ai pas vu l'étoile centrale, il est vrai que je suis resté à un grossissement moyen (celui des galaxies).
       
      C'est donc le week-end dernier que j'ai retrouvé mes sensations d'il y a dix ans, et le plaisir de chercher tel ou tel NGC encore inconnu. Avec le 300 mm et un ciel à la hauteur, il y a toujours la possibilité d'une bonne surprise.
       
      Hier soir (mercredi) a été l'occasion d'une belle confirmation, puisque sur ma liste il y avait NGC 4753. Quel objet étrange ! En première impression il m'a paru granuleux. Allons bon... En regardant mieux j'ai surtout vu un objet avec une forme irrégulière qui semble changer selon l'endroit où l'on porte son attention. Le noyau est allongé et arqué et semble décentré. Il y a comme des bouts de bras eux aussi arqués, difficiles à situer (à cause du changement de forme dont je parlais plus haut). L'allongement général de la galaxie n'est pas celui de la partie centrale. C'est clairement un objet qu'il faudra ré-inspecter au 495 mm. Je précise que je ne savais pas quelle serait sa forme et ne veux pas le savoir avant l'observation. Aujourd'hui, j'ai regardé une photo, et je comprends à moitié pourquoi j'ai vu ce truc si bizarre. Mais si j'avais vu la photo avant, j'aurais perdu le plaisir de découvrir par moi même les particularités de cette galaxie.
       
      Le dessin est plus évocateur qu'exact, d'autant que le scan m'a encore bouffé les extensions faibles que j'ai coloriées de façon tout aussi faible :

       
      Peu après le dessin, ma lampe rouge a cessé d'éclairer, aussi j'ai poursuivi en revenant sur les amas globulaires vedettes, dont M3 et M92 que je n'avais pas encore revus (je sais toujours les pointer  ). J'adore les amas globulaires ! (Quand je serai président-dictateur, l'éclairage public ne sera autorisé que de jour.)
       
      Voilà, c'est reparti, et ce n'est que le début, j'espère !
  • Images