Recommended Posts

Posted (edited)

Salut à tous !

 

Je continue mon exploration des fines galaxies vues par la tranche avec NGC 5529, une galaxie du Bouvier. Elle est très faiblarde, mais elle mérite qu'on s'y attarde car elle est vraiment très jolie. Le trio d'étoiles serrées à son extrémité ajoute une petite curiosité dans le champ.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200519/ngc-5529

 

Objet : NGC 5529
Type : Gx
Constellation : Bouvier

 

AD : 14h 15' 34"
Déc. : +36° 13' 35"

 

- Date, heure, durée : 19/05/2020, 22:39 TU, 56'
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent moyen à gênant, 17 °C
- T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S2/77×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38'), H = 75°. Très faible Gx effilée vue VI3, orientée PA 300 aux dimensions estimées à 4,5' × 0,5'.
    
    Un noyau stellaire vu VI5dd est entouré d'une zone oblongue de luminosité L2 qui s'étend en de très fines extensions. L'ensemble est auréolé d'une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1.
    
Remarque :
    L'étoile de mV 10,9 située à 4,9', PA 111, de NGC 5529 est entourée de deux étoiles plus faibles très proches, l'une de mV 12,9 à 35", PA 317, et l'autre de mV 13,5 à 28", PA 138. Ce trio d'étoiles alignées, orienté NO, forme une jolie étoile multiple optique dans le prolongement de l'axe galactique.

 

large.5ecb956b3b10e_NGC5529-T200.png.cab72ff9ba35381879f752197238501b.png

Edited by Cyp
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bravo, tu dessines beaucoup de galaxies très fines vues par la tranche en ce moment, et il semble y en avoir un paquet ! ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, oui joli dessin bien représentatif de ce que l'on voit à l'oculaire !

Tiens, hier soir dans Virgo : NGC 4666, 4762, 4517 par exemple, vues par la tranche

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les deux :)

 

Bin c'est quand même bien sympa ces galaxies-là, dans un champ stellaire avenant. Parce que bon, la galaxie elliptique diffuse aux limites introuvables dans un champ anonyme, on se lasse un peu, à force :D L'environnement de l'objet compte beaucoup pour moi lors de la sélection de futurs cibles. À moins que l'objet pointé se suffise à lui-même, j'aime bien lorsqu'il y a un autre objet dans le champ ou quelques étoiles notables ou colorées... Enfin, ça vaut surtout pour les galaxies, qui sont très nombreuses et potentiellement très semblables. Pour les NP ou les AG, en général, le simple plaisir d'observer autre chose qu'une galaxie suffit à ma motivation :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe ! J'attends le livre avec impatience !:)

 

C'est un 200 de quelle marque?

Quelle est ta technique de dessin ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cyp,

 

tiens, je l'ai observée en mars celle-là et c'est vrai qu'elle est esthétique. Comme tu le soulignes les trio d'étoiles tout proche apporte de l'intérêt au champ.

Bien vu !

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci @Pascal C03 et @fred-burgeot :)

 

Pascal, il s'agit d'un Meade LX90 de 2001 ou 2002. Rien d'exceptionnel, quoi ;) Coté technique, je ne suis pas de ceux qui essaient de retranscrire toutes les nuances de tons directement sur le terrain. La faible lumière rouge, la qualité du papier qui change avec l'humidité, etc. sont autant de désagréments que je ne veux pas affronter. Je réalise donc un premier CROA sur le terrain, que je complète plus tard par la remise au propre du dessin de l'objet observé, sur une autre feuille. L'avantage, c'est que je peux ajouter un réticule à mon gabarit afin de me faciliter le placement des étoiles, ainsi que tout autre artifice utile à une fiche purement pratique qui n'a pas l'ambition d'un rendu final.

 

Ce gabarit est d'ailleurs un fichier PDF avec des champs éditables, qu'il est possible de compléter avant impression, avec le nom de l'objet, par exemple, ses coordonnées, ou autres.

 

À l'oculaire, je ne m'embête pas trop avec la gomme à refaire trois fois le même détail pour qu'il corresponde à mon observation. Si telle extension de galaxie est trop longue ou pas assez inclinée, je note à coté la limite « réelle » d'un simple trait et rédige une courte indication à coté. Je dessine généralement mes objets sous forme d'isophotes, avec des annotations, des flèches, et autres indications utiles pour la remise au propre ultérieure. Il m'arrive parfois de dessiner plusieurs fois l'objet sur ma feuille, afin de mettre en avant différents aspects de sa morphologie. Au final, je trouve bien souvent le croquis original plus complet en informations que le dessin remis au propre ! Je garde donc précieusement les deux ensemble.

 

Pour les étoiles, dans le même esprit, je ne m'embête pas à les dessiner plus ou moins grosses ou plus ou moins noires. Je fais un point, et je note à coté un petit chiffre correspondant à sa luminosité. 1 pour les étoiles relativement brillantes, 2 pour les notables, 6 pour les plus faibles. 3, 4 et 5 pour les étapes intermédiaires. On prend vite le coup de juger ce qu'on doit mettre. Et puis bon, on n'est pas là pour faire de la photométrie, non-plus ;)

 

Comme on peut voir, je m'organise pour passer le moins de temps possible sur la feuille de papier, le plus possible à l'oculaire.

 

En général, la remise au propre du dessin a lieu le lendemain. Je n'ai pas la fibre artistique du peintre dans son atelier. Mes dessins astro ont pour seule ambition de compléter un CROA écrit de ce que j'ai pu voir à l'oculaire. Un coté fortement pratique. Aussi, je n'ai aucune envie de reprendre l'intégralité du dessin au propre. Encore moins à redessiner des étoiles que je me suis déjà bien embêté à positionner de nuit ! Je ne reprends donc que le dessin de l'objet principal, sur feuille blanche avec des crayons H, HB et 4B et l'aide, au besoin, d'une estompe. Si plusieurs objets sont observés dans le champ, je ne cherche pas à les remettre au propre avec leurs bonnes orientations, positions, tailles, ou luminosités relatives. Je les reprends séparément, de manière indépendante. Si le trait a été trop forcé ici, telle extension trop longue là, ce n'est pas grave.

 

Ceci fait, je prends le champ dessiné à l'oculaire en photo avec mon téléphone, ainsi que les dessins remis au propre. Je les envoie sur mon ordinateur via une synchronisation dans le nuage des internets pour une retouche dans Gimp. Ici, je finalise les dessins en corrigeant certains détails et ajustant les luminosités relatives. Je passe notamment les dessins en positif, puis en niveau de gris afin de corriger un éventuel virage chromatique.

 

La suite se poursuit dans Inkscape, qui est un logiciel de dessin vectoriel. Je ne m'embête pas avec des logiciels matriciels pour la suite, à vouloir représenter telle étoile avec tel dégradé de tant de pixels, tel diamètre de tant de pixels, etc. Je veux pouvoir exporter mon dessin à n'importe quelle définition sans rendre floues mes étoiles ou les indications écrites, ou modifier une couleurs après coup si finalement la teinte choisie n'était pas la bonne. Pour un fichier informatique des plus légers, qui plus est. Sous Inkscape, donc, j'ai un gabarit de champ. Je change le nom de l'objet, la constellation, ainsi que toutes les indications inscrites sous le champ du rendu final. Je me suis fait une palette d'étoiles de différents diamètres relatifs correspondants à mes annotations de 1 à 6, de différentes nuances de gris ou couleurs, que je n'ai plus qu'à copier-coller au bon endroit une fois la photo du champ dessiné importé et ajouté comme calque.

 

Pour les objets, je passe la couleur noire en transparence dans Gimp, copie les calques, et les colle directement dans Inkscape. Je place alors les objets au bon endroit, avec la bonne orientation et la bonne taille, en prenant toujours le calque de la photo du champ dessiné comme référence par transparence. J'ai ici parfois besoin de faire plusieurs aller-retours dans Gimp pour ajuster les luminosités relatives de chaque objet si je trouve que le rendu final ne correspond pas bien à mon observation.

 

Enfin, je sélectionne le tout afin de corriger l'orientation du champ. J'ajuste aussi, au besoin, l'échelle du gabarit. Ne reste alors plus qu'à exporter la page en PNG, et le tour est joué ;)

 

Ouf, je pense n'avoir rien oublié :) N'hésite pas si tu as d'autres questions ;)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme au T445 : extrafine, celle là !

 

n5529_ypr.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore une jolie galaxie vue par la tranche :),  et encore une fois.... inconnue pour moi ;)

Merci pour cette découverte, et merci aussi d'avoir pris le temps d'expliquer ta méthode de dessin.

C'est fou comme chaque dessinateur développe une technique qui lui est propre. Très intéressant ;).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec plaisir ;) C'est vrai que j'aime bien aussi savoir comment chacun s'organise et aborde l'observation sans avoir moi-même détaillé ma propre démarche. Voilà qui est donc fait ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

@yapo très chouette le dessin, par contre à grossir plus on perd le coté sympa de l'étoile « triple », j'ai l'impression.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Guillaumedu59
      Date d’observation : Dans la nuit du 7 au 8 Aout 2020
      Heure d’observation : 23h15 – 02h40
      Lieu d’observation : Haubourdin
      Type de ciel : Ciel urbain
      Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm)
      Oculaires / champ / grossissement respectif :
      -  Explore Scientific 30 mm (82° / 40 X)
      -  Pentax XW 20 mm (70° / 60 X)
      -  Televue Delos 12 mm (72° / 100 X)
      -  Pentax XW 7 mm (70° / 171 X)
      -  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X)
      Filtres :
      -  UHC Astronomik : Oui
      -  OIII Astronomik : Oui
      -  H-Beta Astronomik : Oui
      Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures chaudes pour la saison
      Objet(s) observé(s) :
      -  Lune : Oui
      -  Planète(s) : Oui (Saturne)
      -  Ciel profond : Oui (M13, M92, M57 et NGC 6826)
       
      Préface !
       
      Bonjour,
      Ce Vendredi 7 Août 2020, nous avons le droit à une superbe journée ensoleillée, mais très étouffante au niveau des températures (c’est la canicule).
      Le ciel est quasi sans nuages, ce qui laisse penser à une excellente soirée astronomique.
      Effectivement, c’est le cas.
      La météo tient ses promesses.
      Pas un seul nuage à l’horizon ne vient jouer les trouble-fêtes.
      Pas un seul.
      Bien avant la tombée de la nuit, je décide de sortir tout le matériel sur ma terrasse, histoire que tout soit refroidi.
      En attendant le moment venu, je pense aux objets que je voudrais observer : les grands classiques du ciel d’été, ainsi que la planète Saturne.
      Vers 22h15, je commence à voir Véga à l’eoil nu, signe que je peux tout de même initialiser ma raquette Go-To en choisissant cet astre-ci et Arcturus comme étoiles de référence.
      Le début de ma soirée ne commence réellement que dans les environs des 23h00…
       
      Les grands classiques de l’été !
       
      Le ciel s’étant bien assombri, il est grand temps pour moi de me rendre dans la constellation d’Hercule pour y découvrir 2 superbes objets :
       
      M13
      Magnitude = 5,8
      Taille = 20’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Un magnifique poudroiement d’étoiles au beau milieu du champ du Televue Delos 12 mm attire mon regard.
      C’est bien lui.
      C’est bien M13, le roi des globulaires, que je suis en train d’observer.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, bien qu’il ait perdu en luminosité, le Y sombre, quant à lui, est parfaitement visible en vision décalée.
      Il se présente comme 3 chenaux sombres formant la lettre en question.
       
      M92
      Magnitude = 6,5
      Taille = 14’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Le frère cadet de M13.
      J’ai nommé M92.
      Il possède un cœur plus petit mais plus lumineux, puis est parfaitement bien résolu en de nombreuses étoiles de faible magnitude.
      C’est toujours un véritable plaisir de l’observer.
       
      M57
      Magnitude = 8,8
      Taille = 86 x 62’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Bien haute dans le ciel, M57 resplendit à merveille avec sa forme légèrement ovalisée, ainsi que ses anses plus sombres.
      En assistant bien sur la vision décalée, dans le champ du Televue Delos 12 mm, j’aperçois également la très faible étoile de magnitude 12,26 portant le nom de GSC 2642-0433 qui apparaît par intermittence.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, elle est bien plus évidente à observer.
       
      NGC 6826
      Magnitude = 8,8
      Taille = 27x24’’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Pentax XW 3,5 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 343 X
      Description : Une autre superbe nébuleuse planétaire après M57.
      Elle est grande, lumineuse et on voit très aisément son étoile centrale.
      En la regardant alternativement de face et en vision décalée, elle apparaît et disparaît, puis semble aussi clignoter autour de la centrale.
       
      La planète Saturne !
       
      Et pour conclure en beauté cette superbe nuit étoilée, je décide de passer de longues minutes à observer la plus belle planète du système solaire.
      J’ai nommé Saturne.
      Ah, grand dieu ! Que je suis hyper, mais hyper heureux de pouvoir l’admirer à nouveau.
      J’en ai presque les larmes aux yeux tellement que le spectacle est magique.
      Dans le champ du Pentax XW 3,5 mm, j’y décèle sans problème sa Division de Cassini, ainsi que des bandes nuageuses sur son disque.
      Pour ce qui est de ses satellites, j’y vois sans problème Titan, mais il me semble également en découvrir d’autres comme Rhéa, par exemple.
       
      Bilan de la soirée !
       
      Même si j’étais très heureux de retrouver quelques-uns des plus beaux objets du ciel d’été, je ne pouvais m’empêcher aux longues minutes à observer la planète Saturne qui me fait toujours rêver.
      Quelle joie pour moi de la vois flotter au beau milieu du champ de l’oculaire.
      Quel plaisir d’avoir revu la Division de Cassini, cette fine bande noire, qui fait quasiment tout le tour de la planète.
      D’ailleurs, c’est elle qui sépare l’anneau A de l’anneau B.
      En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
    • By delamaresylvain
      Bonsoir tout le monde ,

      Et oui j'ai encore osé faire une image en présence de notre satellite 
      Ce n'est pas souvent que nous avons des nuits dégagées, donc je ne fais pas la fine bouche, j'y vais 
      La nuit fut beaucoup plus stable coté seing, mon suivi s'en est ressenti , une moyenne juste en dessous de 0.9 secondes pixels d'arc .

      Sources Wikipedia :

      NGC 6503, est une galaxie naine spirale du champ située dans la constellation du Dragon.

      Elle se trouve à une distance d'environ ∼20,5 millions d'a.l. De la Terre à l'extrémité d'une région de l'espace appelée le vide local.

      Cette galaxie naine s'étend sur 42 000 années-lumière et est particulièrement colorée à cause de régions de gaz rouges qui sont disséminés le long de ses spirales.

      Les régions d'un bleu intense contiennent des étoiles en formation.

      Des zones de poussières brunes sont dans les bras de la galaxie et dans son centre.

      Elle présente une dimension angulaire apparente de 7,1' par 2.4' d'angle.

      Elle est de type "Sc" suivant la classification de Hubble.

      Sa magnitude apparente est de : 10.86.

      La position de cette galaxie solitaire à l'extrémité du vide local l'a fait surnommer par l'astronome Stephen James O’Meara la « galaxie perdue dans l'espace » dans son livre de 2007 Hidden Treasures10.

      Setup :

      Tube : SC8 Edge

      Camera imageur : Atik 414

      Autoguidage en // lunette 60*430 / ASI ZWO 224C

      Monture : Atlas EQ6 pilotage Prism10 / EQMOD

      Pré-traitement / Traitement Prism10 rien d'autre 

      Toutes les poses unitaires sont de 180 secondes.

      Luminance : 129 minutes

      Rouge : 36 minutes

      Vert : 36 minutes

      Bleue : 36 minutes

      Soit presque 4 heures de pose totale, les nuits s'allongent 

      Dites-moi franchement ce que vous en pensez   

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

    • By BobSaintClar
      Avec un titre pareil, vous vous attendez à l'image qui tue ?
      Vous devrez vous contenter de l'image qui pue
       
      Pour les astrams japonais, cette comète aura été une vraie déception : très peu l'auront vue, encore moins dans des conditions décentes : la météo sera restée épouvantable, exceptionnellement pluvieuse - plus dans la durée que dans l'intensité - et nuageuse. Quand les nuées daignaient s'ouvrir, c'était pour présenter des ciels lavasses, cyan laiteux bien plus que bleus marines, criblés de cirrus et d'aérosols. Pour observer la Lune, ça passe, mais pour une comète...
      Bref : j'ai quand même tenté x fois, avec deux sessions donnant des résultats. La première, c'était le 23 Juillet, lorsque la belle affichait encore une luminosité importante. La seconde (et la dernière, sauf miracle), ce fut le 4 Août, alors que Neowise était au plus proche de M64. Malgré le ciel pourrave, j'ai voulu immortaliser la rencontre :
       
      Le soleil couché dans son paquet de nuages (horizon complètement bouchée jusqu'à 10-15° de hauteur), je cherche la comète à l'oeil nu : que dalle. Aux jumelles 8x32, quand même ? Nib. Sérieusement ?
      Je passe aux Nikon 20x120, faut ce qu'il faut : là, je la trouve. Entre le ciel médiocre et la pleine lune  déjà levée, bonjour le massacre ! Je ne vois que la coma, sans queue vraiment détectée. Aucun détail...
       
      Je peux enchainer 20 prises de vue avant que les nuages d'altitude ne s'épaississent au point de masquer la comète : elle disparaît progressivement de mes brutes, alors j'arrête.
      Voici donc le résultat (15 sec de pose, 20 images, Pentax K1 "astrotracer" + obj 300 F4 ED) : L'image est réduite, mais vous ne manquez rien.

       
      Je me console en me disant que je l'aurai vue, enfin devinée, quand tant d'autres amateurs locaux l'auront manquée ! Et puis, il y a M64
       
       
    • By aubriot
      bonjour,
       
      voila c'est mon premier traitement de photo potable et je galère pas mal sur les traitements . il faut bien un début a tout .
      j'essaye de comprendre pourquoi je me retrouve avec un artefact à  gauche et en haut (demi cercle noir) de M81.
      est ce du à mes DOF  ? mes flats  en particulier ?
       
      merci d'avance
       
       

    • By XavS
      Bonsoir à toutes et tous,
       
      J'ai pû enfin profiter d'une très belle soirée vendredi dernier (31/07/2020) pour approfondir l'utilisateur de ma nouvelle monture Sky-Watcher. Et les premiers tests de photos me confortent sur mon choix de la GT pour supporter mon C9.25.
       
      Tout d'abord, voici la Lune prise entre 23h30 et minuit. Le début de soirée a été un peu nuageux
       
      Appareil 450D défiltré, 49 images à 1/4000s, 800 ISO, sous AS3 avec une sélection à 60 %.
      Tentative de traitement sous Astrosurface
       

       
      Puis passage, toujours pour les tests de la monture, sur M31 avec des poses de 30s. J'aurai pû faire plus mais je voulais voir comment était le suivi
       
      Appareil 450D défiltré,
      88 images, 30s à 800 ISO
      19 x Darks
      19 x Offsets
      Traitement SIRIL et Photoshop (ma bête noire )
       

       
      Je remercie la Lune pour cet halo qui donne un effet original à l'image
       
      Et pendant que le C9 faisait ces prises, mon 450D non défiltré sur sa SA a aussi travaillé
       
      La Lune, Jupiter et Saturne... Chiant à photographier avec la luminosité de notre Sélène.
       
      Appareil 450D non défiltré,
      1s, 800 ISO à 28 mm avec objectif Tamron 28/300mm.
       

       
      Et après notre trio du soir, je pointe le Cygne. Arggg.... des poses plus longues aurait été mieux
       
      Appareil 450D non défiltré,
      69 poses de 30s à 35mm avec objectif Tamron 28/300 mm
      800 ISO
      Traitement Siril et Photoshop
       

       
      L'objectif de cette soirée a été plus ou moins atteint ; la maîtrise de ma nouvelle monture qui grace au travail de PA a un suivi de fou et un blackslash pratiquement nul. Le top pour les photos.
       
      Bien entendu, vos avis sont toujours la bienvenue et me permettent de m'améliorer.
       
      Bonne soirée et bon ciel à toutes et tous.
       
      XavS
       
       
       
       
       
       
       
       
       
  • Images