jackbauer 2

Bonnes nouvelles du JWST (James Webb Space Telescope)

Recommended Posts

3 heures de conférence ! Faudra que je trouve le temps de regarder :

 

 

  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Posted (edited)

Pour patienter jusqu'au 12 juillet 16h30, histoire de se mettre l'eau à la bouche, un communiqué de la NASA à propos du programme d'observation concernant le célèbre Hubble Ultra Deep Field :

 

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2022/nasa-s-webb-to-uncover-riches-of-the-early-universe

 

(traduction automatique)


Webb va découvrir les richesses de l’univers primitif


Pendant des décennies, les télescopes nous ont aidés à capter la lumière de galaxies qui se sont formées aussi loin que 400 millions d’années après le Big Bang – incroyablement tôt dans le contexte des 13,8 milliards d’années d’histoire de l’univers. Mais à quoi ressemblaient les galaxies qui existaient encore plus tôt, lorsque l’univers était semi-transparent au début d’une période connue sous le nom d’ère de réionisation? Le prochain observatoire phare de la NASA, le télescope spatial James Webb, est sur le point d’ajouter de nouvelles richesses à notre richesse de connaissances non seulement en capturant des images de galaxies qui existaient dès les premières centaines de millions d’années après le Big Bang, mais aussi en nous fournissant des données détaillées connues sous le nom de spectres. Grâce aux observations de Webb, les chercheurs seront en mesure de nous parler pour la première fois de la composition et de la composition des galaxies individuelles dans l’univers primitif.

 

L’enquête NGDEEP (Next Generation Deep Extragalactic Exploratory Public), co-dirigée par Steven L. Finkelstein, professeur agrégé à l’Université du Texas à Austin, ciblera les deux mêmes régions qui composent le champ ultra profond de Hubble – des emplacements dans la constellation fornax où Hubble a passé plus de 11 jours à prendre des expositions profondes. Pour produire ses observations, le télescope spatial Hubble a ciblé simultanément les zones proches du ciel avec deux instruments – légèrement décalés l’un de l’autre – connus sous le nom de champ primaire et de champ parallèle. « Nous avons le même avantage avec Webb », a expliqué Finkelstein. « Nous utilisons deux instruments scientifiques à la fois, et ils observeront en permanence. » Ils pointeront l’imageur proche infrarouge et le spectrographe sans fente (NIRISS) de Webb sur le champ ultra profond primaire de Hubble, et la caméra proche infrarouge (NIRCam) de Webb sur le champ parallèle, obtenant deux fois plus pour leur « argent » de temps de télescope.

 

Pour l’imagerie avec NIRCam, ils observeront pendant plus de 125 heures. À chaque minute qui passe, ils obtiendront de plus en plus d’informations de plus en plus profondément dans l’univers. Que cherchent-ils? Certaines des premières galaxies qui se sont formées. « Nous avons de très bonnes indications de Hubble qu’il y a des galaxies en place à la fois 400 millions d’années après le Big Bang », a déclaré Finkelstein. « Ceux que nous voyons avec Hubble sont assez grands et très lumineux. Il est fort probable qu’il y ait des galaxies plus petites et plus faibles qui se sont formées encore plus tôt et qui attendent d’être trouvées.
Ce programme n’utilisera qu’environ un tiers du temps que Hubble a passé à ce jour sur des enquêtes similaires. Pourquoi? En partie, c’est parce que les instruments de Webb ont été conçus pour capturer la lumière infrarouge. Lorsque la lumière voyage dans l’espace vers nous, elle s’étend dans des longueurs d’onde plus longues et plus rouges en raison de l’expansion de l’univers. « Webb nous aidera à repousser toutes les limites », a déclaré Jennifer Lotz, co-chercheuse sur la proposition et directrice de l’Observatoire Gemini, qui fait partie du NOIRLab (National Optical-Infrared Astronomy Research Laboratory) de la National Science Foundation. « Et nous allons publier les données immédiatement pour le bénéfice de tous les chercheurs. »

 

Ces chercheurs se concentreront également sur l’identification de la teneur en métal dans chaque galaxie, en particulier dans les galaxies plus petites et plus sombres qui n’ont pas encore été examinées en profondeur – en particulier avec les spectres fournis par l’instrument NIRISS de Webb. « L’un des moyens fondamentaux de retracer l’évolution à travers le temps cosmique est la quantité de métaux qui se trouvent dans une galaxie », a expliqué Danielle Berg, professeure adjointe à l’Université du Texas à Austin et co-chercheuse sur la proposition. Quand l’univers a commencé, il n’y avait que de l’hydrogène et de l’hélium. De nouveaux éléments ont été formés par des générations successives d’étoiles. En cataloguant le contenu de chaque galaxie, les chercheurs seront en mesure de tracer précisément quand divers éléments existaient et de mettre à jour les modèles qui projettent comment les galaxies ont évolué dans l’univers primitif.


Décoller de nouvelles couches
Un autre programme, dirigé par Michael Maseda, professeur adjoint à l’Université du Wisconsin-Madison, examinera le champ ultra profond principal de Hubble à l’aide du réseau de microshutters du spectrographe proche infrarouge (NIRSpec) de Webb. Cet instrument renvoie des spectres pour des objets spécifiques en fonction des volets miniatures que les chercheurs ouvrent. « Ces galaxies ont existé pendant le premier milliard d’années de l’histoire de l’univers, sur lesquelles nous avons très peu d’informations à ce jour », a expliqué Maseda. « Webb fournira le premier grand échantillon qui nous donnera la chance de les comprendre en détail. »

Nous savons que ces galaxies existent grâce aux observations approfondies que cette équipe a faites – avec une équipe de recherche internationale – avec l’instrument MUSE (Multi Unit Spectroscopic Explorer) du Very Large Telescope basé au sol. Bien que MUSE soit le « scout », identifiant des galaxies plus petites et plus faibles dans ce champ profond, Webb sera le premier télescope à caractériser pleinement leurs compositions chimiques.

Ces galaxies extrêmement lointaines ont des implications importantes pour notre compréhension de la façon dont les galaxies se sont formées dans l’univers primitif. « Webb ouvrira un nouvel espace de découverte », a expliqué Anna Feltre, chercheuse à l’Institut national d’astrophysique en Italie et co-chercheuse. « Ses données nous aideront à apprendre précisément ce qui se passe lorsqu’une galaxie se forme, y compris quels métaux ils contiennent, à quelle vitesse ils se développent et s’ils ont déjà des trous noirs. »

 

Cette recherche sera menée dans le cadre des programmes General Observer (GO) de Webb, qui sont sélectionnés de manière compétitive à l’aide d’un double examen anonyme, le même système qui est utilisé pour allouer du temps sur le télescope spatial Hubble.

 


 

stsci-01fy71xj3zh1nz5epd1a9kqer9_1.png

Cette image montre où le télescope spatial James Webb observera le ciel dans le champ ultra profond de Hubble, qui se compose de deux champs. L’enquête NGDEEP (Next Generation Deep Extragalactic Exploratory Public), dirigée par Steven L. Finkelstein, pointera l’imageur proche infrarouge et le spectrographe sans fente (NIRISS) de Webb sur le champ ultra profond primaire de Hubble (en orange) et la caméra proche infrarouge de Webb (NIRCam) sur le champ parallèle (en rouge). Le programme dirigé par Michael Maseda observera le champ primaire (en bleu) à l’aide du spectrographe proche infrarouge de Webb (NIRSpec).

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Point sur l’avancement du commissioning en date du 29 juin : seuls les modes coronographie sur NIRCam et spectroscopie multi-objet sur NIRSpec restent en attente d’une ultime validation.

Tout le reste est 100% opérationnel. Un exploit extraordinaire !

On touche enfin au but ! (avec en outre un respect parfait du calendrier post-lancement).

Tableau de synthèse du Commissioning Tracker ici :

https://jwst.nasa.gov/content/webbLaunch/whereIsWebb.html?units=metric

Edited by Alain MOREAU
Lien
  • Like 7

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

J-10 !!

 

 

...et plus qu'un seul mode sur 17 en commissioning avant que Webb soit 100% opérationnel !!!

 

Capture2.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Extrait de la documentation officielle pour encore mieux appréhender le ballet spatial du télescope :


"Comment exactement Webb observe-t-il l'univers ? Cette animation vous emmène au deuxième point de Lagrange (L2), au-delà de la Lune, le point de vue d'où Webb regarde le cosmos. Regardez pour mieux comprendre comment Webb a accès à toute l'étendue du ciel à partir de cet endroit. Les astronomes dirigeront Webb vers des centaines de cibles à travers le ciel, ce qui en fera un outil important pour enquêter sur les grandes questions concernant notre univers."


https://webbtelescope.org/contents/media/videos/1157-Video?page=4&filterUUID=21409408-9414-41eb-a027-a6b3abfe7af5


 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

(Traduction automatique)

 

https://blogs.nasa.gov/webb/2022/07/06/webbs-fine-guidance-sensor-provides-a-preview/

 

Le capteur de guidage fin de Webb (FGS)  fournit un aperçu

 

Nous sommes à moins d’une semaine de la publication des premières images en couleur du télescope spatial James Webb de la NASA, mais comment l’observatoire trouve-t-il et verrouille-t-il ses cibles? Le capteur de guidage fin (FGS) de Webb – développé par l’Agence spatiale canadienne – a été conçu pour répondre à cette question particulière. Récemment, il a capturé une vue des étoiles et des galaxies qui donne un aperçu alléchant de ce que les instruments scientifiques du télescope révéleront dans les semaines, les mois et les années à venir.

 

FGS a toujours été capable de capturer des images, mais son objectif principal est de permettre des mesures scientifiques précises et une imagerie avec un pointage de précision. Lorsqu’il capture des images, celles-ci ne sont généralement pas conservées : compte tenu de la bande passante de communication limitée entre L2 et la Terre, Webb n’envoie que des données provenant de deux instruments scientifiques à la fois. Mais lors d’un test de stabilité d’une semaine en mai, il est venu à l’esprit de l’équipe qu’elle pouvait conserver les images capturées parce qu’il y avait de la bande passante de transfert de données disponible.

 

L’image de test d’ingénierie résultante a des qualités rugueuses sur les bords. Il n’a pas été optimisé pour être une observation scientifique; les données ont plutôt été prises pour tester dans quelle mesure le télescope pouvait rester verrouillé sur une cible, mais cela fait allusion à la puissance du télescope. Il porte quelques caractéristiques des vues que Webb a produites au cours de ses préparatifs post-lancement. Les étoiles brillantes se distinguent par leurs six longs pics de diffraction bien définis – un effet dû aux segments de miroir à six côtés de Webb. Au-delà des étoiles, les galaxies remplissent presque tout l’arrière-plan.

 

Le résultat – en utilisant 72 expositions sur 32 heures – est l’une des images les plus profondes de l’univers jamais prises, selon les scientifiques de Webb. Lorsque l’ouverture de FGS est ouverte, il n’utilise pas de filtres de couleur comme les autres instruments scientifiques – ce qui signifie qu’il est impossible d’étudier l’âge des galaxies dans cette image avec la rigueur nécessaire à l’analyse scientifique. Mais même lors de la capture d’images non planifiées lors d’un test, FGS est capable de produire des vues époustouflantes du cosmos.

« Le télescope Webb ayant atteint une qualité d’image meilleure que prévu, dès le début de la mise en service, nous avons intentionnellement recentré les guides d’une petite quantité pour nous assurer qu’ils répondaient à leurs exigences de performance. Lorsque cette image a été prise, j’ai été ravi de voir clairement toute la structure détaillée de ces galaxies faibles. Compte tenu de ce que nous savons maintenant être possible avec des images de guidage à large bande profonde, peut-être que de telles images, prises en parallèle avec d’autres observations lorsque cela est possible, pourraient s’avérer scientifiquement utiles à l’avenir », a déclaré Neil Rowlands, scientifique du programme pour le capteur de guidage fin de Webb, chez Honeywell Aerospace.

Parce que cette image n’a pas été créée avec un résultat scientifique à l’esprit, il y a quelques fonctionnalités qui sont assez différentes des images en pleine résolution qui seront publiées le 12 juillet. Ces images incluront ce qui sera – pour une courte période au moins – l’image la plus profonde de l’univers jamais capturée, comme l’a annoncé l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, le 29 juin.

 

L’image FGS est colorée en utilisant le même schéma de couleurs rougeâtre qui a été appliqué aux autres images d’ingénierie de Webb tout au long de la mise en service. De plus, il n’y a pas eu de « tergiversation » pendant ces expositions. Le tramage se produit lorsque le télescope se repositionne légèrement entre chaque exposition. De plus, les centres des étoiles brillantes apparaissent noirs parce qu’ils saturent les détecteurs de Webb, et le pointage du télescope n’a pas changé au fil des expositions pour capturer le centre à partir de différents pixels dans les détecteurs de la caméra. Les images superposées des différentes expositions peuvent également être vues sur les bords et les coins de l’image.

Dans ce test d’ingénierie, le but était de se verrouiller sur une étoile et de tester dans quelle mesure Webb pouvait contrôler son « roulis » - littéralement, la capacité de Webb à rouler d’un côté comme un avion en vol. Ce test a été effectué avec succès – en plus de produire une image qui stimule l’imagination des scientifiques qui analyseront les données scientifiques de Webb, a déclaré Jane Rigby, scientifique des opérations de Webb au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland.

« Les taches les plus faibles de cette image sont exactement les types de galaxies faibles que Webb étudiera au cours de sa première année d’opérations scientifiques », a déclaré Rigby.

Alors que les quatre instruments scientifiques de Webb révéleront finalement la nouvelle vision de l’univers du télescope, le capteur de guidage fin est le seul instrument qui sera utilisé dans chaque observation de Webb au cours de la durée de vie de la mission. FGS a déjà joué un rôle crucial dans l’alignement de l’optique de Webb. Maintenant, lors des premières observations scientifiques réelles faites en juin et une fois que les opérations scientifiques commenceront à la mi-juillet, il guidera chaque observation Webb vers sa cible et maintiendra la précision nécessaire pour que Webb produise des découvertes révolutionnaires sur les étoiles, les exoplanètes, les galaxies et même les cibles en mouvement dans notre système solaire.

 

Par Patrick Lynch, Goddard Space Flight Center de la NASA, Greenbelt, Md.

 

 

 

 

9.jpg

 

Cette image de test du capteur de guidage fin a été acquise en parallèle avec l’imagerie NIRCam de l’étoile HD147980 sur une période de huit jours au début du mois de mai. Cette image d’ingénierie représente un total de 32 heures de temps d’exposition à plusieurs points de chevauchement du canal Guider 2. Les observations n’ont pas été optimisées pour la détection d’objets faibles, mais néanmoins l’image capture des objets extrêmement faibles et est, pour l’instant, l’image la plus profonde du ciel infrarouge. La réponse en longueur d’onde non filtrée du guide, de 0,6 à 5 micromètres, contribue à fournir cette sensibilité extrême. L’image est monochromatique et est affichée en fausse couleur avec blanc-jaune-orange-rouge représentant la progression du plus brillant au plus sombre. L’étoile brillante (de magnitude 9,3) sur le bord droit est 2MASS 16235798 + 2826079. Il n’y a qu’une poignée d’étoiles dans cette image – distinguées par leurs pics de diffraction. Le reste des objets sont des milliers de galaxies faibles, certaines dans l’univers proche, mais beaucoup, beaucoup plus dans l’univers lointain. Crédit : NASA, CSA et équipe FGS.

Edited by jackbauer 2
  • Like 5
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

"...Voici une comparaison rapide (sans alignement parfait) entre SDSS et JWST...."

(petite animation en bas)

 

 

 

J'ajoute cet article de Nathalie Mayer (Futura sciences) sans doute plus clair que le communiqué de la NASA :

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-james-webb-cette-image-hallucinante-juste-ete-prise-son-capteur-pointage-99528/


Dans moins d'une semaine, maintenant, les premières images prises par le télescope spatial James Webb seront enfin dévoilées. Pour nous faire patienter, la Nasa publie aujourd'hui un cliché pris par le capteur de pointage de l'instrument. Tout simplement l'une des plus profondes de l'Univers en infrarouge jamais obtenue.


Révolutionnaires. C'est le terme employé par la Nasa pour décrire les premières images prises par le télescope spatial James Webb (JWST). Pour en juger par nous même, il nous faudra attendre encore quelques jours. Jusqu'au 12 juillet prochain. Aussi, pour nous aider à patienter, la Nasa dévoile aujourd'hui une image déjà un peu folle. L'une des images les plus profondes de l'Univers en infrarouge jamais obtenue. Une image prise... par un capteur de pointage du JWST !
Ce capteur de pointage -- que les équipes appellent le Fine Guidance Sensor (FGS) -- est destiné à assurer un pointage précis des objectifs d'observation du télescope spatial. Et les images qu'il prend n'étaient pas destinées à être conservées. Mais lors d'un test, en mai dernier, les ingénieurs se sont aperçus que c'était finalement possible.


Un capteur de pointage plus utile encore que prévu
L'image -- le résultat de 72 expositions sur 32 heures, tout de même -- n'est pas destinée à être exploitée scientifiquement parlant. Mais elle reste époustouflante. On y voit, au premier plan, des étoiles -- les plus brillantes saturent les détecteurs et apparaissent comme des points noirs -- et leurs points de diffraction. Et en arrière-plan, une foule de galaxies. Dont on découvre la structure de manière assez détaillée. De quoi laisser penser que les images du capteur de pointage du JWST pourraient, en complément d'autres observations, finalement aussi, être d'une utilité scientifique.
Le FGS est en effet le seul instrument qui sera utilisé lors de chaque observation du télescope spatial James Webb, tout au long de sa durée de vie. Il guidera chacune d'entre elles vers sa cible et maintiendra le James-Webb avec la précision nécessaire à la production d'images... révolutionnaires !
 

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Love 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La NASA a dévoilé la liste des objets photographiés par Web et présentés mardi prochain (12 juillet) :

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2022/nasa-shares-list-of-cosmic-targets-for-webb-telescope-s-first-images

 

- Carina Nebula. The Carina Nebula is one of the largest and brightest nebulae in the sky, located approximately 7,600 light-years away in the southern constellation Carina. Nebulae are stellar nurseries where stars form. The Carina Nebula is home to many massive stars, several times larger than the Sun.

 

- WASP-96 b (spectrum). WASP-96 b is a giant planet outside our solar system, composed mainly of gas. The planet, located nearly 1,150 light-years from Earth, orbits its star every 3.4 days. It has about half the mass of Jupiter, and its discovery was announced in 2014.

 

- Southern Ring Nebula. The Southern Ring, or “Eight-Burst” nebula, is a planetary nebula – an expanding cloud of gas, surrounding a dying star. It is nearly half a light-year in diameter and is located approximately 2,000 light years away from Earth.

 

- Stephan’s Quintet: About 290 million light-years away, Stephan’s Quintet is located in the constellation Pegasus. It is notable for being the first compact galaxy group ever discovered in 1787. Four of the five galaxies within the quintet are locked in a cosmic dance of repeated close encounters. 

 

- SMACS 0723: Massive foreground galaxy clusters magnify and distort the light of objects behind them, permitting a deep field view into both the extremely distant and intrinsically faint galaxy populations.

 

 

  • Like 2
  • Thanks 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les choses vont maintenant s'accélérer : 1ères images rendues publiques le 12 juillet, mais dans la foulée une énorme masse de données engrangées pendant le commissioning :

 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Alors ce n’est pas très explicite, mais pour faire le lien avec Webb, il faut, dans le lien fourni ci-dessus, cliquer sur l’onglet "JWST VISIBILITY" en haut à droite.

Et pour situer ceci dans un contexte plus général et avoir un aperçu des recherches d’ores et déjà programmées sur la première période d’exploitation, voir ici le programme d’observations du JWST, cycle 1 (déployer le listing complet, ou par catégorie [+] puis cliquer sur le numéro ID première colonne, pour afficher le détail de chaque observation programmée) ;)

Les significations des abréviations sont listées au bas de la page d’accueil "General Observer Programs in Cycle 1" à découvrir ici :

https://www.stsci.edu/jwst/science-execution/approved-programs/cycle-1-go

Au passage, ceci explique pourquoi l’observation de certaines des premières cibles scientifiques dépendait étroitement du respect du calendrier pour la fin du commissioning.

 

Edited by Alain MOREAU
Précision
  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Al', :)

 

C'est bien d'expliquer, mais pour les astrologues tels que moi, cela s'avère parfaitement inutile !

Naturellement pour ceux-ce qui ne savent rien des épicycles et autres configurations astrales... :P 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Une 1ère image ce lundi à 23h00 !?   WEBB'S FIRST DEEP FIELD !!!!! :o

 

 

 

 

FXV7YL8WIAUGvxE.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Huitzilopochtli a dit :

 

C'est vrai qu'il est plus très jeune. Ce serait con de rater ça !

(Pardon) :$

 

 

Bonjour: d'accord, mais c'est tellement mieux qu'au paravant--d'autre part la science n'a pas d'âge et de plus promouvoir la science au public quand la moitié de la population ne croit pas à l'évolution naturelle???

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Huitzilopochtli a dit :

C'est vrai qu'il est plus très jeune.

 

Hé Joe, gaffe au prompteur cette fois :/ :

 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Huitzilopochtli a dit :

A voir en live sur NASA TV :

 

https://www.nasa.gov/nasalive

 

Monday, July 11 
5 p.m. – White House briefing to preview imagery from the James Webb Space Telescope

 

confirme    23h00 cet  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention : 23h00, c'est à condition qu'ils aient du beau temps.

:ph34r:

 

  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now