Hello

Avant-hier, j'ai décidé de tester un peu plus en profondeur ce que pourrait donner ma nouvelle caméra ( la QHY5III462C ) en photo du ciel profond infrarouge. Cette cam est en effet extrèmement sensible dans ces longueurs d'onde, explosant n'importe quel capteur concurrent actuel.
Vous allez me dire, l'infrarouge c'est nul, il n'y a rien d'intéressant, c'est pour les planètes et encore, c'est pas une "vraie" couleur puisqu'on ne la voit pas avec les yeux, et en plus c'est moins bien parce que l'instrument est moins précis, puisque la tache de diffraction est plus large...

Alors permettez moi de vous présenter quelques points attrayants de cette approche  :   - Une turbulence moins importante que dans le visible, donc potentiellement une définition bien meilleure si le diamètre de l'instrument est suffisant. Ce qui est quasiment toujours le cas avec un télescope, puisqu'en ciel profond on est davantage limité par la turbu que par le diamètre instrumental.
- Très peu ( voire pas du tout ? ) de pollution lumineuse
- Un regard nouveau sur des objets vus et revus

Bon un inconvénients quand même... il est possible que certaines pièces optiques ne soient pas tout à fait compatibles avec ce mode de prise de vue. Notamment les lentilles, donc pas sûr que ça marche bien avec des réfracteurs, et pour ces tests j'ai décidé de me passer de correcteur de champ afin de simplifier le chemin optique au maximum ( je testerai leur facteur de transmission plus tard )
Les miroirs du 150/750 ne posent normalement aucun souci en IR, même si la réflectivité n'est pas forcément au top non plus.

En début de semaine, j'ai fait un petit test sur M57  et ça m'a donné envie de pousser le concept un peu plus loin :  
Donc vendredi soir, j'ai mis le filtre IR850 fourni sur la QHY462, et j'ai pointé tout un tas d'objets connus pendant quelques minutes juste pour voir s'il y avait "quelque chose"
Tout est réalisé avec le 150/750 skywatcher sur la monture NEQ5, en poses unitaires de 4s ( le bougé est déjà parfois sensible, mais je voulais essayer de maximiser le signal ) ; l'échantillonnage est de 0.8"/pixel
Le temps de pose total pour chaque objet varie entre 10 et 30 minutes en gros.
Tout est prétraité avec quelques darks pris vite fait en fin de séance, c'est juste du brut d'empilement avec un ajustement de l'histogramme.

Voilà pour la présentation, maintenant c'est l'heure du QUIZ Saurez-vous identifier ces objets ? Certains ressemblent beaucoup à leur contrepartie visible, d'autres un peu moins... d'autres enfin ont  juste complètement disparu, comme le premier... ce qu'on voit autour de l'étoile brillante ne sont que des artefacts :

  Bon par contre sur les suivantes, il y a toujours quelque chose       Trop facile celle la  : 



Plus discrète celle-ci :


Voilà   Evidemment pour l'instant c'était juste du repérage, mais ça m'a permis de déterminer quelle sera ma première vraie cible sur laquelle je resterai toute une nuit  De manière générale je suis un peu "déçu" par le signal de certaines nébuleuses diffuses... évidemment je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi pétant que ce qu'on voit en H-alpha, mais j'en attendais quand même un peu plus de la raie d'émission SIII située à 906nm. Après peut être que mes exemples ne sont pas les bons, et qu'il y a des cibles beaucoup plus appropriées.
Par contre je suis vraiment étonné du rendu sur les galaxies... pour le coup je trouve que cette couche IR apporte vraiment quelque chose de différent. Je pense qu'il pourrait être intéressant de faire de la trichromie "hyperspectrale" 
Bon c'est pas trop la saison des galaxies, donc ce sera pour plus tard !

A plus pour de nouvelles aventures


EDIT : j'avais oublié... petit bonus, un gros plan sur Neowise en IR, en 3mn chrono avant qu'elle ne se cache derrière la maison du voisin  Malheureusement je l'ai prise en poses de 1s, et du coup j'ai oublié les darks comme un bleu. Mais bon on fait avec :


Bons cieux

Romain
 
    • Like
    • Love
    • Thanks
    8