JR45

Qualité d'un miroir fait sois même

Recommended Posts

Oui, c'est une très bonne idée ! 250 c'est un bon diamètre , je parle en connaissance de cause puisque sur ma bonne demi-douzaine de miroirs c'est celui qui s'est avéré le plus agréable à manipuler     . Et puis c'est un diamètre qui permet de voir tellement de choses dans le ciel !

Par contre attention, les tutos  et les bouquins, c'est une chose , la réalité une autre ! faudra peut être accepter des échecs et des retours en arrière . La parabolisation  et sa prise de mesure ne sont pas chose évidente !  On peut aussi faire une bouse (c'est du vécu!)! C'est bien d'être accompagné par quelqu'un présent physiquement (enfin... à plus d'un mètre   !   xD)

Mon conseil, tester le miroir dans le télescope avant de l'envoyer à l'aluminure ! ça fonctionne très bien (j'ai même pu voir M31 et ses satellites dans un 250 non aluminé  et la division de Cassini dans un 450 non aluminé non plus)

En tout cas, sacré satisfaction lors des premières lumières ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)
Il y a 3 heures, jensrien a dit :

J'ai fabriqué, j'ai testé et je peux affirmer que les mesures sont loin d’être fantaisistes (attention cependant à l'éclairage de la pièce, aux reflets éventuels y compris des pièces métalliques qui sont au dos du miroir quand celui ci n'est pas aluminé...)

 

Michel, Heureux de voir que tu t'adonnes toujours à d'ingénieux bricolages :)

Réussir un miroir c'est être sûr de sa qualité optique finale. Pour cela, il faut maîtriser une méthode de contrôle. Pour un débutant (et même pour d'autres) la maîtrise du test de Foucault classique n'est pas aussi évidente qu'il y parait. Le recours au logiciel Virtual Couder Screen constitue effectivement une solution qui permet de garantir un résultat sans grande expérience du contrôle et sans investissements démesurés. J'ai effectué un comparatif croisé Interféro Bath / VCS sur un 300 d'un copain du club et voici ce que cela donne (sur une méridienne) :

 

Comparaison_Foucault_Bath.jpg.a6e9de78bb77322b6f4eb1b045c83f0d.jpg

 

Pour en revenir à l'essentiel, je rejoins pleinement les propos de Jean Dijon : Les conditions essentielles de réussite de l'entreprise reposent sur la motivation et le goût de tâter du verre et sur la capacité à dégager du temps (notamment lors de la phase de parabolisation qu'il faudra réaliser dans un délai assez court).

 

Daniel

 

Edited by Daniel Palazy

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Daniel Palazy a dit :

la capacité à dégager du temps

c'est le gros écueil, il faut insister la dessus.

le témoignage plus haut de @J-Christophe est important également, si on n'est pas suffisamment sûr de ce qu'on mesure on va surtout expérimenter des déconvenues.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La construction (et l'utilisation) d'une petite machine du style Mirror-o-matic est-elle intéressante pour nous simplifier le travail ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour un 250, je ne pense pas. si le 100% manuel rebute, sur le site de charles rydel ou celui du gap il y a des exemples de réalisations de machines. un simple tour vertical peut aider aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour faciliter le test de Foucault, on peut aussi faire une série de photo à des positions régulièrement espacées du couteau (par exemple tous les 0,1mm d'aberration longitudinale) et traiter avec un logiciel pour retrouver la zone correspondante. C'est ce que fait foucault unmasked par exemple ( https://github.com/carlhitchon/Foucault-Unmasked )

J'avais testé avec un programme maison à l'époque où je taillais mes 360 et ça donnait des résultats très proches du foucault visuel classique mais sans se fatiguer.

 

il y a une heure, oliver55 a dit :

La construction (et l'utilisation) d'une petite machine du style Mirror-o-matic est-elle intéressante pour nous simplifier le travail ?

Ca dépend. Compte tenu du temps nécessaire pour faire un 250 à la main (les 100 à 120h annoncées par Jean Dijon me semblent assez réaliste), ça ne vaut pas le coup pour un seul miroir. Si on compte en faire plusieurs, on peut rentabiliser le temps passé à construire la machine. Si on fait des gros diamètres (>500mm), là ça devient presque indispensable à cause de la force physique nécessaire pour pousser un gros polissoir.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

je vais peut-être dire une hérésie car je suis béotien dans le domaine

peut-on reprendre un miroir gso et à quel stade pour le perfectionner ?

si c'est possible ça peut peut-être faire économiser au moins du temps, de l'argent ça reste à voir

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

oué mais quitte à se faire chier autant le faire pour de vrai lol 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut

Je te conseil vivement de te lancer si tu n'es pas du genre à vite renoncer;pour un premier miroir,il est bon de le faire à la main pour se familiariser avec les gestes,les courses.Si tu goûtes à la machine,tu risques de ne plus vouloir tourner en rond  autour comme un bourricot.

Mes encouragements 

Abdel

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord.Merci pour vos avis.

Je vais lire Texereau,Jean-Marc Lecleire et Norman Remer dont j'ai les livres et je vais me lancer pour mon premier miroir à la main.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, tournevase a dit :

peut-on reprendre un miroir gso et à quel stade pour le perfectionner ?

pour un premier miroir, c’est une hérésie !!!!! car le travail d'ébauche, de réunissage et de polissage est une période d'apprentissage incontournable. SI on n'a pas ces prérequis, il est illusoire reprendre une parabole !!!!!!! A ce stade, les gestes, la méthode DOIVENT être acquis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

je reformule dans un contexte plus général la question posée plus haut

quelqu'un expérimenté peut-il reprendre un miroir gso ou autre, sensé être fini, pour le perfectionner ?

à quel stade faudrait-il le reprendre, polissage, parabolisation, autre ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

cela dépends de la qualité du substrat et de la forme départ. le substrat doit avoir une épaisseur régulière et le dos plan. si tu as un gros défaut de non révolution il faut d'abord revenir vers une figure sans celui ci, ce qui prends du temps.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 minute ago, asp06 said:

le substrat doit avoir une épaisseur régulière et le dos plan

 

c'est à dire ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

plan comme plan, douci plan genre une flèche d'un dixième de mm grand maxi. l'épaisseur au bord idem. sinon c'est compter sur les épaisseurs de tissus/nappes/etc. intercalés entre le miroir et la table qui doivent compenser les défauts et ça c'est aléatoire (regarde dans le fil sur la bino de 600, @eroyer est intervenu au droit de trois vis qui faisaient une dépression dans le bois et une zone au polissage).

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, tournevase a dit :

peut-on reprendre un miroir gso et à quel stade pour le perfectionner ?

Pour un débutant, c'est vraiment se mettre la pression car on s'impose de réussir à faire aussi bien et même mieux.

Avec un peu d'expérience préalable, bien sur que c'est possible. Si pas de problème particulier sur la face arrière du miroir (en gros si elle est régulière) ce qui doit être le cas sur les miroirs du commerce je suppose, une fois l'aluminure enlevée, on peut repolir pour repartir d'une sphère et refaire juste la parabolisation en principe. Sur la planéité de la face arrière c'est extrêmement important sur un grand miroir mince (genre mes 600 de 39mm d'épaisseur), nettement moins sur un petit miroir épais (ex un 250 du commerce qui doit faire 35mm d'épais). D'autant plus qu'avec un petit miroir, on peut travailler en grande partie miroir dessus.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense partir sur un 250 qui fait 25 mm d'épaisseur. 30 maxi. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, tournevase a dit :

quelqu'un expérimenté peut-il reprendre un miroir gso ou autre, sensé être fini, pour le perfectionner ?

Oui, mais ce n'est pas la même démarche.

http://mirro-sphere.com/repolissage-optique-item.html

avec les tarifs (désolé pour la PUB mais il fait référence dans la profession)

Pour ceux qui pensent qu'ils n'y arriveront jamais, et j'en fait partie, et qui donc n'auront jamais la sensation rapportée de la première lumière de SON propre miroir, un GSO est un très bon rapport qualité prix, mais avec sans doute une variabilité de la qualité. Personnellement, je suis actuellement très satisfait de mon 400.

la deuxième étape plus onéreuse est de le faire repolir par un pro, sachant que le BK7 possède quelques contraintes de mise en température. Ce sera ma prochaine évolution.

la troisième pour les plus fortunés est de retourner sur le site cité plus haut et de choisir un modèle maison.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, JR45 a dit :

Je pense partir sur un 250 qui fait 25 mm d'épaisseur. 30 maxi. 

le parametre déini par couder pour  la flexion des miroirs est K= R^4/e^2 ou R est le rayon du miroir et e son epaisseur

Pour R=12.5cm et e=2.5cm  cela donne K=3900 ce qui se compense facilement avec un barillet (triangle ou autre) par contre cette meme flexibilité joue pendant la taille du miroir et nécessite des précautions importantes pour éviter l'astigmatisme (rotation du miroir d'un peu moins d'un quart de tour sur son support  tout les 1/4 d'heure pendant le polissage ) dos bien plan...

Pour R=12.5 et e =3cm  K=2700  c'est déja mieux donc pour éviter les difficultés je te conseille fortement 30 mini (plus épais serait mieux)

 

jean

Share this post


Link to post
Share on other sites

en fait c'est dangereux, tu vas le réussir et après tu vas te dire 250 c'est trop petit faut que je passe a 400 puis après 1m et ensuite tout le reste qui suit divorce perte d'emploi etc .... :)

 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/04/2020 à 12:02, jensrien a dit :

Pour éviter le problème,

Daniel Palazzi m'avait fait connaitre l'appareil de Foucault numérique à utiliser avec le logiciel "virtual couder screen"

https://www.observatory-solutions.com/vcs.html

 

Le 19/04/2020 à 12:27, jean dijon a dit :

Aujourd'hui après avoir essayé en visuel pour comprendre comment cela marche je te conseillerais l'utilisation de virtual couder https://www.observatory-solutions.com/vcs.html qui permet de faire des tests très reproductible (c'est payant mais loin d’être hors de prix).

 

Bonjour

 

Merci pour l'info, je vais essayé ça.

Mais quand je vois l'appareil de foucault de jensrien, le mien fait bricollé à coté, mes problèmes de mesures viennent peut être de là ?

 

A bientôt

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites

on peut faire un foucault avec très peu de matériel mais cela reste du qualitatif et les premières fois on détecte surtout des défauts évidents.

pour faire des mesures il faut bosser plus proprement et ce quelle que soit le test choisi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonjour,

 

Comme le dit asp06, il n'y a pas besoin d'une mécanique exceptionnelle pour faire un Foucault. Par contre, il est important d'avoir un instrument de mesure du déplacement du chariot le plus précis possible. Pour ma part, j'utilise cette jauge adaptée et fixée au chariot :

 

https://fr.aliexpress.com/item/4000244441207.html?spm=a2g0o.productlist.0.0.3f1a1f19xrsTnD&algo_pvid=2a89db8a-8f2d-400f-a315-260aee1b1ea6&algo_expid=2a89db8a-8f2d-400f-a315-260aee1b1ea6-4&btsid=0b0a050b15878068382945331e5c65&ws_ab_test=searchweb0_0,searchweb201602_,searchweb201603_

 

Elle permet un déplacement de 25 mm ce qui est largement suffisant pour des miroirs classiques.

 

Daniel

Edited by Daniel Palazy

Share this post


Link to post
Share on other sites

hello @Daniel Palazy, tu as pu comparer les mesures de cette jauge avec d'autres produits plus classiques?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Alain,

Oui avec un comparateur mécanique : les résultats étaient bons. Ensuite, je ne suis pas sûr que la production soit parfaitement homogène sur ce type de produit ...

Le comparatif avec le Bath donné plus haut a été mesuré avec cette jauge.

 

Daniel

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now