Guillaumedu59

Les fractures de la Lune

Recommended Posts

Date d’observation : Dans la nuit du 29 au 30 Mai 2020

Heure d’observation : Non précisée

Lieu d’observation : Haubourdin

Type de ciel : Ciel urbain

Matériel : Dobson Orion XT10g 254/1200 (Diamètre = 254 mm / Focale = 1200 mm / Rapport F/D = 4,7)

Oculaires / champ / grossissement respectif :

-  Pentax XW 7 mm (70° / 171 x)

-  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 x)

-  Pentax XW 7 mm + Televue Barlow 3x (70° / 521 x)

Filtres :

-  UHC-S Baader : Non

-  OIII Astronomik : Non

-  H-Beta Astronomik : Non

Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures plutôt correctes pour la saison

Objet(s) observé(s) :

Lune : Oui

Planète(s) : Non

Ciel profond : Non

 

Préface !

 

Bonjour,
Hier soir, en début de soirée, et ce, malgré un ciel quelque peu perfectible, je décide tout de même de sortir tout le matériel pour imager de nouveau notre satellite naturel.
Qu’à cela ne tienne !
Lorsque la nuit tardive parvient enfin à tomber, les derniers cirrus restant finissent par se dissiper.
Une fois le Go-To initialisé (indispensable pour bénéficier d’un meilleur confort en matière de suivi), il ne me reste plus qu’à insérer ma caméra dans le porte-oculaire, puis à la raccorder à mon PC portable, installé sur ma table de camping.
Au programme : la photographie des fractures lunaires avec ma lentille de Barlow Televue 3x.

 

De l’observation visuelle très réussie !

 

Après avoir réalisé quelques films SER de la Lune, je me suis vite rendu compte que le résultat final ne me convient pas. Je décide donc de jeter pas mal de ces films à la corbeille. Les causes possibles : la turbulence et/ou un défaut de mise au point. Néanmoins, je trouve que 2 photos peuvent éventuellement convenir.

5ed22e9f33e3f_CratreWalther.png.cedcc1649a696baf15b92d6a9d25b2f0.png
Le cratère Walther à droite de l'image. Photo prise avec la lentille de Barlow Televue 3x.

 

5ed22f003bf6e_RimaeTriesnecker.png.9f7f4e91a5bf52a4951c0e82c717c561.png
Rimae Triesnecker, le cratère Triesnecker, puis Rima Hyginus. Photo prise avec la lentille de Barlow Televue 3x.

 

Les minutes passent. La Lune continue de décliner.
J’abandonne la séance d’astrophotographie pour me consacrer au visuel pur de notre satellite naturel.
Je retire ma caméra du porte-oculaire pour laisser la place au Pentax XW 3,5 mm, puis par la suite, à la combinaison Pentax XW 7 mm + Barlow Televue 3x, ce qui me donnera un grossissement encore plus important.
Je commence donc par observer quelques fractures lunaires bien connues de tous :

 

RIMA ARIADAEUS
Il s’agit d’une rainure linéaire qui mesure plus de 300 kilomètres de long. Elle possède le même nom du cratère qui marque son extrémité orientale, à savoir, Ariadaeus.

 

RIMA HYGINUS
Magnifique longue rainure linéaire qui se ramifie  au Nord-Ouest et à l’Est-Sud sur une longueur totale de 220 kilomètres.
En son centre, se trouve le cratère Hyginus, une formation circulaire possédant une muraille peu élevée, ainsi qu’un fond plat étendu.

 

RIMAE TRIESNECKER
Superbe système de rainures très ramifié, s’étendant du versant Nord de Rhaeticus à Rima Hyginus, puis situé sur le versant Est du cratère Triesnecker.
Celui-ci comporte 5 rainures orientées Nord Sud.
Ce soir, avec le Pentax XW 7 mm couplé à ma Barlow Televue 3x, je les vois très aisément.
Elles me sautent directement aux yeux.
Je n’en reviens toujours pas.
Je suis en train d’observer Rimae Triesnecker, et ce, de manière plus évidente par rapport à la dernière soirée lunaire, grâce à un grossissement de 521 X.

 

WALTHER
Une superbe formation circulaire de type plaine marée, qui possède une muraille très élevée en gradins, un immense fond plat immense,  un groupe de cratères dont Walther A au Nord-Est, ainsi que de nombre craterlets et lignes de crêtes.

 

Bilan de la soirée !

 

Bien qu’en début de soirée, j’étais sceptique quant à la qualité de mes photos et de mes observations visuelles concernant Dame céleste.
Finalement, il n’en était rien.
Certes, au niveau des photographies des formations lunaires, ça n’a pas pété le feu, mais je m’en suis quand même bien sorti avec 2 images plus ou moins correctes.
Il fallait dire également que la Lune commençait sérieusement à décliner vers l’Est.
Au niveau du visuel, j’étais très heureux d’avoir pu redécouvrir Rimae Triesnecker grâce au duo Pentax XW 7 + Barlow Televue 3x, qui m’a donné un grossissement respectif de 521 X.
J’y ai vu sans problème les 5 rainures.
Autant vous dire que le spectacle était de toute beauté.
En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !

  • Like 8

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Avec des images sympathiques :)

Bonne soirée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Oui c'est bien mais en observation visuelle, je m'attendais à  voir des dessins.

 

Bon ciel lunaire

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ton passage Wolfan.

Tiens, je croyais que les CROAS pouvaient être également accompagnés de photos.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Guillaumedu59 a dit :

Tiens, je croyais que les CROAS pouvaient être également accompagnés de photos.

Un croa peut être accompagné de tout ce que tu veux, l' important c' est qu'il soit agréable à lire. Et à regarder. Comme le tien. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

CROA très bien fait. Lorsque des années plus tard on retombe dessus ça fait du bien. Alors à conserver précieusement.

Le seul petit petit bémol est l'orientation des images; l'idéal est de suivre les préconisations de l'UAI, nord en haut et est à droite donc inversé. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ton passage Gérard.

Effectivement, avant de publier mes CROAS ici-même ou sur le forum d'en face, je préfère le faire directement sous Word.

Ainsi, je garde une trace de ma soirée.

Pour ce qui est de l'orientation des images, je préfère celle-ci, car c'est la même que l'observe à l'oculaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Guillaumedu59
      Date d’observation : Dans la nuit du 7 au 8 Aout 2020
      Heure d’observation : 23h15 – 02h40
      Lieu d’observation : Haubourdin
      Type de ciel : Ciel urbain
      Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm)
      Oculaires / champ / grossissement respectif :
      -  Explore Scientific 30 mm (82° / 40 X)
      -  Pentax XW 20 mm (70° / 60 X)
      -  Televue Delos 12 mm (72° / 100 X)
      -  Pentax XW 7 mm (70° / 171 X)
      -  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X)
      Filtres :
      -  UHC Astronomik : Oui
      -  OIII Astronomik : Oui
      -  H-Beta Astronomik : Oui
      Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures chaudes pour la saison
      Objet(s) observé(s) :
      -  Lune : Oui
      -  Planète(s) : Oui (Saturne)
      -  Ciel profond : Oui (M13, M92, M57 et NGC 6826)
       
      Préface !
       
      Bonjour,
      Ce Vendredi 7 Août 2020, nous avons le droit à une superbe journée ensoleillée, mais très étouffante au niveau des températures (c’est la canicule).
      Le ciel est quasi sans nuages, ce qui laisse penser à une excellente soirée astronomique.
      Effectivement, c’est le cas.
      La météo tient ses promesses.
      Pas un seul nuage à l’horizon ne vient jouer les trouble-fêtes.
      Pas un seul.
      Bien avant la tombée de la nuit, je décide de sortir tout le matériel sur ma terrasse, histoire que tout soit refroidi.
      En attendant le moment venu, je pense aux objets que je voudrais observer : les grands classiques du ciel d’été, ainsi que la planète Saturne.
      Vers 22h15, je commence à voir Véga à l’eoil nu, signe que je peux tout de même initialiser ma raquette Go-To en choisissant cet astre-ci et Arcturus comme étoiles de référence.
      Le début de ma soirée ne commence réellement que dans les environs des 23h00…
       
      Les grands classiques de l’été !
       
      Le ciel s’étant bien assombri, il est grand temps pour moi de me rendre dans la constellation d’Hercule pour y découvrir 2 superbes objets :
       
      M13
      Magnitude = 5,8
      Taille = 20’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Un magnifique poudroiement d’étoiles au beau milieu du champ du Televue Delos 12 mm attire mon regard.
      C’est bien lui.
      C’est bien M13, le roi des globulaires, que je suis en train d’observer.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, bien qu’il ait perdu en luminosité, le Y sombre, quant à lui, est parfaitement visible en vision décalée.
      Il se présente comme 3 chenaux sombres formant la lettre en question.
       
      M92
      Magnitude = 6,5
      Taille = 14’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Le frère cadet de M13.
      J’ai nommé M92.
      Il possède un cœur plus petit mais plus lumineux, puis est parfaitement bien résolu en de nombreuses étoiles de faible magnitude.
      C’est toujours un véritable plaisir de l’observer.
       
      M57
      Magnitude = 8,8
      Taille = 86 x 62’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Bien haute dans le ciel, M57 resplendit à merveille avec sa forme légèrement ovalisée, ainsi que ses anses plus sombres.
      En assistant bien sur la vision décalée, dans le champ du Televue Delos 12 mm, j’aperçois également la très faible étoile de magnitude 12,26 portant le nom de GSC 2642-0433 qui apparaît par intermittence.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, elle est bien plus évidente à observer.
       
      NGC 6826
      Magnitude = 8,8
      Taille = 27x24’’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Pentax XW 3,5 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 343 X
      Description : Une autre superbe nébuleuse planétaire après M57.
      Elle est grande, lumineuse et on voit très aisément son étoile centrale.
      En la regardant alternativement de face et en vision décalée, elle apparaît et disparaît, puis semble aussi clignoter autour de la centrale.
       
      La planète Saturne !
       
      Et pour conclure en beauté cette superbe nuit étoilée, je décide de passer de longues minutes à observer la plus belle planète du système solaire.
      J’ai nommé Saturne.
      Ah, grand dieu ! Que je suis hyper, mais hyper heureux de pouvoir l’admirer à nouveau.
      J’en ai presque les larmes aux yeux tellement que le spectacle est magique.
      Dans le champ du Pentax XW 3,5 mm, j’y décèle sans problème sa Division de Cassini, ainsi que des bandes nuageuses sur son disque.
      Pour ce qui est de ses satellites, j’y vois sans problème Titan, mais il me semble également en découvrir d’autres comme Rhéa, par exemple.
       
      Bilan de la soirée !
       
      Même si j’étais très heureux de retrouver quelques-uns des plus beaux objets du ciel d’été, je ne pouvais m’empêcher aux longues minutes à observer la planète Saturne qui me fait toujours rêver.
      Quelle joie pour moi de la vois flotter au beau milieu du champ de l’oculaire.
      Quel plaisir d’avoir revu la Division de Cassini, cette fine bande noire, qui fait quasiment tout le tour de la planète.
      D’ailleurs, c’est elle qui sépare l’anneau A de l’anneau B.
      En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
    • By biver
      Bonjour,
      Alors que j'observais Neowise au Télescope, j'ai eu l'impression d'être (à nouveau) éclairé par des phares de voiture vers 1h12 (23h12 UT le dimanche 26), mais ça venait d'en haut: j'ai pu suivre visuellement la fin de la désintégration de l'objet, avec un morceau principal bien vert qui filait Sud-Nord de au-dessus de cassiopée pour finir un peu sous la polaire [vu depuis 50km au sud de Paris]. La flash principal, a priori assez haut dans le ciel entre Pégase et le Cygne, devait tourner autour de la magnitude -15, certainement plus brillant que la pleine lune... j'imagine que d'autres l'on vu, et au moins des caméras frippon.
      Rentrée atmosphérique ou météoride?
      Sinon, 3-4 min plus tard, à 1h16.0 précises j'ai entendu une double détonation - était-ce lié ou indépendant?
      Nicolas
       
    • By Anton et Mila
      Bonjour à tous,
       
      Je voudrais vous faitre partager une discussion sur cloudy nights que j'ai découverte hier. 
      https://www.cloudynights.com/topic/715744-more-about-lambda-cygni/
      J'ai donc pris la décision hier soir de tenter ma chance sur la double tau du Cygne, dont j'ai entendu parler pour la première fois hier, contrairement à lambda Cygne que j'ai eu l'occasion de voir plusieurs fois, et de photographier.
       
      Voici mon CROA, qui n'est que la traduction de mon texte en anglais:
       
      "J'ai essayé à nouveau cette nuit à dédoubler Lambda Cygne avec mon réfracteur APM LZOS de 6 pouces, mais la cible principale était Tau du Cygne. Je n'avais jamais essayé cette étoile double auparavant. Encore une fois, Lambda Cygne était "assez facile à dédoubler" vers 23h30 TU le jeudi 8 juillet, avec un grossissement de 600X, avec un barlow TV 3X et un ortho 6mm BCO. C'était également possible avec un ortho Celestron de 4 mm et la barlow TV 2X. Environ 80% du temps, j'ai pu la voir. J'ai déplacé le télescope vers Tau du Cygne avec le même grossissement (j'ai essayé un grossissement plus faible plus tôt dans la nuit et je n'ai pas réussi à faire la séparation du fait de la hauteur sur l'horizon et le grossissement insuffisant). Donc, j'avais vraiment besoin de 600X.
      Beaucoup plus difficile de séparer, le compagnon était visible comme un petit point gris au-dessus de l'étoile principale, 40% du temps environ, peut être un peu plus, mais parfois perturbé par la petite luminosité du premier anneau du disque d'airy. J'étais sûr de l'avoir vu en vérifiant l'angle thêta (θ) dans stelle doppie par la suite.
      Le compagnon de Tau Cygnus est exactement à l'opposé du compagnon de Lambda Cygnus: PA actuel 358,5 ° pour Lambda Cygnus et PA actuel pour Tau Cygnus 187,9 °. Vous n'avez qu'à passer d'une étoile à l'autre avec votre GOTO de votre monture équatoriale et essayer de confirmer vos observations. Je suis certain qu'elle serait beaucoup plus difficile de séparer avec mon Maksutov F10 STF 8 pouces en raison de l'obstruction centrale (30%). Le premier anneau est beaucoup plus lumineux que mon réflecteur, et je trouve beaucoup plus facile de séparer Lambda Cygne dans le petit réfracteur de 6 pouces.
       
      Bonne chance
       
      ClaudeS
       
      PS: La figure d'airy du compagnon de Tau Cygnus ressemble plus à une petite étoile allongée qu'à un point, probablement du fait qu'elle demeure très près à l'intérieur du premier anneau de l'étoile principale de Tau Cygne, premier anneau toujours très faible dans ce réfracteur, voir inexistant (strehl 0,97 à 555 nm).
      Je serais curieux de savoir à partir de quel diamètre un réflecteur peut voir cette double. L'obstruction doit jouer beaucoup. J'ai réalisé une vidéo à 0.15" d'arc par pixel, mais je ne l'ai pas encore traitée. Donc, 2h30 passées en observation pour seulement deux doubles et une vidéo. Mon record.Attendez bien la montée des doubles vers le zénith pour faire cette observation qui n'est pas facile.
      Données:
      21148+3803 AGC  13AB (Tau Cyg) Sep. Now (ρ) 0.99" Mag pri 3.83 Mag sec 6.57 delta mag (ΔM) 2.74
      Tau Cygne
      20474+3629 STT 413AB (Lam Cyg) Sep. Now (ρ) 0.92" Mag pri 4.73 Mag sec 6.26 delta mag (ΔM) 1.53
      Lambda Cygne
       
    • By Alexandre Renou
      C’est avec la comète C/2020 F3 NEOWISE que j’atteins la barre des 300 comètes différentes observées en visuel depuis la première en 1983, l’extraordinaire IRAS-Araki-Alcock.
      Dans cette longue liste, il y a bien sûr Hyakutake et Hale-Bopp et il y a plus longtemps Halley….
      Je compte les périodiques une seule fois, mais pour certaines, Wirtanen, je l’ai vu lors de 5 passages différents au périhélie.
      Que de souvenirs très différents, comme par exemple celles qui se pulvérisent, celles avec 2 queues, celles très diffuses et grandes ou à l’inverse minuscules et très contrastées, et comme cette dernière dans les feux de l’aube.
      Il faudrait qu’un jour je fasse un bilan de tout cela avec toutes mes notes d’observation, dont les mesures de magnitude que je réalise à chaque fois.
      Pour la petite histoire, pour passer la barre des 300, je me suis cassé plusieurs fois les dents sur des comètes ces derniers mois sur des comètes très faibles (au-delà de mag 15-16) non vues malgré mon T 560 !!

      Mais revenons d’abord à celle de ce matin du 10 juillet, NEOWISE :
      Observée entre 2h15 et 3h tu, très basse sur l’horizon du début de l’aube (à 5° environ), avec des jumelles J 43x10, une L 90 et un T 250. Mesurée à mag m1 = +1,5 environ (pas facile à estimer avec si peu de jalons stellaires et sa très faible hauteur sur l’horizon). Coma très petite avec un aspect très typé avec un noyau d’aspect stellaire (ou quasi stellaire au T 250) d’où part une queue en 2 jets symétriques comme le montre très bien le dessin de Laurent (Ferrero) sur son site http://splendeursducielprofond.eklablog.fr/la-comete-c-2020-f3-neowise-commence-son-show-a194781814
      La queue a été mesurée sur au moins 2° (PA305°), mais elle est certainement plus grande car le fond du ciel (clair de l’aube naissant) limite sa visibilité sur son extrémité. Elle est toutefois bien contrastée sur une bonne partie depuis la tête.
      Cette comète a été vue aussi à l’oeil nu mais pas facile, le créneau horaire est très court, entre le lever de la comète suffisamment « pas trop basse » et le jour naissant. Sa vision avec des jumelles est déjà très bien.
       
      Profitez vite de cette (enfin) belle comète avant qu’elle faiblisse. Malgré la Lune ou un peu de pollution lumineuse, ça doit aller (l’aube est plus gênante), l’essentiel c’est d’avoir un horizon très bas vers le nord-nord-est et un ciel limpide bien sûr ! Bonne chasse.
    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Voilà une galaxie que j'ai pointée à plusieurs reprises ces dernières semaines, sans prendre le temps de la dessiner. On se trouve les excuses qu'on veut, pour moi elle ne faisait tout simplement pas partie des cibles du soir. Mais c'était bien par manque de courage. Quelques secondes à l'oculaire suffisent pour comprendre qu'on a ici affaire à un objet complexe, granuleux, qui foisonne de détails qu'il va falloir minutieusement analyser pour les dessiner au mieux. Bref, le genre de cible qu'il est plus simple d'attaquer à la lunette de 60 mm
       
      Ce soir du 21 mai, après avoir tourné autour depuis si longtemps, je m'y attaque enfin. Enfin... pas tout de suite quand même. Pour repousser un peu l'échéance, je commence d'abord par placer les étoiles du champ. Ceci fait, il me faut bien y aller. Bon, qu'est-ce qu'on a ?
       
      Visible en vision directe à 77×, j'ajoute la Barlow pour la retrouver... en vision directe à 154×. Tiens donc. Je change d'oculaire et passe à 200×. Idem. Alors ça, c'est pas banal ! Peu d'objets sont suffisamment contrastés pour tenir aussi bien la montée en grossissement dans mon T200.
       
      Rapidement, je suis à la fois émerveillé et découragé par le nombre de détails. Je reprends mon souffle, on va y aller tranquille ; j'ai tout mon temps, la température est douce et il n'y a pas de vent (par contre, la turbulence est bien présente). Je commence par passer un peu de temps à l'oculaire sans chercher à mémoriser quoi que ce soit et laisse les détails venir à moi. Puis un doute grandit. J'ai dessiné le champ oculaire à 77×, alors que, vu le nombre de détails et leur concentration, j'aurais dû m'y attaquer à 154×. Sur le dessin à 77×, les détails risques d'être trop ramassés... Bon, tant pis, on verra bien.
       
      Au final, et comme de fait, j'aurais dû dessiner le champ à 154×. Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir l'image à pleine résolution pour profiter au mieux des détails représentés. J'ajoute également un crop à 100 %.
       
      Toujours est-il que cette galaxie est des plus surprenantes ! Je la connaissais déjà, bien-sûr, et je m'attendais bien à un objet des plus intéressants à décortiquer. À l'observer attentivement, elle dévoile néanmoins un nombre impressionnant de détails alors insoupçonnés ; qu'est-ce que cela doit être dans un plus grand diamètre !
       
      Les nombreux détails brouillent la vue et paraissent se mélanger à l'oculaire, ce qui les rend difficiles à placer sur le papier. Je n'avais, comme à mon habitude, pas étudié l'objet en détail avant de le pointer et n'ai pas non-plus d'image de référence une fois à l'oculaire. C'est donc avec un bel étonnement et non sans fierté que, une fois rentré, je constate que les détails perçus et dessinés correspondent très bien à ce qu'on peut retrouver sur les photos Et je me rends alors compte que les renforcements de lumière et les étoiles visibles en son sein sont en fait des amas d'étoiles et autres régions HII situés dans la galaxie ! Combien de galaxies offrent à voir leurs objets internes à des télescopes de 200 mm ? Hormis quelques membres du groupe local, c'est extrêmement rare. Absolument épatant
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200521/ngc-4449
       
      Objet : NGC 4449
      Type : Gx
      Constellation : Chiens de chasse
       
      AD : 12h 28' 11"
      Déc. : +44° 05' 40"
       
      - Date, heure, durée : 21/05/2020, 21:39 TU, 1:09
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m
       
      - Vent nul, 16 °C
      - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S4/200×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77× (champ de 38') et 200× (champ de 14'), H = 75°. Brillante Gx très irrégulière vue V3 — même à 200× ! — orientée NE aux dimensions estimées à 4' × 2' au plus large.
          
          De très nombreux détails parsèment la surface de la Gx. Il serait trop rébarbatif d'en faire un inventaire complet. Plusieurs renforcements de luminosité semblent alignés le long de l'axe principal, au cœur desquels se nichent des sources de lumière d'aspect ponctuel. L'impression générale est celle laissée par un amas globulaire très allongé à la limite de la résolution ; doté de quelques étoiles visibles sur une surface très granuleuse.
          
          La couronne externe est également irrégulière, plus trapue au NE.
       

       
      Crop à 100 % :
       

  • Upcoming Events