Adlucem

Un cratère de 50 m de profondeur vient d'être découvert en Sibérie

Recommended Posts

Incroyable !

Un nouveau cratère de 50 m de profondeur vient d'être découvert en Sibérie !

 

 

https://siberiantimes.com/other/others/news/giant-new-50-metre-deep-crater-opens-up-in-arctic-tundra/

 

 

Non, ne soyez pas déçus, ce n'est pas un cratère météoritique !

 

Ces phénomènes appelés "hydrolaccolithes" or "bulgunnyakhs" ont été observés à quatre reprises en Sibérie, seulement depuis 2014. Ils se forment dans les régions arctiques et subarctiques à partir d'un "pingo" (monticules avec un noyau de glace), puis, en raison du flux de chaleur de la Terre, ce "pingo" commence à dégeler et son noyau de glace à moitié fondu se remplit de gaz méthane provenant de la profondeur à travers une fissure dans le sol sous cet endroit. Le gaz naturel chauffé par un flux de chaleur provenant des entrailles de la terre à travers les fissures entre dans le noyau de glace fondante, le remplit et fait exploser le "pingo" en projetant des blocs de permafrost à des centaines de mètres !

 

Mais ce processus n'est pas celui habituel, car normalement les "pingos" fondent et s'effondrent en formant une dépression puis un lac. Les experts russes disent que la formation "explosive" est quelque chose de "jamais observé" auparavant, qui est liée au "temps chaud de ces dernières années", comprenons qu'il y a certainement un rapport de cause à effet avec le réchauffement climatique.

 

De nouvelles images de l'expédition sont présentées ici, montrant comment l'un des trous s'est rapidement rempli d'eau ces derniers mois.

 

 

image.png.c7baf261c2de639aca2dff784b7dfb10.png

A new funnel was noticed by chance by a crew of Vesti Yamal TV as they were flying from an unrelated assignment. Pictures from July 2020 by Vesti Yamal

 

 The new funnel filmed from air by the team of Yamal-based TV station. Picture from July 2020 by Vesti Yamal

The recently-formed new hole or funnel is the latest to be seen in northern Siberia since the phenomenon was first registered in 2014. 

It was initially spotted by chance from the air by a Vesti Yamal TV crew en route from an unrelated assignment. 

A group of scientists then made an expedition to examine the large cylindrical crater which has a depth of up to 50 metres.

Such funnels are believed to be caused by the build up of methane gas in pockets of thawing permafrost under the surface.


Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky

Scientist Dr Evgeny Chuvilin, a leading researcher at Skolkovo Institute of Science and Technology, said: ‘What we saw today is striking in its size and grandeur. 

'These are the colossal forces of nature that create such objects.’

The 'crater' - these holes are called hydrolaccoliths or bulgunnyakhs by scientists - is given the number 17, and is seen as the most impressive of the large holes to suddenly appear in recent years as the permafrost thaws. 

Professor Vasily Bogoyavlensky, of the Russian Oil and Gas Research Institute in Moscow, told Vesti Yamal: 'This object is unique. It carries a lot of additional scientific information, which I am not yet ready to disclose. 

'This is a subject for scientific publications. We have to analyse all this, and build three-dimensional models.’

 

 

image.png.f5f6a7b56500eb7e0b384b1ff6c6cc15.png

Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky

 

 

 

 

image.png.ebb6b54393993f7e93dbbd60b4b3ffad.png

 

 

 

image.png.c1facbafb14134787dac787d576fc844.png

 

 

 

 

image.png.ea801552f0a5faeb2d7c0a3126e0d386.png

 

image.png.5a31ecaae7482ec8cf18e656e33001d9.png

 

image.png.0110303738cdedf509f28f45d837dc1b.png

 

 

image.png.dbae1e008bdc60eeeedb357c07cc6071.png

 

 

image.png.bc955af37bc4447d9574c603761ade5d.png

 

 

L'expédition a été organisée par le gouvernement Yamal, avec le soutien actif du Centre russe de développement de l'Arctique et de l'Académie russe des sciences représentée par le directeur adjoint de l'Institut de recherche sur le pétrole et le gaz, le professeur Vasily Bogoyavlensky.

 

Lorsque le trou de Yamal est apparu pour la première fois, de nombreuses théories étranges ont été avancées pour expliquer le phénomène, notamment que la cause était un missile égaré ou une météorite.

 

Une équipe de recherche du Trofimuk Petroleum-Gas Geology and Geophysics Institute a suggéré que les cratères pourraient être liés au Triangle des Bermudes dans la mesure où les explosions sous l'océan Atlantique causées par des émissions élevées d'hydrates de gaz expliqueraient en partie le mystère de la disparition des navires et des avions.

 

Ironiquement, le nom Yamal signifie «le bout de la terre», la même description appliquée au triangle des Bermudes, au large de la côte de la Floride.

 

 

 

  • Like 4
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

En fait c'est un pet planétaire :)

Bonne journée,

AG

  • Like 2
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

On va tous creverrrrrrrr :D

 

Xavs

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je m'interroge sur un point.

De telles explosions doivent certainement engendrer des ondes sismiques détectables par les sismographes. Par triangulations, on pourrait même situer précisément leurs positions.

Je m'étonne qu'on n'évoque pas cela, à moins que ces signaux soient trop finalement trop faibles pour être enregistrables ou que les appareils soient trop éloignés de cette région ?..

 

Mais autrement, l'explication semble la bonne.

On aurait donc trouvé la solution à ces phénomènes hydroalcooliques. ^_^

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par rapport à ma réflexion sur un éventuel signal sismique enregistrable, à titre de comparaison, j'ai cherché des informations pour tenter d'estimer la faisabilité de la chose.
J'ai, par exemple, trouvé pour l'accident d'AZF (explosion d'une usine à Toulouse en 2001 :


"Le réseau national de surveillance sismique (ReNaSS) a permis d'enregistrer la secousse jusqu'à une distance de 500 km et de mesurer une magnitude de 3,4 sur l'échelle de Richter."


Pour l'explosion ayant eu lieu à Beyrouth :


https://www.lci.fr/international/beyrouth-la-puissance-des-explosions-equivalente-a-un-seisme-de-magnitude-3-3-2160998.html


L'USGS (United States Geological Survey) a son siège en Virginie (USA).
Dans l'article, cependant, il n'est pas précisé si le ou les sismographe(s) ayant enregistré le signal se trouve aux Etats-unis, ou,  par le relais d'un réseau avec des appareils plus proche de l'épicentre.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Huitzilopochtli a dit :

Je m'étonne qu'on n'évoque pas cela, à moins que ces signaux soient trop finalement trop faibles pour être enregistrables ou que les appareils soient trop éloignés de cette région ?.

 

Quelques recherches m'ont permis de découvrir que les russes ont commencé en 2017 à installer des sismographes dans la région concernée par les pingos, la péninsule de Yaman notamment à Sabetta, un port gazier. L'objectif étant de prévoir un risque environnemental et ou risque concernant la population.

D'autre part il était question d'une détection à 200km maximum à la ronde.

N'ayant pas plus d'information sur le lieu de cette nouvelle explosion impossible de conclure si il y a eu enregistrement de l'évènement...

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir:

 

Mais d'après la photo ça parait être plutôt un effondrement que d'une explosion.

Ça pourrait s'être formé doucement t?

Impressionant tout de même!

 

Bon ciel,

Share this post


Link to post
Share on other sites


"Les scientifiques ignorent depuis combien de temps la bulle de méthane gonflait sous le pergélisol sibérien, mais ce qui est sûr, c'est qu'il est désormais difficile d'ignorer la trace de son passage. Elle laisse en effet derrière elle un immense gouffre de 50 mètres de profondeur, entouré sur plusieurs centaines de mètres des débris de terre et de glace projetés par l'explosion."

 

C'est ce que nous dit le lien posté ci-dessus par  Huitzilopochtli (et les photos sur le lien, avant et après explosion, le montrent bien).

Edited by Géo le curieux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sorry mon erreur!

Edited by roul

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Penn
      Il n'est pas bien grand (entre 20 et 40m)  mais il ne va pas passer loin même si tout est relatif, l'astéroïde 2011ES4 devrait passer à moins de 100000kms de la terre le 1er septembre.
       
      https://www.techtimes.com/articles/251035/20200710/nasa-potentially-hazardous-asteroid-fly-earth-soon-much-closer-distance-moon.htm
       
      https://theskylive.com/2011es4-info
       
      En attendant il y en a un bien plus gros en approche (2002BF25), 170 mètres de diamètre et il sera au plus près (mais assez loin à 3600000 ) après demain 24 juillet.
       
      Toujours assez curieux la différence d'estimation de la distance suivant les média.
       Pour certains 2011ES4 passera à 121301 kms (c'est précis) de la terre, pour d'autres ce sera à 78000 kms, un autre précise à 71805 kms  . 
      C'est précis mais imprécis  ! 
       
      A défaut d'échapper au port du masque, je pense qu'on peut oublier celui du casque.
       
      Bonne journée  
    • By BobMarsian
      Un peu en dehors des sentiers battus, dans la Vierge, ce rapprochement angulaire (séparation 3,08 °) entre deux astéroïdes de la ceinture principale relativement lumineux au moment de l'opposition. Pas forcément au minimum de distance, mais ça devrait ne pas en être très loin !
      (40) Harmonie (ou Harmonia) se situait alors à 1,356 UA de la Terre et (23) Thalie (ou Thalia) à 1,445 UA.
       

      Panasonic  DMC-FZ2000   F/4.5  -  T = 20 s  -  ISO-1600  -  F (équiv. 35 mm) = 480 mm,  en parallèle sur C8
      https://www.heavens-above.com/Asteroids.aspx
    • By teko38
      Bonjour
      Un doc astro non coronavirus
      Facebooklive la terre au carre
      Tout savoir sur la forme de l'objet interstellaire Oumuamua avec l'astrophysicien Patrick Michel de l'Observatoire de la Côte d'Azur et Mathieu Vidard !
      https://www.facebook.com/651462271540163/videos/259801628753988/
      https://www.facebook.com/pg/latacfi/videos/?ref=page_internal
      Cordialement Daniel
    • By AstronoSeb
      Bonjour je vous partage ce TimeLaspe pris hier au C8 Edge HD & Altair 294C (5 Heures de pose 130 x 120s)
       
      sous android:
      https://www.dropbox.com/s/ijdqxlojswo8q6z/Altlas.avi?dl=0
       
      sous PC:
      Blink.avi
       
      Comment vous trouvez ?
    • By Arno C
      Bonjour,
      voici la courbe d'occultation de ucac4 601-032667 par 347 PARIANA.
      Avec une chute de 0.9 à 1.2 mag avec des objets entre mag 12.8 et 13.3, je suis limite avec l'asi224, mais cela semble pas trop mauvais.
      j'ai 4.47s pour 2.1s en prévision  
      Rapport transmis.
      arno
       
      T250 f/4.7 asi 224 mc gain à 450 et 6 img/s

  • Upcoming Events