Toutiet

La collimation... l'aviez-vous vue comme ça ? (3/6)

Recommended Posts

LA COLLIMATION... l'aviez-vous vue comme ça... ? (3/6)

Collimation d'un télescope de type Newton

 

Procédure opérationnelle visuelle avec un œilleton

La procédure de collimation utilise, cette fois, un simple œilleton passif, et procède du même principe que ci-dessus, mais le rayon lumineux du laser est remplacé par le rayon visuel.

L'œilleton peut avantageusement être réalisé à partir d'un boite de pellicule 24 x 36 qui entre à frottement gras dans le PO. Il est percé d'un trou central d'environ 2 mm de diamètre au travers duquel l'œil va observer.

Dans le champ, on voit, d'une part l'œillet du primaire plus ou moins excentré et, en toile de fond, tout autour, l'image que le primaire renvoie vers le PO (contour du secondaire, extrémité du tube PO, contour de l'œilleton) dont, en particulier, le trou sombre de visée de l'œilleton. Tout apparaît désaxé, déréglé.

 

Dans un premier temps, on agit sur les vis de réglage du miroir secondaire pour amener au mieux l'œillet au centre du champ. L'utilisation d'un cheshire, avec son réticule en croix, peut faciliter ce réglage.


Dans un second temps, on joue sur les vis de réglage du primaire pour centrer, avec le plus de précision possible, toute l'image renvoyée par celui-ci, afin qu'au final, le trou noir de l'œilleton (visible en arrière-plan) soit exactement au centre de l'œillet.

On obtient ainsi le même résultat qu'avec le laser : l'alignement du trou de l'œilleton et du reflet de ce trou dans le primaire (donc la perpendiculaire au miroir, en son centre) avec le centre de l'œillet. L'axe optique du primaire est ainsi correctement positionné, en passant exactement par le centre du PO.

 

Influence du jeu du laser dans le PO

La présence d'un certain jeu possible entre le laser et le tube du PO semble, pour certains, être une cause d'incertitude sur la qualité de la collimation effectuée. Celle-ci est ainsi remise en doute, au prétexte qu'en replaçant à nouveau le laser dans le PO, immédiatement après une collimation qui semblait bonne, le réglage des deux miroirs soit à reprendre (spot lumineux sorti de l'œillet et rayon retour hors de la cible du laser).

 

Certes, le jeu peut être tel que le rayon incident du laser ne frappe alors plus le centre de l'œilleton du primaire. La tentation peut être grande de retoucher l'orientation du secondaire pour rectifier le tir. Mais alors, il faut également retoucher l'orientation du primaire puisque que le secondaire a été décalé par rapport aux réglages précédents, et qu'il faut que l'axe optique du primaire vienne, au final, à nouveau au centre du PO.

 

Mais, que se passe-t-il si on recommence une nouvelle fois l'opération : on retire à nouveau le laser puis on le replace dans le PO ?
Le sens et l'importance du jeu n'étant probablement pas les mêmes que précédemment, il faut à nouveau retoucher les deux miroirs !

Cela peut continuer indéfiniment, et on en arrive à la conclusion étonnante qu'il existe une infinité de combinaisons de positions des deux miroirs, chacune donnant une « bonne » collimation. En fait, une pour chaque position légèrement différente du laser dans le PO, sous l'effet du jeu (éventuel) existant.

De quoi semer le doute... !

 

(A suivre 4/6)

Edited by Toutiet
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 22 heures, Toutiet a dit :

L'utilisation d'un cheshire, avec son réticule en croix, peut faciliter ce réglage.

Vu qu'on en est à être sémantiquement précis (collimation vs centrages mécaniques), il me semble que le "Cheshire eyepiece" originel de 1921 n'avait pas de croix, juste un plan incliné réfléchissant percé en son centre.

 

5ef8b709f2b0a_Sanstitre.jpeg.d9d9fd55df64d7a8ca57406a3093a498.jpeg

 

Traditionnellement, chez les anglo-saxons, c'est le sight-tube (ou cross-hair sight tube) avec oeilleton côté oeil et croix côté miroirs qui joue ce rôle, même si la combinaison des 2 est une excellente idée mais plus récente.

Je trouve qu'on parle actuellement de Cheshire pour de nombreuses variantes et ça n'aide pas le débutant à différencier les dispositifs et leur champ d'action.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le jargon actuel, le terme de Cheshire désigne un tube avec un œilleton à une extrémité et une croisée de fils à l'autre.

L'illustration que tu montres est un simple œilleton, comme celui que j'utilise, mais avec une fenêtre d'éclairage, à 45°. A la place de cette fenêtre, j'utilise une boite de pellicule 24 x 36  translucide (Fuji), et j'ai ainsi un éclairage naturel. Sur le principe, cela revient au même, tout en étant plus simple de réalisation.
 

Capture d’écran 2020-06-08 à 15.02.51.png

Capture d’écran 2020-06-08 à 15.02.30.png

Edited by Toutiet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et ouais, les méfaits de la novlangue…

 

On simplifie par la même appellation deux ustensiles différents (même si leur finalité les rapproche): 

5ef8c6573e1b1_Sanstitre.jpeg.a01d7876cc7cbabb8f4847a5ffb63fc0.jpeg

5ef8c6a748d08_Sanstitre.jpeg.35423ded7ab37826a70ab80f7d0d075e.jpeg

 

Cela dit, les dobsons ne sont plus faits de portes de granges et de verre à vitre…

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Toutiet a dit :

L'illustration que tu montres est un simple œilleton,

non, c'est bien l'original de 1921… avec plan incliné éclairé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si, c'est un simple œilleton dans sa fonctionnalité, avec une fenêtre d'éclairage, c'est tout ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, un simple oeilleton, c'est un bouchon non-éclairé troué au centre qui permet le centrage de l'axe de vision de l'oeil. L'oeilleton existait avant Cheshire…

Edited by yapo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut pas trop contrarier les vieux, c'est pas bon pour le coeur :S

Share this post


Link to post
Share on other sites

yapo,

Ce que tu nous as montré est bien un simple œilleton, ancêtre du Cheshire qui apporté une amélioration avec une croisée de fils. 

Mais il est évident que, pour être visible et opérationnel,  il faut évidemment qu'il soit éclairé d'une façon ou d'un autre, soit par une fenêtre transversale, soit par un éclairage d'ambiance comme avec mon tube translucide.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la clarté des débats, je propose que toute boite de pellicule transparente à oeilleton dont la vocation collimatoire est avérée soit désormais baptisée une "toutiette", afin que le jargon actuel ne s'égare pas trop.

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

intéressant ce décorticage de la question.

Juste quelques remarques :

- le visu ou le rayon peu bien revenir pile au centre de l’œilleton, mais peut-on affirmer pour autant que les 2 axes (PO et axe optique du primaire) soient confondus ? Il peuvent se croiser avec un angle.....

- justement, un réticule dans e chesire V2 permet de lever ce doute - ce qu'un simple œilleton ne permet pas.

- le jeu dans le PO du chesire, laser-toutiette, etc.... Oui mais pas forcément : ce qui compte, c’est un APPUI du système sur l'embase du tube du PO - ce qu'une boite de péloche ne permet pas car dépourvue d'un épaulement. Moralité, s'il y a un épaulement sur le système, rien n’est plus important que de le PLAQUER sur la face avant du tube du PO, d’ailleurs comme on doit le faire avec un oculaire. C’est la seule face de référence valable  (et pas le serrage sur le cylindre du bidule). Ya que ça qui garanti la perpendicularité entre l'oculaire/chesire/toutiette et l'axe du PO (et donc le parfait contrôle de son inclinaison possible si on n'y fait pas gaffe).

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y en a un qui suit, c'est bien ! xD

Tu as tout-à-fait raison mais, comme tu vas le voir dans le tout prochain épisode (4/6), la non-colinéarité que tu évoques, à juste titre, n'a qu'une influence faible, voire la plupart du temps négligeable, dans les observations.

C'est un plus, apporté par la croisée de fils du Cheshire, à condition qu'à l'instar des lasers, il soit lui-même bien réglé (en général personne ne s'en soucie, et ils ne possèdent pas de vis de réglage).

Edited by Toutiet

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Toutiet a dit :

Il y en a un qui suit, c'est bien ! xD

Ben faut dire que le Serge il est très intéressé :)

Il débute dans la fabrication et il aimerait bien savoir régler son scope komifo xD

Bonne journée,

AG

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai aucunement  la prétention d'avoir appris, à qui que ce soit, comment régler son scope mais simplement celle d'avoir aidé à démystifier cette opération de "collimation", et de l'avoir décortiquée et surtout justifiée, par des considérations optico-géométriques élémentaires, domaine où règne en aveugle la magie des outils prétendûment miraculeux, et des manipulations obscures, hazardeuses et non fondées...

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Toutiet a dit :

Il y en a un qui suit, c'est bien ! xD

 

ça, c'est sympa pour les autres...:P

 

Il y a 4 heures, serge vieillard a dit :

ce qui compte, c’est un APPUI du système sur l'embase du tube du PO - ce qu'une boite de péloche ne permet pas car dépourvue d'un épaulement.

D'où l'intérêt de conserver le capuchon de la boite de pellicule qui a généralement un petit épaulement.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas nécessairement, comme je l'ai dit plus haut, et comme je l'ai analysé dans le prochain épisode (4/6) à venir.

Par ailleurs, comme on peut la voir sur ses deux photos, mon oeilleton conserve la totalité de la boite photo, et rentre sans jeu dans le tube PO.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Toutiet a dit :

C'est un plus, apporté par la croisée de fils du Cheshire, à condition qu'à l'instar des lasers, il soit lui-même bien réglé (en général personne ne s'en soucie, et ils ne possèdent pas de vis de réglage).

 

Si moi, quand j'ai reçu le Cheshire Celestron, je me suis aperçu que les fils n'étaient pas complétement centrés. Un jour, un fil s'est dérobé et je les ai remplacés par deux aiguilles à coudre.

 

Vous en pensez quoi de celui-ci ?

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/collimation/collimateur-concentrique-1-25-31-75mm_detail

Edited by Sturydon

Share this post


Link to post
Share on other sites

65 € !  :(

J'ai réalisé le mien pour une bouchée de pain : un morceau de tube PVC légèrement poncé pour l'amener au diamètre, une fenêtre en biseau pour l'éclairage et, comme toi, deux aiguilles positionnées avec soin, et le tour était joué ;).

Capture d’écran 2020-06-30 à 15.39.40.png

Capture d’écran 2020-06-30 à 15.39.57.png

Edited by Toutiet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu fais partie de ceux qui font des économies pour tout mettre dans la qualité des miroirs !
À quoi sert la pastille bleue ?
 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, pas spécialement, mais j'ai l'heureuse chance de ne pas avoir deux mains gauches et d'avoir quelques facilités pour la réflexion et le bricolage... Ça aide ! :)

Edited by Toutiet
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

le truc du desaxage - même si ça tombe au centre- quitte à faire ça bien, c'est histoire de faire "ça bien", même si l’incidence en effet est faible - quoique cela se traduise par un défaut de coplanéité du plan focal du miroir avec celui de l'oculaire.

mais surtout, c’est la conséquence d'un désalignent du bidule utilisé pour la collim, objet de bien des tracas et que tu évoques à propos ici.

Le fait de toujours prendre l’habitude d'appuyer l'épaulement des oculaires/bidules de collim, etc syr l'embase du PO est gage que tout va bien se passer de ce côté-là. A mes yeux, c’est juste un fondamental de l'usage correct d'un instrument. Ne pas se soucier de celà, ben c'est déjà se mettre une (micro) épine dans le pied, épine qui se rajoutant à bien d'autres feront au final la différence entre une observation turbo et une plus pépère. Perso, j'aime le trubo en astro, et m'en fiche dans les bagnoles.

Pauv' Yann ki-suit pô.......xD

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By skuenlin
      Bonjour à tous,
       
      Début des l'année, j'ai fait l'acquisition du RC-400mm en solde chez OU. Après quelques retouche mécanique et la fabrication d'un platine pour adapter mon ESSATO 3" j'ai enfin pu faire les premiers test hier soir.
       
      Les images ci-dessous ont été faites avec le matériel suivant:
       
      - GM2000HPS
      - ASI2600MM en BIN 2 (échantillonnage de 0.48")
      - RC-400mm @ F8 (3200mm)
       
      Toutes les images ont été réalisé sans guidage (une bombe cette GM2000HPS même avec 50kg sur le dos et les 3200mm de focal)
       
      Voilà les images:
       
      M27 en Ha - 300secondes de pose

       
      M51 en L - 60secondes de pose

       
      M57 en L - 30secondes de pose

       
      Cordialement
       
      Sébastien Kuenlin
    • By guillaume45
      Bonjour à tous,
       
      je recherche une petite information toute simple : connaissez-vous les températures et valeurs d'humidité relative pour le stockage du matériel astro. Je possède une az-eq6 + lunette TS 102/714 CF APo avec correcteur + ASI2600MC-Pro + lunette guide avec ASI290MM-Mini.
       
      J'ai trouvé les informations pour les caméras : -10 à 60°C et 0 à 80%. Pas pour le reste. 
       
      Merci à vous !
    • By christian viladrich
      Salut à tous,
      J'ai honteusement détourné un Sol'Ex de son usage premier qui est de faire des images, pour m'en servir pour la mesure des profils de transmission des filtres Ca K que j'avais sous la main.
      Mon objectif premier était de mesurer la bande passante à 50% du pic de transmission (FWHM), la longueur d'onde centrale (CWL), et en bonus la bande passante à 10% du pic de transmission. C'est en effet cette dernière valeur qui fixe le contraste du filtre (et pas la FWHM) et qui permet également de savoir si on est en présence d'un filtre simple, double ou triple cavité (équivalent du simple, double, triple stack).
      Après une phase d'apprentissage permettant de trouver une procédure qui marche pas trop mal, je me suis arrivé à des résultats assez bien reproductibles (à 0.1 A) sur la FWHM, la bande à 10% et la CWL.
       
      Voici les résultats actuels, avec d'abord le filtre Ca K Barr qui est un double cavité :

       
      Le filtre Alluxa est un triple cavité (le profil a des ailes de transmission plus pentues). Les mesures sont assez proches de celles fournies par Alluxa en terme de CWL, FWHM, bande à 10% :

       
      L'os suivant à ronger sera d'obtenir un profil de transmission bien reproductible, ce qui est nettement moins évident.
      Je suis un peu embêté par un manque d'uniformité de la résolution du spectre en Y (dans le sens des raies), il faut que je vérifie que le bon montage des optiques dans leurs tubes. Il y a aussi la mise au point du collimateur à affiner en Ca K. Je me pose aussi la question de la linéarité de l'ASI290, notamment quand on utilise le gain.
       
      Dans cette configuration, on devrait pouvoir mesurer sans trop de problème des filtres Ca K de 1 A FWHM, ce qui était mon objectif premier. Toutefois, un gain en résolution spectrale serait toujours bon à prendre
      Pour le Ha, et des FWHM < 0.6A, cela parait nettement plus chaud ...
       
      En tout cas, un grand merci à Christian Buil pour nous avoir offert ce très bel outil avec lequel on va pouvoir jouer un bon bout de temps
       
       
       
    • By Ganondorf
      Bonjour à toutes et tous,
      je suis nouveau dans le domaine de l'observation.
      Je souhaiterai m'équiper pour pouvoir profiter de notre ciel, surtout observer les planètes en priorité et d'autres objets si possible.
      Avec un budget estimé à 500€, je souhaiterai me tourner vers une paire de jumelles + trépied + valise (n'ayant pas la place pour un tube pour l'instant...)
       
      Après plusieurs recherches, j'avais repéré les Omegon Nightstar 25x100
      https://www.omegon.eu/instruments/omegon-binoculars-nightstar-25x100/p,14698
      mais plusieurs commentaires que j'ai pu lire indiquait que, sur un trépied, elle s'affaissaient sous leur propre poids.
       
      Du coup, je m'en remet à votre expérience.
      Valent-elles le coup ? Ou il faudrait que je me tourne vers un autre modèle ?
      Que puis-je espérer observer avec de telles optique ? (le lune, Jupiter, la nébuleuse de la Lyr < euh non je ne pense pas...)
       
      Merci de vos réponses !
    • By Nathanael
      Bonjour,
      Suite à ce post : Barillet T450 , et en suivant les différents conseils prodigués, j'ai réalisé un prototype de levier astatique. Comme l'a déjà souligné @jean dijon, la réalisation de ce type de levier est finalement assez simple, j'ai essayé de ne pas transiger sur l'essentiel tout en optimisant la réalisation pour un bricoleur (pas de pièce usinée).
      Mon miroir de 450mm de diamètre pèse 17.1kg pour une épaisseur de 50mm. R²R²/e²=10000, il me faut donc 4 leviers, un central avec 0.18P et 3 périphériques avec 0.137P soit 2.343kg chacun. C'est un de ces derniers que j'ai réalisé. J'ai utilisé des paliers commandés sur internet (qq euros) et du tube acheté dans une quincaillerie quelconque.
      Je me pose encore la question de mettre un ou deux paliers, deux serait plus académique et donnerait moins d'incertitude à la position de la vis, mais j'ai peur qu'un défaut d'alignement (les deux seront vissés dans le barillet) crée une résistance à la rotation.
      Et pour répondre à une de mes questions de départ, ça rajoute un peu moins de 2kg au barillet par rapport aux triangles en carbone/nida.
      Ci-dessous le détail de la réalisation et la mesure de l'appui.  N'hésitez pas à me faire un retour si vous avez des doutes sur l'efficacité présumée.
      Nathanaël
       
      Tube du contrepoids : tube de 16mm  dont un coté est bouché par simple pliage.

       
      Remplissage avec du plomb de récupération (toiture):

       
      Filetage de l'extrémité pour fixer une vis de 6mm (réglage de la force exercée):

       
      L'ensemble des pièces. Le tube alu fait 20x20, intérieur 17mm. Les vis de 3mm servent l'une pour fixer le contrepoids une fois le réglage terminé, l'autre de butée de secours en cas de desserrage de la première) :

       
      L'ensemble monté (1 palier) :

       
      Poids de l'ensemble (2 paliers, 25g de plus qu'avec 1 palier) :

       
      Réglage du levier. Un tour de l'écrou pour +/- 30g d'appui environ, permet un réglage précis. Je me suis amusé un peu quand même pour obtenir le nombre théorique

       
       

  • Upcoming Events