Cyp

NGC 6543 au T200, la nébuleuse de l'œil de chat

Recommended Posts

Salut à tous !

 

La phase lunaire n'est plus très propice à l'observation du ciel profond. Néanmoins, je suis retombé avec surprise sur trois anciens comptes-rendus d'observation que je n'avais pas remis au propre ! Et quand je dis ancien... je parle de 2007 :)

 

C'est donc parti pour les deux premiers d'entre-eux, à savoir une double observation de NGC 6543, la nébuleuse de l'œil de chat. La première observation a eu lieu chez mes parents. La seconde s'est déroulée onze jours plus tard, à l'observatoire Sirene. Les instruments utilisés sont presque identiques car il s'agit du Meade Lx90 dans le premier cas et du Celestron C8 dans le second.

 

Cette observation a été doublée car je me sentais fortement limité par le grossissement de 200× utilisé la première fois. Comme de fait, passer à 400× a apporté de très nombreux détails supplémentaires !

 

Ces deux observations permettent donc de comparer la vue de cet objet à 77×, 200× et 400×.

 

### Première observation

 

Objet : NGC 6543, la nébuleuse de l'œil de chat
Type : NP
Constellation : Dragon

 

AD : 17h 58' 33"
Déc. : +66° 37' 59"

 

- Date, heure, durée : 10/05/2007, 23:10 TU, 5'
- Lieu, altitude : La Roque d'Anthéron (13), 175 m

 

- Vent nul, 16 °C
- T1 (mvlonUMi 6,17), P1, S2/200×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38'), H = 55°. Petite et brillante NP circulaire de couleur verte vue V1, graduellement brillante vers le centre.
    
    200× (champ de 15'). NP ovale vue V1, orientée NE aux dimensions estimées à 40" × 25". Une zone centrale contrastée uniformément lumineuse et de couleur verdâtre est entourée d'un petit halo.
    
Remarques :
    L'étoile centrale de mV 11,3 n'a pas été vue.
    
    Deux étoiles de mV 9,7 et 13,0 sont visibles à proximité, situées respectivement à 2,7', PA 291, et 2,1', PA 323, du centre de la nébuleuse.
    
Page web : https://www.cypouz.com/croa/070511/ngc-6543-nebuleuse-oeil-chat-t203-200x

 

### Seconde observation

 

Objet : NGC 6543, la nébuleuse de l'œil de chat
Type : NP
Constellation : Dragon

 

AD : 17h 58' 33"
Déc. : +66° 37' 59"

 

- Date, heure, durée : 21/05/2007, 22:15 TU, 15'
- Lieu, altitude : Observatoire Sirene (84), 1 100 m

 

- Vent 1, 15 °C
- T3, P3, S2/400×

 

- Instrument : C8, 203/2000, F/10

 

Observations :
    400×, H = 55°. Brillante NP vue V1, incolore.
    
    Une étoile centrale vue VI2 est entourée par une petite cavité sombre au cœur d'une nébuleuse ovale aux bords nets vue VI3, orientée NE aux dimensions estimées à 40" × 20". Deux renforcements lumineux en forme d'arc de cercle vus VI3 sont observés en bordure de nébuleuse, au NE et au NO. Le renforcement NE apparaît sur une plus grande section. L'ensemble baigne dans un halo presque circulaire aux limites floues vu VI1.
    
    L'usage d'un filtre [OIII] renforce le contraste des détails internes mais assombrit le halo externe et l'étoile centrale.
    
Remarque :
    Deux étoiles de mV 9,7 et 13,0 sont visibles à proximité, situées respectivement à 2,7', PA 291, et 2,1', PA 323, de l'étoile centrale.
    
Page web : https://www.cypouz.com/croa/070522/ngc-6543-nebuleuse-oeil-chat-t203-400x

 

Les deux dessins ont été mis à la même échelle afin de pouvoir les comparer plus facilement. Évidemment, la vue à 200× était bien plus petite que celle à 400×.

 

large.5e8b6c32950ed_NGC6543-T200.png.ddb3b903f0cf5dd16710b1265f9977be.png

 

large.5e8b6c41ab213_NGC6543-T200.png.6495bc7c31b3320048c0e0b120757595.png

Edited by Cyp
  • Like 8

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe ! Ca illustre bien le gain conséquent du grossissement sur ce genre de petites cibles. Faudrait que je relise mes notes mais pas sûr d'en avoir beaucoup plus à 300 mm, sauf pour la centrale plus évidente je pense ainsi que la luminosité globale (VD et non VI).

Ca met aussi l'accent sur le degré d'extinction des centrales car à 200 X tu ne la voyais pas alors qu'une étoile de mag 13 était visible à côté.

Et puis un côté nostalgique local car j'ai habité 25 ans à Lauris (84) en face de La Roque d'Anthéron et monté maintes fois à Lagarde d'Apt en vélo ...par contre je ne savais pas qu'il y avait l'observatoire Sirène là-haut ;)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dis donc, ça c'est du déterrage de vieux CROA ;).

2007, ça commence à dater. Ca ne doit pas être évident de s'en rappeler. Il faut faire confiance à ses notes de l'époque ;).

 

J'aime bien cette nébuleuse de l'Œil de Chat. C'est typiquement le genre de nébuleuse qui passe inaperçue au milieu des étoiles à faible grossissement, mais qui dévoile sa structure à fort grossissement.

Pour la démasquer parmi les étoiles, Il faut bien l'identifier avec une carte de champ, ou bien par blinking, avant de zoomer dessus.

La centrale n'est effectivement pas évidente à voir, car elle est baignée dans le clarté de la nébuleuse, mais elle est perceptible quand on persévère. Tu l'as très bien décrite dans ton CROA.

La forme en citron de la nébuleuse, avec deux petits arcs de chaque coté, est également visible à l'oculaire

Pour info, mes notes d'observation concernant cette nébuleuse, avec un dessin au T305 qui date de 2018,  sont visibles ici :  NGC 6543 l'Œil de Chat

(A la fin de mes notes, il y a également un lien vers un CROA au T254 qui date de ..... 2007 ;))

 

Amicalement,

Yves

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme l'Esquimau encore 'pointable' en ce moment, pour ces NP très lumineuses il y a tout intérêt à grossir beaucoup comme tu le rappelles (ainsi que Etoilesdesecrins et Yves), même quand le seeing n'est pas forcément très bon, car c'est le seul moyen d'accéder à leur structure, et cette Cat's Eye en fait partie.

Bien vu pour le halo, la forme oblongue, la zone moins lumineuse autour de la centrale, et les anses plus soutenues aux extrémités du grand axe. Il ne manque plus que l'iris de l'oeil !

Fred.

Edited by fred-burgeot
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos commentaires ! :)

 

@etoilesdesecrins effectivement, l'étoile centrale, bien que plus brillante que l'autre étoile, n'a pas été vue à 200×. Alors qu'elle était plutôt facile à 400×. Certainement noyée dans la nébuleuse, encore bien trop lumineuse et compacte à ce grossissement. Bien vu !

 

Quant à l'observatoire, il y a pourtant des panneaux en bord de route. Tu passais certainement beaucoup trop vite, une fois rendu sur le plateau après en avoir chié dans la montée xD

 

@yves65 je ne compte bien évidemment pas sur ma mémoire, dans ce cas précis :) Je ne me fie qu'à mes notes manuscrites. Et, bien heureusement pour moi, elles étaient ici plutôt précises. Je me suis néanmoins posé quelques questions en les remettant au propre ; questions qui auraient certainement trouvées des réponses si je l'avais fait dans la foulée. En tout cas, merci pour ton complément d'information et les liens vers tes observations précédentes. Mais ton site web — ou plutôt celui de ton association — est déjà dans mes marques-pages Firefox ;)

 

@fred-burgeot merci pour la confirmation des détails perçus ! Pour l'iris, il me faudra néanmoins repasser :) J'essaierai de l'attaquer au T600 !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By lolodobs
      Allez j'envoie...
       
      NAT2024, récit d'aventure astronomique:
       
         Ça faisait des mois qu'il pleuvait, nous avons eu peur que les cinq jours à l'observatoire de Tauxigny se passent les pieds dans l'eau. Premier miracle, la météo nous a annoncé un séjour ensoleillé, chaud, avec des nuits claires quelques temps avant et c'est ce qui s'est passé ! Alors il a fallu tout charger, faire la route, installer le campement et monter les télescopes. Les deux jumeaux de 460 mm se jouxtaient et les télescopes de Fred, Paolo et Christophe furent disposés en T. Heureuse surprise, nos voisins d'à côté n'étaient autre que les Astrams de magnitude 78: Yannick, Nicolas, Cyril et leur acolytes étaient donc de la partie. Un peu plus loin au sud Loïc avec son Stellarzac 560mm plus une lunette H alpha double stack était posé; ça tombait bien en se 25ème cycle solaire! Au nord de notre campement une joyeuse bande  s'affairait gaiement dont Yves muni d'un Dobson de 600 mm . À l'ouest, Xavier Camer Astro dessinateur frénétique était installé avec son Dobson 500 ainsi que Jonathan avec ses  bino à vision amplifiée OVNI B.
          La première nuit s'est passée derrière nos télescopes respectifs pour reprendre en main le ciel que nous n'avions exploré que de rares fois depuis des mois. J'avais une liste étendue d'objets sur toutes les heures; Des classiques et des exotiques glanés au cours de l'année. Yannick m'interpellait régulièrement pour venir voir dans leur 600 mm. M51, superbe galaxie aux bras  spiraux cassés et régions de formation d'étoiles se dévoilait franchement. Ou la Galaxies  du cigare,  très lumineuse, arborant ses bandes sombres caractéristiques. Il m'a aussi fait observer les galaxies des antennes dont un bulbe m'apparut directement, puis le second bien plus tenu à ses côtés; Leur danse cosmique ira jusqu'à la fusion. Tout ce petit monde plein de détails, de réaux,  avec une lumière incroyable. Leur gros télescope, voila une très belle réalisation associative! Les images sont formidables. Du coup je comparais avec mon 460mm  qui ma foi ne déméritait pas. Le sombrero et l'aiguille y sont passés aussi. C'est alors que Sylvie du club d'Amboise et de la SAT est arrivée pour nous accompagner avec sa propre liste d'objets. Juste après, j'ai pointé la comète du moment C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS). Très joli noyau entouré d'une coma suivi d'une assez longue queue (pas vu la courbure), perdue au milieu des multiples étoiles de la constellation de la Vierge. Nicolas Biver m'as dit qu'elle pouvait être un beau spectacle pour la fin de l'année... Grâce à mon par buée jai pu explorer toute la nuit alors qu'aux alentours les copains finissaient par arrêter en pestant car leurs secondaires étaient couverts d'humidité. Tout cela nous a emmené jusqu'à l'aube, c'était la première nuit blanche, le télescope était bien repris en main, le ciel m'avait enchanté et le séjour était déjà gagné après cette longue disette hivernale. 
      Voici ma liste :
      22h30 NGC 3067 + 3C232 (=Ton 469 5 Giga AL) Léo 
      .C/2022 E2 (ATLAS) (Gem)
      . 23h15 +HCG 57, le Sextette de Copeland  Lion NAV7
      . 23h20 Antennes NGC4038 (corbeau) S  22°
      . 23h30 hcg61 (com) the box NAV7
      . 23h30 C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS) (vir)
      . 00h T CrB super Nova 
      .hcg68 (ccv) 5gal +étoile orange NAV7
      . 00h30abell 39 (Her)astro surf mag 
      .2h30 hcg79 sextet syfert  NAV7
      . 3h X-nebula (cygne) SIMEIS57  nag20 +UHC /Hbeta exité par HD193793
      .3h30 C/2021 S3 (PANSTARRS) (cyg)
      . 04h M57Asurf maga F. Morat
      . 04h30 M27 N biver
      . 4h45 FENÊTRE DE BAADE NGC6522/6528 
      . 05h Little gem NGC6818 + Gal ngc 6822(SAG)
      . 05h M54 (sag)  AG accrété par voie lactée appartient Galaxie Sagittaire (cur) (NGC4147[Com23h], 5634[Vir1h], 6284[Oph3h30] aussi Galaxie Sag).
      Plus les listes des copains il y en avait largement assez!
       
         Le lendemain matin après le petit déjeuner offert par l'organisation je me suis arrêté voir Loïc avec Yannick. Dans sa lunette double stack la vision fut dantesque! Sur le soleil une protubérance énorme, d'une dimension d'au moins une dizaine de terres était formée de plusieurs panaches mis côte à côte,  ils m'ont fait penser à quatre arbres plasmatiques s'élançant dans l'espace. Sur le disque, l'énorme tache AR 6545 faisait une taille d'une quinzaine de terres à peu près. Christophe me l'avait montré en lumière blanche quelques heures avant, et là en H alpha des rivières de plasma  serpentaient, écartelaient la tache en une soixantaine de sous-unités. Loïc passait du simple au double stack, de la vision monoculaire à la vision binoculaire pour notre plus grand plaisir. Il est d'une grande gentillesse dans ses explications, c'est un vrai régal de parler avec lui.
      Un moment assez fort aussi fut l'échange avec Julien Crespin d' ''Immersive Adventure'', qui utilise un planétarium mobile pour faire des séances au public et dans les écoles. Il nous a montré les possibilités du système au planétarium de Tauxigny, comme par exemple conduire la jeep lunaire d'Apollo. Je me suis bien éclaté... Au-delà de l'astronomie Julien propose un authentique cinéma immersif avec des films sur les sciences, historiques, sous-marins, et encore bien d'autres.
       Nico du cercle de l'hyper rouge, un astram habitant près de Tours, est passé à notre campement, nous avons échangé sur les années passées. Il fait du visuel assisté, c'est très intéressant pour plus tard si mes yeux deviennent défaillants.
       La première journée s'est passée avec nos voisins autour de bonnes victuailles, réglage de nos télescopes, observations solaires en lumière blanche et H alpha.
       Avec Christophe on est allé faire la conférence de Fabrice Mottez, chercheur spécialiste des étoiles à neutron, dans le bestiaire galactique elles sont très surprenantes avec leur caractéristiques hors norme.
      Avec Jonathan nous avons projeté qu'il vienne  à la nuit tombée avec sa bino à vision nocturne scruté le duo NGC 3067 + 3C232… Après avoir mangé ensemble, sans prévenir, il m'a mis entre les mains le joystick de contrôle de son drone, c'était la première fois que je pilotais ce genre d'engin. Au début je n'étais pas très fière puis j'ai pris de l'assurance et me suis aperçu que c'était très maniable. J'ai quand même fait un tour des campements autour de l'observatoire puis une balade d' un bon kilomètre! 
      Après quelques débats passionnés avec les copains et copines, nous avons eu le plaisir de voir arriver Fred Géa . Maïcé  quand à elle était en balade sur les campements.
       À la nuit tombée, direction le 460mm, NGC 3067 tomba rapidement à 250X, son fuseau trapu d'un rapport 1/3 contenait des zones plus ou moins lumineuses. Juste à côté j'ai repéré le petit triangle d'étoiles, le quasar 3C 232 apparaissait par intermittence au milieu. Au gré de la turbulence je pouvais admirer des photons qui avaient mis 5 milliards d'années à me parvenir (quelle fin lamentable !). Je me sens toujours petit devant ces objets vertigineux. Ce quasar est étudié par les astrophysiciens car c'est à cette époque que l'expansion de l'univers s'est remise à accélérer.  Jonathan est arrivé, il a fait le réglage de sa bino et tout le tableau était maintenant très clair. La galaxie très lumineuse et le quasar évident. Arrivé entre-temps Sylvie aussi a pu profiter de l'étonnant dispositif. Fred Géa avait envie de voir des galaxies en interaction, bonne idée, nous sommes donc allés admirer les siamoises dans la Vierge, elles m'ont fait penser aux antennes vu la veille. Oh, une belle apparition de Maïcé... Elle  voulait voir sa danseuse de flamenco dans la grande Ourse, NGC 3718 plus la petite NGC3729 et Hickson 56 dans le même champ. Belle découverte que cette  grande galaxie déformée faisant penser a une danseuse accompagnée de son partenaire et  ses enfants. L'image était bonne, même le compacte Hickson 56 s'est laissé détailler.
      J'ai eu le plaisir de multiples visites, aussi bien des amis avec qui j'étais venu mais aussi des autres clubs et des inconnus, tous profitaient  des cibles du moment. Comme par exemple M16, la nébuleuse de l'Aigle, dans laquelle nous avons contemplé les fameux piliers de la création, comme ils sont peu lumineux l'observation à l'ovni B  prend tout son sens, on voit bien leur pourtour lumineux.
      J'ai pu voir M51 dans la nouvelle petite lunette grand angle de Fred Farrugia, puis nous sommes allés avec sa compagne Marine sur le hibou et la planche de surf dans la grande Ourse. N'arrivant pas à voir le hibou je suis retourné à mon 460mm pour en avoir le cœur net. Là je l'ai observé, belle nébuleuse planétaire avec deux échancrures noirâtres formant les yeux de l'animal. Toute la nuit nous avons eu des discutions passionnées, enthousiasmées en riant sous les étoiles. Pierre Vesper  dans un de ces fameux comptes-rendus, Carpe Noctem ll, m'avait mis l'eau à la bouche sur la fenêtre de Baade. C'est ainsi que peut avant l'aube nous nous sommes rendus dans une déchirure de la Voie lactée. Un trou qui nous montre la région centrale non masquée par les poussières interstellaires. Ici dans le Nagler 16  deux amas globulaires se laissent observer. NGC6522 et NGC6528 un peu ovales sont assez lumineux dans le 460mm. Avec L'OVNI B de Jonathan ils deviennent bien sûr très évidents. Encore une nouveauté pour lui comme pour moi!  À l'aube, nous sommes allés nous coucher, c'était la deuxième nuit blanche.
       
         Quelques heures après vers 9h30 je me suis réveillé, il commençait à faire chaud sous la tente et puis les gens autour commençaient à s'agiter. Même fatigué, les belles images de la nuit m'assaillaient et les pensées d'une nouvelle journée riche me levèrent. Le ciel bleu ne nous avait pas quitté...Après la douche et un solide petit déjeuné avec les copains du club nous sommes retourné voir Loïc et sa double stack . Les protubérances hérissaient tout le pourtour du soleil, l'énorme appendice lui avait un peu baissé. Mais la grosse tache était toujours  bien là, avec ses chenaux de plasma modifiés par rapport à la veille. Cyril Blanchard nous a rejoints et après avoir observé, je lui ai posé la question de la restauration de la grande lunette de Meudon. Il nous en a raconté les diverses étapes, c'est extraordinaire de pouvoir travailler sur un tel télescope ! Jai pris son contact pour pouvoir faire cette belle visite. Un peu plus tard, Nicolas Biver m'a montré des bandes dessinées de science-fiction auxquelles il avait participé, les dessins sont superbes, les planètes réalistes et à la fin de chaque ouvrage quelques pages plus scientifiques sont là pour camper les connaissances. Sûr que j'essaierai de nous les procurer pour l'association.
       En me reposant j'ai repensé qu'il y a deux ans  avec Fred Burgeot, nous avions observé ''the box'' l'amas Hickson au-dessus de la chevelure de Bérénice. Je l'ai rajouté à ma liste pour le soir. À la nuit venue, je me suis mis à l'observation de ces quatre galaxies groupées. Je commençais à les détailler lorsqu'une envie pressante me fit aller le long du champ d'à côté. À peine fini que j'entendis une voix féminine derrière moi me criant ''les aurores boréales arrivent!''. Un peu gêné, J'ai regardé au nord et une forme rosâtre grandit, je me suis précipité au campement pour prévenir tout le monde. Nicolas est sorti de sa tente et il m'a expliqué les prévisions que donnait Cyril d'après un site spécialisé de mesures. Un BZ négatif et un  KP à 9 signifiaient que l'épisode durerait et qu'il serait plutôt intense. Sur l'appareil photo de Nicolas  le fond de ciel était rose. Effectivement je me suis aperçu que tout le nord devenait rose criard puis il s'est envahi de colonnades roses violettes brillantes. Jamais je n'avais vu un tel spectacle… J'ai téléphoné à ma femme pour qu'elle puisse voir ses lueurs fantasmagoriques avec ma fille mais elle n'a pas réussi depuis chez nous. Pourtant Jean-Pierre et Anne ont pu les observer et les photographier depuis les environs de Troyes. De notre côté Christophe photographiait sous tous les angles. Marine me montrait en temps réel les photos prise avec son Iphone, c'était vraiment beau. Beaucoup d'astrams photographiaient et d'autres comme moi admiraient le spectacle à l'œil nu. Philippe a monté son APN sur son 460mm, il était sur M51 que je voyais au travers de la lumière rouge. En visuel, au travers des piliers nous pouvions voir les constellations de Cassiopée, de la grande Ourse, du dragon... Au-dessus de l'horizon à la lueur fantômatique verdâtre, les colonnes lumineuses avaient maintenant envahi les trois cinquième du ciel. Elles montaient plus haut que le zénith derrière nous en se rejoignant vers Arcturus du Bouvier. Fabrice Motez qui campait non loin de nous, celui qui nous avait fait la conférence sur les étoiles à neutrons est aussi spécialiste des aurores boréales. Il nous dit que nous étions devant un orage géomagnétique d'une ampleur exceptionnel. Et nous pouvions juger de l'aspect hors du commun du phénomène. Quand même, être devant des aurores boréales en sweat-shirt avec un  punch coco à la main ce n'était pas banal... Des deux clairières contenant les campements d'astro-amateur des acclamations montaient à chaque fois que le phénomène se renforçait. Quatre vagues aurorales se succédèrent durant la nuit, formant des rideaux en nuances de rose et bleu, se déplaçant imperceptiblement devant les constellations. Deux blobs lumineux de chaque côté Est et Ouest apparaissaient puis disparaissaient suivant les épisodes. À un moment donné un bolide a fendu les piliers sur le côté gauche et a explosé dans une traînée persistante verte électrique. Quelle chance de pouvoir voir un tel spectacle! Au  nord  il y avait une forêt, les lueurs  étaient tellement intenses que les oiseaux se mettaient à piailler croyant que le jour était de retour. A chaque fois que la luminosité générale était forte nous les entendions et jai même vu mon ombre projeté au sol. En avant plan le paysage se découpait en ombre chinoise, les arbres  lointains, les bosquets, les campements et  le drapeau de Jonathan en forme d'aileron de requin. Dans cette ambiance magique nous avons observé jusqu'à l'aube. Tous les télescopes  étaient orphelins, leurs propriétaires ébahis, subjugués devant les tableaux offerts par dame nature. Puis vers 4h30, il ne restait plus grand monde, les observateurs s'étaient couchés petit à petit. Avec Régis, dans un dernier baroud d'honneur, nous avons vu une dernière fois les aiguilles lumineuses au dessus de l'aube naissante. Quelle nuit fantastique! C'était la troisième nuit blanche. 
       
         Le samedi matin en nous levant tout le monde ne parlait que de cela, les anecdotes fusaient de toutes parts. La fatigue des trois nuits blanches était oubliée. En fin de matinée, Fred et Marine nous ont quitté pour faire un vol en hélicoptère au-dessus de la Loire et ses châteaux. De mon côté, j'ai installé mon matelas à l'ombre d'un camion, il faisait au moins 40 degrés sous ma tente. Je me suis reposé quelques heures puis avec Philippe et Christophe nous sommes allés acheter quelques rillettes chez les exposants producteurs locaux. Il y avait aussi l'exposition d'une artiste qui se servait du verre et d'oxydes métalliques pour faire des sculptures. Dans son style on pouvait voir certaines analogies avec l'astronomie. J'ai discuté avec elle et lui ai suggéré le nom de quelques objets astronomiques ressemblant à ses créations. Ensuite nous sommes allés voir le collectionneur Gérard Odile qui exposait ses impressionnantes météorites, nous avons longuement parlé avec lui, notamment sur le rassemblement à Ensisheim. 
      Et vint l'heure de l'apéro collectif où Jean-Louis Dumont a fait ses remerciements. Puis il est revenu sur les aurores boréales de la nuit passée. C'était un peu les bougies pour fêter les 10 ans des NAT. Un autre membre de la SAT m'a dit que ça allait être difficile de faire mieux l'année prochaine. Mais qu'il projetait de nous mettre deux Lunes dans le ciel ou qu'ils essaieraient de prévoir un écrasement de météorite dans le champ d'à côté avec une battue à l'issue. Nous pourrions ramener chez nous les trouvailles météoritiques... 
      Plus tard dans l'après-midi, Fabrice Mottez a changé le thème initial de sa conférence pour en faire une sur les aurores boréales. J'essaierai d'avoir son livre sur le sujet. Durant le souper Marine et Fred nous ont expliqué ce qu'ils avaient survolé en hélicoptère et nous ont montré quelques vidéos à couper le souffle. Puis après la soirée ce fut la dernière nuit du séjour. Le ciel était beaucoup moins clair que les trois nuits précédentes. J'étais sur M27 lorsqu'un grand colosse passa à côté de moi. Je l'ai interpellé pour qu'il jette un œil à l'oculaire. Puis il m'expliqua qu'il ne faisait pas partie du rassemblement mais que la veille avec ses deux copains ils étaient dans un chemin à côté et qu'ils avaient observé eux aussi les aurores boréales toute la nuit en fêtant l'anniversaire de leur copain Sofiane. Justement ceux-ci arrivèrent, ils me dirent qu'ils ne connaissaient personne et qu'ils aimeraient en savoir plus sur la voûte céleste. Nous avons fait le tour de quelques étoiles intéressantes et le ciel s'est vite couvert. Je leur ai dit que l'association de Tauxigny les accueillerait certainement pour leur en montrer d'avantage. Il était déjà deux heures du matin et avec Philippe nous avons démonté les deux 460mm puis nous sommes allés nous coucher. Le  lendemain matin tout le monde rangeait les campements, nous sommes allés déjeuner, avons fait le tour des divers amis pour leur dire au revoir et sommes repartis pour Troyes.
      Cette édition des NAT est la meilleure à laquelle nous ayons participé depuis 2015, nous avons pu observer tous les soirs et les aurores en auront été l'événement magistral. Les 10 ans de ces rencontres ont été extraordinaires et resteront gravés dans la mémoire des 150 participants. 
      Aux RAP à Craponne-sur-Oson c'est 300 astrams qui ont profité du spectacle ! 
      À l'heure où je finis ce récit nous sommes le samedi d'après le séjour et hier je me suis rendu avec Anne à Épinal pour prendre des renseignements pour notre association. Là-bas Didier Mathieu nous a reçu, nous a expliqué pendant environ 4 h sa vision du monde des planétariums mobiles, il est plein de bonnes idées. À la fin, il nous a fait une projection 12k dans son superbe planétarium fixe de Dark side of The Moon. Réalisé pour les 50 ans de l'album par l'équipe artistique de Pink Floyd ! L'album sur système d'enceinte Focal et le montage vidéo sont parfaits. Superbe cadeau, je n'oublierai pas ce voyage psychédélique dans notre galaxie ! 
       
      Par moment l'univers se rappel fortement à nous quand même...
       
       

       
      Lolodobs le dévoreur de monde 👽 
       
       
       
       
       
       
    • By Astramazonie
      Salut,
       
      Encore une autre photo d'un autre objet que j'attendais impatiemment ... M16, et ses fameux piliers de la création.
       
      J'ai pu faire une observation toujours depuis Cayenne, en Guyane,  samedi dans la nuit vers 3h du matin, au seestar, 30 minutes de poses, une légère retouche avec NERO DENOISER + Photoshop ( rapidedement ) 
      PS : Je vais m'entrainer également sur SIRIL et surement sur GraXpert ( préparez-vous à une V2 )
       
      Je vous partage également ces images, grand format et crop.
       
      Bon ciel à vous 
       
      Version 2.00 avec l'aide de @nico 2B
       

       
       

       
       
    • By Sauveur
      Bonjour
       
      voici une capture au C11 red 6.3 2600 Mc ir cut
       
      Grad expert Siril gimp 
       

       
       
      Et pour faire joujou vite fais une nuit avec la lune et bien des voiles et un correcteur réducteur pas top
       
      Avec le P30 pro au foyer de la lulu halo du au correcteur certainement je vais essayer avec celui dédier et aussi au 0.5x la prochaine fois
       
      ngc 7023 result_GraXpert
       

       
      m27  1 h result_GraXpert
       

       
       
      m57 20 poses result_GraXpert
       

       
       
       
      m97 30 m result_GraXpert
       

       
       
      m106 1h 14result
       

       
       
      Bonne journée et bon ciel a vous
    • By Julien Cadena
      Bonjour à tous,
       
      Voici une seconde image réalisée à la Fra 400 depuis mon jardin dans le Nord.
      Il s'agit d'un pano de 2 tuiles de la nébuleuse planétaire SH2-216 en HOO-RVB.
      Cet objet est un beau challenge sous nos cieux car très diffus (les brutes en H et en O ne montrent pas grand chose^^).
      L'objet est très vaste et malgré seulement 400mm de focale, je trouvais la nébuleuse à l'étroit dans le champ d'où le choix d'une mosaïque.
      Avec la météo qui n'a clairement pas aidé, il m'a fallu 3 mois (de novembre à janvier) pour terminer les acquisitions!
      Cette nébuleuse planétaire est située dans la constellation du Cocher. La grande dispersion de ses gaz est due à son grand âge. Elle est la nébuleuse planétaire la plus vaste observable.
       
      Une brute de 5 min en H sur la tuile de gauche:

       
       
      Une brute de 5 min en O sur la tuile de gauche:

       
      L'image:

       
      Matériel: fra 400/AzEq6/asi 2600MM
       
      Tuile de droite: 65*30sec(RVB) + 104*300sec(H) + 118*300sec(O)
      Tuile de gauche: 65*30sec(RVB) + 184*300sec(H) + 135*300sec(O)
       
      Traitement: APP, Pixinsight, Lightroom
       
      Version de meilleure qualité ici: https://www.astrobin.com/jtg86b/
       
       
      Bon ciel
    • By Bigcrunch
      bonjour ,
       
      les galaxies s 'éloignent pour faire place aux belles nébuleuses d'été , donc dans la même nuit que l'image de la Baleine j'ai tenté 
      ce couple mythique du Cygne  , toujours avec la FS 60 et son correcteur  + apn sigma et le filtre DuoBand L-Extrème..
      à tenter peut être avec le réducteur...
      151 images de 60s à 1250 iso prétraitement manuel Siril / traitement PI
       
      bon dimanche
       
      Olivier
       


  • Upcoming Events