skywatcher

Différence de mise au point en planétaire et cp ?

Recommended Posts

il y a 4 minutes, Thierry Legault a dit :

Par contre, pour les ADC qui décalent l'image dans le champ, on peut se demander si le changement de réglage nécessite une vérification de la collimation de l'instrument (et la réponse est certainement oui pour ceux qui ont un champ réduit : Newton court ou SC classique, voire Dall-Kirkham

 

Oui sur le DK sans correcteur de champ (souvent en option), c'est un problème la perte de collimation que tu décris.

Je tente de contrer cet effet en décalant l'objet dans le champ de la caméra. D'autres dont JLD font de même si j'ai bien compris.

 

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Comme disent certains la MAP sur une étoile est normalement la meilleure solution (en théorie).

Cependant en pratique une étoile n'a pas le même ensemble de couleurs qu'une planète, et comme par exemple avec une lunette, un Mak ou un newton avec barlow (ou un correcteur de champ) il y a, à cause du chromatisme, une légère différence de MAP fonction des couleurs (même avec une caméra NB).

Donc en fait la meilleure MAP dépend de l'instrument et de l'objet observé. On cherche les plus fins détails et le meilleur contraste surtout en turbulences ...

Les meilleures MAP sont donc différentes de la MAP étoile selon la planète et l'instrument. C'est encore une affaire de compromis ...

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour le C8 de @skywatcher il y a très peu de différence, les SCT ont beaucoup de sphérochromatisme qu'on doit limiter.

On calcule a) la courbure de la lame pour la hauteur de croisement des couleurs utiles et b) la correction asphérique sert à positionner la SA° minimale sur la couleur qu'on choisit.

sctcolor.PNG

Du coup c'est le réglage imposé par la lame qui est dominant. 

Un croisement à 71% longitudinal ce n'est pas toujours le sphérochromatisme minimal mais c'est souvent la meilleure map de chaque couleur. Un peu comme un "snap focus"

Même si on est pas toujours dans la perfection il apparait une zone, avec peu de marge, de meilleure map pour toutes les couleurs : c'est la fabrication qui la détermine.

 

Même si ce n'est pas infinitésimal, ça reste micrométrique et on peut raisonablement penser que le réglage sur un bahtinov amène une constance dans la map optimale pour un SCT. Je ne vois pas Célestron trop chipoter avec ce genre de facéties ultra-précise (la largeur du trait comme j'ai entendu hier de qui se reconnaitra) mais plutôt rendre son instrument le plus pratique possible à l'utilisation photo/visuelle.

 

° Aberrration sphérique

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Myriam pour tes recherches et tes explications ;)

Daniel

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les SC, la map est malheureusement différente en R, V et B. Les foyer R et V sont relativement proches, mais le foyer B est plus loin (ou plus près).

Donc ... si on pinaille, il faut refaire la map dans chacune des trois couleurs quand on fait du planétaire en R, V, B. C'est plus facile à faire avec un roue à filtres + map motorisée.

 

Après, si on ne peut pas faire la map sur Vénus car elle est basse, et bien ... cela veut dire qu'il y a trop de turbu pour faire des images ;)

C'est aussi l'occasion de vérifier si la collimation bouge avec la hauteur de l'astre. Il peut y avoir des surprises de ce côté là.

 

Le sujet de la map sur les planètes/Lune a été maintes fois discuté. Un truc qui aide bien, c'est d'avoir un système gradué. S'il est motorisé, c'est encore mieux. On fait alors la map sur la planète, en on peut la refaire en cours d'acquisition quand la turbu baisse.

 

Bref, la map sur une étoile ne sert pas à grand chose en planétaire, sauf peut-être sur des cibles très faibles comme Uranus ou Neptune en CH4.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est sûr que si tu fais la mise au point en planétaire sur notre planète elle sera à refaire en ciel profond

un probablement porteur sain du truc qui circule vous savez le machin dont tout le monde parle:D

  • Confused 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, christian viladrich a dit :

Bref, la map sur une étoile ne sert pas à grand chose en planétaire, sauf peut-être sur des cibles très faibles comme Uranus ou Neptune en CH4.

 

Une autre question est celle de l'influence de l'atmosphère sur la mise au point à l'infini :

pour simplifier pour un flux lumineux monochromatique.

Donc pas d'effet chromatique à craindre.

Si l'on vise une cible au zénith ou bien beaucoup plus bas sur l'horizon, la lumière traverse une épaisseur d’atmosphère très différente et surtout sous un angle aussi très différent.

Est-ce que ça pourrait avoir un effet sur la mise au point de l'instrument, cas d'un instrument assez conséquent peut-être ?

( J'ai du sécher les cours d'optique élémentaire. ) :D

 

Lucien

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, christian viladrich a dit :

Donc ... si on pinaille, il faut refaire la map dans chacune des trois couleurs quand on fait du planétaire en R, V, B. C'est plus facile à faire avec un roue à filtres + map motorisée.

Là oui c'est du pinnaillage.

La plage de défocus est de 0.227 mm à f/10. Sur le modèle célestron que j'ai, calé 552nm (Vla. Sacek amateur telescope optics)

Il faut bien un focuser autre que la molette native du C8 pour faire une map comme ça.

 

En voulant utiliser les longueurs d'ondes centrales du système RVB

channel, position focus, strehls divers

B 460 ~= +79um & vert 546nm : 0.953 strehl, jaune 589nm 0.92, Oiii 0.96, H-alpha 0.88

V 520 ~= +34um & vert 0.996 strehl, jaune 0.98, Oiii 0.969, H-alpha 0.944

map à 550 ~= +17um & vert 1, jaune 0.99, Oiii 0.956, H-alpha 0.958

R 620 ~= -14um & vert 0.985 strehl, jaune 0.993, Oiii 0.912, H-alpha 0.975

 

Bien sûr c'est théorique, la qualité de fabrication va dégrader tout ça.

 

C'est se casser la tête en investissement à mon avis, le Célestron C8 calé à 550 nm ne gagne quasiment rien à faire joujou avec la map sur une roue à filtre pour les principales raies nébulaires. Il faudra la refaire quand même mais pas pour les mêmes raisons : le changement apporté par le filtre lui-même.

Une bonne cam. RVB couleur fait bien l'affaire non ?

 

Note : j'ai pas dit que ça ne vaudrait pas le coup sur du célestron plus gros.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 20 heures, lyl a dit :

C'est se casser la tête en investissement à mon avis, le Célestron C8 calé à 550 nm ne gagne quasiment rien à faire joujou avec la map sur une roue à filtre pour les principales raies nébulaires. Il faudra la refaire quand même mais pas pour les mêmes raisons : le changement apporté par le filtre lui-même.

Une bonne cam. RVB couleur fait bien l'affaire non ?

 

sur un de mes SC (je crois que c'était le M12), j'avais mesuré très soigneusement la position relative de mise au point avec chacun des filtres. La différence entre vert et rouge était difficile à mettre en évidence, mais l'écart avec le bleu était bien reproductible. Pas énorme évidemment, mais pas négligeable non plus en planétaire (ça fait trop longtemps pour que je me souvienne des valeurs, peut-être quelque chose genre entre L/2 et L/4 ptv). En ciel profond à mon avis c'est peanuts.

 

Avec une caméra couleur on trouvera une position intermédiaire qui donnera une bonne image, mais peut-être pas tout à fait du niveau d'une image RVB refocalisée (à condition que les autres paramètres soient bien dans les clous : optique, collimation, turbulence…). Je pense que pour Mars ce n'est pas un problème car les détails sont dilués en bleu, par contre sur Jupiter je serais plus prudent...

 

Par contre si les filtres sont parfocaux je ne crois pas qu'une très légère différence d'épaisseur puisse jouer surtout s'ils sont placés après une Barlow, vu la tolérance de map assez large à ce niveau.

 

 

Edited by Thierry Legault
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

ah oui une qui tu avais faites avec.

image.png.447d97f374163316737e6122ee0654cf.png

Je n'ai jamais trouvé d'information sur l'optique des Meade, mais j'ai lu souvent qu'on leur a reproché d'avoir copié Célestron et ça n'a jamais abouti. Probablement que les ingé de chez Meade ont voulu faire un instrument plus abouti, une idée me vient en tête c'est qu'ils auraient privilégié une moindre aberration de sphéricité (neutral zone différente) mais dans ce cas le meilleur focus n'est pas le même pour toutes les couleurs. En visuel c'est invisible mais en photo le décalage au bleu ne pardonne pas. En le rattrapant, le piqué est bien meilleur dans le bleu profond.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Là oui c'est du pinnaillage.

La plage de défocus est de 0.227 mm à f/10. Sur le modèle célestron que j'ai, calé 552nm (Vla. Sacek amateur telescope optics)

Il faut bien un focuser autre que la molette native du C8 pour faire une map comme ça.

C'était une façon polie pour dire qu'il y a bien un écart de mise au point qui est significatif entre G et B, et que l'on peut mettre en évidence également entre G et R, ceci sur le C14.

Cela se voit assez bien avec une mise au point avec moteur pas à pas. D'où l'intérêt d'un focuser motorisé :)

 

En fait, quand on cherche la haute résolution, tout un tas de questions qui passent d'habitude inaperçues deviennent dimensionnantes. Et plus le diamètre augmente, plus cela devient sensible.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 8 heures, christian viladrich a dit :

En fait, quand on cherche la haute résolution, tout un tas de questions qui passent d'habitude inaperçues deviennent dimensionnantes. Et plus le diamètre augmente, plus cela devient sensible.

 

et c'est là où ça fait drôle de voir des gens qui se posent des questions métaphysiques sur la différence entre un strehl de 0,95 et 0,98 alors que dans le monde réel ils se trouvent vite à 0,5 à cause de tous ces "petits détails" O.o (le tout étant de ne pas se noyer dans des points réellement négligeables pour se concentrer sur ceux qui sont vraiment significatifs)

 

 

Edited by Thierry Legault
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, lyl a dit :

ah oui une qui tu avais faites avec.

 

Je n'ai jamais trouvé d'information sur l'optique des Meade, mais j'ai lu souvent qu'on leur a reproché d'avoir copié Célestron et ça n'a jamais abouti. Probablement que les ingé de chez Meade ont voulu faire un instrument plus abouti, une idée me vient en tête c'est qu'ils auraient privilégié une moindre aberration de sphéricité (neutral zone différente) mais dans ce cas le meilleur focus n'est pas le même pour toutes les couleurs. En visuel c'est invisible mais en photo le décalage au bleu ne pardonne pas. En le rattrapant, le piqué est bien meilleur dans le bleu profond.

 

ah elle date celle-là, à la CCD à 2images/s fallait un seeing super bon !

 

En un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, la constance de qualité optique chez Meade et Celestron était...inconstante. Il fallait de la chance (ou de la persévérance et des tests en achat d'occasion) pour tirer un très bon numéro. Ca s'est bien arrangé depuis, heureusement !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme la différence de focus au SC qui est "visible" entre une image prise au filtre R ou V et celle qui est prise avec le filtre B. Nota : les filtres ont été mesurés séparément et l'épaisseur de leur substrat n'est pas la cause de ce décalage (filtre Astronomik). D'ailleurs la différence entre un Astronomik R et un Lumicon W23A est monumentale (épaisseur très différente).

Au C11 je juge cette opération indispensable (à F20, compter 1/6 ou 1/5 de tour du réducteur 1:11, ce qui doit correspondre a une centaine de µm environ), et au C8 il fallait disposer de conditions mieux que correctes pour s'en rendre compte (ou alors je n'était pas aussi exigeant avec moi même ?).

Au mak 127, je n'ai pas de mesure (pas de crayford), et à la lunette (80ED) le décalage se compte en fraction de tour ... sans réducteur ce qui doit donner des centaines de µm d'écart.

 

Marc

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now