Draboy24

Airmass, QE, filtre, standardisation ?

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

je me pose énormément de questions. Pour trouver la magnitude d'une étoile correctement, il est normal que tout le monde utilise les mêmes filtres (exemple Johnson V pour la magnitude dans le vert). Mais ce que je ne comprends pas, c'est que le résultat dépend de la caméra. Les filtres Johnson sont des filtres à large bande et le rendement quantique n'est pas constant tout au long de cette bande spectrale.

 

Imaginons un cas extrême. Un filtre à transmission constante entre 500 et 600nm. Deux étoiles qui ont le même flux dans cette bande spectrale, l'une émet fortement vers 520nm, l'autre émet plus fortement vers 580nm. Imaginons maintenant un QE de mon capteur vers 20% à 520nm et un QE de 70% à 580nm. Le logiciel va me calculer des magnitudes très différentes car j'aurai peu d'ADU avec l'étoile qui émet fortement à 520nm. Alors qu'en vrai, la magnitude des 2 étoiles est identique dans le filtre johnson v.

 

Je n'ai vu aucune étape de calibration par rapport au QE qui varie avec la longueur d'onde... Comment ce facteur est il pris en compte en photométrie ? merci d'avance

 

Henri

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Salut,

Pour comprendre ça il faut voir que le filtre réel que tu utilises c'est la bande passante du filtre x la transmission instrumentale (la caméra mais aussi les optiques de ton télescope...) x celle de l'atmosphère. Sans même prendre en compte l'atmosphère, cela veut dire qu'en rentrant dans le détail, il n'existe aucun filtrage identique à un autre même si tout le monde utilise officiellement les mêmes filtres. Il est donc nécessaire de faire toute une série de calculs qui permettent de convertir ton système personnel dans le système standard, et tous les observateurs doivent le faire. Et tout ça en éliminant les différents types d'absorption atmosphérique.

Il y a la méthode AAVSO, mais qui est encore une simplification (elle ne prend pas en compte les coeffs d'extinction). Pour une méthode complète il faut voir la procédure "all sky" il y a des choses sur le net, ou dans des livres.

C'est plutôt complexe...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour la réponse. Oui, c'est exactement de cela que je parle :)

donc, en gros, la plupart de ceux qui font de la photométrie ne s'en occupent pas parce que c'est complexe et que l'influence sur les résultats est vraiment mineure ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah non c'est le contraire, il faut en tenir compte et ils en tiennent tous compte :) et l'influence sur les résultats très importante...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ha tiens donc. J'ai suivi des tutos sur Prism ou Miniwin mais je n'ai jamais vu de fonctions pouvant appliquer ces transformations dans ces logiciels. J'ai même l'impression que les gens postent leurs résultats sans en tenir compte, par exemple sur le transit d'exoplanète (tel que celui-ci http://var2.astro.cz/EN/tresca/transit-detail.php?id=1570987715)

Le feraient-ils dans une feuille excel après avoir déterminé leurs transformations ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 53 minutes, Draboy24 a dit :

J'ai même l'impression que les gens postent leurs résultats sans en tenir compte, par exemple sur le transit d'exoplanète (tel que celui-ci http://var2.astro.cz/EN/tresca/transit-detail.php?id=1570987715)

Le feraient-ils dans une feuille excel après avoir déterminé leurs transformations ?

Dans le cas d'un transit, on ne cherche pas à mesurer une magnitude absolue, mais un delta en magnitude, donc dans ce cas pas besoin de filtres UBVRI. Il en va de même pour les mesures sur des étoiles variables (mesurer la période) ou encore les courbes de rotation d'astéroïdes ou l'on va chercher à reconstituer par exemple la forme de l'astéroïde. Dans ces cas il n'est pas nécessaire d'avoir une mesure absolu de la magnitude mais plus une variation de la magnitude sur un temps donné.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci :)

oui, voilà, c'est ce que je pensais. Donc finalement, on en a besoin pour quelles situations ? J'imagine pour des cas où l'étoile variable a des variations très bizarres ? Vous voyez d'autres cas ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Draboy24 a dit :

Merci :)

oui, voilà, c'est ce que je pensais. Donc finalement, on en a besoin pour quelles situations ? J'imagine pour des cas où l'étoile variable a des variations très bizarres ? Vous voyez d'autres cas ?

Tout dépend ce que l'on cherche à mesurer : une variation ou une magnitude absolue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui ok :) 

finalement, dans les projets amateurs, je ne sais pas si c'est très fréquent... pour Bételgeuse oui alors ha ha. 

Au fait, est ce que Prism ou Muniwin ont des fonctions pour calculer ces coefficients et faire les transformations en magnitude absolue ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je modère un peu les propos d'Olivier, car pour les astéroïdes (et accessoirement pour les étoiles variables), on a intérêt à faire quelques mesures avec des filtres pour tenir compte des effets de couleurs.

 

Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok, je vois. Donc calcul de régression linéaire entre des filtres johnson B et V par exemple. Et des calculs de coefficient d'extinction pour être plus précis dans un seul filtre... et les logiciels ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Draboy24 a dit :

Vous voyez d'autres cas ?

Tous les cas où tu dois comparer tes données avec d'autres observateurs :) et tous ceux où la mesure des index de couleurs est important - ce qui est souvent le cas d'une étoile...

Share this post


Link to post
Share on other sites

OK :). Ha j'ai trouvé qu'un logiciel nommé Vphot qui pourrait faire ces transformations. C'est bien le seul après multiples recherches. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

A propos d' airmass et d' observation (visuelle) de Bételgeuse, je me suis appuyé sur les formules et abaques de Christian Buil dans "http://www.astrosurf.com/aras/extinction/calcul.htm" pour faire un calcul correctif avant publication sur le site AAVSO.

En première approximation, l' extinction atmosphérique vaut k/cos(z) :

_ sous un bon ciel sec d' hiver, dans un village éloigné des villes et entouré de forêt, j' ai pris k=0.20 pour des étoiles perçues en V-band, et k=0.15 pour Bételgeuse compte tenu de la longueur d' onde dominante 611nm perçue par mes yeux;

_ sous un ciel d' été avec de la brume, je prendrai respectivement k=0.33 et 0.26;

_ entre les deux, ce sera au doigt mouillé.

De toute façon faire l' impasse sur cette correction n' entraîne pas plus de 0.03 magnitude d'erreur (ciel d' hiver et hauteurs d' étoiles toutes supérieures à 30°). Sachant que mes yeux peuvent induire une erreur de 0.08 magnitude...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now