etoilesdesecrins

Florilège des hauts plateaux

Recommended Posts

Hello,

 

 

Quoi de mieux que cette période météo bien maussade – mais en voie d’amélioration ! – pour se remémorer ces belles observations du mois de mai ?

Et quelles observations !

Certes le diamètre instrumental laissait un peu à désirer, mais en contrepartie j’ai eu la chance énorme de bénéficier de conditions très favorables, rares même dans mon contexte.

En congés en seconde partie de mai sur les hauts plateaux de Haute-Loire (82.5 km à vol d’oiseau de mon domicile !), j’ai ainsi pu aligner 3 longues soirées d’observation de ciel profond, sans lune, dans un coin relativement préservé. Il s’agit d’un groupement épars de quelques maisons et fermes (certes avec 2 ou 3 lampadaires mais cachés à ma vue), à environ 1 km d’un petit village dont les lumières ne sont pas visibles, le tout à quasi 15 km de la première ville.

En outre, l’altitude d’environ 1000 m permet d’offrir des ciels déjà très transparents lorsque c’est dégagé. Et si cela ne suffisait pas, pendant ces 3 jours un petit vent de nord a soufflé, nettoyant encore le ciel et offrant des conditions coronales en journée (le disque solaire caché par un doigt ne diffusait pas du tout, le ciel restant bien bleu profond). Fraîcheur et vent persistant le premier soir ont un peu durci les conditions d’observation, mais cela s’est adouci au fil des jours. De mémoire il y a eu encore au moins deux autres soirs favorables, mais non exploités en raison d’autres activités prévues. Quel luxe ! Mais pas étonnant, vues les très bonnes conditions météo de ce printemps !

Par contre, comme dit plus haut, en raison de contraintes logistiques de place dans le véhicule, seule la petite lunette FC-100 a été du déplacement.

Voyons voir ce que donne donc ce petit instrument dans ces conditions, que je pourrais décrire comme étant le top du top pour ce lieu.

Je ne vais pas décrire l’une après l’autre les dizaines et dizaines de galaxies qui ont défilé dans les oculaires, ni les étoiles doubles qui me permettaient chaque soir d’attendre la nuit noire. Je vais plutôt revenir sur les galaxies qui ont montré des choses, ou qui m’ont le plus intéressé. Le thème, c’était les galaxies secondaires de la Grande Ourse et du Lion, de magnitude visuelle 10 à 12 environ, jamais encore vues avec cet instrument.

 

L’ambiance, donc. Un minuscule hameau de maisons de pierres brutes, grises, quelques autres demeures plus ou moins isolées dans le lointain, sur des plateaux granitiques entaillés de petites gorges et surmontées de légères collines, des sucs dans les lointains, recouverts de forêts de conifères pointus, le silence absolu hormis le souffle du vent dans les arbres, et les étoiles éclatantes, majestueuses au-dessus de tout cela.

 

Entrons dans le sujet, la Grande Ourse tout d’abord.

NGC 3198 (mv 10.3) est une grande spirale SB(rs)c vue de ¾, elle est facilement visible. La partie centrale non ponctuelle légèrement ovalisée est évidente en VD2, alors que les extensions (disque) se montrent plutôt en vision indirecte (VI). Je note même une impression d’irrégularité sur l’extrémité S, mais ne le confirme pas en grossissant davantage. En tous cas elle est copieusement allongée ENE / OSO, rapport 4/1 environ, et je me plais à la trouver encore bien contrastée malgré une taille importante (4’ X 10’) !

 

NGC 3675 (mv 10.2) est très facile en vision directe dès le grossissement de recherche (Panoptic 24, donnant 31 X). Encore une fois elle exhibe une partie centrale linéaire marquée entourée d’un halo plus pâle bien allongé, mais N/S. A 92 X deux étoiles notamment de mv 12.5 à 13 se montrent dans les environs et j’ai des impressions des zones sombres à la surface ! Pour mémoire, sur toutes ces observations je n’ai regardé les photos des galaxies ni avant, ni pendant l’observation. En redescendant à 53 X on a une vue intermédiaire, plus contrastée qu’à 92 X mais les détails sont plus difficiles. Encore une jolie galaxie !

 

Pour le fun, mon dernier objet de cette première soirée sera la délicate Galaxie de Coddington, IC 2574 (mv 10.4 mais très faible brillance de surface). C’est une spirale naine de type magellanique située très près de nous, 12 millions d’AL seulement, appartenant au groupe M81 / M82.

Je ne l’avais tentée qu’une fois à la 80ED sans confirmation sûre, et une autre fois à la FC-100 où je l’avais trouvée extrême, sous un ciel moins bon que ce soir, et j’avais justement noté « il faut un ciel plus pur pour ce diamètre ! »

Ce soir, en restant sur des grossissement faibles, je trouve ce vaste objet diffus un peu plus marqué, plus ou moins développé par intermittences, mais toujours très faible et peu contrasté. Tout de même un objet satisfaisant ! A noter la jolie chaîne stellaire de mv 9 à 11 environ à l’est.

 

En rentrant me coucher, vers l’est un grand nuage bien visible et gris barre tout le ciel. Je ne comprends pas, la météo est pourtant annoncée très favorable pour des jours ! Abruti d’observation et d’étoiles, il me faut quelques secondes pour réaliser qu’il s’agit de la Voie Lactée qui se lève, particulièrement contrastée et trouée de nombreuses zones obscures !

 

NGC 3893 (mv 10.5) jolie spirale SAB fait partie  du groupe de galaxies dit de la Grande Ourse.

Malgré son aspect plus ou moins vue de face, je la trouve brillante et contrastée.

A 53 X je devine une barre dans le sens de l’allongement NO/SE ainsi qu’une étoile de mv 13.5 sur le bord NO. A noter ici (et sur ces 3 soirs) que l’on pulvérise la mv limite théorique, donnée pour 12.2 sur ce diamètre de 100 mm.

Je devine des irrégularités de forme, un aspect plus évasé à l’est (présence du grand bras spiral sur photos), une impression d’orientation générale différente de celle de la barre centrale. Par contre je ne note pas la petite galaxie proche NGC 3896 sans la connaître (mv 12.9 tout de même …).

 

Le fameux duo NGC 4490 / 4485 dans les Chiens de Chasse cette fois, est fort à son avantage avec un tel ciel ! C’est surtout la galaxie satellite NGC 4485 (mv 11,9) qui m’intéresse ce soir. A 31 X elle est déjà facile en VI2 ( !) alors que NGC 4490 apparaît en VD2, et les orientations sont bien différentes, presque perpendiculaires je trouve. A 92 X je note le duo superbe, cette fois la petite est presque visible en vision directe, mais reste unie et diffuse, et je crois percevoir la torsion de sa grande sœur vers elle. Mais est-ce une suggestion parce que je sais qu’elle est là ? J’aurais dû appliquer la règle des 3 « glimpses » sûrs pour le confirmer.

 

Le troisième et dernier soir est plus particulièrement consacré à Leo, roi majestueux qui déjà entame bien sa descente vers l’ouest à cette heure. Il ne faut pas perdre de temps et les observations sont menées sur un rythme assez soutenu, pour ne pas dire tambour battant, exalté par les conditions dantesques !

Je passe sur le fameux Hickson 44 déjà bien évoqué sur les forums ce printemps. C’est plus particulièrement la 3ème composante la plus faible qui m’intéresse ici, à savoir NGC 3185 (mv 12.1).

Les deux stars du groupe, NGC 3190 et 3193 (mv 11.1 et 10.9) sont faciles, assez brillantes, la première bien allongée et l’autre petite boule diffuse près de son étoile. NGC 3185 par contre n’est débusquée qu’au bout de 30 secondes environ, et n’est ensuite visible que 50 % du temps (VI3). C’est un fuseau uni de rapport 3/1, quasi parallèle à la principale NGC 3190.

NGC 3187, la quatrième composante, de mv 13.4) me reste invisible, bien que 1 ou 2 glimpses …

 

Vers les fesses de Leo à l’est, se trouve une petite chaîne de galaxies, NGC 3681 (mv 11.2), NGC 3684 (mv 11.4) et NGC 3686 (mv 11.3). C’est un plaisir de les retrouver ce soir, alignées NE/SO, de plus en plus petites et contrastées en descendant vers le SO.

Elles sont toutefois peu frappantes et nécessitent la vision décalée. NGC 3681 la plus au S est la plus petite, ronde, alors que NGC 3684 au milieu est bien allongée, mais reste unie.

 

Après de multiples petites galaxies dans le Lion (dont la perdue et élusive NGC 3912, mv 12.7 !) je finis la soirée sur deux galaxies de la Grande Ourse, que j’avais boudées les soirs précédents, mais qui montrent de jolis fuseaux.

 

NGC 4062 (mv 11.1) est bien allongée de rapport 3/1, vue en vision directe pour la partie centrale, mais le disque nécessite la vision décalée. Elle semble plus marquée à l’ouest, une petite étoile de mag 12.6 la prolonge par contre à l’est. A 92 X j’ai l’impression de détails, de nodosités, d’un côté plus bombé, de granulosité …Sur photo on découvre effectivement une condensation stellaire de mv 15 environ à l’ouest en limite de halo, ou est-ce une étoile ?

 

NGC 4144 (mv 11.6) est un faible fuseau NO/SE très étiré, vu en VI2, peu contrasté mais pas très difficile, plus faible que NGC 4062.

Je ne note pas de centre marqué, mais de vagues irrégularités. Une faible étoile que j’estime de mv 13.5 se trouve juste au S/SE de la galaxie. Il s’agit en fait d’une double très serrée dont les composantes luisent faiblement à 13.9 et 14 ! Leur éclat cumulé les aura fait passer pour un astre un poil plus brillant … A 92 X cet astre est bien confirmé, et la galaxie pâle et peu contrastée paraît plus marquée sur l’extrémité O, à cause d’une nodosité, une condensation ou une étoile. Là, sur photo je ne m’y retrouve pas trop, la galaxie montrant une coupure plutôt sur son côté Est, exhibant ainsi une condensation à l’est de la coupure …

 

Mais tout au long de ces 3 soirées j’ai aussi voulu profiter de ces conditions pour voir ce que donnaient rapidement quelques galaxies plus classiques et connues.

La zone obscure de M64 m’interpellait, car sous mon ciel habituel des Monts du Lyonnais elle demeure très difficile à la lunette de 100. Ici, malgré la vision plus confortable de la galaxie, c’est la même chose ! J’en déduis que cette particularité dépend peu de la transparence du ciel, mais plus exclusivement du diamètre instrumental. Peut-être aussi que le grossissement était trop faible pour espérer bien la « résoudre » ?

 

Le fameux couple M81 / M82 resplendit dans l’oculaire, c’est brillant et très contrasté ! Je  n’ai pas pris de notes ni détaillé la facile M82. Mais je me souviens que les extensions diffuses de M81 étaient bien plus faciles que d’habitude, avec notamment cette portion contrastée en bandeau partant du centre de M81, plus marquée d’un côté, vers le N et donc vers M82.

 

Surtout, c’est le trio du Lion qui en impose, notamment eu égard aux petits 100 mm … ! Les deux Messier sont brillantes et bien définies. M65 s’étend très loin, et M66 suggère immédiatement sa silhouette caractéristique dissymétrique avec son long bras fin plus marqué d’un côté. Mais la surprise vient de NGC 3628, fort bien visible et sur laquelle il me semble discerner déjà la bande sombre …

 

Voilà de bien belles soirées qui, avec quelques autres qui ont suivi jusqu’en fin mai, ont permis de me porter par delà les nuages omniprésents et les longs crépuscules de ce mois de juin.

Franchement, avec toutes ces observations à revoir, relire, etc ..je n’ai pas vu le temps passer !

Cette coupure en juin, après la besace des galaxies de printemps bien remplie, va marquer la transition vers les objets d’été que je vais retrouver cette année dans une démarche différente, ayant déjà une vision globale des principaux objets les étés précédents.

 Je pense alterner de petits « challenges » sur des objets plus faibles (ceux du Night Sky Observer’s Guide non encore observés, ou piochés çà et là dans l’IDSA), avec des retours plus approfondis sur des objets classiques déjà vus, notamment grâce du dessin. J’espère ainsi en passant plus de temps sur l’objet, aller plus loin dans la recherche – et la vision - de détails et ainsi exploiter tout le potentiel de mes instruments …et de l’oeil. En effet, je m’aperçois souvent que je suis à la limite de percevoir plus de détails au 300 notamment sur les structures galactiques, je suis aux portes d’un « autre monde » et cela me frustre un peu. Donc, moins de séances systématiques, plus de temps sur chaque objet, une observation plus poussée grâce au dessin et pourquoi pas un coup de main en consultant des photos en cours d’observation, pour confirmer ou pas tel détail cela devrait améliorer les choses !

 

Bon ciel à tous, notamment aux courageux qui n’auront pas peur des longs crépuscules lors de beaux jours prévus bientôt !

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Le 19/06/2020 à 16:58, etoilesdesecrins a dit :

NGC 4062 (mv 11.1) est bien allongée de rapport 3/1, vue en vision directe pour la partie centrale, mais le disque nécessite la vision décalée. Elle semble plus marquée à l’ouest, une petite étoile de mag 12.6 la prolonge par contre à l’est. A 92 X j’ai l’impression de détails, de nodosités, d’un côté plus bombé, de granulosité …Sur photo on découvre effectivement une condensation stellaire de mv 15 environ à l’ouest en limite de halo, ou est-ce une étoile ?

C'est bien une étoile.

http://ps1images.stsci.edu/cgi-bin/ps1cutouts?pos=ngc+4062&filter=color&filter=g&filter=r&filetypes=stack&auxiliary=data&size=600&output_size=0&verbose=0&autoscale=99.500000&catlist=

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Etoiles,

des compte-rendus comme on les aime, avec la description de l'ambiance en plus de celle des objets pointés.

Désormais ce sont les constellations d'été qui s'imposent, Ophiuchus, Scorpion, Hercules te tendent les bras dès le début de nuit :)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Merci pour vos passages !

Yann merci pour la confirmation. Ca confirme le potentiel incommensurable des très bons ciels même avec de petits instruments. Près d'une autre galaxie non décrite ici mais observée sur cette période, j'ai deviné une étoile de mag ...14.1 d'après Aladin Lite, et ce sans pousser outre mesure le grossissement.

Tu dois aussi connaître cette sorte de poussée des performances instrumentales sous ton ciel de Ceillac !

 

Après le mieux pour confirmer de tels détails ou étoiles extrêmes, c'est le dessin, idéalement avant de confirmer sur photo.

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super compte-rendu de bien belles soirées d'observations. Bravo !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By delamaresylvain
      Bonsoir tout le monde ,

      Et oui j'ai encore osé faire une image en présence de notre satellite 
      Ce n'est pas souvent que nous avons des nuits dégagées, donc je ne fais pas la fine bouche, j'y vais 
      La nuit fut beaucoup plus stable coté seing, mon suivi s'en est ressenti , une moyenne juste en dessous de 0.9 secondes pixels d'arc .

      Sources Wikipedia :

      NGC 6503, est une galaxie naine spirale du champ située dans la constellation du Dragon.

      Elle se trouve à une distance d'environ ∼20,5 millions d'a.l. De la Terre à l'extrémité d'une région de l'espace appelée le vide local.

      Cette galaxie naine s'étend sur 42 000 années-lumière et est particulièrement colorée à cause de régions de gaz rouges qui sont disséminés le long de ses spirales.

      Les régions d'un bleu intense contiennent des étoiles en formation.

      Des zones de poussières brunes sont dans les bras de la galaxie et dans son centre.

      Elle présente une dimension angulaire apparente de 7,1' par 2.4' d'angle.

      Elle est de type "Sc" suivant la classification de Hubble.

      Sa magnitude apparente est de : 10.86.

      La position de cette galaxie solitaire à l'extrémité du vide local l'a fait surnommer par l'astronome Stephen James O’Meara la « galaxie perdue dans l'espace » dans son livre de 2007 Hidden Treasures10.

      Setup :

      Tube : SC8 Edge

      Camera imageur : Atik 414

      Autoguidage en // lunette 60*430 / ASI ZWO 224C

      Monture : Atlas EQ6 pilotage Prism10 / EQMOD

      Pré-traitement / Traitement Prism10 rien d'autre 

      Toutes les poses unitaires sont de 180 secondes.

      Luminance : 129 minutes

      Rouge : 36 minutes

      Vert : 36 minutes

      Bleue : 36 minutes

      Soit presque 4 heures de pose totale, les nuits s'allongent 

      Dites-moi franchement ce que vous en pensez   

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

    • By BobSaintClar
      Avec un titre pareil, vous vous attendez à l'image qui tue ?
      Vous devrez vous contenter de l'image qui pue
       
      Pour les astrams japonais, cette comète aura été une vraie déception : très peu l'auront vue, encore moins dans des conditions décentes : la météo sera restée épouvantable, exceptionnellement pluvieuse - plus dans la durée que dans l'intensité - et nuageuse. Quand les nuées daignaient s'ouvrir, c'était pour présenter des ciels lavasses, cyan laiteux bien plus que bleus marines, criblés de cirrus et d'aérosols. Pour observer la Lune, ça passe, mais pour une comète...
      Bref : j'ai quand même tenté x fois, avec deux sessions donnant des résultats. La première, c'était le 23 Juillet, lorsque la belle affichait encore une luminosité importante. La seconde (et la dernière, sauf miracle), ce fut le 4 Août, alors que Neowise était au plus proche de M64. Malgré le ciel pourrave, j'ai voulu immortaliser la rencontre :
       
      Le soleil couché dans son paquet de nuages (horizon complètement bouchée jusqu'à 10-15° de hauteur), je cherche la comète à l'oeil nu : que dalle. Aux jumelles 8x32, quand même ? Nib. Sérieusement ?
      Je passe aux Nikon 20x120, faut ce qu'il faut : là, je la trouve. Entre le ciel médiocre et la pleine lune  déjà levée, bonjour le massacre ! Je ne vois que la coma, sans queue vraiment détectée. Aucun détail...
       
      Je peux enchainer 20 prises de vue avant que les nuages d'altitude ne s'épaississent au point de masquer la comète : elle disparaît progressivement de mes brutes, alors j'arrête.
      Voici donc le résultat (15 sec de pose, 20 images, Pentax K1 "astrotracer" + obj 300 F4 ED) : L'image est réduite, mais vous ne manquez rien.

       
      Je me console en me disant que je l'aurai vue, enfin devinée, quand tant d'autres amateurs locaux l'auront manquée ! Et puis, il y a M64
       
       
    • By aubriot
      bonjour,
       
      voila c'est mon premier traitement de photo potable et je galère pas mal sur les traitements . il faut bien un début a tout .
      j'essaye de comprendre pourquoi je me retrouve avec un artefact à  gauche et en haut (demi cercle noir) de M81.
      est ce du à mes DOF  ? mes flats  en particulier ?
       
      merci d'avance
       
       

    • By XavS
      Bonsoir à toutes et tous,
       
      J'ai pû enfin profiter d'une très belle soirée vendredi dernier (31/07/2020) pour approfondir l'utilisateur de ma nouvelle monture Sky-Watcher. Et les premiers tests de photos me confortent sur mon choix de la GT pour supporter mon C9.25.
       
      Tout d'abord, voici la Lune prise entre 23h30 et minuit. Le début de soirée a été un peu nuageux
       
      Appareil 450D défiltré, 49 images à 1/4000s, 800 ISO, sous AS3 avec une sélection à 60 %.
      Tentative de traitement sous Astrosurface
       

       
      Puis passage, toujours pour les tests de la monture, sur M31 avec des poses de 30s. J'aurai pû faire plus mais je voulais voir comment était le suivi
       
      Appareil 450D défiltré,
      88 images, 30s à 800 ISO
      19 x Darks
      19 x Offsets
      Traitement SIRIL et Photoshop (ma bête noire )
       

       
      Je remercie la Lune pour cet halo qui donne un effet original à l'image
       
      Et pendant que le C9 faisait ces prises, mon 450D non défiltré sur sa SA a aussi travaillé
       
      La Lune, Jupiter et Saturne... Chiant à photographier avec la luminosité de notre Sélène.
       
      Appareil 450D non défiltré,
      1s, 800 ISO à 28 mm avec objectif Tamron 28/300mm.
       

       
      Et après notre trio du soir, je pointe le Cygne. Arggg.... des poses plus longues aurait été mieux
       
      Appareil 450D non défiltré,
      69 poses de 30s à 35mm avec objectif Tamron 28/300 mm
      800 ISO
      Traitement Siril et Photoshop
       

       
      L'objectif de cette soirée a été plus ou moins atteint ; la maîtrise de ma nouvelle monture qui grace au travail de PA a un suivi de fou et un blackslash pratiquement nul. Le top pour les photos.
       
      Bien entendu, vos avis sont toujours la bienvenue et me permettent de m'améliorer.
       
      Bonne soirée et bon ciel à toutes et tous.
       
      XavS
       
       
       
       
       
       
       
       
       
    • By delamaresylvain
      Bonsoir a tous et toutes ,

      Les nuits étant courtes  , j'ai fait mes acquis sur deux nuits , la luminance le 8 Juillet et la couleur le 29 juillet
      Je vous partage ma version L (H@+Rouge) VERT BLEUE

      Source Wikipédia :

      Cette galaxie est le siège de « fréquentes » supernovas.
      Dix ayant été observées depuis 1917.
      NGC 6946 est une des galaxies les plus prolifiques du ciel en termes de taux de supernovas, soit 10 fois le taux de la Voie lactée.
      Ce qui est encore plus remarquable car notre Galaxie comprend le double d'étoiles.
      Ce qui a valu à cette galaxie le surnom de la galaxie du feu d'artifice, accroissant ainsi sa popularité.
      La dernière supernova eut lieu en 2017 (SN 2017eaw).
      89 nébuleuses présentant un spectre caractéristique d'un résidu de supernova y ont été détectées.
      En 2009 l'étoile N6946-BH1 a disparu des images de Hubble, probablement par effondrement en un trou noir mais sans produire de supernova.
      NGC 6946 présente aussi des régions à sursauts de formation d'étoiles.

      Setup :
      Tube : SC8 edge red 0.7 1486mm de focal.
      Imageur : Atik 414
      Lunette guide 60*430 / Camera ZWO 224C
      Monture : Atlas EQ6
      Pilotage : Prism10 / EQmod
      Pré-traitement/Traitement : Prism10 puis FITSWORK pour la finition.
      Pose unitaire de 3 minutes.
      Luminance 70'
      H@ 60'
      Rouge 27'
      Vert 30'
      Bleue 30'

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

  • Upcoming Events