Olivier Meeckers

Tubes fermés : de la pertinence d'utiliser deux résistances chauffantes

Recommended Posts

Salut à tous,

 

En allant faire une petite inspection durant la journée dans l'abri de mon instrument, j'ai remarqué que le miroir primaire et la face intérieure du ménisque étaient recouverts partiellement de buée. Ce phénomène n'est pas nouveau, j'en ai déjà parlé mais je ne veux pas me résigner à accepter cette fatalité. Je trouve ce phénomène beaucoup trop récurrent et l'humidité n'est jamais une bonne chose pour nos instruments. Les conditions atmosphériques actuelles n'aident évidemment pas du tout : forte humidité, fluctuations importantes des températures, redoux,... Dans de telles conditions, même les optiques des tubes ouverts sous abri doivent subir le même phénomène. Les caractéristiques de mon instruments contribuent également à la formation de buée car le primaire et le ménisque sont très épais, donc très lourds et présentent dès lors une inertie thermique importante. 

 

Ma question est de savoir si il serait pertinent de mettre deux résistances chauffantes autour du tube optique : une autour du ménisque, l'autre dans le voisinage du miroir primaire, résistances que je pourrais laisser alimentées en permanence (jour et nuit) durant les périodes de forte humidité. Je précise que j'ai "emballé" mon tube d'un isolant pour réduire au maximum les échanges de chaleur entre l'intérieur et l'extérieur du tube (sujet dont on a longuement parlé l'an dernier). Cet isolant ralentit probablement le réchauffement de l'air inclus dans le tube optique mais visiblement pas assez pour empêcher la formation de cette buée.

 

J'ai également entendu que certains observateurs utiliseraient deux résistances durant leurs observations afin de maintenir la température interne du tube légèrement supérieure à celle de l'extérieur pour stabiliser les éventuels courants thermiques. Quelqu'un a-t-il des retours d'expériences dans ce domaine?

 

Merci pour votre aide et vos conseils!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Le plus pertinent est de protéger le scope et la monture avec des sacs contenant des feuilles de Sopalin chiffonnées ( surface de contact plus importante sur l'air ambiant ). J'applique ce protocole pour mon Cassegrain en poste fixe depuis...2008. 

- Ça permet aussi de conserver des miroirs super propres sur des années, la buée déposant une couche de gras + poussières qui finissent par adhérer avec l'accumulation.

- la mise en température pour la séance est ultra courte.

Pour que ça marche, ça nécessite évidemment de passer un petit quart d'heure pour un séchage optimal de l'ensemble après chaque séance. 

Le tube du cassegrain étant ouvert et placé à l'horizontale, je place en plus un petit bloc de carton alvéolé d'emballage juste sous le secondaire. Ce carton revient du radiateur où il a été placé durant la séance.

Pour un tube fermé, il n'est pas impossible d'introduire un manchon absorbant par l'orifice du PO, c'est ce que je ferais si mon C8 était en poste fixe ( son trépied et sa monture sont dans l'abri avec le même protocole de protection )

Edited by ValereL
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui au fait, je ne suis pas du tout envieux du Mewlon 300, m'enfin ça se saurait...:D:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour tes conseils @ValereL mais des feuilles de sopalin n’empêcheront jamais l’humidité de se former sur un miroir de 10kg après un redoux de 10 degrés en 48 heures. Je me trompe? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça va peut-être faire "usine à gaz", mais il ne serait pas possible d'étanchéifier le tube et de faire un vide léger ou mettre un gaz inerte sec?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 45 minutes, Olili a dit :

Merci pour votre aide et vos conseils!

 

Je crois qu'il existe des bouchons de PO avec réserve de dessicant, peut être une solution si tu peux le régénérer souvent ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Sébastien Lebouc a dit :

ça va peut-être faire "usine à gaz", mais il ne serait pas possible d'étanchéifier le tube et de faire un vide léger ou mettre un gaz inerte sec?

 


Ca serait au détriment de la mise à température à l’aide des ventilateurs. Et cette solution me paraît très complexe à mettre en œuvre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, danielo a dit :

Je crois qu'il existe des bouchons de PO avec réserve de dessicant, peut être une solution si tu peux le régénérer souvent ?


Peut-être une piste à creuser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A mon avis y'a pas de soucis, mais dans ton cas le temps de préparation pour le rangement sera beaucoup plus important que moi évidemment, avec un temps d'utilisation plus important du séchoir pour éviter la buée au moment du redoux... C'est une question de temps accordé au rangement, très important pour la durabilité du truc mine de rien. :)

Mais ça, chacun voit midi à sa porte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Sébastien Lebouc a dit :

Comme quoi, un dobson c'est moche, mais avec ses roulettes on peut le rentrer au secxD


Tututut... tu ne me feras pas changer d’avis par rapport aux Dobson ;). Faut aussi préciser qu’un Dobson à un miroir épais comme une crêpe, donc pas de problèmes d’inertie mais d’autres problèmes plus délicats à gérer.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Olili a dit :

j'ai remarqué que le miroir primaire et la face intérieure du ménisque étaient recouverts partiellement de buée.

 

Il y a 3 heures, Olili a dit :

forte humidité, fluctuations importantes des températures, redoux,..

 

J'ai exactement le même problème avec mon Newton sous abri mais sans aucune solution immédiate.

 

J'ai pensé à  une électronique qui détecte le point de rosée et qui met en marche un ventilateur (éventuellement d'air chaud). Mais sans conviction.

 

Avec les inversions thermiques actuelles,  la condensation se place partout.

Edited by Marc S
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si vos abris sont à peu près hermétiques, pourquoi pas tenter un déshumidificateur d'air?

Dans mon coin, nos maisons sont taillées directement dans la colline et certaines pièces sont carrément sous terre.

Un déshumidificateur à fond pendant une semaine, puis en piqure de rappel et c'est top. Et faut voir comment le bac se remplit...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Marc S, voir ce que j'ai indiqué plus haut.

Vos problèmes de condensation dévoilent un problème dans le confinement probablement trop léger de vos instruments.

Comment est rangé ton télescope dans l'abri ? et Olili ?

Inventaire pour le mien :

- 3 sacs pour le tube ( 2 côté porte oculaire et 1 côté ouverture, contenant tous du sopalin )

- 2 sacs pour la monture ( pareil pour le sopalin )

- 1 bloc en carton alvéolé inséré dans le tube placé à l'horizontale.

- 1 bâche couvrant le tout.

Toutes les feuilles et le bloc sont "régénérées" en séchant sur un radiateur en marche pendant la séance.

A la fin d'une séance, le branle bas de combat commence xD:

- Séchoir à main accroché sur la monture ouverture dirigée sur le tube ( vers le centre ), pour une durée approximative d'un quart d'heure, plus il fait glagla, plus c'est long.

- finition prudente ensuite avec le séchoir dirigé dans l'ouverture puis à l'arrière ( mon barillet est ajouré ), pas trop près des miroirs nom di diou xD. Je finis sur le chercheur.

- A la maison, réinsertion des feuilles chiffonnées dans chaque sac, rapatriement rapide dans l'abri.

La température du telescope est pour ainsi dire ambiante voire tiède selon le moment de la saison ( en été ) au moment où je lui mets ses capotes.

- Mise en place de la bâche.

Voilà, voilà.

 

Il m'arrive ( très rarement heureusement ) de déballer tout pour rien par l'arrivée des nuages, là je fulmine car faut faire tout le protocole de rangement même si le télescope a sorti son nez pendant quelques minutes...😬

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ValereL J'ai un peu de mal à me représenter ta solution mais ça m'a l'air très laborieux à mettre en oeuvre. Tu aurais peut-être quelques photos à nous montrer pour qu'on puisse se faire une idée plus précise? Merci.

 

@Sébastien Lebouc Mon dôme n'est pas hermétique du tout. Il est même bien ventilé et heureusement d'ailleurs. On m'avait déjà parlé de la solution du déshumidificateur mais je pense que cette solution est inadaptée. Je vais asséché tout mon jardin :) sans garantie que mes optiques restent sèches. Et je n'ose imaginer le montant de la facture d'électricité à la fin de l'année. Ca consomme ces trucs-là!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une autre solution, les plantes absorbeuses d'humidité :)

En l'occurrence cactées et orchidées en particulier ;)

Et puis ça fera joli dans ta coupole :)

Bonne journée,

AG

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pour la solution des deux résistantes chauffantes ? Pas d'idées ?

Moi cela me parait pas mal. Si la solution des résistantes chauffantes empêche la formation de la buée pendant la séance d'observation, il n'y a pas de raison, qu'une fois la séance terminée et en les gardant branchées, que la buée apparaisse !! Il faut tester cette solution :-)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème @jm-fluo est que la buée se forme principalement quand un coup de redoux survient. C'est assez rapide, on parle d'une augmentation de plusieurs degrés en quelques heures. Cependant, une séance d'observations dure moins longtemps malgré tout. La grosse inconnue est de savoir si une résistance chauffante autour du tube dans le voisinage du primaire suffira. Je ne suis pas sûr que ça suffise à diffuser assez de chaleur dans le tube pour empêcher la formation de buée sur le miroir au vu de la masse (que j'estime d'environ 10kg) du primaire. J'attends des informations de Yuri quant aux masses et épaisseurs du ménisque et du primaire. J'ai aussi l'impression que le primaire en quartz est très épais. Malheureusement, je ne peux pas le mesurer sans démonter le tube, ce que je préfère éviter.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vivant près de la côte Atlantique, je rencontre le même problème que Olili avec mon obs (bien ventilé) lors de l'arrivée d'un redoux après plus jours de "fraicheur"... optiques embuée, condensation sur la monture , le pire ce sont les contre-poids deviennent réellement trempés (mais bon ça reste de la ferraille...rien de vraiment fragile)

 

Le déshumidificateur d'air, j'ai essayé : plutôt efficace mais la note d'électricité monte vite.

De plus ce ne sont pas les déshumidificateurs classiques (compresseur) de chez castomerlin qui fonctionnent. Ces derniers sont donnés pour un rendement efficace avec des températures au dessus de 15/20° , en dessous le rendement s'écroule et au final ils n'absorbent pas grand chose.
Pour les basses températures, ceux à base de matériaux dessicant/élement chauffant sont efficaces,  perso j'ai un Trotec (TTR 56 E, mais il doit plus être commercialisé maintenant) qui est vraiment efficace, on entend l'eau couler dans le bac au bout de 5mn de fonctionnement, mais forcément ça consomme...

 

Je cherche une solution alternative, je vais suivre avec attention ce sujet :)

 

Edited by sebastien85
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous, bonjour Olivier,

Quelques difficultés personnelles m'éloignent un peu du Forum et de l'Astro ces temps-ci, la météo n'aide pas non plus... 

Néanmoins je confirme avoir rencontré les mêmes problèmes avec mon Tsc 225, tube Carbone + Protostar à l'intérieur...

Nuit d'imagerie, redoux, soleil et bim dès le bouchon avant enlevé, les optiques ce sont embuées irrémédiablement...

J'ai du démonter pour nettoyer, lame, secondaire et primaire car après une journée au sec la buée était toujours présente :(

Du coup, quand le tube reste dans l'abri après une nuit je laisse la résistance chauffante fonctionner, positionnée à mi-tube, et là plus de problème.

Pour le reste du temps et notamment en cette période pourrie et humide, je rentre le tube à l'abri dans un local sec mais non chauffé afin de le préserver.

Je comprends qu"avec un tube plus lourd à démonter et porter ce ne soit pas possible et pense que les résistances sont une bonne solution pour pallier à ce pb de oondensation.

Mon avis :|

Olivier 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, sebastien85 a dit :

Je cherche une solution alternative

 

On va trouver, ne te tracasse pas! ;) Je pense que la piste de la résistance chauffante allumée en permanence est la bonne mais suffira-t-elle à maintenir la température du miroir au-dessus du point de rosée? 

 

Quel instrument utilises-tu? Tube ouvert ou fermé? Je pense que ce genre de phénomène se produit sur tout type d'instruments : lunettes, tubes ouverts, tubes fermés,... Pour une fois, on mettra tout le monde d'accord! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Olili a dit :

Quel instrument utilises-tu? Tube ouvert ou fermé? Je pense que ce genre de phénomène se produit sur tout type d'instruments : lunettes, tubes ouverts, tubes fermés,... Pour une fois, on mettra tout le monde d'accord! :)

 

Deux newton (tubes carbone): un 300 et un 200. Celui qui prend le plus c'est le 300, du fait de la masse nettement plus importante il n'arrive pas à suivre aussi rapidement que le 200 la montée en température dans l'obs ^_^ .

 

Sur le 200 c'est plus rare mais ça arrive quand même...

Edited by sebastien85
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Olivier Grattepanche a dit :

quand le tube reste dans l'abri après une nuit je laisse la résistance chauffante fonctionner, positionnée à mi-tube, et là plus de problème.

 

Merci pour ton retour d'expérience Olivier. C'est une bonne nouvelle d'apprendre que l'utilisation d'une résistance chauffante pourrait palier au problème. A voir si ça fonctionnera aussi sur un tube plus volumineux et massif que celui du TSC-225. Mon tube fait 35kg contre 10kg pour le TSC-225 :S. Ca devrait aussi fonctionner avec les tubes ouverts qui devront obligatoirement être fermés par un bouchon pour garder dans le tube la chaleur diffusée par la résistance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now