Recommended Posts

Salut à tous !

 

Le beau temps a perduré, cette semaine, alors je poursuis mes observations :) Cette fois, une jolie galaxie dans l'ombre de M 106, bien que toutes deux doivent certainement être observables ensemble aux oculaires grands champs.

 

NGC 4217 présente de nombreuses caractéristiques des galaxies vues par la tranche présentant une bande d'absorption ; ce que confirment les photos. Je suppose qu'il faut être doté d'un télescope d'au moins 300 mm de diamètre pour commencer à la percevoir. Cela n'a en tout cas pas été mon cas à 200 mm.

 

Il faut trouver le juste grossissement ; suffisant pour écarter quelques étoiles gênantes, mais pas trop au risque de voir disparaître les extensions de la galaxie.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200518/ngc-4217

 

Objet : NGC 4217
Type : Gx
Constellation : Chiens de chasse

 

AD : 12h 15' 51"
Déc. : +47° 05' 22"

 

- Date, heure, durée : 18/05/2020, 21:48 TU, 1:03
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent moyen, 13,5 °C
- T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Gx effilée vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3' × 0,3'.
    
    Une zone centrale oblongue de luminosité L2 légèrement excentrée vers le NO est entourée d'une couronne très effilée de luminosité L1 aux limites plutôt nettes.
    
Remarques :
    Une étoile de mV 11,8 est située à 1', PA 5, de NGC 4217 ; toute proche du bulbe central.
    L'étoile de mV 14,8 située à 1,8', PA 232, est sur le prolongement de l'axe galactique.
    L'étoile de mV 7,4 située à 6,2', PA 285, apparaît jaune-dorée.

 

large.5ec8cfe6ae128_NGC4217-T200.png.9620d7afafedd5863955b440b19fce85.png

  • Like 8

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Joli dessin :)

C'est sympa d'avoir dessiné cette galaxie, car la plupart du temps, c'est sa voisine géante M106 qui lui vole la vedette.

NGC 4217 est pourtant très esthétique, située dans un environnement d'étoiles brillantes.

Je l'ai déjà observée quelques fois au T305, mais je ne suis jamais parvenu à voir la bande de poussières visible sur les photos. Il faudrait un diamètre plus important je pense.

 

Edited by yves65
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cyp,

 

très belle représentation de 4217.

Je trouve que cette galaxie est un petit bijou, elle est comme un trait de lumière qui s'infiltre entre une poignée d'étoiles brillantes.

La bande de poussière est visible dans 400mm où elle apparait comme une M104 mais en plus aplatie.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous pour vos commentaires et compléments d'observation !

 

@yves65, intéressante ton observation. Vue celle de @fred-burgeot, peut-être que la bande d'absorption est à tenter avec 350 mm ?

 

C'est vrai que l'environnement de la galaxie rend son observation encore plus belle.

 

Intéressante la remarque de Fred concernant la similitude avec M 104 car @Bertrand13 fait la même dans ses notes d'observation. À 200 mm, la ressemblance n'est pas encore perceptible :)

 

Edited by Cyp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, eh non pas de bande sombre pour moi au T300 ! Mais ces bandes sont un sacré "problème" dans les diamètres médians comme cela. Elle dépendent :

- de la transparence,  hauteur de l'astre sur l'horizon et du grossissement employé, d'après expérience sur NGC 4565

- d'un aspect psychologique (comme nombre d'autres détails d'ailleurs !). Hier soir je me suis pris un râteau sur NGC 4762, superbe fuseau par la tranche. Pensant que cette caractéristique pouvait être présente sur un tel objet, j'ai vraiment cru voir une bande sombre alors qu'il n'y en a pas sur les photos !

Et cette semaine sous un ciel d'une grande limpidité sur les plateaux perdus de Haute Loire, j'ai vu pour la première fois la bande de NGC 3628 à la FC-100 mm, mais sachant qu'elle existait ...

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, il faut vraiment se méfier des a prioris ou potentiels souvenirs que l'on a d'un type d'objet, d'un objet précis ou d'une de ses photo. Faut vraiment essayer d'en faire abstraction et tenter de l'observer avec un regard neuf de tout soupçon. En cas de doute, il faut insister et essayer de multiplier les ressentis et sensations de voir certains détails, sans forcément trop se focaliser dessus, toujours en essayant de garder une vue d'ensemble. À trop se focaliser sur un détail en particulier, on risque souvent de ne plus rien voir du tout. Faut rester détendu et ne pas se crisper ni se frustrer de ne pas parvenir à correctement décortiquer certaines zones. C'est étonnant comme les détails les plus discrets se révèlent souvent à moi alors que je ne cherche pas à les trouver, que je suis concentré sur une autre tâche, comme le placement d'étoiles faibles ou la description d'une autre structure.

 

Faut être d'autant plus patient lorsque les détails sont nombreux et ont tendances à se mélanger, comme cela a récemment été le cas pour moi avec NGC 4449. C'est que j'ai pas l'habitude, moi, à 200 mm d'un tel feu d'artifice ! Faut savoir rester zen :)

 

Y a pas à dire, l'observation astro, c'est un sport de haut niveau :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, 4449 abonde de détails !

Pour la perception de détails, y a plusieurs écoles : celle que tu mentionnes concernant la plus grande objectivité possible et un regard vierge, mais aussi celle de vérifier photo à l'appui à l'oculaire ce que l'on voit.

Pour le moment j'utilise plutôt la première, dans mon tour actuel des constellations. Ayant bientôt épuisé le stock des objets pas trop exotiques, en plus de me lancer dans des listes plus hors-normes, je vais aussi m'orienter sur des observations moins systématiques, mais plus fouillées, de quelques objets seulement par soir. A cet effet je dois avouer qu'en plus du coup de pouce du dessin pour fouiller au max les détails, d'un jeu patient de chaque grossissement, je compte utiliser une photo pour m'aider à confirmer les plus extrêmes détails. En effet, à 300 j'ai souvent l'impression frustrante d'être à la frontière d'en voir bien plus ...grossissement inadapté ? passage trop rapide sur chaque objet pour privilégier l'exhaustivité ? Je pense qu'une photo regardée après avoir observé dans les grandes lignes et posé le principal sur dessin, pourrait ainsi m'aider à multiplier le nombre de détails perçus pour les confirmer ...en attendant de pouvoir emmener le 300 sous le ciel des Alpes ou de Haute-Loire ! :D

Il ne s'agit bien sûr pas de se laisser influence et totalement guider par la photo, mais juste de l'utiliser comme un coup de pouce final après avoir cerné déjà longuement  le potentiel de l'objet d'après la première méthode (sans influence externe)

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, etoilesdesecrins a dit :

Il ne s'agit bien sûr pas de se laisser influence et totalement guider par la photo, mais juste de l'utiliser comme un coup de pouce final après avoir cerné déjà longuement  le potentiel de l'objet d'après la première méthode (sans influence externe)

 

Ne serait-ce qu'avec l'observation des groupes Hickson, on se rend bien compte qu'une carte de champ (qui peut être une photo) permet de voir ce qu'on ne serait pas aller chercher sans elle. Et je dis bien "voir", pas "deviner" :)

Souvent on se concentre sur la zone où il y a les tachouilles les plus facilement visibles et on ne soupçonne même pas les tachouilles plus faibles un peu plus loin qui sont pourtant détectables.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

 

Je suis bien d'accord sur l'utilité potentielle d'une référence cartographique ou photographique. Encore plus dans le cas énoncé par @fred-burgeot des amas de galaxies. Je ne dis pas que y avoir recours va forcément nous faire imaginer avoir vu le détail représenté. En fait, ça conforte presque ce que je disais plus haut. Si on a recours à un tel support, il faut d'autant plus s'efforcer, une fois à l'oculaire, de rester le plus neutre possible et faire fi de tout préjugé. Ce n'est pas parce que telle zone nous paraît devoir être visible à l'oculaire qu'elle le sera forcément, ni que telle autre extension a priori moins marquée sur la photo ne sera pas visible à l'œil. Je pense qu'il faut plus le voir comme un guide global. Connaître l'existence et la position des détails est une chose ; rester la rétine rivée pendant de longues minutes à l'endroit exact de ce qui devrait être vu à attendre le moindre glimpse ou sursaut chimique aléatoire de la rétine pour ensuite noter que le détail à été perçu en est une autre. M'est avis que mieux on « connaît » un objet, plus l'effort a produire pour rester un maximum détaché de ce que l'on croit connaître devrait être important. Garder l'esprit critique, en somme.

 

L'aide apportée est certainement indéniable. Surtout lorsque les détails potentiels sont nombreux. J'en reviens à mon observation de NGC 4449 que je posterai bientôt. Les nombreux détails semblaient s'emmêler et brouillaient la vue ; ils requièrent un certain effort pour les positionner au mieux. Avec l'aide d'une photo de référence, l'esprit doit certainement être mieux armé pour démêler la pelote.

 

Attention cependant aux nombreux détails que l'on trouve sur les photos d'aujourd'hui. Les images sont quasi toutes composites. L'usage d'un filtre Ha couplé à des poses plus longues permet de faire fortement ressortir les régions HII d'une galaxie. Sans parler de la différence de sensibilité en longueur d'onde de l'œil. Également, l'usage de traitements cosmétiques permettant de faire ressortir les faibles lueurs et abaisser les hautes lumières augmente fortement la dynamique des photos et lisse énormément les zones de contraste. Bref, ne vaudrait-il en fait pas mieux une bonne vieille pose photo argentique d'époque comme référence plutôt que les magnifiques images modernes ? :) Malheureusement, ces bonnes vieilles photos d'époque surexposent souvent le cœur des objets plus facilement visible à l'oculaire pour justement faire apparaître les extensions plus faibles...

 

Il faut aussi savoir garder un certain détachement lorsqu'on a lu beaucoup de CROA d'un objet dans différents diamètres instrumentaux. Si cette galaxie présente une bande d'absorption visible au T600, au T500, au T400, au T350 mais pas au T300 et au T200, suis-je un mauvais observateur si je ne la vois pas avec mon T450 ? Du coup, on insiste, on espère, puis on croit l'avoir vu. Peut-être que c'est vrai, d'ailleurs. Quelle influence l'envie de voir ce détail a-t-elle eu ?

 

Ça fait quand même beaucoup de questions :) À titre tout à fait personnel et une fois à l'oculaire, je n'ai pas vraiment envie de m'embêter avec elles. Du coup, ma solution de facilité et d'en savoir le moins possible :) Mais je ne m'interdirai certainement pas d'avoir recours à l'un de ces supports si le besoin venait à se faire sentir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bel exemple encore hier soir lors d'une des probables dernières sorties de CP avant l'été ...Démêler la pelote, c'est exactement ça ! Sur des galaxies faciles de Virgo, mag 10 à 11, on ressent un léger magma de détails potentiels ou bien là, mais difficiles à confirmer ou localiser, sur lesquels une photo aiderait à statuer. Sans me souvenir de l'aspect de certaines de ces galaxies déjà vues à la lunette, j'ai parfois bien trouvé le bon détail, mais parfois inventé ds trucs qui n'existaient pas ! Le bandes sombres sont un beau sujet de telles incertitudes sur les longs fuseaux !

Et puis, fatigué en fin de sortie, ne connaissant pas du tout le diamètre minimum pour le jet de M87, j'ai voulu le tenter et cru le confirmer en VI5 à 270 X sauf qu'il n'était pas au bon endroit et surtout hors de portée de mon diamètre. Par contre, ce que j'ai vu pourrait bien concerner les 2 petites tâches nébuleuses de UGC 7652, mais sans dessin point de confirmation !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il paraît que certains auraient vu le disque d'accrétion autour du trou noir central de M 87... :ph34r:^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

xD:D

 

Ma problématique est bien illustrée p 492 / 493 d'Astrodessins tome 2. En parlant du jet "attention de ne pas le confondre avec deux nodosités proches du corps galactique qui sont des galaxies lointaines en arrière plan" qui sont annotées A et B sur la figure 4, et bien visibles sur la figure 2. En fait ce n'était qu'une infime irrégularité très floue et mal définie, unie, devinée env 10 % du temps, quasi fantômatique mais bien dans la direction SO.

 

Bon allez j'arrête le HS

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By teko38
      Bonjour
      Une NGC2943 imagée par erreur au lieu de NGC2903
      Je ne l’ai pas mise à la poubelle car il y a des petites curiosités
      NGC 2933 et NGC 2934 en bas
      NGC 2943 Nuit 13 au 14 Avril 2021
      Temps de poses global 1H30 avec DOF
      Temps de pose unitaire :  180 sec
      Nombre de pose unitaires : 30
      Gain 120
      Température cooling -5  deg
      Offset cam : 30
      Instrument de prise de vue : C8 EDGE FD 7
      Camera de prise de vue : ASI294MC pro IR cut
      Instrument de guidage : DO ZWO
      Camera de guidage : asi290 mini
      Monture : AZEQ6 en mode eqmode
      Soft  ASIAIR  SIRIL
      Lieu de prise de vue:  BACKYARD ISERE FRANCE
      Cdt Daniel
      Les voisines 2933 2934
      http://cseligman.com/text/atlas/ngc29.htm#2933
       

    • By NicoF
      Bonsoir
       
      Je vous propose une petite contribution M81 / M82 et quelques unes de leur lointaines voisines.
       
      Matériel : TS 61 EDPH + correcteur de champ sur + A7S sur star adventurer
      Pose 30s unitaire, 5h30 cumulé
      Ciel superbe, clair, sans pollution et sans lune comme je n'en avais pas eu depuis longtemps.
       
      Une petite astuce sur cette photo pour obtenir ce coma très artistique sur les bords avec un correcteur de champ : Il suffit de prendre la mauvaise bague et de décaler ainsi le backfocus
       
      Bonne soirée,
       
      Nicolas
       

       

    • By Bigcrunch
      bonsoir,

      je persiste  avec ce setup la lunette SW80/600mm et le boitier XT2 fuji..

      ça progresse bien je trouve...
       
      toujours des poses (361) de 30 s à 6400ios..
      traitement PI of course
       
      bonne soirée
       
      Olivier



    • By LucaR
       Les galaxie de Bode (M81) et du Cigare (M82) sont deux galaxies spirales (M82 est vue par la tranche) d'assez petite taille (comparée à la Voie Lactée) qui se dansent autour l'une l'autre à environs 11 à 12 millions d'années lumières de nous - ce qui est assez proche. On pense qu'elles se sont télescopées il y a plusieurs centaines de millions d'années. Les effets gravitationnels  de l'une sur l'autre conduisent à de telles perturbations dans les nuages de gaz et poussières que la création d'étoile en est exacerbée, surtout dans M82 qui est particulièrement active et rendue bien plus brillante que la Voie Lactée (pour un observateur extérieur bien sûr), alors qu'elle est plus de deux fois plus petite. Certains de ces gaz et poussières bouillonnants sont visibles en de minces filaments de couleur rougeâtre.
       
      La première photo montre ces deux galaxies "de près", prises à la lunette. La deuxième, prise au téléobjectif Samyang 135mm avec beaucoup plus de lumière, nous permet de prendre du recul et de constater les volutes de nuages de gaz et poussières qui parsèment notre propre galaxie en premier plan, et qu'on nomme IFN. Ils sont très sombres car aucune étoile proche ne les éclaire, seule la lumière environnante de la galaxie permet de les apercevoir. Il faut donc poser très longtemps pour y parvenir même avec un objectif très lumineux - ici plus de 7h de poses ont été cumulées.
       

       
      EDIT 10/04/21: nouvelle version de la deuxième:
       

       
      (Ancienne version: https://storage.googleapis.com/dso-browser.com/astrophotography/picture-8160a1405cc511efad6d640b61179a8e-original.png )
       
       
      Première photo: 115x90s=2h52 à ISO800 sans filtre sur Canon 650D (APS-C) défiltré partiel, APO triplet 102 f/5 avec réducteur, monture AZEQ6, guidage chercheur + Zwo ASI178mc, Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, lune à 60% environ en début de nuit.
       
      Deuxième photo: 291x90s = 7h16 sur trois nuits en mars et avril, Samyang 135mm F2 sur Canon 650D non défiltré les deux premières nuits/défiltré partiel la dernière nuit, monture Star Adventurer, pas de guidage, KStars/Ekos sur Stellarmate, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, pas de lune.
       
      Note: les galaxies de la première photo ont été utilisées dans la deuxième avec des caches pour une meilleurs définition et moins de saturation.
       
      J'avais déjà ciblé ce couple à mes tous débuts il y a quelques mois avec le même matériel, c'était même ma deuxième photo:
       
       
      J'ai parcouru un peu de chemin depuis... :-)
       
       
      EDIT du 14/04/2021: 
       Lol, il apparait qu'une supernova m'a fait du photo-bombing sur cette image dites donc 😄
       
      C'est là dans NGC 3147 :
       


      Il s'agit de SN2021hpr découverte le 2 avril dernier par Koichi Itagaki  au Japon. Zoom + animation GIF avec DSS:



      Bon vu la différence de définition c'est pas flagrant, mais si on regarde bien elle est bien là 🙂
       
    • By Christophe H
      Bonjour à tous,
       
      Je profite d'une conjonction entre un ciel clair et mes congés.
      Pour débuter la soirée, j'ai pointé le SW254/1200 sur Mars. Les captures sont faites à l'ASI 120 mm-s en RVB. L'image est agrandie par une Barlow x3. Pour chaque filtre coloré, les vidéos sont de 1 minute. 
      Les 33 minutes de vidéo sont convertis en images montées en gif. Taille de 1,5x l'acquisition.
       

       
      C'est pas folichon sans compter qu'à cette heure, Mars ne montre pas des tonnes de détails.
       
      La soirée se poursuit par du ciel profond avec la caméra Starlight SX9, sa roue à filtre un correcteur de coma.
      Je démarre par un trio du Lion, M105 et compagnie. Les poses sont de 5 minutes sur 3h.
       

      Ben et la couleur? J'ai merdé, au lieu de faire 1,5h en luminance, et 0,5h par filtre coloré, tout a été fait en Luminance! J'ai soupçonné un moment un problème de connexion USB. Du coup, je débranche la caméra, quitte le programme de capture, rebranche et relance des captures cette fois sur M60 pour 3h de pose de 5 minutes.
       

       Ben et la couleur? Pas mieux. Je pense avoir trouvé la solution, la roue à filtre sélectionnée était un simulateur! Tout s'explique.
       
      Comme la caméra est restée en place, je tente la couleur la nuit qui vient.
       
      Bonne journée.
  • Upcoming Events