• 0
Charon Stone

accessoires pour un dobson

Question

Bonjour,

Je suis nouveau sur ce forum et remercie déjà tous les passionnés qui ont à coeur de partager et aider les nouveaux venus comme moi!

Je débute en astronomie, ma femme m'a récemment offert un dobson, le skywatcher 150/1200. Je me régale ! 

Je me pose la question maintenant de comment améliorer mon setup: c'est qu'il existe tant d'accessoires !

Je pense qu'il me faut un bon occulaire, j'aime avoir les planètes bien grossies. J'ai de base un 25mm et un 10mm. Prendre en plus un 5mm ou un 7mm, ou alors un bon 20mm, avec une barlow?

Il existe des filtres pour améliorer le contraste en planétaire, ça vaut le coup? Et pour la lune, elle renvoie tellement de lumière que ça fait mal aux yeux, filtre aussi?

Le laser de collimation, c'est du luxe pour du visuel avec mon matos, ou pas ? Je l'ai fait sans, c'est pas trop difficile, mais c'est sûrement pas précis.

J'aimerais beaucoup pouvoir observer du ciel profond, mais je ne sais pas si mon diamètre me l'autorise ( j'ai cru comprendre que c'était un peu limite). J'ai pour l'instant observé la nébuleuse d'Orion, et M31 (en planétaire, seul Mars est présent, sans détails, et Uranus, un p'tit point). Quels accessoires pour booster les observations du ciel profond?

 

Bref, je pense qu'il me faut en priorité un ou des bons occulaires, des conseils d'achats ?

Merci!

Share this post


Link to post
Share on other sites

19 answers to this question

Recommended Posts

  • 0

Vaste sujet

Déjà pour te rassurer tu verras beaucoup dans un 150 en ciel profond. 

Pour le planétaire ça va être bientôt la disette. Mars diminue fortement diamètre. Saturne et Jupiter  c'est fini et faudra attendre plusieurs mois. En attendant, tu peux te concentrer sur la lune. 

Dans un premier temps apprends à collimater ton Dob, perso un Cheshire et simple, intuitif et pas très cher. Dans tous les cas pour obtenir une collim parfaite c'est sur une étoile, la polaire pour un Dob. Un filtre polarisant pour la Lune (pas cher}. 

Pour les oculaires  c'est la que le porte monnaie peut vite s'enflammer. Sur un Dob il faut du champ d'autant plus que la focale est courte. Idéalement 82 degrés mais bien sur le prix est plus haut. Les explore Scientific sont réputés dans 150 euros voir PA ici. En occasion des hyperion 70 ou 80 euros. J'avais un 150 et je ne descendais pas en dessous de 5mm soit 150 fois. Les es en 68 degré par exemple pour une focale 13mm environ plus tard un 20 MM. Mais peut être investir dans un seul oculaire en focale moyenne vers 10 en 82 degrés pour goûter au bonheur 😊

Ensuite les filtres viendront compléter ton setup, un uhc plus polyvalent mais faudrait savoir si tu es en ville.. 

D'autres avis vont venir.. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

  • 0

Merci bien,

Ça répond déjà à pas mal !

 

Pour l'angle des occulaires, je me posais une question, est-ce qu'il n'y a pas un risque avec un occulaire cher, a angle large, d'être limité par le tube, et de voir le tube dans la périphérie du champ de vision? Dit simplement, avec mon 150/1200, est ce que je verrais plus avec un occulaire de 82 degrés qu'un de 68? Si c'est le cas, je pense faire comme tu dis a la fin, prendre un seul super occulaire, vers 10mm ce serait le mieux? Pas moins? Pour l'instant je n'ai rien vu qui ne méritait pas un grossissement d'au moins celui que j'ai avec l'objectif 10mm, le 25mm ne sert qu'à naviguer...

 

Je suis à 15-20 km Ouest de Lyon, l'est est clairement pollué, mais dans l'ensemble c'est correct. C'est sûr ce n'est pas le Larzac.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

A ce rapport F/D (8), tu peux collimater tout à fait correctement avec un simple oeilleton, c'est assez permissif ce 150/1200 et pas besoin de finir sur étoile. C'est pas qu'un Cheshire soit très cher, mais c'est sans doute inutile (bon ça peut toujours servir quand tu changeras de télescope pour un 300mm, certes…). 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

J'avais assez bien regardé un f/d 8 c'est beaucoup sensible à la collim. Un œilleton peut faire l'affaire, le Cheshire contrôle le positionnement du secondaire et la différence de prix n'est pas enorme avec un œilleton. 

J'ai oublié de préciser qu'un atlas est très utile pour trouver par alignement les objets du CP, un bien connu le psa :pocket sky atlas. 

Pour l'oculaire pas de soucis pour en voir plus avec un 82 degré. Tu peux déjà voir ce que ça donne ici http://astronomy.tools/calculators/field_of_view/

Tu choisis l'objet, le télescope et l'oculaire et donc le champ. 

J'ai indiqué un oculaire de 10 mais je croyais que tu avais une focale de 750.faudrait un grossissement de D/2 environ soit environ 16mm.fait quelques essais sur astrotools sur des objet Messier M27, M33, M13 etc ensuite cela depe. Dra de tes goûts. Amas, galaxies nébuleuses etc.. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 11 heures, Charon Stone a dit :

Je suis à 15-20 km Ouest de Lyon, l'est est clairement pollué, mais dans l'ensemble c'est correct. C'est sûr ce n'est pas le Larzac.

Des filtres d'apporteront du coup un gain sur les nébuleuses mais pour les galaxies peut être optolong lpro que j'aimerais testé car les galaxies rayonnent dans toutes les fréquences 

Pas urgent ...

Petites vidéos pas mal pour avoir une notion globale

 

Et pour les oculaires 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour et bienvenue. Pour le champ de tes oculaires, ton télescope est assez "fermé" tu as donc tout intérêt à prendre des oculaires à grand champ, ça t'évitera de recentrer trop rapidement ta cible.

Je dirais que les 25mm d'origine sans être des foudres font le job. Le tien devrait te permettre de te servir de "chercheur" et d'observer des objets assez vastes ou dans leur contexte.
Pour les petites NP brillantes qui peuvent s'apparenter à du planétaire, tu peux descendre à 8mm plutôt que ton 10 (vendu d'origine avec le télescope, c'est souvent un oculaire médiocre, avec peu de confort)
Concernant la collimation (et la mise au point, surtout en cas de turbulence), elle est bien plus facile et moins exigeante à F/D 8 que pour un télescope plus rapide. Les images seront plus agréables et il y aura moins de défauts optiques.  Et pour en profiter pleinement, n'hésite pas quand tu le peux à t'éloigner des lumières parasites.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour à tous,

Merci beaucoup pour votre aide et vos éclaircissements.

La video sur le choix des oculaires est quand même un peu hard, c'est intéressant mais faut-il vraiment rentrer dans les considérations de taille de pupille etc? ça me semble être une boite de pandore, pour ceux qui cherchent la perfection !

- En termes d’oculaires, je pense commencer par ça :

https://www.astroshop.de/fr/oculaires/explore-scientific-oculaire-82d-n2-6-7-mm-1-25-/p,52081#tab_bar_1_select

ça devrait convenir assez bien? c'est à peu près la limite en terme de grossissement autorisé il me semble. Pour observer la planètes, et des objets du CP pas trop gros. Je complèterais plus tard avec grossissement pus faible, peut-être.

- un filtre lunaire

- un filtre UHC, à "large bande"

J'ai vu qu'il y a des filtres au cerclage très fin, et d'autres plus épais, par ex : https://www.astroshop.de/fr/filtres-uhc/filtre-optolong-uhc-filter-1-25/p,67543

et https://www.astroshop.de/fr/filtres-uhc/explore-scientific-filtre-uhc-1-25-/p,54142

Lequel des deux me faut-il, le plus épais je suppose?

 

Enfin, pour la collimation, je verrais plus tard pour le Shechire,  ça a l'air d'être surtout du confort. J'ai appliqué la méthode de percer un fin trou au centre du capuchon de protection, ça fait le job, surement pas parfaitement d'après vos retours ma longue focale est permissive.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Oublie le filtre lunaire. C'est parfaitement inutile. La seule gêne serait si tu enchaines observation lunaire et ciel profond en quelques minutes.

Pour le filtre, attention à ne pas mettre les doigts sur la surface! Donc la bague large me paraît plus adaptée dans le noir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Ok merci pour le choix du filtre,

par contre pour le filtre lunaire je ne pense pas que ce soit inutile, les quelques observations que j'ai faites jusqu'à présent étaient très désagréables, l'intensité lumineuse de la lune étant telle que c'est comme fixer du regard une ampoule allumée : aveuglant., presque douloureux. Et après on ne vois plus rien autour de soi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Passé la vue à champ large sur la Lune, l'intérêt est de grossir pour voir plus de détails et accessoirement de diminuer l'impression d'aveuglement. J'irai jusqu'à 5mm dans l'étendue des possibilités de focales oculaires. Avec un vénérable 115/900, c'est souvent vers 4 ou 5mm de focale que je terminais l'analyse des images (avec bien souvent une figure de diffraction à la clef sur les étoiles), que ce soit sur les planètes ou les petites nébuleuses planétaires brillantes (et c'était avec des petits oculaires orthoscopiques bien moins confortables que certaines formules actuelles en 68° ou plus). Donc 8-9mm c'est bien dans un premier temps, mais si (quand?) tu te rends compte qu'il en reste sous le capot, tu pourras explorer de plus courtes focales.

 

PS: je ne me suis jamais servi du filtre lunaire livré avec... bon, je suis pas trop lune de toute façon.

Edited by yapo

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

OK merci, de toute façon je suis bien conscient qu'il me faudra plus d’oculaires. Mais comme je veux étaler mes achats dans le temps pour pouvoir prendre du bon matos, je veux commencer par ce qui me fera le plus prendre mon pied, mais j'ai peur que si je commence par un bon 4 ou 5mm, je serais frustré car je n'aurais souvent pas la possibilité de bien l'exploiter, me reste alors que mes oculaires basiques. Ca sera un deuxième, ou 3ème achat.

 

En visuel, avec un Dob de 150mm de diamètre, il y a des objets intéressants à observer avec un grossissement faible (env. 50x) ? A part la Lune... une chance de voire les grandes galaxies ou nébuleuses? Sinon je laisse tomber l'achat d'un 20-25mm et me contente de celui livré de base...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

En effet je prendrais un oculaire  d'environ 16 de focale pour le CP 

Regarde ce que ça donne sur astronomy tools avec un 16 et un 18 MM en 82 degré sur M81 m82 

Screenshot_20210113_190255_com.android.chrome.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Je n'observe pas souvent la Lune, mais je trouve que pour le confort, il est utile de filtrer un peu quand on la regarde en entier. J'utilise pour ça un double filtre polarisant. Depuis que je connais cet accessoire, je ne pourrai plus revenir au filtre lunaire classique. Le double filtre polarisant assombrit sans dénaturer les couleurs et, surtout, permet de régler l'assombrissement.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

L'achat d'un doublon de ta longue focale de meilleure qualité ne se verra pas. Par contre si le ciel profond t'intéresse, vraiment, c'est une focale entre 13 et 16 qui sera intéressante, c'est plus indiqué pour les galaxies brillantes (M51, M81, M82, M64)

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Arrrffff Bruno, j'n'aurions point cru !!!!

 

alors pour la Lune :

- on est ébloui parce qu'on respecte - à tort ici - les bonnes conditions d 'observation, qui elles s'appliquent pour le ciel profond.

- la Lune, les planètes, ça s'observe en mode DIURNE !!! ça veut dire dans un environnement lumineux avec un œil adapté dans des lumière fortes, ou crépusculaires, mais surtout pas nocturnes !

- donc faut observer la Lune, Vénus, Jupiter, dans un environnement laissé volontairement lumineux (un lampadaire, à proximité d'une fenêtre, d’avoir une lampe bien blanche (et pas rouge) pour les cartes, les dessins, etc.

- ainsi, je peux te garantir qu'il n'y a pas d'éblouissement, à fortiori avec 150mm d'ouverture.

- et si c’est encore le cas, ben c’est que tu es dans un environnement encore trop sombre. Rapproche toi d'un point de lumière, rentre à la maison et allume la lumière, utilise la lampe blanche pour éclairer alentour, etc.... bref, vas t'éblouir un peu plus !

- et pas de filtres, parce qu'un filtre, ben ça altère la qualité, surtout un double polarisant.

 

moralité, des économies, pas de filtre lunaire !!!! youpi :D

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

+ 1 avec Serge! :P

Avec mon T500, de la lumière, y en a! et pour la lune, point de filtre, jamais. Mais adaptation de la vue en mode diurne comme décrit ci dessus...

Pour rappel, la lune n'est pas plus lumineuse la nuit que le jour. C'est le contraste avec l'environnement nocturne qui la fait apparaitre comme plus lumineuse la nuit. D'ailleurs, en pleine ville bien éclairée, la pleine lune fait un peu palote...

 

J'ajouterai que la proximité d'une source de lumière permet à nos yeux de "conserver" ses propriétés diurnes, notamment la vision des couleurs; Très très utile pour les planètes. par ailleurs avec un plus gros diamètre et en CP, sur la nébuleuse d'Orion, la technique qui consiste à maintenir un environnement un peu éclairé (pas au phare de voiture hein :P) m'a permis enfin de voir les couleurs de la nébuleuse! L’expérience est assez impressionnante: rétine dilatée au max par nuit bien noire = pas ou très peu de couleurs; rétine un peu plus fermée avec petite source de lumière proche = les couleurs dans M42 apparaissent instantanément!

Edited by savoyard

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Le 17/01/2021 à 21:06, serge vieillard a dit :

Arrrffff Bruno, j'n'aurions point cru !!!!

 

Ne t'inquiète pas, c'est rare que je regarde la Lune en entier. De toute façon, quand je l'observe, c'est avec la tête binoculaire, et je n'ai pas deux filtres.


Mon message, c'était surtout pour dire que si on veut filtrer la Lune en entier (et ça peut se comprendre : c'est plus confortable si on est dans le noir (*)), je préfère le double filtre polarisant au filtre lunaire classique.

 

En pratique je ne l'utilise plus depuis que j'ai la tête binoculaire.

 

----

(*) Imaginez une soirée d'observation publique avec une Lune gibbeuse : on ne va pas tout allumer parce qu'un des télescopes pointe la Lune à faible grossissement, peut-être que d'autres essaient d'observer le Double Amas...

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Merci Bruno pour ta réponse circonstanciée

pour les soirées publiques,

 pour l’organisation, je pousse à choisir  la date en fonction du thème :

- soit c’est du planétaire, car généralement en ville, et dans ce cas c'est sympa d'avoir un premier quartier de Lune à présenter, en plus du reste - et pour les plus courageux et mordus, ben on propose de passer minuit pour attendre qu’elle se couche pour faire un peu autre chose, une fois la grosse foule partie. Dans un premier temps on peut donc être dans un environnement qui ne fait pas la chasse au smartphone et loupiote, on en allumera même à proximité des instruments à moins qu'on ai volontairement choisi de se mettre pas trop loin d'un éclairage publique - en tout cas on peut expliquer au pied de l’instrument et faire en sorte que ça se passe bien. 

- soit c’est axé ciel profond, généralement les dates des rassemblements astro, dans un site que le permet, et là si on veut faire un peu de spectacle, la date exclura une Lune trop présente. Et là, j'ai même envie de dire que c’est un peu couillon ne serait-ce que faire du Jupiter entre 2 galaxies si quelques mordus souhaitent monter la barre - ça arrive.

Mais bon, c’est vrai que les soirées publiques, c’est souvent bon enfant, un peu à la va que je te pousse et on aime à y mélanger les genres, c’est ce qui en fait le côté sympathique. Donc c’est pas psychorigide.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Whaaa, j'ai délaissé un peu ce post, pensent avoir les réponses nécessaires, et voilà que je découvre plein de conseils super intéressants! Ok pour la lune, c'est logique en fait.

Du coup je prendrais un occulaire grand angle de qualité, dans les 13 à 16mm, qui serait bien pour le CP et permet déjà d'observer les planètes, quoi qu'un peu petites. En attendant la barlow ou le deuxième occulaire 4 à 7mm...

 

Pour les filtres UHC, je pense que ça peut servir vu où je suis, un modèle à considérer ? Haut de gamme obligé, ou pas?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By olivufu
      Bonjour à tous,
      Je vous fais part d'un petit face à face SSW - XW  (fait avec mes modestes compétences) si cela peut, ou pas d'ailleurs, rendre service à certains(es) qui souhaiteraient un retour à leur sujet.
      Pour moi, aucun du 10mm SSW vs 10mm XW n’a pu être mis en défaut.
       
       
      5h sur ciel dégagé, bon seeing + 1h en diurne
      C6 et C9 à f10.
      Pupille de sortie : 1mm
      Cibles : lune, trapèze M42 + nébuleuse, NGC2362, M105, NGC3389, NGC 884, algieba, M40, mars, M35 + diurne : arbres
       
       
      En version courte : 83 degrés immersif avec un placement d’œil délicat VS 70 degrés plus resserré avec un placement d’œil plus facile. Le reste, c’est aussi bon dans les deux.
       
       
      En version plus détaillée :
       
       
      SSW : Le 10mm est très compact. Je ne détaille pas l’aspect esthétique, mais il est très plaisant, et tient bien en main malgré sa taille contenue. À côté du XW, il est tout petit (2/3 du XW en hauteur, et 3/4 en largeur). Sa bonnette est l’élément essentiel dans ce test puisque c’est à travers elle que tout peut se jouer (ou non) concernant le placement de l’œil et le plaisir de regarder à travers cet oculaire.
      Elle se déplie totalement via un mouvement de rotation sur un peu plus de 90 degrés. Mécaniquement, aucun jeu. C’est parfaitement fluide et lorsque l’œil s’appuie dessus, rien ne bouge.
       
       
      XW est beaucoup plus imposant et plus lourd. Il donne l’impression de sortir d’une autre époque face au SSW. Sa bonnette est démultipliée et il faut bon nombre de tour pour atteindre les 20mm de dégagement. Elle est très précise certes, mais c’est long, c’est long de la tourner;) Mécaniquement, c’est identique, parfaitement fluide et fiable (sur 6 heures d’essai seulement bien entendu).
       
       
      SSW : Le placement de l’œil est délicat. C’est là que tout peut, peut-être, se jouer sur le choix de l’un ou de l’autre.
      Bonnette rentrée à fond tout d’abord : c’est quasiment le seul moyen que j’ai trouvé pour avoir tout le champs avec un contour net. Mais on en profite pas forcément pleinement, car il faut promener l’œil pour regarder l’extrême périphérie. Si l’œil est bien placé, dans l’axe, aucun souci de haricot noir. En revanche, si on se désaxe un peu, il est possible de le voir. Idem en cherchant à se promener sur l’extrême périphérie. Ceci est probablement lié à la pupille de sortie de 1mm seulement sur mes instruments, car j’ai trouvé la ballade un peu plus facile (et le placement dans l’axe aussi) sur le 14mm, qui offre une pupille de 1,4mm.
      Toujours bonnette rentrée, on peut poser l’œil sur la bonnette. J’aime poser l’œil, c’est probablement très subjectif. On est ainsi en pleine immersion dans ce SSW 10. Mais attention encore une fois, l’œil doit être bien placé. On peut aussi décoller l’œil, on perd en champs, mais le centre est toujours très visible et propre. En éloignant l’œil, on récupère hélas notre environnement physique (si vous avez de la PL autour de vous, elle risque de se voir. Dans le noir complet, cela ne m’a pas du tout gêné). En diurne, en revanche, c’est plus notable puisque l’environnement nous saute à l’œil si on le recule trop (pareil si on ouvre le deuxième œil hein). Mais la bonnette se déplie, et se déplie vite et bien d’ailleurs, ne l’oubliez pas. Il m’a fallu environ 20-25 degrés de rotation de bonette pour faire disparaître le haricot sur un œil un peu désaxé.
      En résumé, soit on colle l’œil avec un plein champs très agréable et net (bien que la périphérie ne soit accessible qu’en vision périphérique seulement), mais attention alors au placement de l’œil, et à ne pas trop le ballader au risque de voir un haricot.
      Soit on éloigne l’œil (avec ou sans l’aide de la bonnette, selon votre préférence à aimer appuyer l’œil ou non, et selon votre environnement) mais au risque de réduire assez vite le champs, et le contour net. Je ne sais pas pourquoi, mais j’aime voir le cercle périphérique du champs bien net. C’est aussi et surement très subjectif.
       
       
      XW : Le placement de l’œil est au global plus facile.
      Bonnette rentrée à fond tout d’abord : à l’inverse du SSW, c’est impossible de voir le disque du plein champs avec un contour net si on colle l’œil au 10mm. Je n’ai vu qu’un tout petit disque de lumière de 25 ou 30 degrès maximum. Disque que l’on peut promener dans le champs de lumière si on le souhaite pour tout voir. Mais quel intérêt ? je n’en ai pas trouvé. Pour en profiter pleinement, bonnette toujours rentrée on est d’accord,  il m’a fallu éloigner mon œil d’environ 12-14mm (avec les inconvénients de l’environnement autour, surtout en diurne). L’œil en revanche se place un peu plus facilement dans l’axe. J’ai moins ressenti le souci du haricot noir. En revanche, si on se désaxe un peu, il est possible de le voir aussi. Encore une fois, 1mm seulement de pupille de sortie dans mes tests.
      En résumé, si on aime poser l’œil, c’est rapé avec la bonnette rentrée.
       
       
      Mais si on la sort, et qu’on dévisse longtemps, longtemps (mais une fois que c’est fait, à priori c’est fait) alors tout prend son sens, et on peut profiter du plein champs, avec contour net, et en posant l’œil sur l’oculaire. Donc plus de souci d’environnement. En revanche, l’aspect trou de serrure est alors plus marqué. On comprends bien qu’on a un œil dans un oculaire. C’est différent dans le SSW, mais plus pénible de bien garder l’œil au bon endroit, et dans l’axe.
       
       
      J’ai pris autant de plaisir à avoir l’œil (droit me concernant) dans l’un et dans l’autre. Placer correctement mon œil et profiter du large champs du SSW n’est pas un souci. Mais il s’agit d’un gros investissement, que je souhaite durable, et j’imagine que dans le cadre d’un rassemblement d’ami, ou familiale, il sera nettement plus facile de faire aimer regarder dans le pentax. Mais si c’est que pour moi (car à la maison, la petite est trop petite, et madame n’est pas trop astro (en hiver, c’est plus que compréhensible)…alors les deux me plaisent.
       
       
      Dès lors, j’hésite toujours : 83 degrés immersif avec un placement d’œil délicat VS 70 degrés plus resserré avec un placement d’œil facile.
       
       
      Le XW permet de rester concentré davantage (je trouve) car le champs est un peu plus réduit. On est peinard, l’œil posé sur la bonnette (bien sortie quand même). On voit bien tout le champs, et le cercle périphérique est net. C’est un gros pépère, et nous aussi quand on regarde dedans. Mais on a un effet plus resserré qui nous rappelle bien que c’est un oculaire. On sent l’image légèrement plus éloignée de nous. Il sera en revanche facilement prêtable à tout le monde (enfant, lunetteux), c’est certain.
       
       
      Le SSW est plus complexe, plus délicat. Mais offre plus de champs. Et reste facile pour qui aime regarder dans des oculaires….mais c’est moins évident pour tout le monde, sauf à sortir la bonnette, et alors là oui. Mais le champs se réduit.
       
       
      Je me dis alors que la qualité optique va faire la différence…..
       
       
      Et boom, rien, mais alors rien. Si je chipote un peu, avec mes maigres compétences et après 1 heure au moins passée uniquement sur la lune (autant se péter directement la pupille dès le début), je repère peut-être un contraste de 5% meilleur sur le pentax. Et encore…… Pour le reste, rien, j’ai pourtant cherché. Mon objectif n’était pas tant d’observer, mais de les différencier pour en choisir un. Rien. Les aberrations éventuellement repérables autours de la lune, identiques. La courbure ? quasi identique. Les étoiles défocalisées sont identiques à 65 degrès en périphérie sur les deux. Si on va au bout sur le 83 degrès du SSW, évidemment cela s’empire un peu, mais disons que ces 13 degrès de plus ne sont là que pour l’immersion globale. Il ne faut pas vraiment espérer les exploiter à 100% du potentiel qu’offrent les 50 degrés centraux. Avec le réducteur .63, aucune différence non plus. Alors j’ai peut-être tué ma meilleure nuit à tester, car c’était bien hier. Mais bon j’ai quand même fait 5 heures sur le ciel
       
       
      Les amas, ou autre discrètes galaxies ne m’ont pas non plus permis de trouver un delta notable entre les deux. Rien.
       
       
      Côté mécanique, rien, c’est super des deux côtés.
       
       
      Mon bilan global ?
       
       
      Comme c’est un 10mm sur un SCT, il me permettrait de faire du planétaire, des amas, des galaxies éventuellement (je connais encore peu), des splits de doubles, des nébuleuses planétaires ou autres nébuleuses pas trop grandes. M42 était superbe hier dans les deux !
      C’est le 1XD, donc optimum à priori, à la condition que je puisse le sortir régulièrement sur nos ciels.
      Donc est-ce que j’ai besoin de 83 degrés ? non clairement. Mais le SSW est plus petit, plus léger, assez fun, et surtout moins cher. Alors j’hésite encore…… et je n’ai pas trouvé la moindre réponse à mon hésitation.
       
       
      Planétaire : avantage de 1% au pentax car j’y resterais peut-être plus concentré dans ce pépère….et disons qu’il ait plus de contraste (vous vous souvenez ? les 5% hyper subjectifs de mon œil de débutant)
      Amas : avantage au SSW pour le champs
      Lune : Le SSW donne plus de champs, le XW donne plus de confort pour une longue session de cratères. Match nul
      Les doubles : match nul
      Le prix : le SSW
      La compaticité (ou à défaut un moindre déséquilibre sur un instrument équilibré) : le SSW
      Le relief d’œil et le placement : le XW est plus facile, mais quand on prends en main le SSW, c’est kifkif (mais pas pour toutes les personnes qui mettront leur œil dedans).
       
       
      Alors là je me suis dis : tiens j’ai le SSW 14, sont-ils parafocaux ? ben non loupé. J’ai du retoucher assez largement la MAP. Et merde…
       
       
      Seconde sortie :
      Un seul objectif : tester QUE le confort, et uniquement le confort. Point.
       
      Victoire de XW.
      J'ai tout tenté pour préférer SSW, moins cher et plus compact, mais XW est plus confort sur mon oeil.
       
      Je me suis même offert le luxe d'un dernier test : la barlow.
      Ils n'ont pas bronché la moindre seconde.
       
      J'ai halluciné sur la lune (sans ND). Par contre derrière, j'ai dansé la java avec ma pupille droite de 2mm, et ma pupille gauche de 6mm 😂
       
      Merci d’avoir lu
      olivier
    • By yapo
      Salut,
      je voulais comparer mes vieux filtres coulant 31.75 à des nouveaux en 50.8mm sur mon Dobson avec un porte-filtre interne. Le PO est en coulant 50.8 et les oculaires un peu des deux. A 83x (coulant 50), j’ai du vignettage avec un vieil OIII en 31.7 et à 271x (coulant 31.7), j’ai un affaiblissement général par rapport à un récent OIII.
       
      Est ce l’évolution optique normale ou alors il y a aussi un affaiblissement général de l’image à faible G que je n’ai pas remarqué ? Ou bien l’ancienneté du filtre est-elle à considérer ? 
      merci d’avance de vos lumières (mes notions d’optique sont limitées à des considérations pratiques...) !
    • By belier1762
      Bonjour,
      Je vais acheté un chercheur  droit genre  8 x 50 , sortie 1,25 et non redressé, mais ....
      Quelqu'un pourrait il me dire si l'emploi d'un renvoi coudé à 45° (prisme ou miroir je sais pas  ?) , es ce que  la vision dans l'oculaire est redressée sur les deux axes ..... merci
      Marc
    • By yann35
      Bonjour
      Je souhaiterai connaitre la formule optique des Taka LE,  sont ils considérés comme des eudiascopique (Type ERFLE) ?
      Merci
    • By yann35
      Je souhaite savoir si c'est jouable de mettre un oculaire Panoptique 35 mm 68° de champs derrière un RC Baader à prisme Zeiss T2 
      raccordement T2 coté télescope et 50,8 mm coté oculaire soit un cercle de pleine lumière de 34 mm.
      Optique 210 mm et 2415 mm de longueur focale.
       
      Quelle serait le pourcentage  d'assombrissement du champ ?
       
      Mes cours de math sont trop loin.... merci pour votre aide
  • Upcoming Events