Cyp

NGC 3395 et NGC 3396 au T200

Recommended Posts

Posted (edited)

Salut à tous !

 

Le même soir que l'observation précédente de NGC 3003, j'ai poursuivi mes pérégrinations vers le couple de galaxies NGC 3395 et NGC 3396. Après l'extrême pâleur de la précédente, ces deux-là m'ont tout de suite sauté aux yeux et apparues très évidentes ! Et qu'est-ce qu'elles sont belles ! À 77x, elles sont toutes petites et mignonnes collées l'une à l'autre ; vraiment très chouettes à découvrir :) Évidemment, le petit coté sympa disparaît avec le grossissement indispensable pour les détailler, mais c'est véritablement avec un grossissement moyen que le champ est le plus joli ; comme un petit papillon volant au milieu des étoiles.

 

Encore une fois, je n'avais pas super bien préparé mon observation — afin, peut-être, de ne pas trop m'imbiber d'idées préconçues — et j'ai ainsi complètement zappé la proximité du trio de galaxies NGC 3430, NGC 3424 et NGC 3413 qui rentrent pourtant toutes trois dans le même champ que NGC 3395 et NGC 3396 lorsqu'on les décale ! Du coup, j'y suis retourné hier soir :) Mais ce sera pour un prochain épisode ;) Je me suis bel et bien promené un peu autour, notamment pour refaire la mise au point mais — pas de chance — je suis parti dans l'autre sens :)

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200411/ngc-3395-ngc-3396

 

Objet : NGC 3395 et NGC 3396
Type : Couple de Gx
Constellation : Petit Lion

 

AD : 10h 49' 50" (NGC 3395)
Déc. : +32° 58' 51" (NGC 3395)

 

- Date, heure, durée : 11/04/2020, 22:14 TU, 40'
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent nul, 12 °C
- T2 (mvlonUMi 5,84), P3, S2/77× et S3/154×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Très joli petit couple serré de Gx, vu VI1.
    
    - NGC 3395 : Gx vaguement triangulaire aux limites floues, vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 1,5' × 1' au plus large.
    
    Un noyau stellaire entr'aperçu VI5dd est entouré d'une large zone vaguement triangulaire de luminosité L3 elle-même auréolée d'une couronne externe de luminosité L1. Le noyau stellaire est décalé vers l'extrémité NE de la Gx.
    
    - NGC 3396 : Gx effilée aux limites floues vue VI1, orientée ONO aux dimensions estimées à 2' × 0,5'. Son extrémité O est accolée au bord NE de NGC 3395, leurs noyaux séparés d'une distance estimée à 1,3', PA 70.
    
    Un noyau stellaire entr'aperçu VI5d est entouré d'une barre centrale de luminosité L3, elle-même inclue dans une zone effilée de luminosité L2 ; l'ensemble auréolé d'une couronne externe effilée aux limites floues de luminosité L1. Les zones centrales sont décalées vers l'extrémité O de la Gx.

 

large.5e96dafee4964_NGC33953396-T200.png.caeadabbd1aba26f58fc1efb0fdff9e2.png

Edited by Cyp
  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Salut Cyprien,

tiens, une autre paire de siamoises :)

J'ai observé ce couple il y a quelques années dans le T1m de Stellarzac, on y voit les interactions entre les deux galaxies, mais tu nous en fais une étude précise avec ... 5 fois moins de diamètre.

Fred.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Allez, on y va , FC-100 DF X 92 :

 

"Fuseau diffus E/O faible mais sans plus, vu tout de suite, à peine plus contrasté au centre ou ponctuel par intermittences.

Forme un losange à O de 4 étoiles de mag 10-11.

Semble un peu plus lumineuse et plus grande que NGC 3430 plus au S."

 

Et T300 :

 

"56 X : dans le même champ que NGC 3430 à 20’ O, jolie double galaxie bien séparée immédiatement, VD2, plus brillantes que les galaxies proches de NGC 3430.

Orientées NE/SO, celle au SO étant plus grosse et plus brillante (malgré une mag de 12,1 pour chacune)

Relativement rondes et unies.

 

96 X : apparaissent maintenant assez allongées (2/1 à 3/1) mais unies et sans noyau.

La principale est allongée N/S, l’autre E/O. "

 

On constate que ta persévérance et ton acuité semblent meilleures que les miennes, en outre le dessin permet d'être plus pointilleux sur les détails. Pour le moment je rebalaye de façon un peu systématique mes listes depuis que j'ai le T 300 (octobre 2017). Par la suite je pense me consacrer à bien moins d'objets par soirée mais les disséquer de façon plus précise et approfondie notamment par le dessin.

Moi non plus je ne consulte pas de photo avant, mais étant parfois à la limite de confirmer tel ou tel détail je pense que le fait de le faire permettra d'aller plus loin.

Et là clairement je ne suis pas monté assez en grossissement : c'est parfois spectaculaire au T300 le gain entre une centaine de fois et 170 ou 270 X sur les galaxies, quand la turbu le permet !

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli couple de galaxies en interaction que je ne connaissais pas.

Merci pour la découverte :).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello,

Merci pour la découverte de ce couple intéressant. C'est réussi.

Astronomicalement
José

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous :)

 

@fred-burgeot cinq fois moins de diamètre, certes. Mais du coup j'ai pas les bras spiraux, moi :)

 

@etoilesdesecrins je pense effectivement que c'est plus ton grossissement de 96× qui a limité ton observation sur ce petit duo. Tu aurais certainement gagné, comme tu le supposes, à pousser plus.

 

Actuellement, j'essaie de prendre un rythme très peu contraignant. Des soirées courtes pour observer un unique objet préalablement sélectionné, ou deux au maximum. Je me fixe ainsi un objectif simple et clairement identifié, avec un seul compte-rendu d'observation et dessin à réaliser. Puis je remballe et peux aller me coucher. C'est pas très fatiguant et assez enthousiasmant :) Le lendemain, je peux réaliser la mise au propre et comparer mon observation à celles des autres. Ça évite de se disperser et de se fatiguer à veiller toute la nuit, ça maintient la motivation et ça peut même se pratiquer en semaine. Et du coup, on est plus prompt à passer plus de temps sur un seul objet et essayer de détailler le champ au maximum.

 

La mauvaise préparation de mon observation est plus un manque de rigueur, je pense. Je ne souhaite par étudier l'objet en détail et analyser ce que les autres en ont vu au préalable afin d'éviter les a prioris, ça c'est certain. Néanmoins, je devrais tout de même consulter un minimum le champ convoité dans un logiciel de cartographie céleste afin de connaître les pièges possibles — une étoile inclue à proximité d'un noyau galactique, à tout hasard... j'ai failli me faire avoir hier sur NGC 3344 — ou les objets proches.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By BlackMaple
      Juste pour le plaisir des yeux, je vous partage mon Aquarelle de Jupiter. Une fois n'est pas coutume ce n'est pas derrière l'oculaire que je l'ai réalisé mais sur photo.  2 heures, a 3 heures de boulot pour ce rendu, Tranquilou.... Au crayon aquarellable et graphite. 
       


    • By Pulsar59
      Hello,
       
      bon, je ne suis habituellement pas en avance dans mes posts, mais en plus j'ai eu un gros crash informatique (DD pété et sauvegarde corrompue) donc c'est pire
      Obligé de passer par une société de récup de données qui a retrouvé 100% des données, j'aurais pas cru ça possible
      Ca coûte un bras mais ca vaut le coup (5 ans de données perso en jeu, quand même)
       
      Bref cette NGC4088 date de fin mars, avec le 250 f/4 et l'Atik One, 5 heures de poses LRGB (unitaires de 300s) :
       

       
      Full : https://www.astrobin.com/full/ek8dd0/0/?real=&mod=
    • By Guillaumedu59
      Date d’observation : Dans la nuit du 7 au 8 Aout 2020
      Heure d’observation : 23h15 – 02h40
      Lieu d’observation : Haubourdin
      Type de ciel : Ciel urbain
      Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm)
      Oculaires / champ / grossissement respectif :
      -  Explore Scientific 30 mm (82° / 40 X)
      -  Pentax XW 20 mm (70° / 60 X)
      -  Televue Delos 12 mm (72° / 100 X)
      -  Pentax XW 7 mm (70° / 171 X)
      -  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X)
      Filtres :
      -  UHC Astronomik : Oui
      -  OIII Astronomik : Oui
      -  H-Beta Astronomik : Oui
      Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures chaudes pour la saison
      Objet(s) observé(s) :
      -  Lune : Oui
      -  Planète(s) : Oui (Saturne)
      -  Ciel profond : Oui (M13, M92, M57 et NGC 6826)
       
      Préface !
       
      Bonjour,
      Ce Vendredi 7 Août 2020, nous avons le droit à une superbe journée ensoleillée, mais très étouffante au niveau des températures (c’est la canicule).
      Le ciel est quasi sans nuages, ce qui laisse penser à une excellente soirée astronomique.
      Effectivement, c’est le cas.
      La météo tient ses promesses.
      Pas un seul nuage à l’horizon ne vient jouer les trouble-fêtes.
      Pas un seul.
      Bien avant la tombée de la nuit, je décide de sortir tout le matériel sur ma terrasse, histoire que tout soit refroidi.
      En attendant le moment venu, je pense aux objets que je voudrais observer : les grands classiques du ciel d’été, ainsi que la planète Saturne.
      Vers 22h15, je commence à voir Véga à l’eoil nu, signe que je peux tout de même initialiser ma raquette Go-To en choisissant cet astre-ci et Arcturus comme étoiles de référence.
      Le début de ma soirée ne commence réellement que dans les environs des 23h00…
       
      Les grands classiques de l’été !
       
      Le ciel s’étant bien assombri, il est grand temps pour moi de me rendre dans la constellation d’Hercule pour y découvrir 2 superbes objets :
       
      M13
      Magnitude = 5,8
      Taille = 20’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Un magnifique poudroiement d’étoiles au beau milieu du champ du Televue Delos 12 mm attire mon regard.
      C’est bien lui.
      C’est bien M13, le roi des globulaires, que je suis en train d’observer.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, bien qu’il ait perdu en luminosité, le Y sombre, quant à lui, est parfaitement visible en vision décalée.
      Il se présente comme 3 chenaux sombres formant la lettre en question.
       
      M92
      Magnitude = 6,5
      Taille = 14’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Le frère cadet de M13.
      J’ai nommé M92.
      Il possède un cœur plus petit mais plus lumineux, puis est parfaitement bien résolu en de nombreuses étoiles de faible magnitude.
      C’est toujours un véritable plaisir de l’observer.
       
      M57
      Magnitude = 8,8
      Taille = 86 x 62’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Bien haute dans le ciel, M57 resplendit à merveille avec sa forme légèrement ovalisée, ainsi que ses anses plus sombres.
      En assistant bien sur la vision décalée, dans le champ du Televue Delos 12 mm, j’aperçois également la très faible étoile de magnitude 12,26 portant le nom de GSC 2642-0433 qui apparaît par intermittence.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, elle est bien plus évidente à observer.
       
      NGC 6826
      Magnitude = 8,8
      Taille = 27x24’’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Pentax XW 3,5 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 343 X
      Description : Une autre superbe nébuleuse planétaire après M57.
      Elle est grande, lumineuse et on voit très aisément son étoile centrale.
      En la regardant alternativement de face et en vision décalée, elle apparaît et disparaît, puis semble aussi clignoter autour de la centrale.
       
      La planète Saturne !
       
      Et pour conclure en beauté cette superbe nuit étoilée, je décide de passer de longues minutes à observer la plus belle planète du système solaire.
      J’ai nommé Saturne.
      Ah, grand dieu ! Que je suis hyper, mais hyper heureux de pouvoir l’admirer à nouveau.
      J’en ai presque les larmes aux yeux tellement que le spectacle est magique.
      Dans le champ du Pentax XW 3,5 mm, j’y décèle sans problème sa Division de Cassini, ainsi que des bandes nuageuses sur son disque.
      Pour ce qui est de ses satellites, j’y vois sans problème Titan, mais il me semble également en découvrir d’autres comme Rhéa, par exemple.
       
      Bilan de la soirée !
       
      Même si j’étais très heureux de retrouver quelques-uns des plus beaux objets du ciel d’été, je ne pouvais m’empêcher aux longues minutes à observer la planète Saturne qui me fait toujours rêver.
      Quelle joie pour moi de la vois flotter au beau milieu du champ de l’oculaire.
      Quel plaisir d’avoir revu la Division de Cassini, cette fine bande noire, qui fait quasiment tout le tour de la planète.
      D’ailleurs, c’est elle qui sépare l’anneau A de l’anneau B.
      En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
    • By delamaresylvain
      Bonsoir tout le monde ,

      Et oui j'ai encore osé faire une image en présence de notre satellite 
      Ce n'est pas souvent que nous avons des nuits dégagées, donc je ne fais pas la fine bouche, j'y vais 
      La nuit fut beaucoup plus stable coté seing, mon suivi s'en est ressenti , une moyenne juste en dessous de 0.9 secondes pixels d'arc .

      Sources Wikipedia :

      NGC 6503, est une galaxie naine spirale du champ située dans la constellation du Dragon.

      Elle se trouve à une distance d'environ ∼20,5 millions d'a.l. De la Terre à l'extrémité d'une région de l'espace appelée le vide local.

      Cette galaxie naine s'étend sur 42 000 années-lumière et est particulièrement colorée à cause de régions de gaz rouges qui sont disséminés le long de ses spirales.

      Les régions d'un bleu intense contiennent des étoiles en formation.

      Des zones de poussières brunes sont dans les bras de la galaxie et dans son centre.

      Elle présente une dimension angulaire apparente de 7,1' par 2.4' d'angle.

      Elle est de type "Sc" suivant la classification de Hubble.

      Sa magnitude apparente est de : 10.86.

      La position de cette galaxie solitaire à l'extrémité du vide local l'a fait surnommer par l'astronome Stephen James O’Meara la « galaxie perdue dans l'espace » dans son livre de 2007 Hidden Treasures10.

      Setup :

      Tube : SC8 Edge

      Camera imageur : Atik 414

      Autoguidage en // lunette 60*430 / ASI ZWO 224C

      Monture : Atlas EQ6 pilotage Prism10 / EQMOD

      Pré-traitement / Traitement Prism10 rien d'autre 

      Toutes les poses unitaires sont de 180 secondes.

      Luminance : 129 minutes

      Rouge : 36 minutes

      Vert : 36 minutes

      Bleue : 36 minutes

      Soit presque 4 heures de pose totale, les nuits s'allongent 

      Dites-moi franchement ce que vous en pensez   

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

    • By BobSaintClar
      Avec un titre pareil, vous vous attendez à l'image qui tue ?
      Vous devrez vous contenter de l'image qui pue
       
      Pour les astrams japonais, cette comète aura été une vraie déception : très peu l'auront vue, encore moins dans des conditions décentes : la météo sera restée épouvantable, exceptionnellement pluvieuse - plus dans la durée que dans l'intensité - et nuageuse. Quand les nuées daignaient s'ouvrir, c'était pour présenter des ciels lavasses, cyan laiteux bien plus que bleus marines, criblés de cirrus et d'aérosols. Pour observer la Lune, ça passe, mais pour une comète...
      Bref : j'ai quand même tenté x fois, avec deux sessions donnant des résultats. La première, c'était le 23 Juillet, lorsque la belle affichait encore une luminosité importante. La seconde (et la dernière, sauf miracle), ce fut le 4 Août, alors que Neowise était au plus proche de M64. Malgré le ciel pourrave, j'ai voulu immortaliser la rencontre :
       
      Le soleil couché dans son paquet de nuages (horizon complètement bouchée jusqu'à 10-15° de hauteur), je cherche la comète à l'oeil nu : que dalle. Aux jumelles 8x32, quand même ? Nib. Sérieusement ?
      Je passe aux Nikon 20x120, faut ce qu'il faut : là, je la trouve. Entre le ciel médiocre et la pleine lune  déjà levée, bonjour le massacre ! Je ne vois que la coma, sans queue vraiment détectée. Aucun détail...
       
      Je peux enchainer 20 prises de vue avant que les nuages d'altitude ne s'épaississent au point de masquer la comète : elle disparaît progressivement de mes brutes, alors j'arrête.
      Voici donc le résultat (15 sec de pose, 20 images, Pentax K1 "astrotracer" + obj 300 F4 ED) : L'image est réduite, mais vous ne manquez rien.

       
      Je me console en me disant que je l'aurai vue, enfin devinée, quand tant d'autres amateurs locaux l'auront manquée ! Et puis, il y a M64
       
       
  • Upcoming Events