Sign in to follow this  
PerrouriefhCedric

Docter 8x56 ED/OH

Recommended Posts

Telle est ma dernière acquisition en date, après des années d'atermoiements. Cette paire de jumelles est à des années-lumière de ce que j'ai longtemps envisagé, à savoir des jumelles moyens de gamme, polyvalentes astro/nature, légères... du genre de celles qu'on peut emporter dans son sac à dos en randonnée. Ben ce n'est pas du tout le cas de ces Docter 8x56 : elles pèsent 1,3 kg et mesurent 20 cm de long ! Il y a moins encombrant ;) Niveau qualité globale, elles se positionnent sur la tranche supérieure du moyen de gamme.

 

Je réfléchissais depuis longtemps à acheter de nouvelles jumelles, mais je me suis décidé de façon un peu précipitée et compulsive en voyant passer une annonce sur le site NaturaBuy. Pourquoi ? Pour un ensemble de acteurs, rationnels ou non... Tout d'abord, la bonne qualité que laissait espérer leur prix (700 € d'occase tout de même) et leur nom (Docter est historiquement lié à Zeiss) ; la possibilité de régler la douloureuse en 4 fois sans frais (très rare pour du matériel d'occasion) ; leur rareté aussi (Docter est depuis toujours une marque serpent de mer et n'est plus active actuellement, alors que ma paire n'a même pas deux ans !).

 

J'ai déjà pu faire quelques tests de jour. Il y a des éléments que j'ai lus à leur sujet et qui ne sont pas toujours aisés à appréhender par soi-même. Je sais ainsi qu'elles ont un niveau de transmission lumineuse et un rendu des couleurs parmi les meilleurs du marché. Pour le reste, dans une première approche, on peut résumer les choses ainsi : la qualité d'image est médiocre en bord de champ, mais heureusement époustouflante au milieu. Pour aller plus dans le détail : déjà, la distance minimale de mise au point est courte, du genre deux à trois mètres. Ca plaira aux observateurs d'insectes ou d'arachnides. Depuis mon canapé, j'ai pu avoir une image parfaitement nette et saisissante d'un faucheux logé à l'angle de deux murs et du plafond, à environ 3 mètres à peine. Ensuite, autre constat, l'infini est loin, très loin. Je dirais à 15 mètres facilement. Je suis obligé de changer la mise au point pour observer le faucheux à 3 mètres, le mur d'une vieille maison en pierres à 6 ou 7 mètres, et celui d'une autre maison à 10 ou 12 mètres.

 

Autrement, plusieurs éléments tant négatifs que positifs sautent rapidement aux yeux (c'est le cas de le dire ;)) . Déjà, pour commencer avec un point assez noir, disons que l'appellation "ED" est usurpée à mon goût. On n'a pas tous la même sensibilité au chromatisme, mais je trouve qu'il devient franchement insolent dès qu'on s'éloigne un peu du centre, et assez rapidement... A part ça, les distorsions en coussinet sont évidentes quand on fait la mise au point sur un objet proche, par exemple le montant d'une armoire à 2 mètres. Mais, bon point, elles semblent se dissiper avec la distance de l'objet visé. Gros point noir, la qualité de l'image en bord de champ qui est bof bof et cumulée à un fort chromatisme.

 

J'ai ainsi pu comparer avec mes Helios Quantum 10x60 et à ma grande surprise étant donné leur prix (~130 € neuves il y a 13 ou 14 ans), ces dernières battent à plate couture les Docter sur la correction du bord de champ, tant pour la netteté que pour le chromatisme (et pourtant, elles ne se prétendent pas "ED" ;)). Par contre, quand on se concentre sur le centre du champ, là les Docter feraient presque des miracles. Malgré leur grosse pupille de 7 mm, elles me donnent sans équivoque l'impression de corriger l'astigmatisme naturel de mon oeil. J'y vois d'un coup aussi net qu'au travers de mes verres correcteurs O.o Mais 8 fois plus gros ;) En comparaison, les vieilles Quantum fournissent quantitativement plus de micro-détails, car elles grossissent plus ("micro-détails" sur le crépis d'un mur, la surface d'olives tombées au sol à une dizaine de mètres, la pelouse ou la terre battue d'un chemin, etc.). Mais qualitativement, les Docter sont un niveau au-dessus, ça se sent avec une image bien ciselée.

 

A part ça, elles donnent un très bon rendu du relief, que je remarque beaucoup plus que dans les Quantum, sans vraiment savoir pourquoi (effet de mon esprit ou de la meilleure résolution des Docter ?). En parlant de relief, le "relief d'oeil" ou dégagement oculaire est absolument top pour les Docter, même en sortant entièrement la bonnette on profite de tout le champ sans difficulté. Elles sont sinon très sensibles à la basse luminosité, de notoriété publique (enfin, au moins sur Internet ;)) et j'ai pu le remarquer en observant dans ma cour au crépuscule. On a un peu l'impression qu'il fait "de nouveau jour" derrière leurs verres. Ceci grâce à la pupille de 7 mm et aussi, probablement, le fameux taux de transmission élevé (mais je ne connais pas le chiffre exact...).

 

Bref, de bonnes jumelles avec beaucoup de qualités, juste dommage pour le bord de champ qui n'est pas digne du reste. Elles sont d'ailleurs notées 14/20, soit la seconde meilleure note ex aequo sur cette page où les notes vont de 11 à 17,5 avec une moyenne de 14,33. Note uniquement plombée par ce problème de bord. (C'est réservé aux abonnés, j'ai d'ailleurs pris l'abonnement à cette occasion ;)) https://www.cieletespace.fr/actualites/banc-d-essai-neuf-jumelles-8x56-testees-pour-l-astronomie

 

Bon ben maintenant, y a plus qu'à... y a plus qu'à attendre qu'il fasse beau pour voir ce qu'elles donnent en astro ! xD

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Sign in to follow this