symaski62

comète C/2019 Y4 (ATLAS) CRASH ! OMG !

Recommended Posts

http://www.aerith.net/comet/catalog/2019Y4/2019Y4.html

 

 

mag.gif

 

 

JPL/HORIZONS                  ATLAS (C/2019 Y4)            2020-Mar-18 21:59:13
Rec #:90004446 (+COV) Soln.date: 2020-Mar-09_07:19:55    # obs: 586 (2019-2020)
 
IAU76/J2000 helio. ecliptic osc. elements (au, days, deg., period=Julian yrs):
 
  EPOCH=  2458884.5 ! 2020-Feb-05.0000000 (TDB)    RMSW= n.a.
   EC= .9992446427560784   QR= .2528511246809229   TP= 2459000.515108983
   OM= 120.569994312319    W= 177.4078594843987    IN= 45.38173634030989
   A= 334.7437609364624    MA= 359.98132976049     ADIST= 669.2346707482438
   PER= 6124.5890168075    N= .000160929           ANGMOM= .012230574
   DAN= 284.34694          DDN= .25298             L= 298.7486958
   B= 1.8447771            MOID= .63108897         TP= 2020-May-31.0151089830
 
Comet physical (GM= km^3/s^2; RAD= km):
   GM= n.a.                RAD= n.a.
   M1=  7.7      M2=  13.9     k1=  21.5   k2=  5.      PHCOF=  .030
 
COMET comments 
1: soln ref.= JPL#4, data arc: 2019-12-28 to 2020-03-05
2: k1=21.5, k2=5., phase coef.=0.03;

 

Edited by symaski62
  • Like 2
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Super, merci pour l'info :) Ca en fera une des comètes les plus intéressantes de ces dernières années ! (D'après la courbe elle descendrait même un peu en-dessous de 4 vers la fin mai ? Mais bon après, quel est le niveau de précision... ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Cédric Perrouriefh a dit :

Super, merci pour l'info :) Ca en fera une des comètes les plus intéressantes de ces dernières années !

Ca dépend quand même de l'élongation, elle sera où, à la mag 4, parce que si elle est à 10 degrés du Soleil…………………..

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle pourrait être brillante au périhélie, car celui-ci est à seulement 0.25 UA du soleil. Mais de l'hémisphère nord elle deviendra quasi inobservable après le 24 mai au matin (élongation < 16°)

Elle monte vite en éclat en ce moment (m ~ 13.5 ce WE) mais d'ici un mois cela risque de changer.

C'est un comète à suivre dont la magnitude fin mai peut aussi bien friser les 2-3 que >>15 si elle se désintègre avant.

Nicolas

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, biver a dit :

Elle pourrait être brillante au périhélie, car celui-ci est à seulement 0.25 UA du soleil.

 

Il est vrai que l'on en a connu un paquet de comètes qui ont fini en confettis avec des distances aussi faibles au soleil. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, Superfulgur a dit :

Ca dépend quand même de l'élongation, elle sera où, à la mag 4, parce que si elle est à 10 degrés du Soleil…

Pour nos latitudes :

 

Sauf erreur elle serait à la magnitude 4  vers le 17 mai (4h45) à environ 7° seulement au dessus de l'horizon nord (soleil à - 15°)

Elle serait à la magnitude 5 le 12 mai au matin (4h45) à une hauteur de 9° au dessus de l'horizon Nord (soleil à - 16°) 

Et magnitude 6 le 6 mai (4h45) à une hauteur de 12° au dessus de l'horizon .

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/02/2020 à 14:43, Alain 31 a dit :

Sauf erreur elle serait à la magnitude 4  vers le 17 mai (4h45) à environ 7° seulement au dessus de l'horizon nord (soleil à - 15°)

Elle serait à la magnitude 5 le 12 mai au matin (4h45) à une hauteur de 9° au dessus de l'horizon Nord (soleil à - 16°) 

Et magnitude 6 le 6 mai (4h45) à une hauteur de 12° au dessus de l'horizon .

oui en effet,  en début de nuit au N-NW. Montagne et beau temps à commander lol

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Chris277 a dit :

en début de nuit au N-NW

 

Oui en effet pourquoi nous obliger à nous lever tôt alors qu'elle sera plus haute le soir au N-NO ! xD

Le 6 mai Lune gênante matin et soir .

SOIR (vers 23h)

le 8 mai à 24° environ au dessus de l'horizon N-NO (estimée  5 < mag > 6)

 

SOIR (vers 23h 15) 

le 12 mai  18°                    "                    "           "       ( estimée   mag  5)

 

le 17 mai à 10° environ    "                    "           "       ( estimée  3.5 < mag > 4)

Edited by Alain 31
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Alain 31 a dit :

le 17 mai à 10° environ

oui c'est quelques degré gagnés. de mon coté j'ai regardé pour ma latitude environ 42~43 deg. pour l'instant j'ai pas de poste à haut SQM au NO dans mon coin, à moins je viens de penser à l'Aigoual, ça à l'air pas mal au NO...

Edited by Chris277
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Chris277 a dit :

pour l'instant j'ai pas de poste à haut SQM au NO

 

Et ça donne quoi comme QI ;)

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, iblack a dit :
Il y a 21 heures, Chris277 a dit :

pour l'instant j'ai pas de poste à haut SQM au NO

 

Et ça donne quoi comme QI ;)

 

CQFD :) 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la courbe de magnitude il faut faire attention au biais du à la taille de la coma:

pour une comète sans sursaut - hors effet de seuil de fond de ciel - si vous passez d'une coma de 2' à 13' en gros, il faut s'attendre à 2 magnitude d'écart. Les dernières mesure autour de 12 correspondent à une coma bien plus large que début janvier, donc un accroissement de 5-6 magnitudes n'est peut-être que de 3-4 magnitudes si on le mesurait sur la même coma..

Sans doute la coma de gaz n'était pas détectable avant, mais c'est plutôt un bon point ,par rapport aux comètes poussièreuses...

En regardant la magnitude nucléaire (https://lesia.obspm.fr/comets/plot/plot_mag_afrho.php?Code=CK19Y040&Username=&CodeObs=&Config=&y1=1908&m1=01&y2=2020&m2=03) je pense qu'on est donc autour d'un gain de 4 magnitudes en 2 mois, soir du rh^-10.

Mais cela ne va pas durer - encore sans doute un mois avant que cela ne se ralentisse sérieusement - si la comète survit (la période orbitale de ~4400 ans est un point favorable, mais le fait que ce soit un 2e fragment chronologiquement, pas tant...).

Si on veut rester optimiste, elle pourrait ainsi monter jusque vers 9 début avril, puis progresser plus lentement vers m1=6 autour du 5 mai et 3 vers le 22 mai. Au mois de mai une jolie queue rectiligne pourrait se développer vers le Nord.

En tous cas cela vaut le coup de suivre son développement d'ici mai (https://saf-astronomie.fr/calendrier-cometes-2020/)

 

Image du WE dernier, encore difficile à sortir en 74sec.:

c2019y4-210220-22h21m9-t407f4bddp50c-74s.jpg.f0bdd63b5ea2dd2db367ad4dee69a7af.jpg

Nicolas

 

  • Like 4
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

salut    

 

1 page     image   mise à jour  

 

wow !   0 mag   O.o  brille !  

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas encore.. ne faisons pas de plans sur la comète...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici différentes prévisions au alentours 29 -31 mai 2020 à 12° d'élongation au soleil

MPC        - 0,4 

Nakano  - 0,8

JPL         - 5

BAA comet section   - 7,2

 

Cette comète a comme particularité d'emprunter une orbite très similaire à celle de la grande comète C/1844 Y1, qui était visible en plein jour !

 

Pour info, le MPC a ré-évalué récemment ses estimations de magnitude maxi pour cette comète, passant de +2,2 à -0,4 !

Edited by Mister Comets
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Mister Comets a dit :

grande comète C/1844 Y1, qui était visible en plein jour !

Non, je crois que C/1884 Y1 n'était pas visible en plein jour (https://groups.io/g/comets-ml/message/28239), c'est une confusion avec la comète du groupe de Kreutz de 1843 (C/1843 D1). J'ai lu que C/1844 Y1  était plutôt comparable à Halley lors de son précédent passage (de 1835), où elle devait être de magnitude 1 à 2 (si quelqu'un a le cometography correspondant...)

Les magnitudes JPL sont une pure extrapolation d'un fit sur les données actuelles (pas de changement de pente), donc à jeter à la poubelle pour le périhélie;

Si tu prends l'extrapolation BAA, c'est -7+-11 donc une incertitude d'un facteur 25000 dans la luminosité :o.

La seule publication de prévision réelle de magnitude c'est celle du MPC dans la circulaire CBET4734, et sans doute utilisée dans leur éphémérides où Dan Green explique qu'à l'approche du soleil la magnitude varie en 7.5 à 8.0*log(rh) et là pour être un peu optimiste il utilise 10*log(rh) - comme Nakano, mais avec m0=6.0 contre 5.5 pour Nakano.

(http://www.oaa.gr.jp/~oaacs/nk/nk4067.htm)

Seul point intéressant, l'angle de phase de 130° autour du 27 mai peut faire gagner 0.5-1 mag par "forward scattering", mais elle sera à moins de 15° du Soleil, et je pense qu'on aura du mal à la voir après le 24 mai car trop proche du Soleil...

J'ai un peu une loi empirique de limite de visibilité d'une comète à l'approche du Soleil qui est m1 < élongation(°)-10 ... ça peut le faire limite jusqu'au 27 mai... pour les spécialistes.

 

Si elle est plus brillante, tant mieux (mais elle sortira un peu de la norme), sinon il ne faudra pas s'étonner, et elle peut même disparaitre avant d'arriver au périhélie (c'est un fragment d'une comète passée il y a 4800 ans...)

 

Nicolas

 

 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une représentation de la grande comète de 1843 vue de Table bay, Cape Town par Charles Piazzi Smyth :

Smyth_Daylight_View_over_Table_Bay_Showing_the_Great_Comet_of_1843.jpg.72fa4fb2e9560b970d90932e3f80239d.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour m'occuper un peu en cette période particulière, 2002V1 présentait une augmentation de brillance assez similaire à celle de ATLAS, mais avec ATLAS qui a une magnitude absolue plus brillante de 3 magnitude. par ailleurs, ces deux comètes semblent assez similaires, avec une forte dominante gazeuse.

le fait que 2002V1 NEAT ait tenu son passage au périhélie à 0.1AU me semble de bonne augure pour ATLAS qui a une magnitude absolue plus forte (plus gros noyau?) et un périhélie à 0.25AU

 

du coup, pour voir, j'ai appliqué la loi de brillance de 2002V1 NEAT à ATLAS, seulement en modifiant la magnitude absolue qui est de 3 magnitude plus brillante pour ATLAS. ca donnerait autour de -2 au périhélie, et autour de 0 quand elle sera encore visible dans un ciel crépusculaire.

 

autre point intéressant, la géométrie "pré-périhélie" me semble très favorable à avoir une très longue queue gazeuse, avec la queue qui s'étendrait dans la direction de la terre, assez "au dessus". en comparant avec NEAT, dont la queue faisait qq degrés avec une géométrie moins favorable, et avec les valeurs du logiciel guide qui calcule la longueur de la queue en tenant compte de la géométrie, il me semble que la queue pourrait atteindre plus de 5° visuellement (dans un ciel pas parfaitement noir), et photographiquement, la queue de gaz pourrait être très étendue (>15°?) car elle sera quasi perpendiculaire à l'horizon avant le lever du soleil.

 

la géométrie post périhélie par contre est vraiment mauvaise

 

bref, avec tout ca, il me semble qu'il y a de bonnes chances que cette comète soit vraiment sympa, en particulier photographiquement du 15 au 25 mai, avec la nécessité d'avoir un horizon NE vraiment bien dégagé sur la fin de période

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Modeste contribution perso. :$ :  C/2019 Y4 (ATLAS) photographiée fraîchement (2°C !) le 23 mars vers 23h30 en centre Essonne, sous un ciel particulièrement pur (+ atmosphère sèche) mais s'éclaircissant assez rapidement sur les longues poses cause éclairage urbain omniprésent (ZI & Co. >:() ...

 

5e7ba949e9e7a_P1010548_C-2019Y4ATLAS_20200323-2333_L111_mp.thumb.JPG.a368f0bbf27f12ae06249e461b5137c9.JPG

Magnitude ~ 8  -  Champ horizontal ~ 1° 51'
Panasonic Lumix DMC-FZ2000 en parallèle sur C8 à fourche motorisé
F/4.5  -  T expo. = 20 s  -  ISO 1600  -  F équiv. 24x36 = 623 mm

 

5e7b434d9a224_C-2019Y4ATLAS_2020-03-23_1.075UA_mag.8.0_m.png.e3d51c49a1cb63f518deb520acd0d7a2.png

Edited by BobMarsian
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comète C/2019 Y4 - Chronologie

 

14 avril : sa distance à la Terre est inférieure à 1 UA

25 avril : sa distance au soleil est inférieure à 1 UA

16 mai : son élongation apparente au soleil est maintenant inférieure à 30°

18 mai : la distance de la comète à la Terre est inférieure à 0,80 UA

21 mai : sa distance au soleil passe en-dessous de 0,40 UA

22 mai : son élongation apparente au soleil est inférieure à 20°

23 mai : à 5h TU, passage de la comète au périgée à 0,781 UA de la Terre. Elongation au soleil : 17,9°

Du 25 au 29 mai, la comète a un déplacement apparent de plus de 2° par jour

27 mai : la distance de la comète à la Terre est supérieure à 0,80 UA

28 mai : en conjonction solaire à 15h TU. Elongation apparente : 11,5°

29 mai : Passe à moins de 2° de l'amas des Pléiades (M45)

30 mai : La comète devrait atteindre sa magnitude maximale

31 mai : à 00h20 TU Passage au Périhélie à 0,253 UA du soleil

01 juin : coupe l'écliptique du nord vers le sud

04 juin : sa distance à la Terre est maintenant supérieure à 1 UA

09 juin : sa distance au soleil passe au-dessus de 0,40 UA

10 juin : élongation apparente au Soleil supérieure à 10°

05 juillet : sa distance au soleil est supérieure à 1 UA

20 juillet : élongation au Soleil supérieure à 20°

 

 

Autre fait marquant, entre le 26 et le 31 mai à l'aube, il serait intéressant de tenter d'apercevoir (éventuellement) la queue de la comète se dégager de l'horizon N-NE avant le lever du soleil.

 

Edited by Mister Comets
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By serge vieillard
      L’occasion de retrouver les copains dans un petit gite fleurant bon la nature et le crottin, où l’on entend les clarines des bêtes à viande ou les gazouillis annonciateurs du printemps, concert de  grives, mésanges, pic noir et autres pipits.
      Première nuit  et quelques heures après le crépuscule, de quoi visiter les comètes du soir, dont la C2020 V2 (ZTF) en vadrouille dans le Triangle. Image pâle mais néanmoins intéressante où l’on distingue une longue queue rectiligne et ténue accompagnée de quelques jets notables, l’un à droite légèrement incurvé, un autre à gauche moins marqué avec un angle un peu plus ouvert et enfin un qui double le départ de la queue. De plus, l’on ressent comme un rayonnement à partir du noyau. Déjà les nuages envahissent le ciel et invitent à bâcher les instruments.
       

       
      Le lendemain sera pitoyable, j’ai la crève – il s’avèrera que c’est le COVID - je suis bon à rien, incapable de pointer et retrouver les champs stellaires, je suis envahi par l’humidité et elle aura définitivement le dessus, j’abdique, je plie et dans la maladresse, je fais tomber mon télescope endommageant le chercheur. Ce sera vite réparé le lendemain car l’avantage d’un télescope minimaliste tel que le mien c’est qu’il n’y a pas grand-chose à casser :  https://magnitude78.astrosurf.com/t400-carbone-acceuil/
      Je me rattrape sur les observations solaires. D’abord avec la Lunt 50 double stack des amis Noël. Un Soleil vraiment explosif où tout mériterait un dessin de détail, tant en surface avec des réseaux de filandres et de tâches remarquables que sur le limbe parcouru de nombreuses protubérances. L’une est vraiment imposante et complexe. Une zone de jets, une grande draperie, des sortes d’arbrisseaux aplatis et des filoches qui s’évanouissent au loin.
       

       
      Il y a là un instrument d’exception, la grande lunette de l’ami Jean-David, énorme triplet apochromatique CFF de 185mm à F/D6.6, équipée d’un prisme de Herchel et d’un oculaire Morpheus de 9mm offrant un grossissement de 150x. Observer dans un tel instrument est une première pour moi. La vision est à la hauteur de ce prestigieux matériel et je m’arrête sur la formation la plus imposante, la tâche AR3256. La complexité de la structure est inimaginable, quasi intranscriptible quand parfois la turbulence disparait. La zone centrale sombre montre des bords déchiquetés en forme de plumes, la petite zone la plus à gauche est comme hérissée de fines aiguilles. Vient ensuite une zone grisâtre rayonnante ponctuée de bouts de filoches, de grains, de minuscules plumets. Ça m’évoque par endroits comme la chair d’une figue.
       

       
      Peut-être la suite à venir, en  fonction du ciel et de la forme du moment.... en tout cas pas ce soir.....
    • By biver
      Brut de scan, quelques-uns de mes dessins de la comète ZTF d'il y a un mois 1/2...
      Nicolas
       



    • By COM423
      Bonjour,
       
      La comète C/2022 U2 (ATLAS) aime décidément bien les grandes nébuleuses, puisque après IC410 le mois dernier(*), elle passe ce mercredi soir et jeudi soir assez près de la nébuleuse de la Rosette
      La comète a faibli mais reste bien accessible (mag 13), il faut un champ de l'ordre de 3°x2° :

       
      Moi çà ne rentre pas au Quattro avec la 294
      Bon ciel.
       
      (*) :
       
    • By NicoF
      Bonsoir,
       
      De retour après quelques mois de pause astro.
      J'ai réussi à trouver un créneau météo glacial pour imager la fameuse comète. Les images datent du 12 février, le délai avant de poster est essentiellement lié à la galère  pour le traitement.
       
      Au niveau du matériel :
      * N130/900 sur HEQ5
      * A7S
       
      Pour le logiciel, la nouvelle version de SIRIL qui est absolument extraordinaire.
       
      J'ai suivi les instructions du guide : https://siril.org/fr/tutorials/comet/
      Notamment la partie superstack pour la vidéo.
       
      J'ai réalisé 5h de pose avec des temps d'acquisition unitaire de 20s.
       
      Donc tout d'abord une animation:
      Ensuite un empilement centré sur la comète:

       
      Une combinaison du fond de ciel avec la comète :

       
      La même en tirant les curseurs qui dévoile la queue ionique mais aussi la "supercherie" de l'empilement des 2 images :

       
      Voilà, bien loin de ce que j'ai pu voir passer ici mais pour une première je suis pas si mécontent.
       
      Bonne soirée,
      Nicolas
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une conjonction entre la comète 263P/Gibbs et une, non deux, enfin trois ou disons plein de galaxies puisqu'elle était, cette nuit là, dans le champ de l'Amas Coma, Abell 1656, qui contient je crois pas moins de 1000 galaxies (je n'ai pas compté ).
       
      En cette nuit du 11 au 12 février, j'étais sorti pour suivre C/2022 E3 (ZTF) dès le début de la lunaison et comme le télescope était dehors, j'ai enchaîné de façon plus opportuniste que préparée puisqu'en seconde partie de nuit, la Lune à 67% illuminait encore très généreusement le ciel, une situation que j'évite habituellement pour imager les comètes...
       
      Il y a longtemps aussi que je voulais imager l'Amas Coma et je n'en avais pas encore pris le temps, quand j'ai vu que 263P était dedans, je me suis dit banco, c'est le bon moment de le faire, d'autant qu'en cette période le champ était observable longuement et assez haut dans le ciel
       
      Pour compenser le handicap du fort clair de Lune, j'ai laissé tourner longtemps en limitant le temps de pose à 60s, pour éviter que le fond de ciel ne monte trop : ce n'éait pas plus mal, car de toute façon la nuit était assez turbulente, malheureusement
       
      Voici donc le résultat (à regarder en full ) :
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 11 au 12 février 2023, de 00h47 à 05h04 utc
      177 poses de 60s à -20°C, Temps d'intégration de 02h 57 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      Je n'ai pas annoté la comète, car malgré la faiblesse de sa chevelure et de sa queue, je pense qu'elle est repérable assez facilement (elle est dans le coin inférieur gauche).
      J'ai laissé les 3 reflets colorés en périphérie, pas si gênants je trouve au final.
       
      Pour Abell 1656, voici les annotations données par ASTAP,  il y a du monde :

       
      Quand on écrit que la comète était cette nuit là dans l'Amas Coma, ce n'est bien sûr qu'un rapprochement apparent puisque :
      la comète était très près de la Terre (0,35 ua), alors que la distance d'Abell 1656 est de 300 millions d'années lumière.  
       
      Quelques infos sur 263P/Gibbs
       
      Cette comète a été découverte en 2006 et elle fait cette année, son 3ème retour au périhélie : il s'est produit le 30 janvier 2023.
      Sa magnitude absolue est de 17.5, c'est donc une comète intrinsèquement plutôt faible. Mais ce passage était très favorable, d'autant qu'elle était bien placée sous nos latitudes.
       
      Pour expliciter ce côté favorable, voici un petit récap des 4 passages observés :
       

       
      Comme on le voit, il y a donc 4 magnitudes de variation sur la magnitude maximale atteinte par la comète, selon les passages au périhélie. Celà s'explique entièrement par les variations de la distance Terre/Comète et sa valeur minimale (périgée) : avec une distance périhélique r=1,25 ua, le périgée peut varier en théorie entre 0,25 et 2,25 ua.
      L'éclat est maximal si le périgée est très proche de la Terre et bien sûr s'il coïncide  avec le passage au plus près du Soleil (périhélie) ==> si vous voulez plus de détails, je vous renvoie en toute fin de message
       
      Pour ce passage, 263P/Gibbs était donc très proche de la Terre et on s'attendait donc à ce qu'elle soit plus brillante et développe une chevelure et une queue assez large. C'est bien le cas, même si ces structures sont faibles :
      La chevelure est bien marque sur 20" de diamètre, mais en poussant les seuils on distingue une faible coma bien plus large qui atteint près de 2' de diamètre La queue est faible, elle aussi, sauf à son démarrage : en poussant les seuils, on peut la suivre sur 2.8' de longueur vers PA=281°
      Pour la photométrie, les mesures donnent :
      magnitude nucléaire : m2 = 17.2 ( rayon d'ouverture de 6" ) magnitude totale, m1 = 15.8 ( rayon d'ouverture de 56" )  
       
      Malgré la Lune, je suis plutôt content du résultat obtenu (et de toute façon, cette conjonction n'était plus observable quelques nuits après quand la Lune aurait décliné).
      J'espère que cette petite composition vous plaire aussi
       
       
       
      Petite disgression mathématique : formule de calcul de la magnitude d'une comète
       
      On prévoit la magnitude d'une comète selon une formule du type : m1 = m0 + 5 log(D) + 2.5 n log(r)
      Avec :
      m0 : la "magnitude absolue", c'est la magnitude de la comète si elle était à 1 ua de la Terre et 1 ua du Soleil D : la distance à la Terre (en ua) n : l'indice d'activité, on prend souvent n=4 r : la distance au Soleil (en ua)  
      Pour 263P, c'est m1 = 17.5 + 5 log(D) + 10 log(r).
      En prenant r=1,25 ua et en mettant les différentes valeurs du tableau ci-dessus pour D, on retouve les différentes valeurs indiquées dans la seconde colonne du tableau récap ci-dessus

       
  • Upcoming Events