Roch

Test du 150mm F/D=1 : le télescope le plus rapide du monde ! ( Episode 3 )

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)

C'est l'oculaire qui pêche : les oculaires plössls 2+2 ont rarement un champ plat et le newton 600 a une champ courbe également. Ça doit se compenser un peu mais le compromis est à trouver.

Tu as de la coma négative au bord, ce qui est surprenant et de l'astigmatisme bien sûr.

Quel marque l'oculaire ?

il y a 20 minutes, Roch a dit :

Autre point, je peux aussi jouer sur la distance objectif - oculaire.

Oui, c'est normal, je dirais que vu que c'est ton objectif qui fait la convergence, il faut être assez près pour que ça se comporte comme un relay lens. La map de l'objectif 8mm devrait être sur l'infini ou proche.

Edited by lyl
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une chouette expérience à améliorer car les résultats sont là :)

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bluffant , c'est bien d'explorer des domaines

peu courus .

 

Bernard_Bayle

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo, c'est très intéressant. Est-ce qu'une adaptation de l' astuce de la Lensless Schmidt Camera, supprimer les rayons obliques par un simple diaphragme, ne pourrait pas venir au secours de la qualité de l'image sur les coins ? 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Merci pour ces retours, c'est sympa :)

 

Il y a 12 heures, lyl a dit :

Quel marque l'oculaire ?

 

un no-name :D

J'ai pris le parti de commencer par un truc pas cher, histoire de voir si le concept avait un quelconque avenir. L' ES 30mm 52° me fait de l'oeil pour la suite ; cependant je crois qu'il est trop large pour passer dans mon montage... il faut que je remesure.

 

Merci pour ton retour, je vais faire des tests dans des configs différentes.

 

il y a une heure, Nicolas Z a dit :

supprimer les rayons obliques par un simple diaphragme, ne pourrait pas venir au secours de la qualité de l'image sur les coins ?

 

J'avoue ne pas être très calé sur ce genre de système, mais j'ai plutôt envie de conserver le max de lumière possible... je suis pas descendu à F/D=1 pour diaphragmer :D

Après une autre solution serait utiliser un oculaire de focale plus courte pour réduire un peu le F/D final et espérer un meilleur résultat.

 

Romain

 

Edited by Roch

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Romain,

 

Un super concept !! Tu as raison d'expérimenter sans complexe. :)

Ca vaut vraiment le coup de creuser plus !

 

Déjà trouver un objectif de qualité à F/1, quitte à voir du côté des APN.

Ensuite le choix de l'oculaire, lequel serait le plus adapté à cette utilisation ?

 

Un passionnant travail de pionnier ! ;)

 

Albéric

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Passionnante cette manip ! Très très bonne idée . 

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo pour l'adéquation entre la pupille de sortie et le diamètre de l'objectif, tu n'as pas de mou dans le centrage de l'un par rapport à l'autre par contre :)
Pour la qualité d'image dans le champ, pas évident avec un objectif à f/1. Mais bon en suivant les même principes tu pourrais peut être tenter le coup avec un 12 mm à f/1,4, tu peux y gagner en qualité d'image. Tu auras mois de lumière par pixel, mais optiquement si c'est meilleur ça permet d'envisager une config équivalente à ce que tu as aujourd'hui en passant sur une caméra qui a de plus gros pixels (il faudrait 4,3 avec un 12 mm). 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Roch,

Beaux et intéressants résultats, mais pourquoi n'essaierais-tu pas d'utiliser tout simplement ton oculaire de 32 mm en réducteur de focale, pour aboutir à une focale globale de 150 mm...?

Voire un 12 mm de focale pour des commodités pratiques.

Cela te permettrait de mettre directement ton capteur, sans objectif, et éviterait tout ce porte-à-faux.

Un petit calcul me montre que tu devrais avoir un champ sur le ciel de l'ordre de 2...2,5° 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/06/2020 à 10:53, Roch a dit :

J'avoue ne pas être très calé sur ce genre de système, mais j'ai plutôt envie de conserver le max de lumière possible... je suis pas descendu à F/D=1 pour diaphragmer :D

Après une autre solution serait utiliser un oculaire de focale plus courte pour réduire un peu le F/D final et espérer un meilleur résultat.

 

En fait, vu que tu vignettes déjà et que tu ne peux conserver que la partie centrale de tes images, c'est peut-être à tenter quand même...

Je me suis aperçu qu'un cache circulaire, du diamètre de l'objectif, placé à quelque distance de celui-ci, en coupant les rayons marginaux, donne une image extrêmement piquée et propre sur mes jumelles (meopta 8x56), au prix d'un léger vignetage en visuel. Donc l'intérêt d'un diaphragme masquant les rayons marginaux dépasse l'usage premier qu'on en a fait dans la chambre de Schmidt sans lame (lensless Schmidt camera); apporter une correction de l'aberration de sphéricité. 

 

https://www.cloudynights.com/topic/93674-lensless-schmidt-camera/

 

 

  

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon ben moi je comprends pas le principe.. xD

T'es sûr que c'est vraiment plus lumineux qu'en mettant la caméra directement sur le 150/600?

 

Au C9.25 Hyperstar (F2.2) et camera 183MM, à vue de nez, quand je faisais ma MAP sur M51 en bin1 (échantillonnage 0.95") sur des poses de 1s, je voyais grossièrement la forme de la galaxie peut être avec un poil moins de bruit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Le 150/600 présente une ouverture (relative) de 4. Avec un F/D de 1, les images sont 4 fois plus lumineuses !  (même si plus petites;))

 

 

 

 

Edited by Toutiet
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois comprendre.. l'oculaire agit ici comme un réducteur de focale, en contrepartie on a qu'une toute petite portion de l'image formée qui est utilisable.

Bon si c'est pas ça et que j'ai toujours pas compris c'est pas très grave hein. :)

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Théoriquement, on a toute l'image qui est utilisable mais comme l'oculaire travaille dans des conditions un peu anormale, on a peut-être intérêt à ne pas l'exploiter entièrement ;).

Edited by Toutiet

Share this post


Link to post
Share on other sites

@CB7751 la différence tient dans l’échantillonnage, hormis la problématique des bruits de lecture et thermique, un binning 4x4 devrait donner la même chose en terme de signal par pixel, avec un champ plus petit.

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Roch merci pour ces tests rafraîchissants ! Et merci de prendre le temps de les présenter c’est toujours excellent de voir les expériences des autres... vivement le prochain épisode !

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Roch,

Tu m'as ouvert l'esprit et donné des idées : je vais voir ce que je peux faire avec mon 250 et mon 400. Ouverts à F/D = 1, ça doit être fabuleux...! 9_9

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir à tous :) voici la suite du feuilleton après un nouvel essai cette semaine.

Merci à tous pour vos retours très encourageants et motivants :D tout d'abord, quelques réponses aux remarques :
 

Le 20/06/2020 à 17:09, jldauvergne a dit :

Pour la qualité d'image dans le champ, pas évident avec un objectif à f/1. Mais bon en suivant les même principes tu pourrais peut être tenter le coup avec un 12 mm à f/1,4, tu peux y gagner en qualité d'image. Tu auras mois de lumière par pixel, mais optiquement si c'est meilleur ça permet d'envisager une config équivalente à ce que tu as aujourd'hui en passant sur une caméra qui a de plus gros pixels (il faudrait 4,3 avec un 12 mm). 

 

Le 22/06/2020 à 09:02, Nicolas Z a dit :

En fait, vu que tu vignettes déjà et que tu ne peux conserver que la partie centrale de tes images, c'est peut-être à tenter quand même...

Je me suis aperçu qu'un cache circulaire, du diamètre de l'objectif, placé à quelque distance de celui-ci, en coupant les rayons marginaux, donne une image extrêmement piquée et propre sur mes jumelles (meopta 8x56), au prix d'un léger vignetage en visuel. Donc l'intérêt d'un diaphragme masquant les rayons marginaux dépasse l'usage premier qu'on en a fait dans la chambre de Schmidt sans lame (lensless Schmidt camera); apporter une correction de l'aberration de sphéricité.



En fait, si cette méthode s'avère un échec définitif, je pense plutôt utiliser un oculaire de focale plus courte, ce qui réduira le F/D final en n'utilisant que la partie centrale de l'objectif de caméra ( puisque la pupille de sortie sera alors réduite ). Comme souvent la qualité d'un objo s'améliore en diaphragmant, je pense pouvoir obtenir une image meilleure sur un objo à F1.2 "forcé" que sur un F1.2 "natif" ; et de cette manière j'utilise toujours tout le diamètre de l'instrument.

 

Le 21/06/2020 à 10:21, Toutiet a dit :

Beaux et intéressants résultats, mais pourquoi n'essaierais-tu pas d'utiliser tout simplement ton oculaire de 32 mm en réducteur de focale, pour aboutir à une focale globale de 150 mm...?

Voire un 12 mm de focale pour des commodités pratiques.


Tu proposes d'utiiliser l'oculaire en projection oculaire ?
Le problème de cette méthode est qu'elle va engendrer tout un tas d'aberrations, puisque tu utilises l'oculaire dans une configuration très très éloignée de sa configuration initialement prévue.
La projection oculaire fonctionne bien pour l'augmentation du F/D puisque former un foyer secondaire loin derrière l'oculaire revient à peu de chose près à utiliser l'oculaire "à l'infini", qui est la position d'utilisation visuelle.
Cependant, pour la réduction, les aberrations seront bien trop présentes. Je l'avais d'ailleurs constaté moi même, à l'époque ou j'utilisais la projection oculaire en planétaire... dés qu'on descendait en dessous d'un facteur grossissement de 2x environ, les résultats étaient pas très beaux. Alors un facteur grossissement de 0.25x, je n'imagine même pas :D

 

Le 22/06/2020 à 15:22, CB7751 a dit :

Bon ben moi je comprends pas le principe.. xD

T'es sûr que c'est vraiment plus lumineux qu'en mettant la caméra directement sur le 150/600?

 

Au C9.25 Hyperstar (F2.2) et camera 183MM, à vue de nez, quand je faisais ma MAP sur M51 en bin1 (échantillonnage 0.95") sur des poses de 1s, je voyais grossièrement la forme de la galaxie peut être avec un poil moins de bruit.


Alors oui, définitivement, c'est plus lumineux ;) Le H-alpha en poses de 4 secondes, ça j'avais jamais pu faire avant. C'est génial :D

Mon image ici est pas flatteuse... mais sur les poses de 250ms en direct, l'effet est saisissant.

Et ne pas oublier que tu as un C9 et moi un T150... ça ne change rien en clarté de l'objet, mais du coup vu que ta M51 prendra plus de place sur l'écran, notre oeil la détectera plus facilement, avec ses structures.

 

Le 22/06/2020 à 16:47, CB7751 a dit :

Je crois comprendre.. l'oculaire agit ici comme un réducteur de focale


Plus exactement le couple Oculaire - Objectif. L'oculaire est positionné exactement comme en observation visuelle... ensuite tu remplaces ton oeil par la caméra avec son objectif adapté ( = digiscopie )


Maitenant venons-en aux nouvelles. Toutes ne sont pas bonnes, mais quand même un peu ;)


J'ai essayé de jouer sur deux variables afin d'obtenir un meilleur résultat.

La première était la distance objectif-oculaire.... étant en mise au point à l'infini, je n'ai pas trouvé de point clairement meilleur qu'un autre en terme de piqué. Par contre, la luminosité globale de l'image varie... il faut trouver le point idéal ( équivalent au relief d'oeil je suppose... )

La deuxième était de modifier la mise au point de l'objectif placé sur la caméra. Je peux visser ou dévisser, j'ai essayé d'aller très loin dans les deux sens... on observe des différences mais rien qui ne modifie réellement la qualité globale de l'image.

Un troisième point reste à expérimenter, c'est la distance correcteur de champ - oculaire... mais j'y crois moyen étant donné que je ne vois quasiment aucune différence avec ou sans le correcteur.

Donc il va falloir faire évoluer le setup.

Maintenant, j'ai cherché à déterminer plus précisément quelles étaient les aberrations à corriger... et la première, très loin devant les autres, est la courbure de champ. En effet, pour m'en rendre compte, il a suffi que je fasse la mise au point sur un coin de l'image... et là miracle, les étoiles forment un cercle net autour d'un centre flou :

 

Capture_0001.png.2c1ad6f070baab977b4a8129ae0991da.png


Donc déjà, si j'arrivais à corriger ce problème, ce serait un grand pas en avant.

Je suppose que la courte focale de mon télescope n'aide pas... si je ne dis pas de bêtise, à 600mm de focale on a beaucoup plus de courbure de champ qu'à 2m. Comme je pourrai tester tout ça sur beaucoup plus gros dans quelques mois, ça risque aussi de changer la donne... trouver un truc parfaitement transposable ne va pas être facile, bien que les deux tubes soient à F4.

Donc si quelques fusées ici présentes savent anticiper la courbure de champ donnée par tel ou tel oculaire... je suis complètement preneur :D

 

J'ai aussi voulu tester le concept plus sérieusement, en posant plus longtemps au total, afin de voir si ça restait utilisable malgré les étoiles qui prennent beaucoup de place.
Je voulais voir si j'arrivais à choper les extensions h-alpha de M27 assez vite. Les conditions n'étaient pas idéales, des passages nuageux et un peu de voile, mais quand même.
Voici le résultat en 1h de pose totale, 900x4s derrière un Ha baader 7nm, crop central, agrandissement à 200%, puis traitement agressif :D :

m27test-2-1-denoise-denoise.jpg.8d8b4dd36a10b793a2e593ba6980557b.jpg

ça me ferait presque regretter de ne pas avoir un astrodon 3nm sous la main :D quelle plaie ces étoiles ^^
Rappel, on est à la caméra non refroidie, en période de canicule, donc peut être que le bruit thermique est un problème. Bon il faisait encore une température raisonnable cette nuit là.


J'avoue j'ai pas mal forcé sur l'antibruit. Mais sinon, pour 1h de pose, ça vous semble comment niveau signal ?

Sinon, concernant les aberrations, là il y a du bougé en plus, ce qui explique les formes rocambolesques... mais je me demande s'il n'y a pas un reflet en plus. Avec autant de lentilles, le contraire serait étonnant...



La suite au prochain épisode ! J'ai encore quelques idées... mais si vous connaissez l'oculaire parfait pour répondre à mes besoins, je suis preneur !

Romain

Edited by Roch
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Romain,

 

Regarde cette annonce, ça pourrait t'intéresser ! ;)

 

 

Albéric

Edited by xs_man
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

 

De belles expériences, bravo pour cette démarche :)

 

Amicalement

 

 

Christian

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Roch a dit :

h-alpha de M27 assez vite

Salut Romain,

En tout cas ta M27 degage du signal! Et avec ton echantillonnage je pense que l'impact de la turbulence/Ep de ta monture/erreur de mise en station ne se verra pas même vers 10s.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 14 heures, xs_man a dit :

Regarde cette annonce, ça pourrait t'intéresser !

Malheureusement, il faudrait le coupler avec un oculaire de 100mm...

A moins que tu en connaisses un bon, je pense que c'est inadapté ;)

Après, à utiliser seul, ça doit être sympa.

 

Il y a 4 heures, exaxe17 a dit :

Et avec ton echantillonnage je pense que l'impact de la turbulence/Ep de ta monture/erreur de mise en station ne se verra pas même vers 10s.

 

Ben j'ai essayé... pour la turbu pas de souci, mais pour l'erreur périodique, certaines prises étaient déjà bougées en 8s.

L'échantillonnage est large, mais au centre j'ai une fwhm bien inférieure à deux pixels... donc finalement tout ça se voit quand même assez vite.

Et je pense être surtout limité par le bruit thermique, donc pas sûr qu'allonger n'apporte grand chose.

M'enfin j'essayerai quand même peut être par une nuit fraiche, sur une cible plus au nord :)

 

Romain

Edited by Roch

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, Roch a dit :

M'enfin j'essayerai quand même peut être par une nuit fraiche, sur une cible plus au nord

Pour en revenir a ton resultat , je trouve que c'est super fin au centre!

la prochaine evolution des capteur cela serait d'etre souple ! pour contrer cette courbure de champs!:D

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By gruon11
      Bonjour. Ayant acquis une platine adm pour monter une skywatcher 80/400 sur mon C8, je dois assembler les 2 à l'aide de cales. Toutefois les cales proposées en magasin (geoptik par ex) sont percées d'un trou central non taraudé. Côté barillet du C8 (2 vis latérales pour visser la cale au tube), je suis donc embêté pour assembler la platine au C8 qui, elle, a un trou central de diam 5. J'avais envisagé de retarauder le trou de la cale à M6, et il me faudrait refraiser le trou oblong de la platine à 6,5 pour le passage de vis et rainurer à  presque 8... mais je n'ai pas de fraiseuse. Quequ'un aurait il monté une adm sur un C8, et comment ? Merci pour l'aide


    • By BobSaintClar
      Amis binaires, bonjour !
       
      Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années.
      Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit.
       
      Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur.
      Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"...
      C'est vrai ! Mais...
      ... Il y a un "mais"
       
      Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique.
      Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc).
       
      Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon !
       
      Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours :

       
      En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation.
      En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie.
      En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge.
      En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge)
       
      Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur !
       
      Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge :
       

       
      Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert !
       
      Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe :
       

       
      Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde...
       
      Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu !
       
      Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)...
       

       
      ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre !
       
      Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) :
       

       
      On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge...
       
      Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge.
      Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ??
      Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" !
      Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris !
       
      Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose :
       

       
      C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" !
       
      Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir :
       
      - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite.
      - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR.
       
      Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique.
       
      N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur.
       
      Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé...
       
      En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur.
      A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final :
       
      - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire
      - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu
      - L'eau très sombre, presque noire
      - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés
       
      Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé.
       
      L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal".
       
      Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ?
      Ce sera le sujet de mon prochain post...
       
      A suivre
    • By Ellazanne
      Rapprochement Lune - Mars  entre le 4 et le 6 /09/2020 réalisé avec le canon 100D et la 72ed munie de son réducteur de focal. Sans retouches :
       

    • By patgav
      Bonsoir 
      Pour changer un peu , une simple étoile filante dans un ciel bien dégagé. 
      Pose de 15s à 1600 iso , Canon 750D.
       

       
    • By Sauveur
      Salut @Lucien
       
      Voila Astrosurface j'adore 
       
      Il marche bien on apprend petit a petit les différente fonction 
       
      Suis pas presser et tu bosse beaucoup dessus c'est un grand merci de la part de toute la communauté
       
      Voila c'est pas bien mais j'utilise ASi3 pour l'empilement car je n'arrive pas a bien comprendre les paramètre a touché pour avoir un bon trie des images et le logiciel d'emil me semble meilleurs car je n'arrive pas exceller avec Astrosurface sur ce point
       
      bon mon erreur c'est que j'ai supprimer la video du sujet car moins bonne et puis j'ai plus de place 
       
       
      Mais parfois j'utiles une technique de sauvetage d'une image un peu paradoxale 
       
      Voila l'image d'Asi3 mince dommage pour l'hexagone la turbulence et le stack me la ruiné
       
      2020-09-03-1919_5-2020-09-03-1907_3-S-Ir 640_pipp_l5_ap196
       

       
       
      Donc pour l'instant pour sauvé cette image 
       
      J'ouvre le ser Asi 3 et j'analyse puis j'exporte Png au taux ou c'est bon disons15/100 des frames puis j'ouvre les files avec astrosurface comme une video et j'analyse et je stack en multipoint 
       
       
      et 
       
      2020-09-03-1919_5--2--09-03-1907_3-S-Ir 640_pipp_QualitySortedF_00000000_list_iss stack_100r_T48_1691_reg
       

       
       
      donc ma question 
       
      Quant on analyse comment faire pour que le carré vert ( plus tenu)  d'analyse prenne toute la planète ( car on peu avoir le coté gauche bon mais le droit mauvais)
       
       
      Merci d'avance
       
      @Elie Rousset 2 voila l'image dont on a parler au telephone
       
       
       
  • Upcoming Events