starjack

Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

Recommended Posts

Il y a 1 heure, Superfulgur a dit :

C'est bon, ayai. 

On passe à autre chose ?

 

Tout à fait d'accord.

Brizhelle à posté plus haut le même débat d'il y a quelques années et que j'ai lu avec intérêt (à l'époque je n'existais pas ici). Depuis que je suis ce topic y'en a toujours un pour relancer le débat sur l' utilité de l'ISS. On voit bien que les avis sont divergeant et on tourne en rond...

 

Comme T Pesquet est là haut et que les politiques s'en cogne des avis des Astrams, intéressons nous aux expériences, maintenances et caractéristiques techniques...non ?

 

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Question idiote !!!  Je vois Thomas avec une montre au poignet, mais quelle heure affiche-t'elle ??? :(

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, rené astro a dit :

quelle heure affiche-t'elle ???

L'heure de Greenwich.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

enfin, plutôt le temps universel (UTC), parce que Greenwich est à l'heure du Royaume-Uni...qui est à UTC+1 en ce moment ;)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Thierry Legault a dit :

le temps universel (UTC)

Oui j'aurais du  dire GMT (Greenwich mean Time) qui est égal à UTC.

Mais qui n'est pas l'heure à Greenwich ! A Greenwich il est GMT+1 (UTC+1) c'est fou ça 🤔.

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Superfulgur a dit :

T.Pesquet utilise plutôt twitter, Facebook, Instagram, Tiktok ou Whatsapp ? Pour les photos, je sais, il utilise des Nikon, d'ailleurs plutôt bien : du 400 2.8 pour les paysages, du 600 à 4 pour les stades, les autoroutes, les Leclerc, les Carrouf et les Liddl. 

 

Y aurait pas une pointe d'ironie mal placée dans cette diatribe  ?

Thomas Pesquet ne passe pas son temps à jouer du saxo ou à faire des photos. 

Il a du boulot  :   https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/que-se-prepare-t-il-entre-l-astronaute-thomas-pesquet-et-le-groupe-coldplay-un-mystere-bien-garde-qui-precede-la-sortie-du-single-higher-power_4613611.html

 

:) 

  • Like 1
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans cette vidéo, qui traite de la communication des sciences, le vidéaste a la chance de s'entretenir avec Neil DeGrasse Tyson.

 

Le passage en lien (qui débute à 19:50) résume bien un des arguments en faveur de l'Homme dans l'Espace.

Je transcris :

Citation

 

"Il y a un manque de vision de la part de certains de mes collègues, qui pensent que l'exploration spatiale, dans le sens de l'exploration par des humains, comme un gâchis de temps, d'énergie, d'efforts, et d'agent, parce qu'on pourrait envoyer des robots faire la même chose.

 

C'est pas sensé.

Et voilà pourquoi : ils pensent que la seule raison pour laquelle la NASA existe, c'est pour servir la science.

 

Ça n'a jamais été le cas. Si on regarde le budget de la NASA, il a fluctué mais on voit que les 2/3 voir les 3/4 du budget vont dans des programmes qui ne sont pas scientifiques...

La science est donc la queue d'un chien, un gros chien, et ce chien est mené par la géopolitique. Donc la station spatiale internationale, une des plus grandes collaborations internationales non militaires, a une valeur géopolitique qu'un scientifique n'a pas les moyens de s'offrir. Donc vous pouvez dire que c'est inutile, pour vous oui, mais pas pour la stratégie géopolitique

 

Je pense que mes collègues devraient faire face à cette réalité. Si on allait au-delà de la Lune ça n'aurait pas d'importance géopolitique. Contrairement à l'ISS.

Donc vous pouvez critiquer le programme spatial autant que vous voulez. Allez-y.


Mais vous supposez alors que tout l'argent va à la science et l'exploration. Alors que ça n'a jamais été le cas. La NASA a été créée pour répondre à l'envoi de Spoutnik par les Soviétiques. C'était pas genre : "inventons la NASA pour explorer..." Non, c'était parce qu'on avait peur. Du communisme.

Dans tous les cas quand le budget de la NASA augmente, la partie dédiée à la science augmente également. Donc on surfe sur les vagues de l'économie géopolitique... Ca fluctue.

 

Pour conclure je pense que c'est de la naïveté de penser que la NASA est une agence de financement de la science."

 

 

Ca fait beaucoup de mots pour une idée très simple mais c'est bien dit.

Edited by Theta Coxa
  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Theta Coxa a dit :

Pour conclure je pense que c'est de la naïveté de penser que la NASA est une agence de financement de la science

 

Je pense qu'aucun scientifique (enfin j'espère) n'a la naïveté de penser cela. Il y a une différence entre réaliser un état de fait et être cependant critique sur cet état

 

Il a l'air de penser que grâce à son aspect international, l'ISS a une vertu géopolitique fédératrice, en même temps, il le dit plus loin, la NASA est un organe de militantisme politique (je l'ai déjà évoqué plus haut) tout comme la vitrine de l'Homme dans l'Espace, d'une manière générale.

 

L'ISS n'a pas du tout arrangé la situation politique internationale, elle n'a rien apporté de positif d'un point de vue géopolitique : la situation n'a jamais été aussi tendue entre les USA, la Chine et la Russie. La Chine développe sa propre station spatiale, et les USA se sont débrouillés pour ne plus dépendre des russes.

En revanche, on voit bien qu'effectivement, l'Homme dans l'Espace est de retour comme outil de propagande des idéologies.

 

C'est un fait, c'est une réalité, mais cela ne signifie pas pour autant que c'est rationnel et non critiquable, sauf si Neil DeGrasse Tyson voit en l'ISS une nécessité pour porter haut et fort les couleurs des USA sur le monde. 

Alors oui, dans ce cas, si on est politicien et que l'on pense que les valeurs et idéologies de son pays doivent être le phare du monde, alors on peut, peut-être, estimer que 100 milliards de dollars en valent la dépense.

 

On notera que la communauté scientifique mondiale aussi est une œuvre internationale à portée géopolitique, et probablement plus manifeste que la seule et coûteuse ISS.

Dans ma carrière, dans les labos, j'ai côtoyé : des indiens, des chinois, des vietnamiens, des congolais, des marocains, des libanais, des israéliens, des syriens, des iraniens, des russes, des ukrainiens, des hongrois, des allemands, des espagnols, des italiens, des suisses, des autrichiens, des brésiliens, des canadiens, des anglais, des suédois, des belges, des hollandais, ...

J'ai de magnifiques souvenirs de collaborations ou d'échanges, y compris au moment des repas de labo, sans a priori d'origines ou de cultures, toujours dans l'échange, une vraie auberge espagnole.

 

Je ne vais pas mentir, moi aussi l'Homme dans l'Espace me fait rêver. Cela ne m'empêche pas d'être objectif et critique. 

 

Neil DeGrasse Tyson devrait aussi s'interroger sur notre responsabilité en tant que scientifiques dans un éventuel rôle de promoteurs des idéologies de nos pays d'origine respective. Plus que jamais, dans la communauté scientifique (cela fait l'objet d'enquêtes d'opinion, de conférences, de débats,... ) il y a une volonté de transcender les différences, et au risque de faire lever des yeux au ciel, d'être inclusif. 

La communauté scientifique se construit comme une diaspora, et il est de plus en plus mal vu de faire de la récupération de ce qui est une œuvre collective pour faire l'apologie d'une idéologie politique d'un pays spécifique.

  • Like 8

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qu'il faut arriver à considérer c'est que l'homme dans l'espace, quel que soit son coût, permet de faire grossir les budgets des autres branches de la recherche spatiale. Cela alimente la motivation et donc le porte-feuille pour toutes les missions.

Le budget du spatial n'est pas un gateau cuit, figé, dont une partie serait 'inutilement' consommée pour l'homme dans l'espace. Sans homme dans l'espace le budget serait une madeleine. Petite.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les Astrams qui suivent le topic c'est pas une exclusivité.

Mais pour les autres dans l'ombre une petite information SAF; Ceux qui se demandent comment  va se passer en impesanteur  la '' micro-vie'' et qui aiment la microbiologie comme moi 🙂.

 

https://saf-astronomie.fr/elevetonblob-une-experience-pour-2-000-classes/

 

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

Edited by lolodobs

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que le fil est bien choisi.
Sur Facebook, T. Pesquet a partagé une photo du Dragon amarré à l'ISS.


On peut remarquer que l'ISS semble très orange. J'ai d'abord pensé que ça pouvait être du à la couleur des Terres survolées (qui renverraient une lumière orangée) mais le Dragon, lui, est bien blanc.

Ma question : Qu'est-ce qui justifie cette couleur ?

 

C'est peut-être un peu trivial comme question, mais ça me semble étrange que de la rouille puisse s'installer dans un endroit où l'oxygène se fait rare. Ma seule hypothèse actuelle est le résultat d'échauffements contre l'air lors du lancement des modules ?

 

Merci de vos lumières..

183881775_325785598919412_6107941495867587201_n.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

le rayonnement solaire sur les revêtements et peintures ? (les UV ça doit taper là-haut, faut apporter son écran total ! xD)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pareil j'ai pensé aux rayonnements qui cuisent les revêtements...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'ISS, ça peut aussi servir de cave à vin !! si !!

 

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/une-bouteille-de-petrus-revenue-de-l-espace-en-vente-estimee-un-million-de-dollars-20210507

 

Une bouteille de Petrus revenue de l'espace en vente, estimée un million de dollars


Le flacon fait partie d'un lot de douze bouteilles envoyées vers la Station spatiale internationale (ISS) en novembre 2019.
Une bouteille de Petrus millésime 2000 qui a voyagé dans l'espace est en vente chez Christie's, qui estime son prix aux environs d'un million de dollars (830.000 euros), ce qui en ferait, s'il atteignait ce montant, le spécimen le plus cher au monde. Le flacon fait partie d'un lot de douze bouteilles envoyées vers la Station spatiale internationale (ISS) en novembre 2019, à l'initiative de la start-up européenne Space Cargo Unlimited (SCU). Après 14 mois de maturation en orbite, les précieuses fioles ont retrouvé le sol terrestre en janvier dernier.
Des tests menés depuis par l'Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV) de l'université de Bordeaux ont montré que le Petrus était toujours «un très grand vin» après son séjour dans l'espace. À l’issue d'une dégustation à l'aveugle, des différences ont néanmoins été relevées entre la version «céleste» et celle restée sur terre, principalement de couleur, mais aussi, parfois, dans les nuances d'odeurs et de goût.

 

Un des vins les plus réputés au monde
C'est l'une de ces bouteilles spatiales qui est mise en vente via la maison d'enchères Christie's, avec une estimation «aux environs d'un million de dollars», a indiqué une porte-parole à l'AFP. Le produit de la vente ira au financement de la recherche agricole et de futurs vols spatiaux. Si la bouteille atteignait, ou même approchait seulement le prix estimé, elle établirait un nouveau record en matière de vente homologuée pour du vin. La référence actuelle, pour une contenance standard (75 cl), a été établie en octobre 2018 lors d'une vente chez Sotheby's à New York par une bouteille de Romanée-Conti (Bourgogne) millésime 1945, acquise pour 558.000 dollars.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

«Les clichés touristiques de Thomas Pesquet ou la société du spectacle sur orbite»

FIGAROVOX/TRIBUNE - Quel est véritablement l’intérêt de la mission ultra-médiatisée de l’astronaute français? se demandent les deux astrophysiciens Louis d’Hendecourt et Olivier Mousis, qui voient dans la redondance inutile de ce programme, l’échec de l’Europe à penser une stratégie spatiale.

 

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/les-cliches-touristiques-de-thomas-pesquet-ou-la-societe-du-spectacle-sur-orbite-20210512

 

Je ne suis pas abonné et n'ai donc pas accès à la totalité de l'article. Si quelqu'un l'était, ce serait sympa d'en coller les extraits principaux, ça m'intéresse.

Quant au château Petrus et au milliardaire japonais futur "touriste spatial" en décembre, je n'ai plus de mots, j'avoue... :|

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'intérêt est simplement économique... les budgets alloués par les états à la conquête spatiale s'amenuisent.

Les progrès qui en découlent ne se voient pas immédiatement et le public râle de plus en plus sur l'argent dépensé.

Chaque mission habitée ou non habitée demande du temps et du personnel qualifié pour un résultat visible que plusieurs années plus tard.

Donc il faut trouver d'autres partenaires, même s'il est question de privatisation de ces missions à moyen terme :|

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/05/2021 à 16:42, RIGEL33 a dit :

L'intérêt est simplement économique...

Tout à fait :). En plus ça crée des emplois :P. Combien de boites fermeraient et combien de personnes au chômage en cas d'abandon. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now