symaski62

comète C/2019 Y4 (ATLAS) CRASH ! OMG !

Recommended Posts

Hier soir au télescope, aucun fragment en visuel plus brillant que m=14, et les identifications MPC (+JPL) des noyaux A, B et surtout C et D ne me paraissent pas réelles - le graphique présenté (https://minorplanetcenter.net/C2019Y4_fragments.png)

semble identifier un fragment physique dérivant à plusieurs fragments en fonction du temps.

Et les fragment B et C semblent avoir dérivé avec des vitesse suggérant des tailles inférieures à 10m, quant au principaux, A et B qu'on voit sur l'image de Hubble, leur taille ne fait elle-même peut pas plus que quelques dizaines de m (30-40m ?)

D'ici peu il n'y aura plus rien du tout... juste un nuage de poussières dérivant qui va être dispersé par le soleil fin mai.

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Il y a 22 heures, DSobserver a dit :

Imaginez une petite sonde rosetta autour de ça

La mission ne durerait pas plus d'une heure, probablement, soit lors d'un survol rapide en espérant éviter des gros morceaux (millimétriques) destructeurs, soit par perte de la sonde qui accompagnerait le noyau à moins de 5000 km car elle n'aurait plus le moyen de s'orienter (trop de poussières) par rapport aux étoiles... à moins de l'équiper d'une petite centrale nucléaire et d'antennes peu directives (diamètre inférieur à 20cm) mais à très grosse puissance (MWatts) pour envoyer les signaux de manière intermittente (en rotation/balayage par rapport à la direction du Soleil qui serait la seule utilisable)... :|

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous parliez d'une sonde pour aller l'observer de plus près ? Bin voila !

Reste à savoir si les instruments à bord vont pouvoir vraiment être utiles...

(seul le début de l'article est en accès libre)

 

https://www.newscientist.com/article/2243509-esa-spacecraft-might-accidentally-fly-through-the-tail-of-a-comet/?utm_campaign=RSS|NSNS&utm_content=space&utm_medium=RSS&utm_source=NSNS

 

Un vaisseau spatial de l'ESA pourrait voler accidentellement à travers la queue d'une comète

 

Une rencontre fortuite entre un vaisseau spatial récemment lancé et une comète qui a commencé à se désintégrer le mois dernier pourrait nous aider à en savoir plus sur ces objets glacés.

Geraint Jones de l'University College London et ses collègues ont calculé que le vaisseau spatial Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne passerait derrière la comète C / 2019 Y4 (ATLAS) à une distance d'environ 30 millions de kilomètres en quelques semaines.

Le vaisseau spatial, qui a été lancé le 10 février, pourrait traverser les deux longues queues de la comète, permettant…



Read more: https://www.newscientist.com/article/2243509-esa-spacecraft-might-accidentally-fly-through-the-tail-of-a-comet/#ixzz6MQLUaSAc

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Restera-t-il quelque chose de la comète quand (quand?) solar orbiter passerait dans sa queue (laquelle?).

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Proposition des auteurs (traduction automatique) 

Evidemment leur texte date du 5 mai...

 

https://iopscience.iop.org/article/10.3847/2515-5172/ab8fa6

 

Perspectives pour la détection in situ de la comète C / 2019 Y4 ATLAS par Solar Orbiter
Geraint H. Jones, Qasim Afghan et Oliver Price 
Publié le 5 mai 2020 

 

Le vaisseau spatial Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne passera approximativement en aval de la position de la comète C / 2019 Y4 (ATLAS) fin mai et début juin 2020. Nous prévoyons que le vaisseau spatial pourrait rencontrer la queue ionique de la comète vers 2020 du 31 mai au 1er juin. et que la queue de poussière de la comète pourrait être traversée le 6 juin 2020. Nous décrivons les caractéristiques du vent solaire et les collisions de grains de poussière que les instruments du vaisseau spatial peuvent détecter lors du croisement des deux queues de la comète. Solar Orbiter passera également près de la trajectoire orbitale du C / 2020 F8 (SWAN) le 22 mai 2020, mais nous pensons qu'il est peu probable qu'il détecte des matériaux associés à cette comète.
La comète C / 2019 Y4 (ATLAS), découverte le 28 décembre 2019, atteindra son 0,253 au périhélie tôt le 31 mai 2020, coïncidence moins de 6 heures avant que la comète ne traverse le plan écliptique. Sa distance au périhélie est bien à l'intérieur de l'orbite de Mercure, répondant à la définition d'une comète proche du soleil (Jones et al.2018 ). Au cours des premiers mois de 2020, la comète ATLAS a affiché une augmentation d'activité suggérant qu'elle pourrait devenir très active lorsqu'elle est la plus proche du soleil. Cependant, environ 70 jours avant le périhélie, la comète a commencé à s'estomper et son noyau a subi une fragmentation (Hui & Ye 2020 ). Au moment d'écrire ces lignes, l'objet fragmenté est toujours actif et peut encore survivre pour atteindre le périhélie, bien qu'avec des taux de production de gaz et de poussière inférieurs à ceux anticipés par beaucoup.

Le vaisseau spatial Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne a été lancé le 10 février 2020 et est équipé d'une gamme d'instruments distants et in situ pour observer le soleil et l'héliosphère intérieure, par exemple Walsh et al. ( 2020 ) et ses références. Fin mai et début juin 2020, l'engin spatial se trouvera approximativement en aval de la comète ATLAS dans le vent solaire, ce qui pourrait permettre la détection in situ par l'engin spatial des ions et / ou des poussières de la comète. Il est connu que des croisements de queues d'ions fortuits par vaisseau spatial se sont produits à plusieurs reprises, par exemple, Jones et al. ( 2000 ) et Neugebauer et al. ( 2007). Pour qu'une telle traversée ait lieu, une comète doit traverser relativement près de la ligne Soleil-vaisseau spatial dans un délai relativement court défini par le temps pris par le vent solaire, circulant à plusieurs centaines de km s -1 , pour pouvoir transporter des ions du coma de la comète au vaisseau spatial en mouvement. En général, plus la comète est productive, plus cette distance manquante, ou paramètre d'impact, doit être grande pour que le vaisseau spatial détecte la présence d'une queue ionique.

Pour des vents solaires équatoriaux typiques de 300 à 500 km -1 au cours de cette phase du cycle d'activité solaire, nous estimons qu'un croisement de la queue ionique de la comète ATLAS par Solar Orbiter est très probable vers 2020 du 31 mai au 1er juin. En supposant un flux radial , les particules de vent solaire détectables sur l'engin spatial se seront approchées à ~ (6,7–7,8)  ×  10 6 km du noyau. Vu de l'engin spatial, la comète ATLAS ne s'approchera pas suffisamment près du Soleil pour être observable par les instruments de télédétection de l'engin spatial. Si la comète a un taux de production suffisamment élevé, sa queue ionique pourrait être détectable à Solar Orbiter grâce à la présence d'ions de captage par des instruments tels que le Solar Wind Plasma Analyzer, SWA, et / ou la présence de signatures drapées dans le champ magnétique héliosphérique par le magnétomètre, MAG. Bien que le vent solaire sur les débits moyens directement loin du Soleil, écarts par rapport à cet écoulement radial peut avoir lieu, comme en témoigne le passage de l'engin spatial Ulysse de la queue d'ions de C / 1999 T1 (McNaught-Hartley) (Gloeckler et al. 2004 ) quand 27fdg6 du plan orbital de la comète. De tels écoulements non radiaux importants sont parfois observés dans l'héliosphère intérieure, par exemple, Owens et Cargill ( 2004 ), élargissant la plage de dates pour un croisement potentiel de la queue ionique.

Solar Orbiter traversera le plan orbital de la comète le 6 juin 2020, vers 11 h 40 TU (figure 1 ). Si la comète est suffisamment active au cours de la période précédant cette période, le vaisseau spatial pourrait rencontrer des particules dans sa queue de poussière. En utilisant la modélisation classique de la queue de poussière de Finson et Probstein ( 1968 ), il est possible de contraindre les caractéristiques de grain de la section de la queue de poussière qui sera traversée par Solar Orbiter. En supposant qu'il n'y ait pas de fragmentation de la poussière après la libération du noyau, la poussière rencontrée par le vaisseau spatial aurait quitté le noyau de la comète environ 17 jours plus tôt, le 20 mai, avec un paramètre β ~ 1,2 (figure 1). Les impacts de la poussière sur le vaisseau spatial pourraient être détectables par l'expérience des ondes radio et plasma, dont les signatures potentielles ont été décrites par Mann et al. ( 2019 ).


Solar Orbiter traversera le plan orbital de la comète le 6 juin 2020, vers 11 h 40 TU (figure 1 ). Si la comète est suffisamment active au cours de la période précédant cette période, le vaisseau spatial pourrait rencontrer des particules dans sa queue de poussière. En utilisant la modélisation classique de la queue de poussière de Finson et Probstein ( 1968 ), il est possible de contraindre les caractéristiques de grain de la section de la queue de poussière qui sera traversée par Solar Orbiter. En supposant qu'il n'y ait pas de fragmentation de la poussière après la libération du noyau, la poussière rencontrée par le vaisseau spatial aurait quitté le noyau de la comète environ 17 jours plus tôt, le 20 mai, avec un paramètre β ~ 1,2 (figure 1). Les impacts de la poussière sur le vaisseau spatial pourraient être détectables par l'expérience des ondes radio et plasma, dont les signatures potentielles ont été décrites par Mann et al. ( 2019 ).
Les IFE (Interplanetary Field Enhancements) sont un autre phénomène de vent solaire qui peut être observé au moment du passage du plan orbital. Ces événements inhabituels sont caractérisés par une augmentation de l'amplitude du champ magnétique héliosphérique, souvent avec un profil en forme d'épine, et sont généralement accompagnés d'une discontinuité dans la direction du champ magnétique. Le premier événement signalé de ce type (Russell et al., 1983 ) a été suivi de plusieurs enquêtes et études de cas, par exemple, Russell et al. ( 1984 ) et Jones et al. ( 2003a ). Bien que la cause exacte de ces signatures soit sans doute encore largement acceptée, elle apparaît clairement à partir de plusieurs associations entre les IFE et les croisements de plan orbital cométaire, par exemple, Lai et al. ( 2015 ) et Jones et al. (2003b ), qu'ils sont associés aux interactions entre le vent solaire et les traînées de poussière associées à certaines comètes et astéroïdes. Nous suggérons donc que les IFE soient recherchées dans le magnétomètre Solar Orbiter recueilli le 6 juin et aux alentours.
On mentionne également au passage le fait que Solar Orbiter traversera, le 22 mai 2020, à 0,60 au du Soleil, le plan orbital d'une seconde comète, le C / 2020 F8 (SWAN). Cette comète aura, le 10 mai, légèrement dépassé de la position du vaisseau spatial le 22 mai, à 0,61 heure du Soleil. Un croisement ionique de la queue semble impossible, et les chances que toute poussière associée à cette comète soit rencontrée par le vaisseau spatial semblent également extrêmement faibles.

À la connaissance des auteurs, si les instruments Solar Orbiter détectent du matériel provenant de la comète ATLAS, il s'agira du premier croisement de queue de comète fortuit par un vaisseau spatial actif transportant les instruments appropriés pour la détection de matériel cométaire.
 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

O.o   oh no !    ne baisse pas !      8 mag ! 

 

image.png.5ef1f2174e8b2d6dc2b454950ca494d8.png

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, mais si on prenait la magnitude dans une petite ouverture donnée / m2, m1=9 maintenant n'aurait rien à voir avec m1=9 mi-mars.

Encore observée hier soir c'est un vague fuseau sans limite dont la zone plus brillante au centre est bien difficile à cerner... et d'après les images de M. Jäger les derniers fragments à "s'allumer" à l'approhe du Soleil semblent donner leur dernier souffle... on verra danas une semaine, mais pour une comète à 0.5 UA du Soleil, elle n'a vraiment pu la pêche :S

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/05/2020 à 19:52, jackbauer a dit :

si les instruments Solar Orbiter détectent du matériel provenant de la comète ATLAS, il s'agira du premier croisement de queue de comète fortuit par un vaisseau spatial

N'y avait-il pas eu aussi la détection de la queue de Hyakutake par Ulysse (à vérifier...)?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exacte ! Mais on ne s' en est rendu compte que deux ans après !

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/C/1996_B2_(Hyakutake)

 

Passage d'un vaisseau spatial dans la queue de la comète


La sonde spatiale Ulysses traversa de façon imprévue la queue de la comète, le 1er mai 1996. Les preuves de la rencontre ne furent remarquées qu'en 1998. C'est lors de l'analyse de vieilles données que des astronomes s'aperçurent que des instruments d'Ulysses avaient détecté une forte chute du nombre de passages de protons ainsi qu'une modification de l'intensité et de la direction du champ magnétique. Ceci signifiait que le vaisseau spatial avait traversé le sillage d'un objet, et plus probablement d'une comète. L'objet "responsable" ne fut pas immédiatement identifié.

En 2000, deux équipes indépendantes analysèrent à nouveau cet évènement. L'équipe chargée du magnétomètre réalisa que les changements de direction du champ magnétique ci-dessus s'accordaient avec ce qu'on pouvait attendre d'une queue de comète constituée de gaz ou plasma. L'équipe chercha des suspects vraisemblables. Aucune comète connue ne fut localisée à proximité du satellite, mais en regardant plus largement, ils s'aperçurent qu'Hyakutake, alors à 500 millions de kilomètres, avait traversé le plan orbital le 23 avril 1996. Le vent solaire avait à ce moment-là une vitesse de l'ordre de 750 km/s, vitesse à laquelle il aurait fallu huit jours à la queue pour être emportée où se trouvait le vaisseau spatial, à 3,73 UA, et approximativement à 45° hors du plan de l'écliptique. L'orientation de la queue d'ions inférée à partir de la mesure du champ magnétique s'accordait avec une source se trouvant dans le plan orbital de la comète Hyakutake.

L'autre équipe, travaillant sur les données du spectromètre de composition ionique du vaisseau, découvrit un pic soudain et important du niveau de détection des particules ionisées au même moment. L'abondance relative des éléments chimiques détectés indiquait définitivement que l'objet responsable était une comète.

En se basant sur la rencontre faite par Ulysses, on sait désormais que la longueur de la queue de la comète s'étendait sur au moins 570 millions de kilomètres (soit 3.8 UA). C'est presque deux fois plus long que la plus longue queue connue auparavant, celle de la Grande comète de 1843, qui avait 2,2 UA de long.

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 10 heures, biver a dit :

N'y avait-il pas eu aussi la détection de la queue de Hyakutake par Ulysse ...

 

Historiquement, d'après mes infos, c'est la sonde ICE (ex-ISSE-3) qui enregistra les 1ères données in situ

de la queue (celle de plasma) d'une comète (21P/Giacobini-Zinner) et ce le 11 sept. 1985 ...

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Délibérément... pour Ulysse c'était fortuit. ICE c'est la première sonde à avoir survolé une comète de près, mais sans caméra, les mesures de densité électronique, ça remue moins les foules... ;)

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

mise à jour     7.4 magnitude   possible ?

 

image.png.eb61defb67c7c8445f4db84a32df6b4b.png

 

 

Edited by symaski62

Share this post


Link to post
Share on other sites

la dernière fois que j'ai pu la voir, c'était le 18 au soir où je l'ai estimée vers 9, mais c'était un long fuseau diffus (jusqu'à 30' de long), et la tête principale était peu marquée, même si 2-3 condensations plus marquées pouvaient être présentes... Le problème c'est que la magnitude d'une comète c'est en principe celle de la coma... et quand il reste surtout une queue comme C/2019 Y4 et C/2020 F8 (hier soir vers m=8.5)... on ne sait pas trop ce qu'on mesure... peut-être qu'il faut extraire des images ce qui correspond à une coma circulaire et exclure ce qui n'est que de la queue de poussières...

... dans ce cas C/2019Y4-XX ont dépassé (mag >) la magnitude 10 depuis des semaines et C/2020 F8 a dépassé la magnitude 8 depuis plus d'une semaine!

Enfin je ne sais pas si quelqu'un arrivera jamais à revoir C/2019 Y4 maintenant... (au mieux un nuage diffus dans les images de Stereo?)

Nicolas

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un communiqué de l'ESA :

 

http://www.esa.int/Science_Exploration/Space_Science/Solar_Orbiter/Solar_Orbiter_to_pass_through_the_tails_of_Comet_ATLAS

 

Solar Orbiter va passer à travers les queues de la comète ATLAS

 

 Solar Orbiter de l'ESA traversera la queue de la comète ATLAS au cours des prochains jours. Bien que le vaisseau spatial récemment lancé ne devait pas prendre de données scientifiques à ce moment, les experts de la mission ont travaillé pour s'assurer que les quatre instruments les plus pertinents seront allumés pendant la rencontre unique.
 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Ledoux Philippe
      Je vous envoie une photo de la comète Neowise réalisée par  Laurent Critot, un des amis du club d'astronomie de Toussaint, depuis la plage d'Yport en Normandie. Le port de Fécamp est facile à identifier au fond de la baie : c'est la grosse bulle de pollution lumineuse. Depuis 17P/Holmes, j'attendais un joli moment cométaire comme celui-ci. Cà tombe un long week-end et en plus, il fait beau. Rien que du bonheur !


    • By Lastrofieffe
      Voici ma dernière sortie au Mont SAINT Michel, rencontre avec NEOWISE pour la troisième nuit.
      Sortie avec un autre passionné, nuit vraiment sympa; à refaire.
      Canon 1DX - 70 f2,8 - 5 secondes à 4000 ISO sur pied photo.
      Sam


    • By airbus340
      Salut ,
       
      Indigestion de Neowise ...mais c'est bon
      La voici au dessus du massif des Bauges en Savoie 
       
      Ph



    • By stéphane
      bonjour à tous,
       
      levé à 3h15 HL ce matin pour enfin observer cette belle comète.... c'est vrai que ça pique un peu! Mais ça vaut le coup : elle est bien visible à l'oeil nu, magnifique aux jumelles et très photogénique!
       
      J'ai donc sorti le 1100D sur la staradventurer pour lui tirer le portrait.
       
      avec le canon 27-55mm @ 55mm à 4h20 HL
      1 pose de 25s à f/5.6 et 800 iso .... et sans rotule!
       

       
      avec le tamron 70-300mm @ 141mm à 4h33 HL
      16 poses de 20s à f/4.5 et 400iso ... sans dark ni flat
       

       
      tamron 70-300mm @ 300mm à 4h44 HL
      19 poses de 20s à f/5.6 et 400iso .... toujours sans dark ni flat
       

       
      et enfin, j'ai remis la rotule pour faire un portrait neowise (tout à gauche) et Vénus (tout à droite)
      canon 27-55mm @ 27mm à 05h04 HL
      1 poses de 3.2s à f/4 et 100iso
       

       
      a+
      stéphane
    • By Tromat2
      Hello,
       
      on frise l'overdose, et ça n'est pas fini, mais tant pis, c'est pas qu'on aura plus rien à se mettre sous la dent en comète qu'il faudra pleurer ^^
      Ma modeste contribution, shootée ce jour le 11 vers 4h45, et avec les moyens du bord. La bougresse ne daigne pas se montrer dans mon jardin aux heures de bureau donc je suis obligé d'aller un peu plus loin dans un champ pour l'observer. Ok il y a maxi 2mn à pied mais ça veut dire que je n'ai pas l'électricité (pas équipé nomade) donc pas de monture. Résultat des courses, on fait à l'ancienne, avec un trépied, mon vieux Nikon D700 et un encore plus vieux 80-200mm f/4.5 Ai-s.
      172x2.5s à 1600 ISO. Je suis content on devine assez bien la queue ionique bleutée, on devine aussi une partie rougeâtre mêlée avec la partie bleutée mais je ne sais pas si ça correspond réellement à quelque chose ou si c'est un artéfact. On devine aussi quelques détails près du noyau avec ce panache qui se sépare en deux.
       
      La full sur Astrobin.
       

  • Images