AlSvartr

Petit CROA d'observations dans la Drôme avec l'UC18

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 8 minutes, AlSvartr a dit :

Voili voilou.

merci et bonne nuit ;) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ngc 7027 :x. Elle m'aura marqué celle-là.

Je pense aussi que la mauvaise transparence a pour rôle comme la turbulence de niveler les diamètres. Sous de très bonnes nuits, claires, à faible turbulence, le gros diamètre s'exprime plus fortement. C'est là qu'il faut sortir!!!

De mon coté, je retiens le ratissage quasi exhaustif des nébuleuses planétaires dans le Cygne, c'est moins long qu'un marathon messier mais ça permet de passer tous les types de NP en revue.

 

Et puis...rheuuuuuuuaaaeeuuuueeaaaaaauuuuuuuuuuuu!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Sébastien Lebouc Oui ça serait très intéressant de comparer les mêmes instruments sous un meilleur ciel. Pour les NP du cygne en effet vous avez fait fort :D 

 

en effet: reeeeeuuuaaaaauuuuuueeeuuuhhh

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'adore :x le réalisme du rendu graphique, qui rend bien compte de la difficulté des objets (si j'étais toi, je mettrais une version sans les annotations qui perturbent un peu).

 

Il y a 3 heures, AlSvartr a dit :

C'est un constat que j'avais déjà pu faire il y a quelques années entre le 18" et un C14 non edge. Pour faire court, entre le C14 et le 18" d'une côté, et le 18" et 736 de l'autre côté, on n'observe pas un "saut" gigantesque en terme de perception.

J'avais fait le même entre mon 450mm usuel et le 800mm de Diabolo à une époque, mais il m'avait fait remarquer avec raison qu'il était injuste de comparer des observations prolongées dans un instrument qui vous va comme un chausson et celles plus parcellaires et brèves avec un instrument inhabituel (dans le sens où l'on n'en a pas trop l'expérience de l'usage). Un gros diamètre (ou un diamètre supérieur) n'exclut pas le fait de devoir passer du temps dans la perception des détails ou la détection des parties faibles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@yapo Oui il est possible que ça joue, en effet! Pour la version sans annotation, elle est dans la partie supérieure de l'image en fait... Mais je vais peut-être splitter ces images en deux pour aider à la compréhension.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent mon cher Simon, excellent ! :)

 

IC 1747... J'allais tiquer à son sujet ce qui m'étonnait tant j'ai pu passer du temps à glaner dans différentes sources toutes les références des NP boréales des catalogues NGC et IC dans le but d'en tenter quelques unes à l'oculaire, d'occasion en occasion... Mais oui ça y est, je me souviens l'avoir vue passer sur Stellarium au moins une fois il y a déjà quelques temps.

 

IC 1747 dans Cassiopée... Bon si elle est "brillante et très facile à trouver", ça devrait pouvoir le faire au C14 depuis mon site :) Merci de me l'avoir remémorée ;)

 

Dans le quintette, pour autant que je me souvienne (C14), on ne voit pas distinctement cinq galaxies mais seulement trois car certaines sont imbriquées... ? C'est en tout cas aussi ce qui ressort des images :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Quintette_de_Stephan#/media/Fichier%3AStephansQuintettIlustrated.jpg

 

Je me souviens avoir bien vu NGC 7318 A et B, amalgamées en une seule galaxie formant un triangle avec 7319 et 7320 mais 7317 n'attirait pas l'attention, c'est pourquoi j'ai gardé le souvenir d'un triangle. La prochaine fois j'essaierai mieux de repérer NGC 7317 ;)

 

Bravo pour tes tentatives d'observations d'objets du catalogue Shakhbazian, un peu d'exotisme ! ;) Les amas de galaxies c'est toujours sympa. Ce que tu en as tiré est déjà très honorable car ça doit demander une transparence à toute épreuve vu le genre de truc que c'est... donc dans tes conditions de transparence moyenne, chapeau ! Si tu as l'occasion, je suis sûr que tu vas réessayer une nuit où les conditions s'y prêtent, non ? xD 

 

Je pense qu'en ce qui me concerne, la combinaison C14 + le site de mon club peut juste aller largement se rhabiller pour ce genre d'objet ! J'attendrai de me déplacer sous un vrai bon ciel ;)

 

 

 

 

 

Edited by PerrouriefhCedric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Cédric,

 

Oui IC1747 doit être accessible à un C14 sans aucun doute sous un ciel correct. 

 

Alors pour le quintette ça n'a pas été immédiat. Au début en effet je ne voyais que les trois composants 7319, 7320 et 7318 en un seul blob. Puis, l'oeil restant rivé à l'oculaire, 7317 est apparue, mais vraiment faible, très difficile par vision directe.  J'en était donc à 4. Et sans que je doive alors forcer (pour rappel je ne savais plus comment les galaxies étaient agencées), les deux noyaux de 7318 m'ont alors sautés aux yeux. Dans le doute je suis ensuite allé voir dans les vieux bouquins que j'avais avec moi, et bingo c'était ça.

 

Concernant les Shakhbazian et autres amas de galaxies flamboyantes de magnitude 16+ et de 2" de diamètre, je dois dire que ça fait maintenant partie des mes cibles préférées, en visuel comme en mesures/imagerie. Chaque amas est différent en diversité et complexité, et il y en a des centaines voire des milliers accessibles visuellement avec des (gros) dobs. Et comme tu le soulignes, la transparence et stabilité de l'air sont prédominantes dans la perception de ces animaux-là. Et bien sûr que je réessaye à la première occasion. D'ici les premières neige je ferais bien un tour dans les Alpes Bernoises voire Grisonnes, ce sont les ciels les plus noirs à moins de 200km, ça vaut la peine de tenter tant que les cols sont ouverts.  Sinon le Jura doit encore avoir quelques ciels très noirs. Evidemment ce genre de cible est également un appel vers les plus gros diamètres, 600, 700...mais avant il est plus économique de se ballader sous des ciels noirs pour gagner le 0.6 ou 0.7 mvlon nécessaire :D 

 

 

Edited by AlSvartr
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, AlSvartr a dit :

Concernant les Shakhbazian et autres amas de galaxies flamboyantes de magnitude 16+ et de 2" de diamètre, je dois dire que ça fait maintenant partie des mes cibles préférées

 

Je te comprends ! Et je pense d'ailleurs que si j'en avais la possibilité, ce serait pareil pour moi ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Simon,

si déjà tu considères les NGC peu gratifiantes comme faciles et classiques (NGC7463 n'est quand-même pas des plus détaillées :) ) , logique que tu t'attaques à du Shakhbazian !

Pour ma part, au niveau groupes compacts de galaxies j'en suis encore à écumer le catalogue Hickson, je suis petit joueur :)

Merci pour ton croa détaillé et les idées de cibles.

 

Pour ta remarque sur les différences entre diamètres : ça dépend aussi des objets. Pour certaines cibles passer de 400 à 600 n'apporte pas plus de détails ; mais pour d'autres objets ce saut fait franchir un seuil et des formations supplémentaires apparaissent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Fred,

 

Il y a 2 heures, fred-burgeot a dit :

si déjà tu considères les NGC peu gratifiantes comme faciles et classiques (NGC7463 n'est quand-même pas des plus détaillées :) ) , logique que tu t'attaques à du Shakhbazian !

Pour ma part, au niveau groupes compacts de galaxies j'en suis encore à écumer le catalogue Hickson, je suis petit joueur :)

Merci pour ton croa détaillé et les idées de cibles.

 

 

Alors non je ne vois pas les NGC forcément comme des cibles faciles ou classiques (la preuve je me suis arraché les yeux pour trouver 7317), mais j'ai une petite préférence pour les cibles moins connues (pour ne pas dire improbables) et exotiques, et en particulier ce genre d'amas (ça aurait très bien pu tomber sur du Hickson ou Arp). A cela deux raisons je pense, la première c'est qu'au 460 le choix est plus restreint que dans le catalogue NGC (c'est probablement très différent au T1000 par exemple), donc je suis obligé de me concentrer sur quelques dizaines d'amas qui vont de toute façon être limite. La deuxième raison c'est que j'ai passé pas mal de temps à faire de la détection et mesure de redshift photométrique sur ce type de cible (mais avec des magnitudes au delà de 20), donc j'aime bien l'idée de rester sur ce type de bestiaire en visuel.

 

 

Il y a 2 heures, fred-burgeot a dit :

Pour ta remarque sur les différences entre diamètres : ça dépend aussi des objets. Pour certaines cibles passer de 400 à 600 n'apporte pas plus de détails ; mais pour d'autres objets ce saut fait franchir un seuil et des formations supplémentaires apparaissent.

 

En effet ça fait sens :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Simon pour ce beau CROA...

Intéressant

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'écart de perception des objets entre deux instruments de diamètres différents est une question plus compliquée qu'on imagine. Les réflexions lues ici, je les ai entendu plusieurs fois. La première fois c'était par un observateur averti qui comparait son 280 mm et le 560 mm que j'avais à l'époque.

J'avais pour le moins été surpris sur le moment mais je pense que c'est en partie explicable.

 

Sur les classiques que l'on observe régulièrement, le plus souvent, un observateur mémorise les détails qu'il perçoit dans l'instrument qu'il utilise « au quotidien ». Au fur et à mesure des observations, il parvient à détecter les détails, facilement visibles pour certains, d'autres réclamants de passer plus de temps. Ainsi se forme petit à petit une « représentation mentale » de l'objet faites des multiples observations. Lorsque ce même observateur passe à un plus grand diamètre, l'observation est souvent faite en y passant peu voir très peu de temps, sans forcément jouer sur les grossissements et sans forcément bénéficier d'une nuit de qualité.

 

En passant à un diamètre plus grand, au premier coup d’œil, oui, on retrouve bien ce que montre l'instrument plus petit, mais sans avoir eu autant de temps à passer pour détecter ces éléments qui forment l'image. Aussi on a pas forcément l'impression « d'en voir plus ». Si on veut vraiment exploiter un grand diamètre, il faut pousser le grossissement et pour cela, il faut une nuit de qualité suffisante.

 

Yapo, puisque tu évoques mon passage chez toi avec le 800  sous ton ciel alpin. Je pensais qu'on allait observer ensemble mais en faite tu avais quasi passé tout ton temps sur ton 445 pour compléter tes listes et dessins, notamment la nébuleuse Mc Neil détectée peu de temps avant dans la zone de M78. Je me souviens tout spécialement avoir eu une de mes meilleurs obs de M51 au zénith avec la bino mais tu n'étais pas venu la voir, ton dessin n'étant pas terminé :D  comme cela s'était passé le plus souvent. Moi qui aime partager les obs, c'était plutôt frustrant d'être à 10 m l'un de l'autre sans vraiment partager l'oculaire. On ne peut pas voir correctement si on passe en coup de vent, et cela avait été le cas lors de ce comparatif 280 VS 560 évoqué en début de texte, comparatif réalisé à la va vite lors d'une rencontre astro.

 

Un autre point, plus ou moins décrit précédemment, il y a des effets de seuil. Si un objet à des détails suffisamment lumineux, le plus gros instrument ne va pas en montrer plus, il va surtout y avoir un changement d’échelle. Si par contre, beaucoup de choses sont « limites » en détection dans le plus petit diamètre, dans le grand, si le seuil est dépassé, ils deviennent détectables. C''est particulièrement visible sur les champs de galaxies faibles quand on commence à compter les visibles. Un grand diamètre facilite également la détection des couleurs.

 

Il faut noter que la collimation d'un grand instrument est très exigeante. Le plus souvent, son FD est plus court, voir beaucoup plus court. Combiné au fait qu'il doit être utilisé à des grossissements plus élevés pour donner son potentiel, cela ne pardonne pas. Si on utilise un grand instrument au quotidien, il faut un certain temps pour découvrir son potentiel. De temps en temps, on tombe sur des nuits qui permettent vraiment de faire le saut. Un des grands plaisirs est que l'on peut alors grossir fortement et toujours avoir de la lumière et là, c'est open bar sur la détections des petits détails.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Diabolo a dit :

Au fur et à mesure des observations, il parvient à détecter les détails, facilement visibles pour certains, d'autres réclamants de passer plus de temps. Ainsi se forme petit à petit une « représentation mentale » de l'objet faites des multiples observations. Lorsque ce même observateur passe à un plus grand diamètre, l'observation est souvent faite en y passant peu voir très peu de temps, sans forcément jouer sur les grossissements et sans forcément bénéficier d'une nuit de qualité.

 

merci pour ton retour très intéressant! Et en fait je me demande jusqu'à quel point ton raisonnement ne s'applique pas aussi à qqun qui a l'habitude d'un très gros instrument et qui regarde dans un plus petit. La perception mentale de l'objet faite avec un 700 ou 800, passant sur un 400 ou 500, se projette aussi d'une manière ou d'une autre, "construisant" potentiellement une image flatteuse de l'objet. Ce qui pourrait expliquer pourquoi le compère qui avait le 736 avait la même impression que moi quant à la différence de rendu entre diamètres fort différents. C'est simplement que nos "rendus" respectifs n'étaient pas les mêmes.

 

il y a 14 minutes, Diabolo a dit :

Un autre point, plus ou moins décrit précédemment, il y a des effets de seuil. Si un objet à des détails suffisamment lumineux, le plus gros instrument ne va pas en montrer plus, il va surtout y avoir un changement d’échelle. Si par contre, beaucoup de choses sont « limites » en détection dans le plus petit diamètre, dans le grand, si le seuil est dépassé, ils deviennent détectables. C''est particulièrement visible sur les champs de galaxies faibles quand on commence à compter les visibles. Un grand diamètre facilite également la détection des couleurs.

 

En effet! D'ailleurs c'est aussi cette perception des couleurs qui, une fois vue dans un gros tube (600, 700) devient plus facile dans un instrument plus faible alors qu'elles n'étaient pas perçues avant. On est par exemple passé sur M42 avec le 736 (jamais vu le trapèze comme ça par ailleurs....), les couleurs rouges et brunâtres y étaient évidentes, ce qui fut pareil avec le 460 quelques minutes plus tard (surtout dans M43 en fait), alors que ce n'était pas aussi flagrant avant.

Edited by AlSvartr

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, AlSvartr a dit :

Et en fait je me demande jusqu'à quel point ton raisonnement ne s'applique pas aussi à qqun qui a l'habitude d'un très gros instrument et qui regarde dans un plus petit.

 

Tout à fait, on a constaté la chose pendant des années et avec des diamètres très différents. En passant du petit au grand puis en revenant au petit, on en voit plus dans le petit. Cela a d'ailleurs été également décrit par Tom Clark dans un article décrivant les observations réalisées avec un 610 et un 910 (son ex yardscope). C'est un peu comme si on "déverrouillait" le cerveau dans son analyse de l'image.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Diabolo a dit :

Lorsque ce même observateur passe à un plus grand diamètre, l'observation est souvent faite en y passant peu voir très peu de temps, sans forcément jouer sur les grossissements et sans forcément bénéficier d'une nuit de qualité.

bien d'accrod, en général on a peu de temps pour profiter d'un gros diamètre (obs en groupe, pendant une starparty...) alors que l'observation dans le gros scope demanderait aussi de passer du temps à l'oculaire pour en profiter à fond, comme dans n'importe-quel diamètre.

Edited by fred-burgeot

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, PerrouriefhCedric a dit :

Sans oublier Abell

 

Absolument. D'ailleurs je voulais pointer vers Abell 75 mais pas eu le temps.

 

Ah j'ai oublié de mentionner une cible que j'ai observée le premier soir (et que je pointe régulièrement), ce sont les filandres de Sh-2-91 près d'Albireo. Dans le 460 j'ai souvent remarqué que cette nébuleuse constitue un bon test de noirceur du ciel, certaines portions étant visibles dans des ciels corrects, le reste demandant un ciel très pur. Dans le cas présent, j'ai pu déceler au OIII (lumicon) une petite portion seulement. Il m'est arrivé d'en voir un peu plus par le passé, mais pas de beaucoup. Malheureusement je n'ai pas pris la peine de dessiner ce que je voyais, c'était une cible de la première nuit et je pensais y repasser plus tard.

 

a+

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now