• 0
Lampe

Conseil SW achro ou semi apo ?

Question

Bonjour à toutes et à tous.

Je me présente : pas vraiment un débutant, disons plutôt un revenant. J'ai eu mon premier, et seul, télescope à 14 ans (là j'en ai 48). Un newton genre marque blanche. J'ai pas mal bourlingué avec cet instrument, une bonne dizaine d'années. J'ai fréquenté le milieu de l'astronomie amateure. Plus que l'observation du ciel, je me suis un peu plus focalisé sur l'astronomie et l'astrophysique en dilettante. En tant que docteur en biologie, j'ai donné à la demande, et en amateur (ce n'est pas mon domaine de recherche) il y a qq années des séminaires sur l'exobiologie. J'ai maintenant bien envie de me remettre à l’observation du ciel avec un instrument (autre que mes yeux et jumelles). Après discussion avec des amis et collègues (dont certains ont fait leur thèse en astrophysique, et on pu manipuler de TRES gros télescopes, les veinards), ils m'ont conseillé de m'orienter plutôt vers une lunette que vers un SC ou autres (Dobson, Newton). J'habite la Belgique, dans une région entre la ville et la campagne, mais donc avec une pollution lumineuse non négligeable. Vu le climat belge qui ne nous laisse pas régulièrement un beau ciel sans nuage, ils me conseillent des lunettes parce que que la mise en station est plus rapide qu'un SC qu'il faut quasi systématiquement colimater. Ma stratégie ici est de pouvoir profiter de cette mise en station (un peu) plus rapide pour observer plus régulièrement mais sur des périodes plus courtes. Et tant mieux si la chance me permet d'observer toute une nuit... Il me sera possible à l'occasion, mais rarement, de bouger vers des cieux plus sombres (j'ai un grand coffre). C'est le visuel qui m'intéresse pour le moment. Je ne compte pas me mettre à l'astrophotographie, en tous cas pas sans avoir d'abord pu faire "mes preuves" en observation visuelle. Planètes ou CP ? Un peu des deux (je sais, on ne peut pas tout avoir), donc un F/D 8 est une option. Mon envie initiale est d'élargir mes expériences d'observation avant de peut-être plus tard me spécialiser en fonction du plaisir pris vers un domaine ou l'autre et de voir à ce moment là si un autre instrument est à choisir.

Après cette longue introduction, la question : je lorgne vers des lunettes sky watcher 120 ou 150. Il y a des modèles achromatiques 150/1200, par exemple, et des semi-apo 150ED/1200 "Evostar". Les semi-apo sont bien évidemment plus chères. En observation visuelle, ces semi-apo apportent-ils une différence significative et une qualité supérieure ? Il y a peut-être aussi des questions de qualité de fabrication, de rigidité qui peuvent intervenir ? Pour la monture, je ne vais pas hésiter, ce sera la AZ EQ6 de SW également. Elle me semble assez évolutive et le mode AZ rejoins ma stratégie de diminuer le temps de préparation à l'observation pour m'adapter aux conditions belges....

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Je vous remercie, toutes et tous, d'avoir pris le temps de me lire.

Etoilement vôtre,

Xavier

Share this post


Link to post
Share on other sites

34 answers to this question

Recommended Posts

  • 0

Achro ou ED ? La seconde sans hésitation ! Les difficultés de mise en station : faut rien exagérer. Perso je pose à la boussole (1 bonne minute), je ne change jamais (tant que je suis en France) la latitude et je mes la raquette sous tension. Dans le cas le plus fréquent (observation lunaire) : ça marche tout de suite. Dans le cas d'une animation : je lance une procédure d'alignement (quelques minutes) et basta.

Planète ou CP : c'est une affaire de goût. J'ai observé les taches pendant des années mais depuis quatre ans je réserve toutes mes observations à la seule Lune (il y a tant de chose à voir, à comprendre ...). 

Lunette ou télescope : sous un ciel pollué, le grossissement reste limité. Exit donc les gros diamètres. Ma préférence va donc aux lunettes ou (mieux sur la Lune) aux Maksutov. 

La monture : excellent choix.

Et bienvenue :) 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

  • 0
il y a une heure, Lampe a dit :

En observation visuelle, ces semi-apo apportent-ils une différence significative et une qualité supérieure ? Il y a peut-être aussi des questions de qualité de fabrication, de rigidité qui peuvent intervenir ?

bonjour et bienvenue,

le prix suit la qualité aussi bien dans les lentilles que dans le mécanisme. Si tu peux acheter la meilleure, pourquoi ne pas te faire plaisir. Et avec les ED, tu pourras toujours t'initier à la photo (plus tard), si cela te tente un jour. 

Cordialement

Louis

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

sans etre une foudre de guerre, l'evostar en 150mm .
J'ai pu tester la 150/1200, elle est pas mauvaise mais l'encombrement est important!
de plus l'image presentait un chromatisme bien visible a 1x le diametre.

Je ne connais pas la 150ED, j'ai eu la 120EDqui m'avait donné d'excellentes soirées aussi bien en planétaire qu'en ciel profond .
Le chromatisme commençait a etre visible à partir de 1.5X sur la 120 ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour et Bienvenu

 

Super ce retour !

 

Pour la monture ton choix est top car il te permettra d'évoluer vers d'autres tubes et vers d'autres domaines comme l'astrophotos....

 

Pour ce qui est de tes choix SW est une bonne marque de milieu de gamme en lunette mais les lulu SW perdent beaucoup de valeur sur le marché de l'occasion et pas loin de 50% de sa valeur neuve !

 

les lulu Esprit de SW sont au dessus des SW ED en termes de qualité mais elles sont plus chères - elles ont d'ailleurs une réputation injuste selon moi !

 

Pour le prix d'une 150ED SW soit 1.990€ (https://www.telescopes-et-accessoires.fr/tube-optique-sky-watcher-150ed-evostar-dual-speed-accessoires-c2x30355844) tu peux trouver sur le marché de l'occasion une lulu de marque Taka, TEC ou Sharpstar qui seront bien au dessus en terme de qualité ! Une Taka, TEC ou AP ne perdent pas d'argent sur le marché de l'occasion mais c'est un autre monde 

 

En revanche, regardes du coté des Maksutovs 180mm car tu auras l'équivalent d'une lulu Apo en termes de détails ciselés 

 

Et là SW fait de très bons Mak - j'ai un 127 que j'utilise très souvent aussi en visuel !

 

Dis nous ce que tu auras choisi

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 2 heures, ndesprez a dit :

Lunette ou télescope : sous un ciel pollué, le grossissement reste limité. Exit donc les gros diamètres.

C'est le contraire : en cas de pollution lumineuse, il faut éviter les faibles grossissements à cause de la luminosité du fond du ciel. Il faut adapter ses cibles : ce sera des objets observables à fort grossissements. Planètes, petites nébuleuses planétaires, étoiles doubles, amas d'étoiles. Pour le ciel profond, il faudra le plus grand diamètre possible afin de compenser la perte de magnitude limite. C'est ainsi par exemple qu'on pourra résoudre en étoiles les grands amas globulaires. (J'ai le souvenir d'avoir vu les étoiles de M13 à travers un 250 mm en pleine ville. Certes, une petite lunette de 100 mm en rase campagne aurait fait aussi bien. Mais la petite lunette de 100 mm en pleine ville n'aurait montré qu'une tache floue.)

 

Si on conseille souvent des petits télescopes (ou lunettes) en cas de pollution lumineuse, c'est parce que c'est plus facile à transporter en rase campagne.

Edited by Bruno-
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 3 heures, Lampe a dit :

Planètes ou CP ? Un peu des deux (je sais, on ne peut pas tout avoir), donc un F/D 8 est une option.

Non :

− Planètes *et* ciel profond. Planètes à cause de la pollution lumineuse oui, mais tous les instruments qui permettent d'observer les planètes permettent d'observer le ciel profond et vice-versa. Les qualités requises dans les deux cas, c'est : du diamètre, de la qualité optique. Oui, du diamètre aussi pour les planètes. Oui, de la qualité optique aussi pour le ciel profond.

− En observation visuelle le F/D n'a rien à voir. C'est juste un critère pratique qui oriente le choix des oculaires. Oui, les lunettes ont plus de chromatisme à F/D court et les Newton plus de coma. Mais ce n'est pas une raison pour choisir le F/D seul en fonction des observations.

 

Il y a 3 heures, Lampe a dit :

Mon envie initiale est d'élargir mes expériences d'observation avant de peut-être plus tard me spécialiser en fonction du plaisir pris vers un domaine ou l'autre et de voir à ce moment là si un autre instrument est à choisir.

Très bonne démarche à mon avis ! Du coup je suis étonné que tu envisages d'entrée du matériel si côuteux et si encombrant.

Edited by Bruno-
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour,

 

D'après tes dires, et tes expériences à mon avis il te faudrait deux instruments.

- un Dobson, un 300mm ? pour faire des balades  grand champs quand le ciel est clément et que tu as du temps.

- Une lunette de 100mm, ce n'est pas trop encombrant et très pratique à l'usage, pour une installation rapide à cause du temps (mais en Belgique c'est très souvent la cas, je suis le voisinou Flamand/Wallon du Nord de France) .

 

Moi je suis le roi de l'achromate, avec ma lunette j'ai tous fait , les ED sont mieux corrigé au chromatisme mais surtout optimisé pour l'usage photographique.

Les achro à F/D 10 comme la mienne, ce n'est pas fait pour ça  mais elle fonctionne bien pour le visuel, pas besoin de ED.

 

DSC01928.thumb.JPG.486f14a21560f6da5b51425dbfbc3f0c.JPG

 

Bon ciel achromatique

Edited by Loup Lunaire
  • Like 1
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour à toutes et à tous

 

Tout d'abord, merci pour vos réponses. C'est vraiment gentil de m'avoir répondu aussi vite. Même si je ne peux répondre à tout le monde en détail, je note bien vos commentaires.

Quelques réflexions de ma part.  

 

Citation

Achro ou ED ? La seconde sans hésitation ! Les difficultés de mise en station : faut rien exagérer.

@N Desprez : effectivement, je dois devenir paresseux avec l'âge. Je le faisais bien "à la main" bien avant les systèmes go-to...

 

Citation

le prix suit la qualité aussi bien dans les lentilles que dans le mécanisme. Si tu peux acheter la meilleure, pourquoi ne pas te faire plaisir. Et avec les ED, tu pourras toujours t'initier à la photo (plus tard), si cela te tente un jour. 

@Louis : c'est un peu mon dilemme. Commencer avec un instrument très basique (mais pas non plus une optique en carton), pour un coût très raisonnable et investir ensuite dans un instrument plus haut de gamme (lorsque j'aurai refait mes gammes) ou pariez sur un instrument comme l'ED, plus cher mais qui m'offrira déjà un champ d'action plus étendu, si comme tu le dis, je veux aller plus loin. C'est une déformation professionnelle. Quand tu as dû utiliser des microscopes Nikon dont le prix te permettrait d'acheter quelques dizaines de Takahashi, tu prends goût à la qualité. Mais bon, ici c'est mon portefeuille :) ..

 

Citation

tu peux trouver sur le marché de l'occasion une lulu de marque Taka, TEC ou Sharpstar qui seront bien au dessus en terme de qualité ! Une Taka, TEC ou AP ne perdent pas d'argent sur le marché de l'occasion mais c'est un autre monde 

@FRANKASTRO64 Oui, c'est une option. Je surveille les annonces. Mais pas évident, il faut être rapide, j'ai l'impression et faire gaffe aux arnaques ?

Citation

En revanche, regardes du coté des Maksutovs 180mm car tu auras l'équivalent d'une lulu Apo en termes de détails ciselés 

@FRANKASTRO64 là, c'est vraiment la question stratégique. Au début de ma réflexion, j'avais pensé directement à du Celestron SC 200 ou 235, et puis est arrivé la question de la collimation. Ce n'est pas que je n'y arriverai pas, même si j'ai galéré avec mon ancien Newton (j'étais jeune aussi), c'est plus une question de facilité pour un premier usage (et non, cette fois de paresse) afin de ne pas courir le risque de me décourager (je ne me décourage pas facilement, mais collimation, plus ciel pas top, plus météo belge = risque de se lasser). J'avais totalement écarté l'achat d'une lunette (j'en avais vu au salon astro de Villigen-Schwenningen en 2019, donc je visualise bien l'encombrement). De mon point de vue limité les lunettes sont chères pour un petit diamètre et une focale souvent réduite, donc utilisation photo only.  Et puis un pote, qui a passé quelques années a étudier les étoiles de Wolf Rayet et en parallèle faisait de l'astro amateur, m'a "choqué" lorsqu'il m'a dit "j'en avais marre, j'ai bazardé mon SC, mon Newton, je perdais trop de temps à fignoler la collimation, j'ai acheté une petite lunette SW et ça me suffit. Je passe mon temps à regarder, pas à régler". OK, il était un peu énervé ce jour là, mais sur le coup, je me suis intéressé aux lunettes. Et j'ai pu lire qq post ici même où on retrouve cette dualité. "Ah oui, mon SC est à une focale de 2000 et un diamètre de 200 mais le gars à côté de moi avec sa lunette observait le ciel déjà depuis une heure quand j'ai pu commencer à regarder...". Désolé d'être long, mais ainsi vous comprenez ma "reflexion" et ce qui m'amène à me diriger vers une lunettes. Mais peut-être que je me trompe. Je ne me suis pas intéressé au Mak. Je sais que la Mak requière de la collimation mais j'ai cru lire que la demande en collimation est moins fréquente que sur d'autres optiques (sauf si on le promène partout régulièrement). En d'autres mots, le Mak est-il une solution intermédiaire entre la lunette et un SC par exemple.

 

Citation

C'est le contraire : en cas de pollution lumineuse, il faut éviter les faibles grossissements à cause de la luminosité du fond du ciel. Il faut adapter ses cibles : ce sera des objets observables à fort grossissements. Planètes, petites nébuleuses planétaires, étoiles doubles, amas d'étoiles. Pour le ciel profond, il faudra le plus grand diamètre possible afin de compenser la perte de magnitude limite. C'est ainsi par exemple qu'on pourra résoudre en étoiles les grands amas globulaires. (J'ai le souvenir d'avoir vu les étoiles de M13 à travers un 250 mm en pleine ville.

@Bruno- Très intéressant, merci. Intuitivement, j'aurai aussi pensé le contraire. Évidement qu'un diamètre plus conséquent va gober plus de lumière, mais j'aurai cru que la pollution lumineuse allait prendre le pas sur le signal faible.

 

Citation

Très bonne démarche à mon avis ! Du coup je suis étonné que tu envisages d'entrée du matériel si côuteux et si encombrant.

@Bruno- c'est bien mon dilemme. Comme je l'expliquais un peu au dessus, c'est pas vraiment une boutade, j'ai été formaté à utilisé du matériel de qualité. Mais vos commentaires commencent à me pousser dans le sens de choisir un ration prix/facilité faible afin de vraiment voir ce que je veux vraiment et ce qui est possible de faire. Plutôt un achro ou un maksutov (ou de l'occasion) et de voir ensuite vers quoi évoluer si j'évolue.

@Loup Lunaire Ton commentaire va dans ce sens là. A part que je n'achèterai pas immédiatement deux optiques ;)

 

 

Encore un grand merci pour vos réponses, j'ai besoin de maturer un peu tout ça et de réfléchir. Je me donne de toutes façons encore quelques mois pour me décider.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 2 heures, Lampe a dit :

le Mak est-il une solution intermédiaire entre la lunette et un SC par exemple.

 oui c'est même plutôt un instrument complémentaire car il est compact et surtout il se décollimate difficilement : j'ai vérifié deux fois la collimation de mon mak127 et pas de décollimation !

 

Ensuite, tu dois analyser ce que tu veux faire principalement en visuel CP ou/et planétaire mais le paramètre majeur en visuel est le diamètre  en harmonie avec la qualité de ton ciel mais il faut aussi  tenir compte que le meilleur instrument est celui que tu sors le plus souvent.

 

Si je te fais part de mon expérience d'astram de près de 40 ans pour te donner des idées ...

 

J'ai commencé à l'age de 14 ans avec un Newton JPM 120/910 - que j'ai toujours mais que je n'utilise que rarement ...

 

Ensuite, à 20 ans, j'ai eu un C8 Ultima "Made in Japan" que j'ai toujours aussi mais que je me suis mis à réutiliser et à redécouvrir avec la dernière saison planétaire de cette année - c'est selon moi le tube le plus polyvalent (planétaire et CP avec son réducteur de focale + visuel et photo)

 

Après avoir eu une lunette Petzval (4 lentilles) de Bresser 152/750 (F5) pendant près de 3 ans (revendue en 2018) - tube achro excellent , j'ai gardé quelques lulu pour les sessions astro suivantes :

  • Photo CP : une Vixen ED130SS qui est excellente qui est parfois remplacé par le  RC8 pouces suivant les cibles CP
  • planétaire Visuel + photo : une Meade 102 ED APO emc "Made in USA" + une Vixen 80L custom surnommée la Planet Killer par les astrams ricains + le Mak127 pour sa mise en station rapide et sa compacité très appréciable en nomade
  • Etoiles doubles + lunaire : une Vixen 80M Custom
  • solaire : une Vixen C80M et parfois le mak127
  • lunaire rapide : une Pentax J60

 

Bref, pour moi l'instrument le plus polyvalent est le C8 même si j'aime beaucoup les lulus ...

 

Dis nous ce que tu auras choisi .... l'important est de se lancer ou relancer en perdant le moins possible d'argent.... donc prendre un instrument de marque

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 3 heures, Lampe a dit :

Très intéressant, merci. Intuitivement, j'aurai aussi pensé le contraire.

 

On peut raisonner en terme de magnitude limite. (Attention, quand on parle de magnitude limite, c'est sous-entendu la limite pour des étoiles − ou autres objets ponctuels.) La formule qui donne la magnitude limite d'un instrument (au grossissement équipupillaire) est :

m_télescope = m_œil_nu + 5 log(Diam_télescope / Diam_œil_nu).

 

En gros :

m_télescope = m_œil_nu + f(D).

 

La partie f(D) ne dépend que du télescope, elle est donc constante pour un télescope donné. On voit ainsi que la magnitude limite au télescope augmente (et diminue) en même temps que la magnitude limite à l'œil nu. Dans une grande ville, on perd 3 magnitudes à l'œil nu, on perdra donc 3 magnitudes au télescope. C'est équivalent à diviser le diamètre par 4 : un 400 mm dans une grande ville montre les mêmes étoiles qu'un 100 mm en rase campagne. (C'est pour ça qu'il est conseillé, quand on habite en ville, d'acquérir un petit instrument facile à transporter en rase campagne.)

 

Maintenant, si on raisonne à magnitude à l'œil nu donnée, on voit que la magnitude au télescope augmente avec le diamètre. En doublant le diamètre, on gagne 1,5 magnitude.

 

(Rappel : cette formule décrit la magnitude limite des objets ponctuels, par exemple les étoiles d'un amas, pas celle des nébuleuses.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

J'ai recemment acquis un Mak 180. Je suis pourtant équipé d'un C11 mais voilà beaucoup m'ont vanté cette formule sur la Lune. Je les remercie encore ! 

... Même si j'aprécie particulièrement les lulnettes ;) 

 

Edited by ndesprez
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
il y a 1 minute, ndesprez a dit :

formule sur la Lune.

 

il est bien vrai que la formule optique du Mak est sans doute la meilleure pour la lune !

 

Je confirme !

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Hello

Merci encore pour vos réponses et apports sur le sujet.

En tous cas, c'est productif. Mes idées de base sont challengées, c'est le but.

L'important, je le retiens, est de se lancer. L'appétit viendra en mangeant et la variété culinaire aussi...

Je retiens l'idée d'un Mak 180 SW. Il a des qualités. Sa mobilité, son diamètre un peu plus ouvert et son coût plus abordable n'en sont pas les moindres. Certes avec une focale de 2700, des objets CP seront plus difficilement accessibles, mais il faut bien commencer quelque part et j'ai le souvenir avec mon vieux télescope d'avoir eu beaucoup de plaisir à observer la lune et les planètes. En outre, le coût abordable du Mak m'autorise à investir dans, par exemple, de bons oculaires, (très) grand champ, qui permettront d'aborder un peu  le CP. Je pense que c'est un compromis intéressant pour (re)commencer.

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

ayant un mak 180.... je ne peux qu'aller dans ce sens :P
seul "gros" point important ...la mise en température!

elle est l'un des facteurs les plus important sur un tube fermé , et les mak sont connu pour etre long de ce coté la ;)

Une fois faite c'est un régal , j'utilise des oculaires en 82° avec quand je le sors.
l'image est sacrément piqué! Moins qu'une lunette mais bien plus que mon newton 200 SW

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour ou bonsoir. :)

 

 

il y a 34 minutes, Lampe a dit :

Je retiens l'idée d'un Mak 180 SW ... avec une focale de 2700, des objets CP seront plus difficilement accessibles,

 

Pratiquant l'astro photo du CP avec un { Mak127 + barlow x2  } --> focale effective d'environ 2400 mm ... d'où f/D ~ 19 (!) , un Mak180/2700 ( f/D ~ 15 ) devrait donner de bons résultats sur les nébuleuses planétaires et autre petites galaxies ... avec un choix immense niveau objets à la clé. :)

 

A l'époque de l'argentique ( même avec hyper sensibilisation ), cela aurait été vraiment très difficile ... mais cela devient correctement envisageable avec les capteurs numériques actuels. ^^

 

Edited by fljb67

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Question : quoi comme appareil de prise de vues ?

 

APN ou caméra ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

A ce stade, mes yeux. Je ne compte pas faire de la photo immédiatement. Il faut d'abord que je récupère les bases en recommençant le visuel.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
il y a 56 minutes, Lampe a dit :

bons oculaires,

 

et oui !

 

un petit conseil pour tes oculaires, prends du haut de gamme en occasion tu y gagneras en nombre d'oculaires et surtout ils seront revendables sans trop perdre de l'argent !

 

Pour le planétaire : les oculaires Roi sont les Abbe Orthoscopiques

Pour le CP : des oculaires type RKE, Plossl et des Grands champs type ES (comme te l'indique Xavier) ou des Meade UWA Made in Japan voire des Televue Delos (ou Delite) si tu en as les moyens

Edited by FRANKASTRO64
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

@FRANKASTRO64 Merci pour ces informations, c'est bien mon intention. Un télescope c'est comme une chaîne hi-fi. Tous les éléments doivent tenir la route. Pas la peine d'acheter un ampli très haut de gamme pour lui coller des enceintes minables. Ici, la solution du MAK me laisse du budget pour investir dans qq oculaires de bonne  ou très bonne qualité.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Ok, j'avoue ne pas avoir lu entièrement ton premier post ¬¬ :

 

 

Le 01/12/2020 à 16:39, Lampe a dit :

C'est le visuel qui m'intéresse pour le moment. Je ne compte pas me mettre à l'astrophotographie, en tous cas pas sans avoir d'abord pu faire "mes preuves" en observation visuelle. Planètes ou CP ? Un peu des deux ...

Après cette longue introduction, la question : je lorgne vers des lunettes sky watcher 120 ou 150 ...

... Pour la monture, je ne vais pas hésiter, ce sera la AZ EQ6 de SW.

 

Concernant le Mak 180/2700, niveau "visuel"  ... "sur le papier" car j'avoue ne pas disposer cet instrument et ne pratiquant pas le visuel avec mon Mak 127/1500. :ph34r:

 

---> donc à confirmer / infirmer par ceux/celles qui parlent en connaissance de cause. :)

 

 

Avec 180 mm de diamètre et une obstruction à la louche de 0,3 ( cause pastille faisant office de miroir secondaire ), le diamètre effectif niveau collecte de lumière est d'un peu plus de 177 mm.

 

Du coup, en visuel, niveau luminosité cela donne  :

 

~ 2,18 fois plus de lumière qu'une lunette de 120 mm.

~ 1,4 fois plus de lumière qu'une lunette de 150 mm.

 

De plus, pour les grossissements importants ( Détails sur la Lune, planètes, "petites" nébuleuse planétaires ) , une focale de 2700 mm permettra d'utiliser des oculaires avec une focale pas trop petite ( et ceci, sans  barlow ) ... donc avec un certain confort par rapport à des oculaires de courtes focales obligatoires ( sauf barlow  avec une optique de "courte focale". )

 

Concrètement, le Mak 180/2700 étant livré d'origine avec un porte oculaire de 50,8 mm de diamètre :

 

 

- Oculaire  de "50 mm" et ~ 65° de champ :

 

--> grossissement  de ~ 54 fois --> champ visuel 65°/54 ~ 1,2° ( plus de 2 fois la Lune ^^ ) ... et avec une pupille de sortie de ~ 180/54  ~ 3,3 mm ( donc toute la lumière sera visible avec un oeil humain ... même à un certain âge  :)).

 

Il serait utile pour les objets du ciel profond et centrer les planètes avant de changer pour un oculaire grossissant plus.

 

 

- Oculaire de "10 mm" :

 

--> grossissement de ~ 270 fois : si le seeing le permet, pour les cratères de la Lune ou autre planètes, cela devrait être intéressant. ^^

 

 

Voilà, donc à prendre au conditionnel. ;)

 

Edited by fljb67
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Attention, en visuel la focale n'a pas grande importance puisqu'il suffira d'adapter le choix des oculaires. Il est faux de dire qu'un 180 mm de grande focale montrera moins le ciel profond qu'un 180 mm de courte focale. Il ne montrera pas entier les Pléiades, la galaxie d'Andromède et M44 (ni Stock 2, ni M24). Mais il montrera ces objets.

 

Celui qui observe le ciel profond à ×100 avec un télescope de 180/720 utilisera un oculaire de 7 mm (pas très confortable si c'est un oculaire d'entrée de gamme). Celui qui observe le ciel profond à ×100 avec un télescope de 180/2700 utilisera un oculaire de 27 mm (là, aucun problème de confort normalement). Tous deux verront exactement la même chose.

 

Par contre, faire du ciel profond en photo avec un télescope ouvert à F/15, à part pour rentrer dans le livre des records, je ne vois pas trop l'intérêt. De nos jours les pixels des capteurs sont tellement petits qu'il faut un F/D le plus court possible. (Et rappelons que la bonne focale ne dépend pas de la taille de l'objet, mais de l'échantillonnage, c'est-à-dire de la taille de la zone du ciel qui rentre dans un pixel, laquelle ne dépend que de la taille du pixel et de la focale de l'instrument.)

 

L'observation visuelle et l'astrophoto sont des pratiques très différentes qui demandent des caractéristiques différentes. Si on est un petit peu ambitieux, il vaudrait mieux deux télescopes spécialisés.

Edited by Bruno-
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 19 heures, Bruno- a dit :

L'observation visuelle et l'astrophoto sont des pratiques très différentes qui demandent des caractéristiques différentes. Si on est un petit peu ambitieux, il vaudrait mieux deux télescopes spécialisés.

 

je suis complètmnt d'accord avec toi d'où mon partage d'expérience à notre ami dans mon précédent post montrant quel tube pour quele utilisation .....

 

Bon Ciel

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Je suis parfaitement convaincu que ce sont deux disciplines très différentes. Pas de doutes à ce sujet.

Si j'imagine facilement le fait d'avoir deux instruments spécialisés, la liste de Frankastro64 est éloquente à ce sujet et montre qu'il est même possible d'en avoir plusieurs :)  si pas beaucoup.

Merci pour vos conseils

Xavier

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now