COM423

C/2021 O1 (Nishimura) ** MAJ Janv 2022 : pas trouvée mais au moins il y a M4 -) **

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

36 minutes ago, fljb67 said:

Bien joué malgré la Lune. :)

Oui, sa présence m'inquiétait un peu mais çà passe sans souci finalement. Après elle était assez loin de la comète heureusement.

 

31 minutes ago, polo0258 said:

 belles prises! bravo ! :)

Merci Polo. Bon ciel à toi pour les gazeuses ;)

 

29 minutes ago, Marc684 said:

Elle est ténue mais c'est dans la boite , bravo ! :P

Oui ce n'est pas une grande comète c'est sûr, elle reste néanmoins facile et si elle avait été plus haute et dans un ciel noir, elle aurait sans aucun doute plus de gueule.

 

Mais je suis très content d'avoir pu l'ajouter à ma liste :)

  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, ALAING said:

Bravo, belle capture :)

Merci Alain.

 

La précédente comète découverte (visuellement aux jumelles) par Nishimura était mieux placée et plus intéressante.

Petite séquence nostalgie avec un dessin réalisé en 1994 au C8 :

1994m_des07_positif.jpg.dbdfb8387e67882f3eceb8becb6a43cb.jpg

Elle avait atteint la mag 8 et était circumpolaire, c'était mieux avant :D

  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, COM423 a dit :

c'était mieux avant

C'est vrai :)

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo ! Vu la hauteur, il faut un ciel bien transparent !

Et superbe dessin ! Il manque l'échelle... ;)

Jérôme

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Jérome.

 

2 minutes ago, Sonne said:

Et superbe dessin ! Il manque l'échelle... ;)

OK, voici le dessin d'origine dans son jus alors:

1994m_des07.thumb.png.ec2a309f0ce9e67dc768bff87cbc2a61.png

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci. Cela devait être impressionnant en visuel de voir toutes ses queues...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, cette comète est restée un bon souvenir observationnel, même 27 ans après ;) pas tant par sa brillance, mais par sa richesse de structures. Côté brillance, j'ai vu nettement mieux depuis :)

Cette seconde découverte du japonais m'a fait remonter plein de souvenirs :  j'ai d'autant apprécié d'imager la seconde du coup avant-hier.

Edited by COM423

Share this post


Link to post
Share on other sites

Impressionnant que l on puisse découvrir une comète avec un apn et téléobjectif c est un peut ce qui m étonné le plus 

 

 

Joli dessin .....👍

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ton passage Achaim.

2 hours ago, Achaim said:

Impressionnant que l on puisse découvrir une comète avec un apn et téléobjectif

oui et de l'hémisphère nord en plus qui est le mieux couvert par les surveys automatisés.

Dans l'hémisphère Sud, l'australien Terry Lovejoy en avait déjà découvert plusieurs dont les premières, lui aussi, à l'APN et au téléobjectif, mais le ciel austral est moins scruté, c'était plus facile (ce qui n'enlève rien à son mérite).

 

Sinon, j'ai imagé à nouveau C/2021 O1 hier matin, traitement à suivre ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/07/2021 à 13:30, COM423 a dit :

C/2021 L3 (Borisov) : nouvelle découverte du profilique Guennadi Borisov en Crimée : celle-là est observable d'ici mais ne dépassera guère m1=19...

 

Pour compléter ton post , je confirme . Imagée cette nuit et mesurée à mag 19.9 sur 82 mn de pose

 

web_c2021l3_20210731.jpg.a6d1b54dd6bfa6c793111b70bf2393b7.jpg

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo compustar : bien joué !

Je n'ai pas encore pu la faire pour ma part (prévue au C11 en CCD aussi), j'attends une météo plus favorable...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouvelle observation ce samedi matin :

r_pp_Nishimura_20s_stacked_comete_sum_miror_crop_grad_photom_manu_gimp_crop.png.07765cddc2b33d0f40dc18e0fb16edbc.png

Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, 61 poses de 20s à -10°C  (gain 120), Nord à peu près en Bas

Monture AZ-EQ6 - ASIAir

Le  31 juillet 2021 de 02h54 à 03h16 utc        ( soit 20 min 20 s  d'intégration )

Traitement Siril 0.99.10.1 et finition dans Gimp 2.10.24

 

La comète était à 6° au-dessus de l'horizon en debut de séquence et 9° à la fin, c'est sans doute ma dernière observation, elle devient vraiment trop basse !

 

Elle a un aspect plus faiblard que le 28 juillet, je ne sais pas si c'est qu'elle a réellement faibli ou bien l'effet qu'elle soit un peu plus basse. la qualité du ciel était pourtant proche les 2 nuits.

 

Je la voyais à peine sur les poses individuelles du 31 juillet, à tel point qu'il a fallu faire le compositage cométaire par le calcul, alors que j'avais pu le faire directement en cliquant  sur la comète pour la série du 28 juillet.

Voici les compositages stellaires à titre de comparaison :

compo_stellaire_gimp_bin2.png.06e3e4936597da713e98e8a260fe8858.png28 juilletcompo_stel_bin2_31jul_gimp.png.bc139a7ec76cf07aca3d4f12841ec2b7.png31 juillet

( l'étoile brillante en bas à droite est Castor )

 

La mesure de magnitude sur une pose individuelle rend bien compte de cette différence :

V=11.5 le 28 juillet vs V=14,5 le 31 juillet

 

Mais on ne voit que le centre de la comète sur une pose individuelle et trop faiblement pour que ce soit précis.

 

Mon problème est que je ne sais pas comment calibrer la constante des magnitudes avec Siril sur une pose où les étoiles sont allongées...

 

En supposant que le setmag sur une pose individuelle était transposable sur le compositage cométaire, j'obtiens m1=11 pour les deux matins.

C'est donc a priori finalement plutôt l'absorbtion atmosphérique qui est en cause.

 

 

Edited by COM423
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, ALAING said:

Bravo pour cette nouvelle prise :)

Merci Alain. On ne dit jamais 2 sans 3, mais là avec la comète qui est de plus en plus basse et la météo qui ne veut pas, je vais sans doute m'arrêter là.

 

4 hours ago, Pascal C03 said:

7° seulement au dessus de l'horizon...

Oui, et c'était pourtant mieux que pour les nuits à venir :o

Share this post


Link to post
Share on other sites

A nouveau bien joué. :)

 

Il faut être motivé pour trouver ce genre de bestiole. ^^

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci fljb67.

46 minutes ago, fljb67 said:

Il faut être motivé pour trouver ce genre de bestiole. ^^

Sur ce coup, je dois dire que le pointage à l'ASIAir est bien précieux :)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/07/2021 à 13:30, COM423 a dit :

C/2021 L3 (Borisov) : nouvelle découverte du profilique Guennadi Borisov en Crimée : celle-là est observable d'ici mais ne dépassera guère m1=19...

Et attendez vous à en voir plein d'autres des découvertes de Borisov  . Il fait partie d'un groupe de recherche qui en train d'installer un observatoire à coté du notre dans l'atlas et je les aide d'un point de vue logistique et administrative. Je peux vous dire que ca va dépoter :) 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Presikheaven
      Une nouvelle étude réalisée par une équipe belge à l'aide des données du Very Large Telescope de l'Observatoire européen austral (VLT de l'ESO) a montré que du fer et du nickel existent dans l'atmosphère des comètes de notre système solaire, même celles qui sont éloignées du Soleil. Une étude distincte menée par une équipe polonaise, qui a également utilisé les données de l'ESO, a signalé que de la vapeur de nickel est également présente dans la comète interstellaire glacée 2I/Borisov. C'est la première fois que des métaux lourds, habituellement associés à des environnements chauds, sont découverts dans l'atmosphère froide de comètes lointaines.
       
      "Ce fut une grande surprise de détecter des atomes de fer et de nickel dans l'atmosphère de toutes les comètes que nous avons observées au cours des deux dernières décennies, soit une vingtaine d'entre elles, et même dans celles qui sont éloignées du Soleil, dans l'environnement froid de l'espace", déclare Jean Manfroid de l'Université de Liège, en Belgique, qui dirige la nouvelle étude sur les comètes du système solaire publiée aujourd'hui dans Nature. 
       
      Les astronomes savent que des métaux lourds existent dans les intérieurs poussiéreux et rocheux des comètes. Mais, comme les métaux solides ne se "subliment" généralement pas (deviennent gazeux) à basse température, ils ne s'attendaient pas à les trouver dans l'atmosphère des comètes froides qui voyagent loin du Soleil. Des vapeurs de nickel et de fer ont même été détectées dans des comètes observées à plus de 480 millions de kilomètres du Soleil, soit plus de trois fois la distance Terre-Soleil.
       

       
      L'équipe belge a trouvé du fer et du nickel en quantités à peu près égales dans l'atmosphère des comètes. Les matériaux de notre système solaire, par exemple ceux que l'on trouve dans le Soleil et dans les météorites, contiennent généralement environ dix fois plus de fer que de nickel. Ce nouveau résultat a donc des implications pour la compréhension par les astronomes des débuts du système solaire, bien que l'équipe soit encore en train de décoder ce que sont ces implications. 
       
      "Les comètes se sont formées il y a environ 4,6 milliards d'années, dans le très jeune système solaire, et n'ont pas changé depuis. En ce sens, elles sont comme des fossiles pour les astronomes", explique Emmanuel Jehin, co-auteur de l'étude et également de l'Université de Liège.
       
      Alors que l'équipe belge étudie ces objets "fossiles" avec le VLT de l'ESO depuis près de 20 ans, elle n'avait jusqu'à présent pas repéré la présence de nickel et de fer dans leurs atmosphères. "Cette découverte est passée sous le radar pendant de nombreuses années", explique M. Jehin. 
       
      L'équipe a utilisé les données de l'instrument Ultraviolet and Visual Echelle Spectrograph (UVES) du VLT de l'ESO, qui utilise une technique appelée spectroscopie, pour analyser les atmosphères des comètes à différentes distances du Soleil. Cette technique permet aux astronomes de révéler la composition chimique des objets cosmiques : chaque élément chimique laisse une signature unique - un ensemble de lignes - dans le spectre de la lumière des objets.
       
      L'équipe belge avait repéré des lignes spectrales faibles et non identifiées dans ses données UVES et, en y regardant de plus près, a remarqué qu'elles signalaient la présence d'atomes neutres de fer et de nickel. L'une des raisons pour lesquelles les éléments lourds étaient difficiles à identifier est qu'ils existent en très petites quantités : l'équipe estime que pour chaque 100 kg d'eau dans l'atmosphère des comètes, il n'y a qu'un gramme de fer et à peu près la même quantité de nickel.
       
      "Habituellement, il y a 10 fois plus de fer que de nickel, et dans les atmosphères de ces comètes, nous avons trouvé à peu près la même quantité pour les deux éléments. Nous sommes arrivés à la conclusion qu'ils pourraient provenir d'un type particulier de matériau à la surface du noyau de la comète, se sublimant à une température assez basse et libérant du fer et du nickel dans des proportions à peu près identiques", explique Damien Hutsemékers, également membre de l'équipe belge de l'Université de Liège.
       
      Bien que l'équipe ne soit pas encore certaine de la nature de ce matériau, les progrès de l'astronomie - tels que l'imageur et le spectrographe METIS (Mid-infrared ELT Imager and Spectrograph) du prochain Extremely Large Telescope (ELT) de l'ESO - permettront aux chercheurs de confirmer la source des atomes de fer et de nickel présents dans l'atmosphère de ces comètes.
      L'équipe belge espère que son étude ouvrira la voie à de futures recherches. "Maintenant, les gens vont rechercher ces lignes dans leurs données d'archives provenant d'autres télescopes", explique Jehin. "Nous pensons que cela va également déclencher de nouveaux travaux sur le sujet".
       
      Métaux lourds interstellaires

      Une autre étude remarquable publiée aujourd'hui dans Nature montre que des métaux lourds sont également présents dans l'atmosphère de la comète interstellaire 2I/Borisov. Une équipe polonaise a observé cet objet, la première comète extraterrestre à visiter notre système solaire, à l'aide du spectrographe X-shooter du VLT de l'ESO lorsque la comète est passée à proximité il y a environ un an et demi. Ils ont découvert que l'atmosphère froide de 2I/Borisov contient du nickel gazeux. 
       

       
      "Au début, nous avions du mal à croire que le nickel atomique pouvait réellement être présent dans 2I/Borisov si loin du Soleil. Il nous a fallu de nombreux tests et vérifications avant de pouvoir nous convaincre", explique l'auteur de l'étude, Piotr Guzik, de l'université Jagiellonian en Pologne. Cette découverte est surprenante car, avant les deux études publiées aujourd'hui, les gaz contenant des atomes de métaux lourds n'avaient été observés que dans des environnements chauds, par exemple dans l'atmosphère d'exoplanètes ultra-chaudes ou de comètes en cours d'évaporation qui passaient trop près du Soleil. 2I/Borisov a été observée alors qu'elle se trouvait à quelque 300 millions de kilomètres du Soleil, soit environ deux fois la distance Terre-Soleil.
       
      L'étude détaillée des corps interstellaires est fondamentale pour la science, car ils sont porteurs d'informations inestimables sur les systèmes planétaires extraterrestres dont ils sont issus. "Nous avons tout à coup compris que le nickel gazeux est présent dans les atmosphères cométaires dans d'autres coins de la Galaxie", explique le coauteur Michał Drahus, également de l'Université Jagellonne. 
       
      Les études polonaise et belge montrent que 2I/Borisov et les comètes du système solaire ont encore plus en commun que ce que l'on pensait. "Imaginez maintenant que les comètes de notre système solaire aient leurs véritables analogues dans d'autres systèmes planétaires - comme c'est cool !", conclut Drahus.
    • By COM423
      Bonsoir les amis,
       
      C/2019 T4 (ATLAS) est une comète moyennement brillante, qui sera bientôt au périhélie (le 09 juin) et remonte surtout peu à peu en déclinaison (là elle était à -13°).
      Je tenais à l'imager du coup cette lunaison, et elle s'ajoute à la (longue) liste des comètes du moment en conjonction avec des galaxies
       
      J'avais vu que NGC 3831 était dans le même champ qu'elle en ce soir du 08 mai, bon elle est loin d'être transcendante mais c'est toujours intéressant une conjonction et finalement, il y en a quelques autres, dont une qui m'a vraiment intrigué par son aspect et sa couleur bleutée : je l'ai retrouvée sous l'appellation 2MASX J11423118-1257592.
       
      * Commençons par le champ annoté avec les protagonistes principaux :

       
      * Et le crop de cette nouvelle conjonction :

       
      J'ai mesuré la comète vers m1=12,7, elle a une chevelure de 1,6' de diamètre et une queue de 4,1' vers PA=233° (le Nord est vers le bas de l'image).
       
      Je suis un simple contemplatif en matière de galaxies et absolument pas un spécialiste, et je trouvais que la galaxie 2MASX J11423118-1257592 avait un aspect inhabituel : du coup, j'ai fait quelques recherches et appris au passage un terme nouveau : c'est une ELG pour "Emision-Line Galaxy". Ce terme désigne des galaxies lointaines et indique qu'elles forment des étoiles à haute cadence. Elle est de mag 17,3.
      Elle reste discrète sur mon image, voici comment la montre Aladin Lite :

       
      * Pour conclure, voici le champ complet si vous avez envie defaire un tour sur la full :
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle fenêtre pour la voir à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 08 mai entre 19h58 et 21h05 utc
      21 poses de 03min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 01 h 03 min
       
      Traitement Siril 1.0.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à : 2"/pixel
       
      Bonne nuit.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      La comète 116P/Wild 4 faisait partie de mes cibles prioritaires en cette lunaison du 30 avril, car elle est assez photogénique et presque à son maximum d'éclat aux alentours de la mag 13.
      De plus, elle a développé une faible antiqueue, phénomène signalé sur le forum dès le 24 mars dernier par @airbus340.
       
      J'ai eu de la chance, le soir où je l'ai imagée, car elle traversait un champ avec pas mal de galaxies , jugez plutôt :

       
      * Voici le crop sur les galaxies de gauche :

       
      * et celui sur la comète près de la galaxies fantomatique SDSSJ093514.28+170944, juste en-dessous. On la voit à peine sur mon image, mais elle n'est pas très marquée non plus sur l'image Simbad que j'ai mise juste à côté pour comparaison  :
       
       
      * Si l'envie de parcourir la full vous titille, la voici :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Haut
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 24 avril entre 19h40 et 22h40 utc
      34 poses de 05min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 50 min
       
      Traitement Siril 1.0.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à : 2"/pixel
       
      Le médaillon en haut à droite montre une version contrastée de la comète sur laquelle on voit bien :
      la chevelure de 1,2' de diamètre la queue dirigée vers PA=117° (à gauche) d'environ 3,6' de longueur une excroissance sur une longueur de 0,7' vers PA=190°, bien marquée et la faible antiqueue vers PA=295°, bien plus faible mais détectable sur 1,9' de longueur  
      C'est fou le nombre de conjonctions galaxies/comète qu'il y eu ces derniers temps, un régal de les combiner
       
      Bonne soirée.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      C'est fou le nombre de conjonctions en ce moment !  Les comètes qui me tiennent à coeur sont souvent passées près de galaxies, l'occasion d'essayer de soigner l'image de cette rencontre et aussi de découvrir au passage des objets du ciel profond, comme NGC 4676A-NGC4676B (que je connaissais pas) qu'on surnomme les galaxies des souris :

      Il y a d'autres galaxies dans ce champ, voici un extrait de celui-ci avec l'annotation des principales :

       
      Si vous voulez vous balader dans la full, voici l'image complète :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Haut
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 25 au 26 avril entre 23h40 et 01h55 utc
      42 poses de 03min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 06 min
       
      Traitement Siril 1.0.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à : 2,28"/pixel
       
      Je n'ai pas pu conserver l'échantillonage natif, l'image n'est pas de bonne qualité. Il y avait de la turbulence cette nuit-là et je me demande aussi si la foc n'a pas un peu bougé (?).
      A cette échelle réduite, çà reste présentable
       
      La comète conserve l'aspect noté le mois dernier par  @airbus340, avec une longue queue et un petit panache marqué à 90°.
       
      Bonne nuit.
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Nouvel épisode dans la rencontre entre des comètes et des galaxies, cette fois-ci je vous propose la célèbre comète 67P/Churyumov-Gerasimenko visitée par Rosetta qui est clairement sur le déclin mais présente encore une queue bien visible, parmi quelques galaxies faibles.
      J'ai foiré mes acquisitions et je m'en veux : je me suis aperçu à la 19ème pose que l'ASIAir n'appliquait pas le dithering entre les poses guidées et qu'elles étaient toutes parfaitement alignées !
      J'avais déjà eu ce souci une fois, juste après une mise à jour du firmware et pensais que c'était lié à çà.
       
      En fait, non : il faut a priori juste s'assurer de bien mettre "Light" dans la séquence Autorun. La précédente nuit d'observation, j'avais fait des flats à l'aurore et c'était resté sur "Flat" : dans un tel cas, l'ASIAir lance bien les poses guidées, sans souci, mais il ne fait pas le dithering.
      J'ai compris quand j'ai vu que les fichiers sauvegardés avaient été rangés dans un répertoire "Flat" (normalement c'est un répertoire "Light"), et nommés Flat_etc au lieu de Light_67P_etc comme quand c'est bien configuré.
       
      Sur le coup, j'ai pensé à un bug et ré-initialisé le boîtier puis tout coupé et relancé, avant de comprendre où était mon erreur.
      J'ai donc perdu du temps et n'ai pu rajouter que 5 poses au-delà des 19 impactées, sauf que la comète était alors bien plis basse et les images bien moins bonnes, à tel point que je n'en ai retenu qu'une seule au compositage...
       
      Le compositage qui suit est donc pire qu'une série sans dithering, puisque les poses étant guidées, ce sont toujours les mêmes pixels qui ont reçu le signal, il n'y a même pas la dérive de base de la monture. j'étais assez inquiet du résultat, qui est, au final, acceptable même si je n'ai pas pu pousser le contraste comme je l'aurais fait avec du dithering.
       
      Et c'est d'autant plus regrettable que le seeing était très collaboratif ce soir-là : sans ce souc, je serai donc resté à l'échantillonnage natif de 1,25"/pixel mais là c'est trop bruité...
       
      Bon assez de bla, bla, place au résultat :
       
      * Le crop sur la comète et les galaxies les plus proches :

       
      * et le champ complet :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Haut
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées SANS dithering
       
      Le  30 avril entre 19h58 et 21h00 utc
      20 poses de 03 min à -15°C et Gain 120, Temps d'intégration de 01 h 00 min
       
      Traitement Siril 1.0.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      On récupère notamment une autre galaxie en bas à droite que je n'ai pas pris le temps d'identifier à ce stade.
       
      Je vous souhaite de bonnes observations pour ceux qui ont du ciel clair
  • Upcoming Events