RIGEL33

Pollution lumineuse, parlons-en à nos élus

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bravo Corine !

Il y a de plus en plus de petites communes rurales qui coupe l'éclairage la nuit. Chez-nous (petite commune de moins de 1000 habitants), cela s'est fait il y a 3 ou 4 ans. Un des arguments principaux a été l’économie de coûts. L'investissement (horloge astronomiques) a été amorti en 2 ans. L'impact sur le budget de la commune n'est pas négligeable.

Depuis, cela a fait tache d'huile, et beaucoup de petites communes environnantes y sont passées, le bouche à oreille fonctionnant très bien.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo Corine pour cette excellente initiative !

Je pense également à prendre un RVD avec le maire de ma commune ( 3000 habitants ), car il y a un projet d'enfouissement des lignes électriques et rénovation de la voirie et modification des éclairages,

donc si je peux en toucher quelques mots au maire , ça serait super !

Merci également pour le PDF. :)

Daniel

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, christian viladrich a dit :

Il y a de plus en plus de petites communes rurales qui coupe l'éclairage la nuit.

C'est mon cas :)

Et toutes les communes alentour font de même ;)

Certaines coupent même en totalité.

Et quelles belles nuits :) Enfin . . . quand le ciel est dégagé xD

Bonne soirée,

AG

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 Hélas ce sujet récurrent a sa raison d'être car les mentalités si elles évoluent, c'est à la vitesse d'un escagôt au galop.

Je ne rate pas une occasion pour ajouter une couche de ce sujet quand je dialogue avec l'élu à l'urbanisme de ma commune. SI l'éclairage nocturne a disparu, la raison est économique et porter le fer sur la qualité de notre ciel reste un combat de tous les jours. 

Je me permets de joindre cette lettre ouverte de Mr Luc Cathala à son élu Maire d'une petite commune, Mazan.

Cette lettre pleine de bon sens reprend tous les thèmes touchés par ce fléau et pourrait servir de trame dans  un réquisitoire public ou plus simplement à prévenir cette calamité.

Merci encore Mr Cathala.

 

Guy

PollutionLumineuse-LettreOuverte.pdf

  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

C'est un débat récurrent, cela fait des années que l'on en parle, sur les forums ou ailleurs, de souvenir ce problème était repris dans un "grenelle" il y a plusieurs années....Il faut bien avouer que la très grande majorité se fiche de la qualité du ciel. 

Mais bon, pourquoi pas relancer ce débat.

Dans ma commune de la Région Lilloise notre municipalité est sensible sur ce sujet, non pas pour la "noirceur" du ciel , mais pour les oiseaux et surtout pour la conso d'électricité. Donc l'éclairage a été coupé durant la nuit, sauf le week end.

Mais nous avons vécu des agressions et des cambriolages (de jour ...) et certains ont demandé le rétablissement de l'éclairage public la nuit. La peur du noir. Le Maire a "tenu bon" mais il finit par céder l'année dernière face à la grogne qui montait sur les réseaux sociaux et pétitions à répétitions pour le rétablissement de l'éclairage.

Le risque "insécurité" fait mouche. Un argument choc, difficile de lutter. Et vous avez beau expliquer que les cambriolages ont lieu surtout le jour, faire de la "pédagogie", les gens veulent quand même de l'éclairage.

 

Alors la Municipalité toujours soucieuse des économies d'énergie opte désormais pour une installation de Led, couteuse en terme d'invest mais amortie en 4 ans. Cette démarche est suivie par d'autres communes. Tant pis pour l'astro et le spectre pollueur des Led, tant pis pour les 'ti zoiseaux, mais ça coutera moins cher et ce sera meilleur pour la Planete (clin d'oeil).

 

 

Bien sur je supporte votre démarche mais j'y crois de moins en moins... mais c'est bon d'espérer.

 

 

Amicalement

 

 

Christian

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, RIGEL33 a dit :

l serait bien de ne pas monter au-dessus de 2700 K.

C'est en plus réglementé (température de couleur maxi de 2900 K je crois) et aussi pour la puissance lumineuse maxi, dans l'arrêté de décembre 2018. Il y a 2 mois j'avais envoyé un mail à la mairie de la ville d'à côté qui installait des LEDs bleues sur les passages pour piétons, appuyé par la copie de l'arrêté et la référence du rapport de l'ANSES sur la phototoxicité des éclairage bleus... Une élue m'a répondu qu'ils suspendaient ces installations suite à mon message le temps de voir les mesures à prendre (en fait ils installaient un couple LEDs blanches+ LEDs bleues sur chaque passage pour piéton - je ne leur ai pas reproché l'éclairage des passages pour piétons mais le risque d'éclairages inadéquats ou/et excessifs).

A Versailles j'ai quelques interlocuteurs actifs sur la traque des gaspillages d'éclairage (et le maire avait envoyé un courrier aux commerces rappelant leur devoirs d'exctinctions nocturnes) ... on est encore loin de revoir la voie lactée, mais les choses peuvent avancer.

Entre temps j'ai fait l'acquisition du photomètre Sekonic (suite aux conseil de JL Colas) qui permet de mesurer les températures de couleur et flux lumineux. Quand le couvre-feu sera levé, je pourrai aller donner un coup de main en mesurant les caractéristiques des éclairages excessifs pour les signaler, mesures à l'appui...

Ca c'est simplement pour déjà faire respecter les règles en vigueur (Ce ne sont pas les préfectures qui vont dédier des brigades pour vérifier/sanctionner l'application des lois sur la pollution lumineuse :()

C'est complémentaire aux actions de sensibilisation pour faire changer les mentalités et a priori...

Nicolas

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, biver a dit :

Entre temps j'ai fait l'acquisition du photomètre Sekonic

 

Quelle référence ? C-700R-U, ou C-800-U ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça fait bien luxmètre ?

Leur site n'est pas clair, et leur doc semble dire que ça dépend des pays (pour des raisons légales).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, RIGEL33 a dit :

L'élue a indiqué qu'elle avait eu connaissance d'un accident mortel de moto dans une des communes qui éteint. Je lui ai dit que le maire ne sera pas inquiété car cette commune indiquait aux conducteurs de véhicules, à chaque entrée, qu'elle coupaient l'éclairage public de 1h à 5h. Si le motard est mort, et c'est bien malheureux, c'est qu'il avait fait preuve d'imprudence (vitesse excessive, alcool, etc).

 

Pas exactement , Pour les moto  l'éclairage de la chaussée est vitale car leur phares hélas ne sert pas à beaucoup plus qu'être vu .  le faisceau est tres etroit et surtout on tourne légèrement le guidon ( donc l'eclairage du phare ) au coté opposé où l'on souhaite aller . Ils sont effectivement tres reticent à l'arret de l'eclairage public .  

 

Avis perso : 

Moi les motos je ne comprends pas : c'est techniquement un  non sens au niveau du cahier des charges sauf à resumer ce dernier à : 

aller le plus vite possible en plein jour en faisant plein de bruit sous une meteo clemente . Sorti de là c'est une catastrophe en termes de fonctionnalité .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, biver a dit :

C'est en plus réglementé (température de couleur maxi de 2900 K je crois) et aussi pour la puissance lumineuse maxi, dans l'arrêté de décembre 2018.

 

Je me permets de citer ce message j'ai trouve cet arrete, je ne sais pas si il a ete corrige/abroge par un autre texte ou reglement depuis: https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000037864346/

 

Pour rappel, dans un autre poste j'expliquais que j'avais a faire, en face de chez moi, a ce type d'eclairage: https://www.fonroche-eclairagesolaire.fr/p-smartlight-4-1-5-1-4.html (donnee pour 20-40w selon de le mode de fonctionnement, a 180lumen/W, soit pas loin de 7200 lumen a 4000K, un pur bonheur... (donc selon les standards de l'arretes, supposes dimensionnes pour eclairer 288m2 )

 

Il fait donc tout le temps jour dans ma rue.

 

De plus il s'agit d'une éclairage hors réseau, qui s'alimente via panneau solaire et est fabrique (plutôt conçu, a la rigueur en partie integre) par une entreprise fr, donc autant vous dire que c'est difficile de faire valoir des arguments financiers auprès de la mairie.

Edited by DOLGULDUR

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai toujours pas compris pourquoi le passage aux LEDs posaient autant de problème.

Pourquoi un truc qu'on installe pour consommer moins, beaucoup plus facile à moduler, plus directif, plus facile de maitriser la teinte, etc...

a provoqué une pareille course à l'armement avec des couleurs dégueulasses.

Un de mes voisins a carrément mis un carton de son côté sur un reverbère depuis qu'il est passé en LEDs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, donc les maxima c'est de 2400 à 3000 K suivant les cas pour les température de couleur, et 10 à 35 lux au sol...

Toute nouvelle installation depuis le 1/1/2020 doit respecter cette réglementation...

Sinon c'est la loi de la jungle et autant griller les feu rouges à 150 km/h en ville O.o...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Froggy, les LED rayonnent essentiellement dans le bleu qui diffuse beaucoup plus (halo encore plus important à puissance égale) et un spectre très large du coup impossible à filtrer comme une lampe sodium par exemple.

jérôme

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème avec ces mer... leds, c'est que pour certains, hélas, ça consomme beaucoup moins alors on va pouvoir éclairer plus :(

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, christian_d a dit :

Le risque "insécurité" fait mouche. Un argument choc, difficile de lutter. Et vous avez beau expliquer que les cambriolages ont lieu surtout le jour, faire de la "pédagogie", les gens veulent quand même de l'éclairage.

Dans ce cas, il faut faire des réunions de concertation avec les gendarmes... eux-mêmes pourront dire que la délinquance recule sur les communes qui éteint. 

J'ai assisté à une de ces réunion sur un petit village de Gironde qui voulait éteindre mais avec l'accord de sa population. J'étais présente en tant qu'astram mais aussi en tant qu'habitante d'une ville qui éteint... et malgré mon témoignage sur ma propre expérience, c'est bien quand les gendarmes ont pris la parole que j'ai vu les dernières défenses tombées ;) 

 

Il y a 9 heures, Mehdi a dit :

Pour les moto  l'éclairage de la chaussée est vitale car leur phares hélas ne sert pas à beaucoup plus qu'être vu .  le faisceau est tres etroit et surtout on tourne légèrement le guidon ( donc l'eclairage du phare ) au coté opposé où l'on souhaite aller . Ils sont effectivement tres reticent à l'arret de l'eclairage public .

Je dirais ce que le code de la route indique : il faut adapter sa vitesse à l'environnement. 

Les motos se passent bien de lumière extérieure quand ils roulent sur l'autoroute ou les routes nationales ou départementales. Et ce n'est pas parce qu'il y a des accidents mortels sur ces axes qu'on s'empresse de rajouter des lampadaires (heureusement)... De toutes façons, ces derniers seraient inutiles car les motos, confortés dans un environnement éclairée, augmenteraient leur vitesse et se tueraient tout autant.... il y a bien des accidents mortels en plein jour... malheureusement :(

 

 

En tout cas, merci de vos interventions car comme je le disais, j'ai demandé une audience à la CCM où réside mon association. J'attends toujours une réponse.

Je prends donc toutes les informations complémentaires qui me permettront de contrer les réticences ;) 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, ALAING a dit :

ça consomme beaucoup moins alors on va pouvoir éclairer plus

 

C'est exactement l'argument que m'a donné le maire de ma ville. Il profite de l'économie engendrée par les leds pour installer plus de lampadaires dans les rues qu'il trouve sous-équipées.

 

Le seul avantage des nouvelles crosses à leds, c'est qu'en général, elles sont mieux conçues et n'émettent plus directement au dessus d'elles. Enfin c'est seulement si les types qui les installent placent bien la crosse à l'angle prévu par le fournisseur, parce que souvent ils orientent la crosse comme l'ancienne. Si elle était inclinée à 30°, ils placent la nouvelle à 30°.

 

En ce qui concerne les voisins, j'en ai un qui trouve très bien le lampadaire (HPS) en face de chez lui car "il peut lire dans sa chambre et aller aux WC sans allumer la lumière" !!!

 

Pour la délinquance, j'habite au fond d'une impasse. Un lampadaire éclaire la zone. Il y a une 10aine d'années, un groupe de kékés des banlieues avait investi nos murets de clôtures pour picoler et fumer la nuit. On retrouvait les mégots, canettes et parfois même capotes le matin dans nos jardins. Alors j'ai fait déconnecter le lampadaire. Ils sont aussitôt allés ailleurs et ne sont jamais revenus, même après que la mairie ait remis le lampadaire en marche. On a appris qu'ils avaient ensuite investi la cours de récrée de la maternelle...

Edited by Fred_76
  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

On pourrait peut-être mettre en commun quelques euros pour qu'un avocat spécialisé en droit de l'environnement et droit administratif nous ponde un modus opérandi pour faire appliquer le droit ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Fred_76 a dit :

C'est exactement l'argument que m'a donné le maire de ma ville. Il profite de l'économie engendrée par les leds pour installer plus de lampadaires dans les rues qu'il trouve sous-équipées.

C'est là qu'il faut faire intervenir l'argument de la préservation de la faune et flore nocturne... et de la santé humaine. 

Ton voisin qui se satisfait du lampadaire de rue pour se lever la nuit sans allumer chez lui, n'a-t-il pas des problèmes de sommeil ? Il serait intéressant de lui poser la question.

 

Il y a 14 heures, Oodini a dit :

On pourrait peut-être mettre en commun quelques euros pour qu'un avocat spécialisé en droit de l'environnement et droit administratif nous ponde un modus opérandi pour faire appliquer le droit ?

Ce sera en dernier recours car pour l'instant, l'intérêt est d'informer les élus et de les confronter les plus réticents au respect de la loi. 

Si cela ne suffit pas et que les élus font de la résistance, il y a encore les préfets qui peuvent intervenir...

 

Ensuite, je pense que l'ANPCEN doit avoir déjà des avocats spécialisés dans ce domaine... n'hésitez pas à adhérer ;) 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis adhérent à l'ANPCEN, mais leur site ne propose aucune information quant aux démarches à accomplir.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Michel Deconinck

       
      Bonjour à tous
       
      Un nouveau transitoire est apparu hier, le 18 mars dans la constellation de Cassiopée.
      Découvert le 18 mars (18.4236 UT) au Japon par Yuji Nakamura, Kameyama, Mie, sur quatre images CCD prises à l'aide d'un objectif de 135 mm à f4.0.  La découverte a été confirmée à l’aide du 0.6m (SAI Moscow State University telescope) à Kislovodsk en Russie.  Le 14 mars (14.4253 UT) rien de plus brillant que la magnitude +13.0 n’était détecté à cet endroit.
      Son nom PNV J23244760+6111140
      Son nom contient sa position :
         Ascension droite 23h24m47,60sec
         Déclinaison : +61°11’14,0’’
         Magnitude visuelle +9.2 -> +8.0
      Les premiers résultats en spectroscopie montrent des séries de Balmer proéminentes et des raies d'émission He I avec des profils P-Cyg.
      https://y.nao.ac.jp/s/kFZaxMJDq5NyP4s/download
      Les raies He II 4686 et N III 4640 sont également vues en émission. Ces caractéristiques suggèrent que l'objet serait une nova classique.
      La nova se situe à 30’ dans le sud de M52. 

      L’étoile aurait déjà atteint la magnitude visuelle de +7.97 le 19 mars (19.4949UT).
      La proximité de l’amas ouvert M52 ainsi que de NGC 7635, la nébuleuse de la Bulle, nous fait espérer qu'entre le 14 et le 19 mars, certains astro-photographes aient photographié cette zone. Si c’était le cas ce serait génial, faites le moi savoir, je transmettrai.
       
      Comme repère, l’étoile en bas à gauche de notre carte est de magnitude visuelle +6.6, son appellation dans le catalogue UCAC-4 est 4UC756-078236.
       

       
      Les chiffres donnés sont les magnitudes x10 mais certaines de ces étoiles sont des étoiles variables, dès que j'aurai la bonne séquence je la posterai ici même.
      Je vous souhaite à tous un ciel sans nuage ni virus!
      Michel
       
    • By exaxe17
      Le bruit de lecture d'une camera CMOS est la première qualité qu'on étudie pour les poses courtes.
      Plus il est faible et plus le signal utile peut sortir du fond bruité.
      Ce qui veut dire que la cible peut être quasi invisible sur les brutes, mais qu'à l'empilement elle se détache.
      Exemple avec une capture de M1:

    • By LucCadam
      Bonjour !
      Je voulais partager mon expérience, si elle peut être utile à quelqu’un ! Et aussi participer comme tous ces Astrams qui partagent leurs projets, et bricolages sur des forums ou leur site d’astronomie, et qui m’ont beaucoup appris ou inspiré par leurs idées !
       
      Ce post est sans doute trop long, en plus c'est le premier que je fais, et il résume un projet de plus d'un an en quelques pages donc n'hésitez pas à me donner des pistes d'amélioration !
       
       
      INTRODUCTION
      J'utilise comme télescope principal pour l'imagerie planétaire un Mak 127 de chez Skywatcher, j'ai pendant un certain temps fait la mise au point grâce à la molette à l'arrière du fût, mais étant sur une monture peu robuste lorsque je me déplace léger (StarAdventurer) je me suis mis à essayer d'élaborer un système de mise au point électrique avec une raquette de commande pour supprimer toute vibration. Je voulais vous partager mon expérience et les recherches que j'ai faites si cela peut être utile à quelqu'un !
       

       
      VERSION 1 (Avril 2019)
      J'ai rapidement fait un cahier des charges des problèmes que le système devait résoudre, mais aussi des contraintes de réalisation, il devait :              
      - être suffisamment compacte pour rentrer dans la housse fournie avec le télescope
      - être actionnable facilement et avoir une vitesse modulable, par une raquette de commande
      - permettre la mise au point manuelle avec un système de débrayement
      - ne pas dépasser la longueur du PO d'origine (environ 40mm) pour pouvoir monter une roue à filtre
      - permettre un réglage de la tension de la courroie
      - laisser accès aux vis de réglage de la collimation
      - mon télescope ne dispose pas de vis à proximité de la molette de mise au point (comme les Schmidt par exemple) et le système de fixation du moteur ne devait laisser aucune trace sur le télescope (une névrose personnelle sans doute )
      - l'ensemble devait être esthétiquement propre (oui sans doute une névrose !)
       
       
      RECHERCHE
      J'ai commencé par chercher des exemples de mise au point fabriquée par des amateurs avec des matériaux simples, pour un Maksutov, et en détournant des moteurs de leur usage premier.
      Et il y avait la méthode du collier de serrage utilisé par certains astrams, avec un moteur d'imprimante 3D :
      http://astrolabo.com/2004/01/23/mise-au-point-lectrique-pour-maksutov/
      https://medium.com/swlh/diy-electric-focuser-for-celestron-127-slt-maksutov-cassegrain-db37ae826015
      https://www.youtube.com/watch?v=im7DV2O4Eh8
       
      Mais je n'étais pas fan, trop encombrant, difficilement démontable. Le moteur était bien trop puissant pour cet usage, puisque le maksutov à l'avantage de toujours déplacer le même poids, le miroir primaire étant le seul à se déplacer, et la démultiplication est très importante, je pensais qu'un plus petit moteur pourrait faire l'affaire, plusieurs autres semblaient suivre cette hypothèse en utilisant des servo moteur de planeur et en soudant un port jack femelle pour pouvoir les alimenter en direct :
      https://www.youtube.com/watch?v=KYCJv1YhAko
      https://www.youtube.com/watch?v=g8L4vl2tN1I
       
       
      MODIFICATION DU SERVO MOTEUR
      Après l’achat d’un fer à souder, d’un servo moteur, de quelques embouts jack 2,5mm femelle, un câble jack, une boite d’expérimentation, un peu de fil, un interrupteur 3 positions et un potard de vieux téléphone, …  Quelques bricolages et soudure… et la partie la plus critique fonctionne !!

       
      Le boitier de commande


       
      ENTRAÎNEMENT DE LA MOLETTE DE MISE AU POINT
      Pour l’entraînement de la courroie, j’ai trouvé tout un tas de roues en plastique blanc dentées et avec gorge, dans un coffret pour enfant je crois, type mécano et j’ai simplement percé, et collé celui qui allait le mieux sur la roue existante du moteur.

       
      Pour la molette, je me suis rendu compte que les goulottes électriques faisant quasiment le diamètre du tube métallique, une fois la protection en gomme retirée, moyennant l’ajout d’un peu de chatterton pour que la jonction se fasse bien.
      L'arrière du télescope (sans le bouchon en plastique sur la molette de mise au point)

       
      En découpant la partie plus large servant à emmancher les tubes les uns dans les autres, je me retrouve avec deux tubes concentriques parfaitement ajustés.
      Un perçage plus tard et le collage d’un écrou et d’une vis adaptée et j’obtiens un système de débrayage du moteur rustique mais efficace ! Avec deux roues en mousse de modélisme, percés au diamètre on obtient ça :

       

      Le tube extérieur sert à la mise au point électrique et est entraîné par la roue la plus proche du tube, et l’autre sert à la mise au point manuelle après avoir dévissé d’un quart de tour la vis de blocage !
       
       
       
      FIXATION ET TENSION DE COURROIE
      Vient maintenant la fabrication d’un moyen de fixation du moteur, je me suis tourné vers le plexiglas. (Après la seconde version que vous verrez plus bas, il s’est avéré que le plexiglas casse très TRÈS facilement quand on perce trop rapidement, et la styromousse est en fait bien plus simple à travailler !)
       
      J’avais quelques joints de robinetterie de côté, mais en utilisant ces derniers le moteur se retrouvait très en débord par rapport au télescope, j’ai donc décidé de séparer le support en deux plaques, l’une restant sur le télescope à demeure et dans laquelle sont fixés deux vis, permettant par le biais d’une gorge d’ajuster la tension de la courroie, lors de l’installation de la seconde plaque, qui supporte le moteur et est maintenu par des écrous.
      Sur la bague de vissage du porte oculaire, on trouve un petit décroché tout à droite :

       
      et après achat d’un roulement de grand diamètre, mais très plat, j’ai tracé et découpé cette plaque qui se retrouve coincée dans la gorge et autour de la molette de mise au point, mais sans la gêner grâce au roulement.

      Les roues dentées et vis sont de récup, et j'ai utilisé un bout de plastique de cartouche de stylo bic pour réduire le jeu des vis dans la gorge de la plaque moteur, le trou au milieu de la plaque laisse l'accès à une des vis de collimation.
       
      Et voici la seconde plaque avec des tiges filetée diamètre 3mm pour placer le moteur au bon alignement, le placement de ce dernier s’est fait de façon à ne pas dépasser la longueur du porte oculaire, et de même pour les deux roues sur les manchons électriques, rien ne dépasse !

       
      La fixation se faisant par ces écrous à main bricolés avec un bouton de couture, un bout de plastique et un écrou 3mm

       
       
      CONCLUSION
      Voilà le résultat final :


       
      Reprenons la liste de contraintes :
      - être suffisamment compacte pour rentrer dans la housse fournie avec le télescope
      La plaque moteur se démontant facilement, tout se range impeccablement
       
      - être actionnable facilement et avoir une vitesse modulable, par une raquette de commande
      Le potard permet un réglage de vitesse d’un tour toutes les 2-3 secondes au plus rapide à un tour en une bonne trentaine de seconde, le froid ralentissant encore le moteur, la démultiplication est efficace.
       
      - permettre la mise au point manuelle avec un système de débrayement
      Les manchons électriques fonctionnent à merveille !
       
      - ne pas dépasser la longueur du PO d'origine (environ 40mm) pour pouvoir monter une RAF
      Check !
       
      - permettre un réglage de la tension de la courroie
      Par le biais de la gorge et des deux vis.
       
      - laisser accès aux vis de réglage de la collimation
      Check !
       
      - mon télescope ne dispose pas de vis à proximité de la molette de mise au point (comme les Schmidt par exemple) et le système de fixation du moteur ne devait laisser aucune trace sur le télescope (une névrose personnelle sans doute )
      La plaque s’enlève assez vite et ne laisse aucune trace
       
      - l'ensemble devait être esthétiquement propre (oui sans doute une névrose !)
      Je trouve que ça a plutôt bonne gueule non ?
       
      J'ai fait une petite vidéo de la mise au point version 1 en fonctionnement :
       
       
       
      VERSION 2 (Décembre 2020)
      Pour tout un tas de raison (stabilité des oculaires, avoir un seul renvoi coudé 2 pouces pour tous les instruments, …) et ayant découvert qu’il était possible de monter un porte oculaire 2 pouces sur un Maksutov 127, je voulais essayer de modifier le télescope. Seulement le PO est bien plus large, et entraine tout un tas de problèmes, les contraintes de dimensions déjà contenues dans la V1 sont encore plus importante, faisons un nouveau cahier des charges :
       
      Points précédents et toujours valables :
      - être suffisamment compacte pour rentrer dans la housse fournie avec le télescope
      - être actionnable facilement et avoir une vitesse modulable, par une raquette de commande
      - permettre la mise au point manuelle avec un système de débrayement
      Qui sera probablement à revoir puisqu’avec de plus petites roues et le peu d’espace, il sera difficile d’accéder à une éventuelle vis de serrage sur le côté...
       
      - ne pas dépasser la longueur du nouveau PO (environ 55mm, cette fois on a plus de marge)
      - permettre un réglage de la tension de la courroie
      - laisser accès aux vis de réglage de la collimation
      - mon télescope ne dispose pas de vis à proximité de la molette de mise au point (comme les Schmidt par exemple) et le système de fixation du moteur ne devait laisser aucune trace sur le télescope (une névrose personnelle sans doute )
      Sauf que cette fois je n’ai plus de gorge bien pratique pour caler la plaque, de plus je prévois une configuration avec une bague vissante M48 en directe pour la photo de planétaire !
       
      - l'ensemble devait être esthétiquement propre (oui sans doute une névrose !)
      Je dirais même que ça doit être esthétiquement dingue cette fois (NB : aller consulter …)
       
       
      FIXATION ET TENSION DE COURROIE
      Cette fois je fonce, j'ai un week end entre Noël et Nouvel an et je veux qu'elle soit fonctionnelle à la fin ! Je décide de reprendre le moteur et la raquette, mais de ne pas retailler les plaques existantes qui ont fait leurs preuves pour éviter de me retrouver sans rien si jamais le nouveau système ne fonctionne pas.
      Je commence par la plaque de fixation et celle du moteur, tout en continuant de réfléchir à la manière de débrayer le moteur. La fixation des différents adaptateurs 2" se faisant par le biais d'une bague en laiton, je la prends comme diamètre pour le trou permettant la fixation de la plaque, je replace les différents perçages à faire, et je diminue l'écart entre les vis qui tiennent la plaque moteur, la plage précédente s'était révélée trop importante.
       



      Le choix de la styromousse est très appréciable, plus d'éclatement du matériau comme précédemment !
       
       
      ENTRAÎNEMENT DE LA MOLETTE DE MISE AU POINT
      Et c'est le lendemain matin que j'ai l'illumination, dans un demi sommeil, je trouve la façon de faire, je me précipite sur une feuille et un crayon et je dessine le détail suivant, qui a fonctionné ... incroyable !

      Ce n'est pas vraiment lisible j'en conviens ! mais en gros on garde l'idée des deux tubes l'un dans l'autre, sauf qu'au lieu de se verrouiller ensemble par une vis faisant friction, les deux tubes se finissent par une rondelle en plastique (qu'on verra juste après) et lorsqu'on pousse le deux tubes vers le télescope ces deux rondelles prennent en sandwich la roue en mousse et crée la friction nécessaire à son maintien ! (j'avais pensé ajouter un ressort et un écrou ajustable pour régler cette tension, mais je n'en ai pas eu besoin finalement)
       
      Je détaille les différentes pièces à "usiner" (c'est un bien grand mot, j'utilise une scie à chantourné et une ponceuse à bande fait pour faire des meubles, on n’est pas vraiment dans le matos de précision :P)
      Réalisation de deux rondelles , découpe à la bonne longueur des tubes électrique, et perçage pour l'emplacement du "doigt" qui est une vis permettant le déplacement des tubes longitudinalement mais pas en rotation
      Aussitôt crayonné, aussitôt fait, et après un collage au cyanoacrylate, ... TADAAA !

       
      Avec un peu de gaine thermo pour le grip et fignoler,


      La goulotte électrique s'est révélé suffisamment ajustée et offrait assez de friction pour tenir les deux tubes en position embrayée ou débrayée sans avoir besoin d'un ressort supplémentaire.
       
      CONCLUSION
      Voilà la bête totalement montée !
       



       
      Avec une vidéo de la V2 en fonctionnement :
       
      Merci d’avoir lu jusque-là ! J'espère ne pas vous avoir perdu, et surtout que ce projet a pu, peut-être, vous être utile. C'était un peu long, mais je n'ai pas réussi à abréger !
      N’hésitez pas si je n’ai pas été suffisamment clair ou que j’ai survolé certains détails !
      Lucas M.
       
       
       
    • By Goofy2
      Bonjour    

      Avec des jumelles et des oculaires interchangeables, nous sommes confrontés à un soucis d'équilibrage sur l'axe de hauteur.
      Mes jumelles APM 100 SD 90°, je les ai équilibrées en position à 45° environ avec une paire d'oculaires APM UFF 24 mm. Si je vise plus près de l'horizon, les jumelles vont basculer vers le bas et si je pointe plus haut que 45°, elles vont basculer vers le haut. Cela oblige à serrer davantage les freins sur l'axe de hauteur de ma monture à fourche et je n'aime pas cela.
      Si je change d'oculaires et par conséquent avec des poids différents, l'équilibrage n'est plus bon. J'utilises des oculaire APM UFF 24 mm, des APM UFF 10 mm, des Nagler 5 mm et des Nagler 3.5 mm. Entre la paire de 24 mm (les plus lourds) et la paire de 10 mm (les plus légers), il y a une différence de poids de 580g.
       
      J'ai trouvé une solution toute simple et rapide pour obtenir un équilibrage des jumelles, freins desserrés, quelques soient les oculaires utilisés et quelque soit l'inclinaison des jumelles. Cette solution permet de conserver des mouvements très fluides sur l'axe de hauteur puisque les freins restent desserrés et mécaniquement c'est mieux.
      Une cordelette amovible est maintenue sur la poignée des jumelles via une goupille amovible elle aussi. L'autre extrémité passe entre les oculaires et pend sous ceux-ci. Un anneau permet de suspendre divers poids. C'est très pratique à l'usage et cela ne gêne absolument pas l'utilisation des jumelles.
      Pour les poids utilisés, ce sont des plombs de pêche en mer en forme de poire. Ils offrent du poids sous un faible volume. Je les ai équipés d'un crochet pour pouvoir les suspendre et je les ai emballés également dans du film alimentaire pour ne pas avoir à manipuler du plomb (toxique). La gamme de poids utilisés: 1 x 500g, 2x 200g et 2 x 100g. Ils peuvent être utilisés seuls ou combinés en fonction du besoin d'équilibrage.
       
      En image c'est plus parlant, cela donne ceci:
       
       




  • Upcoming Events