Anton et Mila

Astro dessinateurs: Quels oculaires utilisez vous?

Recommended Posts

Un peu comme Serge et Bruno, j'aurais tendance à ne pas trop différencier les activités d'observation pures de celles de dessin. En gros les qualités requises pour le dessin le sont aussi pour l'observation, à la différence que le premier en tant que plus poussé, va nécessiter des contraintes un peu plus exigeantes. Mais je pense qu'on peut se mettre au dessin avec la gamme d'oculaires dont on dispose déjà pour observer, quand je pense à ce que l'on avait dans les années 80, et on se faisait déjà plaisir ! A mon sens quelqu'un qui aurait déjà une gamme correcte pour observer n'aurait pas forcément besoin de se rééquiper totalement rien que pour du dessin.

Ceci dit, j'aurais tendance à penser qu'une monture équatoriale permet de se concentrer plus efficacement sans les sempiternels réajustements de l'objet dans le champ. A défaut, un oculaire grand champ semble préférable. Et bien sûr, tout ce qui accroît le contraste ou le gain de luminosité l'est aussi : transmission excellente, etc ...

Perso la gamme Delos ou Pentax XW s'en sort bien je trouve.

On peut adjoindre à cela quelques filtres colorés en planétaire (le fameux 47 pour Vénus), UHC, OIII, HBeta et une bino

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il se trouve que je n'ai jamais publié de dessin, mais souvent des compte-rendus d'observation que j'ai voulu imagé et pour le coup imagé (caméra)

Je le fais pour garder souvenir. Il fut un temps il y a 40ans ou j'ai recopié et mis à l'échelle une immense carte de 1m20 sur 2m à l'encre de Chine à plat ventre dans le bureau de mon père.

La flamme me reviendra un jour quand je serai bien dégoûtée de la prise de photos.

Mais bref, j'observe en visuel parfois plus de 30 minutes et je m'en vais et reviens. La Lune est captivante depuis que j'ai le 152mm fait pour ça.

 

Du côté du matériel, j'ai été fort fort déçue par le "haut de gamme" et moyenne gamme avec fort champ.

Lvw Vixen 8, Morpheus 6.5, Nagler 12T4, APM UF 24, Pentax XL 10.5.

Soit par l'ergonomie soit par le piqué.

 

J'ai eu aussi et j'y reviens des oculaires plus simple et je vais y rester.

a) Le contraste et un champ bien plat même à moins de 50° me conviennent si le plus est là.

 

b) Le relief d’œil suffisant également est nécessaire pour écrire à côté. J'ai eu suffisamment de fois des instruments qui vibraient parce que l'on cherche à se repositionner que ça a fini par me saouler.

Ma gamme actuelle est en court de consolidation.

 

Du relief d’œil pour le tour général et je reprends avec un autre oculaire plus spécialisé pour affiner les détails et "finir" l'observation.

Choisir ses outils fait partie aussi de son apprentissage à l'observation.

Comme je faisais en observation au microscope, je n'avais pas qu'un seul objectif. Ici c'est l'oculaire qui change.

 

Donc ma technique en terre inconnue c'est d'utiliser un champ moyen pour dégrossir la/ les zones intéressantes de la soirée, mémoriser la structure géométrique, au besoin je ferai une ébauche (je n'ai plus la mémoire que j'ai eu précédemment), et de revenir ensuite avec le "scalpel" et la "pince" apprécier les détails.
Flemmarde pour le moment, je prends ensuite l'atlas que je trouve ou des photos du LRO (pour la Lune) et je refais la visite.

Une fois l'outillage acquis, je penserai à la position d'observation pour se poser correctement et gribouiller.

 

Je ne donne pas de marques, beaucoup savent que j'ai eu pas mal de diversité à tester. Je préfère décrire comment je découvre.

L'observation, c'est comme le sport, il y a la phase d'entrainement et la course d'évaluation.

Edited by lyl
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

pour ma part et en planétaire, ce que je plébiscite c'est la bino et pas un type d'oculaire en particulier.

Pour que ce soit compatible avec la bino je privilégie les petits oculaires légers et pas hors de prix, donc des Plossl, orthoscopiques ou autres RKE. Plutôt dans des marques reconnues pour ne pas prendre de risque : TV, Baader, Edmund Scientific... même si j'avoue avoir bien souvent constaté que des Plossl ou orthos de marques considérées comme plus bas de gamme (du style Orion Epic) donnaient aussi bien que les miens en bino.

Donc si je fais du planétaire avec des orthos, c'est plus par défaut qu'autre-chose, en tout cas pas par conviction que ça fait mieux que des formules sophistiquées.

 

Pour la question de la nécessité d'un suivi stellaire, j'ai une plateforme équatoriale pour mon Dob 400 mais bien souvent j'utilise mon scope sans suivi, à 400x ou plus en bino, avec donc des champs autour de 50°. Ca se fait bien même s'il est vrai qu'un suivi est tout de même bien appréciable.

J'y vais d'un dessin fait fin juillet 2018 depuis Ténérife au T400 sans suivi à 600x en bino et filtre rouge RG 610 (60° de champ avec paire de XF12). Comme quoi c'est jouable sans motorisation, je pouvais emmener le T400 dans l'avion mais pas la plateforme :)

 

5e5d3f2ef1c58_Mars26juillet2018couleur.jpg.52915f7e88692ce94ceb824f4aa84bf5.jpg

 

Fred.

Edited by fred-burgeot
  • Like 3
  • Love 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, etoilesdesecrins a dit :

Un peu comme Serge et Bruno, j'aurais tendance à ne pas trop différencier les activités d'observation pures de celles de dessin

Je n'ai pas d'a priori contre les comptes rendus d'observations, j'en fait moi même, mais ils ne permettent pas d'apprécier la réalité de ce qui est vu par le lecteur, ou du moins,  on ne peut qu'en avoir l'interprétation faite par l'observateur, et je vous le dit franchement, je m'en méfie.

Le dessin lui rend compte de ce qui est vu, mais il faut partir de l'a priori qu'il est fidèle à ce qui est vu par l’observateur, et cela permet au lecteur de se faire une idée bien plus précise de ce qui est réellement vu.

L'observation précise semble être est un équilibre subtile entre la qualité du produit et son confort d'utilisation. En monoculaire, il est évident que le confort est moindre à la longue, mais observer en bino demande une certaine habitude. Ensuite,  vient ce que l'on met à l'oculaire....

Je vais prendre le parti lors d'une prochaine observation de faire un dessin lunaire par exemple le plus détaillé possible sur une petite partie du champ en comparant par exemple deux wide scan KK 13mm/84° avec binoculaire et barlow 2X et un ortho baader 6 mm en mono, et je vous dirai ce que j'en pense, en sachant que j'ai toujours observé en monoculaire avec des orthoscopiques en planétaire/lunaire mais par habitude.

Instrument utilisé: Maksutov 200/2000. J'aurai environ  300X approximativement dans les deux cas..

En CP, mes meilleurs observations d'amas globulaires ont été faites avec la bino et les deux oculaires cités ici, car j'étais conditionné par la recherche du champ le plus large.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense pourtant que le dessin a aussi sa part de subjectivité. Regarde le dessin d'un même objet fait par 2 personnes avec le même instrument ...alors OK c'est rarement sous le même ciel et le même site, mais les différences ne sont pas négligeables. De plus, on en parle dans un autre post mais comment rendre toutes les graduations de vision indirecte par exemple ? Mais je conçois que ce travers est aussi bien présent dans la description écrite. En plus le lecteur souvent pressé aura vite fait de lire un terme de travers et d'interpréter aussi à sa façon , en plus de l'interprétation du fait objectif de la part de l'auteur. C'est pour cela que j'ai tenté assez récemment dans mes descriptions d'introduire des termes les plus objectifs possibles pour décrire le ressenti lumineux, qui dépend de l'observateur. Au lieu de dire "faible, très faible" par ex je préfère utiliser la notation de Ciel Extrême : VD1 à VD3 (vision directe évidente à limite) puis VI1 à VI5 (vision indirecte 100 % du temps à 5 % environ)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://citations.ouest-france.fr/citation-confucius/image-vaut-mille-mots-27568.html

Il y a 3 heures, etoilesdesecrins a dit :

Je pense pourtant que le dessin a aussi sa part de subjectivité

D'accord bien évidemment. J'insistai sur le dessin pour insister sur le temps pris pour le faire. Et la notion de temps a son importance entre une observation rapide, et celle qui demande du temps, et pour faire la somme de ce qui est réellement vu.

C'est pour cette raison que je demandais l'avis des astro dessinateurs, car je partais de l'à priori qu'ils sont les mieux à même de dire ce qui leur semble le plus adapté à l'observation à haute résolution en CP ou planétaire. On retrouve les standards, et si des designs "bancales de conception" devaient avoir sous certains aspects une supériorité absolue , ils n'auraient pas manqué de nous le dire. Pour l'instant rien de nouveau sous le soleil....

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/03/2020 à 18:16, fred-burgeot a dit :

pour ma part et en planétaire, ce que je plébiscite c'est la bino et pas un type d'oculaire en particulier.

Citation

bien souvent j'utilise mon scope sans suivi, à 400x ou plus en bino, avec donc des champs autour de 50°. Ca se fait bien même s'il est vrai qu'un suivi est tout de même bien appréciable.

J'y vais d'un dessin fait fin juillet 2018 depuis Ténérife au T400 sans suivi à 600x en bino et filtre rouge RG 610 (60° de champ avec paire de XF12). Comme quoi c'est jouable sans motorisation,

 

Merci Fred pour ces précisions. :)

Ceci me conforte sur ma vision et mon opinion des choses.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/03/2020 à 18:16, fred-burgeot a dit :

j'ai une plateforme équatoriale pour mon Dob 400 mais bien souvent j'utilise mon scope sans suivi, à 400x ou plus en bino, avec donc des champs autour de 50°

 

Ca doit être assez sportif ça! 400x avec 50° de champ sans suivi. A chaque coup de crayon, tu dois recentrer ton instrument j'imagine.

Est-ce que 400x est ton grossissement "de croisière" sous le ciel français pour faire tes observations planétaires? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Olili a dit :

A chaque coup de crayon, tu dois recentrer ton instrument j'imagine.

 

En fait je procède de façon cyclique :

- je place la planète un peu à droite du centre du champ

- pendant qu'elle défile, j'observe

- je dessine le détail que j'ai observé

- je reviens à l'oculaire et je place la planète etc...

 

il y a une heure, Olili a dit :

Est-ce que 400x est ton grossissement "de croisière" sous le ciel français pour faire tes observations planétaires? 

 

Tout à fait, même sur Jupiter dont la luminance n'est pas très forte. Et même quand les images ne sont pas spécialement stables, je n'ai pas intérêt à descendre sous 350-400x. En monoculaire ce n'est pas la même histoire.

 

Fred.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Frédéric, il faut reconnaître que ta méthode pour dessiner à fort G en mode manuel est peut-être un peu plus jouable en planétaire. Malgré tout, cela met juste en lumière ton excellente habileté d'observateur-dessinateur, pas à la portée de tout le monde. En ciel profond, dans ma "survey NP" en Namibie, j'ai joué à ce jeu là toutes les nuits au T508 mais à fort  G, il suffit de descendre de l'échelle et d'aller chercher un autre oculaire justement, avec comme conséquence un champ perdu et il faut repointer, très chiant. De plus, tous mes dessins réalisés à l'oculaire comportaient quelques erreurs de positionnement d'étoiles, pas glop.

Alors QUELS OCULAIRES dans sa mallette ?  Les réponses vont être diverses. Quelques points de vue pour orienter le lecteur :

- certains vieux observateurs détachés des contraintes matérielles ne jurent qu'avec leurs antiques oculaires. Ils ont souvent une excellente transmission et un champ apparent pas si large. J'ai remarqué qu'ils connaissent par coeur leur comportement, ils jouent avec leur qualité de bafflage et savent exactement quelle focale d'oculaire fera mouche.

- certains observateurs-dessinateurs ont revendu tous leur Nagler/Ethos pour des oculaires encore plus piqués avec meilleure transmission

- attention aux barlow et powermate qui doublent les combinaisons possibles mais qui peuvent induire des problèmes de collimation avec le poids des accessoires. C'est parfois infime mais suffisant pour amoindrir le contraste sur les images d'instruments très courts. La mécanique supportant le porte-oculaire doit être irréprochable.

- j'ai remarqué que la focale instrumentale conditionne le nombre d'oculaires. Avec plus de 4m, il en faut un bon paquet car si l'instrument est bon, on sent des petites différences entre chaque oculaire. Avec 2m de focale (assez commun quelque soit le diamètre), certains ne jurent qu'avec 3 oculaires et barlow. C'est à mon avis pas suffisant.

- pour les différentes marques, voir "astronomie pratique". Mais on ne peut pas toujours faire comme on veut. Souvent la gamme du moment découle du stock précédent (de son dernier instrument par ex) et il faut être rudement riche et sans sentiment pour faire table rase et s'équiper par exemple tout en Ethos ou tout en Pentax pour les aficionados de la marque. Au final, le panel peut être très diversifié, on évite en général les doublons, et on ne garde que ceux que l'on juge meilleurs à sa pratique.

- il n'est pas toujours nécessaire de chercher l'ultra grand champ dans les oculaires de courtes focales mais tout dépend de ta pratique.

Si tu n'as pas de suivi, ces derniers sont bien pratiques. Ex d'utilisation de 2 oculaires à la focale proche (c'est mon seul doublon, un doublon de luxe, je reconnais) :      Ethos 3.7 pour Lune ou lorsque j'ai la flemme de monter la bague 2"-1 pouce 3/4 et Pentax 3.5 pour les challenges planétaires et CP. Si ça ne turbule pas, Pentax sans hésitation !

- je sais que la qualité optique des instruments commerciaux est tirée vers le haut mais si vous avez un tube un peu juste ou bien en dessous de la limite de Rayleigh (L/4 sur l'onde), les oculaires de très courte focale ne vous seront pas d'une grande utilité.

- Si vous votre site est vraiment pas bon au niveau seeing, même remarque.

Dans mon cas, pour une utilisation uniquement T600 F/3.55 orienté CP mais pas seulement, cela donne çà avec quelques oculaires cachés dans la mousse, désolé !  Cette grande valise de rangement a été faite par un ami pro, Emmanuel R.

5e668ce62b8c7_ValiseT600dessus.jpg.f8217c036b7fbd12cf9d5ad89efdddbe.jpg

 

Désolé, il y a le 12 type 4 de Lyl mais qui me semble pas si mauvais, en tout cas meilleur en transmission lumineuse que le type 2.     Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/03/2020 à 21:02, STF8LZOS6 a dit :

Je n'ai pas d'a priori contre les comptes rendus d'observations, j'en fait moi même, mais ils ne permettent pas d'apprécier la réalité de ce qui est vu par le lecteur, ou du moins,  on ne peut qu'en avoir l'interprétation faite par l'observateur, et je vous le dit franchement, je m'en méfie.

Le dessin lui rend compte de ce qui est vu, mais il faut partir de l'a priori qu'il est fidèle à ce qui est vu par l’observateur, et cela permet au lecteur de se faire une idée bien plus précise de ce qui est réellement vu.

 

Pour résumer ce que tu dis : le dessin rend mieux compte de ce qui a été vu qu'un compte-rendu. C'est bien ça ?.

 

OK, et alors ? Ça ne contredit pas l'idée que pour voir les astres au mieux, c'est le même oculaire que pour les dessiner au mieux (c'est juste que, si on ne dessine pas, on aura moins de chance de décrire tout ce qu'on a vu − en supposant que tu dises vrai).

 

Edited by Bruno-

Share this post


Link to post
Share on other sites

On ne fait pas toujours les choses pour soi aussi, non?

Er un dessin vaut mieux que mille mots...

Bonsoir

ClaudeS

 

 

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr qu'un dessin peut valoir mieux que mille mots, mais quel rapport avec la proposition « les oculaires optimisés pour l'observation visuelle sont optimisés pour le dessin » ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai jamais dit cela....j'ai simplement voulu connaitre l'avis des dessinateurs sur le choix de leurs oculaires...

J'ai le droits de poser la question non? Mais visiblement il ny aurait pas d'oculaires en particulier....

Rebonsoir 

ClaudeS

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, STF8LZOS6 a dit :

Mais visiblement il ny aurait pas d'oculaires en particulier....


Tu as lu ce que tu as bien voulu lire pour tirer de telles conclusions. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question formulée un peu différemment mais avec la même conclusion pourrait-on dire:

https://www.cloudynights.com/topic/690188-the-ultimate-planetary-eyepiece-design/page-2

Donc, pour moi, pas de règle ou de design particulier, du moment que la fabrication est soignée....et si on peut conserver du confort oculaire en observation prolongée (cas des astro-dessinateurs ) c'est un mieux, par exemple la binoculaire.

 

Ceci sera ma conclusion:D

Bonne journée.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, STF8LZOS6 a dit :

Je n'ai jamais dit cela....j'ai simplement voulu connaitre l'avis des dessinateurs sur le choix de leurs oculaires...

 

Je n'ai pas dit que tu as dit cela !

 

Je dis que les oculaires pour dessiner, ce sont les mêmes que pour observer. Et tu me rétorques que : oui mais le dessin donne plus d'informations qu'un compte-rendu. Eh bien je dis : quelle rapport ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Bruno- a dit :

Je dis que les oculaires pour dessiner, ce sont les mêmes que pour observer

Heureusement.

 

Il y a 3 heures, Bruno- a dit :

Et tu me rétorques que : oui mais le dessin donne plus d'informations qu'un compte-rendu. Eh bien je dis : quelle rapport ?

celui-ci:

  1. Les dessinateurs ont-ils une préférence sur les oculaires: Les réponses en gros est non....on fait avec ce que l'on a, large champ ou pas; peu ou beaucoup de lentilles....ce qui nous convient le mieux.
  2. Les dessinateurs sont ceux qui observent avec la recherche de plus d'acuité visuelle (mon postulat qui est en fait la règle du jeu de départ en demandant à ceux qui ne dessinent pas de ne pas participer)
  3. Conclusion: 
    Il y a 6 heures, STF8LZOS6 a dit :

    Donc, pour moi, pas de règle ou de design particulier, du moment que la fabrication est soignée....et si on peut conserver du confort oculaire en observation prolongée (cas des astro-dessinateurs ) c'est un mieux, par exemple la binoculaire.

     

    Ceci sera ma conclusion:D

    Bonne journée.

     

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, Bruno- a dit :

Pour résumer ce que tu dis : le dessin rend mieux compte de ce qui a été vu qu'un compte-rendu. C'est bien ça ?.

Moi je pense qu'ils sont complémentaires ! Avoir le dessin avec un CROA, c'est l'idéal :-)

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/03/2020 à 18:16, fred-burgeot a dit :

je plébiscite c'est la bino et pas un type d'oculaire en particulier.

Je reviens un peu tard là dessus. Oui je plébiscite la bino également. (ps pour Fred, je préfère d'autres dessins de toi, certains ont plus de personnalité, j'ai pas pigé le centre d'intérêt de celui-là )

Je préfère celle-là ZuHe-b529P7Ry7TLITe9nthhYkAdsuTuvcbwFwKK

couleur, contraste, dégradé au bord pour l'atmosphère (que je vois parfois bleutée dans le télescope quand Mars fournit du détail comme là), au point que ça donne envie de chercher sur une carte de référence.

 

Pour la même appréciation, il y a un moindre besoin de grossissement.

Malheureusement, j'ai un problème à l’œil gauche depuis deux ans suite à un choc violent et c'est très inconstant l'apport que fournit la sensation de relief en ce moment, la fatigue joue beaucoup au point qu'au prochain contrôle chez l'opthalmologue je prendrai la décision de garder ou pas la bino si l'astigmatisme (en fait déformation plus complexe) devient important.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, lyl a dit :

Oui je plébiscite la bino également.

Avec tous les avantages de la vue binoculaire, notre cerveau est programmé pour voir avec deux yeux :-) En plus on a gain de 20% en terme de G par rapport à l'observation en mono ;-) Et quand je fais des croquis oui c'est pas des dessins je n'ai pas assez de talents pour cela et bien  j'utilise les même oculaires que lors de mes observations :-)

Edited by jm-fluo
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J’ai surtout remarqué que le choix des oculaires dépendait de l’instrument! Un Dobson non motorisé impliquait systématiquement l’utilisation d’oculaires grand champ. Ceux qui ont de bonnes montures optent pour des Orthos et/ou monocentrics pour le planétaire. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, lyl a dit :

ps pour Fred, je préfère d'autres dessins de toi, certains ont plus de personnalité, j'ai pas pigé le centre d'intérêt de celui-là

 

je t'avoue que la "personnalité" n'est pas ce que je recherche, juste faire en sorte que "ça ressemble le mieux possible".

Je suis bien plus dans la tentative de cartographie fidèle que dans "le beau" ou "l'art".

 

Quant à l'intérêt de celui que j'ai affiché, si tu as vu la date à laquelle il a été fait tu comprendras :) 

Il a été réalisé en fin de tempête martienne avec de la poussière canalisée dans Valles Marineris, c'est quand-même pas commun. La région correspondant à la 'partie gauche' du dessin est totalement transformée par rapport à son aspect habituel, à cause de ladite tempête encore active dans cette zone. Voilà pourquoi ce dessin (et les autres faits pendant cette période) ont de la valeur à mes yeux, ils montrent des choses inhabituelles sur Mars, vues avec une bonne résolution grâce au bon seeing à Izana et au fort grossissement et ce malgré le faible contraste dû à la tempête.

 

D'ailleurs, par rapport au dessin que tu préfères (de 2010), le niveau de détail est très supérieur dans celui de juillet 2018.

Le contraste du dessin de 2010 que tu as affiché au-dessus est donc trompeur.

 

Ce "dessin" de 2010 n'en est en fait pas un, puisqu'il s'agit d'un instantané de l'animation faite à partir de mon planisphère martien de janvier 2010. L'impression de contraste est issue du passage dans la moulinette informatique.

mars-2010-HD.avi

 

 

Il y a 3 heures, lyl a dit :

Pour la même appréciation, il y a un moindre besoin de grossissement.

 

Tu veux dire que j'aurais pu grossir moins pour voir la même chose ? Si oui, je ne vois pas comment tu peux le dire, tu n'étais pas là.

 

Fred.

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, STF8LZOS6 a dit :

Les dessinateurs sont ceux qui observent avec la recherche de plus d'acuité visuelle (mon postulat qui est en fait la règle du jeu de départ en demandant à ceux qui ne dessinent pas de ne pas participer)

 

Ah OK, je comprends mieux. Eh bien je ne suis pas d'accord avec le postulat. On n'est pas obligé de dessiner pour chercher le maximum de détails possibles.

 

(Je pense qu'en dessinant, on verra plus de détails qu'à l'observation à travers le même oculaire. Mais ça n'empêche pas que, même sans dessiner, on puisse avoir envie de voir le maximum de choses.)

Edited by Bruno-
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, fred-burgeot a dit :

Tu veux dire que j'aurais pu grossir moins pour voir la même chose ? Si oui, je ne vois pas comment tu peux le dire, tu n'étais pas là.

 

Fred.

Et nous n'avons pas la même acuité visuelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Nuit du 27 au 28 février 2022
      Dobson Strock 254/1200
      Au nord-est de la terrasse de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres.

      8 dessins : 9851 à 9858.

      Je suis prêt à observer à 20h30, il fait meilleur qu'hier, le redoux réel n'est pas dû qu'au fait d'être à l'abri du vent ici.
      La lumière du concessionnaire n'est pas allumée ce soir tout comme constaté hier, est-ce un effet du coût actuel de l'électricité?

      La comète Kowal 104P est attrapée vers les Hyades avant que le Taureau plonge derrière la maison.

      Observation 9851 : Comète P/Kowal 104P.
      Vue tout de suite à 75x, elle est assez facile à côté de 93 du Taureau.
      Placée à 20h42 sur le dessin, elle est trahie par un léger déplacement pendant le dessin.
      Ell est considérablement faible, très diffuse. A 109x, son centre plus brillant est flou. La comète n'est pas mieux détaillée à 150x.


      Je passe à un amas ouvert d'Orion.

      Observation 9852 : Do17.
      Dolidze 17 est observé à 75x et 109x. Il est pas mal avec ses étoiles colorées car sinon il est peu fourni, on dirait plus un astérisme qu'un amas ouvert.


      Un train passe à 21h.

      Pas très loin de lambda Orionis, je pointe une nébuleuse obscure dans Orion.

      Observation 9853 : B35.
      A 75x le fond de ciel est plus sombre par là comparé au tapis de la Voie Lactée, mais les limites de Barnard 35 sont très diffuses.
      Il est mieux vu en bougeant le champ. Par contre je n'ai pas vu la nébuleuse diffuse Ced59 dans le même champ.
      Marrant d'observer un nuage sombre en cette saison, il y a moins de candidats visibles dans la Voie Lactée hivernale comparé à l'été.


      J'ai tenté le rémanent de supernova IC443 des Gémeaux, mais pas sûr de l'avoir vu, je n'ai rien dessiné.
      Pour ne pas être venu pour rien dans la zone, j'observe à proximité un amas ouvert de mon programme d'objets vus depuis plus de 5 ans.

      Observation 9854 : Cr89.
      Collinder 89 est assez fourni à 75x sur son axe central entre les 2 étoiles brillantes jaunes que sont 9 et 10 des Gémeaux.


      La buée gêne et l'atmosphère est diffusante, le halo de l'éclairage de la mairie monte davantage.
      La comète 67P Churyumov Gerasimenko dans le Cancer est ma cible suivante.

      Observation 9855 : comète 67P Churyumov Gerasimenko.
      A l'endroit prévu, elle a bien faibli! A 109x puis 150x, elle est faible, très diffuse, son centre est plus brillant en vision décalée. Il est difficile de la détailler davantage tant elle a faibli depuis le dernier dessin du 1er février.


      A 22h52 le village s'éteint.
      C'est l'heure du dessert et de la pause avant d'explorer des galaxies du Lion vers Régulus

      Observation 9856 : IC591.
      Elle est soupçonnée à 75x mais le halo de Régulus gêne.
      Faible à 109x, elle est condensée et ses limites sont floues.


      Je ressens de la fatigue à 23h30, c'est quand même la 4ème nuit d'affilée.
      Le chien à l'est s'excite à minuit à cause de chats miaulant plaintivement, il n'a aucune pitié!

      Observation 9857 : NGC3130.
      Vue à 109x et 150x, elle est assez condensée VI1 à 2.
      Voilà encore une galaxie à l'observation gênée par une proche étoile brillante.


      Je visite un groupe de galaxies vers bêta du Lion, Dénébola, pour finir.

      Observation 9858 : Groupe NGC3817 à 25.
      A 150x, elles ne sont pas toutes vues en même temps, le placement de 2 d'entre elles en est imprécis bien que vues, car placées en fonction de jalons vus par intermittence.
      J'ai vu NGC3825 faible à très faible, NGC3822 faible et allongée en vision décalée lointaine, NGC3817 vue VI2, NGC3819 vue VI3 à 4, NGC3820 vue VI1 à 2.
      Ca a été dur de voir les 5 à cause de la buée incessante, je passais mon temps à essuyer l'oculaire.
      Je note toutefois qu'il faudra refaire ce groupe avec une carte de repérage car j'en ai râté.


      Des bancs de brume circulent, ça va finir en brouillard, déjà que je constate de l'humidité sur les affaires.
      Je remballe à 0h50.
    • By Loup Lunaire
      Bonjour ,
       
      Voilà bien longtemps que mes crayons ne s'était pas mis en exercice pour l'exécution d'un dessin astro.
      J'ai profité de redessiné cette partie situé au nord-ouest lunaire, il s'agit Anaximander (dans l'ombre )& Herschel  (en lumière).Très esthétique pendant cette période croissante.
      Et pour l'image, c'est toujours une surprise selon l'atmosphère la couleur change malgré une balance des blancs égal Sélène et un peu rosé.

       
       
       
       
       
       


       
       
      Bon ciel lunaire
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Sur un ancien site militaire reconverti en vaste parking privé au nord du camping de Marigny et en forêt de Chizé dans les Deux-Sèvres.

      11 dessins : 9840 à 9850.

      Voici ma première soirée d'observation en groupe depuis Valdrôme 2021, avec les membres de mon nouveau club d'astronomie de Marigny, les "Têtes en l'Air".
      Leur site d'observation habituel se situe à 11kms de chez moi.
      Pour y aller vers 20h alors qu'il fait nuit, le GPS me fait passer par des petites routes dont une à une seule voie et bombée où il faut être vigilant pour ne pas verser sur le côté, j'y avance à moindre vitesse que le maximum autorisé, à ne pas prendre endormi!

      Heureusement le président du club David a aussi fléché le dernier carrefour pour confirmer le chemin.
      Après la traversée obligatoire du camping, je rejoins après un virage à presque 180°, puis un sentier entre herbes hautes et une entrée étroite, le parking, que j'essaie de traverser en feux de position pour ne pas gêner.

      J'irai en reconnaissance les derniers centaines de mètres puis garerai ma voiture plus à l'ouest avant de rapprocher mon télescope vers le 300 de David.
      Il y a aussi mon astro voisin de Fors, Remy, Michel qui ressemble à un prophète avec sa barbe blanche, Alain, et un astronome amateur des Pays de Loire, Laurent.

      L'installation du télescope prend du temps car je discute notamment avec Remy, je suis aussi venu pour ça.

      Mes premiers cibles sont 2 amas ouverts de la Licorne, à un train de sénateur pour cette raison aussi, pas simple de dessiner tout en discutant.

      Observation 9840 : NGC2311.
      Vu déjà fourni à 75x, il dévoile à 150x ses étoiles assez faibles à perceptibles.


      Observation 9841 : NGC2286.
      Il est dessiné à 109x. Aïe à force de discuter j'ai oublié de prendre des notes sur cet objet hormis la turbulence moyenne à mauvaise à 109x, de 3 à 4 sur 5.


      Quelques lumières de coffre gênent quand certains remballent assez tôt.

      Ici la vue est dégagée sur 360°, le ciel Bortle 3 est magnifique, et la lumière zodiacale indiquée par David est forte à l'ouest ce soir, avant de disparaître plus tard, ne laissant que des lueurs (serait-ce celles de la côte Atlantique car très basses?).

      Je pointe la comète Faye 4P dans la Licorne.

      Observation 9842 : comète P/Faye 4P.
      Elle est très faible et très diffuse.


      A 0h30 je suis fatigué, je n'ai pas bien récupéré de la nuit précédente.
      Il reste David, arrivé à 18h pour ouvrir et débroussailler le site.

      Comme je tombais de fatigue, je vais dormir 2h sur la banquette arrière de la Sandero.
      Je suis seul au réveil.

      J'explore les champs de galaxies de la Vierge, sur la carte 193 de l'Uranométria, leur proximité mutuelle va me faire enchaîner les dessins.

      Observation 9843 : NGC4200. Vue dès 75x, elle est très faible. A 150x en vision indirecte, son centre plus brillant se détache. Elle est petite et condensée.


      Le vent faible et froid de début de nuit est tombé, puis revenu après 4h. Il ne gêne heureusement pas, car je n'ai aucun abri à part me coller à la voiture, et un télescope ultra-léger comme le mien y est sensible.

      Observation 9844 : IC769.
      Cette galaxie remarquée dès 75x est diffuse, vue VI1 à 2 à 150x et montre alors des nodosités VI5 donc limites.


      Des chouettes se parlent dans la forêt qui m'entoure.

      Observation 9845 : NGC4207.
      Facile, elle est allongée à 75x, faible à très faible à 150x.


      J'ai froid aux pieds, pas de pause au chaud possible ici, à part dans la voiture moins froide.

      Observation 9846 : NGC4165/8.
      NGC4168 est la seule vue à 75x, assez faible, tandis que NGC4165 apparaît à 150x, vue VI1.


      Je remarque la lumière faible d'une ferme derrière la haie au nord.

      Observation 9847 : NGC4189.
      Vue à 75x, elle est très faible, très diffuse. A 150x, je rêve ou il y a une structure spirale, soupçonnée à cause des bords plus renforcés?
      En effet après vérification sur photo.


      Je fais un détour sur M99 spiralée, ce n'est pas courant à ce diamètre.

      Observation 9848 : M99.
      Encouragé par l'observation précédente, je pointe cette galaxie spirale déjà bleutée ciel à 75x.
      A 150x, elle est assez faible, de la structure spirale apparaît, notamment une virgule part du noyau.
      Après observation approfondie, un bras VI3 (50% du temps en vision indirecte) est vu de ce côté, tandis qu'un bras VI4 (25% du temps en vision indirecte) est détecté à l'opposé au nord.
      Une bande sombre borde au nord la virgule.


      Fatigué à 4h45, je fais une pause casse-croûte dans la voiture.
      Je suis fatigué, j'ai le nez qui coule, mais je ne faillis pas.

      Observation 9849 : NGC4365 et 4370.
      75x et 150x. NGC4365 est assez faible et NGC4370 est très faible à VI1.


      Pendant le dernier dessin d'un trio de galaxies toujours sur cette carte de la Vierge, j'entends un remue-ménage que j'attribue d'abord à des occupants des bungalows du camping au sud, mais c'est finalement des chevreuils à l'aboiement caractéristique.

      Observation 9850 : NGC4341/3 et IC3267.
      A 109x, le trio comprend les faibles NGC4341 et NGC4343, accompagnées d'IC3267 vue qu'en vision décalée VI1.


      Je dors debout à 6h, du coup 40 minutes de sieste dans l'auto sont obligatoires.
      L'aube et Vénus sont arrivées, je remballe.
    • By xavierc
      Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
      Sur le bord Est de la terrasse de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres, d'abord au milieu puis au nord.

      10 dessins : 9830 à 9839.

      J'ai installé le télescope avant le dîner.
      Après ce dernier, pour finir de récupérer de la soirée d'astro d'hier, je dors 1h30 jusqu'à 21h45.
      Le temps de s'habiller, mettre les lentilles de contact, sortir les accessoires d'observation et finir de régler le télescope, il est 22h15.

      Mon premier thème de la nuit est les nébuleuses planétaires Abell, j'ai imprimé tout leur catalogue pdf dans la journée.
      J'échoue bêtement sur la première, car je l'ai bien vue dans Orion, mais elle s'est vite retrouvée dans le toit de la maison. A refaire plus tôt.

      J'en vois deux dans les Gémeaux.

      Observation 9830 : PK200+8.1.
      Aussi Abell 19, cette nébuleuse est d'abord vue à 201x sans filtre, très dure. Avec le filtre Oxygène 3 auquel elle répond considérablement bien, elle est assez facile en vision décalée. Puis je la vois sans filtre plus facilement qu'avant même à 85x.
      Ses bords restent flous. Elle demeure invisible avec le filtre HBêta.


      J'ai l'impression d'entendre la télé qui s'est rallumée toute seule (à cause d'un contacteur mal foutu), en effet je vais l'éteindre après le premier dessin en me masquant l'oeil observateur pour conserver mon adaptation nocturne.

      A 23h le village s'éteint, sauf le spot de jardin, mal dirigé vers les arbres, d'un voisin de l'autre côté de la rue au sud, et bien sûr la façade de la mairie.

      Observation 9831 : PK205+14.1.
      Abell 21 de son autre dénomination, ou la Nébuleuse de la Méduse de son petit nom, c'est la plus intéressante Abell de la nuit assurément!
      Vue dès 85x, même sans filtre, elle est facile. 138x est optimal pour la détailler. Elle répond en plus très bien au filtre Oxygène 3, mais reste très faible en HBêta.
      Les détails internes sont vus à 138x tandis que les extensions les plus faibles sont repérées à 85x. Cet objet est finalement complexe, je vois le gap avec une vieille observation avec le Strock 254.


      Des pétards retentissent au nord à peu prêt à la même heure, les ados du coin se lâchent.
      A noter aussi : nez coulant, buée qui gêne, et train bruyant passé à minuit.

      Je dessine une nébuleuse planétaire dans le Cancer.

      Observation 9832 : PK208+33.1.
      Abell 30 n'est vue à 201x qu'avec l'aide du filtre Oxygène 3, comme un halo diffus autour d'une faible étoile, VI4 à 5. Le bon état de surface des optiques, limitant la diffusion, est primordial pour lever le doute par rapport aux étoiles voisines.


      Ah les lumières du voisin au sud sont enfin éteintes.
      J'ai froid aux mains à 0h30, j'ai encore fait l'impasse sur les gants.
      C'est le prétexte pour une pause goûter et chauffage des mains 10 minutes après, une fois le dessin fini.

      Je reviens pour dénicher des faibles galaxies dans l'amas de la Crêche M44, c'est marrant.

      Observation 9833 : NGC2637.
      Première du groupe dans M44, elle est facile à 201x et n'a pas été vue par contre à 85x. Elle est très faible à VI1.


      Observation 9834 : NGC2643.
      Faible à très faible, elle est condensée, facile et assez petite à 201x et encore à 276x.


      Les mains sont regelées à 0h40

      Observation 9835 : NGC2624/5.
      Ce couple est très facile à 201x.
      NGC2624 est considérablement faible à faible, et NGC2625 est considérablement faible.
      A la fin du dessin de ces galaxies intra-M44, le champ est à moitié dans le toit, il était temps de finir.


      J'aurais dû me mettre tout de suite le plus au nord possible de la terrasse, ce que je fais après cette exploration insolite de M44. Mais ça va me desservir plus tard!

      Je pointe des galaxies dans la Vierge.

      Observation 9836 : NGC4348 et ASASSN-22am.
      NGC4348 est spécialement visée car une supernova y est visible en ce moment, ASASSN-22am.
      85x, 201x et 402x. La turbulence est forte à 402x, de 4 sur 5.
      La galaxie et la supernova sont vues facilement à 85x.
      La première est assez faible à considérablement faible, tandis que l'invitée surprise est au centre de la galaxie normalement pas marqué. Une condensation à côté fait de l'ensemble comme un double noyau.
      A 402x, je décèle d'autres nodosités VI5 donc limites.


      Un chat miaule dans le secteur.
      Puis les canards s'excitent dans le voisinage.

      Observation 9837 : NGC4517.
      Pas loin de la précédente je regarde la chouette galaxie NGC4517.
      Facile à 85x, elle est bleutée et très allongée. J'ai l'impression qu'une bande d'absorption la traverse, ça sera confirmé à posteriori au bon endroit par les photos.
      La galaxie est considérablement faible et pullule de nodosités.
      Une bien belle galaxie vue par la tranche, bien qu'un peu faible à 201x.


      Une vache meugle vers l'Est.

      Je vois enfin le quasar double de la Grande Ourse après une tentative avortée à cause de nuages en Lozère.

      Observation 9838 : QSO957+561.
      Voici le fameux quasar double de la Grande Ourse.
      Vu dès 201x en vision décalée, il devient trop sombre à 401x. C'est une tache VI3 à VI4, allongée, les 2 images du mirage gravitationnel ne sont pas séparées.
      Il plonge dans le toit de la maison, ce qui ne me laissera pas l'occasion de confirmer la duplicité, à la fin de l'observation je ne le vois plus car trop absorbé. J'aurais eu plus de marge sans avoir déplacé le télescope auparavant, zut, et là j'ai la flemme de re-soulever les 3 points de cale et de le repointer. Je le retenterai plus tard en saison ainsi que la belle galaxie NGC3079 à côté.


      Je termine par une chaîne de galaxies déjà vue comme Arp 330 : Shakbazian 16 dans le Dragon.

      Observation 9839 : Arp 330 = Shakbazian 16.
      J'ai déjà observé ce groupe de faibles galaxies avec ce télescope, aux Nuits Astronomiques de Touraine vers l'aube il me semble.
      Je voulais voir ce que ça donne ici.
      Certains de ses membres sont vus dès 85x.
      A 201x, il est constitué de galaxies faibles à VI4, intéressant.
      J'en ai confirmé 7, du nord au sud : PGC2817454, PGC59054, PGC59048, PGC59050, PGC59056, PGC59042, 2MASXJ16490401+5322254.


      A 4h40 j'arrête là, je veux garder de l'énergie pour la nuit d'astro prochaine avec le club de Marigny. Au lit à 5h30 tandis que les coqs chantent en avance l'aube.
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      A l'ouest du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      6 dessins : 9824 à 9829.

      Je me suis installé dès le début de soirée dans cette zone du jardin car une camionnette masque l'éclairage de la rue au sud.
      Je suis prêt à 21h précisément alors que retentissent des cris d'enfants au sud dans la rue.

      Je passe la soirée sur les constellations basses australes, l'entamant sur une galaxie du Grand Chien.

      Observation 9824 : NGC2283.
      Vue à 75x, elle est assez condensée et vue VI1 à 2 à 109x.


      2 patrouilles d'avions à hélices sont passées dans le nord du ciel en direction de l'est, est-ce en lien avec la guerre en Ukraine? C'est le premier soir où j'assiste à ça.
      J'entends aussi une bataille de chats, le chien à l'Est s'en excite.

      Je passe aux amas ouverts de la Poupe car le Grand Chien passe déjà dans le mur à 21h30.

      Observation 9825 : Ru32.
      Rupretch 32 est petit à 75x, reste laiteux à 109x, et il est vu VI1 à 2 (75% à 100% du temps en vision indirecte).


      Observation 9826 : NGC2482.
      A 109x ses étoiles s'étagent d'assez faibles à perceptibles. Je cravache pour le dessiner avant qu'il passe derrière le mur au sud, exercice compliqué car il est assez fourni et remarquable.


      C'est donc au tour de la Poupe de foncer dans la maison à 22h30.
      Je me rabats sur les galaxies de l'Hydre Femelle, plus hautes et plus à l'est.

      Observation 9827 : NGC2585.
      A 150x, son repérage est difficile. Elle est diffuse, plus condensée au centre VI1 à 2.


      La buée est énervante à 23h, alors que le village est éteint.
      L'humidité est palpable sur les affaires et dans l'air, la lumière de la mairie diffuse.

      Des bruits lointains de circulation parviennent à mes oreilles.

      Observation 9828 : NGC2583/4.
      Avec ces deux galaxies observées à 150x, le trio est complet avec la précédente. NGC2583 m'apparaît comme une étoile floue très faible à VI1, et NGC2584 est VI3 avec un allongement évident.


      Les chouettes causent entre elles à 23h30.
      Mes lentilles un peu sèches me gênent, je dois cligner davantage des yeux, oui en effet ça améliore la fin de séance.

      Observation 9829 : NGC2590.
      Cette galaxie vue tout de suite à 109x est très faible, concentrée, puis je remarque qu'elle est allongée et enfin qu'une étoile y est collée.


      Je suis fatigué puis entends des canards serviables pour me tenir éveillé.
      Je remballe plus tôt à 0h10 pour garder des forces pour la nuit suivante prévue au télescope 508.
  • Upcoming Events