Recommended Posts

Salut à tous !

 

Je continue mon exploration des fines galaxies vues par la tranche avec NGC 5529, une galaxie du Bouvier. Elle est très faiblarde, mais elle mérite qu'on s'y attarde car elle est vraiment très jolie. Le trio d'étoiles serrées à son extrémité ajoute une petite curiosité dans le champ.

 

Page web : https://www.cypouz.com/croa/200519/ngc-5529

 

Objet : NGC 5529
Type : Gx
Constellation : Bouvier

 

AD : 14h 15' 34"
Déc. : +36° 13' 35"

 

- Date, heure, durée : 19/05/2020, 22:39 TU, 56'
- Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m

 

- Vent moyen à gênant, 17 °C
- T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S2/77×

 

- Instrument : Lx90, 203/2000, F/10

 

Observations :
    77× (champ de 38'), H = 75°. Très faible Gx effilée vue VI3, orientée PA 300 aux dimensions estimées à 4,5' × 0,5'.
    
    Un noyau stellaire vu VI5dd est entouré d'une zone oblongue de luminosité L2 qui s'étend en de très fines extensions. L'ensemble est auréolé d'une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1.
    
Remarque :
    L'étoile de mV 10,9 située à 4,9', PA 111, de NGC 5529 est entourée de deux étoiles plus faibles très proches, l'une de mV 12,9 à 35", PA 317, et l'autre de mV 13,5 à 28", PA 138. Ce trio d'étoiles alignées, orienté NO, forme une jolie étoile multiple optique dans le prolongement de l'axe galactique.

 

large.5ecb956b3b10e_NGC5529-T200.png.cab72ff9ba35381879f752197238501b.png

Edited by Cyp
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Salut, oui joli dessin bien représentatif de ce que l'on voit à l'oculaire !

Tiens, hier soir dans Virgo : NGC 4666, 4762, 4517 par exemple, vues par la tranche

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les deux :)

 

Bin c'est quand même bien sympa ces galaxies-là, dans un champ stellaire avenant. Parce que bon, la galaxie elliptique diffuse aux limites introuvables dans un champ anonyme, on se lasse un peu, à force :D L'environnement de l'objet compte beaucoup pour moi lors de la sélection de futurs cibles. À moins que l'objet pointé se suffise à lui-même, j'aime bien lorsqu'il y a un autre objet dans le champ ou quelques étoiles notables ou colorées... Enfin, ça vaut surtout pour les galaxies, qui sont très nombreuses et potentiellement très semblables. Pour les NP ou les AG, en général, le simple plaisir d'observer autre chose qu'une galaxie suffit à ma motivation :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe ! J'attends le livre avec impatience !:)

 

C'est un 200 de quelle marque?

Quelle est ta technique de dessin ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cyp,

 

tiens, je l'ai observée en mars celle-là et c'est vrai qu'elle est esthétique. Comme tu le soulignes les trio d'étoiles tout proche apporte de l'intérêt au champ.

Bien vu !

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci @Pascal C03 et @fred-burgeot :)

 

Pascal, il s'agit d'un Meade LX90 de 2001 ou 2002. Rien d'exceptionnel, quoi ;) Coté technique, je ne suis pas de ceux qui essaient de retranscrire toutes les nuances de tons directement sur le terrain. La faible lumière rouge, la qualité du papier qui change avec l'humidité, etc. sont autant de désagréments que je ne veux pas affronter. Je réalise donc un premier CROA sur le terrain, que je complète plus tard par la remise au propre du dessin de l'objet observé, sur une autre feuille. L'avantage, c'est que je peux ajouter un réticule à mon gabarit afin de me faciliter le placement des étoiles, ainsi que tout autre artifice utile à une fiche purement pratique qui n'a pas l'ambition d'un rendu final.

 

Ce gabarit est d'ailleurs un fichier PDF avec des champs éditables, qu'il est possible de compléter avant impression, avec le nom de l'objet, par exemple, ses coordonnées, ou autres.

 

À l'oculaire, je ne m'embête pas trop avec la gomme à refaire trois fois le même détail pour qu'il corresponde à mon observation. Si telle extension de galaxie est trop longue ou pas assez inclinée, je note à coté la limite « réelle » d'un simple trait et rédige une courte indication à coté. Je dessine généralement mes objets sous forme d'isophotes, avec des annotations, des flèches, et autres indications utiles pour la remise au propre ultérieure. Il m'arrive parfois de dessiner plusieurs fois l'objet sur ma feuille, afin de mettre en avant différents aspects de sa morphologie. Au final, je trouve bien souvent le croquis original plus complet en informations que le dessin remis au propre ! Je garde donc précieusement les deux ensemble.

 

Pour les étoiles, dans le même esprit, je ne m'embête pas à les dessiner plus ou moins grosses ou plus ou moins noires. Je fais un point, et je note à coté un petit chiffre correspondant à sa luminosité. 1 pour les étoiles relativement brillantes, 2 pour les notables, 6 pour les plus faibles. 3, 4 et 5 pour les étapes intermédiaires. On prend vite le coup de juger ce qu'on doit mettre. Et puis bon, on n'est pas là pour faire de la photométrie, non-plus ;)

 

Comme on peut voir, je m'organise pour passer le moins de temps possible sur la feuille de papier, le plus possible à l'oculaire.

 

En général, la remise au propre du dessin a lieu le lendemain. Je n'ai pas la fibre artistique du peintre dans son atelier. Mes dessins astro ont pour seule ambition de compléter un CROA écrit de ce que j'ai pu voir à l'oculaire. Un coté fortement pratique. Aussi, je n'ai aucune envie de reprendre l'intégralité du dessin au propre. Encore moins à redessiner des étoiles que je me suis déjà bien embêté à positionner de nuit ! Je ne reprends donc que le dessin de l'objet principal, sur feuille blanche avec des crayons H, HB et 4B et l'aide, au besoin, d'une estompe. Si plusieurs objets sont observés dans le champ, je ne cherche pas à les remettre au propre avec leurs bonnes orientations, positions, tailles, ou luminosités relatives. Je les reprends séparément, de manière indépendante. Si le trait a été trop forcé ici, telle extension trop longue là, ce n'est pas grave.

 

Ceci fait, je prends le champ dessiné à l'oculaire en photo avec mon téléphone, ainsi que les dessins remis au propre. Je les envoie sur mon ordinateur via une synchronisation dans le nuage des internets pour une retouche dans Gimp. Ici, je finalise les dessins en corrigeant certains détails et ajustant les luminosités relatives. Je passe notamment les dessins en positif, puis en niveau de gris afin de corriger un éventuel virage chromatique.

 

La suite se poursuit dans Inkscape, qui est un logiciel de dessin vectoriel. Je ne m'embête pas avec des logiciels matriciels pour la suite, à vouloir représenter telle étoile avec tel dégradé de tant de pixels, tel diamètre de tant de pixels, etc. Je veux pouvoir exporter mon dessin à n'importe quelle définition sans rendre floues mes étoiles ou les indications écrites, ou modifier une couleurs après coup si finalement la teinte choisie n'était pas la bonne. Pour un fichier informatique des plus légers, qui plus est. Sous Inkscape, donc, j'ai un gabarit de champ. Je change le nom de l'objet, la constellation, ainsi que toutes les indications inscrites sous le champ du rendu final. Je me suis fait une palette d'étoiles de différents diamètres relatifs correspondants à mes annotations de 1 à 6, de différentes nuances de gris ou couleurs, que je n'ai plus qu'à copier-coller au bon endroit une fois la photo du champ dessiné importé et ajouté comme calque.

 

Pour les objets, je passe la couleur noire en transparence dans Gimp, copie les calques, et les colle directement dans Inkscape. Je place alors les objets au bon endroit, avec la bonne orientation et la bonne taille, en prenant toujours le calque de la photo du champ dessiné comme référence par transparence. J'ai ici parfois besoin de faire plusieurs aller-retours dans Gimp pour ajuster les luminosités relatives de chaque objet si je trouve que le rendu final ne correspond pas bien à mon observation.

 

Enfin, je sélectionne le tout afin de corriger l'orientation du champ. J'ajuste aussi, au besoin, l'échelle du gabarit. Ne reste alors plus qu'à exporter la page en PNG, et le tour est joué ;)

 

Ouf, je pense n'avoir rien oublié :) N'hésite pas si tu as d'autres questions ;)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme au T445 : extrafine, celle là !

 

n5529_ypr.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore une jolie galaxie vue par la tranche :),  et encore une fois.... inconnue pour moi ;)

Merci pour cette découverte, et merci aussi d'avoir pris le temps d'expliquer ta méthode de dessin.

C'est fou comme chaque dessinateur développe une technique qui lui est propre. Très intéressant ;).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec plaisir ;) C'est vrai que j'aime bien aussi savoir comment chacun s'organise et aborde l'observation sans avoir moi-même détaillé ma propre démarche. Voilà qui est donc fait ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

@yapo très chouette le dessin, par contre à grossir plus on perd le coté sympa de l'étoile « triple », j'ai l'impression.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Jean-Claude Mario
      Bonjour à tous, heureux de vous présenter la 1ere lumière du "T500 Arp 83", il s'agit de NGC 2403, galaxie intermédiaire dans la Girafe, prise 3 jours avant la pleine Lune, 40 x 3 minutes en L bin2, 3*15 poses de 3 minutes en rvb bin2 :
       
       

       
      la full ici :
       
      http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/girafe/NGC_2403_full.jpg
       
       
       
       
      Assez absent du forum en ce moment, mais pour la bonne cause, j'ai cassé et agrandi l'observatoire pour recevoir un nouveau setup. Il s'agit d'un 500 Cassegrain fabriqué par Arp 83, c'est un télescope monté artisanalement;  Ce qui a conduit mon choix c'est mon souhait de vouloir rééquiper l'observatoire d'un télescope assez gros dans lequel on puisse "mettre les mains", dans un 1er temps j'ai pensé me lancer dans la fabrication, puis finalement par hasard je suis tombé sur ce télescope disponible. Un 500 en formule optique Cassegrain à F/D 8 dont la fabrication me semblait très cossue tout en restant simple et efficace.  Plus de 4 m de focale forcément ça pose question .... faut envisager le binning, et une monture qui tienne la route, mais l'idée fait son chemin, début Décembre je vais voir l'engin,  j'ai la confirmation de visu que ce télescope à été très bien conçu, la mécanique est à la hauteur de son miroir de 45 kg, et les tests optiques semblent corrects. L'affaire est faite, il me reste à détruire une partie de l'observatoire pour caser l'engin, par chance le tube est assez court, je ne suis pas obligé de tout détruire, après plusieurs simulations de déplacement, je détruit la colonne, le toit et 2 des 4 murs, je conserve 2 murs, la dalle et la base de la colonne. 
      C'est chose faite en Décembre, fin décembre le tube est posé, 1er réglages de colim entre Noel et le jour de l'an, et 1eres lumières sur le ciel début Janvier.
      Autant dire que je suis très content de l'ensemble, il reste évidement des choses à affiner, mais j'appréhendais de voir comment la colim allait tenir dans les différentes positions du tube, l'optique allait-elle être au rendez-vous etc... et tout est au vert 
      Une nuit stable à permis de montrer de très belles choses, pour l'instant j'image en bin 2x2, mon seeing n'étant jamais en dessous de 2", et mon échantillonnage en bin 2 étant de 0.86", je pense que c'est suffisamment bas  au regard du seeing, cela m'en fait un télescope ouvert virtuellement à F4. Plus tard des tests seront fait en bin1, le tube quand à lui sera destiné à la fois à l'imagerie et aux transits d'exoplanètes.
       
      Les organes constituants le tube sont les suivants :
      Miroir primaire LOMO (Russe équipant les ASA et APM)
      Secondaire fabriqué par Skyvision par rapport au primaire
      Porte oculaire 4" ASTROPHYSICS
      Correcteur de champ 4" ASA
       

       
      la cage du primaire :
       
       

       
       
      Jean-Claude MARIO
       
       
       
       
       
       
         
       
       
    • By encelade18
      Bonjour à toutes et tous,
       
      Voici une nouvelle publication réalisée avec des acquisitions faites la même nuit que pour mes deux précédents posts (LA nuit du 05 au 06 janvier, sans Lune ET sans nuages  ) :
      La radiogalaxie Perseus A située dans la constellation de Persée.
      Cette galaxie lenticulaire géante est distante de 240 millions d'années-lumière et a un diamètre de 160 000 années-lumière.
      Cette galaxie est le membre le plus brillant et le plus massif de l'Amas de galaxies de Persée (Abell426).
      Une autre particularité de cette galaxie est de comporter des filaments visibles en HAlpha dont l'origine est incertaine.
       
      NGC1275 est la galaxie la plus grande et la plus brillante de l'image sur laquelle on peut dénombrer une cinquantaine d'autres galaxies.
      Cette image aurait mérité plus de temps d’acquisition, je rajouterai une autre session si le temps le permet
       

       
      * Acquisitions :
      - Caméra ASI533, capteur refroidi à -15°C.
      - Images brutes de l'objet : 155 images. 3008 x 3008 pixels. Exposition 1min. Gain caméra 100. Format fits.
      - Images brutes de pré-traitement : 30 images de darks, 100 images d'offsets, 100 images de flats. Format fits.
      - Autoguidage : Par diviseur optique ZWO. Caméra de guidage GPCAM2 IMX224. Dithering.
      - Date/ lieu : nuit du 05 au 06/01/2022, de 21h48 à 00h34 à Vauréal (Cergy-Pontoise, 95).
      Logiciels : Sharpcap 4.0.8395.0, PHD2 Guiding 2.6.10.
       
      * Optique :
      - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1900 mm de focale. Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Baader Neodymium.
       
      * Monture :
      - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding
       
      * Prétraitements :
      - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 141 images (91% des images), soit 2h 21min de pose, avec masters dark, offset, flat.
      Logiciel : Siril 0.9.12
       
      * Traitements :
      - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme.
      - Masque de fusion : réglage des tons foncés / tons clairs.
      - Masque de fusion : contraste.
      - Réduction du bruit chromatique.
      - Masque de fusion : saturation, vibrance, Lab a.
      - Masque de fusion : filtre passe-haut.
      - Ajustement des niveaux, correction gamma.
      Logiciels : Siril 0.9.12, Photoshop CS6.
       
      * Lien à mon site internet :
      http://encelade18.free.fr/photos/NGC1275.html
    • By encelade18
      Bonjour à toutes et tous,
      Voici la galaxie M74/ NGC628, réalisée avec des acquisitions d'images faites la même nuit que la nébuleuse variable de Hubble postée précédemment.
      La galaxie M74 est située dans la constellation des Poissons.
      Cette galaxie spirale vue de face est distante de 29.4 millions d'années-lumière et a un diamètre de 84 800 années-lumière.
      M74 est une galaxie à faible brillance de surface et le résultat obtenu est assez bruité avec seulement 1h35 de pose.
       

       
      * Acquisitions :
      - Caméra ASI533, capteur refroidi à -15°C.
      - Images brutes de l'objet : 102 images. 3008 x 3008 pixels. Exposition 1min. Gain caméra 100. Format fits.
      - Images brutes de pré-traitement : 30 images de darks, 100 images d'offsets, 100 images de flats. Format fits.
      - Autoguidage : Par diviseur optique ZWO. Caméra de guidage GPCAM2 IMX224. Dithering.
      - Date/ lieu : nuit du 05 au 06/01/2022, de 19h46 à 21h36 à Vauréal (Cergy-Pontoise, 95).
      Logiciels : Sharpcap 4.0.8395.0, PHD2 Guiding 2.6.10.
       
      * Optique :
      - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1897 mm de focale. Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Baader Neodymium.
       
      * Monture :
      - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding
       
      * Prétraitements :
      - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 95 images (93% des images), soit 1h 35min de pose, avec masters dark, offset, flat.
      Logiciel : Siril 0.9.12
       
      * Traitements :
      - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme.
      - Masque de fusion : transformation de l'histogramme avec plus de basses lumières.
      - Masque de fusion : contraste.
      - Masque de fusion : réduction du bruit par médiane.
      - Réduction du bruit chromatique.
      - Masque de fusion : ondelettes et déconvolution Richardson-Lucy, filtre passe-haut.
      - Ajustement des niveaux. Correction gamma.
      Logiciels : Siril 0.9.12, Photoshop CS6, AstroSurface STELLAR-S2.
       
      * Lien à mon site internet :
      http://encelade18.free.fr/photos/M74.html
    • By xavierc
      Nuit du 10 au 11 août 2021
      Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
      Dans le virage est du parking de la station de Valdrôme

      14 dessins : 9595 à 9608.

      Je suis opérationnel à 22h37, quasiment comme hier. Quelle routine!
      Il y a de l'animation par ici.
      Je n'ai pas mis le pull, juste le manteau, car j'ai trop chaud.
      Ce manteau reste indispensable avec ce télescope car il sert de rangement aux oculaires, pour pouvoir les interchanger sans descendre de l'escabeau.

      De la musique se fait entendre vers la station.

      Je regarde un amas globulaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.

      Observation 9595 : NGC6235.
      201x, 276x, 85x. Facile, il est déjà résolu à 85x, considérablement faible et petit.
      La forte turbulence de 4 à 5 sur 5 à 276x limite la résolution de l'amas du coup.


      Puis je dessine 2 nébuleuses planétaires d'Ophiucus.

      Observation 9596 : PK358+7.1.
      Réagissant bien au filtre Oxygène 3, elle demeure très faible et un peu floue à 201x.


      Observation 9597 : NGC6369.
      Cette autre nébuleuse planétaire réagit encore mieux au filtre Oxygène 3 et montre du détail. Vue à 85x, floue, elle montre déjà une structure annulaire.
      Le grossissement idéal est de 402x, 631x la rendant trop floue à cause de la turbulence forte de 4 sur 5.
      Je n'ai pas décelé d'étoile centrale. Je vois un bel anneau à 402x, le filtre Oxygène 3 n'en montre pas plus.


      A minuit, les premiers flashs embrasent le ciel à cause d'orages au sud.
      Ca ne rend pas évident l'observation d'une galaxie de la Grande Ourse, cette brusque montée en luminosité du fond de ciel à chaque éclair!

      Observation 9598 : NGC5368.
      Cette galaxie vers M101 est petite et considérablement faible à 85x et 201x.


      Le ciel au sud se bouche.
      J'observe une autre galaxie de la Grande Ourse mais les nuages écourtent le dessin.

      Observation 9599 : UGC8837.
      A 201x, elle est diffuse, très faible à VI1.


      Ca se couvre, le risque orageux à 6kms au sud menace de déborder sur nous.
      Plein de gens ont remballé à cause du risque d'orage. Grâce au smartphone du travail qui capte le réseau SFR, l'un des seuls passant ici, je constate que l'orage reste cantonné au Sud. Donc je laisse le matériel opérationnel.
      Pari gagné, j'observe une galaxie du Dragon alors que ça se redégage.

      Observation 9600 : NGC6386.
      Vue facilement à 85x, elle est très diffuse à 201x, puis trop sombre à 402x.


      Puis d'autres galaxies de cette constellation circumpolaire sont patiemment couchées sur ma feuille de dessins.

      Observation 9601 : NGC6385/7.
      NGC6385 se révèle considérablement faible et diffuse et sa voisine est faible et assez nette à 201x.


      A 2h, les irréductibles encore levés par ici sont Nicolas Biver, Serge Vieillard, Jean-Pierre le photographe "l'indéboulonnable du talus".

      Observation 9602 : NGC6409.
      Cette galaxie demeure faible à 201x, diffuse et allongée.


      Observation 9603 : NGC6594.
      C'est un copié-collé de la précédente, elle est faible à 201x, diffuse et allongée.


      Observation 9604 : NGC6597.
      Voici un peu de changement avec celle-ci qui reste minuscule à 201x, comme une étoile faible très floue.


      Je change de constellation à 3h, direction une double galaxie Arp du Verseau.

      Observation 9605 : NGC7284/5_= Arp93.
      Ce duo Arp en interaction est vu comme une faible double galaxie à 85x. A 201x, NGC7284 est un peu plus brillante, considérablement faible, et NGC7285 est faible.


      Je dessine une autre galaxie du Verseau.

      Observation 9606 : NGC7256.
      Vue dès 85x, elle est faible à très faible à 201x et roucoule avec une étoile collée tout contre elle.


      Après un habituel coup de barre et ma micro-sieste de navigateur vers 3h30 dans le siège de camping, je pointe la fameuse comète 67P Churyumov-Gerasimenko dans les Poissons.

      Observation 9607 : comète 67P Churyumov-Gerasimenko.
      Je remarque dès 85x la comète visitée par Rosetta et Philae qui s'y sont tellement plu qu'elles y ont emménagé définitivement, et à 201x son centre considérablement faible et sa queue très faible à perceptible.


      Des passages de voiles gênant à 4h pimentent la fin de nuit.
      J'essuie un échec sur la comète Tempel 2 dans le Taureau.
      La lampe de poche s'est démontée, j'ai remonté son puzzle pour pouvoir finir la nuit, et j'ai mis un adhésif de fortune (autocollant avec code barre au dos de mon nouveau classeur de programme d'observation) pour que ça tienne.
      Puis les nuages sont revenus à 4h30, fichtre!

      J'ai attendu une demi-heure qu'ils partent pour regarder Uranus dans le Bélier. Mais le ciel est vite devenu trop clair pour voir plus que 2 de ses satellites, et je termine mes observations à 5h12.

      Observation 9608 : Uranus et ses satellites Titania et Obéron.
      Cette nuit ou plutôt ce matin, la géante vert clair pâle ne semble accompagnée que par ses satellites Titania faible et Obéron considérablement faible à faible à 631x. Turbulence forte de 4 sur 5. J'avais réussi à en voir 4 avec ce télescope une nuit avant ces vacances.


       
  • Upcoming Events