atmosomta

Opaline et finitions

Recommended Posts

Bonjour bonjour,

Je termine un miroir en pyrex destiné au ciel profond visuel, un 200 f/3.5, et arrive aux ultimes retouches.

 

Je bosse à l'opaline sur des outils assez épais (pas trop le choix vu la forte apsphéricité, enfin je ne suis pas assez expérimenté pour faire autrement) bien chargés en cerox.

 

J'ai lu sur l'opaline tout et son contraire sur internet, comme :

 

- utiliser avec du vinaigre pour être autour d'un PH de 5

- ne surtout pas utiliser avec du vinaigre

- utiliser avec de la silice colloïdale (en quelle quantité ?) trouvable en pharmacie

- la silice colloïdale trouvée en pharmacie ne convient pas

- utiliser une solution épaisse en début de travail et lubrifier à l'eau

- utiliser la solution la plus diluée possible

 

Et j'en passe, puisqu'il est aisé de trouver sur internet quelqu'un qui recommanderait d'attaquer un bord rabattu à l'éponge grattante...

 

Ma question est donc, pour un état de surface final acceptable, comment par votre expérience pratique avez-vous utilisé l'opaline ?

 

Si cela relève du coin à champignons, je m'en accomoderai ;-) !

 

Beau ciel,

Lucas

Edited by atmosomta

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bonjour,

 

Mon dernier miroir remonte à y a longtemps, mais si je me rappelle bien je coupais l'opaline avec de l'oxyde de zirconium. J'avais obtenu un bel état de surface.

Edited by bruno thien
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bnjour,

 

un point trés important avec l'opaline est le pressage de l'outil à froid pendant assez longtemps  (attention que cela ne colle pas)

apres comme le dit bruno thien tu peux demarer avec un melange oxyde de zyrconium plus opaline que tu enrichi en opaline au fur et à mesure que tu polis

L'histoire du vinaigre jamais entendu et jamais utilisé.

Bon travail

 

jean

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'opaline n'est qu'une particularité de l'abrasif oxyde de cérium, sous forme naturelle très pure, je ne connais pas les composants supplémentaires mais ils semblent avoir un effet régulateur sur l'agressivité chimique et la taille des particules. Il semble que l'agrégation se produise plus rarement dans les boues, ce qui provoque moins d'accident.

https://www.universalphotonics.com/Portals/0/MSDSs/opalineMS.pdf

https://www.solvay.com/en/brands/opaline

Ca se travaille de façon optimale comme l'oxyde de cérium jaune-orange-brun.

 

J'ai testé cet abrasif effectivement en bricolant une recette avec de l'oxyde de zirconium, j'avais échangé un peu avec Franck Grière là-dessus, je voulais tester.

Je suis passé à du cérium de chez Lamplan (qui est purifié et couleur blanc-crème), ça revient à peu près au même.

 

Le mélange avec de l'oxyde de zirconium semble réguler la vitesse d'action comme le passage à un pH négatif (solution tampon à base d'acide citrique ou phosphorique)

Ca ne fonctionne pas sur tout les verres.

Pour le pyrex (c'était du BF33 pour moi) j'ai constaté qu'avec de l'acide phosphorique ça accélère un peu mais ça augmente les rayures et des petits cratères.

 

Il me semble que les grains d'oxyde de zirconium sont un peu plus gros, l'opaline très fine, ce qui expliquerait l'utilité de varier la composition suivant l'état de surface.

Donc bon pour mes flats, j'ai commencé le poli au zirconium et fini au cérium le tout avec juste de l'eau déminéralisée, sans chichi en fait.

 

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

tout a été dit ou presque: comme pour n'importe quel agent polissant, pressage suffisant pour commencer, plutôt concentré au départ et, ça peu aider aussi, dans de l'eau déminéralisée (sans  acide ou base quelconque dedans) . l'utilisation de l'oxyde de zirconium lors des premières séances aide aussi à bien préparer l'état de surface de la poix (je ne le faisais pas). nettoyer le polissoir en le brossant avant et après chaque usage. on entend le travail de l'opaline en début de séance pendant une poignée de minutes, puis quand le grain est broyé encore plus petit qu'il ne l'est déjà (...), plus rien. ne pas réutiliser de l'opaline qui a servi. on a tous du oublier des trucs à dire mais il y a l'essentiel.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

 

autant le travail au zirconium est "facile", autant l'opaline pure nécessite un savoir faire - que je n'ai jamais eu - dont il ne se dévoile que peu de chose.....

C’est en ce sens qu'il est souvent préconisé le mélange zirconium/opaline qui généralement ravi tout le monde. En tout cas, j'en fus fort satisfait pour l'obtention d'une très belle qualité de surface.

Mais il ya tant de paramètres pour obtenir un bon régime de travail, des choses peuvent paraitre anecdotiques (bien qu'l me semble qu'il n'y ait pas grand chose d'anodin là-dedans....) alors qu'elles sont probablement importantes, et réciproquement.

 

Lyl, étonnant de finir au cérium alors qu'il est donné par beaucoup comme un truc bien mordant, idéal pour ôter le gris avec un régime de travail aisé, mais perfectible quant à l'état de surface obtenu

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@serge vieillard : comme je l'ai peut-être pas dit plus en détails

c'était des flats de 130 avec du cérium blanc de Lamplan <=> comportement similaire à l'opaline que j'avais.

Peu de pression et sur un tour manuel.

Le cérium orange-brun est en effet plus décapant.

image.png.60133d2199fedb286c6002422095422a.png

-----------------

Pour ce que ça vaut vu que je n'ai pas énormément échangé sur le sujet, les sensations sous la main sont très proches entre les deux abrasifs. Avec l'opaline, c'est le régime le plus "soyeux" que j'ai eu et les deux palets se décollaient moins l'un de l'autre qu'avec le cérium orange. Faut dire que je n'avais quasiment que le poignet qui travaillait.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à toutes et tous,

eh bien merci pour ces informations.

 

Je vais donc continuer sans exotisme et me tenir à ce que F.Grière m'avait conseillé quand je lui avais commandé le kit : outil bien chargé du cerox du polissage, fin de la mise en forme à l'opaline en pressant bien. En sachant que je n'ai pas de zirconium.

 

Le miroir est sous l'outil, sans poids, 18h/24.

 

Je verrai bien ce que ça donne sur le ciel dès les nuages partis ... donc pas tout de suite semblerait-il.

Edited by atmosomta

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, atmosomta a dit :

à l'opaline en pressant bien.

oui, c'est le meilleur conseil à donner, ne pas négliger ça, les gros grains d'abrasifs rentrent dans la masse de poix. C'est une bonne sécurité contre les accidents.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Distributeur pour l'industrie : 

https://www.ampere.com/typologie/poudres-de-polissage/

https://www.lamplan.com/fr/rodage-polissage/consommables/abrasifs-composites.html

Chez Solvay (non accessible en direct) :

Qualité Optique :

Cerox-1525.pdf

Cerox-1650.pdf

Super-Cerox-1663.pdf

Haute précision (moins de particules étrangères et grains plus fins)

Opaline-de-polissage.pdf

Opaline-SM2.pdf 

 

Vous avez ainsi confirmation dans les pdf que Cerox est un produit qui contient 70% de CeO2 actif, l'autre indicateur TREO est l'indicateur de terres rares.

L'opaline est issue d'un traitement différent, le pourcentage de CeOest plus élevé et moins de particules étrangères susceptibles de provoquer des rayures.

--------------------

Mécanisme mixte du polissage au Cérium. C'est similaire pour l'oxyde de fer avec l'avantage que l'oxyde de Cérium est plus facile à stabiliser.

L'activation chimique de la réaction de surface dépend du pH, à condition bien sûr que le type de verre soit sensible à l'agression acide ou base.

image.png.d88406c26bde14f464492b5d398f03dd.png

image.png.954c4d32950c23d23b2af76ca7b54166.png

----------------

Note : il manque la silice coloïdale dont on m'a parlé pour du superpoli mais je n'ai pas d'information là-dessus ni testé.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces nouvelles précisions, c'est très intéressant. Pas de différences criantes pour la combinaison CeO2 et acidité, donc je continue "normalement".

Bonne fin de journée,
Lucas

 

Edit : tiens il semble que j'ai deux comptes oO. Celui-là est le bon, je vais me débrouiller pour supprimer l'autre.

Edited by chantepierre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Smb
      Bonjour,  
      Je me lance dans la capture monochrome avec une asi 2600MM Pro un kit de LRGB ure roue a 7 filtre 2" j'ai un H beta...quels autres filtres les plus utiles faut il utiliser ?
      J'ai fait une séance mais je ne pige pas comment on retrouve la couleur ...J'utilise APP régulièrement mais en fait je ne maitrise pas le process mono ...je commence lentement PixInsight...en demo.
      Merci pour vos lumières.
    • By Achaim
      Bonsoir 
      Je viens a vous pour un soucis avec ma caméra 
      C est une 178 dur un quark et j ai toujours ds le même coin du capteur une zone plus sensible , qui est cramé tout le temps 
      De fait je ne peux jamais avoir un clichers homogène ou alors il faut que je descende en expo ex...mais en perdant des détails 
      D après vous de quoi cela vient il ? 
      Ci dessous ce que j' ai a l écran , j ai poussé les curseurs pour bien voir la différence...
      Je tourne la caméra la zone cramée tourne avec donc c est bien la cam..
      Défaillance du capteur ??
      Ou alors qlq chose que je ne fait pas qui m a échappé ?

      La cam est sur une bague de tilt pour les anneaux .et dans bague c est  pareil 
      Si vs avez une idée,!!!??
    • By leonardcauvra
      Bonjour chers tous
       
      Tiens, le retour du DK315 ! C'est vrai que cela fait longtemps qu'on est en froid tous les deux, surtout depuis que je me suis cassé la gueule avec le tube en main l'an dernier (bon, le tube n'a rien eu car je l'ai bien tenu en main en tombant sur le dos, mais je me suis quand même ouvert la main). Depuis, je l'ai laissé de côté en le regardant d'un mauvais oeil (vu que je n'ai que des déboires avec lui depuis le début). Je me suis quand même décidé à voir ce que je pouvais en faire, et pour cela j'ai levé la punition en l'autorisant à revenir sur ma table de bureau, où j'ai procédé aux réglages nécessaires conseillés par le technicien qui me l'avait "customisé" à l'époque.
      Donc, dans l'ordre:
      1. régler la planéité du porte-oculaire à l'aide d'un laser vert : 3 vis à régler sur la platine du porte-oculaire. Il me semble que cette étape, c'est OK
      2. jouer sur les 3 vis du miroir secondaire pour amener le retour su spot vert dans le centre du viseur du laser. Là aussi, ça m'a l'air OK (bien que le faisceau vert bouge quand on tourne le laser dans le porte-oculaire).
      3. et la collimation en elle-même ... et c'est là que ça merde (pour moi !). J'utilise un outil fort utile, le microscope de collimation Takahashi, qu'on utilise tranquillement  chez soi en orientant le tube vers une surface blanche pour le contraste: on voit bien en regardant dans le microscope si les bords du tube, le cercle du secondaire et l'araignée sont centrés. Il faut utiliser pour collimater les trois grosses vis arrières du miroir (chacune comprend la vis centrale à desserrer et la vis autour à serrer).  Problème: je n'y arrive absolument pas, et j'ai même accentué la décollimation.  La preuve en deux images extraites d'une courte vidéo faite à l'arrache à l'arrière du microscope de collimation. Je n'ose plus y toucher ...
      Qu'est-ce que je fais de travers d'après vous ?

       
      D'avance merci de votre aide.
      Claude N.
    • By jldauvergne
      Hello
      j'ai mis en ligne une vidéo pour montrer comment on peut mesurer le strehl de son instrument avec des moyens très simples. 
      Ce qui peut être intéressant c'est que vous publiez vos résultats ici, ça peut faire un genre de base de données, même si on est que sur des qualités minimales. 
      Je n'ai pas précisé dans la vidéo mais faites la collimation et dans tous les cas publiez l'image de l'étoile avec la mesure, ça peut permettre d'identifier des problèmes. 

      Vous pouvez recouper avec d'autres méthodes, en particulier tous ceux qui ont tâté du Roddier auront un moyen de recouper leurs mesures (avec peut être des surprises). 
       
      Merci en passant à @beaudoin, ce sont les discussions autour des SCT qui m'ont donné cette idée. Et bien entendu merci à @Simon Fabre qui  a essayé la méthode avec succès (j'ai piqué son résultat dans la vidéo). 
       
      @+
      JLuc
    • By aubriot
      bonjour,
       
      le VMC260L est un superbe télescope mais son chercheur c'est une horreur : pas de possibilité d'installer un renvoi coudé avec un oculaire réticulé éclairé ou une caméra
      j'ai envisagé dans un premier temps de prendre une FS60CB mais vu les contraintes techniques et ces dimensions ( anneaux et queue d'aronde à changer ) j'ai laissé tomber
      je désire donc utiliser un modèle plus simple et plus léger les ASKAR FMA comme lunette guide mais je trouve peu de retour sur ce type de matériel
      votre expérience sur ce matériel m'intéresse et surtout sur ces points :
       
      - type d'aberration optiques constaté
      - finition  du produit
      - qualité du PO
      - stabilité du système avec un RC ou caméra
      - sensibilité de la MAP
       
      merci d'avance et bon ciel
       
  • Upcoming Events