Cyp

M 57 au T200, la nébuleuse de la Lyre

Recommended Posts

Salut à tous !

 

Voici le troisième et dernier CROA ressorti de derrière les fagots — enfin, je suppose ; j'espère ne pas en avoir égaré d'autres. C'est nettement moins exotique car il s'agit d'une observation de M 57 :) Observé le même soir de mai 2007 que l'une des deux précédentes NGC 6543.

 

J'ai eu un peu de mal à remettre l'observation au propre car mes notes n'étaient pas ultra précises, et la nébuleuse pas des plus simples à dessiner, finalement. Une fois terminé, je suis dans l'expectative. Si je le compare à des photos haute résolution ou des dessins fait dans de gros diamètres, mon dessin a l'air retourné à 180° ! Mon coté plus effilé du SO placé au NE, et mon arrondi du NE au SO...

 

Est-ce que je me serai trompé d'orientation en la dessinant l'œil à l'oculaire ? Aurais-je inventé des détails ? Vue la date, je n'ai évidemment aucun souvenir de cette observation...

 

Puis, en faisant bien attention, mon observation semble concorder avec certaines autres que j'ai pu trouver, réalisées dans des diamètres instrumentaux plus semblables au mien. D'ailleurs, pour les photos ou dessins fait dans de plus grands diamètres, l'étoile proche semble presque collée à la nébuleuse, ce qui ne semble pas être le cas de mon observation. Certes, j'ai pu me tromper dans le placement de l'étoile ; et, encore une fois, je n'ai plus le champ observé en tête. Mais cela peut aussi être le signe que les détails vus dans de plus grands diamètres et qui donnent l'impression que mon dessin est inversé m'étaient tout bonnement invisibles au T200, car trop ténus ?...

 

Du coup, je vous livre cette observation sans la moindre certitude. À vous de me dire :)

 

C'est quand même fou que ce soit l'un des objets que j'ai le plus souvent vu passer à l'oculaire qui m'interroge autant ! Comme quoi, on ne connaît jamais vraiment un objet avant de chercher à l'observer en détail.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/070511/m-57-nebuleuse-lyre-t203

 

Objet : M 57, la nébuleuse de la Lyre
Type : NP
Constellation : Lyre

 

AD : 18h 53' 35"
Déc. : +33° 01' 45"

 

- Date, heure, durée : 10/05/2007, 23:20 TU, 10'
- Lieu, altitude : La Roque d'Anthéron (13), 175 m

 

- Vent nul, 16 °C
- T1 (mvlonUMi 6,17), P1, S3/400×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    400×, H = 45°. Brillante NP annulaire ovalisée vue V1, aux dimensions estimées à 1,2' × 0,7', PA 60.
    
    Un anneau ovalisé encercle une zone bien plus sombre. Les extrémités de l'anneau sont également plus sombres, et de forme légèrement différentes. Alors que l'extrémité NE est plutôt bien arrondie, l'extrémité SO paraît légèrement triangulaire. La portion NO de l'anneau apparaît plus lumineuse.
    
Remarque :
    Une étoile toute proche de mV 12,9 est située à 1', PA 88, du centre de la nébuleuse.

 

large.5e8eff16cf3ab_M57-T200.png.e5a764fead4d949e78462c661e3b8925.png

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, un peu bizarre ...désolé ...

Bien que je n'ai jamais vraiment noté de différence de luminosité dans les 2 bords "longs" de l'anneau, la photo des Splendeurs Ciel Profond été p 84 montre ce que tu as sur ton dessin;

Par contre, pour l'ovalisation, je pensais que jusqu'à 200-250 on ne voyait guère le faible halo partant dans anses vers l'extérieur, et que du coup l'anneau était rigoureusement régulier. Mais sur la photo p 84 on voit bien ce halo qui pourrait faire paraitre l'anneau plus allongé d'un côté, mais il semble être du côté de l'étoile. Après, selon la turbulence ce soir là, etc, ça peut jouer des tours :)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

j'ai toujours trouvé M57 pas évidente à déchiffrer, à tous diamètres. Elle laisse des impressions confuses, plus que d'autres NP.

Il y a bien des dissymétries dans M57, en tout cas.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@etoilesdesecrins pour le coté « long » plus marqué, je suis assez catégorique dans mes notes à ce propos, donc je pense pouvoir dire l'avoir perçu sans trop de doute. L'asymétrie des deux extrémités, c'est moins catégorique. Mais si je l'ai indiqué, c'est que ça ne doit pas avoir été juste pressenti. En tout cas, l'impression que m'a laissée la remise au propre était plutôt positive ; l'observation me paraissait assez fiable. C'est en la comparant avec les autres que je n'étais plus sûr de rien :D

 

Parmi les dessins qui m'arrangent et me rassurent car semblant aller dans mon sens et réalisé par un observateur des plus aguerris, il y a notamment ceux-ci de Bertrand dans son T254 :

 

M-57-IC-1296-T254-BL-1998-08-151.jpg

 

m-57-t254-bl-2001-orig.jpg

 

Il s'agit de mon principal espoir que mon observation ne soit uniquement l'expression d'un système cérébral défaillant :D

 

@fred-burgeot je suis plutôt d'accord. En ce qui me concerne, l'impression la plus confuse et que je ne retrouve nulle part, dans aucun rapport d'observation, est celle que la pénombre centrale est habitée par une petite forme à faible grossissement ; 77× dans mon cas, au T200. Au premier abord et sans connaître sa magnitude, on pourrait penser à l'étoile centrale non-résolue. Hypothèse plutôt hasardeuse lorsqu'on connaît sa luminosité. En y faisant bien attention, il ne s'agit pas de quelques glimpses isolés mais d'une vision plutôt claire. Par contre, à bien y regarder, ce n'est pas ponctuel. Plutôt comme une légère plissure, un trait ou une sorte de forme en V. Mais bel et bien quelque-chose. Sur un tel objet si souvent visité, j'ai toujours eu peur de paraître pour un fou à exprimer cette impression mais, encore une fois, je semble être le seul à faire cette observation sur cet objet pourtant assez lumineux. Je fais donc ici mon coming-out :D C'est grave docteur ?

 

Edited by Cyp
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

 

Comme Fred, elle semble simple, car c'est "juste" un anneau ovale, mais elle est redoutable à disséquer. Tu en as une représentation valable. Si tu veux te rassurer, j'en ai une vite réalisée avec à peu près les caractéristiques que tu mentionnes (c’est juste avec un 600), mais j'en ai d'autre un peu autrement aussi (voir site http://www.astrosurf.com/magnitude78/serge/nebuleuses.html  ). Tout ça pour dire que ta remarque est très pertinente, car elle est vraiment, non dans la généralité ou l'évidence, mais dans le détail qui peut échapper, on au final délicat à analyser (ce qui est TOUJOURS le cas !!!)

 

http://www.astrosurf.com/magnitude78/serge/images/M57_08.jpg

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok, hé bien c'est tout l'intérêt d'un tel forum ! On en apprend tous les jours et la prochaine fois sur M57 je ne la verrai plus du même oeil ! D'ailleurs la prochaine sessions sur les objets d'été ce sera pour des dessins, donc des observations plus poussées, vu que j'ai déjà une belle collec de descriptions écrites ...On est pourtant là sur un objet battu et rabattu, observé des dizaines de fois ou presque par chacun de nous, et il a encore des secrets à livrer. L'avantage d'une telle nébuleuse si brillante c'est qu'avec un peu de diamètre, on peut la chouchouter même avec la lune ou quelque brume, mais là hélas les pâles halos disparaissent ...

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah M57, en voilà un objet archi connu, qu'on a tous vu au moins 50 fois ;).

Et pourtant... finalement, on l'observe rarement longuement pour lui même.

 

M57 est typiquement l'objet céleste que l'on pointe pour le montrer aux autres (soirée publique, nuit des étoiles etc...)

Donc on vérifie qu'il est bien dans le champ de l'oculaire et on dit aux gens autour : "Regardez, il y a une petite nébuleuse dans le champ en forme de rond de fumée."

Et c'est partie pour un patati patata sur les nébuleuses planétaires : " La mort des étoiles, le destin du soleil dans 5 milliards d'années, la terre qui sera englobée dans les couches externes du soleil devenu géante rouge,  les naines blanches qui ne sont pas assez lourdes pour s'effondrer en trou noir, mais qui vont rester sous forme de cadavre stellaire très chaud pendant des milliards d'années car elles sont trop petites pour évacuer rapidement leur chaleur interne etc... etc...

Et M57 dans tout ça ? Bah finalement on ne l'a pas observer plus de quelques secondes...;)

 

Après vérification, je n'ai observé que deux fois attentivement M57 au cours de ces 20 dernières années au T254. Voici ce que j'avais noté :

Mai 2007 : "Forme ovale, extension plus ténue sur les cotés, deux petits bras s'avancent vers étoile proche".

Juillet 2014 : "Nébuleuse annulaire en forme de rond de fumée. J'ai bien vu la forme ovale de l'anneau, et différentes variations de son épaisseur par endroit".

Voilà, c'est pas grand chose.... pour un Messier aussi connu.

 

En 2007 j'avais fait un dessin, 13 jours seulement après celui de Cyprien ;), mais je sais que je ne l'ai remis au propre que des années plus tard, car en 2007 je n'avais pas de scanner...

Si ça peux aider, voici ce que ça donne :

19934d5e5c19db8d0a93374aa3510654d3596886

Edited by yves65
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos compléments et vos commentaires, ça me rassure :) Je ne suis donc pas seul à être dans le flou.

 

@yves65 marrant d'avoir observé plusieurs objets communs à seulement quelques jours d'intervalle en 2007 :D

 

Effectivement, ça fait parti des objets que l'on montre à toute soirée publique... et qu'on n'observe en réalité jamais vraiment. C'est certainement en me faisant cette remarque que j'ai fini par m'y attaquer !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Surprise un soir, de voir une couleur cramoisi marquee sur le pourtour de l'anneau, au C11.

C'etait apres avoir pris de la lumiere sur la retine en allant brievement chercher quelque chose dans la maison, puis au retour a l'oculaire, la couleur etait bien la.

Pas reussi a reiterer l'experience depuis,

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui @muller c'est logique en effet, la lumière désactive la vision nocturne et l'oeil devient ainsi moins sensible à la lumière mais plus à la couleur ;) Des mentions de ce phénomène semblent revenir assez souvent... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve vos dessins très fidèles avec ce que l'on peut avoir en photo, notamment celle-ci que j'ai faite il y a quelques mois avec la lunette de 150mm, si je peux me premettre de polluer le post avec une photo..

M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel

5d72221351d62_M57LZOS2400mm(2).jpg.d35572a1b8bf4c02b5ab534d352f5b4ebis.jpg.c3b7183f079145527f6c3cd96dbc3ace.jpg

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Team OURANOS
      Bonjour à tous.

      10e image de la Team, avec la nébuleuse SH2-188, parfois surnommée la "Crevette" ou "Firefox" en raison de sa forme particulière...
       

      Full : https://astrob.in/nn6tbw/0/
       
      Bien qu'elle ait été incluse dans le catalogue Sharpless, il s'agit en fait d'une nébuleuse planétaire atypique, située à une distance d'environ 711 années-lumière dans la constellation de Cassiopée.
      Elle apparaît comme une enveloppe bien marquée du côté est et très dispersée du côté ouest, où elle semble s'être déjà dissoute. En apparence, elle rappelle la nébuleuse Sh2-274.
      Grâce à sa vitesse d'expansion, un âge d'environ 7500 ans a été déterminé. Bien que son apparence ressemble à un reste de supernova, cette possibilité a été exclue en raison de la nature de ses émissions.
      Pour cette image, dont les acquisitions ont été réalisées en Ha et en OIII, nous avons opté pour un mixage plus complexe que le HOO traditionnel, pour se rapprocher d'un rendu SHO.
      ----------------------
      AstroSib 360 (f/8 - 2880mm) - AP 1100 - G4-16000
      Ha : 82 x 600s
      OIII : 93 x 600s
      Total : 29h10
      02/10 - 18/11/2023 - Corse
      ----------------------
      Plus d'informations sur la Team et d'autres images sur notre site : https://team-ouranos.fr/
      Bon ciel à tous !
      Jean Claude Mario, Matthieu Tequi, Mathieu Guinot & Jean-Baptiste Auroux
    • By Chani11
      Bonjour,
      Enfin j'ai pu bénéficier de deux nuits à peu près potables pour imager presque sereinement avec NINA, PHD2 et l'ASI2600MC.
      Que de nouveautés, moi qui ai toujours shooter avec un APN, un autoguidage Lacerta (par ailleurs excellent) et sans ordi en CP.
      Pas de Lune ces deux nuits, mais de la turbulence et donc un FWHM dégueu. Tri sévère, un peu plus de 5 heures retenues par tranches de 2 minutes
       
      Juste pour l'ambiance, le setup
       
       

       
      Et la nébuleuse. Vous pouvez vous promener sur la full, ce n'est pas trop moche il me semble
       

       
      J'espère que cette première image vous plaira
       
    • By Benjamin Poupard
      L’histoire dans laquelle vous allez entrer est certainement une histoire que l’on peut qualifier de fantastique ! Pour preuve, vous y traverserez le Mordor, y croiserez un Grand Ancien, et il arrive même qu’on y mange des madeleines ! Mais c’est pourtant bien une histoire d’étoiles. Et elle commence avec… une liste !
       
      Peut-être que vous aussi, vous tenez une liste de trucs à vivre au moins une fois dans votre vie ? Comme, vous savez, visiter le Machu Pichu … ou manger de la purée avec les doigts. L’astronome qui sommeille en moi tient également une telle liste, d’ailleurs assez longue. Dans cette longue liste, j’ai déjà pu cocher “observer une éclipse totale de Soleil”, “observer une pluie d’étoiles filantes”, “voir la lumière zodiacale”, et d’autres trucs plus exotique comme “voir Triton” ou “dessiner une supernova”... Mais la case “aurores boréales” restait encore à cocher !
       
      Pas la case la plus facile à remplir, soit dit en passant, puisque pour des raisons mêlant géographie et magnétisme terrestre, les aurores restent rares aux latitudes qui sont habituellement les miennes, obligeant alors à envisager de voyager plus vers le nord. Il arrive toutefois qu’en période d’intense activité solaire, on arrive à en photographier quelques bribes rougeoyantes jusque chez nous. Mais voilà, de mauvais concours de circonstances ont fait que je n’avais jamais réussi à photographier une aurore boréale … jusqu’à cette soirée du 10 mai. 
       
      Mais je me perds déjà, et commence mon histoire par la fin !
       
      Il faut donc remonter le fil de cette histoire, revenir quelques heures en arrière, au matin de ce 10 mai, et surtout jeter un oeil à 150 millions de kilomètres d’ici : c’est en effet à la surface du Soleil que tout commence.
       
      Et en ce moment, notre Soleil est sacrément vénère ! Suivant un cycle de 11 ans, il est actuellement en période de maximum d’activité. Installée sur mon téléphone, mon appli de monitoring solaire (oui oui, pour les non-astronomes, sachez que ça existe) me tient constamment au courant des sautes d’humeur de notre étoile. Et depuis le début de la semaine, je reçois des “X-ray alerts” à un rythme particulièrement soutenu. En cause, une tache solaire particulièrement active, baptisée AR3664, qui balance allègrement des grosses bouffées de plasma (autrement dit un joyeux mélange de protons et d’électrons baignés par des champs magnétiques  - je vous la fais courte) dans l’espace !
       
      Un peu plus tôt dans la semaine, pas moins de six bouffées de plasma ont quitté la surface du Soleil en une journée … Expulsées à une vitesse qui avoisine les 1000 km/s, elles doivent rencontrer la Terre quelques jours plus tard.
       
      Ce vendredi matin, les bouffées de plasma sont encore à quelques millions de kilomètres. Sur Terre, et plus particulièrement dans mon jardin, il fait beau. Et en dehors de quelques mauvaises herbes à arracher, je n’ai pas grand chose à faire … J’installe donc la lunette entre les rosiers et le séchoir, je sors le filtre de Herschel, une caméra et me prépare à faire connaissance avec AR3664.
       

      Le Soleil, photographié à la L100/900, équipée d'un Herschel Baader, avec une QHY 178MM
       
      Il faudrait avoir oublié de mettre le filtre de Herschel pour ne pas la voir (conseil : ne faites pas ça.). Car, oui, AR3664 est énorme !

       
      Petite parenthèse en passant : au-delà d’une certaine taille et un certain degré d’activité, il ne me semblerait pas irraisonnable que les taches solaires se voient attribuer un nom en lieu et place de leur numéro. Un peu comme on le fait sur Terre pour les cyclones et les tempêtes. D’ailleurs, je me lance ! Et c’est en fouillant dans le bestiaire des monstres de la littérature fantastique, en traversant l’imaginaire lovecraftien, que je tombe sur la créature qui incarne au mieux ce monstre solaire… Chtugha. 
       
      “Cthugha est décrit comme une entité liée au feu et à la chaleur, émergeant des abysses incandescents de l’univers. Ses origines sont enveloppées de mystère, mais il est souvent associé à des phénomènes cosmiques tels que les étoiles en fusion et les incendies célestes.” MAIS OUI !!!Dans l’oculaire, ce que je vois, c’est exactement ça : un véritable monstre aux ramifications multiples évoluant au milieu du feu solaire, qui pourrait engloutir plusieurs dizaines de planètes Terre ! Va pour Cthugha !
       

      AR3664, photographiée à la L100/900 + Barlow x3, équipée d'un Herschel Baader, avec une QHY 178MM
       
      Un peu plus tard dans l’après-midi, je pars pour une nouvelle séance d’observation, mais cette fois derrière le Coronado du planétarium. Cthugha est toujours aussi en colère : ses yeux me dardent de rayons incandescents ! Au même moment, mon appli me signale d’ailleurs qu’une nouvelle éruption vient d’avoir lieu, là, juste sous mes yeux ! A cet instant, la colère du Soleil se manifeste un peu partout, à sa surface sous la forme de taches brillantes, sur son pourtour sous la forme d’immenses protubérances. J'emmagasine les images, qui occuperont quelques soirées pluvieuses.
       

      Le Soleil au Coronado 70, photographié avec la QHY 178MM, et une turbu assez dingue ...
       
      Pendant ce temps, le plasma fumant de Cthugha touche bientôt au but. De retour à la maison, je constate d’ailleurs que la fièvre s’empare des groupes astro sur les réseaux sociaux : “la tempête solaire n’est prévue que pour la fin de la nuit, mais tenez vous prêts, chargez les batteries de vos appareils-photo, videz les cartes-mémoires et prévoyez une réserve confortable de madeleines, car on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise !”.
       
      Observation solaire le matin, observation solaire l’après-midi : la besace à images est déjà bien pleine. Mais y ajouter une photo d’aurore boréale, ce serait la cerise sur la madeleine.
       
      Je prépare mon matériel, et croise les prévisions météo terrestre avec les dernières infos concernant la progression de la tempête afin de caler un point de chute : ce sera près de Rocquigny, en pleine Thiérache.
       
      Pour ceux qui ne connaissent pas, la Thiérache, c’est la Terre-du-Milieu-de-Nulle-Part, c’est l’équivalent ardennais du Mordor ; il suffit juste de remplacer la tour de Sauron par des éoliennes.
       
      C’est d’ailleurs au nord de Rocquigny, au pied de l’une de ces éoliennes que j’installe mon pied-photo. Histoire de prendre la température, je lance une première pose mal cadrée, plein nord, et … l’écran est déjà tout rouge ! La soirée commence à peine, et j’ai déjà coché une case supplémentaire de ma liste des trucs à vivre au moins une fois ! J’ai photographié une aurore boréale !
       

       
      Alors que Jérémy, puis Geoffroy et Stéphanie arrivent, l’aurore s’impose comme une évidence. Pour être plus précis, comme une sorte de lueur crépusculaire intense, à ceci près qu’elle est au mauvais endroit et au mauvais moment.
       
      Puis sonnent les douze coups de minuit (bon, on n’a rien entendu, rapport au bruit des éoliennes), et c’est à ce moment que la soirée a brusquement basculé dans quelque chose qui n’était pas du tout prévu : soudainement, le faux halo crépusculaire s’élève et devient de plus en plus brillant, et en une poignée de minutes, se structure en colonnes de lumière qui atteignent presque le zénith ! Sur les écrans de nos appareils-photo, c’est un feu d’artifice coloré ! A l’oeil nu, les couleurs s’estompent (on devinera par moments quelques nuances rouge, vertes ou bleues), mais le spectacle se déploie en format panoramique.
       

       
      Et me revient cette impression, que j’avais ressenti lors de l’éclipse totale de Soleil en 2006 : les aurores boréales sont certes formidablement photogéniques, mais le cadre étriqué de la photo nous prive de la dimension immersive du phénomène : comment rendre la majesté de ces piliers de lumière qui se dressent devant nous comme les tours d’une cathédrale occupant la moitié du ciel ?
       
      En plus du téléphone, j’avais emmené avec moi mes jumelles “hiboux”, des 2X50 à très grand champ, qui permettent de détailler finement ces piliers, et d’observer leurs lentes translations. C’est beau, c’est grandiose, c’est … incroyable (adjectif utilisé plusieurs centaines de fois ce soir-là ; Jérémy lui préférant toutefois l’expression “mais qu’est-ce qui se passe !”).
       
      Par moments, les colonnes de lumière semblent converger au-delà du zénith, et se livrent à une danse curieuse : les traits de lumière apparaissent, convergent et disparaissent aussitôt, parfois en quelques secondes ! Ce phénomène, s’il porte un nom, reste le plus surprenant de cette soirée !
       

       
      Un peu avant 3h du matin, la tempête retombe, alors que Geoffroy et Steph nous quittent. Malgré la fatigue, Jérémy et moi profitons jusqu’au bout du spectacle … qui redémarre de plus belle ! Et qui se poursuivra jusqu’à se mélanger avec les lumières de l’aurore terrestre, marquant la fin de cette soirée … incroyable !
       

       
      Et alors que Cthugha continue de souffler sur nos têtes, je réalise que je vais pouvoir cocher une case supplémentaire dans ma liste : ce soir, j’ai … vu … une aurore boréale !
       
      --------------------------------------------------------------------------------------------------------------
       
      Les images d'aurores ont été réalisées avec un Google Pixel 7Pro, en mode "astrophotography"
       
      Vous pouvez également jeter un oeil sur le time-lapse de cette magnifique soirée (n'en jetez plus) :
       
       
    • By srv35
      Bonjour,je débute en astrophoto et j'ai lu dans le livre de Serge brunier "astronomie du ciel profond" en page 64 que la photographie de nébuleuses est possible en milieu pollué  avec des filtres nébulaires ou avec des gélatines w29 et w92.Les filtres nébulaires paraissent plus chers que les gélatines.Pouvez-vous me conseiller un filtre antipollution pour photographier les nébuleuses.J'utilise un objectif photo de 400mn f/4 diamètre 77mn.Pouvez-vous me conseiller sur l'achat d'une monture équatoriale.Ci-joint des images des montures qui sont dans mon budget.Que pensez-vous du câble qui est en pièce-jointe.Merci pour vos réponses.
       




    • By Sauveur
      Bonsoir les amis 
       
      @MCJC
       
      Alors c'etait la fêtes au villages Sedini et moi bein direction l'extérieur du village ou le ciel est plus noir! et J'esperais le bis Aurore  rien vue mais j'aurai du arrive plus tot et bombarder a l'apn 
      mais  au village c'est déjà mieux que chez moi avec mes beaux lampadaire 
       
      pour le suivi avec une petite galaxie a coté
       
      C2023_A3_(Tsuchinshan-ATLAS)_124x10sec_T20°C_2024-05-11_comete
       
       

       
      je rajoute le suivi de Karl
       

       
      La petite star du moment 
       
      M_51_331x10sec_T17°C_2024-05-11
       

       
       
      Encore la petite de Jupiter et oui son fantôme
       
      NGC_3242_565x10sec_T21°C_2024-05-07_crop_GraXpert
       

       
       

       
      Au C8 et la 462 mc au foyer pas de correcteur peu d'étoile pour le stack avec Siril d'ou Astrosurface en mode Surface et Siril développement 
      Si on regarde le prix d'un C8 la monture le pc la cam et les emmerde bein le Seestar ne sans sort pas si mal
      pas assez de batterie pc pour plus d'une heure 
      Frames captured=4958
       
      2024-05-11-2103_8-U-RGB-Deepsky_sigma_100r_3877reg pose de 500ms gain 500 
       

       
       
       
       
      A la fin j'ai retenter M27 sous ce ciel en ir cut
       
      M_27_198x10sec_T17°C_2024-05-11
       

       
      Pas d'Aurore car mal préparer je m'attentait a un ciel rouge visible bein non
       
      Bonne soirée et bon ciel
  • Upcoming Events