• 0
Yomgui

Limite de focale d'oculaire sur un téléscope "débutant"

Question

Bonjour à toutes et à tous,

 

Je possède un skywatcher 130/650 et j'aurai l'opportunité de profiter d'un ciel sans pollution lumineuse cet été dans l'Aveyron.

Je souhaite m'équiper d'un oculaire grand angle pour observer le ciel profond.

Si je ne fais pas d'erreur, avec mon télescope j'ai un grossissement max de 260x et je devrais pouvoir me permettre un focale d’oculaire jusqu'à 2,5mm.

J'ai repéré celui-ci : https://www.astroshop.de/fr/oculaires/oculaire-skywatcher-planetary-uwa-2-5mm-1-25-/p,33201

 

Ma question : Est ce que je ne serai pas trop proche des limites du télescope, surtout avec le système de mise au point de celui-ci ? Un 4mm serait peut être plus approprié ?

Question subsidiaire : Avec un budget max à 100€, est ce un oculaire adapté au ciel profond ou y a t'il mieux ?

 

Merci d'avance pour votre aide !

Share this post


Link to post
Share on other sites

6 answers to this question

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
  • 0
Posted (edited)

Bonjour !

 

C'est une bonne idée d'utiliser un oculaire grand angle pour le ciel profond, mais pas d'utiliser le grossissement maximum. Le ciel profond s'observe d'ailleurs souvent à faible grossissement.

 

En fait, le ciel profond s'observe à tous les grossissements, donc il n'y a pas de notion de « grossissement adapté au ciel profond ».

 

Pour ma part, j'utilise plus souvent en ciel profond un moyen grossissement qu'un faible ou un fort, mais ça dépend aussi des objets. Si tu découvres le ciel d'été sans pollution lumineuse, je pense qu'un faible et un moyen grossissement sont plus utiles qu'un fort : le faible grossissement pour se balader dans la Voie Lactée en en savourant sa richesse (aux alentours des grands amas ouverts du Sagittaire, notamment), et le moyen pour commencer à résoudre en étoiles M11 et les grands amas globulaires (M4, M13 et M22 surtout) et détailler quelques objets comme M27 ou M57. Un fort grossissement en ciel profond se justifierait sur les petites nébuleuses planétaires, mais au 130 mm ça ne représente pas assez d'objets pour en faire un achat prioritaire, loin de là.

 

Il y a 1 heure, Yomgui a dit :

Est ce que je ne serai pas trop proche des limites du télescope

 

Là il y a une erreur de logique : tu dis que la limite est x260 (« grossissement max »), tu en déduis la focale de l'oculaire qui permet d'atteindre cette limite, et tu demandes si tu ne serais pas trop proche de la limite. Ben c'est mieux que ça : tu as choisi l'oculaire pour être pile à cette limite !

 

(x260 est un grossissement maximal théorique. En pratique, compte tenu de la turbulence et de l'optique d'entrée de gamme, ça me paraît excessif. Et puis le grossissement maximal, c'est le grossissement maximal tout court, donc absolu, ce n'est pas le grossissement maximal sur le ciel profond, ni même sur Jupiter par exemple.)

Edited by Bruno-
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Posted (edited)
il y a 46 minutes, Bruno- a dit :

puis le grossissement maximal, c'est le grossissement maximal tout court, donc absolu, ce n'est pas le grossissement maximal sur le ciel profond, ni même sur Jupiter par exemple.)

Oui. Mais des astronomes qui, dans de bonnes conditions avec de bons matos, réussissent à monter le grossissement au-delà du grossissement maximal, il y en a. J'ai déjà lu (ici sur Astrosurf) un grossissement à 2,5X  le diamètre (et même un peu plus). Bien entendu qu'il faut des conditions optimales pour atteindre ce grossissement. 

 

Mon exemple personnel avec mon Meade Infinity 90/600. Sous mon ciel pollué de Québec, j'ai réussi à grossir avec l'oculaire 4,3mm. Mais, la plupart du temps, il ne me servait à rien. Et je me suis toujours demandé si, sous un ciel idéal, j'aurais pu pousser le grossissement un peu plus.

 

600÷4,3=140 (si mon calcul est bon, ça fait 1,6X. Et sous un ciel pollué. Je répète que, la plupart du temps, cet oculaire m'était inutile. 

 

Edited by MCJC

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
il y a une heure, MCJC a dit :

Mon exemple personnel avec mon Meade Infinity 90/600. Sous mon ciel pollué de Québec, j'ai réussi à grossir avec l'oculaire 4,3mm. Mais, la plupart du temps, il ne me servait à rien. Et je me suis toujours demandé si, sous un ciel idéal, j'aurais pu pousser le grossissement un peu plus.

La pollution lumineuse n'influe  pas sur le grossissement, ce qui va le limiter c'est surtout la turbulence et bien souvent celle-ci est bien meilleur en ville qu'à la  campagne.

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Avant tout, merci pour vos réponses et votre aide !

 

Il y a 17 heures, laurent bourasseau a dit :

attention : pour grossir faut une bonne collimation ... 

 

quels oculaires as tu deja ?

 

Pour la collimation j'en ai déjà fait les frais l'année dernière, j'ai remplacé le collimateur laser premier prix par un baader et ça m'a changé la vie (enfin la vue).

En oculaire je suis pas riche, j'ai les deux compris avec le télescope (un 20 et un 10) et j'ai investi dans un oculaire zoom 21 à 7 plus une barlow x2.

 

Il y a 17 heures, Bruno- a dit :

(x260 est un grossissement maximal théorique. En pratique, compte tenu de la turbulence et de l'optique d'entrée de gamme, ça me paraît excessif.

 

Ok, c'était ma crainte initialement car la mise au point n'est pas le point fort de mon télescope et je me doutais d'un écart entre la théorie et la pratique, surtout sur un télescope d'entrée de gamme

 

Il y a 17 heures, Bruno- a dit :

En fait, le ciel profond s'observe à tous les grossissements, donc il n'y a pas de notion de « grossissement adapté au ciel profond ».

 

Donc le grand angle est une bonne idée, par contre pour le grossissement faut que j'aborde ça différemment qu'en planétaire ! Je vais reprendre mes recherches sur des focales plus grandes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 23 heures, MCJC a dit :

Mais des astronomes qui, dans de bonnes conditions avec de bons matos, réussissent à monter le grossissement au-delà du grossissement maximal, il y en a.

 

À petit diamètre ou à grand diamètre ? Sur la Lune ou sur Jupiter ? Le « super grossissement » offrait un intérêt ou c'était juste pour le record ?

 

Avec un petit diamètre, la turbulence est moins limitante. Si de plus la qualité optique est excellente, il est normal de pouvoir grossir au-delà de 2xD sur des objets très contrastés : Lune, étoiles doubles.

 

J'ai le souvenir d'une observation de Mars au Mewlon 210 mm à 600 fois : c'était une soirée exceptionnelle (au niveau de la turbulence) et on avait essayé de voir jusqu'à quel grossissement on pouvait monter. Surprise : 600 fois passait. Il est vrai qu'un Mewlon dispose d'une très bonne optique.

 

Je me souviens aussi de Saturne à 600 fois à la lunette-guide du T60 du Pic du Midi, qui faisait (elle) 130 mm de diamètre. Le ciel était exceptionnel, et l'image de Saturne est un de mes plus grands souvenirs d'observation : c'était un comme un dessin posé devant le ciel.

 

Donc en effet il y a des exceptions. Mais pour faire péter la limite des 2xD il faut au moins trois ingrédients : qualité optique du télescope, ciel parfaitement stable, cible contrastée (Mars et Saturne plutôt que Jupiter, par exemple). Et c'est moins difficile à petit diamètre.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now