Nathanael

Ngc 6384, une spirale dans Ophiucus

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Timide mais bien jolie cette spirale :)

Bonne soirée,

AG

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jolie petite spirale, pas pêchue mais finalement pas si mal. Ça change des focales et F/D de ouf et ça promet une bonne suite ;)

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un portrait agréable de cette spirale timide sur son champ de confetti festifs !

(timide certes, mais je lui trouve des bras bien développés !) 

Bravo 

 

:) 

 

Edited by Penn
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jolie spirale cachée dans toutes ces étoiles. Belles extensions malgré le temps d'esposition assez court :)

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Nathanael,

 

Elle est bien cette spirale :)

Je trouve ici une image mieux équilibrée que ta précédente qui me semblait sur échantillonnée.

 

 

 

Amicalement

 

 

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous :)

 

Le 20/06/2020 à 07:06, Jean-Marc_M a dit :

Ça change des focales et F/D de ouf et ça promet une bonne suite

 

Le 20/06/2020 à 08:09, Raphael_OD a dit :

tu es le dénicheur d'objet insolite !

La prochaine est moins insolite et envoie du lourd ;)

 

Le 20/06/2020 à 10:50, christian_d a dit :

Je trouve ici une image mieux équilibrée que ta précédente qui me semblait sur échantillonnée.

C'est vrai qu'il faut que le seeing suive pour imager à 0.5"/p. Avantages des cmos : comme on ne gagne rien sur le bruit de lecture à faire du binning, on peut imager en bin1 systématiquement et adapter l'échantillonnage final en fonction de la qualité des images à postériori.

 

Nathanaël

Edited by T450

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

on ne gagne rien sur le bruit de lecture à faire du binning, on peut imager en bin1 systématiquement et adapté l'échantillonnage final en fonction de la qualité des images à postériori.

 

Tu peux expliquer ? J'ai toujours cru comprendre que d'imager en bin2 faisait gagner en RSB, donc en temps de pose, je me trompe ? C'est vrai que la différence est moins marquée avec un Cmos, mais il doit quand même exister un "gain" en travaillant en bin2, je suppose.

Je veux dire que l'on passe plus de temps en posant en bin1, alors quel est l'intérêt d'imager plus longtemps en bin1 pour ensuite réduire ensuite l'image en bin2. Pourquoi ne pas imager directement en bin2 si le seeing n'est pas bon ?

A moins que réduire à posteriori une image bin1 en bin2 te donnerait également un gain de détection ? J'en doute, que ce soit un CCD ou un Cmos le principe doit être le même (à peu de chose prés).

 

Toutes mes excuses pour mes questions, c'est pour le coté technique et l'interêt de faire les choses.

 

Amicalement

 

Christian 

 

 

Edited by christian_d

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Nathanael,

une belle galaxie avec de beaux bras mine de rien !

Pour le bin1 vs bin2, le parallèle est vite fait avec le planétaire et le lunaire, même pour des conditions dites moyennes, on gagne quasiment à tous les coups si l'acquisition est faite avec un échantillonnage serré si l'image finale a subi une réduction autour de 70%. On gagne sur le plan qualité de la texture surtout, moins évident sur la résolution proprement dite.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, christian_d a dit :

Tu peux expliquer ? J'ai toujours cru comprendre que d'imager en bin2 faisait gagner en RSB, donc en temps de pose, je me trompe ? C'est vrai que la différence est moins marquée avec un Cmos, mais il doit quand même exister un "gain" en travaillant en bin2, je suppose.

Je veux dire que l'on passe plus de temps en posant en bin1, alors quel est l'intérêt d'imager plus longtemps en bin1 pour ensuite réduire ensuite l'image en bin2. Pourquoi ne pas imager directement en bin2 si le seeing n'est pas bon ?

A moins que réduire à posteriori une image bin1 en bin2 te donnerait également un gain de détection ? J'en doute, que ce soit un CCD ou un Cmos le principe doit être le même (à peu de chose prés).

Le binning peut se faire pendant ou après l'acquisition, il s'agit de lire les pixels 4 par 4 (2x2), c'est à dire d'ajouter les valeurs de 4 pixels en bin2. Il y a une toutefois une différence entre cmos et ccd, lors de l'acquisition. Pour le ccd, les 4 pixels sont lus ensembles, il n'y a qu'une seule lecture avec son bruit associé. Pour le cmos, les 4 pixels sont lus indépendamment puis ajoutés, ce qui fait qu'on a 4 lectures donc 2x le bruit associé. De sorte que à l'acquisition, le gain en rsb est de 2 pour un cmos (4x le signal, 2x le bruit) mais le gain en rsb est de 4 pour le ccd (4x le signal, 1x le bruit). Maintenant, si on fait du binning à postériori (au traitement), on gagne 2x le rsb en cmos comme en ccd puisque le ccd a été lu en bin1 donc pour chaque pixel.

Ce que je voulais dire "avantage au cmos", c'est qu'il n'y a pas d'intérêt à se poser la question à l'acquisition, puisque cela revient au même au traitement. On peut donc imager en bin 1 puis éventuellement faire du bin2 au traitement si le seeing n'est pas bon, ce qui aura comme conséquence indirecte de doubler le rsb. C'est ce que j'ai fait pour la galaxie ci-dessus, puisque la résolution ne valait pas les 0.5"/p, ce qui lui permet de "passer" avec 1h24 pose. Si la résolution avait été top et justifiait les 0.5"/p, il aurait fallu une deuxième session (de 4h30 en L) pour avoir le même rsb que ci dessus. En CCD, on peut procéder de même mais on "perd" l'avantage du binning ccd.

Relativisons toutefois, car il s'agit bien ici de rsb signal/bruit de lecture, alors qu'en général, on est bien plus gêné par le bruit du fdc en L que par le bruit de lecture. Si on prend soin de poser assez longtemps pour négliger le bruit de lecture (bruit du fdc 3 à 4 x supérieur au bruit de lecture), on peut binner indifféremment à l'acquisition ou au traitement même en CCD.

Nathanaël

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Nathanael,

joli !

ca doit être très tentant d'imager des petites galaxies avec les petits pixel de ta 183 ... avec mes lunettes , j'essaierais bien essayer :)...

tu ne te bats pas trop avec l'amp glow au traitement ??? 

tu passes à valdrome cet été ? 

Amitiés 

 

Eddie

Edited by eddie
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Eddie ! Moi oui, très probablement entre le 12 et 19 août, en fonction de la météo, j'improviserai sans réserver comme d'hab. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Valere, excellent !!!! on devrait se voir !!! je devrais être présent du 11 au 14 comme oti selon méteo quand meme (d'autant que je viendrai cette année avec ma chérie, faudrait pas trop la dégouter)  :) je prépare le Bourgogne ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu viens avec ta p'tite chérie ?! Mais c'est cool ça...

:DxD;););)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, eddie a dit :

tu ne te bas pas trop avec l'amp glow au traitement ??? 

tu passes à valdrome cet été ? 

Merci Eddie!

L'ampglow ça se gère, mais bon c'est pas idéal non plus...

Valdrôme, ben non, encore pas cette année!

A bientôt,

Nathanaël

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Nathanael

 

Belle cible cette spirale d'Ophiucus, je m'y était attaqué l'année dernière avec la 183, je lui ai retiré le portrait avec la 2600, il faut que je trouve le temps de finaliser l'image pour la poster...

 

@+

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/06/2020 à 21:22, T450 a dit :

Ceci est un crop, clic gauche pour la full

 

Arf, j n'avais pas vu la première fois. ¬¬

 

La full vaut vraiment le coup d'oeil. xD

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très jolie spirale, je ne la connaissais pas. Bien joué 👍

 

JF

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Jean-Christophe Dalouzy
      Bonjour à tous,
       
      Grâce aux instruments de l'association SADR, quelques membres de l'observatoire de Rouen ont la possibilité d'avoir accès aux merveilles de l'hémisphère sud. Pour cela, nous utilisons une lunette de 127 mm installée dans le désert d'Atacama à 2 pas du Cerro Tolo et d'autres fermes à télescopes qui pullulent dans la région.
      Nous observons depuis le mois de Juillet à raison de quelques nuits par mois (2 ou 3 tout au plus) et avons déjà acquis plus d'images que ce que nous pouvons faire de chez nous en un an ! Les conditions météo de l'hiver là bas n'ont pas toujours été très bonne, mais depuis quelques semaines, cela s'améliore très nettement.
       
      Je vous propose donc une petite sélection de quelques grands classiques difficilement observables voire inobservables depuis nos latitudes.
       
      NGC5139 - Omega du Centaure
      Matériel : Lunette de 127/836 mm sur EQ8 et Caméra QSI583 à -20°C
      Poses : L(30*60s) R(10*60s) V(10*60s) B(10*60s)
      Traitement sous Pixinsight

       
      NGC253
      Matériel : Lunette de 127/836 mm sur EQ8 et Caméra QSI583 à -20°C
      Poses : L(47*300s) R(12*300s) V(12*300s) B(7*300s)
      Traitement sous Pixinsight

       
      NGC300
      Matériel : Lunette de 127/836 mm sur EQ8 et Caméra QSI583 à -20°C
      Poses : L(56*300s) R(12*300s) V(12*300s) B(12*300s)
      Traitement sous Pixinsight

       
      NGC55
      Matériel : Lunette de 127/836 mm sur EQ8 et Caméra QSI583 à -20°C
      Poses : L(58*300s) R(13*300s) V(12*300s) B(17*300s)
      Traitement sous Pixinsight

       
       
      La suite dans quelques semaines.
       
      Jean-Christophe
       
       
       
       
    • By jeffbax
      Salut les nuiteux,
       
      Un peu de CP dans le flux de planètes 
       
      Suite à un traitement que j'avais fait pour @Nathanaelsur sa magnifique M 76, nous avons poursuivi nos échanges en MP sur quelques techniques de traitement. Il a souhaité prendre cette image de NGC 4151 comme support pour nos partages. Il m'avait prévenu que je l'aurais sur le dos un moment.
       
      Mais c'est un plaisir de traiter des images de cette qualité. Il avait publié un résultat ici en mai :
       
       
       
      J'ai tout repris à zero avec comme objectif d'affiner la luminance grâce à un montage de plusieurs couches triées, de gratter un peu plus les extensions et d'améliorer le contraste global sur la galaxie avec le jet. Le résultat lui plait et il m'a demandé de le publier (MERCI). Au final, le jet est bien visible, ce qui est assez rare sur les images amateur. L'image est d'une grande finesse. Bravo Nathanaël.
       
      Un crop sur le centre avec le jet :
       

       
       
      Puis deux Full. La première avec les aigrettes si particulières de son T250, et la deuxième sans les aigrettes (boulot assez fastidieux).
       

       
       

       
       
      ET le lien Astrobin :
       

       
       
      Voilà, j'espère que cet oeil de Sauron avec son jet vous plaira.
    • By JB
      Hello!
      J'ai sur mon DD quelques séries pas traitées de cette année, prises à l'atik314... Photos prises depuis mon jardin de centre-ville de Cognac, pour s'amuser un peu sur le CP...
      Des séries du printemps 2022, avec un ciel de petite ville, pollué mais pas trop, magnitude limite autour de 5 je pense... Pas idéal pour les galaxies ,  j'ai eu du mal à rattraper le fond de ciel avec de bons gradients et taches, surtout que comme un goret  j'ai pas fait de flat
      L'avantage de ce petit capteur peu bruité c'est que les darks ne sont pas nécessaires pour le coup, un filtre médian astroart puis empilage sigma clipping suffisent...
      Donc matos  : Newton UNC200/1000, atik314L, EQ6 mts3, guidage asi224 sur 80/600, avec PHD2
      Tt : astroart, Siril 1.03, photoshop
       
      Dans l'ordre : M100, Abell 262, M77
       
       



    • By serge vieillard
      Yo !
       
      Sortie du 19 novembre avec les copains du RAGBR à Rians, là où ça fleure bon le thym et la farigoulette lorsqu'on piétine l’herbette sauvage. Une nuit décevante pour l'observation des planètes, trop mollassonnes et sans beaucoup de détails visibles. Mais cependant, la transparence fut bonne et permit de se pencher - bien que de façon parcimonieuse mais néanmoins épicurienne - sur le catalogue ARP dans les constellations d'automne avec le T400-c, ces bestioles demandant de passer beaucoup de temps à l'oculaire pour les chatouiller convenablement. Le corolaire de ce ciel dégagé fut une température qui chuta à -4°C, pov' de nous aut'.

      ARP 298 (And) avec NGC 7469 (mag 11) et IC5283 (mag 14.3), un joli couple dominé par une galaxie spirale de Seyfert dont on note un bulbe brillant souligné d'un cœur encore plus lumineux. Avec attention, on remarque des fragments de bras dans la zone externe où vient se superposer une étoile. Le petit compagnon semble assez tourmenté par les effets de marée et ne présente pas l'aspect d'un fuseau homogène.
       


      ARP 282 (And) est aussi un joli couple avec NGC169 (mag 12.4), elle aussi galaxie de Seyfert, mais ce coup-ci vue de profil. Par intermittence, une bande d'absorption se distingue, soulignant un fuseau relativement hétérogène, avec un rehaut assez marqué à droite du bulbe. Le petit compagnon semble faire un bisou à sa maman, avec comme une flammèche incurvée en partie supérieure, déformation engendrée par les forces de marée entre les deux astres. Cette embrassade galactique active les régions centrales à l'origine d'un formidable sursaut de luminosité.
       

       
      ARP 318, ou quand ces ARP sont aussi des Hickson HGC16, jolie petite cascade de galaxies dans la Baleine. Le membre principal NGC 835 (mag 12.1) est une spirale de Seyfert vue de face, montant bien la caractéristique de ce type d'objet à savoir un cœur quasi stellaire bien lumineux au sein du bulbe. La zone externe est comme cernée d'un faible anneau irrégulier témoignant de la présence de bras spiraux. A proximité, une autre galaxie de Seyfert mais vue de profil NGC833 (mag 12.7) et plus loin NGC 838 (mag 13) avec un bulbe particulièrement lumineux. Le dernier membre visible ici est NGC 835 (mag 13.1), pâle fuseau dont je note l'orientation pointant vers une petite étoile.
       


      Enfin ARP 157 (Psc, mag 11.2), NGC 520 ou la galaxie du Hamburger, joli surnom évocateur de sa forme. En voilà une ciblounette qui demande de la persévérance pour bien la décortiquer. Ce n'est pas le première fois que je la visite, jusqu'à présent avec difficulté. Cette nuit, je profite du T500 de l'ami Laurent pour mieux l'analyser, ce qui va faciliter ensuite l'observation au T400 et le dessin. Cette forme étrange est due à la collision de deux galaxies. Je note une forme anguleuse et irrégulière, sorte d'osselet céleste en bas à gauchecomme une tête d'humérus et une zone plus dodue en partie supérieure. Avec attention la bande d'absorption la tranche en deux parties inégales, dessinant le fameux casse-croute d'outre atlantique. A noter deux timides extensions à droite comme des toupets folâtres.
       

       
      Il est plus de 3h30, content, quelques chouettes hululent au loin, l'heure d'aller se fourrer sous la couette...
      La nuit suivante s’annonçait prometteuse aux dires des sites météo. Mais saperlipopette, après une sieste pour être dispo à fond les ballons, je constata non sans effroi la présence de gros nuages peu sympathiques, avec une volte-face desdits sites météo qui, sans vergogne de ce revirement, promettaient quelques gouttelettes. Ne resta plus qu'à tout remballer et rentrer à la maison.
      Roule ma poule !!!!
    • By XavS
      Bonsoir tout le monde,
       
      Le froid est arrivé et je m'en suis rendu compte samedi dernier lorsque j'ai décidé d'aller faire de l'astrophoto dans mon coin de montagne aux alentours des 1000M. La météo n'avait rien prévu d'excellent mais l'appel du ciel étoilé était le plus fort .

      Le début de soirée et la tombée de la nuit sont sous l'humidité. La table de camping était trempée. Heureusement le matériel n'a pas trop pris ; merci les résistantes chauffantes Une heure plus tard tout était givré, la table et la voiture. Sans grattoir il m'a fallu 15mn pour dégivrer le parebrise le lendemain matin La température de cette nuit là n'a pas dépassé les 2 degrés ; brrrr... Le froid est là, un voile d'humidité en altitude aussi et quelques rafales de vent pour faire prendre la sauce .
       
      Mais bon, malgré un jetstream qui était vraiment pourri j'ai quand même pris plaisir à imager le ciel.
       
      On commence tout d'abord avec l'amas globulaire M15 situé dans la constellation de Pégase. Avec des pauses de 180s, la nébuleuse planétaire Pease 1 ne ressort pas ; dommage.
       

       
      Matériel : C9 + Réducteur + EQ6R + 1600MC
      Suivi : TS80 + 120MM
      Lights : 10 x180s
      Darks : 34 x 180s
      Offsets : 31 x 1ms
      Flats :  31 x 130ms
      Traitement : SIRIL + GIMP + CS2
       
      Puis on continue avec la galaxie NGC7814, surnommée le "Petit Sombrero" située dans la constellation de Pégase à 53 AL.
       

       
      Matériel : C9 + Réducteur + EQ6R + 1600MC
      Suivi : TS80 + 120MM
      Lights : 65 x 300s
      Darks : 7 x 300s
      Offsets :  31 x 1ms
      Flats :  31 x 130ms
      Traitement : SIRIL + GIMP + CS2
       
      Vers 4h00 du matin, la belle se couche. Je décide de me tourner vers le Taureau et la nébuleuse du Crabe ou M1.
       

       
      Matériel : C9 + Réducteur + EQ6R + 1600MC
      Suivi : TS80 + 120MM
      Lights : 28 x 300s
      Darks : 7 x 300s
      Offsets : 31 x 1ms
      Flats :  31 x 130ms
      Traitement : SIRIL + GIMP + CS2
       
      Et pour terminer la nuit, un joli croissant de Lune.
       

       
      Matériel : C9 + Réducteur + EQ6R + 1600MC
      Suivi : TS80 + 120MM
      Lights : 60 retenues sur 80 x 1ms
      Traitement : AS3 + ASTROSURFACE
       
      Et pendant ce temps là, mon Canon 450D et son objectif fétiche Samyang 85mm ont photographiés l'amas des Pléiaides - M45.
       

       
      Matériel : Canon 450D + Samyang 85 mm + Star Adventurer
      Lights : 739 x 30s
      Darks : 41 x 30s
      Flats : 0
      Offsets : 61 x 1/4000s
      Traitement : SIRIL + GIMP + CS2
       
      Bonne soirée à toutes et tous et vos commentaires pour faire avancer le schmilblick sont la bienvenue
       
      XavS
       
       
  • Upcoming Events