Guillaumedu59

A travers la grande nébuleuse d'Orion

Recommended Posts

Date d’observation : Dans la nuit du 18 au 19 Décembre 2020

Heure d’observation : Non précisée

Lieu d’observation : Haubourdin

Type de ciel : Ciel urbain

Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm)

Oculaires / champ / grossissement respectif :

-  Pentax XW 20 mm (70° / 60 X)

-  Televue Delos 12 mm (72° / 100 X)

-  Pentax XW 7 mm (70° / 171 X)

-  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X)

Filtres :

-  UHC Astronomik : Oui

-  OIII Astronomik : Non

-  H-Beta Astronomik : Non

Conditions : Ciel assez bien dégagé avec des températures plutôt froides pour la saison

Objet(s) observé(s) :

Lune : Non

Planète(s) : Non

Ciel profond : Oui (M42 & M43)

 

Préface !

 

Bonjour,

Bien que je n’y m’attende vraiment pas, en levant les yeux vers le ciel, je constate, à ma grande plus grande surprise, que ce dernier est assez bien dégagé dans l’ensemble.
Ça tombe vraiment bien.
En plus de la planète Mars qui commence à décliner, je ne cesse de m’émerveiller en voyant les constellations du ciel d’hiver.
Quel plaisir de les revoir.
Mais ce soir, mes yeux sont attirés vers l’un des plus joyaux que recèle la merveilleuse constellation d’Orion.
Il s’agit donc de M42.
Qu’à cela ne tienne.
Après réflexion, je décide sortir tout le matériel sur ma terrasse, puis me consacrer uniquement au visuel pur.
Pas de caméra, ni de PC portable, et j’en passe et des meilleurs.
Non, ce soir, je laisse de côté le stacking pour pouvoir de nouveau me consacrer uniquement à l’observation de cette splendide M42.
Je vous propose donc ce petit récit intitulé « A travers la grande nébuleuse d’Orion ».

 

Que voir à travers de M42 ?

 

Le télescope étant dehors depuis de bonnes minutes, je commence donc mon observation de la nébuleuse avec le Pentax XW 20 mm inséré directement dans l’oculaire.
Sans filtre, l’image est très belle.
M42 flotte au milieu d’un beau champ étoilé.
De nombreux détails sont déjà visibles comme sa coloration verdâtre, par exemple.
Dans le champ du Televue Delos 12 mm, c’est carrément mieux.
La nébuleuse semble être plus étendue, le trapèze bien résolu, etc…
Ça, c’est uniquement pour l’observation sans filtre.

 

En revanche, avec le filtre UHC Astronomik, c’est encore plus frappant, car la nébuleuse est bien plus contrastée.
Dans le 254 X 100, l’arc filamenteux dessinant l’aile orientale s’étire loin, très loin dans le champ de l’oculaire, avec en prime, un  contraste bien plus élevé.
Le second, quant à lui, est également visible, mais de façon moins marqué.
Passons maintenant au cœur même de M42 qui ressemble à s’y méprendre à un joli petit nuage à l’aspect moutonneux, dont ce dernier est délimité par deux sortes de barres légèrement obscures, formant ainsi un angle droit.
Nous y retrouvons également le trapèze très bien résolu, ainsi qu’un superbe alignement composé de 3 étoiles brillantes, situées en bordure du cœur de la nébuleuse, puis sans oublier, la fameuse échancrure sombre séparant les deux ailes de ce « volatile étoilé ».
Sous cette bande noire, se trouvent une ou deux étoiles de plus faible luminosité.
M43, quant à elle, et grâce au filtre, se dessine plus facilement sous la forme d’une belle nébulosité entourant un astre brillant.

Dans le 254 X 171, toujours équipé du filtre UHC Astronomik, c’est le grand plongeon au cœur même de M42.
La nébuleuse obscure séparant le nuage en deux parties distinctes, contraste parfaitement bien avec le reste de l’objet, puis j’ai comme l’impression de voir ce cœur moutonneux prendre encore plus d’ampleur.
Ce soir, de nombreux « waouh » ne cessent de résonner dans ma tête tellement que le spectacle est à tomber par terre.

 

Mais avant de conclure en beauté cette petite soirée d’observation consacrée à M42, je pointe le tube en direction de M37.
Dans le champ du Televue Delos 12mm, les étoiles claquent superbement bien sous ce fond de ciel plus sombre.
En plus d’être magnifique, il est assez large et il  y a également quelques zones sombres en son centre.

 

Bilan de la soirée !

 

Ce fut une courte mais excellente soirée.
Pour moi, M42 reste le plus objet du ciel d’hiver.
Même si la vision naturelle est déjà superbe et m’offre pas mal de détails, je dois bien avouer que le filtre UHC Astronomik lui donne un sacré coup de fouet.
Dans le passé, j’ai eu l’occasion de l’observer avec le filtre H-Beta Astronomik, mais la vision n’était pas la même que celle obtenue ce soir.
Mais j’en reparlerai une autre fois.
En attendant la prochaine séance d’observation, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !

 

Edited by Guillaumedu59
  • Like 7
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Superbe plongée dans cet immense objet classique d'hiver ! On s'y croirait !

Hé bien pour ma part c'est le seul objet de mes listes que pour le moment je n'ai pas décrit dans mes notes au 300, tellement l'ampleur m'impressionne ! C'est à dire aussi qu'il faudrait des conditions claires et stables plusieurs heures, ce qui manque un peu cette année pour le moment !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est toujours génial de se perdre dans ce magnifique objet ;) je l'ai aussi observé en long en large et en travers durant les nuits d'hiver, au T350 mais toujours sans filtre. Ce qui est aussi intéressant, c'est de pointer la nébuleuse qui se trouve juste un peu plus loin, formée de NGC 1977 et consorts (dite "l'homme qui court"). La prochaine fois n'hésite pas, il faut juste bouger à peine le tube dans l'axe M42-M43 et tu tombes de suite dessus.

 

Mon souvenir le plus marquant sur M42, c'est quand j'ai vu la cinquième étoile du trapèze. D'après mon expérience c'est assez compliqué, les conditions de seeing ne sont pas souvent adéquates (dans la garrigue près d'Aix-en-Provence).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ton passage cédric.

Habitant dans un environnement péri-urbain, j'ai bien peur que NGC 1977 me soit inaccessible, bien que j'ai tenté d'essayer d'y voir quelque chose.

Mais c'était peine perdue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Hé bien dis donc, si tu n'arrives pas à voir NGC 1977 dans tes conditions ça veut dire que tu as encore un sacré potentiel non exploité y compris sur M42. Tu en es déjà content et c'est tant mieux, mais si tu as l'occasion de l'observer à nouveau, toujours dans ton télescope mais sous un meilleur ciel, elle devrait te paraître transfigurée ! ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non pouvant me déplacer faute de myopie, je préfère utiliser le stacking pour avoir encore plus de détails.

Pour NGC 1977, seul l'amas m'est visible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cédric : Viens habiter à Lille tu verras qu'observer et imager le ciel n'est toujours pas aisée, principalement à cause de la météo.

Quant à la pollution lumineuse, il faut être lucide en te disant que là où je vis, c'est l'un des pires ciel de France.

Pour trouver bien mieux, il faut faire au moins 110 km, voire un peu plus, mais encore une fois, il faut d'excellentes conditions climatiques pour faire de tels kilomètres.

Grâce au stacking, je peux enfin voir des choses qui me sont interdites depuis mon ciel urbain.

Edited by Guillaumedu59

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui, y a du monde à observer dans le coin et c'est toujours un plaisir d'y passer, même avec les plus petits instruments permettant une belle vision intégrale de l'Epée, de NGC 1981 au N à 1980 au sud.

Une des plus belles images du ciel boréal à mon sens !

Je me suis amusé à un dessin à Noel l'an dernier à la 80ED.

Pour NGC 1977, c'est bizarre mais il semble y avoir un gros pallier entre détecter la nébuleuse dans sa globalité, et voir les détails de l'Homme qui court. Car le halo en croissant E/O est visible dès les petites lunettes sous bon ciel, mais les méandres sombres évoquant le sportif me restent très difficiles même au 300.

 

Et pour ma part gros mystère qui demeure sur la Flamme pas loin, NGC 2024 : presque aussi bien vue à la lunette qu'au 300, très décevante dans ce dernier, alors que sur M42 le gros explose la lunette bien sûr

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      8 dessins : 9342 à 9349

      Des nuages épars et la Lune en croissant m'accompagnent en début de nuit à 22h.
      C'est d'ailleurs la dernière nuit du séjour.

      Elle commence avec un échec sur une nébuleuse planétaire de Céphée.
      Je trouve par contre une autre nébuleuse planétaire, dans Cassiopée cette fois-ci.

      Observation 9342 : PK111-2.1.
      J'ai galéré pour la trouver à 85x, par blinking Oxygène 3, vu qu'elle répond bien à ce filtre.
      Elle est assez brillante à ce grossissement.
      A 631x, elle me montre des extensions en vision indirecte notamment au sud.


      J'observe ensuite une nébuleuse diffuse de Céphée tandis que la Lune se couche à 23h20 lors du dessin.

      Observation 9343 : IC1470.
      Elle ne réagit à aucun filtre (Oxygène 3 ou HBêta) ce qui la classerait dans la catégorie des nébuleuses à réflexion.
      Petite à 85x, elle est évidente à 201x, sans filtre, assez faible, ronde.


      Je poursuis sur des amas ouverts de Céphée.

      Observation 9344 : NGC7510.
      Je le repère dans le champ du chercheur 9x50 comme une petite tache. Au télescope, à 201x, il est fourni, concentré, brillant, avec ses étoiles brillantes à perceptibles.


      Observation 9345 : K19.
      A 201x, cet amas ouvert est concentré et fourni.


      Fatigué à 0h50, je m'abandonne à une sieste dans la voiture jusqu'à 3h.
      Les affaires sont trempées au réveil, l'humidité épargnant fort heureusement les optiques.

      Je finis le séjour avec un baroud d'honneur aux galaxies Arp des Poissons jusqu'à la fin de la nuit à 5h.

      Observation 9346 : PGC4789 = Arp48.
      Très faible, cette représentante du catalogue Arp est visible à 85x et 201x dans le même champ que la suivante Arp à observer, Arp119.
      Elle est difficile à détailler à 276x. J'y note des nodosités limites, VI4 à 5.


      Observation 9347 : PGC4748/50 = UGC849 = Arp119.
      A 276x, cet objet est double comme en attestent les 2 références PGC, comportant PGC4748 faible et condensée, et PGC4750 diffuse et très faible.


      Observation 9348 : UGC827 = Arp128.
      A 276x, cet objet se dédouble en 2 galaxies faible et VI2, tandis que je n'y voyais qu'une tache unique à 85x. La séparation à 276x n'est effective qu'en vision indirecte.


      Observation 9349 : UGC717 = Arp11.
      Vue dès 85x, elle montre 3 galaxies à 276x : UGC717 faible, UGC719 très faible, PGC4123 vue VI2, et une tache VI4 que j'identifierai comme un groupe serré irrésolu d'étoiles sur les photos, prise pour une autre galaxie lors du dessin.


      Je remballe le haut et le miroir primaire du télescope avant d'aller dormir à 6h.
      Depuis, avec les restrictions de la crise sanitaire Covid 19, ce télescope n'est plus ressorti jusqu'à ce jour.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      5 dessins : 9323 à 9327.

      Je suis prêt dans le crépuscule nautique à 21h42, ayant fini plus tôt mas sieste post-dînatoire.

      Je regarde d'abord la comète Néowise dans le Bouvier.

      Observation 9323 : Comète Néowise C/2020 F3.
      85x, 138x. Elle est vue floue et faible au chercheur 9x50. Dans le Dobson 508, elle s'illumine assez brillante à assez faible et bleutée, graduellement plus brillante au centre.
      Je ne vois plus de queue au premier examen, attendez... Ca se précise.. Ah si, à 85x je la vois difficilement.


      Des éclairs lointains d'orages à l'ouest font craindre une issue funeste pour les observations de cette nuit. Profitons-en tant qu'il est temps et que le temps météo l'autorise.

      Cantonné à cette zone du ciel, je vise des galaxies du Bouvier.

      Observation 9324 : NGC5523.
      85x, 201x. Cette galaxie allongée à 85x reste faible, et je note des nodosités VI3 à 4 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et l'excentrement de ses zones les plus brillantes.


      A l'oeil nu je vois en vision indirecte la nébuleuse obscure de la Pipe dans Ophiucus, mais moins bien qu'au Restefond quand même.

      Observation 9325 : NGC5548.
      85x et 201x. Elle se montre petite, faible, diffuse avec donc des limites floues.


      Les éclairs au nord-ouest rappellent la proximité d'orages.
      Chiens et chevreuils se confondent et se parlent au sud.

      Puis à 23h je fais un tour sur le terrain pour rendre visite à mon voisin de l'est Alexandre au télescope de 600 et pour voir les orages à l'ouest totalement dégagés de la haie.

      Je dessine ensuite un amas globulaire du Bouvier.

      Observation 9326 : NGC5466.
      85x, 138x, 201x. Il est évident et bien résolu dès 85x, éclaté en étoiles faibles à perceptibles à 138x.
      A 201x il devient trop sombre d'autant plus que les éclairs dans cette direction me flashent les yeux.


      L'Humidité se dépose sur les affaires, autre signe de l'arrivée de nuages.

      J'ai le temps d'immortaliser une nébuleuse planétaire du Sagittaire, alors que j'ai mal au dos, j'ai dû rester trop longtemps dans une mauvaise posture lors du dessin précédent.

      Observation 9327 : IC4673.
      85x, 201x. Le filtre Oxygène 3 permet de la repérer à 85x, et à un grossissement plus fort de 201x, elle a un diamètre apparent suffisant pour la différencier des étoiles malgré la forte turbulence de 5 sur 5. La nébuleuse est très faible.


      A minuit et demie, le ciel se couvre par le sud-ouest. Le risque de pluie nous fait tous rebâcher.
      Je veillerai un peu, il n'y aura pas de pluie mais les images satellite ne me laissent pas d'espoir de voir le ciel se redégager cette nuit.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      11 dessins : 9312 à 9322.

      Nous subissons des rafales de vent de facilement 50km/h toute la nuit.
      Pour en diminuer l'effet sur les observations, je replie la jupe du télescope 508 sur la cage du secondaire et ne mets pas le pare-lumière qui ferait voile.
      Le télescope résiste à la plupart des poussées venteuses, ne les traduisant en vibrations que par moments.
      Le fort vent limite la résolution, la turbulence restera à 5 sur 5 toute la nuit.

      Je commence par un amas globulaire de la Balance.

      Observation 9312 : NGC5897.
      85x, 138x. Il est bas, victime de la turbulence à double titre, ce qui ne m'empêche pas de voir ses étoiles faibles à perceptibles sur fond VI1.


      Jcb est un peu dépité par ce vent du sud-est et est parti se recoucher un peu.

      Je dessine un nuage obscur d'Ophiucus, ce type d'objet passe bien malgré la baisse de résolution.

      Observation 9313 : Barnard 70.
      85x. On voit bien qu'il y a une zone plus sombre, mais ses bords ne sont pas tranchés, très flous contrairement à B69 à côté.


      Jcb s'est relevé mais renonce à réobserver à cause du vent.

      Pour ma part, j'écume les champs galactiques d'Hercule.
      Mais que ce vent est pénible!

      Observation 9314 : NGC6348/50.
      85x, 138x. Un passage de voiles sur Hercule à minuit s'ajoute au vent, non je ne craquerai pas!
      NGC6350 est vue à 85x, et NGC6348 qu'à partir de 138x. La première est assez faible, la seconde faible, comme une étoile floue.


      Jcb est passé à minuit avant d'aller dormir pour le reste de la nuit.
      Les rafales me poussent sur l'escabeau, avec mon gros manteau hivernal je ressemble au bibendum de Michelin car le vent arrive à passer en dessous!

      Observation 9315 : NGC6363.
      85x, 138x. Aperçue à 85x, elle est considérablement faible et petite.


      Je poursuis sur des galaxies Arp dans Hercule.

      Observation 9316 : NGC6524.
      Facile à 85x, elle me montre à 201x son centre contrasté, ses limites floues, et en vision indirecte son allongement.


      A 1h le vent ne faiblit pas.

      Observation 9317 : Arp102 = UGC10814.
      Facile à 85x, elle est allongée, faible. A 201x je remarque quelques nodosités VI5 donc à la limite.


      Je pars sur le ciel d'automne vers une nébuleuse diffuse et une galaxie de Cassiopée.

      Observation 9318 : VdB1.
      138x, 85x. Van Den Bergh 1 est évidente et dissymétrique à 85x, considérablement faible, et même bleutée marine.
      Je vérifie que les étoiles alentours n'ont pas de nébulosités, donc ce n'est pas un effet de la buée. Vive l'absence de diffusion de ces optiques!


      Observation 9319 : IC10.
      138x, 85x. Michel Nicole a rédigé une fiche sur cette galaxie irrégulière du Groupe Local, ça a attisé ma curiosité, voyons voir...
      Elle demeure faible et diffuse, mais montre des nodosités VI3 à 5, pas mal. La disposition me rappelle un peu le Grand Nuage de Magellan en bien plus faible.


      A 3h j'ai mal à la jambe droite, je ne me suis pas assez reposé, trop perché sur l'escabeau.
      Le vent est de pire en pire.
      La fatigue s'y ajoute, je fléchis et me dois de céder à une heure de sieste dans l'auto.

      Revenu requinqué, je termine sur des galaxies du Dragon jusqu'à l'aube.

      Observation 9320 : NGC6621/22.
      Ce membre du catalogue Arp sous le numéro 81 me montre 2 galaxies faibles déjà séparées à 85x, et serrées à 201x. La turbulence de 5 sur 5 n'aide pas.


      Le vent faiblit à 4h30, mais la turbulence devient maximale à l'aube, les étoiles sont des pâtés, même pas comestibles, bah!

      Observation 9321 : NGC6690.
      85x, 201x. Elle se révèle considérablement faible à faible à 85x. Son centre peu marqué n'apparaît qu'en vision indirecte. Elle est allongée, aux limites imprécises, avec 2 zones plus brillantes en vision indirecte 25% du temps (VI4).


      Observation 9322 : NGC6512/16/21.
      85x, 201x. Ce trio du Dragon bien moins connu que les Pieds Nickelés est bien triple dès 85x. La turbulence immonde transforme les étoiles en pâté, ce qui n'empêche pas la reconnaissance des galaxies en tant que telles.


      A 5h22 Procyon se lève.
      A 5h30 l'aube efface les galaxies, j'arrête sous un encore fort vent.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      13 dessins : 9299 à 9311.

      Je suis prêt à 22h10 ce qui me permet d'enfin voir la comète 88P Howell très basse dans la Balance, et qui finit dans les branches des arbres à la fin du dessin, correspondant aussi à la limite basse de pointage du télescope 508.

      Observation 9299 : comète Howell 88P.
      85x, 201x. Enfin je la vois, faible, diffuse, très basse. En vision indirecte, son centre est plus brillant, mais pas ponctuel à 201x. Mon obstination a fini par payer!


      J'enchaîne un poil plus haut en hauteur et en magnitude avec des galaxies Arp du Bouvier.

      Observation 9300 : NGC5665 ou Arp49.
      85x, 201x, 276x. Vue facilement à 85x, assez faible à considérablement faible, elle se dévoile ovale, irrégulière, sa forme reste difficile à cerner.


      Observation 9301 : UGC9561 ou Arp173.
      85x, 201x, 276x. Soupçonnée à 85x, elle est confirmée à 201x, demeurant petite. Mais surprise, à 276x elle est dédoublée en vision indirecte, très faible.


      Observation 9302 : Arp328 ou Hickson72.
      85x, 276x. Voici un beau défi, je ne détecte rien à 85x. Par contre quelques galaxies du groupe m'apparaissent à 276x, uniquement en vision indirecte de VI1 à VI5, dont 2 quasiment collées.


      Puis je rends visite à quelques galaxies d'Hercule.

      Observation 9303 : NGC6504.
      85x, 201x, 402x. Facile, elle est effilée à 85x, assez brillante. Elle s'affine encore davantage à 201x.
      Du coup je fais péter les grossissements.
      J'ai bien fait, des nodosités sont visibles à 402x. C'est une belle galaxie.


      Fatigué à 0h55, je m'impose une heure de sieste dans la voiture
      Ensuite je pointe d'autres galaxies d'Hercule, mais la turbulence est devenue forte (5 sur 5 à 201x).

      Observation 9304 : NGC6486/7.
      201x. NGC6486 est prise pour une étoile faible au début, tandis que NGC6487 est plus évidente, considérablement faible, condensée, aux limites floues.


      Observation 9305 : NGC6485.
      201x. Elle est faible, peu contrastée.


      Je constate l'arrivée de l'humidité sur les affaires et dans l'air.
      J'ai désembué le miroir secondaire en remettant dessus sa chaussette tissu une première fois, puis j'ai sorti le sèche-cheveux à la seconde attaque de la buée.

      Jean-Christophe (Jcb) s'est relevé après une heure de sieste.

      Mes cibles suivantes sont les galaxies du Poisson Austral.
      La turbulence reste mauvaise 5 sur 5 à cette hauteur, pas de miracle, la mise au point fine est impossible.
      Vénus en scintille et les étoiles à 30° de hauteur aussi.

      Observation 9306 : NGC7214.
      201x. Elle est faible et diffuse.


      Observation 9307 : NGC7225.
      85x, 201x. Elle se montre facilement à 85x, faible, avec des limites floues, et pas qu'à cause de la turbulence.


      Maintenant, direction une galaxie du Verseau.

      Observation 9308 : NGC7252.
      85x, 201x. Elle se révèle considérablement faible, très contrastée, évidente et petite à 85x.


      Puis le Dobson est dirigé vers des galaxies à la frontière entre le Poisson Austral et la Baleine, la première n'est pas dans le cétacé.

      Observation 9309 : NGC7306.
      85x, 201x. Elle est vue à 85x plus discrète que la précédente. Elle est considérablement faible.


      A 5h la turbulence a diminué.

      Observation 9310 : NGC245.
      201x, 276x. Considérablement faible, elle se démarque des précédentes par plus de détails : en vision indirecte des nodosités qui se complètent ensuite par des portions de spire VI3 à 5.


      Observation 9311 : NGC271.
      201x. Elle est faible, diffuse, allongée, et rehaussée par son centre marqué. L'aube bleuit le fond de ciel.


      Un chevreuil se fait entendre.
      A 5h35 l'aube est trop présente.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      15 dessins : 9283 à 9297.

      Voici enfin une longue nuit d'observation!
      Je l'entame avec des galaxies du Bouvier dont des Arp.
      J'ai enlevé le pull et gardé que le manteau car il fait trop chaud en début de nuit, mais je vais me raviser au cours de la nuit.
      Je rappelle que les larges poches refermables du manteau me permettent de garder à portée de main les oculaires sans devoir descendre de l'escabeau.

      Observation 9283 : NGC5752-5 ou Arp297.
      201x, 85x. Ce quatuor de galaxies est composé de NGC5755 faible, NGC5754 vue VI2 en n'étant pas sûr initialement si c'était une galaxie ou une étoile, NGC5752 très faible, et NGC5753 considérablement faible et diffuse. J'ai repéré les 2 plus brillantes à 85x.


      Encore un crayon de cassé en 2 à 23h. Une fois ce stock épuisé, je choisirai une autre marque pour me re-équiper...

      Observation 9284 : NGC5732 et UGC9473.
      201x. la NGC est faible à très faible, et la UGC est mieux visible, faible.


      Observation 9285 : NGC5929/30 ou Arp90.
      85x, 201x, 276x. Elles sont séparées tout en restant serrées à 85x. NGC5929 est faible et accompagne la considérablement faible NGC5930.


      Observation 9286 : NGC5886/8.
      201x. NGC5888 est la plus facile, considérablement faible et allongée, tandis que NGC5886 très petite ressemble à une faible étoile floue.


      Observation 9287 : NGC5579 ou Arp69.
      201x. Elle est très faible, très diffuse. Je n'y vois rien d'autre.
      A 0h45 le Bouvier commence à être bas, la turbulence y est forte aussi du coup.


      Observation 9288 : NGC5589.
      201x. Elle m'apparaît faible et condensée.


      Une chouette hulotte nous fait un récital.

      A 1h des voiles dégradent cette zone du ciel.
      Céphée est plus préservée, j'y observe une nébuleuse planétaire puis 2 amas ouverts.

      Observation 9289 : PK103+0.1
      201x. Elle est confirmée avec le filtre Oxygène 3, elle y répond fort. Elle demeure petite à 201x. Je la vois VI2 sans filtre (75% du temps en vision décalée), et très faible à VI1 avec le filtre grâce au gain de contraste.


      L'Humidité est grandissante.
      Cette zone résiste assez bien aux voiles.

      Observation 9290 : NGC7226.
      201x, 85x. Je repère cet amas ouvert condensé à 85x et à 201x je l'éclate en étoiles faibles sur fond laiteux.


      A 2h40 Jcb et d'autres ont remballé à cause des cirrus,mais comme par hasard le ciel s'améliore.

      Observation 9291 : NGC7245.
      201x. Cet autre amas ouvert se révèle très riche à 201x.


      D'ailleurs à 3h15 les voiles semblent partis.
      Du coup je décortique un beau groupe Arp dans les Poissons.

      Observation 9292 : NGC375/87 ou Arp331.
      201x. Quelle belle chaîne de 8 galaxies! Je vois la plutôt brillante NGC383, la plutôt brillante à plutôt faible NGC379, les considérablement faibles NGC382, NGC384, NGC385, la considérablement faible à faible NGC380, la faible NGC386 et la très faible NGC387.


      A 3h40 Vénus se lève.
      La buée a recouvert la voiture.

      Je cherche et trouve d'autres galaxies des Poissons aux alentours du groupe Arp.

      Observation 9293 : NGC374.
      201x. Elle se montre faiblement, allongée en vision indirecte.


      La buée gêne désormais sur l'oculaire, épargnant les miroirs.

      Observation 9294 : NGC403.
      201x. Elle est faible, allongée avec la particularité d'avoir un bout incurvé.


      A 4h50 une chouette hulotte et une chevêche dialoguent.

      Observation 9295 : NGC399.
      201x. Comme la précédente, elle est faible. Un météore passe pile dessus pour maintenir ma vigilance. Ca surprend toujours!


      La Voie Lactée hivernale est visible faiblement dans le Cocher.
      Ca ronfle dans le coin.

      Observation 9296 : NGC398.
      201x. Ca devient routinier, elle aussi est faible, et petite.


      Je suis fatigué à 5h15.

      Je finis la nuit sur la comète 29P Schwassmann-Wachmann dans le Bélier, dans l'aube.

      Observation 9297 : comète Schwassmann-Wachmann 29P.
      201x. A la position prévue, elle m'apparaît VI1 à 2 et très très diffuse dans l'aube. Une de plus dans la besace!


      A 5h35 quelques jeunes photographes sont encore levés à l'ouest. Je passe les saluer avant de rejoindre Morphée.
  • Upcoming Events