Recommended Posts

Salut à tous !

 

Je continue mon exploration des fines galaxies vues par la tranche avec NGC 5529, une galaxie du Bouvier. Elle est très faiblarde, mais elle mérite qu'on s'y attarde car elle est vraiment très jolie. Le trio d'étoiles serrées à son extrémité ajoute une petite curiosité dans le champ.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200519/ngc-5529

 

Objet : NGC 5529
Type : Gx
Constellation : Bouvier

 

AD : 14h 15' 34"
Déc. : +36° 13' 35"

 

- Date, heure, durée : 19/05/2020, 22:39 TU, 56'
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent moyen à gênant, 17 °C
- T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S2/77×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38'), H = 75°. Très faible Gx effilée vue VI3, orientée PA 300 aux dimensions estimées à 4,5' × 0,5'.
    
    Un noyau stellaire vu VI5dd est entouré d'une zone oblongue de luminosité L2 qui s'étend en de très fines extensions. L'ensemble est auréolé d'une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1.
    
Remarque :
    L'étoile de mV 10,9 située à 4,9', PA 111, de NGC 5529 est entourée de deux étoiles plus faibles très proches, l'une de mV 12,9 à 35", PA 317, et l'autre de mV 13,5 à 28", PA 138. Ce trio d'étoiles alignées, orienté NO, forme une jolie étoile multiple optique dans le prolongement de l'axe galactique.

 

large.5ecb956b3b10e_NGC5529-T200.png.cab72ff9ba35381879f752197238501b.png

Edited by Cyp
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Salut, oui joli dessin bien représentatif de ce que l'on voit à l'oculaire !

Tiens, hier soir dans Virgo : NGC 4666, 4762, 4517 par exemple, vues par la tranche

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les deux :)

 

Bin c'est quand même bien sympa ces galaxies-là, dans un champ stellaire avenant. Parce que bon, la galaxie elliptique diffuse aux limites introuvables dans un champ anonyme, on se lasse un peu, à force :D L'environnement de l'objet compte beaucoup pour moi lors de la sélection de futurs cibles. À moins que l'objet pointé se suffise à lui-même, j'aime bien lorsqu'il y a un autre objet dans le champ ou quelques étoiles notables ou colorées... Enfin, ça vaut surtout pour les galaxies, qui sont très nombreuses et potentiellement très semblables. Pour les NP ou les AG, en général, le simple plaisir d'observer autre chose qu'une galaxie suffit à ma motivation :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe ! J'attends le livre avec impatience !:)

 

C'est un 200 de quelle marque?

Quelle est ta technique de dessin ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cyp,

 

tiens, je l'ai observée en mars celle-là et c'est vrai qu'elle est esthétique. Comme tu le soulignes les trio d'étoiles tout proche apporte de l'intérêt au champ.

Bien vu !

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci @Pascal C03 et @fred-burgeot :)

 

Pascal, il s'agit d'un Meade LX90 de 2001 ou 2002. Rien d'exceptionnel, quoi ;) Coté technique, je ne suis pas de ceux qui essaient de retranscrire toutes les nuances de tons directement sur le terrain. La faible lumière rouge, la qualité du papier qui change avec l'humidité, etc. sont autant de désagréments que je ne veux pas affronter. Je réalise donc un premier CROA sur le terrain, que je complète plus tard par la remise au propre du dessin de l'objet observé, sur une autre feuille. L'avantage, c'est que je peux ajouter un réticule à mon gabarit afin de me faciliter le placement des étoiles, ainsi que tout autre artifice utile à une fiche purement pratique qui n'a pas l'ambition d'un rendu final.

 

Ce gabarit est d'ailleurs un fichier PDF avec des champs éditables, qu'il est possible de compléter avant impression, avec le nom de l'objet, par exemple, ses coordonnées, ou autres.

 

À l'oculaire, je ne m'embête pas trop avec la gomme à refaire trois fois le même détail pour qu'il corresponde à mon observation. Si telle extension de galaxie est trop longue ou pas assez inclinée, je note à coté la limite « réelle » d'un simple trait et rédige une courte indication à coté. Je dessine généralement mes objets sous forme d'isophotes, avec des annotations, des flèches, et autres indications utiles pour la remise au propre ultérieure. Il m'arrive parfois de dessiner plusieurs fois l'objet sur ma feuille, afin de mettre en avant différents aspects de sa morphologie. Au final, je trouve bien souvent le croquis original plus complet en informations que le dessin remis au propre ! Je garde donc précieusement les deux ensemble.

 

Pour les étoiles, dans le même esprit, je ne m'embête pas à les dessiner plus ou moins grosses ou plus ou moins noires. Je fais un point, et je note à coté un petit chiffre correspondant à sa luminosité. 1 pour les étoiles relativement brillantes, 2 pour les notables, 6 pour les plus faibles. 3, 4 et 5 pour les étapes intermédiaires. On prend vite le coup de juger ce qu'on doit mettre. Et puis bon, on n'est pas là pour faire de la photométrie, non-plus ;)

 

Comme on peut voir, je m'organise pour passer le moins de temps possible sur la feuille de papier, le plus possible à l'oculaire.

 

En général, la remise au propre du dessin a lieu le lendemain. Je n'ai pas la fibre artistique du peintre dans son atelier. Mes dessins astro ont pour seule ambition de compléter un CROA écrit de ce que j'ai pu voir à l'oculaire. Un coté fortement pratique. Aussi, je n'ai aucune envie de reprendre l'intégralité du dessin au propre. Encore moins à redessiner des étoiles que je me suis déjà bien embêté à positionner de nuit ! Je ne reprends donc que le dessin de l'objet principal, sur feuille blanche avec des crayons H, HB et 4B et l'aide, au besoin, d'une estompe. Si plusieurs objets sont observés dans le champ, je ne cherche pas à les remettre au propre avec leurs bonnes orientations, positions, tailles, ou luminosités relatives. Je les reprends séparément, de manière indépendante. Si le trait a été trop forcé ici, telle extension trop longue là, ce n'est pas grave.

 

Ceci fait, je prends le champ dessiné à l'oculaire en photo avec mon téléphone, ainsi que les dessins remis au propre. Je les envoie sur mon ordinateur via une synchronisation dans le nuage des internets pour une retouche dans Gimp. Ici, je finalise les dessins en corrigeant certains détails et ajustant les luminosités relatives. Je passe notamment les dessins en positif, puis en niveau de gris afin de corriger un éventuel virage chromatique.

 

La suite se poursuit dans Inkscape, qui est un logiciel de dessin vectoriel. Je ne m'embête pas avec des logiciels matriciels pour la suite, à vouloir représenter telle étoile avec tel dégradé de tant de pixels, tel diamètre de tant de pixels, etc. Je veux pouvoir exporter mon dessin à n'importe quelle définition sans rendre floues mes étoiles ou les indications écrites, ou modifier une couleurs après coup si finalement la teinte choisie n'était pas la bonne. Pour un fichier informatique des plus légers, qui plus est. Sous Inkscape, donc, j'ai un gabarit de champ. Je change le nom de l'objet, la constellation, ainsi que toutes les indications inscrites sous le champ du rendu final. Je me suis fait une palette d'étoiles de différents diamètres relatifs correspondants à mes annotations de 1 à 6, de différentes nuances de gris ou couleurs, que je n'ai plus qu'à copier-coller au bon endroit une fois la photo du champ dessiné importé et ajouté comme calque.

 

Pour les objets, je passe la couleur noire en transparence dans Gimp, copie les calques, et les colle directement dans Inkscape. Je place alors les objets au bon endroit, avec la bonne orientation et la bonne taille, en prenant toujours le calque de la photo du champ dessiné comme référence par transparence. J'ai ici parfois besoin de faire plusieurs aller-retours dans Gimp pour ajuster les luminosités relatives de chaque objet si je trouve que le rendu final ne correspond pas bien à mon observation.

 

Enfin, je sélectionne le tout afin de corriger l'orientation du champ. J'ajuste aussi, au besoin, l'échelle du gabarit. Ne reste alors plus qu'à exporter la page en PNG, et le tour est joué ;)

 

Ouf, je pense n'avoir rien oublié :) N'hésite pas si tu as d'autres questions ;)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme au T445 : extrafine, celle là !

 

n5529_ypr.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore une jolie galaxie vue par la tranche :),  et encore une fois.... inconnue pour moi ;)

Merci pour cette découverte, et merci aussi d'avoir pris le temps d'expliquer ta méthode de dessin.

C'est fou comme chaque dessinateur développe une technique qui lui est propre. Très intéressant ;).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec plaisir ;) C'est vrai que j'aime bien aussi savoir comment chacun s'organise et aborde l'observation sans avoir moi-même détaillé ma propre démarche. Voilà qui est donc fait ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

@yapo très chouette le dessin, par contre à grossir plus on perd le coté sympa de l'étoile « triple », j'ai l'impression.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
      Au milieu de mon jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      13 dessins : 10170 à 10182

      Après un cycle de sommeil suite à une après-midi touristique à l'Abbaye de Celle sur Belle suivie d'une petite randonnée à côté, je suis prêt à observer à 22h54.
      Le miroir secondaire est très déréglé suite à des tests finalement avortés pour changer les vis de réglages.

      Je suis en tee-shirt vu la chaleur ambiante.

      Les galaxies d'Hercule sont mes premières cibles.

      Observation 10170 : NGC6195.
      Vue à 85x, elle est faible et diffuse à 201x et révèle son centre ponctuel.


      J'ai juste mis le manteau pour le rangement des oculaires car j'ai chaud par ailleurs.
      J'ai enlevé le bonnet.

      Observation 10171 : NGC6212.
      Elle est vue minuscule à 85x, avec une autre galaxie (identifiée après coup comme PGC 58867) mieux visible plus loin mais pas dans l'Uranométria, et trop loin pour tenir sur le même dessin.
      A 201x, elle est confirmée petite, faible, et ressemble à une étoile floue avec son centre ponctuel.


      Des canards caquettent au sud.

      Le groupe de NGC6166 dans Hercule est une belle découverte.

      Observation 10172 : NGC6166.
      En réalité cette galaxie domine tout un groupe intéressant avec un peu de diamètre.
      NGC6166 est considérablement faible, son centre et des nodosités sont vus en vision indirecte.
      Je ne vois qu'elle à 85x, mais son environnement se peuple à 201x :
      NGC6166C est très faible, PGC58245 est faible, PGC58262 est très faible à VI1, PGC58275 est très faible au centre et VI1 dans son halo, PGC58277 est faible à très faible, et j'ai aussi confirmé après coup avoir vu les noyaux ponctuels de PGC58274 et PGC58278.
      D'ailleurs il est difficile de différencier les petites galaxies des étoiles.


      J'entame ensuite mon cycle d'observation de nébuleuses planétaires, d'abord une Abell de la Flèche.

      Observation 10173 : PK53+3.1.
      Abell 59 de son petit nom est difficile. Je la vois comme une ligne courbe floue VI4 (25% du temps en vision décalée).
      Je ne vois rien à 85x, rien sans filtre, la combinaison gagnante est 201x avec le filtre Oxygène 3.


      Le chien à l'est aboie contre des chats.

      Après une pause casse-croûte à 0h45, je passe à une nébuleuse planétaire Abell de l'Aigle.

      Observation 10174 : PK44-9.1.
      Après l'infâme Abell 59, Abell 64 fait figure d'objet facile!
      Elle est faible assez facile bien que petite à 85x puis 201x.
      Elle ne répond ni au filtre Oxygène 3 ni au HBêta ce qui confirmerait qu'il y aurait une erreur de casting comme indiqué dans le pdf des nébuleuses planétaires Abell, car ce serait en réalité une galaxie.
      La turbulence est forte à 402x.


      J'ai mal aux pieds, est-ce à cause de l'escabeau ou de la randonnée?

      Je connais un échec sur une autre nébuleuse planétaire Abell de l'Aigle à 2h.
      Je me rattrape sur une nébuleuse planétaire de Céphée.

      Observation 10175 : PK103+0.1.
      C'est la première nébuleuse planétaire non Abell de la nuit.
      Facile avec le filtre Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement.
      Elle est aussi vue très faible sans filtre.
      J'ai du mal à la détailler, un bord plus net et des nodosités se détachent à peine, au final elle est mal orientée sur mon dessin à 276x.


      Un peu de vent ne m'empêche pas de dessiner une autre nébuleuse planétaire de Céphée.

      Observation 10176 : PK103+0.2.
      Voisine de la précédente, elle se repère dès 85x par blinking Oxygène 3.
      A 201x, elle se montre VI1 sans filtre puis faible à très faible et ronde avec le filtre sus-nommé.


      Il y a encore du vent et j'ai encore mal aux petons.

      Je retourne parmi les nébuleuses planétaires Abell avec Abell 79 du Lézard.

      Observation 10177 : PK102-2.1.
      Je la repère à 85x, car elle répond fortement au filtre Oxygène 3, bien que faible et assez petite à ce grossissement.
      201x est le top pour l'observer, très faible à VI1 avec le filtre, mais elle demeure pas évidente à détailler.
      J'y remarque quelques portions d'anneaux VI3 à VI5. La turbulence à 276x est de 4 sur 5 donc forte.


      J'ai besoin d'une nouvelle pause casse-croûte suivie de repos à 3h45.

      Je passe ensuite à un groupe de galaxies Hickson dans la Baleine.

      Observation 10178 : Hickson 16.
      Toutes ses galaxies sont facilement vues à 85x, l'ensemble est aussi Arp 318.
      C'est un chouette groupe à 201x et 276x, composé de NGC839 faible, NGC838 considérablement faible, NGC833 assez faible à considérablement faible, NGC835 assez faible et dont la spirale est vue VI3 à 4 à 201x et confirmée à 276x.


      J'en profite pour visiter d'autres galaxies sur la même carte Uranometria, bien que fatigué à 5h.

      Observation 10179 : NGC848.
      Je la vois à 85x. A 201x et 276x, sa forme initialement arrondie s'ovalise et s'allonge en vision indirecte.
      Elle est trop sombre à 276x.
      ELle reste faible et je note une extension VI4-5.


      Observation 10180 : NGC853.
      Vue tout de suite à 85x, elle est considérablement faible à 201x.
      Les détails sont délicats à 276x, comme un départ de bras vu plusieurs fois.


      Les coqs chantent, prémices de l'aube.
      J'ai été piqué à la main gauche par un moustique, je suis moins alerte à cette heure.

      Observation 10181 : NGC829/30.
      Les 2 galaxies sont vues tout de suite à 85x, petites.
      A 201x, NGC829 est faible, diffuse, un peu allongée finalement, à coeur dur en vision indirecte.
      NGC830 est considérablement faible, diffuse, à coeur ponctuel.


      A 5h45 la fatigue commence à être forte.
      Je jette mes dernières forces dans un dernier dessin avec l'aube qui est bien là.

      Observation 10182 : NGC842.
      Située à côté des 2 précédentes, elle est considérablement faible à faible, diffuse, à noyau ponctuel facile à 201x.


      Le vent forcit.

      A 631x Jupiter et Mars turbulent trop et le vent arrive à faire bouger le tube.
      Je range, il est 6h.
      Quelle nuit bien prolifique!
    • By Bohns
      Bonsoir à toutes et à tous 
       
      J'essaie de rattraper une partie de mon retard en publiant une partie de mes photos de ciel profond de septembre et octobre derniers.
      Certaines sont encore perfectibles et je compte m'y atteler, mais je crois que ces photos peuvent être soumises à la sagacité du forum 
       
      Config : lunette APO 130 f/7 ou 76EDPH, caméra ZWO ASI533MC Pro à -10°C, filtre L-Pro, guidage OAG + mini ASI290MM, monture EQ6-R Pro.
      Acquisition : ZWO ASIAIR Pro.
      Traitement : SIRIL (sorti tif 16 bit) puis Lightroom Classic (Jpeg en traitement final). Réduction (légère) d'étoiles avec Starnet++ sur NGC891.
       

      Grand amas d'Hercule (M13)
      Bruitée en raison du faible nombre de photos à cause des obstacles sur l'Ouest (sapins). Quelques artéfacts encore à corriger. A refaire en nomade !
      APO 130, Filtre L-Pro, 12x180s, 30 darks, 60 flats, 60 biais, 19 septembre.
       

      NGC891
      APO 130, Filtre L-Pro, 120x180s, 30 darks, 60 flats, 60 biais, 20 septembre.
       

      La star de l'automne : M31, la grande galaxie d'Andromède ! (un peu froide, peut-être ?)
      76EDPH , Filtre L-Pro, 120x180s, 30 darks, 60 flats, 60 biais, 21 septembre.
       

      M74, la galaxie fantôme... Pas mal de détails finalement, mais encore beaucoup de bruit malgré un temps de pose et un nombre de prises élevés. Elle ne se laisse pas faire, la bougresse !
      APO 130, Filtre L-Pro, 72x300s, 30 darks, 60 flats, 60 biais, 23 septembre.
       
      J'ai aussi un Pacman du 15 octobre, mais il demande encore du boulot... Ce sera peut-être sur un autre fil.
       
      Cordialement,
      Stef.
       
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Au centre de mon jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      4 dessins : 10166 à 10169.

      Je me suis installé à 22h40 mais un cirro-stratus statique traîne plus d'une heure avant de commencer à se résorber.
      Il fait bon en tee-shirt.

      Je commence par un amas ouvert de la Lyre malgré le nuage qui stagne et peine à se résorber.

      Observation 10166 : NGC6791.
      Cet amas ouvert est vu malgré le nuage à 75x mais il faut composer avec l'épaisseur variable de ce dernier qui l'efface par moments. Sur fond nébuleux très faible à 75x et 109x, il fourmille d'étoiles à travers ce voile nébuleux à 109x.


      Le nuage ayant disparu, je passe à des cibles plus faibles, quelques galaxies d'Hercule vers M13.

      Observation 10167 : NGC6207.
      La galaxie voisine de M13 est facile à 75X, son centre ponctuel est faible à 150X. Elle est allongée et diffuse.


      Observation 10168 : NGC6196 et IC4614.
      NGC6196 se montre très faible à centre proéminent à 150x, après sa détection à 75x et sa confirmation à 109x.
      IC4614 est vue VI2, perceptible à 109x et confirmée à 150x.
      Un petit nuage gêne.


      Je pars à la cuisine pour la pause casse-croûte à minuit.

      Je suis toujours en tee-shirt mais les moustiques deviennent menaçants, je vais mettre le manteau pour me protéger.

      Des petits nuages restes du cirro-stratus gênent par moments mais courts.

      J'entends un chevreuil au nord.

      J'observe une galaxie du Verseau, là aussi un nuage isolé gêne bien que petit, pile au mauvais endroit et stagnant.

      Observation 10169 : NGC7198.
      La galaxie est assez petite à 150x, détectée à 75x et sûre à 150x.
      Elle est VI2 à VI1, à centre ponctuel.
      Je crois que je l'ai vue récemment aussi au Dobson 508.


      J'entends comme un bruit de bétonnière à l'Est, elle tourne donc la nuit chez le gars aux yourtes qui semble toujours être dans des travaux?
      A 1h je remballe.
  • Upcoming Events