communicationrel

Hypothèse de l'Univers sphérique et euclidien (3-sphère euclidienne)

Recommended Posts

il y a 20 minutes, RL38 a dit :
il y a une heure, Alain MOREAU a dit :

Pour avancer sur le chemin de la connaissance, il existe des pré-requis : la bravoure face à la tâche, la résilience dans l’effort, l’humilité devant la confrontation à l’épreuve des faits, la conscience de l’étendue de son ignorance, la lucidité sur ses limites et ses lacunes (intellectuelles, force de travail, disponibilité, motivation), la capacité à accepter la contradiction et à se remettre positivement en question sous la critique, l’honnêteté intellectuelle et la rigueur logique et méthodologique... au moins !

 

C'est bô! 

 

Oui pareil.

Je sais pas pourquoi , mais ça colle tellement bien avec ce grand cuistre scientifique de Marseille  ( et hélas à la retraite ) dont le nom m'échappe, mais qui a en revanche humblement travaillé à combattre la pandémie de covid de son modeste labo de province.

Je crois que ça finit par aoult, mais je me souviens pu du début.9_9

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

J'ai compris à peu près la précession du périhélie.

Quand un petit objet passe à côté d'un objet massif l'espace que traverse ce petit objet est courbé, comme le temps lui-même (dilatation du temps), dans la direction spatiale radiale du champ (contraction radiale des longueurs), ce qui raccourcit la longueur du déplacement du petit objet. Ce petit décalage va faire que l'orbite sera moins large et en compensation la courbe spatio-temporelle sera plus longue, entraînant la rotation de l'orbite sur elle-même.

Enfin c'est pas facile a conceptualiser mais je crois que c'est à peu près ça.

 

Concernant le facteur 2 de la courbure de la lumière : La lumière voyage aussi vite dans l'espace que dans le temps (aïe), donc lorsque sa trajectoire spatio-temporelle se courbe dans le sens radial du champ, la longueur projetée dans cette direction provient autant du temps que de l'espace. Donc si on enlève l'effet de la courbure spatiale, la longueur projetée (déviation de la lumière vue par l'observateur dans le sens radial) est deux fois moindre.

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour communicationrel,

bonjour à tous !!

 

Il y a 16 heures, communicationrel a dit :
Le 01/09/2021 à 08:26, edubois3 a dit :

Je peux me tromper c'est certain, mais il me semble avoir compris qu'en vrai, la lumière se courbe comme prévu par Einstein. Et mieux encore, on sait aussi où se trouve l'erreur de raisonnement dans le calcul de la courbure de la lumière par Newton.

Alors si tu le sais tu me le dis.

Rappel des faits :

- la lumière se courbe au voisinage d'un objet massif

- avec la RG, on calcule que la courbure fait un certain angle alpha

- avec Newton, on calcule que la courbure fait un certain angle béta, qui vaut  alpha / 2

 

Aussi, avant d'aller plus loin communicationrel, je voudrais être certain que l'on se comprend bien.

C'est pourquoi je te demande si dans tes observations (donc on ne démontre rien, on ne calcule rien, on ne fait que mesurer ou observer), l'angle de déviation mesuré ou observé vaut alpha ou béta (pour reprendre ma nomenclature).

 

La question me semble simple, voire même bien posée xD.

 

Éric

 

Edited by edubois3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et de l’ombre créé par l’objet on fait quoi dans les calculs ‽??????????😇🤣🤣🤣🤣🤣🥶

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, communicationrel a dit :

 La lumière voyage aussi vite dans l'espace que dans le temps

nope ...

pour un photon le temps ne s’écoule pas .

un photon émis il y a 200 millions d'années par une galaxie qui a voyagé tout droit en direction de ton télescope pendant tout ce temps pour taper ton capteur monté dessus . Ben pour ce photon le voyage a été instantanée ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Mehdi a dit :

nope ...

pour un photon le temps ne s’écoule pas .

C'est bien ce que je représente dans l'espace euclidien.

Mais en fait si la lumière voyage dans le temps même si son temps propre est nul. Dans le diagramme de Minkowski sa trajectoire fait un angle de 45 °, elle voyage donc aussi vite dans le temps que dans l'espace (300000 km/s soit 1 seconde/seconde), son temps propre est représenté par la différence entre les deux trajets, c'est à dire zéro.

il y a une heure, danielL a dit :

Et de l’ombre créé par l’objet on fait quoi dans les calculs ‽??????????

L'ombre génère une grande partie de l'orbite qui apparaît dans l'espace. Elle génère toute l'orbite sauf le déplacement personnel de l'objet qui n'est pas lié à la force de gravitation. Si un objet n'a pas de vitesse initial toute son accélération vers la masse est l'ombre, c'est du temps qui s'est transformé en espace, cad la trajectoire dans le temps qui s'est courbée et qui par cette courbure est donc devenue de l'espace. Visuellement, pour un observateur éloigné, quand le temps se courbe dans le champ de gravitation, il apparait comme de l'espace.

Il y a 2 heures, edubois3 a dit :

C'est pourquoi je te demande si dans tes observations (donc on ne démontre rien, on ne calcule rien, on ne fait que mesurer ou observer), l'angle de déviation mesuré ou observé vaut alpha ou béta (pour reprendre ma nomenclature).

Il fait alpha, mais mes explications je les ai tirées du lien que j'ai donné. Dans la première page il y a un intervenant qui explique ça.

 

Maintenant je vais préparer un truc qui à mon point de vue montre que la métrique de Minkowski n'a pas de sens.

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/08/2021 à 03:00, communicationrel a dit :

 A part ces modifications de posts je n'alimenterai plus le fil.

il y a 7 minutes, communicationrel a dit :

Maintenant je vais préparer un truc qui à mon point de vue montre que la métrique de Minkowski n'a pas de sens.

 

Je n'y comprend plus rien ? où les fils se touchent encore et la lumière courbée n'éclaire plus toutes les chambres de son espace cérébral ?

 

Il y a 13 heures, communicationrel a dit :

J'ai compris à peu près la précession du périhélie.

Il y a 13 heures, communicationrel a dit :

Enfin c'est pas facile a conceptualiser mais je crois que c'est à peu près ça.

 

c'est bien la peine d'avoir fait tout un exposé, avec un plan, des axiomes, des phrases ampoulées et charabiesques pour en arriver à un constat d'incompréhension. le mieux est de reprendre tout à zéro en modifiant tous les posts

1) essayer de comprendre ce qu'est et ce que signifie une "métrique" et comment il faut appliquer sa définition.

2) pourquoi manipuler cette équation en inversant son sens ne veut strictement rien dire car la notion d'invariance n'existe plus.

3) reprendre au mieux tous les cours de relativité restreinte et générale (en utilisant et comprenant les outils mathématiques) afin d'en tirer les conclusions qui s'imposent,  ou au pire de suivre les conférences  vulgarisatrices de spécialistes

4) arrêter de raconter n'importe quoi et de revenir à l'essentiel : la science avec ses contraintes et ses normes : des faits, des explications, des preuves mathématiques, une validation par des vrais scientifiques reconnus.

Ce sujet devient une tribune, dont j'ignore le dessein, pour exposer des contrevérités et donner des liens vers des sites d'autopromotion... je signale encore le post contenant les liens aux modérateurs.

 

Bon nous sommes maintenant à la température de 37°C.. la fièvre monte. j'attends le diagnostic et les propositions du professeur @roul t :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon voilà, j’ai essayé d’expliquer comment je vois les choses.

 

6130a1777d8cf_EuclidiecontreMiinkowski.png.d1a881185e35675631e2175801f88c8e.png

 

Nos avons là 3 schémas d’espace-temps

 

Le premier représente l’espace euclidien, le second l’espace euclidien modifié et le troisième l’espace d e Minkowski.

 

Le référentiel bleu est en mouvement par rapport à l’autre.

 

Soit un objet tracé en rouge. Sa longueur suit nécessairement l’axe d’espace du référentiel en mouvement. (Un objet dans ce référentiel doit avoir ses deux extrémités à la même époque.)

 

Dans l’espace euclidien on observe que la longueur L se décompose depuis le référentiel immobile en deux composantes, celle du temps et celle de l’espace, de telle sorte que tau²+x² = L²

 

La longueur L est donc un invariant relativiste. Quel que soit le référentiel elle peut se retrouver par ce calcul.

La longueur spatiale x représente la contraction et elle est complétée par la longueur temporelle tau qui représente la non simultanéité relativiste.

 

Maintenant, le problème de cette représentation serait qu’elle ne conserve pas la vitesse de la lumière ou encore que la lumière ne voyage pas dans le temps, car comme son temps propre est nul il faut qu’elle suive ici l’axe des x et non pas une droite à 45°. 

 

Alors je modifie cet espace et je représente géométriquement l’espace de Minkowski mais sans sa métrique. Dans ce nouvel espace-temps la lumière se déplace bien conformément à Minkowski avec un angle de 45°. Le problème est que les angles ne sont pas les bons, ils sont deux fois trop petits, et donc x est trop long et tau trop petit. C’est à dire que la contraction obtenue ne colle pas avec les calculs, elle est trop faible par rapport à la vitesse de l’objet:  Il faut donc faire un ajustement et modifier les calculs pour tenir compte de la différence d’angle.

Du coup L² = (L sin 2b)² + (L cos 2b)²

Il faut multiplier l’angle b par deux pour retrouver l’angle qui donne les bons résultats.

C’est embêtant mais ça a toujours un sens. Ca voudrait dire que la métrique change avec l’angle. Sur le schéma c'est pas bien représenté mais l'angle a fait le double de l'angle b.

 

Maintenant passons à Minkowski. Il nous dit que la longueur de l’objet vu depuis le référentiel immobile est.... tau.

C’est comme de me montrer un gâteau et dire qu’il s’agit d’un jambon, c’est comme faire passer des vessies pour des lanternes. Du coup, la longueur totale L de l’objet deviendrait sa longueur temporelle. La relation est bien tau² = L²-x², mais on veut à toute force placer tau sur l'hypoténuse.

Quand on réfléchit par rapport aux axes du temps on peut à la limite se poser la question de savoir où est tau et où est T, mais quand on regarde les axes d’espace le doute n’est plus possible. Le graphique nous montre la longueur L et Minkowski nous dit que c’est tau... On ne peut pas mentir comme ça avec la géométrie.

 

Concernant l’histoire de l’invariant on nous dit : les longueurs se contractent donc les distances ne sont pas un invariant. Mais ce qu’il y a d’invariant en fait c’est la longueur d’espace-temps, c’est à dire x²+ tau², qui elle, vaut toujours L² quel que soit le référentiel.

On nous dit aussi le temps propre est un invariant. Dans l’espace de Minkowski peut-être, puisque on le met à la place de la longueur L. Mais on voit bien avec nos yeux que ce qui est vraiment invariant c’est la longueur L et que cette longueur n’est pas le temps propre. Le temps propre change en fonction du référentiel et c’est intuitif : la vitesse d’écoulement du temps change avec le référentiel, or la vitesse d’écoulement du temps c’est justement le temps propre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En regardant ça je m'aperçois que l'espace-temps euclidien modifié ne peut pas fonctionner car l'objet se trouve en pente dans le temps dans le mauvais sens. Si on imagine une fusée se déplaçant le long de son axe d'espace, par rapport à l'observateur immobile l'arrière de la fusée est alors dans le passé par rapport à l'avant, alors qu'il faut que ce soit le contraire, conformément à la représentation euclidienne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, communicationrel a dit :

la vitesse d’écoulement du temps change avec le référentiel, or la vitesse d’écoulement du temps c’est justement le temps propre.

 

il y a 33 minutes, communicationrel a dit :

tau² = L²-x²

 

il y a 33 minutes, communicationrel a dit :

La longueur L est donc un invariant relativiste. Quel que soit le référentiel elle peut se retrouver par ce calcul.

 

AU SECOURS... Aux lecteurs indulgents ou compatissants

Le temps mesuré (ici "longueur de temps" au carré) n'est pas un invariant relativiste, c'est même une base fondamentale de la relativité

et l'équation citée ne veut rien dire car elle ne correspond à rien.

Aux personnes voulant s'instruire ou s'informer sur la relativité, quittez ce fil et allez apprendre ailleurs, ou au pire servez vous en de contre-exemple.

 

Bon je cherche dans mon catalogue d'humour quelque chose à la hauteur des inepties, mais j'ai du mal

sinon j'ai créé ce sujet dans la rubrique Bric à brac

 

Edited by marco polo
  • Love 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, marco polo a dit :

Le temps mesuré (ici "longueur de temps" au carré) n'est pas un invariant relativiste,

Mais ce n'est pas la longueur de temps que je mesure, c'est la longueur d'espace. Je me focalise sur l'axe de l'espace pour montrer que la métrique de Minkowski ne marche pas.

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, communicationrel a dit :

Mais ce n'est pas la longueur de temps que je mesure, c'est la longueur d'espace

pfff... donc la longueur d'espace est un invariant relativiste...????  et x² dans ta formule magique c'est la longueur du non espace ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pourtant clair : x c'est la longueur de l'objet vue depuis le référentiel immobile, c'est sa longueur contractée. tau c'est la non simultanéité de l'objet dans le référentiel immobile, le fait que les deux extrémités ne sont pas à la même époque pour l'observateur. Et tau²+x² = L² avec L longueur au repos de l'objet. Donc L est un invariant.

Quant à la formule  tau²+x² = L² j'invite ici @dg2 à confirmer qu'elle est bonne.

Edited by communicationrel
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, communicationrel a dit :

j'invite ici @dg2 à confirmer qu'elle est bonne.

je confirme, elle est même très bonne, tu te la procures à quel endroit et à quel prix ? 9_9

  • Haha 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tenez, encore une.

 

On dit que le temps propre est un invariant. Quand divers observateurs dans divers référentiels mesurent la longueur de temps d'un évènement dans le référentiel A, ils disent tous, ça a duré 10 secondes par exemple, forcément puisqu'ils regardent l'horloge de ce référentiel, autrement ça briserait la causalité s'ils ne voyaient pas le même chose. Ce qu'il faut qu'ils mesurent c'est le temps que l'évènement à duré dans leurs référentiels respectifs, et là ils vont trouver des valeurs différentes, un tel dira ça a duré 5 seconde , une autre 15 etc...

 

Si les observateurs mesurent la longueur d'une règle dans A en lisant sur la règle ils vont forcément se mettre d'accord sur cette longueur. Ils vont tous dire elle fait tant de long, puisqu'ils ne font que lire les gradients de la règles. Mais s'ils la mesurent avec leur propre mesure de distance alors chacun va lui trouver une longueur différente. Or quand ils mesurent le temps propre ils ne font que lire les horloges du référentiel observé comme s'ils lisaient les gradients de la règle.

Le temps propre n'est pas plus un invariant que la longueur des objets.

 

Ajout : Ce qui est invariant c'est temps propre ² + distance parcourue dans l'espace² , cad que le défaut de temps dû à la perspective s'est transformé en déplacement spatial. C'est comme la courbe de la gravitation : le temps se courbe et se transforme en déplacement dans l'espace du point de vue de l'observateur immobile.

 

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, marco polo a dit :

Je confirme, elle est même très bonne, tu te la procures à quel endroit et à quel prix ?

Interdit de ma citer sur ce coup, c'est pas moi le fournisseur du blairôt....O.oxD:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, communicationrel a dit :

Quant à la formule  tau²+x² = L² j'invite ici @dg2 à confirmer qu'elle est bonne.

 

Cher @communicationrel,

 

Il est difficile de confirmer qu'une formule est bonne ou non tant vos termes sont mal définis...

 

Maintenant, je voudrais, pour la dernière fois, préciser le cadre que doit avoir une discussion comme celle que vous tentez d'engager. Vous ne semblez pas d'accord avec ceci ou cela que disent les scientifiques. Donc SOIT (i) vous êtes immensément plus intelligent qu'eux, SOIT (ii) vous l'êtes beaucoup moins. La première hypothèse pourrait vous rendre incompréhensible par les scientifiques tant vous leur seriez supérieur. La seconde hypothèse aussi, puisque dans ce cas vous tiendriez des propos totalement dénués de sens. Donc inutile de demander à qui que ce soit si on est d'accord avec ce que vous dites : çe ne sera pas forcément discriminant.

 

En conséquence,, pour trancher entre ces deux hypothèses, je vous invite à essayer de résoudre un problème tel que les scientifiques sont capables de la faire. Car dans ce cas, SOIT vous y parvenez et l'option (i) de l'alternative ci-dessus pourrait, qui sait, être envisageable (si vous êtes très malin, vous êtes capable de vous mettre au niveau de la plèbe), SOIT vous n'y arrivez pas et l'option (ii) ci-dessus est la seule possible. Bien sûr, si vous arrivez à résoudre le problème c'est peut-être qu'il est top trivial et que vous n'êtes pas si malin que ça (ça ne prouve pas l'option (i), donc), mais si vous ne parvenez pas à le résoudre, les jeux sont faits : l'option (ii) est établie.

 

Donc, pour la dernière fois, je vous repose le même problème que précédemment :

 

Le 09/06/2021 à 15:25, dg2 a dit :

Cher @communicationrel

 

Je pense que le plus simple est que vous tentiez de résoudre un problème simple.

 

Je considère un avion qui fait le "tour" de la Terre à une latitude λ constante, une altitude h constante et à une vitesse v constante. J'embarque à bord de mon avion une horloge atomique initialement synchronisée à une horloge identique qui reste au sol. Une fois l'avion de retour à son point de départ, je compare les deux horloges. Sont-elles synchronisées ? Si oui, pourquoi, et si non, de combien ? Merci de votre réponse, étayée bien sûr et éventuellement enrichie des hypothèses supplémentaires que vous auriez besoin de faire.

 

(Et merci d'avance aux autres intervenants de ne pas donner leur réponse à cette question, le but est de voir comment @communicationrel résout lui-même le problème sans intervention extérieure.)

 

Vous noterez que cela fait à peu près trois mois que le problème vous a été posé et que l'on commence à friser le refus d'obstacle, ce qui implicitement ne peut que renforcer le soupçon que vous n'êtes pas capable de résoudre ce problème, avec les conséquences inéluctables qu'il en découle (option (ii) ci-dessus).

Edited by dg2
  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'est pas question de dire que je suis plus intelligent que qui que ce soit. J'ai juste des idées différentes.

 

Comment pouvez-vous dire que je n'ai pas répondu à cette question alors que j'ai fait un schéma représentatif ? Vous avez critiqué le schéma parce que dans celui-ci la lumière ne vous paraissait pas avoir une vitesse constante en fonction des référentiels. Mais la question posée n'avait aucun rapport avec la vitesse de la lumière et j'ai fait un schéma dans lequel la dilatation du temps et la contraction des longueurs étaient représentées. Seulement, c'est vous qui avez esquivé la réponse en détournant le sujet. (Sauf que ce n'était pas cette question mais la même en plus simple)

 

Je vous repose ma question en définissant les termes.

L est la longueur au repos d'un objet.

x est sa longueur vue depuis un référentiel inertiel B en mouvement par rapport à lui dans le sens de sa longueur.

tau est le décalage de temps vu depuis B entre les deux extrémités de l'objet. Ce décalage étant exprimé bien évidemment dans la même unité que x.

Est-ce que L² n'est pas égal à x²+tau² ?

Entre autres termes, est-ce que la contraction des longueurs ne peut pas s'interpréter comme une rotation euclidienne de l'axe de l'espace dans l'axe du temps exactement de la même manière qu'un objet effectuant une rotation dans l'espace voit son axe d'espace pivoter dans la profondeur et sa longueur se décomposer en deux composantes spatiales ?

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, communicationrel a dit :

Entre autres termes, est-ce que la contraction des longueurs ne peut pas s'interpréter comme une rotation euclidienne de l'axe de l'espace dans l'axe du temps exactement de la même manière qu'un objet effectuant une rotation dans l'espace voit son axe d'espace pivoter dans la profondeur et sa longueur se décomposer en deux composantes spatiales ?

 

Béotien je suis, béotien je reste dans ce domaine. Mais une question me vient à l'esprit : 

Dans le problème simple de dg2,  ¬¬ d'après communicationrel, est-ce qu'une fois que l'avion a fait un tour complet à la latitude lambda, à la hauteur h, et à vitesse v constante

1) les aiguilles des deux horloges restent de longueur identiques ?

2) les aiguilles n'ont plus la même dimension et alors où est l'horloge qui a les aiguilles les plus longues ?

3) si les aiguilles effectuant une rotation dans l'espace se décomposent- en deux composantes spatiales, la lecture de l'heure ne devient-elle pas problématique ?

4) Est-ce que la variation de la longueur des aiguilles dans l'avion, donc leur poids, ne va pas faire varier la hauteur h et peut-être la vitesse v de l'avion ?

:) 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour communicationrel,

bonjour à tous !!

 

Le 01/09/2021 à 15:37, communicationrel a dit :
Le 01/09/2021 à 08:26, edubois3 a dit :

Je peux me tromper c'est certain, mais il me semble avoir compris qu'en vrai, la lumière se courbe comme prévu par Einstein. Et mieux encore, on sait aussi où se trouve l'erreur de raisonnement dans le calcul de la courbure de la lumière par Newton.

Alors si tu le sais tu me le dis.

Je vois 2 raisons qui peuvent expliquer l'erreur de calcul newtonien de la déviation de la lumière au voisinage d'un astre massif.

1-ce mode de calcul ne s'applique pas lorsque l'objet considéré se déplace à la vitesse de la lumière (la physique newtonienne s'applique avec des vitesses de déplacement v << c) .

Autrement écrit, dans ce cas, ce sont les lois de la physique RG qui s'appliquent, car v = c précisément, et nous n'avons donc pas v << c.

Mais je conçois très bien, communicationrel, que tu refuses cet argument.

2-le photon a une masse nulle (m=0). Donc tout le raisonnement newtonien ne tient plus (somme des forces = m x a), puisqu'il revient à se passer de m, donc à faire une division par 0.

 

En tout cas, c'est ce que je crois avoir compris.

 

Il y a 21 heures, communicationrel a dit :
Il y a 23 heures, edubois3 a dit :

C'est pourquoi je te demande si dans tes observations (donc on ne démontre rien, on ne calcule rien, on ne fait que mesurer ou observer), l'angle de déviation mesuré ou observé vaut alpha ou béta (pour reprendre ma nomenclature).

Il fait alpha, mais mes explications je les ai tirées du lien que j'ai donné. Dans la première page il y a un intervenant qui explique ça.

Dommage que les explications ne viennent pas de toi, mais d'un illustre inconnu (du moins sur ce forum a priori). J'aurais aimé avoir ta démonstration et ton calcul.

 

Pour les calcul faits dans le cadre de la RG et Newton, Google renvoie vers beaucoup de liens qui donnent de très belles démonstrations.

J'arrive à peu près à comprendre celles chez Newton bien qu'elles soient fausses (et je sais pourquoi xD, cf. plus haut), mais je suis largué pour celles en RG : je n'ai pas le niveau.

 

Éric

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, edubois3 a dit :

1-ce mode de calcul ne s'applique pas lorsque l'objet considéré se déplace à la vitesse de la lumière (la physique newtonienne s'applique avec des vitesses de déplacement v << c) .

Tes explications ne sont pas des explications. "(la physique newtonienne s'applique avec des vitesses de déplacement v << c)" oui mais pourquoi ?

 

Moi ce que j'ai compris c'est que plus l'objet a une vitesse initiale importante, plus son déplacement est grand, donc plus la courbure de l'espace affectant ce déplacement sera grande et plus son déplacement initial sera raccourci par cette courbure. Si tu plie une règle, elle est moins longue dans sa dimension initiale mais elle prend de la longueur dans la dimension orthogonale. La courbure de l'espace de la gravitation c'est la direction initiale du déplacement de l'objet déviée vers la direction radiale du champ. C'est donc une courbure de l'espace dans l'espace. La courbure du temps, c'est une courbure du temps dans l'espace. Le temps et l'espace dévient tous les deux dans la même direction , la direction radiale de l'attraction. Donc on voit l'objet se déplacer dans cette direction. Si on ne considère que la courbure spatiale n'existe pas, alors la courbure totale sera un peu moins grande. C'est ce qui se passe dans les calculs newtoniens. Du coup, la longueur du déplacement de l'objet dans le sens initial ne se ra pas raccourcie, or cette longueur constitue la largeur de l'orbite : si l'objet n'a pas de vitesse initiale il n'y a pas d'orbite, il tombe directement sur la masse. Donc on voit bien que l'orbite dépend de ce déplacement là. L'orbite est constituée de 3 mouvements : 2 spatiaux et un temporel. 

1-Le déplacement dans le temps (raccourci mais en fait il ne l'est pas quand même, c'est à dire que l'objet continue à monter aussi vite dans le temps que s'il n'y avait pas de courbure, c'est un paradoxe)

2-le déplacement dû à la vitesse propre de l'objet 

2-Le déplacement dans la direction radiale qui vient de ce que la trajectoire dans le temps (courbure temporelle) et celle dans l'espace (courbure spatiale) sont toutes les deux pliées dans cette direction.

 

La courbure temporelle a également pour effet de ralentir la vitesse de vieillissement de l'objet puisque sa trajectoire se plie vers l'espace, il avance moins dans le temps. Mais le paradoxe c'est que tout en vieillissant moins vite (donc l'objet continue en fait d'avancer aussi vite dans le temps. C'est le même paradoxe que celui qui fait que la lumière, bien qu'elle ne vieillisse pas, se déplace tout de même dans le temps. 

 

Mais moi je vais un poil plus loin que ça dans mes explications personnelles. La courbure est produite par la rotation de l'axe du temps autour de la masse. Le champ gravitationnel fait tourner l'axe du temps et donc l'objet qui voyage à proximité en suivant cet axe du temps va dévier. De même, l'axe de l'espace va basculer car il doit conserver un ange de 90° avec l'axe du temps. Ce basculement créé une cuvette autour de la masse. Vu de loin, c'est un relief dans le temps puisque l'axe d'espace est vu de travers donc en partie dans l'espace et en partie dans le temps. Par conséquent l'espace-temps reste plat, ce qui produit la courbure est un relief, c'est une courbure extrinsèque à l'espace et non une courbure intrinsèque.

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.



  • Similar Content

    • By Bernard_Bayle
      Bonjour tout le monde .
       
      J'ai des soucis avec Photoshop en niveau de gris  images du soleil et de la Lune par exemple .
       
      Je m'explique pour une image en niveau de gris  :
      - sur n'importe quel viewer , les lumino contraste
        sont corrects, idem quand cette image est sur Astrosurf   par exemple .

      - par contre sur Photoshop , la même image apparait très claire
        de ce fait , quand je retouche une image avec PS , je suis
        obligé de biaisé en rendant cette image très claire ...
       
      ## Précision importante , en mode couleur
      - une image sur Photoshop, dans un viewer , sur Astrosurf
        a strictement les même niveau de couleurs et de lumino/contraste ??
      Si vous avez des idées ? Merci .
       

       
      Bernard_Bayle
    • By Vicc2803
      Bonjour à tous !
      Je viens de remplacer mon 1200D par une caméra astro (la ASI 294MCPRO) et là je viens de faire mon premier test avec Siril et voilà ce que ça me donne après le dématriçage de mes brutes !!
      Quelqu'un sait d'où vient le problème ? Je n'avais jamais de soucis avec les acquisitions faites avec mon APN.
      Merci à ceux qui pourront m'aider 😁
       

    • By frédogoto
      Salut à tous
      Habitant désormais en Normandie ( Nord de l'Orne / sud Calvados) dans un joli coin de la vallée de la Vie dans le Pays d'Auge, je cherche des astropotes.
      je précise que je ne suis la que du vendredi soir au lundi soir, après je travaille à Paris
      chez moi c'est assez grand et on peu s'organiser des soirées astro sympatoche
      si vous etes sympas et astronome alors ce serai bien de ne pas "travailler" tous seuls dans nos coin tout le temps
      ftapissierAchelouGmailpointcom
    • By Bohns
      Bonsoir à toutes et tous 
       
      Mon problème est le suivant : je vois toutes mes prises de vues de M63 (90 x 120s) quand ma clef USB est sur l’ASIAIR pro, mais je n’en vois plus que 5 quand je me mets sur le mac (OS Monterey).
      C’est la première fois que j’ai ce souci. J’ai laissé mes captures de M106 sur la clef USB et les vois toujours sur le mac. Je vois aussi les darks faits après les « captures invisibles ». Ma clef a été reformatée avant les captures visibles de M106.
       
      Pouvez-vous m’aider 
       
      Cordialement,
      Stef.
    • By STEF N
      Bonjour
      comme tous les ans, la SF2A et la SAF récompensent une collaboration Pro / Am remarquable en astronomie durant les journées de l'astrophysique Française  (7 au 10 Juin 2022 à Besançon) .
      Nous lançons un appel à candidature pour concourir à ce prix Gemini.
      Informations sur : https://proam-gemini.fr/appel-a-candidature-pour-le-prix-gemini-2022/
      Dossiers à envoyer avant le 1er mai.
      Stéphane
  • Upcoming Events