Cyp

M 57 au T200, la nébuleuse de la Lyre

Recommended Posts

Salut à tous !

 

Voici le troisième et dernier CROA ressorti de derrière les fagots — enfin, je suppose ; j'espère ne pas en avoir égaré d'autres. C'est nettement moins exotique car il s'agit d'une observation de M 57 :) Observé le même soir de mai 2007 que l'une des deux précédentes NGC 6543.

 

J'ai eu un peu de mal à remettre l'observation au propre car mes notes n'étaient pas ultra précises, et la nébuleuse pas des plus simples à dessiner, finalement. Une fois terminé, je suis dans l'expectative. Si je le compare à des photos haute résolution ou des dessins fait dans de gros diamètres, mon dessin a l'air retourné à 180° ! Mon coté plus effilé du SO placé au NE, et mon arrondi du NE au SO...

 

Est-ce que je me serai trompé d'orientation en la dessinant l'œil à l'oculaire ? Aurais-je inventé des détails ? Vue la date, je n'ai évidemment aucun souvenir de cette observation...

 

Puis, en faisant bien attention, mon observation semble concorder avec certaines autres que j'ai pu trouver, réalisées dans des diamètres instrumentaux plus semblables au mien. D'ailleurs, pour les photos ou dessins fait dans de plus grands diamètres, l'étoile proche semble presque collée à la nébuleuse, ce qui ne semble pas être le cas de mon observation. Certes, j'ai pu me tromper dans le placement de l'étoile ; et, encore une fois, je n'ai plus le champ observé en tête. Mais cela peut aussi être le signe que les détails vus dans de plus grands diamètres et qui donnent l'impression que mon dessin est inversé m'étaient tout bonnement invisibles au T200, car trop ténus ?...

 

Du coup, je vous livre cette observation sans la moindre certitude. À vous de me dire :)

 

C'est quand même fou que ce soit l'un des objets que j'ai le plus souvent vu passer à l'oculaire qui m'interroge autant ! Comme quoi, on ne connaît jamais vraiment un objet avant de chercher à l'observer en détail.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/070511/m-57-nebuleuse-lyre-t203

 

Objet : M 57, la nébuleuse de la Lyre
Type : NP
Constellation : Lyre

 

AD : 18h 53' 35"
Déc. : +33° 01' 45"

 

- Date, heure, durée : 10/05/2007, 23:20 TU, 10'
- Lieu, altitude : La Roque d'Anthéron (13), 175 m

 

- Vent nul, 16 °C
- T1 (mvlonUMi 6,17), P1, S3/400×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    400×, H = 45°. Brillante NP annulaire ovalisée vue V1, aux dimensions estimées à 1,2' × 0,7', PA 60.
    
    Un anneau ovalisé encercle une zone bien plus sombre. Les extrémités de l'anneau sont également plus sombres, et de forme légèrement différentes. Alors que l'extrémité NE est plutôt bien arrondie, l'extrémité SO paraît légèrement triangulaire. La portion NO de l'anneau apparaît plus lumineuse.
    
Remarque :
    Une étoile toute proche de mV 12,9 est située à 1', PA 88, du centre de la nébuleuse.

 

large.5e8eff16cf3ab_M57-T200.png.e5a764fead4d949e78462c661e3b8925.png

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, un peu bizarre ...désolé ...

Bien que je n'ai jamais vraiment noté de différence de luminosité dans les 2 bords "longs" de l'anneau, la photo des Splendeurs Ciel Profond été p 84 montre ce que tu as sur ton dessin;

Par contre, pour l'ovalisation, je pensais que jusqu'à 200-250 on ne voyait guère le faible halo partant dans anses vers l'extérieur, et que du coup l'anneau était rigoureusement régulier. Mais sur la photo p 84 on voit bien ce halo qui pourrait faire paraitre l'anneau plus allongé d'un côté, mais il semble être du côté de l'étoile. Après, selon la turbulence ce soir là, etc, ça peut jouer des tours :)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

j'ai toujours trouvé M57 pas évidente à déchiffrer, à tous diamètres. Elle laisse des impressions confuses, plus que d'autres NP.

Il y a bien des dissymétries dans M57, en tout cas.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@etoilesdesecrins pour le coté « long » plus marqué, je suis assez catégorique dans mes notes à ce propos, donc je pense pouvoir dire l'avoir perçu sans trop de doute. L'asymétrie des deux extrémités, c'est moins catégorique. Mais si je l'ai indiqué, c'est que ça ne doit pas avoir été juste pressenti. En tout cas, l'impression que m'a laissée la remise au propre était plutôt positive ; l'observation me paraissait assez fiable. C'est en la comparant avec les autres que je n'étais plus sûr de rien :D

 

Parmi les dessins qui m'arrangent et me rassurent car semblant aller dans mon sens et réalisé par un observateur des plus aguerris, il y a notamment ceux-ci de Bertrand dans son T254 :

 

M-57-IC-1296-T254-BL-1998-08-151.jpg

 

m-57-t254-bl-2001-orig.jpg

 

Il s'agit de mon principal espoir que mon observation ne soit uniquement l'expression d'un système cérébral défaillant :D

 

@fred-burgeot je suis plutôt d'accord. En ce qui me concerne, l'impression la plus confuse et que je ne retrouve nulle part, dans aucun rapport d'observation, est celle que la pénombre centrale est habitée par une petite forme à faible grossissement ; 77× dans mon cas, au T200. Au premier abord et sans connaître sa magnitude, on pourrait penser à l'étoile centrale non-résolue. Hypothèse plutôt hasardeuse lorsqu'on connaît sa luminosité. En y faisant bien attention, il ne s'agit pas de quelques glimpses isolés mais d'une vision plutôt claire. Par contre, à bien y regarder, ce n'est pas ponctuel. Plutôt comme une légère plissure, un trait ou une sorte de forme en V. Mais bel et bien quelque-chose. Sur un tel objet si souvent visité, j'ai toujours eu peur de paraître pour un fou à exprimer cette impression mais, encore une fois, je semble être le seul à faire cette observation sur cet objet pourtant assez lumineux. Je fais donc ici mon coming-out :D C'est grave docteur ?

 

Edited by Cyp
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

 

Comme Fred, elle semble simple, car c'est "juste" un anneau ovale, mais elle est redoutable à disséquer. Tu en as une représentation valable. Si tu veux te rassurer, j'en ai une vite réalisée avec à peu près les caractéristiques que tu mentionnes (c’est juste avec un 600), mais j'en ai d'autre un peu autrement aussi (voir site http://www.astrosurf.com/magnitude78/serge/nebuleuses.html  ). Tout ça pour dire que ta remarque est très pertinente, car elle est vraiment, non dans la généralité ou l'évidence, mais dans le détail qui peut échapper, on au final délicat à analyser (ce qui est TOUJOURS le cas !!!)

 

http://www.astrosurf.com/magnitude78/serge/images/M57_08.jpg

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok, hé bien c'est tout l'intérêt d'un tel forum ! On en apprend tous les jours et la prochaine fois sur M57 je ne la verrai plus du même oeil ! D'ailleurs la prochaine sessions sur les objets d'été ce sera pour des dessins, donc des observations plus poussées, vu que j'ai déjà une belle collec de descriptions écrites ...On est pourtant là sur un objet battu et rabattu, observé des dizaines de fois ou presque par chacun de nous, et il a encore des secrets à livrer. L'avantage d'une telle nébuleuse si brillante c'est qu'avec un peu de diamètre, on peut la chouchouter même avec la lune ou quelque brume, mais là hélas les pâles halos disparaissent ...

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah M57, en voilà un objet archi connu, qu'on a tous vu au moins 50 fois ;).

Et pourtant... finalement, on l'observe rarement longuement pour lui même.

 

M57 est typiquement l'objet céleste que l'on pointe pour le montrer aux autres (soirée publique, nuit des étoiles etc...)

Donc on vérifie qu'il est bien dans le champ de l'oculaire et on dit aux gens autour : "Regardez, il y a une petite nébuleuse dans le champ en forme de rond de fumée."

Et c'est partie pour un patati patata sur les nébuleuses planétaires : " La mort des étoiles, le destin du soleil dans 5 milliards d'années, la terre qui sera englobée dans les couches externes du soleil devenu géante rouge,  les naines blanches qui ne sont pas assez lourdes pour s'effondrer en trou noir, mais qui vont rester sous forme de cadavre stellaire très chaud pendant des milliards d'années car elles sont trop petites pour évacuer rapidement leur chaleur interne etc... etc...

Et M57 dans tout ça ? Bah finalement on ne l'a pas observer plus de quelques secondes...;)

 

Après vérification, je n'ai observé que deux fois attentivement M57 au cours de ces 20 dernières années au T254. Voici ce que j'avais noté :

Mai 2007 : "Forme ovale, extension plus ténue sur les cotés, deux petits bras s'avancent vers étoile proche".

Juillet 2014 : "Nébuleuse annulaire en forme de rond de fumée. J'ai bien vu la forme ovale de l'anneau, et différentes variations de son épaisseur par endroit".

Voilà, c'est pas grand chose.... pour un Messier aussi connu.

 

En 2007 j'avais fait un dessin, 13 jours seulement après celui de Cyprien ;), mais je sais que je ne l'ai remis au propre que des années plus tard, car en 2007 je n'avais pas de scanner...

Si ça peux aider, voici ce que ça donne :

19934d5e5c19db8d0a93374aa3510654d3596886

Edited by yves65
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos compléments et vos commentaires, ça me rassure :) Je ne suis donc pas seul à être dans le flou.

 

@yves65 marrant d'avoir observé plusieurs objets communs à seulement quelques jours d'intervalle en 2007 :D

 

Effectivement, ça fait parti des objets que l'on montre à toute soirée publique... et qu'on n'observe en réalité jamais vraiment. C'est certainement en me faisant cette remarque que j'ai fini par m'y attaquer !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Surprise un soir, de voir une couleur cramoisi marquee sur le pourtour de l'anneau, au C11.

C'etait apres avoir pris de la lumiere sur la retine en allant brievement chercher quelque chose dans la maison, puis au retour a l'oculaire, la couleur etait bien la.

Pas reussi a reiterer l'experience depuis,

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui @muller c'est logique en effet, la lumière désactive la vision nocturne et l'oeil devient ainsi moins sensible à la lumière mais plus à la couleur ;) Des mentions de ce phénomène semblent revenir assez souvent... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve vos dessins très fidèles avec ce que l'on peut avoir en photo, notamment celle-ci que j'ai faite il y a quelques mois avec la lunette de 150mm, si je peux me premettre de polluer le post avec une photo..

M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel

5d72221351d62_M57LZOS2400mm(2).jpg.d35572a1b8bf4c02b5ab534d352f5b4ebis.jpg.c3b7183f079145527f6c3cd96dbc3ace.jpg

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By pleclech94
      Je préfère supprimer
       
       
       
    • By LaurentAndre
      Bonsoir les Astrams,
      Petit retour sur des données 2022-2023 avec cet objet, plutôt faible, qui éveillait ma curiosité
      En bon bleu, c'est encore une première fois pour moi... une rosette à la bonne taille pour mon setup préféré ?! Go !
      Au vu des premières poses, j'ai vite compris qu'il allait falloir "un peu de temps" ... à F10
       
      On parle de quoi, au fait ? D'une nébuleuse en émission, région H2
      Curieux, j'ai tenté Ha, OIII, et SII pour voir, et bien c'est le signal SII qui m'a surpris, bien présent, plus que l'OIII, et surtout avec des formes et détails intéressants, supérieurs au Ha, même.
      => J'opte ici pour un traitement SHO + Etoiles RVB.
       

       
      De particulier :
      En bleu blanc On retrouve le OIII au centre... avec une "fuite" dans le FDC  vers l'extérieur haut centre gauche, à moins que ce ne soit un artéfact... uniquement en OIII ?!
      En Rouge Rosé, Le Ha un peu partout (je l'ai affaibli au profit de l'OIII là ou l'OIII était présent, pour bleuter un peut plus)
      En Jaune-Orangé Le SII, très très présent, qui porte beaucoup de détails, notamment au centre droit, mais surtout au haut à gauche, avec cet "arc et flèche" très distincts et concentré
      J'ai laissé un peu d'extension colorer le FDC, pour indicateur de présence, sans les poussées, au vu du peu de détails qu'elles portent ici.
       
      Acquisitions: 456 images pour 68,5H de poses, en Bin2

       
       
      Setup : Remoteam
      6200MM sur C11HD sur GM1000 en remote.
       
      Traitement 
      avec des fausses couleurs ne faisant pas appel au Vert...
       
    • By Goofy2
      M57 (NGC 6720), surnommée la "nébuleuse de la Lyre", est une nébuleuse planétaire située dans la constellation de la Lyre. M57 a été découverte par l'astronome français Charles Messier en 1779.
      Une nébuleuse planétaire est une nébuleuse en émission constituée d'une coquille de gaz en expansion éjectée d'une étoile en fin de vie, en transition de l'état de géante rouge à l'état de naine blanche. Quand une petite étoile (moins de huit masses solaires) achève de consommer son hydrogène, puis son hélium, son cœur s'effondre pour former une naine blanche, tandis que les couches externes sont expulsées par la pression de radiation. Ces gaz forment un nuage de matière qui s'étend autour de l'étoile à une vitesse d'expansion de 70 000 à 100 000 km/h. Ce sont des objets qui évoluent assez rapidement.
      Au centre de M57, la naine blanche d'une jolie couleur bleuté, est de la taille d'une planète comme la Terre. Sa température de surface très chaude est de 120 000° K et sa luminosité est environ 200 fois plus grande que celle du Soleil.

      Nota: la petite galaxie spirale située au-dessus et à droite de M57 est IC1296, de dimensions apparentes de    1,1' × 0,9' et d'une magnitude apparente de    +14,22
       
      - Dimensions apparentes:    3,0'
      - Dimensions réelles:    ~ 2,24 années-lumière
      - Magnitude apparente:    +8,83
      - Distance: ~ 2 570 années-lumière
       
      (avec un eVscope 2)
    • By Goofy2
      Hello   
       
      Nuit du 22 mai 2024, pleine lune très gênante, ciel dégagé. L'eVscope 2 pointe une nébuleuse planétaire: Messier 27
       
      M57 (NGC 6720), surnommée la "nébuleuse de la Lyre", est une nébuleuse planétaire située dans la constellation de la Lyre. M57 a été découverte par l'astronome français Charles Messier en 1779.
      Une nébuleuse planétaire est une nébuleuse en émission constituée d'une coquille de gaz en expansion éjectée d'une étoile en fin de vie, en transition de l'état de géante rouge à l'état de naine blanche. Quand une petite étoile (moins de huit masses solaires) achève de consommer son hydrogène, puis son hélium, son cœur s'effondre pour former une naine blanche, tandis que les couches externes sont expulsées par la pression de radiation. Ces gaz forment un nuage de matière qui s'étend autour de l'étoile à une vitesse d'expansion de 70 000 à 100 000 km/h. Ce sont des objets qui évoluent assez rapidement.
      Au centre de M57, la naine blanche d'une jolie couleur bleuté, est de la taille d'une planète comme la Terre. Sa température de surface très chaude est de 120 000° K et sa luminosité est environ 200 fois plus grande que celle du Soleil.

      Nota: la petite galaxie spirale située au-dessus et à droite de M57 est IC1296, de dimensions apparentes de    1,1' × 0,9' et d'une magnitude apparente de    +14,22
       
      - Dimensions apparentes:    3,0'
      - Dimensions réelles:    ~ 2,24 années-lumière
      - Magnitude apparente:    +8,83
      - Distance: ~ 2 570 années-lumière
       
       

    • By lolodobs
      Allez j'envoie...
       
      NAT2024, récit d'aventure astronomique:
       
         Ça faisait des mois qu'il pleuvait, on a eu peur que les 5 jours à l'observatoire de Tauxigny se passe les pieds dans l'eau. Premier miracle, la météo nous a annoncé un séjour ensoleillé, chaud, avec des nuits claires quelques temps avant et c'est ce qui s'est passé ! Premièrement il a fallu tout charger, faire la route, installer le campement et monter les télescopes. Les deux jumeaux de 460 mm ce jouxtait et les télescopes de Fred, Paolo et Christophe furent disposés en T. Heureuse surprise nos voisins d'à côté n'était autre que les Astrams de magnitude 78: Yannick, Nicolas, Cyril et leur acolytes étaient donc de la partie. Un peu plus loin au suds Loïc avec son Stellarzac 560mm plus une lunette H alpha double stack était posé; ça tombait bien en se 25ème cycle solaire! Au nord de notre campement une joyeuse bande  s'affairaient gaîment dont Yves muni d'un Dobson de 600 mm . À l'ouest Xavier Camer Astro dessinateur frénétique était installé avec son Dobson 500 ainsi que Jonathan avec ses  bino à vision amplifiée OVNI B.
       
          La première nuit a été passé derrière nos télescopes respectifs pour reprendre en main le ciel que nous n'avions explorer que de rares fois depuis des mois. j'avais une liste étendue d'objets sur toutes les heures; Des classiques et des exotiques glanés au cours de l'année. Yannick m'interpellait régulièrement pour venir voir dans leur 600 mm. M51, superbe galaxie aux bras  spiraux cassés et régions de formation d'étoiles se dévoilait franchement. Ou la Galaxies  du cigare,  très lumineuse, arborant ses bandes sombres caractéristiques. Il m'a aussi fait observer les galaxies des antennes dont un bulbe m'apparut directement puis le second bien plus tenu à ses côtés; Leur danse cosmique ira jusqu'à fusion . Tout ce petit monde plein de détails, de réaux lumineux, avec une lumière incroyable. Leur gros télescope, voila une très belle réalisation associative! Les images sont incroyables. Du coup je comparais avec mon 460mm  qui ma foi ne déméritait pas. Le sombrero et l'aiguille y sont passés aussi. C'est alors que Sylvie du club d'Amboise et de la SAT est arrivée pour nous accompagner avec sa propre liste d'objets. Juste après j'ai pointé la comète du moment C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS). Très jolie noyau entouré d'une coma suivi d'une assez longue queue, perdue au milieu des multiples étoiles de la constellation de la Vierge. Nicolas Biver M'as dit qu'elle pouvait être un beau spectacle pour la fin de l'année... Tout cela nous a emmené jusqu'à l'aube, c'était la première nuit blanche, le télescope était bien repris en main, le ciel m'avait enchanté et le séjour était déjà gagné après cette longue disette d'hiver. 
       
      Voici ma liste :
      22h30 NGC 3067 + 3C232 (=Ton 469 5 Giga AL) Léo 
      .C/2022 E2 (ATLAS) (Gem)
      . 23h15 +HCG 57, le 'Septette de Copeland'  Lion n7
      . 23h20 Antennes NGC4038 (corbeau) S  22°
      . 23h30 hcg61 (com) the box nav7
      . 23h30 C/2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS) (vir)
      . 00h T CrB super Nova 
      .hcg68 (ccv) 5gal +étoile orange nav7
      . 00h30abell 39 (Her)astro surf mag 
      .2h30 hcg79 sextet syfert  n7
      . 3h X-nebula (cygne)SIMEIS57  nag20 +UHC /Hbeta exité par HD193793
      .3h30 C/2021 S3 (PANSTARRS) (cyg)
      . 04h M57Asurf maga F. Morat
      . 04h30 M27 N biver
      . 4h45 FENÊTRE DE BAADE NGC6522/6528 
      . 05h Little gem NGC6818 + Gal ngc 6822(SAG)
      . 05h M54 (sag)  AG accreté par voie lactée appartient Galaxie Sagittaire (coeur) (ngc4147[Com23h], 5634[Vir1h], 6284[Oph3h30] aussi Galaxie Sag).
       
      plus les listes des copains il y en avait largement assez !
       
         Le lendemain matin après le petit déjeuner que l'organisation offre je me suis arrêté voir Loïc avec Yannick. Dans sa lunette double stack la vision fut dantesque! Sur le soleil une protubérance énorme, d'une dimension d' au moins une dizaine de terre,  formée de plusieurs panaches mis côte à côte  m'a fait penser à quatre arbres plasmatiques s'élançant dans l'espace. Sur le disque l'énorme tache AR 6545 faisait à peu près une quinzaine de terre. Christophe me l'avait montré en lumière blanche quelques heures avant et là en H alpha des rivières de plasma  serpentaient, écartelaient la tache en une soixantaine de sous-unités. Loïc passait du simple au double stack, de la vision monoculaire à la vision binoculaire pour notre plus grand plaisir. Il est d' une grande gentillesse dans ses explications, un vrai régal de parler avec lui.
      Un moment assez fort fut l'échange avec Julien Crespin d' ''immersive adventure'' qui utilise un planétarium mobile pour faire des séances au public et dans les écoles. Il nous a montré les possibilités du système au planétarium de Tauxyni, par exemple conduire la jeep lunaire d' Apollo. Je me suis bien éclaté... Au-delà de l'astronomie Julien propose un authentique cinéma immersif avec des films sous-marins et autres.
       Nico du cercle de l'hyper rouge, un astram habitant près de Tours, est passer à notre campement, nous avons échangé sur les années passées. Il fait du visuel assisté, c'est très intéressant pour plus tard si mes yeux deviennent défaillant.
       La première journée s'est passée avec nos voisins autour de bonnes victuailles, réglage de nos téléscopes et observations solaires en lumière blanche et H alpha.
       Avec Christophe on est allé faire la conférence de Fabrice Mottez chercheur spécialiste des étoiles à neutron, ces étoiles  du bestiaire galactique sont très surprenantes avec leur caractéristiques hors norme.
      Avec Jonathan nous avons projeté qu'il vienne  à la nuit tombée avec sa bino à vision  nocturne scruter le duo NGC 3067 + 3C232. Après avoir mangé ensemble, sans prévenir, il m'a mis entre les mains le joystick de contrôle de son drone, c'était la première fois que je pilotait ce genre d'engin. Au début je n'étais pas très fier puis j'ai pris de l'assurance et me suis aperçu que c'était très maniable. J'ai quand même fait un tour des campements autour de l'observatoire puis une balade d'au moins un bon kilomètre! 
      Après quelques débats passionnés avec les copains et copines nous avons eu le plaisir de voir arriver Fred Géa . Maïcé  quand à elle était en balade sur les campements.
       À la nuit tombée, direction le 460mm, NGC 3067 tomba rapidement à 250X, son fuseau trapue d'un rapport 1/3 contenait des zones plus ou moins lumineuses. Juste à côté j'ai repéré le petit triangle d'étoiles, le quasar 3C 232 apparaissait par intermittence au milieu. Au gré de la turbulence je pouvais admirer des photons qui avaient mis 5 milliards d'années à me parvenir. Je me sens toujours petit devant ses objets vertigineux. Ce quasar est étudié par les astrophysiciens parce que c'est à cette époque que l'expansion de l'univers s'est remis à accélérer.  Jonathan est arrivé, il a fait le réglage de sa bino et tout le tableau était maintenant très clair. La galaxie très lumineuse et le quasar évident. Arrivé entre-temps Sylvie aussi a pu profiter de l'étonnant dispositif. Fred Géa avait envie de voir des galaxies en interaction donc nous sommes allés admiré les siamoises dans la Vierge, elle m'ont fait penser aux antennes vu la veille . Oh, une belle apparition de Maïcé... Elle  voulait voir sa danseuse de flamenco dans la grande Ourse, NGC 3718 plus 3729 et hickson 56 dans le même champ. Belle découverte que cette  grande galaxie déformée faisant pensé et une danseuse, accompagnée de son partenaire et  ses enfants. L'image était bonne, même le petit Hickson 56 s'est laissé détaillé. J'ai eu le plaisir de multiples passages, aussi bien des amis avec qui j'étais venu mais aussi des autres club et des inconnus, tous profitaient  des cibles du moment. J'ai pu observer M51 dans la nouvelle petite lunette grand angle de Fred Farrugia, puis nous sommes allés tous les trois avec sa compagne Marine sur le hibou et la planche de surf dans la grande Ourse. N'arrivant pas à voir le hibou je suis retourné a mon 460mm pour en avoir le cœur net. Là je l'ai observé, belle nébuleuse planétaire avec deux échancrures noirâtre formant les yeux de l'animal. Toute la nuit nous avons eu des échanges passionnés, enthousiasmés et riants sous les étoiles. Pierre Vesper  dans un de ces fameux compte-rendu, Carpe Noctem ll, m'avait mis l'eau à la bouche sur la fenêtre de Baade. C'est ainsi que peut avant l'aube nous nous sommes rendus dans une déchirure de la Voie lactée, un trou qui nous montre la région centrale non masquée par les poussières interstellaires. Ici dans le Nagler 16  deux amas globulaires se laissent observer. NGC6522 et NGC6528 un peu ovales sont assez lumineux dans le 460mm. Avec L'OVNI B de Jonathan ils deviennent bien sûr très évidents. Encore une nouveauté pour lui comme pour moi!  À l'aube naissante, nous sommes allés nous coucher, c'était la deuxième nuit blanche.
       
         Quelques heures après vers 9h30 je me suis réveillé, il commençait à faire chaud sous la tente et puis les gens autour commençaient à s'agiter. Même fatigué, les belles images de la nuit m'assaillaient et les pensées d'une nouvelle journée riche me levèrent. Le ciel bleu ne nous avait pas quitté...Après la douche et un solide petit déjeuné avec les copains du club on est retourné voir Loïc et sa double stack . Les protubérances hérissaient tout le pourtour du soleil, l'énorme  elle avait un peu baissé. Mais la grosse tache était toujours  bien là, avec ses chenaux de plasma modifiés par rapport à la veille. Cyril Blanchard nous a rejoint et après avoir observé je lui ai posé la question de la restauration de la grande lunette de Meudon. Il nous en a raconté les diverses étapes et j'ai pris son contact pour pouvoir faire cette belle visite. Un peu plus tard Nicolas Biver m'a montré des bandes dessinées de science-fiction auquel il avait participé, les dessins sont superbes, les planètes réalistes et à la fin de chaque ouvrage quelques pages plus scientifiques sont là pour camper les connaissances. Sûr que j'essaierai de nous les procurer pour l'association.
       En me reposant j'ai repensé qu'il y a deux ans  avec Fred Burgeot nous avions observé ''the box'' l'amas hickson au-dessus de la chevelure de Bérénice. Je l'ai rajouté à ma liste pour le soir. À la nuit venue je me suis campé à l'observation de ces quatre galaxies groupées. Je commençais à les détailler lorsqu'une envie pressante me fit aller le long du champ d'à côté. À peine fini que j'entendis une voix féminine derrière moi me criant ''les aurores boréales arrivent''. Un peu gêné, J'ai regardé au nord et une forme rosâtre grandit, je me suis précipité au campement pour prévenir tout le monde. Nicolas est sorti de sa tente et il m'a expliqué les prévisions que donnait Cyril d'après un site spécialisé de mesures. Un BZ négatif et un  KP à 9 signifiait que l'épisode serait plutôt intense. Sur l'appareil photo de Nicolas  le fond de ciel était rose. Effectivement je me suis aperçu que tout le nord devenait rose criard puis il s'est envahi de colonnades roses violettes brillantes. Jamais je n'avais vu un tel spectacle. J'ai téléphoné à ma femme pour qu'elle puisse voir ses lueurs fantasmagoriques avec ma fille mais elle n'a pas réussi depuis chez nous. Pourtant Jean-Pierre et Anne ont pu les observer et les photographier depuis les environs de Troyes. De notre côté Christophe photographiait sous tous les angles. Marine me montrait en temps réel les photos prise avec son iPhone, c'était vraiment beau. Beaucoup d'astrams photographiaient et d'autres comme moi admirait le spectacle à l'œil nu. Philippe à monté son APN sur son 460mm, il était sur M51 que je voyais au travers de la lumière rouge. En visuel, au travers des colonnades nous pouvions voir les constellations de Cassiopée, de la grande Ourse, du dragon... les piliers lumineux avaient maintenant envahi les trois cinquième du ciel montant plus haut que le zénith derrière nous, jusqu'à Arcturus du Bouvier. Fabrice Motez qui campait non loin de nous, le même qui nous avait fait la conférence sur les étoiles à neutrons est aussi spécialiste des aurores boréales . Il nous dit que nous étions devant un orage géomagnétique d'une ampleur extraordinaire. Et nous pouvions jugé de l'aspect hors du commun du phénomène. Quand même, être devant des aurores boréales en sweat-shirt avec un  punch coco à la main c'était pas banal... Des deux clairières contenant les campements d'astro-amateur des acclamations montaient à chaque fois que le phénomène se renforçait. Plusieurs vagues aurorales, quatre au total durant la nuit, formaient des rideaux de piliers roses, bleus, violets se déplaçant imperceptiblement devant les constellations. Deux blob lumineux de chaque côté Est et Ouest apparaissaient puis disparaissaient suivant les vagues. À un moment donné un bolide a fendu les piliers sur le côté gauche et a explosé dans une lueur verte électrique. Quelle chance de pouvoir voir un tel spectacle! Au  nord  il y avait une forêt, la lueur Aurorale  était tellement intense que les oiseaux se mettaient à piailler croyant que le jour était de retour. A chaque épisode aurorale nous les entendions. Dans cette ambiance magique nous avons observé jusqu'à l'aube. Tous les télescopes  étaient orphelins, leurs propriétaires étaient ébahi, subjuguer devant le spectacle. Puis vers 4h 30 il ne restait plus grand monde, les observateurs s'étaient couché petit à petit. Avec Régis nous avons vu une dernière fois les piliers au-dessus de l'aube naissante dans un dernier baroud d'honneur. Quelle nuit fantastique! C'était la troisième nuit blanche. 
       
         Le samedi matin en nous levant tout le monde ne parlait que de ça, tout le monde avait des anecdotes. La fatigue des trois nuits blanches était oubliée. En fin de matinée Fred et Marine nous ont quitté pour faire un vol en hélicoptère au-dessus de la Loire et ses châteaux. De mon côté j'ai installé mon matelas à l'ombre d'un camion, il faisait au moins 40 degrés sous ma tente. Je me suis reposé quelques heures et avec Philippe et Christophe nous sommes allés chercher quelques rillettes qui étaient à vendre chez les exposants producteur locaux. Il y avait aussi l'exposition d'une artiste qui se servait du verre et d'oxydes métalliques pour faire des sculptures. Dans son style on pouvait voir certaines analogies avec l'astronomie. J'ai discuté avec elle et lui ai suggéré le nom de quelques objets astronomiques ressemblant à ses créations. Ensuite nous sommes allés voir le collectionneur Gérard Odile qui exposait ses formidables météorites, nous avons longuement échangé avec lui notamment sur le rassemblement à Ensisheim. 
      Et vint l'heure de l'apéro collectif où Jean-Louis Dumont a fait ses remerciements. Puis il est revenu sur les aurores boréales de la nuit passée. C'était un peu les bougies pour fêter les 10 ans des NAT. Un autre membre de la SAT m'a dit que ça allait être difficile de faire mieux l'année prochaine.Mais qu'il projetait de nous mettre deux Lunes dans le ciel ou qu'ils essaieraient de prévoir un écrasement de météorite dans le champ d'à côté avec une battue à l'issue. Nous pourrions ramener chez nous les trouvailles météoritiques... 
      Plus tard dans l'après-midi Fabrice Mottez nous a changé le theme initiale de sa conférence pour en faire une sur les aurores boréales . Durant le souper Marine et Fred nous ont expliqué ce qu'ils avaient survolé en hélicoptère et nous ont montré quelques vidéos à couper le souffle. Puis après la soirée ce fut la dernière nuit du séjour. Le ciel était beaucoup moins clair que les trois nuits précédentes. J'étais sur M27 lorsque un grand colosse passa à côté de moi. Je l'ai interpellé pour qu'il jette un œil à l'oculaire. Puis il m'expliqua qu'il ne faisait pas partie du rassemblement mais que la veille avec ses deux copains il était dans un chemin à côté et qu'ils avaient observé eux aussi les aurores boréales toute la nuit en fêtant l'anniversaire de leur copain Sofiane. Justement celui-ci et un autre copain arrivaient. Là il me dirent qu'il ne connaissait personne et qu'ils aimeraient en savoir plus sur le ciel. Nous avons fait le tour de quelques étoiles intéressantes et le ciel c'est vite couvert. Je leur ai dit que l'association de Tauxigny les accueillerait certainement pour leur en montrer davantage. Il etait déjà deux heures du matin et avec Philippe nous avons démonté les deux 460mm puis nous sommes allez nous coucher. Le  lendemain matin tout le monde rangeait les campements, nous sommes allés déjeuner, avons fait le tour des divers amis pour leur dire au revoir et sommes repartis pour Troyes.
       
      Cette édition des NAT est la meilleure à laquelle nous avons participé depuis 2015, nous avons pu observer tous les soirs et les aurores en auront été l'événement magistral. Les 10 ans ont été extraordinaires et resteront gravés dans les mémoires. 
      Aux RAP à Craponne-sur-oson c'est 300 astrams qui ont profité du spectacle ! 
      À l'heure où je finis ce récit nous sommes le samedi d'après le séjour et hier je me suis rendu avec Anne au planétarium d' Épinal pour prendre des renseignements pour notre association. Là-bas Didier Mathieu nous a reçu et nous a expliqué pendant environ 4 h sa vision du monde des planétarium mobile. Il est plein de bonnes idées. À la fin il nous a fait une projection 12k dans le planétarium en dur de Dark side of The Moon réalisé pour les 50 ans de l'album par l'équipe artistique de Pink Floyd ! L'album sur système d'enceinte Focal et le montage vidéo sont parfaits, un voyage psychédélique dans notre galaxie. Ce cadeau je ne l'oublierai jamais aussi.
       
      Par moment l'univers se rappel fortement à nous quand même...
       
      Lolodobs le dévoreur de monde 👽 
       
  • Upcoming Events