pikapaper

Métier dans l’astronomie

Recommended Posts

Bonjour je souhaite faire astrophysicien de préférence mais c’est compliqué car je sais que j’en ai les capacités mais j’ai eu une scolarité compliquée et je sais qu’il faut faire un bac s pour faire astrophysicien et c’est compliqué d’y être sélectionné donc je voulais savoir si il y avait un métier dans l’astronomie accessible pour moi merci d’avance

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bonjour et bienvenue !

 

Bravo pour ce sympathique projet.

 

Attention, en France il n'y a que très peu de places de chercheur. En astronomie / astrophysique cela ce compte

sur les doigts de deux mains, maximum, chaque année.

 

Il faudrait nous préciser le niveau actuel, car, me semble-t-il, on ne donnerait pas les mêmes indications à un

collégien  qui explore quelques voies ou à un lycéen qui va obtenir le bac et qui s'interroge sur les filières...

 

La distinction importante, à mon avis, est à faire entre études longues ( plus de 8 ans après le bac !!) qu'il faudra

financer, sans emploi stable... et études courtes ( BTS/ DUT..) donnant accès à d'autres types d'emploi.

 

En France toujours, un chercheur a, généralement, suivi l'une ou l'autre de ces deux voies :

- la Fac : le cursus est Licence Master Doctorat ( on dit "LMD" dans le jargon ;) ) suivi presque toujours de

genre de CDD que l'on nomme "post doc" souvent à l'étranger. Bien noter que cela amène à bac+ 8 avant

d'espérer postuler ( je dis même pas "obtenir"..) un emploi.

-des "grandes écoles" : c'est une spécificité française, on prépare ces écoles après le bac dans les fameuses

"classes préparatoires" ( CPGE) en 2 années généralement après le bac. Ensuite on présente des "concours" pour

espérer entrer dans ces écoles : Polytechnique(X) , ENS (normale sup), Centrale...etc

 

Le but est de passer et d'obtenir un "doctorat" puis de postuler( encore sur "concours") pour un poste de chercheur.

Inutile de dire qu'il y a très peu d'élus, à la fin, pour le nombre de jeunes au départ juste après le bac... Par exemple

il doit y avoir, à ce jour, 40 doctorants en astrophysique pour moins de 10 postes à pourvoir.

 

Il y a , par ailleurs, un grand nombre  d'ouvriers, de techniciens, d'ingénieurs, qui travaillent "pour" l'astronomie, pour

la recherche en général , dans les entreprises qui développent et construisent les instruments utilisés par les

chercheurs. Ces emplois sont de tous niveaux BTS, DUT, écoles d'ingénieurs, etc.. Les observatoires, les instituts

de recherche emploient aussi de nombreux techniciens, ingénieurs, administratifs, etc J'ai connu un excellent

jardinier dans un observatoire.

 

On peut lire pour commencer à se documenter :

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/astrophysicien-astrophysicienne

http://www.obs-hp.fr/visites/carriere-astro.shtml

https://ufe.obspm.fr/Master/

https://www.oca.eu/fr/master

 

Il faut :):) être très bon en anglais, avoir une bonne culture en lisant plein de livres, plein de revues, ( Scientific

american, La Recherche, Pour la Science, en ne se limitant absolument pas à l'astronomie !)

il faut faire des stages de langues en Angleterre, des stages en entreprise tous les mois de juillet

il faut rester curieux, et ne pas avoir peur de changer de voie quand on s'apercevra que la recherche ne paye

pas très bien pour ...10 années d'étude après le bac et qu'un bon CAP de plombier est bien plus vite obtenu et

paye....beaucoup plus :):)

 

Pour celle ou celui qui aura eu un parcours très atypique, du genre : je suis déscolarisé depuis 10 ans, et j'ai

juste enchaîné les petits boulots sympa. Est-ce que je peux espérer.. ?" , ce n'est pas sur un forum où on ne

connait pas qui pose la question ni qui répond, que l'on aura une "bonne" réponse..Les parents, les enseignants

sont ceux qu'il faut interroger !

 

Bien sûr, attendre d'autres avis

Bonne chance

Edited by bruno beckert
ortho :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Effectivement, il n'y a pas que des places de chercheurs. Je me souviens avoir rencontré l'année dernière un astram qui, si j'ai bien compris, n'a pas eu un parcours initial fabuleux (il va se reconnaître et j'espère qu'il ne m'en voudra pas). Devant sa réalisation , elle concernait un interféromètre de Mickelson, mes bras en sont tombés et lui de glorifier la mécanicienne de son labo qui avait réalisé un fort joli ... Carter ! L'intérieur et donc toute l'optique était du cru de l'astram ... Je suis parti me restaurer en pensant : et le bougre ne se rend pas compte de sa performance :) . Encore aujourd'hui, je suis ébloui.

Au plaisir de le revoir.

Norma

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir:

 

Ta question revient de temps en temps ici sur ce forum et d'autres.

 

Il faut être obsédé par l'astronomie, plus qu'une passion.

En aucun cas voulant te décourager, bien le contraire.

Sans aucun doute tu dois bien aimer les sujets académiques et scientifiques.

 

Il y a une matière primordiale que tu peux apprendre dès maintenant c'est l'anglais, tu trouveras des leçons gratuites sur l'internet, et puis écouter sans arrêt la radio anglaise ou mieux  irlandaise, les Chinois apprennent  l'anglais se servent de l'accent irlandais qui est plus simple.

 

Le "vrai" accent anglais connu sous le nom de "Received Pronunciation" est parlé par moins de 2%.

Même si tu n'iras jamais à l'étranger tu auras besoin de l'anglais pour lire les papiers, articles, publications scientifiques. Et  puis un jour ce sera toi qui publira tes recherches--et je l'espère bien.

 

Bon courage et stay safe and healthy.

 

ps. Georges le Maître avait publié "the Big Bang Theory" en français ce qui a pris  un certain temps avant d'être reconnu. Et pourtant, lui, Hubble et Einstein étaient ensemble sur Mount Wilson--si je ne me trompe pas?

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 hours ago, ndesprez said:

Au plaisir de le revoir.

 

Tu es trop gentil Norma :) Mais la performance instrumentale est juste une question de travail et d'outillage. Rendons à César ce qui est à César, la mécanicienne avait conçu le premier modèle, j'ai juste reproduit ce qu'elle avait fait et réutilisé la pièce Carter qu'elle avait réalisée. Pour le reste de la poutre de Michelson, c'est juste du bricolage amateur un peu tordu :) .....

Je me ferai un plaisir d'amener à nouveau tout ça (en version améliorée pour faire des mesures complètes) aux RAAGSO cette année, si elles peuvent se dérouler. Peut être aux RCE aussi.

 

Mais pour en revenir au sujet, en effet, il y a d'autre métiers liés a l'astronomie. Instrumentalistes, électroniciens, mécaniciens, informaticiens spécialisés en calcul, sont des métiers qui peuvent être mis en application dans un observatoire. Non pour faire de l'astro pure, mais pour fabriquer les instruments, qui permettent les observations.

Perso j'ai un cursus d'électronicien que j'ai poussé assez loin pour avoir un profil de chercheur (j'ai une thèse en électronique). Mais la recherche dans ce domaine ne m'intéressait que partiellement, j'ai donc postulé ensuite sur des postes d'ingénieur de recherche au CNRS et j'en ai décroché un au bout d'un certain temps. Depuis je collabore avec des astronomes pour la définition et la réalisation d'instruments dédiés à l'astro (mais pas que, je suis dans un labo de physique à la base).

J'ai un tas d'exemple dans mes collègues qui bossent dans le domaine de l'astronomie. Au labo d'astrophysique de Bordeaux (voisin de mon labo de physique), je connais 3 électroniciens et un mécaniciens ayant (entre autre) réalisé l'électronique de contrôle de la Chemcam du rover Curiosity par exemple. Ou les autocorrélateurs du radiotélescope ALMA.

Dans les domaines techniques liés a l'astro pro, il y a pas mal de voies possibles.

Une autre voie est aussi la planétologie, à laquelle ont peut accéder via une formation de géologue (j'ai 2 exemples dans mes copains pro).

Le tout c'est d'être passionné, motivé, et un brin têtu, car la concurrence en astronomie pure est extrêmement rude (cela a déjà été dit plus haut).

 

Bernard

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux aussi bosser avec le public. La médiation astro c'est l'éclate.

Par contre c'est hyper dur de trouver une place stable quelque part.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now