Bill46

Astéroïdes géocroiseurs / NEO

Recommended Posts

Ce 9 janvier 2021 à 10h39 heure française (approximativement), l'astéroïde de type Apollo(n) 2021 AS2 va frôler la Terre à la vitesse de 24 km/s et à 3/10e de la distance Terre-Lune (environ 107 260 kilomètres, soit 0,2790 la distance à la Lune, ou 16,84 rayons terrestres). D'après les derniers calculs, cet astéroïde ne présente pas de menace dans un futur proche (ce 9 janvier 2021 verra son approche la plus courte pour au moins les 10 prochaines années). La taille de ce rocher, repéré le 8 janvier à l'observatoire du Mount Lemmon aux Etats-Unis, est estimée de 3 à 8 mètres. C'est le 3e objet à croiser l'orbite de la Lune découvert cette année.

 

https://www.minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21A81.html

 

2021_AS2_b.gif

 

NEO.JPG

 

Edited by Bill46
  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Houla la, merci Bill :)

J'ai juste une demi heure pour mettre les animaux à l'abri ;)

Bonne journée . . . si se sont pas plantés dans les calculs ;)

AG

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouf :) le caillou nous a ratés ;)

Vais me servir un p'tit Pastis moi ;)

  • Like 1
  • Love 1
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le prochain NEO à s'approcher de la Terre à 1,5 fois la distance Terre-Lune sera (sauf nouvelle découverte d'ici-là) l'astéroïde 2021 AX1 le 12 janvier, objet de 8 à 19 mètres découvert au Mont Lemmon le 6 janvier et qui nous croisera alors à une vitesse de l'ordre de 9 km/s.

 

On ne l'a pas cité pour ne pas affoler les foules... mais le 3 janvier dernier 2021 AH (taille 7-15 m, détecté par le Catalina Sky Survey) nous a quant à lui frôlé à 0,13 fois la distance Terre-Lune (49 784 km, au-delà de l'orbite géostationnaire) à plus de 21 km/s, donc encore plus près que 2021 AS2...

 

Ne craignez rien les Gaulois, le Ciel ne nous tombera pas encore sur la tête (mais il s'en faut parfois d'un cheveu...) ! :)

 

Ci-après quelques traces orbitales de 2021 AH, 2021 AS2 et 2021 AX1 donnant une idée de leurs approches respectives (l'ellipse blanche représente l'orbite de la Lune) :

 

2021AH.JPG

 

2021AS2.JPG

 

2021AX1.JPG

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Bill46 a dit :

mais le 3 janvier dernier 2021 AH (taille 7-15 m,

 

C'est plus petit que celui de Tcheliabinsk (15/17 m si j'en crois Wiki) les dégâts n'auraient pas étés catastrophiques si l'on prend en référence la chute en Russie.

 

Je dis ça mais je ne sais pas si un truc de 15 mètres entièrement ferreux pourrait traverser les couches denses de l'atmosphère sans se désintégrer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que c'est le moment de ressortir Tong, pour ceux qui ne connaissent pas :)

 

 

Bonne soirée,

AG

 

 

Edited by ALAING
  • Like 2
  • Love 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/01/2021 à 09:59, Bill46 a dit :

Ce 9 janvier 2021 à 10h39 heure française (approximativement), l'astéroïde de type Apollo(n) 2021 AS2 va frôler la Terre à la vitesse de 24 km/s et à 3/10e de la distance Terre-Lune (environ 107 260 kilomètres, soit 0,2790 la distance à la Lune, ou 16,84 rayons terrestres).

 

Le 09/01/2021 à 17:34, Bill46 a dit :

Le prochain NEO à s'approcher de la Terre à 1,5 fois la distance Terre-Lune sera (sauf nouvelle découverte d'ici-là) l'astéroïde 2021 AX1 le 12 janvier, objet de 8 à 19 mètres découvert au Mont Lemmon le 6 janvier et qui nous croisera alors à une vitesse de l'ordre de 9 km/s.

 

On ne l'a pas cité pour ne pas affoler les foules... mais le 3 janvier dernier 2021 AH (taille 7-15 m, détecté par le Catalina Sky Survey) nous a quant à lui frôlé à 0,13 fois la distance Terre-Lune (49 784 km, au-delà de l'orbite géostationnaire) à plus de 21 km/s, donc encore plus près que 2021 AS2...

 

Hé bé Bill, en inaugurant ce fil (merci ^_^), t'as pas idée du boulot qui t'attend si l'on en croit cette étude :

 

"NEO Population, Velocity Bias, and Impact Risk from an ATLAS Analysis"
Aren N. Heinze (Université d'Hawaï) et al.
https://arxiv.org/abs/2012.06042 (11/12/2020) ---> The Planetary Science Journal

 

En effet, en combinant simulation et détections réelles par le réseau ATLAS * (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System), elle aboutit à des estimations de population totale de NEOs en fonction de leur magnitude absolue limite :
 - H < 25,0 (diamètre > 34 m, pour albédo adopté de 15 %) ===> (3,72 ± 0,49) E05   [372 000 NEOs]
 - H < 27,6 (diamètre > 10 m, pour albédo adopté de 15 %) ===> (1,59 ± 0,45) E07   [~16 millions de NEOs]

 

* ATLAS utilise deux télescopes de 0,5 m à F/2 équipés chacun d'un détecteur de 110 Mpixels couvrant 29 degrés-carrés (1,86 arcsec/pix.), magnitude limite ~ 19,5 pour 30 s d'exposition.
Financés par la NASA et exploités par l'Université d'Hawaï, ils sont distants de 160 km entre les sites des observatoires du Haleakalā (ATLAS-HKO) et du Mauna Loa (ATLAS-MLO).

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, BobMarsian a dit :

t'as pas idée du boulot qui t'attend

 

Oui, bon, je me limiterai à quelques-uns si vous le voulez bien, j'ai pas que ça à faire B|

NEO par-ci, NEO par-là... faut savoir les éviter c'est tout !

 

giphy.gif

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir: Plutôt ou plus tard?

On peut attendre le 13 Avril 2029 quand Apolphis, un gros caillou passera à 37,725 km!

De plus ce sera un vendredi! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 9/1/2021 à 13:32, ALAING a dit :

Vais me servir un p'tit Pastis moi ;)

Tu as bien raison ! Moi un petit Ricard :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'astéroïde 2020 WU5, de magnitude 12,8, imagé le 12 janvier entre 20h40 et 20h47 TU par G. van Buitenen depuis Dordrecht aux Pays-Bas. Ce NEO de type Apollo(n) est passé au plus près de la Terre le lendemain à 0,054 UA (à un peu plus de 8 millions de km, soit 21,1 fois la distance Terre-Lune, ce qui reste appréciable) à la vitesse relative de 21,3 km/s. Le diamètre de cet astéroïde classé comme "potentiellement dangereux" est estimé entre 500 m et 1 km. Il effectue une révolution autour du Soleil en 398 jours. Il avait été découvert le 29 novembre 2020 avec le télescope spatial NEOWISE.

 

f1d9efe3f893fa18aa3c5ad9aeb89a60.gif

 

 

2020WU5.JPG

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

2021 AG6 va nous croiser à 6,9 km/s et à 6,4 fois la distance Terre-Lune ce 15 janvier 2021. C'est un gros caillou de 13 à 30 mètres de diamètre.

 

Le 17 janvier, 2021 AA6, du même gabarit, va aussi nous "frôler" à peu près à la même distance, puis 2021 AN1 le lendemain, à 5,5 fois la distance Terre-Lune.

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce 17 janvier, l'astéroïde géocroiseur 2021 BA (groupe Aton), découvert hier dans le cadre du Catalina Sky Survey en Arizona, nous croise à 9,5 km/s à 990 000 km de distance approximativement (2,6 fois la distance Terre-Lune). Ses dimensions sont estimées entre 17 et 38 mètres.

http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2021 BA

 

Demain, le 18, 2018 BA3, de la même taille, s'approchera quant à lui à 1,5 fois la distance Terre-Lune. Cet Apollon a été découvert au Mont Lemmon en janvier 2018.

http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2018 BA3

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une anecdote à propos de NEO, des risques d'impacts, et surtout des progrès qu'il nous reste à faire : le 15 février 2013, l'astéroïde Duende,  30m, est passé à environ 30.000km de la Terre (0.010 LD~), on l'avait détecté un an auparavant.

 

LE même jour, (16h de décalage) un météoroïde de 20 rentrait tranquillou dans l'atmosphère en explosant au dessus de la ville de Chéliabinsk.

Celui là on ne l'avait pas vu venir, en partie parce qu'il il venait d'une direction trop proche du Soleil.

 

Il n'y aurait aucun lien entre ces deux NEO.

Edited by Skyraph

Share this post


Link to post
Share on other sites

On espère beaucoup du futur satellite de surveillance NEO Surveyor (anciennement NEOCam) de la NASA dont le lancement n'est pas prévu avant 2025. Orbitant autour du point de Lagrange L1 Terre-Soleil, son télescope infrarouge de 50 cm devrait permettre une meilleure détection des astéroïdes en approche de la Terre. L'objectif de la mission étant de repérer au moins 90 % des NEOs de plus de 140 m de diamètre. Si j'ai bien compris, NEO Surveyor serait en fait plus ou moins le successeur de NEOWISE, mais optimisé pour la recherche de NEOs.

 

https://neocam.ipac.caltech.edu/

https://en.wikipedia.org/wiki/Near-Earth_Object_Surveillance_Mission

 

NEOSM.jpg

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 2020 QG  mesurant entre 2 et 6 mètres, détient le record absolu avec son approche à 2950 kilomètres, au-dessus de l’océan indien le dimanche 16 août 2020. Il détrône ainsi le 2011 CQ1, qui était passé à environ 5500 km au dessus du sol !!!

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben du coup il y a encore mieux : 

"Un astéroïde a frôlé la Terre à 386 km, c’est le plus près jamais observé

Un astéroïde mesurant entre 5 et 10 mètres est passé vendredi 13 novembre au-dessus de l’océan Pacifique Sud à une altitude de seulement 386 kilomètres. Jamais un corps céleste de ce type ne s’était autant approché de la Terre. Les astronomes n’avaient pas vu arriver cet objet baptisé 2020 VT4 et ne l’ont repéré que 15 h après son passage. Une collision avec notre planète n’aurait cependant présenté aucun danger"

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une animation sympa du survol de 2020 QG sur Wikipedia (les marques sont toutes les 5 minutes) : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2020_QG_flyby_spinview.gif

 

2020_QG_flyby_spinview.gif

 

 

Une autre vision (animation NASA/JPL - Caltech) :

 

imagesasteroid20200818PIA24037-16.width-

 

 

Une image de 2020 QG prise le 16 août 2020, 6 heures après son approche la plus courte à la Terre (ZTF/Caltech Optical Observatories) :

 

2020QG.jpg

 

 

Une animation pour 2020 VT4 (la distance affichée est par rapport au centre le Terre). Si cet objet de 5 à 10 mètres avait percuté notre planète, il aurait fait un beau météore !

 

Animation_of_2020_VT4_around_Earth.gif

 

Edited by Bill46
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a eu quelques vidéos réalisées à l'époque comme celle-ci tournée en Super 8 par Linda Baker (la bande sonore a été rajoutée au montage) :

 

 

C'était effectivement un NEO de type Apollon de 2 à 10 mètres de diamètre qui a frôlé la surface terrestre à 57 km d'altitude et à 800 m/s le 10 août 1972 à 20h29 TU (en plein jour au-dessus de l'Utah aux Etats-Unis, 14h29 locale) en se dirigeant ensuite vers l'Alberta, au-dessus du Canada. On a estimé que lors du passage rasant de 1972, le bolide avait brûlé un tiers à la moitié de sa masse dans l'atmosphère avant de rebondir et de repartir dans l'espace, et son inclinaison orbitale a été notablement modifiée à cette occasion.

(cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_bolide_diurne_de_1972)

 

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Prochaines approches (toutes les distances sont en kilomètres) calculées par l'Observatoire astronomique de Sormano en Italie (Piero Sicoli) :

 

approches.jpg

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un beau bébé à nous avoir rendu visite cette nuit du 20 janvier : 2021 BO1, d'une taille estimée à 4 à 9 mètres, est passé à 0,65 fois la distance Terre-Lune (moins de 250 000 km) à la vitesse relative de 10,2 m/s.

 

2021BO1.JPG

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Début févier 2021, le nombre d'astéroïdes de toutes tailles repérés et orbitant au voisinage de la Terre ou croisant sa trajectoire a dépassé 25 000, dont 888 font plus de 1 km de diamètre. Parmi ceux-ci, les plus dangereux sont les PHAs (Potentially Hazardous Asteroids) dont la distance minimale d'intersection de l'orbite avec la Terre est de 0,05 UA ou moins et dont la magnitude absolue (H) est de 22 ou plus brillante. Les NECs sont des Near-Earth Comets, des comètes qui peuvent s'approcher très près de l'orbite terrestre.

 

https://cneos.jpl.nasa.gov/stats/totals.html

 

NEOs.jpg

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Découvert en juin 2004 (2004 MN4), (99942) Apophis est un corps céleste d'environ 340 mètres de diamètre qui est devenu rapidement célèbre (surtout chez les adeptes de fin du monde) compte-tenu de sa propension à croiser régulièrement l'orbite de la Terre et à nous frôler de très près (ce PHA a longtemps été classé de niveau 4 sur l'échelle de Turin des astéroïdes dangereux, c'est-à-dire objet méritant la plus grande attention de la part des astronomes). En moyenne, on estime qu'un astéroïde de la taille d'Apophis percute la Terre tous les 80 000 ans.

 

Apophis orbite.jpg

 

Apophis 2012.jpg

 

Ci-dessus : images radar d'Apophis obtenues lors de son apparition de 2012-2013 avec les radiotélescopes de Goldstone (8560 MHz, 3,5 cm) et Arecibo (2380 MHz, 12,3 cm) - Marina Brozović et al., Icarus Vol.300, 15 Jan. 2018.

 

 

Le 5 mars 2021, Apophis, qui effectue une révolution autour du Soleil en 323,6 jours, croisera une nouvelle fois la route de la Terre, mais à distance appréciable : 43,8 fois la distance Terre-Lune (plus de 16,8 millions de km). Il devrait atteindre brièvement la magnitude 16, à proximité de l'étoile Alpha de l'Hydre. Ce sera également l'occasion de l'imager en ondes radar depuis le radiotélescope de Goldstone (bande X) et peut-être aussi avec celui de l'Observatoire de Green Bank, Arecibo (bande S) n'étant plus disponible. 2021 sera la dernière plus proche rencontre avant celle de 2029.

 

Le satellite NEOWISE sera également mis à contribution pour tenter de préciser sa taille.

 

Apophis imagé à la magnitude 16,4 dans la constellation de la Coupe le 5 février 2021 par Adrian Șonka depuis l'Observatoire Berthelot en Roumanie (télescope RC 14.5" f/7 + CCD SBIG STL11000M) :

 

apophis-20210204.gif?w=1024

 

Apophis 2021.jpg

 

 

Car le 13 avril 2029 (un vendredi bien sûr), cet astéroïde déboulera à 31 860 km au-dessus de la Terre, pénétrant la zone des satellites géosynchrones (peu de chances qu'il heurte au passage un satellite) et sera même visible à l'oeil nu (au-dessus de l'hémisphère sud). Si le risque d'impact n'est cependant pas avéré, ce qui nous enlève une belle épine du pied, il n'est pas impossible que de lentes perturbations de sa trajectoire, notamment liées à l'effet Yarkovsky, ne nous en fasse une menace plus directe d'ici la fin du siècle. Le passage très proche de 2029 et l'interaction gravitationnelle avec la Terre devrait d'ailleurs modifier quelque peu le demi-grand axe de son orbite, le faisant basculer du groupe des Atens à celui des Apollons.

 

Il a été proposé qu'Apophis fasse l'objet d'une extension de mission pour Osiris-REX qui, si elle est budgétée, pourrait voir la sonde se mettre en orbite autour de l'astéroïde en 2029.

 

Edited by Bill46
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

1999 RM45 est un gros astéroïde de type Apollon découvert depuis le centre d'essais du Lincoln Laboratory (relevé LINEAR), au Nouveau-Mexique, en septembre 1999. Il s'approche du Soleil à 0,59 UA (dernier passage au périhélie le 14 février 2021) pour s'en éloigner à 2,76 UA, avec une période de 2,18 ans, en croisant l'orbite de la Terre. Ainsi, le 2 mars prochain, il passera à 7,6 fois la distance Terre-Lune (2,93 millions de km), ce qui reste une distance appréciable, à la vitesse relative de 20 km/s. Car cet objet, classé comme potentiellement dangereux, fait tout de même entre 330 et 750 mètres de diamètre. Mais pas d'inquiétude, pas de risque de collision envisagée dans un futur proche.

 

http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=1999 RM45

 

1999 RM45 imagé le 27 février à la magnitude 14 par Gideon van Buitenen (T200 f/5.4 + CCD) :

 

Positions orbitales relatives de la Terre et de l'astéroïde 1999 RM45 le 2 mars 2021 et visibilité dans le ciel :

 

1999RM45-02032021.jpg

 

1999RM45-02032021-2.jpg

 

1999RM45-02032021-3.jpg

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Le mois dernier, je vous avais proposé le compte-rendu d'une observation en mode rapide de M40, juste avant que le ciel ne se voile totalement, dans des conditions non optimales mais que je considérais alors comme suffisantes pour tirer le portrait d'un banal couple d'étoile, cette 40ème entreé du célèbre catalogue ne résumant en fait à 2 étoiles !
      Sauf qu'en traitant les images, j'ai trouvé dans le champ :
      de belles galaxies qui méritaient largement un peu plus de poses, et une étrange nébulosité rouge dans le coin supérieur gauche de l'image  
      Toute cette première partie est relatée dans ce post :
       
      Cela faisait donc de bonnes raisos pour y retourner, et j'ai craqué dès la première nuit de cette lunaison de février
       
      Le mystère de la nébulosité est levé, il s'agit juste de reflets :

      soit :
      liés à 70 Uma (V=5.5) présente dans le champ, soit, plus vraisemblablement, à Megrez alias Delta Uma de V=3.3 située à 01°06' de 70 Uma...  
      Avec l'ajout de poses supplémentaires, le gain sur les trois belles galaxies du champ est appréciable :
       
      * De gauche à droite : NGC 4284 et NGC 4290 et UGC 7534 dans le cadre de droite :

       
      je ne l'avais pas remarqué sur le compositage avec les seules images du mois de janvier, mais le champ contient aussi une grande concentration de petites galaxies faibles juste au-dessus de l'étoile HD 107949 :

      On les retrouve sur la carte Simbad :

       
      çà ressemble à un cluster de galaxies, mais je n'ai pas trouvé de nomenclature associée.
      ==> si quelqu'un a des infos, je suis donc preneur !
       
      Voici le résultat du compositage des deux sessions d'images, ramené à un échantillonnage de 2"/pixel plus en adéquation avec le FWHM de l'image, c'est du bio sans réduction d'étoiles ou réelle atténuation du bruit, j'ai juste adouci la transition pour les bouts inférieur et supérieurs de l'image finale qui comporte moins de poses que la zone de recouvrement centrale(*) :
      (*): à cause la possible nébulosité sur le haut de l'image, la cession de février a été cadrée plus vers le haut que celle de janvier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Sur deux nuits les 13/14 janvier puis 03/04 février 2024
      53 poses de 02 min à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 46 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Un visiteur est venu se balader en ce matin du 4 février au-dessus de 70 Uma :

      Il est connu, il s'agit de (36273) 2000 AM68, il était de V=17,4.
       
      Et voilà, au départ je n'aurais jamais pensé consacrer tant de temps à M40, mais j'ai finalement pris un grand plaisir à imager cet objet et espère vous l'avoir fait partager
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une petite conjonction assez photogénique entre la comète à sursauts, 29P/Schwassmann-Wachmann 1, et la galaxie spirale NGC 2595, plus quelques galaxies plus faibles :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 15 au 16 janvier 2024, de 00h15 à 03h00 utc
       
      71 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 02 h22 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      29P/SW1 présente une très large chevelure résultant des sursauts à répétition du mois de décembre où elle fut particulièrement active, et elle a d'ailleurs eu un nouveau sursaut de 2 magnitudes le soir mème (!) :

      © Richard MILES, BAA : https://britastro.org/section_information_/comet-section-overview/mission-29p-2/latest-lightcurve-plot-of-29p
       
      Elle s'étend sur 5.3' de diamètre avec une coma interne plus marquée de 1.3' de diamètre.
      On devine aussi une petite et faibe extension de 30" vers PA=43° :

       
      Voici le résultat des mesures photométriques :
      magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 5') magnitude nucléaire : m2 = 16.3 (rayon d'ouverture de 6")  
      La zone s'avère également riche en astéroîdes de passage, j'i annoté la trace laissée par quatre d'entre eux particulièrement bien visible
       
      Bonne soirée et très bon ciel à vous
       
    • By jfleouf
      Salut à tous,
       
      Depuis quelques temps je me suis remis à fond dans les observations d'occultation d'étoiles par des astéroïdes et je crois bien être tombé sur une chouette observation. Le 14 Janvier vers 6h UTC, l'astéroïde (10424) Gaillard (magnitude 18) occultait l’étoile UCAC4 558-046959 (magnitude 12.96)  et ma maison se situait dans la zone de 7km de large. Un événement à priori anodin, mais qui peut permettre d'affiner l'astrométrie de l'astéroïde ainsi que ses dimensions. OccultWatcher me donnait 76% de probabilité d'observer une occultation (les imprécisions dans l'astrométrie des astéroïdes fait qu'on a une marge d'imprécision plus ou moins grande dans la prédiction de leur position et ces occultations servent entre-autres à affiner ceci) avec une durée max de 0.7 secondes (le diamètre estimé de cet astéroïde est de 6.5 km et il se baladait à la vitesse de 0.64" par minute).
       
      Grosse surprise pendant l'enregistrement : je vois l'étoile disparaître deux fois, avec une réapparition d'une fraction de secondes entre les deux. Voici la courbe de lumière tirée de l'analyse du fichier .ser avec PyMovie. C'est fait avec une ASI533MM sur un C11 F/1.9 (échantillonnage = 1.44" par pixel). Shutter speed = 90ms et gain à 95% (oui, je sais, c'est bourrin)
       
      (Juste un petit bout de la courbe, centré sur la double occultation)

       
      Il y a deux explications possibles pour ce genre de courbe : (1) l'étoile cible est une binaire serrée ou (2) l'astéroïde est binaire. Je me suis fait une analyse assez détaillée pour conclure que ça ne peut pas être une étoile binarie. Le détail est ici (en anglais, sorry...): https://jfgout.github.io/occultations/gaillard-20240114.html
       
      En gros, si c'était une étoile binaire on devrait toujours voir le signal d'une des deux composantes. Et là, la chute de signal est bien plus importante que la division par deux attendue dans le pire des cas (= un système binaire avec 2 étoiles de même magnitude).
       
      Bref, je pense bien avoir observé une occultation par un astéroïde binaire  
       
      A noter que cet astéroïde est nommé pour Boris Gaillard, un astronome amateur qui avait bossé sur le programme informatique de détection d’astéroïdes utilisé par les découvreurs (http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=10424). Découvreurs qui ne sont autres que les membres du projet ODAS (OCA-DLR Asteroid Survey  https://fr.wikipedia.org/wiki/OCA-DLR_Asteroid_Survey). Une affaire bien française donc.
       
      Ça serait sympa de faire passer l'info à Boris Gaillard. Je ne le connais pas, mais une petite recherche sur google me fait penser que certains ici doivent le connaitre, notamment @Laurent51. Donc si vous connaissez Boris Gaillard, merci de lui faire suivre cette info  
       
      Je vais aussi envoyer un petit mail à Alain @maury pour lui signaler cette observation, vu qu'il me semble que c'est lui le découvreur/nomeur de cet astéroïde.
       
      Bonus: le GIF de la double occultation :
       

       
      Et l'image de repérage pour ceux qui ont du mal :
       

       
      JF
       
       
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Je vous propose aujourd'hui un long compositage sur ... l'amas DoDz 1 dans le Bélier et quelques tâchouilles de fond de ciel
       
      Au départ, j'avais espoir de capturer la comète périodique 39P/Oterma donnée à la mag 21.1 (le 05 janvier dernier), passée au périhélie le 10 juillet 2023 puis au périgée 5 mois plus tard.
       
      Pas facile à cette magnitude mais je pensais le challenge atteignable, pour paraphraser @exaxe17, moi aussi :
      "j'aime bien tenter des trucs! sur un malentendu cela pourrais passer un jour!"
       
      39P était alors observable pendant près de 5h et, en plus, elle se déplaçait très lentement (0.02"/min) ce qui facilitait grandement l'analyse de l'image compositée sur elle !
       
      Malheureusement, elle ne ressort pas malgré le long temps d'exposition, je suis donc déçu et, en même temps, content d'avoir tenté le coup quand même histoire de n'avoir aucun regret !
       
      A défaut de comète, le compositage montre les traînées de deux astéroïdes de mag 18 à 18.5, et donc en vedette l'amas DoDz 1 (groupe d'étoiles à gauche de l'astéroîde Seine)
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 11 au 12 janvier 2024, de 17h29 à 22h32 utc
       
      141 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 04 h42 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      39P/Oterma se trouve dans le cadre dessiné au milieu de l'image.
      La magnitude limite du compositage est vers V=20,6, çà s'est donc joué de peu, sans doute à cause de la forte humidité de la nuit
       
      Si on regarde de près, il y a un vague signal à la position attendue :

      mesuré à V=21,6 mais c'est tellement dans le bruit de fond qu'il est totalement impossible de valider une telle détection...
       
      A moins de 10° de là, brillait fièrement le coupable principal de cet échec : la planète Jupiter comme pour me narguer
       
      En effet, si elle est devenue aussi faible c'est parce que le 12 avril 1963, la comète est passée à 0.095 ua de Jupiter à peine, ce qui a eu pour conséquences :
      d'augmenter la distance périhélique de 3.39 à 5.47 ua, et la période orbitale de 7,9 à 19,4 ans  
      Avant cet évenement, c'était une comète nettement plus accessible !
      Quand elle fut découverte en 1943, elle était de magnitude 15,  sa période était alors  de 8 ans seulement. Elle fut d'ailleurs observée aux deux passages suivants, en 1950 puis 1958.  
      Mais la comète n'a pas été retrouvée lors de son passage suivant, en 1983, et finalement imagée lors de celui d'après, en 2002, mais à la magnitude 22 !
       
      Pour ce passage, elle a été observée dès la fin 2019, mais totalement hors de portée de nos instruments amateurs, à la magnitude 24
       
      Ce début d'année représentait vraiment la meilleure opportunité, pour ce passage, mais c'était un poisson trop gros un astre trop faible pour mon T20cm 
       

       
      Je l'avais déjà tentée en septembre 2021, sur 3 nuits consécutives, mais sans résultat probant...
       
      On ne gagne pas à tous les cas, il faut savoir l'accepter en attendant de gagner au loto pour monter en diamètre
       
      Très bon week-end à toutes et tous
    • By FranckiM06
      Bonjour à tous,
      Alors par chance hier j'ai eu le ciel découvert durant toute la nuit (chose qui n'était pas prévu du tout par météoblue) alors j'en ai profité pour continuer mon avancement de mon futur panorama . 
      Pour cette nébuleuse sombre IC 2087, j'ai pu faire 105 x 180s avec la petite FS60 et la 2600MC + le filtre UV/IR/L. Et ce matin en faisant le traitement, j'ai découvert (grace à Stéphane) COM423 que c'était en fait l'astéroide 389 industria qui passait par là . Il fût découvert en 1894 par Auguste Charlois. 
       

  • Upcoming Events