Recommended Posts

Salut à tous !

 

Le beau temps a perduré, cette semaine, alors je poursuis mes observations :) Cette fois, une jolie galaxie dans l'ombre de M 106, bien que toutes deux doivent certainement être observables ensemble aux oculaires grands champs.

 

NGC 4217 présente de nombreuses caractéristiques des galaxies vues par la tranche présentant une bande d'absorption ; ce que confirment les photos. Je suppose qu'il faut être doté d'un télescope d'au moins 300 mm de diamètre pour commencer à la percevoir. Cela n'a en tout cas pas été mon cas à 200 mm.

 

Il faut trouver le juste grossissement ; suffisant pour écarter quelques étoiles gênantes, mais pas trop au risque de voir disparaître les extensions de la galaxie.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200518/ngc-4217

 

Objet : NGC 4217
Type : Gx
Constellation : Chiens de chasse

 

AD : 12h 15' 51"
Déc. : +47° 05' 22"

 

- Date, heure, durée : 18/05/2020, 21:48 TU, 1:03
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent moyen, 13,5 °C
- T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Gx effilée vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3' × 0,3'.
    
    Une zone centrale oblongue de luminosité L2 légèrement excentrée vers le NO est entourée d'une couronne très effilée de luminosité L1 aux limites plutôt nettes.
    
Remarques :
    Une étoile de mV 11,8 est située à 1', PA 5, de NGC 4217 ; toute proche du bulbe central.
    L'étoile de mV 14,8 située à 1,8', PA 232, est sur le prolongement de l'axe galactique.
    L'étoile de mV 7,4 située à 6,2', PA 285, apparaît jaune-dorée.

 

large.5ec8cfe6ae128_NGC4217-T200.png.9620d7afafedd5863955b440b19fce85.png

  • Like 8

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Joli dessin :)

C'est sympa d'avoir dessiné cette galaxie, car la plupart du temps, c'est sa voisine géante M106 qui lui vole la vedette.

NGC 4217 est pourtant très esthétique, située dans un environnement d'étoiles brillantes.

Je l'ai déjà observée quelques fois au T305, mais je ne suis jamais parvenu à voir la bande de poussières visible sur les photos. Il faudrait un diamètre plus important je pense.

 

Edited by yves65
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cyp,

 

très belle représentation de 4217.

Je trouve que cette galaxie est un petit bijou, elle est comme un trait de lumière qui s'infiltre entre une poignée d'étoiles brillantes.

La bande de poussière est visible dans 400mm où elle apparait comme une M104 mais en plus aplatie.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous pour vos commentaires et compléments d'observation !

 

@yves65, intéressante ton observation. Vue celle de @fred-burgeot, peut-être que la bande d'absorption est à tenter avec 350 mm ?

 

C'est vrai que l'environnement de la galaxie rend son observation encore plus belle.

 

Intéressante la remarque de Fred concernant la similitude avec M 104 car @Bertrand13 fait la même dans ses notes d'observation. À 200 mm, la ressemblance n'est pas encore perceptible :)

 

Edited by Cyp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, eh non pas de bande sombre pour moi au T300 ! Mais ces bandes sont un sacré "problème" dans les diamètres médians comme cela. Elle dépendent :

- de la transparence,  hauteur de l'astre sur l'horizon et du grossissement employé, d'après expérience sur NGC 4565

- d'un aspect psychologique (comme nombre d'autres détails d'ailleurs !). Hier soir je me suis pris un râteau sur NGC 4762, superbe fuseau par la tranche. Pensant que cette caractéristique pouvait être présente sur un tel objet, j'ai vraiment cru voir une bande sombre alors qu'il n'y en a pas sur les photos !

Et cette semaine sous un ciel d'une grande limpidité sur les plateaux perdus de Haute Loire, j'ai vu pour la première fois la bande de NGC 3628 à la FC-100 mm, mais sachant qu'elle existait ...

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, il faut vraiment se méfier des a prioris ou potentiels souvenirs que l'on a d'un type d'objet, d'un objet précis ou d'une de ses photo. Faut vraiment essayer d'en faire abstraction et tenter de l'observer avec un regard neuf de tout soupçon. En cas de doute, il faut insister et essayer de multiplier les ressentis et sensations de voir certains détails, sans forcément trop se focaliser dessus, toujours en essayant de garder une vue d'ensemble. À trop se focaliser sur un détail en particulier, on risque souvent de ne plus rien voir du tout. Faut rester détendu et ne pas se crisper ni se frustrer de ne pas parvenir à correctement décortiquer certaines zones. C'est étonnant comme les détails les plus discrets se révèlent souvent à moi alors que je ne cherche pas à les trouver, que je suis concentré sur une autre tâche, comme le placement d'étoiles faibles ou la description d'une autre structure.

 

Faut être d'autant plus patient lorsque les détails sont nombreux et ont tendances à se mélanger, comme cela a récemment été le cas pour moi avec NGC 4449. C'est que j'ai pas l'habitude, moi, à 200 mm d'un tel feu d'artifice ! Faut savoir rester zen :)

 

Y a pas à dire, l'observation astro, c'est un sport de haut niveau :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, 4449 abonde de détails !

Pour la perception de détails, y a plusieurs écoles : celle que tu mentionnes concernant la plus grande objectivité possible et un regard vierge, mais aussi celle de vérifier photo à l'appui à l'oculaire ce que l'on voit.

Pour le moment j'utilise plutôt la première, dans mon tour actuel des constellations. Ayant bientôt épuisé le stock des objets pas trop exotiques, en plus de me lancer dans des listes plus hors-normes, je vais aussi m'orienter sur des observations moins systématiques, mais plus fouillées, de quelques objets seulement par soir. A cet effet je dois avouer qu'en plus du coup de pouce du dessin pour fouiller au max les détails, d'un jeu patient de chaque grossissement, je compte utiliser une photo pour m'aider à confirmer les plus extrêmes détails. En effet, à 300 j'ai souvent l'impression frustrante d'être à la frontière d'en voir bien plus ...grossissement inadapté ? passage trop rapide sur chaque objet pour privilégier l'exhaustivité ? Je pense qu'une photo regardée après avoir observé dans les grandes lignes et posé le principal sur dessin, pourrait ainsi m'aider à multiplier le nombre de détails perçus pour les confirmer ...en attendant de pouvoir emmener le 300 sous le ciel des Alpes ou de Haute-Loire ! :D

Il ne s'agit bien sûr pas de se laisser influence et totalement guider par la photo, mais juste de l'utiliser comme un coup de pouce final après avoir cerné déjà longuement  le potentiel de l'objet d'après la première méthode (sans influence externe)

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, etoilesdesecrins a dit :

Il ne s'agit bien sûr pas de se laisser influence et totalement guider par la photo, mais juste de l'utiliser comme un coup de pouce final après avoir cerné déjà longuement  le potentiel de l'objet d'après la première méthode (sans influence externe)

 

Ne serait-ce qu'avec l'observation des groupes Hickson, on se rend bien compte qu'une carte de champ (qui peut être une photo) permet de voir ce qu'on ne serait pas aller chercher sans elle. Et je dis bien "voir", pas "deviner" :)

Souvent on se concentre sur la zone où il y a les tachouilles les plus facilement visibles et on ne soupçonne même pas les tachouilles plus faibles un peu plus loin qui sont pourtant détectables.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

 

Je suis bien d'accord sur l'utilité potentielle d'une référence cartographique ou photographique. Encore plus dans le cas énoncé par @fred-burgeot des amas de galaxies. Je ne dis pas que y avoir recours va forcément nous faire imaginer avoir vu le détail représenté. En fait, ça conforte presque ce que je disais plus haut. Si on a recours à un tel support, il faut d'autant plus s'efforcer, une fois à l'oculaire, de rester le plus neutre possible et faire fi de tout préjugé. Ce n'est pas parce que telle zone nous paraît devoir être visible à l'oculaire qu'elle le sera forcément, ni que telle autre extension a priori moins marquée sur la photo ne sera pas visible à l'œil. Je pense qu'il faut plus le voir comme un guide global. Connaître l'existence et la position des détails est une chose ; rester la rétine rivée pendant de longues minutes à l'endroit exact de ce qui devrait être vu à attendre le moindre glimpse ou sursaut chimique aléatoire de la rétine pour ensuite noter que le détail à été perçu en est une autre. M'est avis que mieux on « connaît » un objet, plus l'effort a produire pour rester un maximum détaché de ce que l'on croit connaître devrait être important. Garder l'esprit critique, en somme.

 

L'aide apportée est certainement indéniable. Surtout lorsque les détails potentiels sont nombreux. J'en reviens à mon observation de NGC 4449 que je posterai bientôt. Les nombreux détails semblaient s'emmêler et brouillaient la vue ; ils requièrent un certain effort pour les positionner au mieux. Avec l'aide d'une photo de référence, l'esprit doit certainement être mieux armé pour démêler la pelote.

 

Attention cependant aux nombreux détails que l'on trouve sur les photos d'aujourd'hui. Les images sont quasi toutes composites. L'usage d'un filtre Ha couplé à des poses plus longues permet de faire fortement ressortir les régions HII d'une galaxie. Sans parler de la différence de sensibilité en longueur d'onde de l'œil. Également, l'usage de traitements cosmétiques permettant de faire ressortir les faibles lueurs et abaisser les hautes lumières augmente fortement la dynamique des photos et lisse énormément les zones de contraste. Bref, ne vaudrait-il en fait pas mieux une bonne vieille pose photo argentique d'époque comme référence plutôt que les magnifiques images modernes ? :) Malheureusement, ces bonnes vieilles photos d'époque surexposent souvent le cœur des objets plus facilement visible à l'oculaire pour justement faire apparaître les extensions plus faibles...

 

Il faut aussi savoir garder un certain détachement lorsqu'on a lu beaucoup de CROA d'un objet dans différents diamètres instrumentaux. Si cette galaxie présente une bande d'absorption visible au T600, au T500, au T400, au T350 mais pas au T300 et au T200, suis-je un mauvais observateur si je ne la vois pas avec mon T450 ? Du coup, on insiste, on espère, puis on croit l'avoir vu. Peut-être que c'est vrai, d'ailleurs. Quelle influence l'envie de voir ce détail a-t-elle eu ?

 

Ça fait quand même beaucoup de questions :) À titre tout à fait personnel et une fois à l'oculaire, je n'ai pas vraiment envie de m'embêter avec elles. Du coup, ma solution de facilité et d'en savoir le moins possible :) Mais je ne m'interdirai certainement pas d'avoir recours à l'un de ces supports si le besoin venait à se faire sentir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bel exemple encore hier soir lors d'une des probables dernières sorties de CP avant l'été ...Démêler la pelote, c'est exactement ça ! Sur des galaxies faciles de Virgo, mag 10 à 11, on ressent un léger magma de détails potentiels ou bien là, mais difficiles à confirmer ou localiser, sur lesquels une photo aiderait à statuer. Sans me souvenir de l'aspect de certaines de ces galaxies déjà vues à la lunette, j'ai parfois bien trouvé le bon détail, mais parfois inventé ds trucs qui n'existaient pas ! Le bandes sombres sont un beau sujet de telles incertitudes sur les longs fuseaux !

Et puis, fatigué en fin de sortie, ne connaissant pas du tout le diamètre minimum pour le jet de M87, j'ai voulu le tenter et cru le confirmer en VI5 à 270 X sauf qu'il n'était pas au bon endroit et surtout hors de portée de mon diamètre. Par contre, ce que j'ai vu pourrait bien concerner les 2 petites tâches nébuleuses de UGC 7652, mais sans dessin point de confirmation !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il paraît que certains auraient vu le disque d'accrétion autour du trou noir central de M 87... :ph34r:^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

xD:D

 

Ma problématique est bien illustrée p 492 / 493 d'Astrodessins tome 2. En parlant du jet "attention de ne pas le confondre avec deux nodosités proches du corps galactique qui sont des galaxies lointaines en arrière plan" qui sont annotées A et B sur la figure 4, et bien visibles sur la figure 2. En fait ce n'était qu'une infime irrégularité très floue et mal définie, unie, devinée env 10 % du temps, quasi fantômatique mais bien dans la direction SO.

 

Bon allez j'arrête le HS

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Adamckiewicz
       
      Après 19 ans, j’ai récupéré mon ETX 125, que mes parents m’avaient offerts (vers 16ans). Il est encore dans sa malette, avec une petite boussole, une lampe rouge bricolée, deux plossl 26mm et 40mm et une barlow x2.
       

       
      Après un test rapide, je vois que l’axe azimutal a un problème d’entraînement.
      En fait les engrenages et leur support en plastiques sont vraiment fragiles et le couple du moteur az a fini par casser le support d’engrenages. Je le répare en collant à l’araldite un petit bout de profilé L en alu . 
       

       
      Ce soir je teste l’optique sous un ciel sans nuages….et je vois malheureusement des donuts forts asymétriques….la figure d’Airy fait peine à voir. Il faudra résoudre cela mais la procédure de collimation de l’etx est pénible parce qu’il faut démonter et remonter le tube ( le capot arrière qui comporte renvoi coudé, porte oculaire et liaison avec La Fourche) à chaque action sur une vis de collimation. Je vise Jupiter qui semble déjà souffrir à faible grossissement.
       
      Il fait donc à peu près clair, je vais voir si ma réparation a marché et tenter d’observer quelques objets sous ce ciel bien peu alléchant et éclairé par un premier quartier de Lune.  
       

       
      Je monte le télescope sur le trépied, je fais les manip de mise en position de repos, et lance un alignement « facile ». Tout se passe bien , dans un bruit indescriptible, mais lorsque je pointe la Lune il me la rate de 3°….. je vais jeter un coup d’œil, le terminateur est beau mais en grossissant 160x l’image est franchement altérée, malgré un ciel bien stable. Je monte Mars, et là bonne surprise elle apparaît dans le chaos du 40mm. Le disque ne montre presque aucun détails mais il est vrai que je ne m’attarde pas dessus.
      Je choisis ensuite M42 avec la raquette ( qui me demande de choisir entre les catalogues messier, IC, trous noirs, quasar etc… ce doit être perturbant pour un débutant….). Le goto me centre le trapèze dans mon 12mm!!!! Ouf, excellent résultat! Au 40mm et 26mm a nébuleuse est bien sur assez fade par rapport à ce que j’ai pris l’habitude de voir mais cependant très jolie malgré le premier quartier de Lune et un ciel voilé. Les souvenirs d’adolescence remontent, notamment la première vision de cette splendide nébuleuse , très tôt le matin, accompagné de mon père dans le jardin. Je note que m43 est très marquée elle aussi. 
      Je demande alors au goto de m’indiquer m108 mais je ne vois rien dans l’oculaire, je passe alors à m82 qui se dévoile facilement bien que faiblement (encore une fois le ciel n’est pas de la partie). Je décale un peu le champ et parviens à observer m81 en même temps, avec leurs formes caractéristiques. 
      Je tente alors l’eskimo assez proche de la Lune mais sa luminosité le rend facilement observable malgré tout. Par contre la mauvaise collimation ne me permet pas de bien la détailler. 
      Je pointe ensuite m35 puis M46 qui paraissent assez pauvres à ce diamètre, dans un champ un peu étriqué… les limites de l’ETX en ciel profond….
      Malgré tout je suis heureux de retrouver ce télescope et de pouvoir le remettre en état de me donner de belles images du ciel, et surtout de bon souvenirs de mes débuts en astro!!! De mes télescopes, ce n’est pas le plus léger, le plus compact…ni le plus vite installé ou silencieux, mais c’est mon premier et c’est celui qui m’a fait découvrir les anneaux de Saturne, la tache rouge de Jupiter et les cratères lunaires!!!
    • By skuenlin
      Bonsoir à tous,
       
      Voici une image acquise avec le RC400mm en septembre dernier dans des conditions assez difficile.
      Une FWHM pas folle et surtout un gros reflet qui est venu de je ne sais où.  On peut le voir ci-dessous:

       
      Sinon pour la technique:
       
      - GM2000HPS
      - OS Pro RC400mm @ F6
      - ASI2600MM
      - 5h en L et 1h par couche RGB.
       
      Voici l'image (https://www.astrobin.com/sf7ey4/)
       
       
       
       
      Cordialement,
       
      Sébastien
       

    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Au centre ouest du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      6 dessins : 10271 à 10276

      Je profite d'un début de nuit dégagé avant l'arrivée prévue d'une perturbation à partir de 20h.
      Je me suis installé à 18h38, mais la nuit n'est pas encore complète, de toutes façons la Lune irradie en premier quartier passé dans les Poissons.
      En conséquence je pointerai, à l'opposé de Sélène, des objets qui passent dans ce fond lumineux, à savoir des amas ouverts.

      Du vent se manifeste sensiblement par moments mais la température anormalement douce pour la saison est très supportable.
      Le vent va se renforcer avec l'arrivée de la perturbation par le sud-ouest.
      Je débute la séance sur des amas ouverts entre Cassiopée et Persée.

      Observation 10271 : NGC657.
      Repéré comme un groupe d'étoiles dispersé et pauvre à 75x, il est mieux vu à 109x.
      Un nuage isolé gêne sur ce premier dessin puis le vent fait bouger le tube.


      A 19h, le clocher de l'église sonne pendant 2 minutes.

      Observation 10272 : NGC744.
      Il est évident à 75x car concentré bien que faible.
      Sa forme rectangulaire ressort bien à 150x.


      La turbulence est moyenne de 3 sur 5 à 150x.

      Observation 10273 : St4.
      Stock 4 est caractérisé à 75x, détaché bien que pas concentré.
      Ses étoiles sont plus brillantes que le reste de la zone, ça aide à le repérer.
      A 109x, il se révèle plus riche qu'attendu et qu'initialement vu.
      Pendant ce dessin, le vent redépointe le tube de quelques degrés, c'est soulant.


      Les gamins crient dans le quartier, ils s'échauffent pour le réveillon.

      Les illuminations de Noël de la rue au sud se reflètent faiblement sur le mur du garage et le font un peu scintiller.
      Elles s'éteignent comme le reste du village vers 20h30, économies d'énergie oblige.

      Je tente ensuite l'observation de Mars à 480x, mais elle turbule et gigote dans le champ de l'oculaire à 480x, c'est moche!
      Le vent par rafales se renforce.
      A 21h, de la musique et des voix m'entourent dans le quartier.

      Après un échec sur l'amas ouvert NGC1605, je me rattrape sur NGC1582 et d'autres amas entre Persée et le Cocher.

      Observation 10274 : NGC1582.
      Facile à 75x, il est vaste et fourni.


      Les premiers pétards de la nuit me font sursauter.

      Observation 10275 : Be68.
      Berkeley 68 est pauvre à 75x et 109x.
      Le vent dépointe le télescope.


      Observation 10276 : Ru148.
      Rupretch 148 est lui aussi pauvre à 150x, mais sa forme de triangle équilatéral le distingue de son environnement, malgré ses étoiles faibles.


      A 21h30, je meurs de faim mais je résiste afin de profiter au maximum de l'éclaircie plus longue que prévue.
      Et en effet des nuages débordent par le sud-ouest, envahissant l'ouest et le nord du ciel, puis le reste après 22h et un rapide coup d'oeil à M42.
      Contrairement à l'année dernière, je ne passerai pas à l'année suivante sous les étoiles, la faute à ces satanés nuages qui ont quand même eu le bon goût d'arriver deux heures plus tard que prévu.
    • By Matthieu Conjat
      Bonjour à tous,
      je me suis amusé à suivre pendant ~4 heures un astéroïde hier soir (2176 Donar), car il passait près de M96. Sa période n'était pas connue, pour autant que je sache, alors j'ai tenté le coup.
      Finalement, en 1 heure, il avait gagné 1 magnitude, comme on peut le voir sur la courbe de lumière. Ca se voit même très bien sur l'image finale (il est à droite du champ). Il doit être très allongé pour gagner un facteur 2.5 en éclat au cours de sa rotation.
      Je vais continuer à le suivre ce soir, pour bien confirmer sa période de ~4.7 heures.
      (92 images de 120" de pose, T400 f/5, QSI 583ws sans filtre)

       
      Un zoom:

       
      Un petit gif animé de 2h30, pour lequel j'ai recalé chaque image de l’astéroïde pour qu'il reste fixe:

       
       
      Et la courbe de lumière:

       
      Il y a un 2è astéroïde au dessus de M96 (42693 1998 KQ38), mais il ne varie pas autant.
      Ce soir je fais la même image au-dessus de M95.
       
      Matthieu
  • Upcoming Events