DJOUBS

Utilisation inédite de la Star Adventurer ?

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

un grand bravo ! travail admirable ! :)

polo

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon...ben....

Je peux enfin me remettre Au business et voilà ....

On verra ça plus tard ...qd internet prendra conscience de mon bled 😄

Screenshot_2020-06-13-18-23-28-246_com.ecosia.android.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe expérimentation pour un résultat magnifique, bravo :)

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique timelapse ==> un amoureux de la Meije ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos retours !

Pour le coté technique, je me rend compte que cela n'est pas évident à comprendre...

Voici quelques explications complémentaires, et je suis très intéressé pour échanger sur tout type d'expérimentation relatif aux timelapses.

Pour revenir sur l'intérêt de mes expérimentations avec "l'empilement" de 2 Star Adventurer...

Oui, il y a un intérêt, mais oui il n'est pas évident....

C'est assez subtil, et cet intérêt sera sans doute mieux compris des personnes utilisant déjà la star adventurer pour des timlelapses

Voici ce que j'essaie de faire:
- j'utilise des focales plus longues pour mes timelapses de la voie lactée ( 85mm, 135mm, voire 200mm) ce qui implique du suivi.
- mes premières réalisations avec une monture SAM (Star Adventurer Mini) qui assure le suivi selon 2 modes possibles ont leur limites
en suivi simple (mode "astrophoto"), sans premier plan : pas de mouvements = peu d'intérêt en timelapse
en suivi simple (mode "astrophoto"), avec premier plan ( montagne ) le mouvement sur le premier plan est trop rapide
en suivi avec retour entre chaque photo ( mode "astro-timelapse" ) la voie lactée dérive trop vite ...
Du coup j'ai expérimenté un montage avec la SA en suivi sidéral et la SAM en mode "timelapse longue pose" paramétrée pour faire un retour arrière partiel entre chaque photo...
Ces premiers essais me conforte dans les possibilités d'un tel montage avec notamment les mouvements dans la voie lactée et le mouvement plus lent des premier plans. Reste à maitriser les simulations de ces cadrages, et une solution pour compenser la rotation de l'APN..."

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement superbe !

Plaisir de voir ces sommets à défaut de les avoir fréquenté ce printemps...

Tu as shooté depuis le lac du Pontet ? ou de la route qui monte au Lautaret ?

 

Merci du partage !

Laurent

Share this post


Link to post
Share on other sites
12 minutes ago, LLU38 said:

Franchement superbe !

Merci !

 

12 minutes ago, LLU38 said:

Tu as shooté depuis le lac du Pontet ? ou de la route qui monte au Lautaret ?

 

Depuis le parking juste en dessous du Lac du Pontet, après quelques séquences au lac pour le coucher du Soleil...

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ce très beau voyage agrémenté par une musique très agréable qui nous fait rêver.

 

Bravo

 

Bon ciel

 

Patrick

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, DJOUBS a dit :

Depuis le parking juste en dessous du Lac du Pontet, après quelques séquences au lac pour le coucher du Soleil...

Bien vu !

 

Ca te fait une sacrée collection de timelapses sur ta chaine youtube.

A voir absolument !

 

Laurent

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui c’est superbe, merci et bravo.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By BlackMaple
      Aujourd'hui, petit Dobson a appris à faire du patin ! 
       
      Nous allons voir comment réaliser une "sous base roulante" pour un dobson. L'idée, plutôt que de mettre directement des roulettes à la base d'origine (ce qui peut être une possibilité simple me direz-vous), est de préserver la base d'origine en cas de revente, mais aussi de pouvoir quand même utiliser le Dobson sans roulettes, sans avoir a dévisser, et donc pour l'utiliser dans cette configuration "sur l'instant".
       
      Réalisé sur un Meade LightBridge 203/1219. Vous allez voir c’est extrêmement compliqué! ironie totale bien sur ... 
       
      Matériel :
      -Une planche de contre plaqué de 2cm d'épais et d'au moins 50cm de coté ( a la taille de votre base)
      -Un lot de 4 roulettes, dont 2 avec frein.
      -Vernis et/ou peinture selon.
      Outillage :
      -Fraise de 30mm
      -Perceuse colonne
      -Visseuse
      -Scie a ruban, scie sauteuse, plusieurs possibilités pour scier en cercle.
      -Ponceuse / cale à poncer
      ... Je dois bien oublier un outil ou deux.
       
      1- Commençons par scier un cercle de 50cm (en ce qui concerne ma base) dans une planche de contreplaqué. On viendra poncer bien entendu pour plus de propreté.
       
      2- Une fois fait, venir repérer les 3 patins de la base d'origine sur la dite planche. (Un simple crayon graphite fera miracle.) L'idée c'est que ces patins servent à caler le dobson dans la nouvelle base en les encastrant dans des trous! En ce qui concerne ma base, il y a une vis qui dépasse un peu au centre, aussi, je perce un petit trou d'1 cm.
       
      3- A l'aide de la fraise de 30mm (en ce qui concerne mes patins), creuser la planche d'1,5cm seulement pour que les dits patins puissent venir s'encastrer.
      Cela laisse un peu de marge entre les deux planches comme ça. 
       
      4- Venir visser les roulettes sous la planche, de l'autre coté des trous évidemment, pour finir le job* !
       
      *4BIS- Etape a venir pour ma part, vernissage et peinture noire, histoire de résister à l'humidité et de faire quelque chose d’esthétique. 
       
      Et voila! Dobson Candeloro ! 🔭



    • By clbat
      Bonjour,
      je suis à la recherche d'un manuel utilisateur pour un kit Orion  Intellicope monté sur une monture SkyView Pro.
       
      Merci
    • By delamaresylvain
      Bonsoir tout le monde ,

      Et oui j'ai encore osé faire une image en présence de notre satellite 
      Ce n'est pas souvent que nous avons des nuits dégagées, donc je ne fais pas la fine bouche, j'y vais 
      La nuit fut beaucoup plus stable coté seing, mon suivi s'en est ressenti , une moyenne juste en dessous de 0.9 secondes pixels d'arc .

      Sources Wikipedia :

      NGC 6503, est une galaxie naine spirale du champ située dans la constellation du Dragon.

      Elle se trouve à une distance d'environ ∼20,5 millions d'a.l. De la Terre à l'extrémité d'une région de l'espace appelée le vide local.

      Cette galaxie naine s'étend sur 42 000 années-lumière et est particulièrement colorée à cause de régions de gaz rouges qui sont disséminés le long de ses spirales.

      Les régions d'un bleu intense contiennent des étoiles en formation.

      Des zones de poussières brunes sont dans les bras de la galaxie et dans son centre.

      Elle présente une dimension angulaire apparente de 7,1' par 2.4' d'angle.

      Elle est de type "Sc" suivant la classification de Hubble.

      Sa magnitude apparente est de : 10.86.

      La position de cette galaxie solitaire à l'extrémité du vide local l'a fait surnommer par l'astronome Stephen James O’Meara la « galaxie perdue dans l'espace » dans son livre de 2007 Hidden Treasures10.

      Setup :

      Tube : SC8 Edge

      Camera imageur : Atik 414

      Autoguidage en // lunette 60*430 / ASI ZWO 224C

      Monture : Atlas EQ6 pilotage Prism10 / EQMOD

      Pré-traitement / Traitement Prism10 rien d'autre 

      Toutes les poses unitaires sont de 180 secondes.

      Luminance : 129 minutes

      Rouge : 36 minutes

      Vert : 36 minutes

      Bleue : 36 minutes

      Soit presque 4 heures de pose totale, les nuits s'allongent 

      Dites-moi franchement ce que vous en pensez   

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

    • By BobSaintClar
      Tout bon amateur de binos astro connaît les Nikon WX 7x50 et 10x50 :
       
      Des jumelles d'exception, dotées d'un champs de vision XXL excellemment corrigé, offrant des vues inouïes de la voie lactée...
      ... pour la modique somme de 5.000 euros, à la louche. On ne va pas chipoter avec les centaines.
       
      Toutes deux sont une démonstration du savoir-faire de Nikon. Elles sont évidemment utilisables, avec trépied (deux kilos 5, de mémoire. Ca commence à peser, à bout de bras), en nocturne comme en diurne. Mais in fine, qui parmi nous peut se targuer d'en avoir une paire (si je peux me permettre) ? Voire deux ?
      Ces jumelles, c'est un peu comme les sacs Louis Vuitton, les parfums Chanel ou les montres Rolex : les acquérir, c'est déjà un accomplissement. S'en servir, à la limite, c'est presque... secondaire.
       
      Seulement voilà : même si c'est "pour la frime", leurs caractéristiques sont absolument uniques et sur le ciel, elles déchirent ! Je peux en témoigner, j'ai eu la chance d'essayer les deux modèles, lors d'une très belle nuit de l'automne dernier. Alors, on se prend à rêver : pourrait-on les louer ? Pas que je sache. Pourrait-on les voler ? Sans doute, mais je ne m'y risquerais pas. Pourrait-on les bricoler, comme ça, hop, sur un coin de table, avec deux-trois lentilles qui traînent ?
       
      Bah oui, en fait. Faut juste être un peu con (BobSaintClar, à votre service), et oser (ça va de paire, comme les jumelles). Vous savez, mettre en pratique le genre d'idée qui nous traverse parfois le crâne et qu'on chasse d'un "si ça marchait, ça se saurait" mi-fainéant, mi-condescendant...
       
      Posons le problème, par exemple avec les WX 10x50 : nous avons donc des jumelles de diamètre objectif 50mm, grossissement 10x, champs apparent de 76,4° presque parfaitement corrigé, relief d’œil confortable (15,3mm). On peut les refaire, pour trois francs six sous ?
       
      Voyons voir : il nous faudrait une petite lunette de même diamètre, mettons à F/D 4, sans courbure de champs notable et bien corrigée contre le chromatisme. On lui mettrait un bon oculaire 18-20mm de champs apparent 76° (ou plus, soyons fou), avec un dégagement de 15mm (ou plus, bis repetita placent) et voilà, nous aurions notre demi-jumelle...
       
      La lunette avec les caractéristiques demandées, on oublie : s'il y en a, elles sont hors de prix (une Borg ou Taka 50 avec correcteur/réducteur de champs, vous m'en mettrez deux, c'est pour m'offrir). En revanche, plusieurs objectifs photo répondent "présent" ! Pour n'en citer qu'un, optiquement bon, monté en M42 (donc facile à équiper d'un po) et ne coûtant quasiment rien : le Pentax Takumar 200mm F4 en monture vissante. J'en ai acheté un sur Yahoo ! Auction Japan pour - roulement de tambour - 2400 yens, soit 19 euros. Je pourrais survivre à l'achat d'un second.
      Comment lui adjoindre un porte-oculaire ? Ben avec un accessoire de ce genre, trouvé sur Amazon.com pour 20 euros (bordel, c'est encore plus cher que le cailloux...). Ca se visse directement au cul du Pentax.
      Et l'oculaire ? Il y a plein de prétendants, au coulant 31,75. Il m'a bien fallu faire un choix, casser la tirelire en achetant un exemplaire à la fois "bon" et "pas trop cher". Après quelques heures de web-lecture, je me suis décidé pour le Baader Morpheus de 17,5mm. Il était accessible à ma bourse, propose 20mm de dégagement oculaire et 76° d'un champs apparent plutôt bien corrigé, si j'en crois ses critiques.
       
      Bref : sur le papier, ça marche. Mais en pratique ? Déjà, ça ressemble à quoi ?
      A ça :

      (Quand je vous disais "sur un coin de table"...)
       
      Mécaniquement, rien à redire : pas de collage, d'alignement douteux, de risque de déboîtement intempestif. L'oculaire est maintenu par un serrage vis/clamp ring, le po est vissé sur le pas M42 de l'objectif. Le tirage optique est idéal, on fait la mise au point à l'infini avec une marge confortable.
       
      Et optiquement ??
      Et bien... ça fonctionne. Ca fonctionne même étonnement bien, au point qu'on ne peut que s'interroger : pourquoi ne voit-on pas ce genre de montage plus souvent ?
      Je n'ai pas choisi cette combinaison (télé de 200 à F4, oculaire Morpheus 17,5) par hasard : le but, dès le départ, était d'émuler les Nikon WX10x50 ! En théorie, mon "bricolage" a des spécifications très proches :
       
      Diamètre des objectifs : 50mm - contre 50mm
      Grossissement de 11,4x - contre 10x
      Pupille de sortie de 4,4mm - contre 5 mm
      Champs apparent de 76° - contre 76,4°
      Dégagement oculaire de 20mm - contre 15,3mm
      Vision inversée - contre redressée (sur des jumelles astro, on s'en bat les rétines)
       
      En pratique, tout se joue sur la qualité de l'image proposée. Je n'ai pas pu tester ma lunette "demi-jumelle" sur le ciel (météo pourrie), juste viser de nuit les lumière lointaines - lampadaires, pour l'essentiel - que je peux voir sans quitter mon jardin. J'en saurai évidemment plus quand les nuages daigneront FOUTRE LE CAMPS (crispations faciales frénétiques), mais pour l'heure :
       
      Transparence : difficile d'en juger en visant des lampadaires, mais c'est au moins correct, puisque je n'ai rien remarqué. Je comparerai avec mes Nikon EII 8x30.
      Détails, piqué de l'image : là encore, ça me semble nickel au centre, très peu dégradé sur les bords (je détaille ci-après)
      Couleurs : s'il y a une dominante, je ne l'ai pas notée. A refaire de jour, évidemment.
      Dégradation centre/bords : ça se joue essentiellement sur ce critère, avec un tel champs apparent ! Franchement, c'est une bonne surprise : il y a une dégradation modeste, plutôt moins marquée que dans mes 8x30 ! Elle tient essentiellement à une légère courbure de champs, qui défocalise l'image. L’œil compense sans soucis, mais si vous tenez vraiment à ne regarder que sur les bords, il est plus confortable de jouer sur la mise au point. Dès lors, les "petits cercles flous" redeviennent des points et ce, jusqu'à disparaître : pas de coma, pas d'astigmatisme : c'est juste bluffant.
      Chromatisme : nul au centre, faible sur les bords. Il est sensible au placement de l’œil : si vous êtes bien dans l'axe, il est négligeable.
      Vignetage : aucun. La pupille de sortie est belle, bien ronde, sans lumières parasites (pas de prismes). Les lumières ponctuelles, défocalisées, forment de beaux ronds qui demeurent tels quels jusqu'au bord extrême du champs.
       
      Conclusion provisoire : les résultats préliminaires sont très encourageants. Suffisamment pour que je poursuive l'expérience jusqu'au bout. Je vais donc doubler la mise, monter une seconde lunette Baader/pentax et l'accoupler - je ne sais pas trop comment, je vais y réfléchir - à la première pour former une véritable paire de jumelles. Elles seront adaptées à mes yeux (écart oculaire fixe de 63mm, je ne vais pas me lancer dans la fabrication d'un lien articulé) et seront dotées de quelques caractéristiques inédites, pour des jumelles de cette catégorie :
       
      Un prix - relativement - ridicule
      Des diaphragmes, pour faire varier la pupille de sortie (je ne vois pas très bien à quoi ça peut servir, mais qui sait ?)
      Des objectifs dotés d'un pas vissant M58, pour y coller des filtres
      Des oculaires interchangeables
       
      Voilà ! Je vous tiens au jus
  • Images