cbuil

Sol'EX : un instrument solaire à petit prix

Recommended Posts

Bonjour Christian,  j'ai failli rater ce fil !

Le spectrohéliographe de poche, voila une bonne idée. Tout comme toi je me suis mis à l'impression 3D, il y a une peu plus d'un an, Je trouve çà génial et ça ouvre des tas de possibilités.

 

J'ai une question (qui a été posée mais il ne me semble pas avoir vu de réponse) :  ton Mak 127 est-il utilisé à pleine ouverture et sans filtre ? en bref, est-ce que ça fond ou ça crame en amont de la fente du spectro ?

 

Concernant les stries liées au transversallium, je rapellerai ce post :

 

ça peut donner ça sur ton image CaII :

_skywatcher_CaII_mod4_final_x.jpg.f489bcc6140a47a083166f3d377e5791.jpg

 

Bonne poursuite du projet

Glob

 

 

Edited by Philippoïde
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 2 heures, Philippoïde a dit :

J'ai une question (qui a été posée mais il ne me semble pas avoir vu de réponse) :  ton Mak 127 est-il utilisé à pleine ouverture et sans filtre ? en bref, est-ce que ça fond ou ça crame en amont de la fente du spectro ?

J'ai exactement la même question :) 

Sur SolarChat il y a eu des discussions à ce propos et il *semble* que ça passe, mais que la chaleur au niveau de la fente pourrait être source de turbu gênante. 

 

Dans la foulée je voudrais soulever un autre point: l'obstruction centrale du SHG est projetée sur le réseau, ce qui fait qu'une portion des lignes conduisant à la diffraction ne sont pas éclairées. Il faudrait que je refasse le calcul, mais il me semble que la résolution spectrale est diminuée linéairement (et en fonction de la hauteur vu que l'obstruction est circulaire) avec la portion de zone non éclairée, une partie des sources contribuant aux interférences étant absentes du processus. Si ceci est vrai on perd jusqu'à 33% de résolution spectrale à hauteur d'obstruction maximale avec le mak 127

Edited by AlSvartr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Philippe, c'est un immense plaisir de te voir arriver sur ce fil !

 

Sol'EX est vraiment quelque chose de très rudimentaire par rapport à tes fabuleuses réalisations d'où sortent de magnifique résultats. Mon idée est vraiment de montrer que cette technique de spectrohéliographie est aujourd'hui fort simple à mettre en oeuvre si on reste au début modeste quant au résultat (impression 3D, caméra à petits pixels et à lecture rapide, traitement informatique...). Sol'EX est une première étape pour s'imprégner de la chose et aussi s'amuser, car c'est fort plaisant à utiliser (et on apprend des choses géniales sur la physique et l'instrumentation). Je pense que cela peut amener ensuite pas mal d'observateurs à construire des instrument plus puissants qui pourront approcher ce que tu fais. 

 

C'est clair que je n'ai pas fait un gros effort pour traiter ces premières données. Je me suis contenté dans certains cas de récupérer l'information sur quelques colonne au centre de l'image puis de soustraire, ce  qui est vraiment, le premier degré d'un tel traitement.

 

La méthode d'extraction des défauts par projection sur les axes X et Y est clairement la très bonne façon de traiter le problème. Un truc qu'il faut que je vous montre, qui n'est pas si loin, et que les plus jeunes ne connaissent pas, la technique du drift-scan appliqué au ciel profond (!) :

 

http://www.astrosurf.com/audine/English/result/first.htm  

 

Cela date de 1998 (!!!), au tout début du projet Audine. Cela permet de faire des images du ciel profond au kilomètre (âme champ image pouvait faire plusieurs degré de long). Là encore le problème du transverslium était fort critique, mais gràce à la technique du flat-field projeté, j'arrivais alors à faire des corrections d'une précision diabolique (ce qui aide à voir des objets à très faible constraste). Tout une époque de découverte !

 

Une ou deux questions philippe à propos de ta page, que tu rappelle fort à propos.

 

Tu ajuste la somme projetée avec un polynôme de degré 4 (tu détermine ainsi le brillance surfacique du disque en fait), mais ta courbe rouge dans tes graphiques n'est pas c'est ajustement mais la différence entre le profil brut projeté et l'ajustement de de degré 4, on est d'accord ?

 

Ensuite soustraire le flat-field 2D construit à partir des deux projections à  l'image à traiter, comme tu semble le faire, me semble être la bonne approche (ce n'est pas un vrai flat-field car on soustrait, on ne divise pas, on corrige plutôt un bias je pense). Mais il semble que ce ne soit pas aussi simple, tu réalise des ajustements. C'est bien ca ?

 

Enfin, tu calcule la "flat" sur une image rehaussée en contraste (passe-haut 5x5). C'est correct, mais a priori on pourrais faire la même chose sur l'image brute, puis seulement après rehausser. Tu a vu une une différence entre l'ordre des opérations.

 

La circularisation du disque est une chose toujours un peu délicate. Actuellement, je pratique manuellement, mais je vais je pense sortir de la naphtaline un ancien outil, que là encore les plus jeunes ne connaissent pas, c'est dans IRIS, la préhistoire quoi, mais qu'il est difficile de trouver dans les logiciels "modernes" ;-) :

 

http://www.astrosurf.com/buil/iris/tutorial13/doc33_us.htm 

 

(ajustement d'ellipses pour repérer les coquilles dans les galaxies elliptiques au départ, mais ca peut servir à d'autres choses).

 

Philippe, tu a d'autres techniques pour circulariser (et redresser aussi car sur un instrument mobile, le phénomène de "slant" est un classique) ?

 

Christian Buil

  

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je répond à Philippe (après le message précédent, déjà lourd) et AISvartr. Effectivement j'utilise la Mak127 a pleine ouverture, avec le risque que cela représente. En fait, je n'ai pas de problème de chauffe apparent. Je rappelle que la lumière se réfléchi sur une fente faire de chrome inclinée de 15 degrés, qui renvoie la lumière sous une direction à 30°, puis ce réfléchi sur une face métallisée rustique faite d'un plan recouverte de ruban adhésif aluminum. Puis ca sort à 90° de l'axe du télescope.

 

La lumière parasite générée est tout à fait négligeable (faut quelle reviennent dans l'axe du fente de 10 microns). 

 

La chauffe est faible compte tenu de la caractéristique de la fente employé, montée sur un support en aluminium (si le faisceau est correctement centré, ne rencontre pas de PETG - ma matière dont est faire le boitier).

 

Mais en plus, notez que pour l'imagerie Ha j'ai mis en avant de la fente un filtre Astrodon 5 nm de 1 pouce, qui a manifestement un pouvoir réflecteur de l'IR significatif (on peut mettre la main au foyer, petit élévation de température seulement). Pour moi, ce filtre est par ailleurs indispensable car j'utilise un réseau de 1200 traits/mm à l'ordre 2 (j'ai en commande un 2400 traits/mm).

 

Pour la Ca II j'ai utilisé un filtre Astrofon B. Ca chauffe plus à la main, mais ca passe encore. 

 

Mais tout ce que j'indique ici est totalement expérimental. Si vous avez un filtre de réjection ERF, mettez le par exemple.

 

Concernant la résolution spectrale et la diffraction, j'ai pas mal analysé la situation et tout est une affaire de compromis. En fait AISvartr c'est pire que ce que vous dites. Compte tenu de la forte inclinaison du réseau à la résolution maximale (réseau 2400 t/mm), le faisceau est plutôt diaphramé à F/12 suivant le plan de dispersion.  Et a ceci, s'ajoute en effet l'obstruction centrale. Tout ceci fait mal. Mais c'est ici le que compromis arrive : la résolution spectrale est en grande partie donnée par la largeur de la fente (10 microns). En fait la limite de résolution par la diffraction et par la largeur mécanique de la fente s'équilibrent. C'est le fameux compromis (il ne servirait pas énormément d'utiliser un réseau plus large, ce qui en outre déséquilibrait l'édifice).

 

Ne prenez pas tout ce que vous voyez dans les photos comme des choses définitives. J'ai ainsi utilisé un Mak127 pour avoir une focale un peu plus longue surtout, et faire un test, mais il faut admettre que la configuration idéale est probablement une petite lunette comme la FS60, voir un chercheur comme le SkyWatcher de 50 mm, avec une focale entre 600 et 300 mm (et là, on n'a plus d'obstruction centrale). Je repète que Sol'EX est construit pour être exploité sur un tout petit instrument : dans l'idée le tube optique ne doit pas être considérablement plus couteux que le spectrohéliographe dans le contexte particulier de ce projet). Initiation, pas de prise de tête, et risque minimal. Vous avez quelques images pour vous rendre compte si ce petit appareil est utile (moi oui, puisque j'en parle :$ !).

 

Christian Buil

 

 

   

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Christian pour cet accueil et pour ta réponse rapide

 

Concernant le Mak 127, je m'inquiète surtout de l'intérieur du Mak : miroir secondaire, baffle et doublet de sortie (s'il y en a bien un). Je me suis mis en tête d'utiliser un Mak 90 pour conserver un F/D et une focale convenables tout en réduisant fortement l'encombrement de l'optique "source" mais si ça doit être à usage unique,  je suis moins interessé.

 

Pour la correction des lignes de transversallium que j'ai mise au point et exposée sur ma page il y a maintenant ... très longtemps, ça fait peur ...  je vais essayer de répondre.

La démarche décrite correspond à un traitement "fréquent pour mes SHgrams" et peut (doit) etre modulée si besoin, selon l'allure du SHgram. Certains points peuvent être omis ou renforcés.

 

Il y a 15 heures, cbuil a dit :

Tu ajuste la somme projetée avec un polynôme de degré 4 (tu détermine ainsi le brillance surfacique du disque en fait), mais ta courbe rouge dans tes graphiques n'est pas c'est ajustement mais la différence entre le profil brut projeté et l'ajustement de de degré 4, on est d'accord ?

On est d'accord !

 

Il y a 15 heures, cbuil a dit :

Ensuite soustraire le flat-field 2D construit à partir des deux projections à  l'image à traiter, comme tu semble le faire, me semble être la bonne approche (ce n'est pas un vrai flat-field car on soustrait, on ne divise pas, on corrige plutôt un bias je pense). Mais il semble que ce ne soit pas aussi simple, tu réalise des ajustements. C'est bien ca ?

Tu as remarqué le produit du pseudo flat avec l'image brute avant la soustraction. C'est une façon de "limiter" la correction au disque solaire. Là aussi on peut omettre ou pas cette multiplication. 

Ensuite on soustrait, c'est bien ça. (On pourrait se contenter de soustraire le "flat" horizontal).  La soustraction était faite sou photoshop, ce qui permettait d'ajuster la transparence du calque et donc trouver le meilleur rendu.

 

Il y a 15 heures, cbuil a dit :

Enfin, tu calcule la "flat" sur une image rehaussée en contraste (passe-haut 5x5). C'est correct, mais a priori on pourrais faire la même chose sur l'image brute, puis seulement après rehausser. Tu a vu une une différence entre l'ordre des opérations.

Franchement, je ne sais plus s'il y a une différence. Peut-etre que l'appréciation visuelle est meilleure en filtrant d'abord, sinon ça ne devrait pas changer beaucoup.

 

Cette description n'est cependant plus valable pour le programme mis en téléchargement, bien qu'il reste des points communs.Tout ceci était écrit en VB6, pour un format d'image de 1000x1000 pixels uniquement. C'était très rigide mais vu le nombre d'utilisateurs à cette époque...

 

J'ai donc refait assez récemment une nouvelle mouture un peu plus sophistiquée et intégrant d'autres fonctions. Michel Delmas a été mon testeur :), je l'en remercie et je crois qu'il a plus ou moins adopté le logiciel. Voici quelques points clés :

- Il n'y a plus d'ajustement à un polynôme mais j'utilise toujours la projection X et Y

- Une LUT est intégrée pour optimiser l'histogramme

- Le pseudo flat opére par division et non plus par soustraction

- On peut jouer sur la "force" du flat

- On peut itérer le traitement si besoin

- On peut masquer les manques ou exces de brillance (typiquement gros filaments Ha ou facules CaII) pour éviter les sur-corrections

- On peut corriger la distorsion et circulariser le disque

 

par contre, ça ne traite que du 8 bits

J'avais envisagé d'implémenter un ajustement à une ellipse mais je suis resté sur ma technique barbare.

 

Edited by Philippoïde

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, cbuil a dit :

Si vous avez un filtre de réjection ERF, mettez le par exemple.

 

Je me suis posé la question de l'utilisation d'un ERF (ayant un HaT qui pourrait servir d'instrument collecteur), a priori il y atoujours une fuite de quelques pourcents hors de la région autour du Ha mais je me demande si c'est compatible (en terme de temps de pose) avec du CaK par exemple, dans le sens ou on cumule raie d'absorption, faible transmission de l'ERF, et rendement quantique en général assez faible.

 

Il y a 3 heures, cbuil a dit :

la résolution spectrale est en grande partie donnée par la largeur de la fente (10 microns). En fait la limite de résolution par la diffraction et par la largeur mécanique de la fente s'équilibrent.

 

Ok si je comprend bien ce que vous dites c'est: la projection de largeur de la fente (de 10 microns donc dans ce cas-ci) sur le réseau est augmentée d'un facteur 1/cos(angle d'incidence), ce qui permet de compenser la perte de résolution due à diminution de la largeur de la projection du réseau dans le plan perpendiculaire à l'axe optique, diminution étant définie par cos(angle d'incidence)? Bon tout ceci indépendamment de l'ombre du secondaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/12/2020 à 17:23, cbuil a dit :

là encore les plus jeunes ne connaissent pas, c'est dans IRIS, la préhistoire quoi, mais qu'il est difficile de trouver dans les logiciels "modernes"

IRIS: 10 ans déjà, toujours 10 ans d'avance !

perso, en spectro, je ne me sert que de ce logiciel (forcément suivi de visual spec !) .

Même avec le spectrohélio , pour "arrondir" manuellement  l'image du Soleil en sortie de "scan2pic", je détermine l'angle du plus grand diamètre (ouf! c'est toujours le même), je place ce plus grand diamètre verticalement , changement d'échelle en Y, et finalement rotation dans l'autre sens, c'est plus long à écrire qu'a faire, c'est trivial mais bougrement efficace !.

Il y a tellement de fonctions disponibles qu'il n'y a que le géniteur qui doit les connaitre toutes !

Pour faire dégager ce pu.in de transversalium (ça, bien sûr, c'est jamais pareil !) c'est le karcher magiquissime Untransversaliumisator.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble assez clair que le logiciel SharpCap offre un contrôle plus fin de la prise d'image que FireCapture (j'ai employé ce dernier jusqu'alors). C'est votre avis ? Quel soft utilisez-vous pour des acquisition genre scanning, comme celle décrite ici ?

 

Un élément crucial est de définir une étroite fenêtre à l'acquisition (crop) qui encadre la raie d'intérêt afin d'avoir des fichiers de taille raisonnable. Le réglage ROI de SharpCap m'apparait plus rigoureux que celui de FireCapture (position au pixel près). SharpCap garde même une mémoire du précédent réglage d'après ce que j'ai constaté, ce qui est parfais. Mais justement  la liste Capture Area se remplie vite en fonction des essais de format -> peut être un éléments de réponse par des spécialistes de ce soft : vous connaissez une technique pour purger la liste déroulante correspondante ?

 

Christian 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 20 heures, cbuil a dit :

Quel soft utilisez-vous pour des acquisition genre scanning, comme celle décrite ici ?

Perso j'utilise désormais une caméra Altaïr 183M et le logiciel Altaïr Capture, je n'ai pas de problème à faire des ROI bien serrés de part et d'autre de la raie choisie afin de limiter au maximum la taille des fichiers (2000 images environ)

J'avais au départ une DMK 41 , j'utilisais son logiciel IC capture et tout fonctionnait très bien également .Mais la sensibilité de l'Altaïr avec des temps de pose très court fige mieux la turbulence surtout pour les raies du calcium qui sont bien sombres.

M.D.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je capte pas tout, mais je vais suivre ce projet avec intérêt.

Toujours un peu Tournesol Christian ;)

Stéphane 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/12/2020 à 22:20, cbuil a dit :

Quel soft utilisez-vous

J'utilise Firecapture. J'embarque presque toujours des raies voisines (de Ha, CaII, etc)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait hier une séance (13 dec) finalement avec SharpCap (pas mal) et en utilisant une ASI183MM pour bénéficier au maximum des petits pixels (2.4 microns) pour l'échantillonnage. J'ai utilisé une Taka FS60 diaphragmée à 45 mm. Malheureusement pas d'activité majeure sur le disque en visible :

 

_demo_photo.jpg.b678908f8454fc47c3d4904ccd229cf5.jpg

 

Mais en Halpha cela change bien sur :

 

_demo_ha_1.jpg.061d599a162c5efe0c67229f1ca3a00d.jpg

 

_demo_ha_22.jpg.a8cd0fccb45bd5119fd2c2e86204e981.jpg

 

Mais le plus ici est l'obtention d'une meilleure image dans la raie D3 de l'hélium dans cette configuration. Cette raie en émission bien visible sur le limbe :

 

_14_14_29_static.jpg.894c7748cc5642552e0d288e4bf6a8b2.jpg

 

On peut aussi repérer une émission dans le coeur des raies du Sodium (D1, D2), pas mal pour un héliographe de poche. En ce qui me concerne, une première images bien nette des protubérances dans la raie de l'hélium, comme lors d'une éclipse  :

 

_demo_d3_couleur2.jpg.7698210ba1e6061db36f6d907665c564.jpg

 

et les détails du surface avec un haut contraste (moyenne de 3 Scans, qui prennent 35 secondes chacun) :

 

 

_demo_d3_couleur.jpg.1ad3e77c43c7e3329b3c85c023529ced.jpg

 

 Christian Buil

 

  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et un client de plus!

Excellente idée, plein d'ingéniosité, du partage, bref du Ch. Buil...

Ayant l'imprimante, le réseau, la caméra, quelques filtres ,diverses lentilles et l'envie de bricoler, je suis partant.
Cela faisait longtemps que je lorgnais du coté des SH sans me décider. Je suis maintenant impatient de lancer Cura.

Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent tout ça ! :)

 

Bonne nouvelle, avec ces nouvelles idées et réalisations, le microcosme de la spectrohéliographie va peut-être essaimer...

 

A suivre de près  !

 

Le 10/12/2020 à 21:47, Philippoïde a dit :

par contre, ça ne traite que du 8 bit

Philippe , va falloir faire quelque chose pour passer à 12 ou 16 bits !:ph34r:

 

Jean-Jacques

 

 

Edited by POUPEAU

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, POUPEAU a dit :

va falloir faire quelque chose pour passer à 12 ou 16 bits !

Bah !  Christian aura sorti 3 logiciels pour du 48 bits avant que je n'aie le temps d'attraper mon clavier :)

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/12/2020 à 04:38, cbuil a dit :

Utiliser un réseau de 50 mm dénaturerait la chose je trouve. Mais bien sur, il est en même temps louable de vouloir de désirer un instrument plus performant. Un autre point important est que j'ai voulu qu'il soit exploitable sur de tout petites télescopes, avec une idée qui m'est très chère : faire le maximum avec le minimum de moyen.

 

Avec le minimum de moyen c'est magnifique, bravo, chapeau bas. Cela s'appelle l’efficience... trop souvent confondue avec la simple efficacité, et dans ce cas on peut même parler de performance. Si mon ASI 462 est compatible, j'espère bien me lancer aussi dans cette belle aventure...

 

L'été prochain le soleil va être à la fête...:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

En utilisant le chercheur SW 50, c'est sur que cela fait un setup low cost très intéressant pour se lancer dans la spectrohéliographie...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques informations sur le projet Sol'Ex. 

 

Setup_Solex.jpg.e6305c627cfc842e1e1f1451d5bdc27d.jpg

 

Celui-ci avance bien. La documentation, sous la forme d'un site Web, est bien avancée. 

 

Je vais aussi ouvrir une souscription concernant un achat groupé des éléments optiques indispensables : un réseau de 2400 traits/mm, une fente de 10 microns de qualité réalisée par sérigraphie, deux objectifs. Concernant ces objectifs, c'est du sur-mesure pour Sol'Ex, j'ai calculé des optiques spéciales avec des verres spéciaux et il va y avoir la fabrication d'une petite série spécifique (si bien sur la souscription est un succès). Cette optimisation n'est pas strictement nécessaire pour l'observation du Soleil, mais j'ai voulu que cette opération soit un investissement pour toutes les personnes intéressées, pour aller pourquoi pas plus loin encore en compagnie cet instrument (il y aura des extensions à ce projet). Le kit optique complet va tourner autour de 400 euros TTC.

 

Bien sur l'impression 3D et la caméra, une ASI290MM mini typiquement, sont à votre charge (si le projet est un vrai succès, il serait possible qu'a terme un kit des composants impression 3D soit proposé dans un sachet, mais je n'en suis vraiment pas là pour le moment). 

 

A ceci, il faut ajouter l'achat d'un renvoi coudé type hélioscope de Hershel. Il faut compter entre 150 et 180 euros pour cet accessoire. Ceci pour une évidente raison de sécurité et de confort d'emploi. Cela ne posera surement pas de difficultés aux habitués de l'observation solaire, mais pour les autres, c'est clairement un investissement supplémentaire. J'espère que cela ne constituera pas un frein ? Votre avis m'intéresse ? Notez que si votre intérêt se porte sur l'observation solaire avec Sol'Ex, surement que vous allez vouloir regarder la surface à l'oeil pour animer vos journées de cet été, et là, un hélioscope est bien utile.

 

Il est vrai que l'activité solaire est bien basse en ce moment, par exemple en ce 8 janvier, en lumière blanche, rien, pas une tache :

 

_demo_zoom_continuum.jpg.10a96380d502d512015e4d3c885fc69a.jpg

 

mais avec Sol'Ex ca change un peu :

 

_demo_zoom.jpg.4364379fd98241d56eb6af8902142a9b.jpg

 

Image réalisée avec un lunette FS60 associée à une Barlow 2X + caméra ASI290MM.

 

N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et suggestions, le projet ce construit en ce moment !

 

Christian Buil

 

Edited by cbuil
  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci monsieur Buil !

Je vous suis !

En plus, d'après la photo, Solex a l'air de marcher même sous les nuages 😉!

bon ciel

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis intéressé par la souscription mais il faudrait donner la possibilité de choisir : optique + impression 3D

car je n'ai pas d'imprimante 3D et sans cela je ne vais pas pouvoir construire le Sol'ex...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Alef a dit :

 

Je suis intéressé par la souscription mais il faudrait donner la possibilité de choisir : optique + impression 3D

car je n'ai pas d'imprimante 3D et sans cela je ne vais pas pouvoir construire le Sol'ex...

 

On est plusieurs à avoir une imprimante 3D, donc on peut peut être s'arranger entre nous ?

 

En tout cas moi aussi je me lance dans l'aventure !!!!

Edited by OlivierG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Christian,

Fantastique projet ! Magnifique de simplicité... Ca me plaît beaucoup.

Je n'ai pas d'imprimante mais je suis partant pour la souscription !! Ce sera un bon début :)

Amitiés

Tom

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Olivier,

Si on peut s'aider pour l'impression des pièces (au prix) c'est parfait ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alef, la question que vous posez est importante. Elle constitue clairement un frein à l'épanouissement de ce projet, mais en même temps, c'est un peu l'esprit : la réalisation par soi-même de cet instrument d'observation, avec la sueur et (petite) angoisse que cela représente ;-). On est loin d'un produit livré clef en main (mais je crois pouvoir dire que la documentation sera d'une bonne aide, et en plus ce n'est pas difficile à faire).

 

Alef, et peut être d'autres, aujourd'hui il est malheureusement impossible que soit fourni un kit mécanique. C'est seulement le kit optique qui est concerné par la souscription. Des sociétés du Web peuvent réaliser des impressions, mais je dois avouer que je ne sais pas ce que cela vaut. S'il y a des témoignage je suis preneur.

 

Une solution bien plus sure est de faire appel je crois à un fablab local (taper FabLab "sa ville" sur Google, on trouve plein d'adresse). Prendre contact, se renseigner, c'est mettre le fil à la patte dans ce domaine, une chose qui sera toujours rentable de toute manière.

 

Ensuite comme le dit Olivier, il y a les copains, et même une possible communauté, car c'est aussi une chose que je voudrais développer autour de Sol'Ex (et des nombreuses applications possibles), avec donc une entraide possible.

 

Personnellement je me suis mis à l'impression 3D depuis quelques mois en partant de rien, et je dois dire que je ne regrette pas, c'est trop bien ! Et puis, je rongeais mon frein depuis pas mal de temps avec des projets, et en particulier Sol'Ex, qui a une importance particulière pour moi  (UVEX, a été réalisé en 3D bien avant, grace à la l'enthousiasme et le talent de quelques amis qui m'ont bien aider).

 

Voici une information importante. Pour pouvoir tenir le prix indiqué pour le kit optique, il faudra au moins 25 inscrits, sinon l'opération s'arrêtera là. C'est un petit pari. C'est la société Shelyak Instruments qui va centraliser les commandes. Un bon de commande sera téléchargeable, avec la documentation avant la fin de ce mois de janvier je pense. D'ici cette date, un petit atelier Zoom de présentation de Sol'Ex sera peut être organisé pour répondre à vos questions oralement et de manière conviviale. Je vous tiendrais au courant ici bien  sur. Et bien sur encore, on peut aussi discuter tout de suite sur ce forum ! 

 

Ce n'est que si l'intérêt apparait vraiment franc qu'un solution "kit impression 3D" sera étudié, mais je n'en suis pas là, une fois de plus.

 

Christian Buil

 

Edited by cbuil

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, cbuil a dit :

A ceci, il faut ajouter l'achat d'un renvoi coudé type hélioscope de Hershel.

 

Avec 4% de réflexion vitreuse, est-ce que ça ne va pas poser un problème de flux dans le CaK qui cumule une QE en générale assez basse et le flux plus faible au centre des raies?

 

Ayant acquis une imprimante 3D (creality ender3 v2) il y a 10 jours, je suis ce projet de près, et bien sûr comme le dit @OlivierG il y a toujours moyen de faire des pièces pour les copains.

 

Simon

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now