Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

De bonnes prises de vue ne demandent pas de gros traitements ;)

Elle est très belle cette image ;)

Bonne journée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais pas d'où elle vient cette FSQ mais t'as tiré un bon numéro :D

Bravo, très belle image, limite elle est mieux comme ça qu'en couleur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, GuillaumeGZ a dit :

Je n'ai presque pas traité l'image, je la trouve déjà satisfaisante pour mon faible niveau

La bonne blague, j’aimerai bien avoir un faible niveau comme ça moi 🙂.

Excellente, elle est superbe, je vais me convertir au N&B!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, GuillaumeGZ a dit :

Merci beaucoup. C'est juste quand je vois certaines images postées ici,  je me dis qu'il y a encore bcp de boulot !

 

Oui mais en en voyant d autre tu peux te dire que tu as déjà des bases très solides B|. Parole d un débutant. En tout cas ton image est magnifique :x c est vrai que le noir et blanc a son charme aussi.

Maël.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Guillaume,

Marche bien cette FSQ sur ta monture qui ne vibre plus, et du coup, paf de belles images !

Cela doit bien te réchauffer le coeur et te remotiver à fond pour enfin te faire plaisir sans pb techniques :D

Merci à La Poste de ne pas comme dab respecter les délais car le NB sur les nébuleuses c'est bô !!!!!!!!

Bravo

Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle prise avec un traitement très doux.

 

J'espère que ton chercheur t'aidera à retrouver ta roue à filtre dans la nébuleuse de la poste ^_^.

 

Bon ciel

Patrick

Share this post


Link to post
Share on other sites

@idirolMerci pour ton comm ! Ca fait plaisir.

@Lonelystar78 Merci  Patrick ! J'ai bien peur qu'il ne faille juste attendre...

 

@marc joussetSalut Marc, merci pour ce commentaire. En effet mois de septembre et octobre difficiles à cause de pbs techniques. Au moins j'aurai appris à désosser et régler la monture :) Tu m'avais déjà dit que tu aimais bien les images en NB, je suis content qu'elle te plaise. A bientôt !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Adamckiewicz

       
      au c8 et ethos 4,7 (x430) , filtre oiii, et les gémeaux bien au zenith  , hier dans le jardin. 
       
      superbe vision cette nuit. Le contraste est très marqué en vision décalée proche, mais difficile de positionner les zones sombres. Étoile centrale extrêmement brillante sans l’oiii. Je m’excuse d’ores et déjà auprès de @serge vieillard pour le manque de couleur, je me remet progressivement à gimp ( je pratiquais beaucoup Photoshop a une époque ou sans enfants j’avais le temps de faire de la photo  mais les souvenirs sont loin).
       
    • By Bungert
      Bonsoir,
       
      Dans mon post précédent, j'utilisais une Barlow  x 2 pour une focale de 3000 mm, il avait beaucoup de défauts.
      J'ai refait des poses à la focale 1500 mm du T300 Marcon  sans correcteur de coma ou de réfraction atmosphérique (sans rien !)
      Il faudra que je place une platine x, y, z, de positionnement des optiques ( oculaires, Barlow, correcteur,   filtres... ) afin de pouvoir aligner et collimater au mieux, car j'ai retiré le porte oculaire d'origine.
       
      Là, pour Sirius, au centre du champ, il n'y a pas de problème de coma.
      Sirius au méridien de Kleindal le 25 janvier.
      Les poses vont de 1/10 s à 10s, où respectivement,  B apparait très faiblement en poussant les luminosité et contraste, et B "mangé" par le halo de A.
      J'ai fait des rafales de 10 vues et choisi la meilleure à chaque fois.
      L'effet de la turbulence est déterminant, jusqu'à parfois doubler les aigrettes de diffraction, ( pourtant il avait peu de turbulence par -5°C et un léger brouillard).
       
      Pour une séance de compagnons et fantômes, plus tôt dans la nuit, j'ai imagé NGC 404 et le trapèze. (avec coma !).
       
      Prochainement se sera avec un Canon R défiltré de chez Richard Galli... .
       
      Bon ciel!
      f.
       
       
      ISO3200 15s champ de Sirius

       
      ISO100  0,5 s      image taille réelle, désaturée 

       
      Tableau Sirius B, images à la taille réelle

       
      NGC 404    ISO3200 13 s

       
      NGC 404    ISO3200 13s

       
      ISO100 4 s

       
      Recadré  à droite

    • By Bohns
      Bonsoir à toutes et tous 
       
      Je n'ai pas réussi à éliminer le gradient de ma photo de mi-janvier.
      Elle reste acceptable, mais @FranckiM06 avait raison de souligner un fort gradient probablement lié à l'éclairement de la quasi-pleine lune.
      Alors, je l'ai refaite puisque la météo semble se maintenir dans mon Vercors, en profitant de la lune décroissante qui se lève vers minuit, et des longues soirées hivernales.
       
      Config : lunette APO 130 f/7 (réduite à f/5.5), caméra ZWO ASI533MC Pro, filtre Optolong L-Pro, guidage ZWO OAG + ASI224MC.
      Acquisition : ZWO ASIAIR Pro, 60 x 240s, 20 darks, 30 offsets, 30 flats.
      Traitement : SIRIL (tif 16 bit en pré-taitement) et Lightroon Classic (Jpeg en traitement final).
       

       
      Cordialement,
      Stef.
       
    • By Bohns
      Bonsoir à toutes et à tous 
       
      Elle m'en a fait voir de toutes les couleurs, cette galaxie ! Pour un quasi daltonien, c'est presqu'un comble 
      Il m'aura fallu m'y reprendre à trois fois pour capter la belle NGC2403. Trop de lune d'abord, puis sans doute mauvais réglage : les bras de la belle se faisaient très discrets, même si elle avait du coeur.
      Finalement, je crois que je l'ai (a peu près) eue. La lune décroissante se lève plus tard dans la nuit, et c'est un objet qu'on peut attaquer tôt en hiver.
       
      Config : lunette APO 130 f/7 (réduite à f/5.5), caméra ZWO ASI533MC Pro, filtre Optolong L-Pro, guidage ZWO OAG + ASI224MC.
      Acquisition : ZWO ASIAIR Pro, 60 x 180s, 40 darks, 30 offsets, 30 flats.
      Traitement : SIRIL (tif 16 bit en pré-taitement) et Lightroon Classic (Jpeg en traitement final).
       

       
      Cordialement,
      Stef.
    • By Astro52
      Bonjour,
       
      J'ouvre donc avec quelques jours de retard la chronique de mon voyage hiver-printemps 2022.
       
      Les frontières du Maroc étant fermées, je me suis installé à Moura au Portugal le 22 janvier, en attendant de voir l'évolution des frontières. Je vous épargne les détails de mon arrivée dans des ruelles d'une étroitesse impraticable, et les difficultés logistiques de cette ville improbable. Comme à Limans en 2019, et contrairement à ce qui avait été promis, le stationnement est une source de stress. Mais bon, les choses se mettent en place, donc je ne vais pas m'étendre là-dessus. Et au regard de la météo exceptionnellement désastreuse dans le sud marocain pour cette période de l'année, je ne me trouve pas plus mal au Portugal pour l'instant.
       

       

       
      Un rapide tour nocturne dans la région permet de se rendre compte très rapidement qu'on n'a pas du tout l'impression d'être dans une réserve de pollution lumineuse qui couvrirait un dixième du pays et qui serait une destination astronomique mondialement réputée pour la noirceur de son ciel. Les pratiques d'éclairage sont les mêmes qu'ailleurs en Europe, et si les mauvais designs de lampadaire semblent moins fréquents, le recours à des LED d'une puissance excessive et à l'éclairage inutile de certaines zones, sans aucune extinction nocturne, est strictement identique à ce qu'on connaît en France. Ce n'est pas pour nier l'intérêt de la région pour l'astronomie : la densité de population est faible, et la forme tentaculaire du lac rend de vastes zones quasiment inaccessibles, donc très peu éclairées. Mais les pratiques d'éclairage, qui n'ont rien de celle d'une "réserve", amènent à devoir chercher où se cachent les bons sites d'observation. D'autant qu'il est très difficile de s'arrêter au bord des routes dans la péninsule ibérique, l'équivalent de nos chemins de terre dans les champs y étant fermés dans 95% des cas.
       
      L'intérêt du lac d'Alqueva est aussi de voir à l'oeuvre un micro-climat. Les prévisions météo y sont en effet assez peu fiables, et la présence de cette vaste étendue d'eau dans une région aride contribue à dégager le ciel dans certaines zones et inversement dans d'autres.
       
      Soirée du 23 janvier :
      C'est donc dans l'espoir de bénéficier du microclimat du lac que je suis sorti ce soir-là, les prévisions météo étant mauvaises. Je me suis rendu sur le lieu repéré sur Google Earth à l'avance, à l'ouest du lac. Le chemin est effectivement ouvert et praticable. Il permet de se rendre au sommet de la colline, sur un spot où la ligne électrique ne gêne pas vraiment.
       

       

       

       
      La cible prévue était NGC925, mais comme il était possible que le ciel soit dégagé uniquement dans la direction opposée, PK164+31.1 était aussi envisagée en cible alternative.
      Pour ce qui est du microclimat, ce fut assez probant. C'est bien dans la direction du lac que le ciel était et demeurait le plus dégagé, tandis que le sud et l'ouest restaient nuageux. La cible alternative est donc tout de suite devenue une évidence, après quelques hésitations à regarder l'avancée des nuages avant d'installer le télescope.
      Vient ensuite la question de la pollution lumineuse, et là, la déception s'impose rapidement. Les points lumineux et les halos encerclent le site d'observation. Ca reste un très bon site de campagne, mais on est loin des pratiques d'éclairage qu'on s'attendrait à voir dans une réserve. Arrive la mesure avec des poses de 7 minutes en L sur PK164+31.1 soit mon temps de pose de référence sur les galaxies.
      Ma valeur de référence est 500 ADU sur Iris (en 15 bits) de fond de ciel, pour 7 minutes en L, au zénith dans mon site d'Hauviné après extinction à 22h des villages de la vallée de l'Arne. Ici, bien que pas encore au zénith mais assez haut et dans la direction la plus sombre, le verdict tombe : 450 ADU... 1800 km pour gagner -10% de fond de ciel. Bien sûr le ciel est un peu nuageux, ce qui peut refléter la pollution lumineuse, mais au regard du nombre d'étoiles visibles à l'oeil nu et de l'aspect très convaincant de la voie lactée hivernale, la transparence ne semble pas pouvoir être l'explication.
       
      Ce premier test en 5 poses de 7 minutes en L confirme la difficulté de l'objet :
       
      https://astro52.com/photo/stock/PK164-lum-23-janvier-alqueva.jpg
       
      Au moins la monture CGEM fonctionne remarquablement bien : déclinaison autoguidée par le sud donc pas de problème électronique, pas de vent, peu de turbulence.
      Tout cela encourage à pousser beaucoup plus loin les temps de pose : 15 minutes en H-alpha. Un truc que je ne fais jamais avec mes problèmes de monture.
       
      3 poses de 15 minutes suffisent à montrer que c'est cette voie qu'il faut prendre :
       
      https://astro52.com/photo/stock/PK164-23-janvier-alqueva.jpg
       
      De fait la L ne contient aucun détail que la H-alpha n'aurait pas.
      De fait, pas besoin de régler le tout nouveau correcteur de tilt, placé en position neutre. L'identification de la source du jeu dans le montage et sa résolution semble suffire à retrouver des étoiles propres sur tout le champ. La performance de la monture au regard des problèmes qu'elle me cause d'habitude, et de Topaz Denoise lors du traitement de ce brouillon sont même assez bluffantes.
       
      Ensuite, ma cible monte vers le nord tandis que les nuages progressent dans l'autre sens. Les deux finissent par se rejoindre.
       
      Je pointe alors NGC 3198, qui ne figure pas du tout dans mon planning 2022, pour voir à quoi elle ressemblerait, car elle est encore dans une des rares zones épargnées par les nuages. Je lance une pose de 7 minutes, mais les nuages l'interrompent à la moitié. Il est temps de rentrer se coucher. La Lune n'aurait pas tardé de toute façon.
       
      Reste à trouver un site plus qualitatif, puisqu'il apparait clairement que la direction ENE est à la fois la plus épargnée des nuages par l'effet lac, et la moins marquée par la pollution lumineuse.
       
       
      24 janvier :
      ciel couvert
       
       
      à suivre...
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
  • Upcoming Events